Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Cornaline de l’Inde

 | 
Valentine Roux

I. Caractérisation et identification des techniques de fabrication des perles en roches dures

3. Identification des techniques de finition des perles en calcédoine par l’analyse microscopique et rugosimétrique*

Francesco d’Errico, Valentine Roux et Yveline Dumond

Texte intégral

  • * Le système d’analyse d’image utilisé dans l’étude du matériel archéologique et expérimental a été (...)

1La forme et l’aspect définitif des perles en calcédoine taillées sont obtenus au cours d’opérations de finition généralement appelées, dans la littérature archéologique, opérations de polissage. Celles-ci représentent la part temporelle la plus importante du processus de fabrication global des perles en calcédoine. Dès lors, leur identification, sur des perles anciennes, représente un véritable enjeu archéologique qui dépasse la seule histoire des techniques. Elles sont tout d’abord un élément majeur de la chaîne opératoire à partir duquel sont élaborées des hypothèses sur l’organisation générale de la production des perles (cf. chapitres 6 et 7). Ensuite, les opérations de finition aboutissent à des produits finis de qualité variée selon la technique adoptée et le temps de travail investi. Les différentes qualités renvoient aux choix des acquéreurs potentiels. Leur identification sur du matériel archéologique, à l’échelle intra- et inter-site, peut constituer alors une source d’information remarquable sur la circulation des différentes catégories de perles et sur l’identité des groupes sociaux qui les portaient et les échangeaient (cf. chapitres 8 et 9).

  • 1 La collection yéménite a été constituée par M.-L. Inizan au cours d’une enquête au Yémen sur la fa (...)

2Jusqu’à présent, peu d’études ont été menées sur ce sujet (parmi elles, Gwinett & Gorelick, 1981). Probablement par manque de référentiel approprié et de méthodes d’analyse pour isoler des attributs diagnostiques des procédés de finition. Au regard de cet objectif, deux catégories de référentiels sont envisageables : expérimentaux d’une part, ethnographiques d’autre part. En l’occurrence, Cambay offrait la possibilité d’un référentiel ethnographique, avec l’avantage que suppose une tradition technique encore vivante, imprégnée de gestes traditionnels. Les référentiels ethnographiques portent en eux-mêmes leurs limites, mais il est toujours possible de les compléter par d’autres référentiels, ethnographiques ou expérimentaux, permettant alors de tester des hypothèses sur des situations qui n’ont plus cours. Dans le cadre de cette étude, nous avons complété les données offertes par Cambay par des données sur le Yémen1. A ces deux cas de figure, correspondent des techniques de finition distinctes en termes d’outils, de source d’énergie et de temps de travail.

3L’objectif de notre étude est non seulement de dégager des attributs diagnostiques des opérations de finition pratiquées à Cambay et au Yémen, mais également de mettre au point une méthode pour caractériser les processus de finition de toutes perles anciennes et, ainsi, contribuer de façon générale à l’étude de la parure préhistorique.

4Dans cette perspective, nous avons choisi de traiter les données ethnographiques selon une approche mécaniste. Tout d’abord, une analyse microscopique et rugosimétrique est appliquée à des pièces finies et des pièces prises aux différents stades des opérations de finition. L’analyse microscopique doit permettre de comprendre les transformations que subit l’état de surface des perles en calcédoine sous l’effet de chaque processus de finition. L’analyse rugosimétrique quantifie ces transformations, objectivant ainsi une perception qualitative d’attributs diagnostiques. Les perles anciennes sont, ensuite, observées et mesurées selon les mêmes méthodes d’analyse. Elles sont interprétées en termes de techniques de finition par référence aux perles ethnographiques lorsque les attributs intrinsèques sont conformes au référentiel. Lorsqu’elles sont inconnues au répertoire ethnographique, la compréhension des mécanismes à l’origine des différents types de traces observables doit permettre de proposer des hypothèses sur des techniques anciennes « originales » pour lesquelles il n’y a pas nécessairement de situations analogues.

5Les perles archéologiques ici étudiées appartiennent au site harappéen de Kalibangan (Thapar, 1975), localisé dans le Nord-Ouest de l’Inde (cf. chapitre 7, fig. 1). Ces perles comprennent des pièces exogènes, attestées comme telles par la matière première et par l’absence d’atelier de taille sur le site. Les types morphologiques considérés ont été retrouvés sur les principaux sites de l’Indus. Il s’ensuit des hypothèses sur les techniques de finition pratiquées dans l’ensemble du monde harappéen.

6Le chapitre est organisé en trois parties, une première partie qui décrit les opérations de finition pratiquées en Inde et au Yémen, une seconde partie qui présente la construction du référentiel à partir de l’analyse microscopique et rugosimétrique et enfin une troisième partie qui applique les résultats sur le matériel archéologique.

Données ethnographiques sur les opérations de finition des perles en calcédoine

Les opérations de finition pratiquées en Inde, à Cambay

7A Cambay, les artisans distinguent trois étapes successives dans le processus de finition : l’abrasion, le polissage et le lustrage. Chacune de celles-ci fait l’objet de techniques distinctes qui ont évolué au cours des siècles. Les techniques actuelles ont été étudiées sur le terrain par l’un d’entre nous (V. Roux) pour l’ensemble des différents types de perles fabriqués en 1990 à Cambay. Les techniques anciennes sont connues grâce au Gazetteer sur la présidence de Bombay (1884), à l’ouvrage de R.K. Trivedi (1964) et aux interviews de vieux artisans menées lors des enquêtes sur le terrain.

Opérations de finition pratiquées à Cambay au début des années 1990

8Les techniques relatives aux opérations de finition varient en fonction de la forme des perles et de la qualité de finition recherchée (fig. 1).

9En 1990, cinq processus de finition ont été identifiés. Ils correspondent au traitement des cinq catégories de perles suivantes :

  • les perles de qualité supérieure facettées ;
  • les perles de qualité supérieure sphériques ;
  • les perles de qualité supérieure de formes variées (ni facettées, ni sphériques) ;
  • les perles de qualité inférieure de forme variées (forme irrégulière) ;
  • les perles de mauvaise qualité, dites « disco », de formes variées (forme très irrégulière).

FIG. 1. Chaîne des opérations techniques de finition des perles pratiquées à Cambay avant et après 1940. – Chain of technical bead-finishing operations carried out at Cambay before and after 1940

Perles de qualité supérieure facettées

Abrasion

10Les perles de qualité supérieure facettées sont abrasées (gīsnā) sur des meules en carborundum (carbo-silicium vitrifié artificiel) (fig. 1, Al). La meule, ayant la forme d’un disque de 15 cm de diamètre et 5 cm d’épaisseur, tourne sur l’axe d’une poulie en bois entraînée par un moteur électrique au moyen d’une courroie (fig. 2-1). La meule, en position horizontale, est fixée par un boulon sur une tige en fer qui traverse la poulie verticalement (fig. 2-2). La poulie est elle-même insérée verticalement dans un établi en bois (fig. 2-3) en face duquel l’abraseur (gasīyā) est assis en tailleur (fig. 2-4). Son visage est protégé par une simple toile de jute accrochée à la partie supérieure de l’établi (fig. 2-5). L’abraseur repasse la pièce sur la face plane et sur le bord de la meule (fig. 2-5). Il l’humidifie régulièrement en la trempant dans un bol d’eau posé sur l’établi. C’est à ce stade que les facettes des perles sont abrasées. Les meules en carborundum sont apparues dans les années quarante avec l’apparition de l’électricité. Les premières étaient importées d’Angleterre. Elles sont maintenant fabriquées en Inde.

Polissage, lustrage

11Les perles facettées sont ensuite polies et lustrées sur des meules (sarāṇ) faites de laque et de poudre d’abrasif (fig. 1, Pl-Ll). Ces meules sont montées et utilisées de la même manière que les meules en carborundum. Les artisans (opīyā) repassent les pièces sur la face horizontale des meules et les humidifient régulièrement dans de l’eau qui, pour l’opération de lustrage, est généralement mélangée à de la poussière de calcédoine (varī). Pour le polissage, deux meules sont utilisées. La première est faite de laque et de poudre de carborundum de granulométrie 120, la seconde est faite de laque et de poudre de carborundum de granulométrie 180 (reti ni sarāṇ). Le lustrage (op) est fait sur une meule en laque et poudre de calcédoine (varī ni sarāṇ). Seules des pierres comme le cristal de roche ou l’améthyste sont lustrées sur des meules en bois (lakḍī ni sarāṇ). Ces dernières améliorent la brillance du lustrage. Elles furent utilisées pour les perles de calcédoine lorsque des lustrages de grande qualité étaient recherchés.

12Les reti ni sarāṇ et les varī ni sarāṇ, utilisées pour le polissage, sont fabriquées par les polisseurs eux-mêmes. Pour réaliser les premières, un plat creux en céramique est posé sur un feu dans lequel est versée la poudre de carborundum. Les lentilles de laques, auparavant cassées en morceaux, sont ensuite ajoutées et mélangées à la poudre de carborundum à l’aide d’un bâton en bois. La pâte obtenue est alors répandue sur une plaque de pierre où elle est roulée et malaxée à l’aide du bâton en bois et d’une pierre (calcédoine) à face lisse. Cette pâte est ensuite remise à chauffer, puis, de nouveau, malaxée sur la pierre, puis réchauffée. Sur la plaque de pierre, la pâte est finalement façonnée en forme de disque à l’aide de deux languettes en métal incurvées. Puis, le disque est frotté avec la face lisse du galet de calcédoine afin d’en réduire l’épaisseur. La circularité est à nouveau revérifiée. Ces deux opérations se succèdent jusqu’à ce que les dimensions recherchées soient atteintes (environ 25 cm de diamètre et 0,5 à 1 cm d’épaisseur). Enfin, un tube en fer, chauffé auparavant, est enfoncé au centre du disque, puis retiré. Le trou central, de 2,5 cm de diamètre, permet de fixer la meule sur la tige en fer. La fabrication des reti ni sarāṇ prend 25 minutes. Le temps de refroidissement est environ de 30 minutes. La fabrication des varī ni sarāṇ est identique (sauf que le varīa été lavé et chauffé en un premier temps). La poudre de carborundum est achetée sur les marchés tandis que la poudre de calcédoine est récupérée auprès des perforateurs.

FIG. 2. Abrasion sur meule électrique. – Abrasion on an electric grinding wheel

Perles de qualité supérieure de formes variées (ni facettées, ni sphériques)

Abrasion

13Les perles de qualité supérieure de formes variées qui ne sont ni facettées, ni sphériques sont abrasées sur des meules en carborundum selon le même procédé décrit pour les pièces facettées.

Polissage, lustrage

14Elles sont polies et lustrées dans des tambours en bois rotatifs (fig. 1, P2-L2). Deux tambours successifs sont utilisés. Le premier, destiné au polissage, est rempli d’eau mélangée à de la poudre de carborundum en partie achetée sur le marché (2 kg) et en partie récupérée auprès des abraseurs (5-7 kg de pīl). Le second, destiné au lustrage, est rempli d’eau mélangée à de la poussière de calcédoine (varī) et à du détergent. Les tambours sont actionnés par un moteur électrique au moyen d’un système de poulies. Ils tournent autour d’un axe horizontal. Ils contiennent environ 200 kg de perles. Les tambours de polissage tournent pendant 48 heures pour des pièces de moyennes dimensions (environ 3 cm de long, ex. : pasīyā, gilodā, modan, loī) et pendant 78 heures pour des pièces de grandes dimensions (bān, dabkā). Les tambours de lustrage tournent pendant 24 heures pour les pièces de moyennes dimensions et pendant 48 heures pour les pièces de grandes dimensions.

Perles de qualité supérieure sphériques

Abrasion

15Les perles de qualité supérieure sphériques sont abrasées sur des meules en carborundum à l’aide de plateaux en bois (pāṭiyā) (fig. 1, A2). Les meules sont, au départ, identiques à celle utilisée pour l’abrasion des pièces facettées. A la différence que la poulie en bois sur laquelle est fixée la meule est orientée horizontalement, reposant sur deux montants en bois d’une cinquantaine de centimètres de haut (fig. 3-1). La meule se présente donc sur son tranchant. L’abraseur se tient assis devant la meule et lui applique le plateau en bois sur lequel sont disposées entre cinq et dix perles sphériques qui sont ainsi abrasées en une seule fois (fig. 3-2). Le plateau lui-même correspond à une simple planche, d’une cinquantaine de centimètres de long et de 10 cm de large, à l’extrémité de laquelle des encoches ont été faites avec une gouge afin de positionner les perles les unes à côté des autres (fig. 3-3). Entraînée par la meule, la perle tourne dans son encoche, ce qui assure une abrasion uniforme et le façonnage de formes sphériques. La meule développe des rainures d’usure, caractéristiques de ce procédé de finition (fig. 3-4). Ce procédé d’abrasion qui était jusqu’à présent réservé aux formes sphériques est parfois utilisé pour des formes ellipsoïdes (fig. 3-5, 3-6).

Polissage, lustrage

16Les perles de qualité supérieure sphériques sont ensuite polies et lustrées dans des tambours en bois rotatifs (fig. 1, P2-L2).

Perles de formes variées de qualité inférieure

Abrasion

17Les perles de formes variées de qualité inférieure sont abrasées en deux temps (fig. 1, A3-A1) : tout d’abord, à sec, dans des tambours en bois rotatifs, puis sur une meule en carborundum. La première technique, dite jatakvānā, correspond à une forme d’abrasion par choc et par frottement qui provoque un fort doucissement des formes et une réduction des dimensions des perles en fonction du temps de rotation des tambours. Pour les perles de qualité inférieure, le temps de rotation en tambour est d’environ 2 heures. Les perles ainsi abrasées sont ensuite légèrement repassées sur les meules en carborundum (Al). L’abrasion en tambour permet un gain de temps et d’argent car elle réduit l’abrasion sur la meule en carborundum. L’emploi de cette technique, qui a vu son essor au début des années quatre-vingt, est lié à l’augmentation sensible et progressive du prix de la meule en carborundum au cours des dix dernières années.

FIG. 3. Abrasion sur meule électrique des perles sphériques et ellipsoïdales à l’aide d’un plateau en bois. – Abrasion of spherical and ellipsoidal beads on an electric grinding wheel with the help ofa wooden board

Polissage, lustrage

18Les perles de qualité inférieure sont ensuite polies et lustrées dans des tambours en bois rotatifs (fig. 1, P2-L2).

Perles de mauvaise qualités, dites « disco »

Abrasion

19Les perles de formes variées de qualité « disco » sont abrasées, à sec, dans des tambours en bois rotatifs (fig. 1, A3). Les tambours tournent environ 6 heures. Les formes des perles sont doucies et réduites. Généralement, une légère abrasion sur meule en carborundum est donnée sur les extrémités afin de façonner des « plates-formes » de perforation, c’est-à-dire des surfaces planes qui permettent au perforateur de faire l’entame.

Polissage, lustrage

20Enfin, les perles de qualité « disco » sont polies et lustrées dans des tambours en bois rotatifs (fig. 1, P2-L2).

Opérations de finition pratiquées à Cambay au début du XXe siècle

21D’après les textes du Gazetteer (1884) et de R.K. Trivedi (1964), deux processus de finition étaient utilisés, dont le choix dépendait du type de perle, à l’instar des processus actuels. Les deux types déterminants étaient les suivants :

  • les perles facettées et de formes variées (non facettées et non sphériques) ;
  • les perles sphériques.

Perles facettées et de formes variées

Abrasion
  • 2 Terme générique qui désigne l’outil en hindi.

22Les perles facettées et de formes variées (non facettées et non sphériques) étaient abrasées sur des polissoirs à archet (fig. 1, A4). Les facettes étaient façonnées au cours de cette opération. Le polissoir à archet (aujār2, fig. 4) était constitué d’une poulie en bois (sāko) de 10 cm de diamètre et de 20 cm de long qui reposait, horizontalement, sur deux montants en bois de 30 cm de haut, fixés dans une planche de bois posée à même le sol (fig. 4-1). La poulie était traversée par une tige en fer sur laquelle venait se fixer à l’une des extrémités, resserré par un boulon, la meule amovible en forme de disque de 25 cm de diamètre (sarāṇ) (fig. 4-2). Autour de la poulie, était enroulée la corde (en cuir tressé) d’un archet en bois (kamān) (fig. 4-3). L’artisan, assis en tailleur sur une sorte de banc légèrement en hauteur (fig. 4-4), faisait exercer à l’archet, de sa main droite, un mouvement d’avant en arrière qui entraînait la poulie et faisait tourner ainsi la meule (fig. 4-5). De sa main gauche, l’artisan pressait la perle contre la meule pour l’abraser. Les perles à surface plate ainsi abrasées ont pour caractéristique de présenter de légères ruptures de plan engendrées par le mouvement alternatif de la meule qui déstabilise le geste de l’artisan et bascule la pièce à chaque changement de direction de la meule. Les incisions décoratives étaient obtenues avec le tranchant de la meule. Afin de prévenir l’échauffement de la pierre, la meule était humidifiée au fur et à mesure de l’abrasion avec un doigt recouvert d’un bandage en tissu que l’artisan mouillait régulièrement dans un bol d’eau placé à ses côtés (fig. 4-6). La meule d’abrasion était faite de laque et de poudre d’émeri. L’émeri utilisé était à gros grain de couleur noire (pacarīyā et/ou sopārī karanj). On le trouvait sur le marché, en provenance de différentes régions du centre de l’Inde. Réduit en poudre, il était mélangé à la laque dans les proportions de 3/4 de poudre d’émeri pour 1/4 de laque.

Polissage, lustrage

23Les perles facettées et de formes variées étaient ensuite polies et lustrées sur les polissoirs à archet (fig. 1, P3-L3). Les deux meules de polissage étaient faites de laque et de poudre d’émeri (surtī karanj). Le grain était plus fin d’une meule à l’autre. Les proportions étaient un peu plus de 2/3 d’émeri pour 1/3 de laque.

24La meule de lustrage était faite de laque et de varī, selon une proportion égale. Le procédé de fabrication des sarāṇ était celui-là même décrit précédemment pour les reti ni sarāṇ.

25Au début du siècle, Khambhat comptait 500 polissoirs à archet (Trivedi, 1964 : 65). En 1989, nous avons vu en action le dernier polissoir à archet. Il était utilisé par un artisan (Kali Das Chaganlal Akikwala) spécialisé dans le polissage des perles en verre.

Perles sphériques

Abrasion

26Les perles sphériques (dol) étaient abrasées sur des pierres qui développaient, à l’instar des meules en carborundum utilisées actuellement pour ces perles, des rainures d’usure (fig. 1, A5). Plusieurs perles étaient maintenues dans un étau en bois. L’artisan (dolīyā) faisait exercer à l’étau un mouvement d’aller et retour sur la pierre.

Polissage, lustrage

27Ces perles étaient ensuite polies (partī) sur des plateaux en bois rainurés et recouverts d’un mélange de laque et de poudre d’émeri (fig. 1, P4). Les perles y étaient polies selon le même procédé que pour l’abrasion : plusieurs perles étaient maintenues dans un étau en bois qui était actionné dans un mouvement de va-et-vient (Trivedi, 1964 : 16).

28Enfin, les perles sphériques pouvaient être polies et lustrées dans des outres en cuir contenant de la poussière d’émeri, de la poudre de calcédoine et des morceaux de cuir (fig. 1, L4). La description de ce procédé (jatakvānā) est extraite de Trivedi (1964 : 16) :

Un certain nombre de perles sont introduites dans un sac de cuir très solide d’environ deux pieds de long et de dix à douze pouces de diamètre. On ajoute dans le sac de la poudre d’émeri très fine, de la poudre fine de calcédoine et des morceaux de cuir. L’ouverture du sac est ensuite ficelée, puis on fait passer au travers une lanière de cuir plate. Deux personnes assises aux coins opposés d’une pièce tiennent chacune une des extrémités de la lanière et chacune tire le sac alternativement d’avant en arrière. Ce mouvement de va-et-vient dure dix à quinze jours. Pendant toute cette période, le sac est maintenu humide avec de l’eau.

FIG. 4. Abrasion au polissoir à archet. Cette technique a été abandonnée progressivement au cours des années 1950-1960. – Abrasion with a polisher propelled by a bow. This technique was progressively abandoned during the 1950s and 1960s

29En fait, les textes du Gazetteer et de R.K. Trivedi ne sont pas très clairs sur la variation des opérations de finition en fonction de la forme des perles et l’on peut se demander si d’autres formes que les perles sphériques étaient polies et lustrées dans des outres en cuir. L’enquête orale n’a pu malheureusement clarifier ces points, les souvenirs des plus vieux artisans se rapportant généralement aux années postérieures à 1940, alors que le polissage sur plateau ou le lustrage dans des outres en cuir étaient en voie de disparition. De plus, les détails des opérations de polissage et/ou de lustrage, en tambour ou en outre, étaient « secrètes ». Par conséquent, rares étaient les artisans qui en connaissaient précisément les procédures.

Les opérations de finition pratiquées au Yémen

30Au Yémen, les chatons de bague sont les seuls produits en cornaline fabriqués encore de nos jours. L’ensemble des opérations de finition est fait sur des meules en pierre (Inizan et al., 1992 : 167). Quatre meules successives en pierre de granulométrie différente sont utilisées (fig. 5). La première (al-sawba), la plus abrasive, sert à donner la forme définitive au chaton. Elle tend actuellement à être remplacée par des meules en carborundum. Les deux meules suivantes (al-muqarriba et al-mutassiya) interviennent dans le polissage. Enfin, la dernière (al-tabasir) assure le lustrage qui confère le brillant au chaton.

L’artisan prépare l’emmanchement de ses préformes. Il utilise d’une part un manche, bâtonnet en bois d’une vingtaine de centimètres, d’autre part une colle (al-luk) pour sertir la cornaline. Fabriquée à partir de l’encens yéménite (luban), cette résine est malaxée à chaud avec de la terre et de l’huile de moutarde ou de sésame. La préforme est insérée à chaud dans la colle.
La meule utilisée repose, inclinée, dans une bassine contenant de l’eau. Pendant les quatre opérations successives, l’artisan fait « boire » sa meule à l’aide d’une main, l’autre actionnant le bâtonnet par un mouvement de va-et-vient, qui ne crée pas nécessairement des rainures. La face inférieure, plane, est polie la première avec autant de soin que l’autre face bien que constituant la partie cachée de la bague. A chaque changement de meule et changement de face, soit huit fois, la cornaline est dessertie à la chaleur (en fait dans la cendre chaude du narghilé) puis à nouveau insérée dans la colle. Au fur et à mesure du polissage, l’eau se charge de fines particules de silice qui aident au polissage (Inizan et al., 1992 : 167).

FIG. 5. Chatons yéménites emmanchés à plusieurs stades de finition. De gauche à droite : deux perles abrasées, deux perles polies (les deux stades de polissage en ordre successif) et la dernière, lustrée ; éch. = 1 cm. – Bezels at various finishing stages. From left to right, two abraded beads, two polished beads (the two polishing stages in successive order), and the last, a shined bead (final polishing stage). Scale = 1 cm

Analyse microscopique et rugosimétrique des pièces ethnographiques

Référentiel ethnographique

31La collection indienne inclut 19 perles modernes, fabriquées au début des années quatre-vingt-dix dans plusieurs ateliers de Cambay, et 34 perles anciennes, fabriquées entre la fin du siècle dernier et le début du siècle à Cambay. Ces perles proviennent de stocks d’invendus possédés par des propriétaires d’ateliers dont les familles mènent cette activité depuis le XIXe siècle. Les perles modernes comprennent 5 produits finis et 13 pièces en cours de fabrication. Pour chaque technique d’abrasion, de polissage et de lustrage, des exemplaires étaient retirés du processus de fabrication, cela dans le but de conserver les états de surface successifs produits par chaque opération technique. En outre, certaines pièces ont été faites sur notre demande selon les techniques anciennes encore pratiquées par l’un des artisans de Cambay. Cet artisan, Kali Das Chaganlal Akikwala, utilise un polissoir à archet sur lequel la meule d’abrasion et de polissage est fabriquée à partir de matériaux modernes, la poudre de carborundum, tandis que la meule de lustrage est fabriquée à partir de matériaux traditionnels, la poudre de calcédoine.

32La collection yéménite comprend 4 chatons de bague modernes finis et 5 chatons de bague rendant compte des 5 stades du processus de fabrication.

33Au total, le référentiel compte 62 pièces dont 34 anciennes, 9 pièces modernes finies et 19 pièces modernes à différents stades de fabrication (tabl. 1).

Procédés analytiques

34Le déroulement des différentes opérations techniques a pu être observé en contexte ethnographique. Ce qui a permis d’observer macroscopiquement les états de surface produits par chaque technique. Cette observation a été suivie d’une analyse microscopique.

TABLEAU 1. Référentiel ethnographique indien et yéménite. – Indian and Yemenite ethnographic reference base.

TABLEAU 1. Référentiel ethnographique indien et yéménite. – Indian and Yemenite ethnographic reference base.

Roche : A, agate ; C, cornaline ; Ca, calcédoine. Type : a, ancienne ; af, actuelle finie ; acf : actuelle en cours de fabrication. Provenance : I, Inde ; Y, Yémen. Morphologie : S, sphérique ; Eb, ellipsoïdale bitronquée ; E, ellipsoïdale ; Cp, cylindrique à section polygonale ; B, biconique ; Bo, biconique octogonale ; C, cylindrique ; Sd, sphéroïde ; D, discoïdale plano-convexe ; Ch, chaton elliptique ou circulaire ; Co, cordiforme. Surface ; l, lisse ; f, facette. Technique : A, abraison ; P, polissage ; L, lustrage, Y, Yémen. Morphologie de la surface mesurée : c, convexe ; p, plate

TABLEAU 1. Référentiel ethnographique indien et yéménite. – Indian and Yemenite ethnographic reference base (suite).

TABLEAU 1. Référentiel ethnographique indien et yéménite. – Indian and Yemenite ethnographic reference base (suite).

TABLEAU 1. Référentiel ethnographique indien et yéménite. – Indian and Yemenite ethnographic reference base (suite).

TABLEAU 1. Référentiel ethnographique indien et yéménite. – Indian and Yemenite ethnographic reference base (suite).

Roche : A, agate ; C, cornaline ; Ca, calcédoine. Type : a, ancienne ; af, actuelle finie ; acf : actuelle en cours de fabrication. Provenance : I, Inde ; Y, Yémen. Morphologie : S, sphérique ; Eb, ellipsoïdale bitronquée ; E, ellipsoïdale ; Cp, cylindrique à section polygonale ; B, biconique ; Bo, biconique octogonale ; C, cylindrique ; Sd, sphéroïde ; D, discoïdale plano-convexe ; Ch, chaton elliptique ou circulaire ; Co, cordiforme. Surface ; l, lisse ; f, facette. Technique : A, abraison ; P, polissage ; L, lustrage, Y, Yémen. Morphologie de la surface mesurée : c, convexe ; p, plate

Analyse microscopique

  • 3 Les images ont été numérisées en utilisant une caméra ccd kp-m1e/k Hitachi montée sur le stéréomic (...)

35Après un nettoyage à l’acétone et à l’eau distillée, les pièces ethnographiques ont fait l’objet d’une prise d’empreinte avec un élastomère Provil L (Bayer). Des positifs en résine RBS (T2L Chimie) ont été, ensuite, réalisés à partir des empreintes en élastomère (d’Errico, 1993). Le positif ainsi obtenu est observé avec un stéréomicroscope Wild M3C équipé de tube photo et de base diascopique. Étant donné la transparence de la résine, les répliques des perles sont observées en lumière transmise (d’Errico, 1996 ; Roux et d’Errico, sous presse). Cette technique permet d’obtenir des images particulièrement contrastées et évite certains inconvénients propres à l’analyse microscopique en lumière réfléchie (perte de détail due aux ombres portées, et aux surfaces réfléchissantes). En éliminant les changements de couleur et ceux dus à l’orientation de la lumière, cette technique facilite également le traitement et l’analyse d’image. Dans notre cas, les images microscopiques ont été numérisées3. Ce système a permis d’observer simultanément la morphologie des zones situées dans des aires éloignées de la même perle ou sur des perles différentes et de créer une banque d’images permettant de comparer rapidement l’état de surface produit par chaque processus technique. Le logiciel d’analyse d’image NIH Image a été utilisé pour mesurer les dimensions des stries, des microfractures, des impacts observés sur les pièces.

36Les positifs en résine des pièces caractéristiques de chaque procédé technique ont été métallisés sous vide et observés avec un microscope électronique à balayage (Jeol 255 III), ce qui a permis de mieux caractériser les critères diagnostiques de chaque procédé technique et de vérifier certaines hypothèses sur la mécanique de formation des traces.

Rugosimétrie

  • 4 tencor P-l (Tencor Instrument, usa).

37La rugosimétrie des perles a été effectuée grâce à un profilomètre4. Cet appareil caractérise une surface en la balayant avec une pointe en diamant et produit un tracé de haute résolution du profil. La sensibilité verticale de l’appareil est de 50 Ǻ. La pointe en diamant a un rayon de 5 μm, ce qui permet la détection de tous les creux de dimensions supérieures à 5 μm.

38Les perles sont fixées sur un plateau mobile qui se déplace au cours de la mesure. Une caméra vidéo orientée dans l’axe de la pointe permet de contrôler son parcours et de vérifier qu’elle enregistre le profil des zones pertinentes pour l’analyse. Les variations verticales des déplacements de la pointe sont digitalisées et le profil est affiché sur un écran. Le logiciel calcule divers paramètres de rugosité à partir de la courbe ainsi obtenue (fig. 6).

39L’enregistrement du profil a été effectué sur une longueur de balayage de 500 μm. La pointe s’est déplacée à une vitesse de 10 μm par seconde. Au cours de la mesure, la pointe a exercé une force de 15 mg. Chaque perle a fait l’objet, en moyenne, de deux séries de trois mesures effectuées les unes perpendiculairement aux autres (tabl. 1). Au total, 313 mesures ont été effectuées sur 46 des 62 perles constituant notre référentiel ethnographique.

FIG. 6. Profil réel et redressé de la surface d’une perle archéologique du site de Kalibangan. A gauche, sont affichés les mesures de la rugosité et les paramètres choisis (unité de mesure, cutoff, etc.). – Real and smoothed profile of the surface of an archaelogical bead from the site of Kalibangan. At the left, measures of roughness are shown, along with parameters chosen (unit of measure, cutoff, etc.).

FIG. 7. Comparaison entre les courbes de fréquences cumulées obtenues en mesurant la rugosité des perles à surface plate et courbe. – Comparison between the cumulative frequency curves obtained by measuring the roughness of beads with flat and curved surfaces

40Les variables rugosimétriques prises en compte sont les suivantes :

  • l’écart moyen arithmétique de la rugosité (Ra) ;
  • la profondeur maximale de la rugosité (Rmax) ;
  • la racine carrée moyenne de la rugosité (Rq) ;
  • la profondeur d’aplanissement de la rugosité (Rp) ;
  • la profondeur maximale au-dessous de la ligne moyenne (Rv) ;
  • la profondeur totale de la rugosité (Rt).
  • 5 En anglais, longwave cutoff, shortwave cutoff

41Pour séparer les données relatives à la rugosité de celles relatives aux ondulations et aux erreurs de forme, le profil digitalisé a été traité par un double filtrage (passe bas et passe haut5). Préalablement à l’analyse des pièces ethnographiques et archéologiques, des essais ont été menés sur des perles de morphologies variées de manière à établir les paramètres de filtrage les plus adéquats pour neutraliser les différences de forme, à savoir un filtre en passe haut de 0,14 mm et en passe bas de 25 μm. Cependant, ces filtres n’ont pas éliminé complètement des différences de mesure dues à la morphologie des perles. En effet, la comparaison des courbes de fréquences cumulées des surfaces planes et courbes indique que la forme affecte la mesure de la rugosité (fig. 7). Plus précisément, ce sont les mesures situées dans le troisième quart de la distribution (environ 30 % des mesures, Ra compris entre 2 500 et 16 000) qui semblent le plus conditionnées par la forme des perles. A l’intérieur de cet intervalle, les surfaces courbes offrent des valeurs nettement supérieures à celles enregistrées pour les surfaces planes. La racine carrée moyenne de la rugosité (Rq) et la profondeur d’aplanissement de la rugosité (Rp) sont les variables les moins affectées par les changements de courbure. Toutefois, ces erreurs sont partiellement éliminées par le fait que certains stades de finition incluent plus de surfaces planes que de courbes ou des surfaces faiblement courbées.

Résultats

Analyse microscopique : les attributs diagnostiques

42Chaque étape de la chaîne opératoire laisse sur la surface des perles des stigmates caractéristiques qui peuvent rester visibles au cours des étapes successives (Pelegrin, chapitre 2 ; Roux et D’Errico, sous presse). Ainsi, la chauffe des perles est attestée, à l’œil nu, par la présence de zones blanchâtres correspondant à une déshydratation excessive de la pierre. Ou encore, la taille produit des enlèvements conchoïdaux caractéristiques de la fracture des matériaux isotropes. Lors des étapes de finition successives, certains de ces enlèvements restent visibles sous forme de concavités, présentant encore, pour certaines, les ondes de fracture.

43Nous allons concentrer ici notre attention sur les traits diagnostiques de chaque étape de finition des perles : l’abrasion, le polissage et le lustrage. Un résumé des caractères diagnostiques est donné au tableau 2.

Les techniques pratiquées actuellement en Inde

Abrasion

44En Inde, l’abrasion sur meule en carborundum des perles facettées et de forme variée (Al) produit une surface où alternent des bandes aplaties discontinues (200 μm de largeur), traversées de fines stries parallèles, orientées dans le sens du travail, et des zones creuses, correspondant à des fractures d’arrachement (fig. 8). Les arêtes des perles sont marquées par le développement de fractures et de microenlèvements conchoïdaux pouvant atteindre 300 μm de largeur.

45L’abrasion des perles sphériques sur meule en carborundum et plateau en bois (A2) produit une surface plus accidentée, caractérisée par des enlèvements de plus grandes dimensions (300-400 μm) et par des bandes striées courtes et orientées de manière aléatoire (fig. 8).

46L’abrasion en tambour à sec (A3) génère le développement d’un enchevêtrement de microenlèvements conchoïdaux (100 μm) s’accompagnant de cônes incipients de fracture qui pénètrent perpendiculairement la structure de la perle (fig. 9). Les sommets révèlent une faible usure. Aucune strie n’est visible.

Polissage

47Le polissage des pièces facettées sur meule de laque et carborundum (P1) oblitère presque totalement les irrégularités laissées par l’abrasion sur la meule en carborundum et produit des stries parallèles orientées dans le sens du travail ayant une largeur moyenne de 20 µm mais pouvant atteindre par endroits 50 μm.

TABLEAU 2. Caractères diagnostiques de chaque technique et étape de finition. – Diagnostic features of each technique and finishing stage.

TABLEAU 2. Caractères diagnostiques de chaque technique et étape de finition. – Diagnostic features of each technique and finishing stage.

TABLEAU 2. Caractères diagnostiques de chaque technique et étape de finition. – Diagnostic features of each technique and finishing stage (suite).

TABLEAU 2. Caractères diagnostiques de chaque technique et étape de finition. – Diagnostic features of each technique and finishing stage (suite).

1. Présent à l’état résiduel.
2. Rares ou peu visibles.
3. De petite taille.
4. Meule en laque et émeri.
5. Meule en laque et poudre de calcédoine.
6. Avec poudre d’émeri et de calcédoine.
7. Subparallèles.

FIG. 8. Haut et centre : surface d’une ébauche de perle facettée abrasée sur meule en carborundum. Bas : surface d’une ébauche de perle sphérique abrasée sur meule en carborundum et plateau en bois ; éch. = 100 µm. – Top and middle : surface of a bead facetted and abraded on a carborundum grinding wheel. Bottom : surface of a spherical bead roughout abraded on a carborundum grinding wheel and wooden board. Scale = 100 μm

FIG. 9. Gauche : surface d’une ébauche de perle abrasée en tambour à sec, éch. = 50 µm ; droite : perle polie en tambour à sec, éch. = 10 µm. –x Left : surface of a bead roughout abraded in a dry tumbling barrel. Right : bead polished in a dry tumbling barrel. Left : scale 50 = μm ; right : scale = 10 μm

48Le polissage en tambour (P2) produit une surface d’aspect poreux, très homogène. A fort grossissement (fig. 9), celle-ci révèle une alternance de creux de morphologie circulaire ou sub-circulaire (10 μm de diamètre max.) et des sommets adoucis par l’usure. Des rares stries courtes et fines (2 μm de largeur) sont également visibles par endroits.

Lustrage

49Le lustrage sur meule en laque et poudre de calcédoine (Ll) produit des stries superficielles, fusiformes, orientées dans le sens du travail ne dépassant pas 5 μm de largeur (fig. 10). Des traces des précédentes étapes de finition s’observent sur les surfaces lustrées et surtout à proximité des arêtes sous forme de microenlèvements et de creux peu profonds, ne dépassant généralement pas les 70 μm (dimensions maximales).

50Les pièces lustrées en tambour (L2) montrent une surface piquetée, couverte de microfissurations courbes entrecroisées correspondant à des cônes incipients de fracture, produits vraisemblablement par les chocs des perles entre elles (fig. 11). A fort grossissement, les bords de ces lignes de fractures révèlent souvent des ébréchures et des microenlèvements conchoïdaux. La lisibilité de ces fractures varie selon les pièces examinées et semble décroître avec l’avancement du processus de lustrage. Sur les perles les plus soignées, les lignes de fracture ne sont visibles qu’à l’état résiduel.

FIG. 10. Surface d’une perle lustrée sur meule en laque et poudre de calcédoine ; haut : éch. = 1 mm ; bas : éch. = 10 µm. – Surface of a bead shined (final polish) on a grinding wheel made of lac (insect resin) and chalcedony powder. Top : scale = 1 mm ; bottom : scale = 10 μm.

FIG. 11. Surface d’une perle sphérique lustrée en tambour. Haut : éch. = 100 µm ; bas : éch. = 10 µm. – Surface of spherical bead shined in a tumbling barrel. Above : scale = 100 μm ; below : scale-10 μm

Les techniques pratiquées en Inde avant 1940

  • 6 La faiblesse de l’échantillonnage (deux pièces) est due à la difficulté d’obtenir un plus grand no (...)

51Seules quatre des six techniques de finition employées avant 1940 ont pu faire l’objet d’une analyse microscopique. Deux de ces quatre techniques (A3, P3) sont représentées dans notre référentiel par seulement deux pièces6. Celles-ci ont été travaillées de manière traditionnelle (polissoir à archet), mais avec des meules fabriquées dans des matériaux modernes (poudre de carborundum). Il n’est donc pas certain que ces pièces soient représentatives des états de surfaces produits avant 1940 par les meules en laque et poudre d’émeri.

52Sur l’ébauche abrasée avec le polissoir à archet (A4), on détecte des bandes striées moins larges (70 µm) que celles produites par l’abrasion au carborundum (Al) et des stries bien individualisées ne dépassant pas 15 μm de largeur (fig. 12). Des fractures d’arrachement sont également présentes sur la surface, mais en moindre nombre et de moins grandes dimensions que celles produites actuellement par le carborundum. La surface de l’ébauche polie avec le polissoir à archet est couverte de stries superficielles de largeur comprise entre 10 et 20 µm (fig. 12). A plus fort grossissement (fig. 12), on distingue des fractures d’arrachement peu profondes et partiellement émoussées par l’usure.

53Un caractère commun aux deux perles travaillées au polissoir à archet est constitué par la direction des stries. Bien qu’orientées, de façon générale, dans la direction du mouvement de la meule, les stries varient légèrement leur direction, probablement à cause de petits changements dans la position de la main de l’artisan à chaque va-et-vient de la meule. De même, on observe sur la même surface la trace laissée par deux orientations successives de la perle au cours du travail. Ceci ne s’observe pas sur les pièces abrasées ou polies actuellement sur meule en carborundum en raison de la vitesse de tournage de la meule, qui a pour effet de couvrir les surfaces de stries parfaitement parallèles.

54Le polissage sur des plateaux en bois avec poudre d’émeri (P4) a pu être étudié sur des pièces façonnées au début du siècle. Les données orales indiquent qu’elles ont été produites par cette technique. Que ces perles aient été lustrées, au moins rapidement, dans une outre en cuir ne peut pas être exclu. Elles ne portent pas cependant les traces observées sur des perles indiquées comme ayant été lustrées par cette technique (voir ci-dessous). Le polissage sur plateau en bois produirait des surfaces d’aspect rugueux et opaque (fig. 13) avec des rares stries courbes d’environ 20 µm de largeur maximale. A plus fort grossissement, des zones légèrement polies alternent avec des creux de 15 µm.

55La surface des perles lustrées dans une outre en cuir (L4) ne se différencie guère de celle décrite pour le lustrage au tambour (L2) : un piquetage, à peine moins développé dans les pièces les mieux finies, côtoie des lignes de fracture courbes fortement abrasées (fig. 14).

FIG. 12. Haut : surface d’une ébauche abrasée avec un polissoir à archet. Centre et bas : ébauche polie avec un polissoir à archet. Éch. = 100 µm. – Top : Surface of a roughout abraded with a polisher propelled by a bow. Middle and bottom : Roughout polished with a polisher propelled by a bow. Scale = 100 µm

FIG. 13. Perle du début du siècle, polie probablement sur un plateau en bois avec poudre d’émeri. – Bead from the beginning of the century, probably polished on a wooden board with emery powder

FIG. 14. Haut : surface d’une perle lustrée dans une outre en cuir. Centre et bas : ébauche d’un chaton de bague yéménite au stade de l’abrasion ; haut et bas : éch. = 100 µm ; centre : éch. = 1 mm. – Top : surface of a bead shined in a leather skin bag. Middle and bottom : roughout of a Yemenite ring bezel at the abrasion stage. Above and below : scales = 100 μm ; center : scale = 1 mm

56Certaines des perles incluses dans notre référentiel et qui représentent avec certitude un lustrage au polissoir à archet (tabl. 1, n° 3846) ont des surfaces encore largement couvertes de stries de polissage, à peine adoucies par le lustrage, signe du fait que ce type de lustrage pouvait ou devait être pratiqué pour un temps très court sur des perles de moins bonne qualité. Les quelques perles nettement lustrées présentent des surfaces couvertes de stries parallèlles larges entre 5 et 10 µm.

Les techniques pratiquées au Yémen

57Au Yémen, la première étape du processus de finition (Al) génère une surface irrégulière (fig. 14) couverte de fractures d’arrachement et traversée de sillons grossiers (100 µm de largeur max.). La deuxième étape (P1) crée une surface d’aspect rugueux, légèrement piquetée, couverte de stries parallèles, perpendiculaires à l’axe majeur de la pièce quand elles se trouvent sur la zone plate (sommet du chaton), obliques quand localisées sur les bords (fig. 15). Leur largeur, très stable, est comprise entre 5 et 15 µm. Des zones réduites présentent une surface homogène où les stries s’estompent.

58L’avant-dernier stade de la finition des chatons produit une surface d’aspect poli présentant, sur la seule pièce à notre disposition, des résidus qui laissent par endroits la place à des stries superficielles courtes, orientées de manière aléatoire et larges de 30 à 50 µm.

59Le lustrage se caractérise par la présence de stries entrecroisées, à fond plat d’une largeur comprise entre 5 et 10 µm (fig. 15). Des stries résiduelles des précédentes étapes de finition sont visibles par endroits. Des groupes de stries parallèles, produites vraisemblablement au cours du même déplacement de la pièce sur la surface abrasive, peuvent également être détectées.

Analyse rugosimétrique : quantification des états de surface

60La représentation graphique des valeurs obtenues par l’analyse rugosimétrique des pièces comprises dans notre référentiel ethnographique indique que chaque nouvelle étape de finition s’accompagne, de façon générale, d’une réduction de la rugosité (fig. 16 et 17, tabl. 1 et 2 de l’annexe). Pour les perles indiennes actuelles, chaque stade de la finition (abrasion, polissage, lustrage) se caractérise par une variabilité spécifique (cf. Ra, Rq, Rp). En effet, moins de 20 % seulement des valeurs obtenues pour chacun des stades de finition est commun aux deux autres stades. L’analyse rugosimétrique semble donc capable d’identifier avec une bonne approximation, et indépendamment d’autres analyses, à quel stade s’est arrêtée la finition d’une perle.

FIG. 15. Haut : ébauche d’un chaton de bague yéménite au stade du polissage ; bas : surface d’un chaton de bague lustrée. Éch.= 100 µm. 2 Top : roughout ofa Yemenite ring bezel at the polishing stage. Bottom : surface of a shined ring bezel. Scale =100 µm

61Cela permet également de confirmer la pertinence de l’analyse rugosimétrique pour quantifier l’état de surface des perles et comparer leur qualité de finition. La seule exception est constituée par le troisième stade de finition pratiqué au Yémen (correspondant à la seconde phase de polissage), pour lequel les valeurs sont légèrement supérieures à celles enregistrées dans le stade précédent. Cette inversion ne peut pas être due à une différence morphologique entre les surfaces mesurées, les ébauches de chatons étant toutes très semblables à cet égard. L’inversion peut être due à un échantillonnage insuffisamment représentatif. En effet les deux stades en question n’ont pu être mesurés que sur une seule pièce chacun. L’autre possibilité étant que ces mesures soient effectivement caractéristiques des états de surface produits par ces deux étapes de finition et que, pour une raison à découvrir, les meules en pierre utilisées au Yémen produisent un sursaut de la rugosité à l’avant-dernier stade du façonnage. Nous avons remarqué (voir ci-dessous) que la pièce en question présentait à l’échelle microscopique des microrésidus collés à sa surface. Il est probable que la présence de ces résidus soit la cause de l’augmentation des valeurs rugosimétriques. Il reste à savoir si la présence de ces résidus constitue un élément caractéristique de cette étape du façonnage.

Les techniques actuelles en Inde

62Les techniques d’abrasion utilisées actuellement en Inde (meule en carborundum et tambour à sec, A1-A3) produisent des surfaces semblables du point de vue rugosimétrique, caractérisées par une forte rugosité (Ra 17 000 Å en moyenne). Le but de l’abrasion semble être celui d’oblitérer les stigmates de la taille et de donner la forme définitive à la perle sans se soucier d’homogénéiser, au moins à un degré préliminaire, la surface. Le gros du travail de finition est réalisé par le polissage. Néanmoins, une différence s’observe au sein de ce stade de finition entre les perles polies à la meule en laque et carborundum (P1) et celles passées au tambour (P2). La première technique (Ra 2 800 en moyenne) ne permet pas d’atteindre le niveau de finition poussé qui caractérise la seconde (Ra 1 500).

63Le lustrage se limite à parfaire l’œuvre effectuée au cours du polissage. La qualité obtenue au tambour (L2) est nettement inférieure à celle que produit la meule en laque et calcédoine (Ll). Les perles lustrées sur meule en laque présentent des états de surfaces qui sont de loin les plus lisses, quelle que soit la technique de lustrage envisagée. En revanche, les perles lustrées en tambour présentent par endroits des défauts sous forme de microcreux justifiant les valeurs de Rmax et Rv qui sont relativement élevées.

FIG. 16. Représentation graphique de la distribution des valeurs obtenues en mesurant la rugosité des perles actuelles et subactuelles à différents stades de finition. – Graphic representation of the distribution of values obtained by measuring the roughness of modern and submodern beads at different stages of finishing.

FIG. 17. Représentation graphique de la distribution des valeurs obtenues en mesurant la rugosité des perles actuelles et subactuelles à différents stades de finition. – Graphic representation of the distribution of values obtained by measuring the roughness of modern and submodern beads at different stages of finishing

Les techniques actuelles au Yémen

64Au Yémen, le premier des quatre stades de finition (Al) se traduit, en moyenne, par une surface plus homogène que pour les perles abrasées indiennes. Malgré les incertitudes liées aux valeurs des étapes intermédiaires, il ressort que les valeurs de rugosité associées au polissage et au lustrage sont comparables à celles observées sur les perles indiennes. La qualité des chatons yéménites est à situer entre la qualité des perles lustrées en tambour (L2) et celles lustrées sur meule en laque (Ll).

Les techniques pratiquées en Inde avant 1940

65Seules quatre des six techniques de finition employées avant 1940 ont pu être caractérisées par une analyse rugosimétrique. Parmi ces quatre techniques (A3, P3), rappelons que deux ne sont représentées que par deux pièces travaillées sur polissoir à archet, mais, qui plus est, sur des meules fabriquées avec des matériaux modernes (poudre de carborundum). Il n’est donc pas certain que ces pièces soient représentatives des états de surfaces produits avant 1940 par les meules en laque et poudre d’émeri. Les mesures obtenues semblent confirmer ces doutes. En effet, contrairement à nos attentes et aux résultats observés sur les perles actuelles, les valeurs enregistrées sur la pièce abrasée de manière traditionnelle sont comparables aux valeurs obtenues sur la pièce une fois polie. De surcroît, la fourchette de valeurs obtenues pour l’abrasion est plus restreinte que celle obtenue pour le polissage, ce qui est en contradiction avec la réduction graduelle de la variabilité des valeurs que l’on observe dans l’échantillon actuel, de l’abrasion jusqu’au lustrage. Ces résultats sont donc difficiles à interpréter. Tout au plus, peuvent-ils suggérer que les différentes techniques de finition pratiquées avant 1940 régularisaient la surface des perles de manière plus progressive que de nos jours.

66Contrairement aux pièces abrasées et polies, la rugosimétrie des pièces lustrées de manière traditionnelle peut être considérée comme représentative, en raison du nombre important de pièces disponibles, de la variabilité de leur état de surface et des mesures effectuées. Les pièces anciennes lustrées au polissoir à archet (L3) révèlent un état de surface de qualité comparable à celle que produit actuellement l’action du tambour en bois rotatif. En revanche, les perles soumises à un lustrage dans une outre en cuir (L4) se distinguent par la forte variabilité des valeurs enregistrées. Environ 30 % de celles-ci sortent de l’amplitude observée pour les techniques de lustrage actuelles et anciennes. Elles recouvrent même la variabilité des valeurs prises par les états de surface soumis à polissage. Il faut souligner ici que la technique de l’outre en cuir était également appliquée à des perles grossièrement polies et que le lustrage n’était pas suffisant pour régulariser les défauts de surface. En outre, comme le signale R.K. Trivedi, les perles étaient maintenues dans les outres pour des périodes différentes selon la qualité de finition souhaitée. Les perles de qualité inférieure, polies grossièrement, étaient celles qui étaient lustrées le moins longtemps. Ce qui expliquerait pourquoi leur variabilité rugosimétrique est si forte.

Discussion

67L’étude microscopique des pièces ethnographiques permet de suivre l’évolution de la surface des perles à travers les différentes étapes de la finition.

68Il s’ensuit quelques hypothèses sur les phénomènes qui président aux différentes étapes de finition. L’abrasion à la meule en carborundum modifie la surface en arrachant des fragments de matière, le polissage et le lustrage travaillent la surface par usure.

69Le référentiel étudié n’est sans doute pas représentatif de toutes les techniques que l’on pourrait utiliser, et que l’on a utilisées dans le passé, pour finir des perles en calcédoine. Il permet cependant, à travers les traces observées, d’établir un lien de cause à effet entre certains mécanismes et les traces microscopiques qui en découlent : microfractures dues à l’arrachage de matière au cours de l’abrasion, cônes incipients de fracture et piquetage dus aux chocs subis par les perles, stries linéaires dues à une usure produite par une meule rotative...

70Notre étude a permis également de mettre en évidence que les techniques modernes correspondent à une transposition des techniques anciennes comme démontré par :

  1. l’organisation de la finition en trois étapes ;
  2. la ressemblance entre les mécanismes utilisés dans les différentes étapes : la meule en carborundum prend la place de la meule en laque et émeri utilisée sur polissoir à archet. Le plateau en bois appliqué à la meule en carborundum prend la place de la pierre à rainure, le tambour prend la place de l’outre en cuir. La seule différence notable porte sur la technique du plateau en bois. Contrairement à la pierre à rainure, c’est l’élément abrasif qui tourne et non les perles7 ;
  3. la ressemblance entre les traces (et l’aspect à l’œil nu) produites par les techniques modernes et anciennes. Ces traces sont de deux types : 1) des stries linéaires, de plus en plus fines, formées par arrachage au stade d’abrasion et par usure au stade de polissage et lustrage ; 2) un piquetage et des fractures, engendrés par des chocs de moins en moins violents, dans le passage du polissage au lustrage.

71Enfin, l’étude en contexte ethnographique des techniques de finition des perles révèle que chaque technique est fonction de la morphologie et de la qualité souhaitées. L’étude microscopique des ébauches et des perles finies montre que le lien univoque qui unit la technique et la morphologie s’étend, dans une large mesure, aux traces de finition : chaque technique, destinée à la production d’une morphologie particulière, engendre des traces différentes. On retiendra, par conséquent, qu’il est cohérent d’aborder l’étude des techniques de finition des perles archéologiques en comparant les traces présentées par des perles de morphologie semblable.

La finition des perles archéologiques de Kalibangan

Analyse microscopique

72La collection de perles de Kalibangan, conservée à Purana Qila (New Delhi) comprend 44 perles (tabl. 3) en cornaline, jaspe, agate et lapislazuli. Ces perles ont été analysées selon les procédés analytiques utilisés pour l’étude des pièces ethnographiques. L’ensemble de la collection a fait l’objet d’une étude à la loupe binoculaire et d’une analyse d’image selon le système décrit précédemment (voir supra, « analyse microscopique des pièces ethnographiques »), ce qui a permis d’isoler un échantillon de 15 perles que l’on a, ensuite, étudié au meb. 11 perles ont fait l’objet d’une analyse rugosimétrique pour un total de 84 mesures.

TABLEAU 3. Données descriptives de la collection des perles de Kalibangan. – Descriptive data of the bead collection from Kalibangan.

TABLEAU 3. Données descriptives de la collection des perles de Kalibangan. – Descriptive data of the bead collection from Kalibangan.

TABLEAU 3. Données descriptives de la collection des perles de Kalibangan. – Descriptive data of the bead collection from Kalibangan (suite).

TABLEAU 3. Données descriptives de la collection des perles de Kalibangan. – Descriptive data of the bead collection from Kalibangan (suite).

Roche : co, cornaline ; ja, jaspe ; ag. agate ; la, lapis-lazuli. Morphologie : cyl, cylindrinque ; ellip. bitr., ellipsoïde bironqué ; ellip. bitr. ov., ellipsoïde bitronqué à section ovale ; « class. harr. », classique harappéenne, cylindrique ; sph., sphérique ; rond. bicon., rondelle biconique ; rond. pr. curv., rondelle à profil curviligne ; par., parallélépipède ; par. ap., parallélépipède aplati ; pol. conv., polyèdre aplati à face principale rectangulaire. Surface : l, lisse ; f, facettée. État de conservation : e, entière ; f, fracturée. Morphologie de la surface mesurée : c, convexe ; p, plate.

FIG. 18. Types de perles retrouvés à Kalibangan soumis à l’étude microscopique et rugosimétrique. 1,2 : jaspe, 3 : lapis-lazuli, 4 à 11 : agate zonée, 12 à 21 : cornaline. – Types of beads found at Kalibangan, submitted to microscopic and roughness analysis. 1, 2 : jasper, 3 : lapis lazuli, 4 to 11 : banded agate, 12 to 21 : carnelian

  • 8 Chapitre 8, Β. Barthélemy de Saizieu en donne la définition suivante : « Son profil s’apparente à (...)

73Huit grandes catégories morphologiques sont présentes à Kalibangan (fig. 18). Ce sont, par ordre d’importance numérique décroissant : 1) les perles cylindriques, catégorie dans laquelle nous incluons les « classiques harappéennes8 » ; 2) les perles ellipsoïdes, plus ou moins allongées ; 3) les formes arrondies, incluant les perles proprement sphériques et les rondelles à profil curviligne ; 4) les polyédriques aplaties à profil convexe et extrémités parfois arrondies ; 5) les pièces biconiques ; 6) les rondelles ; 7) les parallélépipèdes et 8) les pièces prismatiques. Les trois dernières catégories sont représentées par un seul exemplaire chacune. Des préférences claires s’observent dans l’utilisation des matières premières (fig. 19) : les perles appartenant aux catégories 1 et 3 à 6 sont façonnées presque exclusivement en cornaline. Les ellipsoïdales sont façonnées exclusivement en jaspe et en agate.

FIG. 19. Matières premières utilisées pour la fabrication des différents types de perles retrouvés à Kalibangan. – Raw materials utilized for the fabrication of the different types of beads found at Kalibangan

Perles cylindriques

74Au moins cinq types de perles se rencontrent dans cette catégorie : 1) des perles allongées, représentées exclusivement par des fragments légèrement coniques, dont l’un en agate (« classiques harappéennes ») ; 2) des perles allongées d’aspect grossier (deux exemplaires dont l’un en lapis-lazuli) ; 3) des perles plus fines que les précédentes, parfaitement cylindriques, représentées par des fragments ; 4) des petites perles fines (10 180 4 mm) ; 5) des petites perles d’un diamètre égal à la longueur (10 180 10 mm).

75Les perles appartenant aux types 1, 3, 4 présentent les mêmes traces de finition. Elles consistent en des stries orientées dans l’axe de la pièce, pouvant atteindre les 70 µm de largeur (fig. 20 et 21a). Selon les pièces, ces stries sont plus ou moins recouvertes de stries fines (largeur moyenne 5 μm) orientées de manière aléatoire.

76Les pièces du type 2 sont couvertes d’impacts allant jusqu’à 200 μm de largeur sur la pièce en cornaline (fig. 22) et jusqu’à 400 pm, voire 600 pm, sur celle en lapis-lazuli (fig. 21b).

77Deux des trois perles appartenant au type 5 (Ka 39 et 43) se différencient du type 3 par un profil légèrement bombé. A cette différence morphologique, correspond une différence majeure dans les traces de finition. La pièce parfaitement cylindrique (Ka 22) présente les même traces que celles décrites pour les types 1, 3, 4. En revanche, les pièces bombées sont couvertes d’un entrelacs de stries fines et de microenlèvements conchoïdaux.

Perles ellipsoïdales

78Ces perles présentent des dimensions et un degré de courbure fortement variables. Trois types morphologiques se distinguent : 1) les grandes pièces allongées, en jaspe et en agate, de longueur supérieure à 17 mm ; 2) les formes à forte courbure, en jaspe et en agate, de longueur inférieure à 17 mm ; 3) les formes allongées, exclusivement en jaspe, de longueur inférieure à 14 mm.

79L’état de surface des perles du premier type change de manière remarquable de perle à perle. Deux perles (1 et 5) gardent des traces semblables à celles décrites pour les pièces cylindriques (stries orientées dans l’axe de la pièce). La pièce à section ovale révèle des stries de même orientation, mais de largeur inférieure à celle visibles sur les pièces précédentes. Sur l’ensemble de ces pièces les stries longitudinales sont presque totalement oblitérées par des stries entrecroisées, associées parfois à un piquetage (fig. 22). Les autres pièces du premier type ne présentent que des stries courtes et entrecroisées. Une pièce en agate (34) se distingue nettement des précédentes. Sa surface est couverte de groupes de stries courtes et parallèles, d’une largeur de 30 à 60 µm, obliques par rapport au grand axe de la pièce et formant des micro facettes (fig. 21c). Chaque facette est couverte de stries parallèles présentant quelques degrés d’écart par rapport à la direction des stries sur les facettes contiguës.

FIG. 20. Petite perle cylindrique en cornaline présentant des enlèvements résiduels dus à la taille (haut) : la surface est couverte de stries parallèles orientées dans l’axe de la pièce auxquelles se superposent des stries courtes et fines sans orientation préférentielle (bas). La flèche indique la zone élargie dans la photo du bas ; haut : éch. = 1 mm, bas : éch. = 100 µm. – Small, cylindrical, carnelian bead presenting residual chipping removals (top). The surface is covered with parallel striations parallel to the piece main axis. These are obliterated by short, fine, randomly oriented striations (bottom). The arrow indicates the area enlarged in the lower photo. Above : scale = 1 mm ; below : scale = 100 µm

80Les trois pièces à forte courbure du groupe 2 (16, 25, 44) présentent des surfaces couvertes de stries entrecroisées et une même diversité de perle à perle. Une pièce, en particulier (25) révèle un enchevêtrement de stries de largeurs extrêmement variées, qui s’accompagnent d’un piquetage de petites dimensions (fig. 21d). Une autre pièce (44) révèle, près d’une extrémité, des stries subparallèlles perpendiculaires à l’axe majeur.

81Les petites ellipsoïdes en jaspe du groupe 3 (24, 42) se différencient nettement des deux groupes précédents par leur surface grossière, couverte d’impacts émoussés, et par l’absence de stries (fig. 21e à f et 22).

Perles sphériques

82Ce sont les pièces proprement sphériques (23-29) et les sphériques tronquées ou rondelles à profil curviligne. Ces perles portent les traces d’opérations d’abrasion ou de polissage semblables à celles décrites ci-dessus pour une pièce ellipsoïde en agate (34). Elles sont constituées de stries fusiformes courtes et parallèles, de largeur comprise entre 30 et 60 µm, orientées perpendiculairement à l’axe de la perforation et formant des microfacettes. Une pièce (12) présente exclusivement ces traces sur la surface (fig. 23). Sur les autres pièces ces traces, bien visibles à proximité des perforations, sont plus au moins oblitérées, dans les zones du diamètre maximum, par un enchevêtrement de stries fines (largeur maximale 10 µm). Les perles parfaitement sphériques semblent conserver moins de traces d’abrasion et de polissage comparées aux rondelles à profil curviligne.

FIG. 21. a) Fragment de « classique harappéenne » présentant des stries parallèles orientées dans l’axe de la perle ; b) perle cylindrique d’aspect grossier, couverte d’impacts ; c)perle ellipsoïde avec stries fusiformes formant des micro-facettes ; d) perle ellipsoïde avec enchevêtrement de stries et piquetage ; e-f) petites perles ellipsoïdes de mauvaise qualité avec surface piquetée. Éch. = 500 µm.

– a) Fragment of a “classic Harappan” bead presenting parallel striations parallel to the bead main axis ; b) crudely made, cylindrical bead, covered with impact points ; c) ellipsoidal bead with fusiform striations forming micro-facets ; d-e) small poor quality, ellipsoidal beads with a peaked surface. Scale = 500 µm

Perles polyédriques aplaties

83Quatre perles rentrent dans cette catégorie. Τrois d’entre elles, toutes en cornaline (19, 40, 41), se distinguent par leurs extrémités arrondies et leur section légèrement rhomboïdale. La quatrième (8), en agate, a des extrémités pointues et une section ovale. Toutes ces perles portent les traces de deux étapes successives de finition. La première, l’abrasion, est révélée par des stries parallèles d’aspect grossier, orientées dans l’axe de la perforation de la perle et présentant souvent à l’intérieur des stigmates de microfractures d’arrachement. Ces stries mesurent entre 100 et 180 µm de largeur. Vient, ensuite, un « polissage » qui produit des stries parallèles, toujours perpendiculaires à celles de l’« abrasion », d’une largeur maximale de 40 µm. Sur une seule perle (41), les stries parallèles sont couvertes par des stries fines (3-5 µm de largeur) entrecroisées qui se concentrent au centre des deux faces plates (fig. 24).

FIG. 22. a) Perle cylindrique en cornaline avec surface couverte d’impacts ; b) perle ellipsoïdale tronquée avec surface couverte de stries entrecroisées et d’impacts ; éch. = 1 mm. — a) Cyclindrical, cornelian bead with its surface covered with impact points ; b) truncated, ellipsoidal bead with its surface covered with intertwined striations and impact points.

c) Petite perle ellipsoïde de mauvaise qualité, couverte d’impacts ; éch. = 100 µm. – c) small, ellipsoidal bead of poor quality, covered with impact points. a) and b) : scale = 1 mm ; c) : scale 100 µm

Perles biconiques

84Ce groupe est formé de deux pièces (13, 28). L’une (28) présente une forme allongée et les mêmes traces de finition que l’on observe sur les perles cylindriques (stries longitudinales recouvertes de stries fines orientées de manière aléatoire). En revanche, l’autre, plus courte et trapue, présente des stries obliques, courtes et fusiformes, semblables à celles observées sur les pièces sphériques et sur une pièce ellipsoïdale.

FIG. 23. Perle sphérique couverte de stries fusiformes, orientées perpendiculairement à l’axe de la perforation et formant des facettes ; éch. = 500 µm. – Spherical bead covered with fusiform striations, oriented perpendicular to the axis of the perforation and forming facets. Scale = 500 μm

Rondelles biconiques

85Les deux pièces qui rentrent dans cette appellation (9, 20) présentent en réalité des différences importantes tant du point de vue de leur morphologie que de celui des techniques de finition. La plus épaisse (20) présente des facettes qui lui donnent une morphologie bi-pyramidale. Ces facettes sont couvertes de stries parallèles, perpendiculaires à l’axe de la perforation, ayant une largeur maximale de 50 µm.

86La perle plate (9) a une morphologie plus régulière et sa surface est couverte de stries fines (3-5 µm de largeur) de direction aléatoire.

Perle parallélépipédique

87La seule perle de cette morphologie est couverte de stries orientées de manière aléatoire, larges en moyenne de 10 µm et pouvant atteindre 30 μm.

Perle prismatique

88Cette pièce présente des faces rhomboïdales opposées se joignant par des facettes triangulaires. A l’exception des deux faces traversées par la perforation, toutes les autres comportent des stries parallèles d’aspect émoussé, ayant une largeur comprise entre 50 et 70 μm. Ces surfaces sont traversées par des rares stries courtes et sans orientation précise, d’une largeur inférieure à 10 μm.

Analyse rugosimétrique

89La rugosimétrie des perles de Kalibangan distingue au moins trois groupes (fig. 25, tabl. 3 et 4 de l’annexe) :

  1. la perle en forme de parallélépipède aplati (Ka 8), qui est la seule à présenter des valeurs comparables à celles des pièces lustrées par des techniques utilisées actuellement ou en début de siècle (fig. 18 et 19, tabl. 1 et 2 de l’annexe) ;
  2. les perles cylindriques, sphériques, polyédriques aplaties, biconiques et prismatiques. Tous ces types se caractérisent par une rugosité accentuée (Ra compris entre 2 000-3 500), proche des valeurs obtenues en mesurant les pièces polies selon des procédés actuels ;
  3. les perles ellipsoïdes. La pièce de petites dimensions (Ka 24) présente des valeurs élevées, comprises entre celles de l’abrasion et du polissage actuels. La perle la plus grande (Ka 4) révèle des valeurs à cheval entre la petite pièce (Ka 24) et les pièces du groupe 2.

90L’analyse rugosimétrique des pièces de Kalibangan montre ainsi qu’à de rares exceptions près, les techniques de finition du monde harappéen n’atteignaient pas la qualité obtenue à Khambhat à la fin du siècle dernier et, encore moins, la qualité des perles produites actuellement.

91Le faible nombre de pièces étudiées ne permet pas d’évaluer la variabilité de la rugosité au sein de chaque groupe morphologique de perles ou de caractériser la rugosité propre à chaque type de trace de finition. Cependant, l’homogénéité des valeurs obtenues sur les trois pièces cylindriques aux mêmes traces de finition (Ka 10, 15, 27), ainsi que sur les deux perles polyédriques aplaties présentant des traces de même type (Ka 40, 41), semble indiquer que les mesures obtenues doivent être représentatives de la variabilité des états de surface propres à chaque technique et morphologie de perle. La nette différence qui existe entre les deux perles ellipsoïdes confirme les résultats de l’étude microscopique : en dépit de leur ressemblance morphologique générale, ces perles ont été finies selon des techniques fort différentes.

FIG. 24. Perle polyédrique aplatie à bords arrondis présentant des traces entrecroisées de deux étapes de finition (a). Les traces d’abrasion restent visibles sous forme d’ondulations émoussées par le polissage (b). Les traces de polissage sont traversées par des stries courtes de longueur et d’orientation variable (c). a) éch. = 1 mm, b) et c) éch. = 100 µm.

– Flattened, polyhedral bead with rounded edges, presenting traces of two finishing stages (a). The traces of abrasion remain visible in the form of undulations smoothed by polishing (b). The polishing traces are crossed by short and randomly oriented striations (c). a) scale = 1 mm ; b) and c) scale = 100 µm

92La rugosimétrie permet ainsi de démontrer, indépendamment de l’analyse microscopique, qu’il existe au moins deux, peut-être trois, qualités différentes de perles à Kalibangan. Toutefois, elle ne semble pas en mesure de distinguer l’ensemble des différentes traces de finition révélées par l’analyse microscopique.

Interprétation : les procédés de finition des perles de Kalibangan

93Les perles de Kalibangan présentent quatre grandes catégories de traces, isolées ou associées : 1) des stries longues et parallèles de largeur généralement supérieure à 50 µm ; 2) un piquetage ; 3) des stries fusiformes courtes et parallèles, rangées par groupes et formant des microfacettes ; 4) des stries entrecroisées courtes de largeur généralement inférieure à 10 µm.

94Certaines de ces traces évoquent celles observées sur les perles actuelles et subactuelles ce qui doit permettre d’inférer les procédés techniques qui en sont à l’origine. Pour celles qui ne possèdent pas de véritable analogue actuel, une reconstitution des procédés techniques peut être proposée sous forme d’hypothèse de travail, à tester expérimentalement et à vérifier sur un échantillon archéologique plus large.

FIG. 25. Représentation graphique de la distribution des valeurs obtenues en mesurant la rugosité des perles de Kalibangan

– Graphic representation of the distribution of values obtained through measures of the roughness of beads from Kalibangan

Stries longues et parallèles

95Les stries longues sont le résultat d’un mouvement de va-et-vient de la perle ou de la meule. Les perles qui portent ces traces se partagent en deux catégories morphologiques distinctes. D’une part, les perles à section circulaire ou ovale (cylindriques, ellipsoïdales allongées, biconiques) ; de l’autre, les pièces à surfaces plates (prismatiques, rondelles facettées) ou très légèrement courbées (polyédriques aplaties). Dans le premier cas, les stries sont toujours orientées dans l’axe majeur de la perle, ce qui indique que ces pièces ont été abrasées et polies par un mouvement effectué dans l’axe de l’objet. La régularité des traces et l’absence de facettes suggère l’utilisation d’une pierre à rainure dans laquelle les pièces auraient été glissées et frottées. Les formes légèrement biconiques concaves (classiques harappéennes), ellipsoïdales ou franchement biconiques ont pu être obtenues en faisant glisser à tour de rôle une seule moitié de la perle dans la rainure.

96Par référence aux techniques de finition yéménites, on peut supposer que les perles ainsi abrasées et polies ont été travaillées sur des pierres de rugosité décroissante à moins que différents types de poudre abrasives n’aient été ajoutées sur un support dormant. Quoi qu’il en soit, les matériaux utilisés et les temps de travail ne semblent pas avoir été les mêmes pour toutes les pièces.

97Comparées aux pièces ellipsoïdales, les stries des pièces cylindriques présentent une remarquable homogénéité dans leur largeur, ce qui suggère l’utilisation systématique, pour ce type de perle, des mêmes techniques de finition.

98La différence observée, au sein des perles cylindriques de type 5 (diamètre égal à la longueur) entre la perle cylindrique portant des stries longues et parallèles et les deux perles à profil légèrement bombé qui, elles, en sont dépourvues, est probablement due au fait que la première est un fragment des types 1 ou 3 (formes allongées), refaçonnée après fracture.

99Contrairement aux pièces à section circulaire, les perles polyédriques aplaties (Ka 8, 19, 40 et 41) conservent des traces indiquant qu’elles ont été abrasées et polies sur des meules de granulométrie décroissante. Ces pièces constituent le seul exemple retranscrivant distinctement plusieurs étapes de finition. L’autre particularité de ces perles réside dans le fait que les stries résiduelles d’abrasion et de polissage occupent sur chaque perle les mêmes zones, sont orientées de la même façon perpendiculairement les unes par rapport aux autres. Ce degré de similitude ne peut qu’étonner au regard de la forte variabilité observée sur les autres types morphologiques. Des caractéristiques semblables ont été observées sur des groupes de perles façonnées au début de ce siècle et issues d’un même atelier, sinon de la main d’un même artisan. C’est peut-être le cas de ces perles de Kalibangan dont on peut supposer, étant donné leur morphologie particulière, qu’elles ont fait partie du même collier.

100Du point de vue des procédés techniques, les surfaces plates (présentes sur les prismatiques et les polyédriques) ont pu être travaillées sur meule dormante ou sur meule rotative. La régularité de l’orientation des stries sur les perles polyédriques font plutôt pencher pour la seconde hypothèse.

Piquetage

101Deux types de piquetage s’observent sur les pièces de Kalibangan. Le premier, le plus marqué, se rencontre exclusivement sur deux pièces cylindriques et sur deux petites perles ellipsoïdes de facture médiocre. Le deuxième, observé sur les grandes pièces ellipsoïdes et de manière sporadique sur quelques autres pièces, se présente sous la forme d’impacts de petites dimensions. Il est toujours associé à des stries entrecroisées de petites dimensions.

102La seule technique actuelle produisant des surfaces comparables est celle de l’abrasion en tambour à sec des perles de qualité inférieure. Cependant, dans le cas des perles archéologiques, les chocs ne sont que sommairement émoussés, produisant une surface fortement rugueuse. Il est possible que ce piquetage soit le résultat d’une rotation dans des outres en cuir à sec ou avec des élément abrasifs grossiers, capables d’émousser rapidement, quoique partiellement, les surfaces piquetées. Rappelons que ce procédé permet d’abraser rapidement des perles de mauvaise qualité.

Stries fusiformes

103Des facettes couvertes de stries fusiformes parallèles s’observent sur une grande pièce ellipsoïde, sur une pièce biconique, sur une rondelle à profil curviligne et, dans une moindre mesure, sur quelques autres perles rondelles. Chaque facette semble être le résultat d’un contact ponctuel de la perle avec une meule. Savoir si la meule était fixe ou entraînée par un archet est problématique. En effet, aucune pièce arrondie n’est fabriquée actuellement avec un polissoir à archet, ce qui rend conjecturale notre interprétation. L’orientation et la régularité des stries argumentent, cependant, en faveur de cette technique. En effet sur la rondelle à profil curviligne, les stries fusiformes présentes sur la surface bombée sont toujours parfaitement perpendiculaires à l’axe de la perforation, ce qui indique une oscillation de la pièce sur un seul plan. Il est probable que ce résultat a été obtenu en gardant la pièce entre les doigts et en la faisant osciller sur la surface de la meule du polissoir à archet. Si la perle avait été frottée à la main sur une meule dormante, alors les stries auraient présenté une plus forte variabilité dans leur orientation, correspondant aux différents gestes de l’artisan pour suivre la courbure de la perle.

Stries entrecroisées

104Ces stries se rencontrent sur la plupart des perles de Kalibangan, souvent en association avec des chocs de petites dimensions. Leur allure et le fait qu’elles sont toujours postérieures aux autres types de traces ne permet pas d’exclure a priori l’hypothèse selon laquelle elles ne représenteraient pas la dernière étape de finition mais plutôt des modifications produites par le portage des perles, par des altérations post-enfouissement ou, encore, par un mélange des deux.

  • 9 Un référentiel, permettant de distinguer entre traces de façonnage et traces dues à d’autres facte (...)

105En l’absence de référentiel approprié9, nous bâtirons notre raisonnement sur une comparaison des traces que présentent les différentes parties des perles archéologiques.

106Dans certains cas, les traces sont plus intenses sur les zones vraisemblablement les plus exposées à l’usure (centre des parallélépipèdes aplatis à section courbe, diamètre maximum des perles sphériques et ellipsoïdales) ce qui correspondrait à des stigmates d’utilisation des perles. L’intensité de ces traces suggère que les colliers ont été utilisés pour des périodes prolongées ou à proximité d’objets (pendeloques, autres éléments de parure) capables de rayer les perles. Ce constat n’exclut pas la possibilité que certaines traces soient le résultat de la dernière étape de la finition. En effet, de telles traces sont systématiquement plus développées sur les pièces ellipsoïdes et sphériques que sur les cylindriques, ce qu’il est difficile d’expliquer selon l’hypothèse fonctionnelle ou post-dépositionnelle.

107Quelle était alors la technique de lustrage utilisée ? Des stries entrecroisées peuvent également être produites par un lustrage sur meule dormante, comme démontré par notre analyse des chatons yéménites. Toutefois, le lustrage des pièces yéménites s’applique à des surfaces plates ou très légèrement bombées. L’application de cette technique aux pièces fortement courbes de Kalibangan (sphériques, cylindriques, biconiques) ou à celles présentant des arêtes (prismatiques, polyédriques, parallélépipèdes) risquerait de produire des facettes couvertes de stries parallèles qui altéreraient la morphologie de la perle et endommageraient les arêtes. Dans le cas des perles de Kalibangan, il faut, par conséquent, envisager un lustrage effectué sur des matériaux souples (peau, tissu) et en changeant souvent la direction du geste.

Discussion des résultats archéologiques

108Les traces de finition mises en évidence sur les perles de Kalibangan correspondent à l’emploi de trois, peut-être quatre, procédés techniques :

  1. une abrasion et/ou un polissage effectués dans l’axe majeur de l’objet sur meule fixe, probablement rainurée pour certaines d’entre elles (abrasion de certaines perles cylindriques, ellipsoïdales et biconiques) ;
  2. une abrasion et/ou polissage effectués sur polissoir à archet (certaines perles ellipsoïdales, biconiques, polyédriques aplaties, sphériques) ;
  3. une abrasion ou polissage effectués par rotation dans des éléments abrasifs grossiers (certaines perles cylindriques et ellipsoïdales) ; 4) un possible lustrage à l’aide de poudres abrasives « libres » (certaines perles appartenant à tous les types morphologiques).

109Dans certains cas, il est possible d’inférer la séquence des opérations de finition. Ainsi, les perles polyédriques aplaties attestent de l’emploi de meules de granulométrie décroissante pour les opérations d’abrasion et de polissage. Probablement, plusieurs meules ont été également utilisées pour la finition des autres perles présentant des stries longues et parallèles. Si les stries entrecroisées repérées sur ces pièces sont le résultat d’un lustrage et non de leur port, alors il faut envisager, pour cette opération finale, un lustrage effectué à l’aide de poudres abrasives « libres ». Deux catégories de perles échappent à ce schéma, les pièces grossières et celles qui ont été travaillées sur polissoir à archet. Les premières ont dû vraisemblablement être abrasées sommairement sur une meule fixe avant d’être « polies-lustrées » de manière agressive. Les secondes ont été abrasées, polies et lustrées sur polissoir à archet.

110L’ensemble de ces résultats montre une différence significative entre les techniques actuelles et passées. A l’heure actuelle, comme au début du siècle, il existe une correspondance stricte entre la forme des perles et le processus technique de finition. A en juger par le matériel de Kalibangan, ce n’était pas le cas à l’époque harappéenne. Au moins deux procédés distincts étaient utilisés pour la finition des perles cylindriques, trois pour les perles ellipsoïdes. Dans une certaine mesure, ces différences semblent être fonction de la matière première ou de la qualité recherchée (ex. : petites ellipsoïdales de mauvaise qualité). Mais ces deux paramètres ne semblent pas suffisants pour justifier l’adoption de procédés différents ainsi que pour expliquer les variations de l’état de surface de perles de même catégorie morphologique et dimensionnelle (ex. : perles ellipsoïdes). Nous proposons, en fait, de considérer les perles de la collection étudiée comme un ensemble issu d’ateliers distincts utilisant des procédés techniques partiellement ou totalement différents. L’homogénéité des traces observées sur les pièces cylindriques en cornaline est probablement le reflet d’un nombre réduit de centres de production (ou d’un grand centre) utilisant de manière relativement stricte les mêmes procédés techniques. Les perles sphériques et polyédriques aplaties semblent relever du même cas de figure. En revanche, la variabilité des traces observées sur les perles ellipsoïdes peut être la conséquence d’une production effectuée dans un nombre varié de centres de production répondant à des traditions techniques distinctes.

FIG. 26. Variabilité dimensionnelle des perles ellipsoïdes, cylindriques et sphériques découvertes à Kalibangan. – Dimensional variability of ellipsoidal, cylindrical and spherical beads found at Kalibangan

111Cette hypothèse est argumentée par l’étude morphométrique des perles (fig. 26). En effet, les perles cylindriques entières se rangent dans trois groupes confirmant leur appartenance à des types morphométriques clairement définis. Une homogénéité dimensionnelle de même ordre s’observe sur les perles sphériques. Les perles ellipsoïdes, au contraire, se caractérisent par leur forte variabilité dimensionnelle, indice d’une production non standardisée.

Conclusion

112Cette étude avait pour objectif d’identifier les différentes techniques de finition utilisées par les Harappéens tout en mettant au point une méthode d’analyse des processus de finition des perles anciennes. Les résultats mettent en évidence la pertinence de l’approche microscopique et rugosimétrique pour décrire les états de surface des perles. La comparaison avec les états de surface de perles ethnographiques aux procédés de finition connus permet de proposer des interprétations sur les différents processus de finition pratiqués dans l’Indus durant la seconde moitié du IIIe millénaire avant J.-C. On soulignera ici que l’analyse des mécanismes à l’origine des traces observées sur des perles actuelles est une approche privilégiée pour comprendre la formation de traces qui n’ont pas nécessairement d’équivalent actuel. L’un des points forts de notre étude a d’ailleurs été de constater que les différents procédés de finition harappéens ne suivaient pas les mêmes règles que les procédés modernes, à savoir que la morphologie des perles n’était pas déterminante de la technique utilisée.

113De manière plus générale, l’analyse des perles de Kalibangan met en évidence l’existence de différents centres de production distribués sur l’aire géographique vaste que représente l’Indus. Dans un premier cas de figure, les perles proviendraient d’un nombre restreint d’ateliers. Ce serait le cas des perles cylindriques dont les classiques harappéennes. Cette hypothèse, basée sur la forte homogénéité des états de surface, vient conforter l’interprétation que l’on trouvera développée dans le chapitre 7, à savoir que les classiques harappéennes étaient fabriquées par un nombre extrêmement restreint d’artisans (deux ou trois) localisés probablement sur le site de Chanhu-Daro (voir chapitre 7, fig. 1). Dans un second cas de figure, on suppose que les perles proviennent d’ateliers différents étant donné une forte variabilité des états de surface au sein d’un même type morphologique (perles ellipsoïdes). Ces ateliers se caractérisent par la pratique de techniques distinctes pour lesquelles on peut envisager des traditions et des innovations à caractère local, ne diffusant pas nécessairement sur l’ensemble du monde de l’Indus.

114Dans le cadre de l’archéologie harappéenne, les perles de Kalibangan représentent le seul ensemble qui ait ainsi fait l’objet d’une analyse systématique des états de surface. Toutefois, on notera que les conclusions auxquelles nous arrivons, à savoir l’existence d’ateliers différents dont les produits diffusent sur l’ensemble des sites harappéens, sont celles-là mêmes auxquelles arrive Blanche Barthélemy de Saizieu pour les perles du site de Nausharo (chapitre 8). Les différentes qualités de façonnage et de finition la conduisent, en effet, à distinguer des provenances diverses et, par suite, des destinations variées. En tout état de cause, les perles circulaient pour arriver sur des sites aux localisations éloignées. L’on peut supposer alors que l’identification des techniques de finition de l’ensemble des perles de l’Indus devrait permettre, dans le futur, de repérer les grands axes de circulation et d’envisager, sur la base des types de perle, les relations que pouvaient entretenir les sites entre eux.

Annexes

Annexe

TABLEAU 1. Statistiques descriptives de la rugosimétrie des perles actuelles et subactuelles à différents stades de finition. – Descriptive statistics of roughness measures of modern and submodern beads at different finishing stages.

TABLEAU 1. Statistiques descriptives de la rugosimétrie des perles actuelles et subactuelles à différents stades de finition. – Descriptive statistics of roughness measures of modern and submodern beads at different finishing stages.

TABLEAU 2. Statistiques descriptives de la rugosimétrie des perles actuelles et subactuelles à différents stades de finition. – Descriptive statistics of roughness measures of modern and submodern beads at different finishing stages.

TABLEAU 2. Statistiques descriptives de la rugosimétrie des perles actuelles et subactuelles à différents stades de finition. – Descriptive statistics of roughness measures of modern and submodern beads at different finishing stages.

TABLEAU 3. Statistiques descriptives de la rugosimétrie des perles de Kaliban. – Descriptive statistics of roughness measures of beads from Kaliban.

TABLEAU 3. Statistiques descriptives de la rugosimétrie des perles de Kaliban. – Descriptive statistics of roughness measures of beads from Kaliban.

TABLEAU 4. Statistiques descriptives de la rugosimétrie des perles de Kalibangan. – Descriptive statistics of roughness measures of beads from Kalibangan.

TABLEAU 4. Statistiques descriptives de la rugosimétrie des perles de Kalibangan. – Descriptive statistics of roughness measures of beads from Kalibangan.

Notes

1 La collection yéménite a été constituée par M.-L. Inizan au cours d’une enquête au Yémen sur la fabrication des chatons de cornaline.

2 Terme générique qui désigne l’outil en hindi.

3 Les images ont été numérisées en utilisant une caméra ccd kp-m1e/k Hitachi montée sur le stéréomicroscope et reliée avec un ordinateur Apple Macintosh IIVI équipé d’une carte de numérisation Kingfisher (Graphics Unlimited), relié à un écran vidéo.

4 tencor P-l (Tencor Instrument, usa).

5 En anglais, longwave cutoff, shortwave cutoff

6 La faiblesse de l’échantillonnage (deux pièces) est due à la difficulté d’obtenir un plus grand nombre de pièces auprès d’un artisan qui ne pouvait consacrer plus de temps à une expérimentation perçue déjà comme fastidieuse.

7 Le changement dans la conception de la tâche s’explique par l’absence de mécanisme automatique permettant d’envisager un déplacement des perles le long des rainures du plateau.

8 Chapitre 8, Β. Barthélemy de Saizieu en donne la définition suivante : « Son profil s’apparente à celui d’une courbe conchoïde de Nicomède. La forme qui en résulte correspond à une surface de révolution engendrée par le déplacement d’une telle courbe parallèlement à son axe suivant un cercle directeur. »

9 Un référentiel, permettant de distinguer entre traces de façonnage et traces dues à d’autres facteurs, a été établi, mais pour des matières dures animales (D’Errico, 1993).

Notes de fin

* Le système d’analyse d’image utilisé dans l’étude du matériel archéologique et expérimental a été acheté grâce à un financement offert par Jean Auel. Nous tenons à la remercier vivement ici pour son aide désintéressée.

Table des illustrations

Légende FIG. 1. Chaîne des opérations techniques de finition des perles pratiquées à Cambay avant et après 1940. – Chain of technical bead-finishing operations carried out at Cambay before and after 1940
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/8723/img-1.jpg
Fichier image/, 241k
Légende FIG. 2. Abrasion sur meule électrique. – Abrasion on an electric grinding wheel
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/8723/img-2.jpg
Fichier image/, 454k
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/8723/img-3.jpg
Fichier image/, 497k
Légende FIG. 3. Abrasion sur meule électrique des perles sphériques et ellipsoïdales à l’aide d’un plateau en bois. – Abrasion of spherical and ellipsoidal beads on an electric grinding wheel with the help ofa wooden board
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/8723/img-4.jpg
Fichier image/, 473k
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/8723/img-5.jpg
Fichier image/, 300k
Légende FIG. 4. Abrasion au polissoir à archet. Cette technique a été abandonnée progressivement au cours des années 1950-1960. – Abrasion with a polisher propelled by a bow. This technique was progressively abandoned during the 1950s and 1960s
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/8723/img-6.jpg
Fichier image/, 412k
Légende FIG. 5. Chatons yéménites emmanchés à plusieurs stades de finition. De gauche à droite : deux perles abrasées, deux perles polies (les deux stades de polissage en ordre successif) et la dernière, lustrée ; éch. = 1 cm. – Bezels at various finishing stages. From left to right, two abraded beads, two polished beads (the two polishing stages in successive order), and the last, a shined bead (final polishing stage). Scale = 1 cm
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/8723/img-7.jpg
Fichier image/, 297k
Titre TABLEAU 1. Référentiel ethnographique indien et yéménite. – Indian and Yemenite ethnographic reference base.
Légende Roche : A, agate ; C, cornaline ; Ca, calcédoine. Type : a, ancienne ; af, actuelle finie ; acf : actuelle en cours de fabrication. Provenance : I, Inde ; Y, Yémen. Morphologie : S, sphérique ; Eb, ellipsoïdale bitronquée ; E, ellipsoïdale ; Cp, cylindrique à section polygonale ; B, biconique ; Bo, biconique octogonale ; C, cylindrique ; Sd, sphéroïde ; D, discoïdale plano-convexe ; Ch, chaton elliptique ou circulaire ; Co, cordiforme. Surface ; l, lisse ; f, facette. Technique : A, abraison ; P, polissage ; L, lustrage, Y, Yémen. Morphologie de la surface mesurée : c, convexe ; p, plate
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/8723/img-8.jpg
Fichier image/, 261k
Titre TABLEAU 1. Référentiel ethnographique indien et yéménite. – Indian and Yemenite ethnographic reference base (suite).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/8723/img-9.jpg
Fichier image/, 332k
Titre TABLEAU 1. Référentiel ethnographique indien et yéménite. – Indian and Yemenite ethnographic reference base (suite).
Légende Roche : A, agate ; C, cornaline ; Ca, calcédoine. Type : a, ancienne ; af, actuelle finie ; acf : actuelle en cours de fabrication. Provenance : I, Inde ; Y, Yémen. Morphologie : S, sphérique ; Eb, ellipsoïdale bitronquée ; E, ellipsoïdale ; Cp, cylindrique à section polygonale ; B, biconique ; Bo, biconique octogonale ; C, cylindrique ; Sd, sphéroïde ; D, discoïdale plano-convexe ; Ch, chaton elliptique ou circulaire ; Co, cordiforme. Surface ; l, lisse ; f, facette. Technique : A, abraison ; P, polissage ; L, lustrage, Y, Yémen. Morphologie de la surface mesurée : c, convexe ; p, plate
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/8723/img-10.jpg
Fichier image/, 262k
Légende FIG. 6. Profil réel et redressé de la surface d’une perle archéologique du site de Kalibangan. A gauche, sont affichés les mesures de la rugosité et les paramètres choisis (unité de mesure, cutoff, etc.). – Real and smoothed profile of the surface of an archaelogical bead from the site of Kalibangan. At the left, measures of roughness are shown, along with parameters chosen (unit of measure, cutoff, etc.).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/8723/img-11.jpg
Fichier image/, 189k
Légende FIG. 7. Comparaison entre les courbes de fréquences cumulées obtenues en mesurant la rugosité des perles à surface plate et courbe. – Comparison between the cumulative frequency curves obtained by measuring the roughness of beads with flat and curved surfaces
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/8723/img-12.jpg
Fichier image/, 181k
Titre TABLEAU 2. Caractères diagnostiques de chaque technique et étape de finition. – Diagnostic features of each technique and finishing stage.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/8723/img-13.jpg
Fichier image/, 254k
Titre TABLEAU 2. Caractères diagnostiques de chaque technique et étape de finition. – Diagnostic features of each technique and finishing stage (suite).
Légende 1. Présent à l’état résiduel.2. Rares ou peu visibles.3. De petite taille.4. Meule en laque et émeri.5. Meule en laque et poudre de calcédoine.6. Avec poudre d’émeri et de calcédoine.7. Subparallèles.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/8723/img-14.jpg
Fichier image/, 248k
Légende FIG. 8. Haut et centre : surface d’une ébauche de perle facettée abrasée sur meule en carborundum. Bas : surface d’une ébauche de perle sphérique abrasée sur meule en carborundum et plateau en bois ; éch. = 100 µm. – Top and middle : surface of a bead facetted and abraded on a carborundum grinding wheel. Bottom : surface of a spherical bead roughout abraded on a carborundum grinding wheel and wooden board. Scale = 100 μm
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/8723/img-15.jpg
Fichier image/, 336k
Légende FIG. 9. Gauche : surface d’une ébauche de perle abrasée en tambour à sec, éch. = 50 µm ; droite : perle polie en tambour à sec, éch. = 10 µm. –x Left : surface of a bead roughout abraded in a dry tumbling barrel. Right : bead polished in a dry tumbling barrel. Left : scale 50 = μm ; right : scale = 10 μm
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/8723/img-16.jpg
Fichier image/, 283k
Légende FIG. 10. Surface d’une perle lustrée sur meule en laque et poudre de calcédoine ; haut : éch. = 1 mm ; bas : éch. = 10 µm. – Surface of a bead shined (final polish) on a grinding wheel made of lac (insect resin) and chalcedony powder. Top : scale = 1 mm ; bottom : scale = 10 μm.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/8723/img-17.jpg
Fichier image/, 211k
Légende FIG. 11. Surface d’une perle sphérique lustrée en tambour. Haut : éch. = 100 µm ; bas : éch. = 10 µm. – Surface of spherical bead shined in a tumbling barrel. Above : scale = 100 μm ; below : scale-10 μm
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/8723/img-18.jpg
Fichier image/, 238k
Légende FIG. 12. Haut : surface d’une ébauche abrasée avec un polissoir à archet. Centre et bas : ébauche polie avec un polissoir à archet. Éch. = 100 µm. – Top : Surface of a roughout abraded with a polisher propelled by a bow. Middle and bottom : Roughout polished with a polisher propelled by a bow. Scale = 100 µm
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/8723/img-19.jpg
Fichier image/, 291k
Légende FIG. 13. Perle du début du siècle, polie probablement sur un plateau en bois avec poudre d’émeri. – Bead from the beginning of the century, probably polished on a wooden board with emery powder
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/8723/img-20.jpg
Fichier image/, 282k
Légende FIG. 14. Haut : surface d’une perle lustrée dans une outre en cuir. Centre et bas : ébauche d’un chaton de bague yéménite au stade de l’abrasion ; haut et bas : éch. = 100 µm ; centre : éch. = 1 mm. – Top : surface of a bead shined in a leather skin bag. Middle and bottom : roughout of a Yemenite ring bezel at the abrasion stage. Above and below : scales = 100 μm ; center : scale = 1 mm
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/8723/img-21.jpg
Fichier image/, 300k
Légende FIG. 15. Haut : ébauche d’un chaton de bague yéménite au stade du polissage ; bas : surface d’un chaton de bague lustrée. Éch.= 100 µm. 2 Top : roughout ofa Yemenite ring bezel at the polishing stage. Bottom : surface of a shined ring bezel. Scale =100 µm
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/8723/img-22.jpg
Fichier image/, 249k
Légende FIG. 16. Représentation graphique de la distribution des valeurs obtenues en mesurant la rugosité des perles actuelles et subactuelles à différents stades de finition. – Graphic representation of the distribution of values obtained by measuring the roughness of modern and submodern beads at different stages of finishing.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/8723/img-23.jpg
Fichier image/, 175k
Légende FIG. 17. Représentation graphique de la distribution des valeurs obtenues en mesurant la rugosité des perles actuelles et subactuelles à différents stades de finition. – Graphic representation of the distribution of values obtained by measuring the roughness of modern and submodern beads at different stages of finishing
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/8723/img-24.jpg
Fichier image/, 179k
Titre TABLEAU 3. Données descriptives de la collection des perles de Kalibangan. – Descriptive data of the bead collection from Kalibangan.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/8723/img-25.jpg
Fichier image/, 272k
Titre TABLEAU 3. Données descriptives de la collection des perles de Kalibangan. – Descriptive data of the bead collection from Kalibangan (suite).
Légende Roche : co, cornaline ; ja, jaspe ; ag. agate ; la, lapis-lazuli. Morphologie : cyl, cylindrinque ; ellip. bitr., ellipsoïde bironqué ; ellip. bitr. ov., ellipsoïde bitronqué à section ovale ; « class. harr. », classique harappéenne, cylindrique ; sph., sphérique ; rond. bicon., rondelle biconique ; rond. pr. curv., rondelle à profil curviligne ; par., parallélépipède ; par. ap., parallélépipède aplati ; pol. conv., polyèdre aplati à face principale rectangulaire. Surface : l, lisse ; f, facettée. État de conservation : e, entière ; f, fracturée. Morphologie de la surface mesurée : c, convexe ; p, plate.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/8723/img-26.jpg
Fichier image/, 218k
Légende FIG. 18. Types de perles retrouvés à Kalibangan soumis à l’étude microscopique et rugosimétrique. 1,2 : jaspe, 3 : lapis-lazuli, 4 à 11 : agate zonée, 12 à 21 : cornaline. – Types of beads found at Kalibangan, submitted to microscopic and roughness analysis. 1, 2 : jasper, 3 : lapis lazuli, 4 to 11 : banded agate, 12 to 21 : carnelian
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/8723/img-27.jpg
Fichier image/, 254k
Légende FIG. 19. Matières premières utilisées pour la fabrication des différents types de perles retrouvés à Kalibangan. – Raw materials utilized for the fabrication of the different types of beads found at Kalibangan
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/8723/img-28.jpg
Fichier image/, 63k
Légende FIG. 20. Petite perle cylindrique en cornaline présentant des enlèvements résiduels dus à la taille (haut) : la surface est couverte de stries parallèles orientées dans l’axe de la pièce auxquelles se superposent des stries courtes et fines sans orientation préférentielle (bas). La flèche indique la zone élargie dans la photo du bas ; haut : éch. = 1 mm, bas : éch. = 100 µm. – Small, cylindrical, carnelian bead presenting residual chipping removals (top). The surface is covered with parallel striations parallel to the piece main axis. These are obliterated by short, fine, randomly oriented striations (bottom). The arrow indicates the area enlarged in the lower photo. Above : scale = 1 mm ; below : scale = 100 µm
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/8723/img-29.jpg
Fichier image/, 215k
Légende FIG. 21. a) Fragment de « classique harappéenne » présentant des stries parallèles orientées dans l’axe de la perle ; b) perle cylindrique d’aspect grossier, couverte d’impacts ; c)perle ellipsoïde avec stries fusiformes formant des micro-facettes ; d) perle ellipsoïde avec enchevêtrement de stries et piquetage ; e-f) petites perles ellipsoïdes de mauvaise qualité avec surface piquetée. Éch. = 500 µm.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/8723/img-30.jpg
Fichier image/, 333k
Légende – a) Fragment of a “classic Harappan” bead presenting parallel striations parallel to the bead main axis ; b) crudely made, cylindrical bead, covered with impact points ; c) ellipsoidal bead with fusiform striations forming micro-facets ; d-e) small poor quality, ellipsoidal beads with a peaked surface. Scale = 500 µm
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/8723/img-31.jpg
Fichier image/, 333k
Légende FIG. 22. a) Perle cylindrique en cornaline avec surface couverte d’impacts ; b) perle ellipsoïdale tronquée avec surface couverte de stries entrecroisées et d’impacts ; éch. = 1 mm. — a) Cyclindrical, cornelian bead with its surface covered with impact points ; b) truncated, ellipsoidal bead with its surface covered with intertwined striations and impact points.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/8723/img-32.jpg
Fichier image/, 253k
Légende c) Petite perle ellipsoïde de mauvaise qualité, couverte d’impacts ; éch. = 100 µm. – c) small, ellipsoidal bead of poor quality, covered with impact points. a) and b) : scale = 1 mm ; c) : scale 100 µm
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/8723/img-33.jpg
Fichier image/, 132k
Légende FIG. 23. Perle sphérique couverte de stries fusiformes, orientées perpendiculairement à l’axe de la perforation et formant des facettes ; éch. = 500 µm. – Spherical bead covered with fusiform striations, oriented perpendicular to the axis of the perforation and forming facets. Scale = 500 μm
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/8723/img-34.jpg
Fichier image/, 191k
Légende FIG. 24. Perle polyédrique aplatie à bords arrondis présentant des traces entrecroisées de deux étapes de finition (a). Les traces d’abrasion restent visibles sous forme d’ondulations émoussées par le polissage (b). Les traces de polissage sont traversées par des stries courtes de longueur et d’orientation variable (c). a) éch. = 1 mm, b) et c) éch. = 100 µm.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/8723/img-35.jpg
Fichier image/, 233k
Légende – Flattened, polyhedral bead with rounded edges, presenting traces of two finishing stages (a). The traces of abrasion remain visible in the form of undulations smoothed by polishing (b). The polishing traces are crossed by short and randomly oriented striations (c). a) scale = 1 mm ; b) and c) scale = 100 µm
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/8723/img-36.jpg
Fichier image/, 147k
Légende FIG. 25. Représentation graphique de la distribution des valeurs obtenues en mesurant la rugosité des perles de Kalibangan
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/8723/img-37.jpg
Fichier image/, 132k
Légende – Graphic representation of the distribution of values obtained through measures of the roughness of beads from Kalibangan
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/8723/img-38.jpg
Fichier image/, 134k
Légende FIG. 26. Variabilité dimensionnelle des perles ellipsoïdes, cylindriques et sphériques découvertes à Kalibangan. – Dimensional variability of ellipsoidal, cylindrical and spherical beads found at Kalibangan
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/8723/img-39.jpg
Fichier image/, 66k
Titre TABLEAU 1. Statistiques descriptives de la rugosimétrie des perles actuelles et subactuelles à différents stades de finition. – Descriptive statistics of roughness measures of modern and submodern beads at different finishing stages.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/8723/img-40.jpg
Fichier image/, 382k
Titre TABLEAU 2. Statistiques descriptives de la rugosimétrie des perles actuelles et subactuelles à différents stades de finition. – Descriptive statistics of roughness measures of modern and submodern beads at different finishing stages.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/8723/img-41.jpg
Fichier image/, 424k
Titre TABLEAU 3. Statistiques descriptives de la rugosimétrie des perles de Kaliban. – Descriptive statistics of roughness measures of beads from Kaliban.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/8723/img-42.jpg
Fichier image/, 360k
Titre TABLEAU 4. Statistiques descriptives de la rugosimétrie des perles de Kalibangan. – Descriptive statistics of roughness measures of beads from Kalibangan.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/8723/img-43.jpg
Fichier image/, 377k

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540