Version classiqueVersion mobile

Juger des arts en musicien

 | 
Marie-Pauline Martin

Conclusion

Texte intégral

1Il est donc possible d’appréhender un ensemble significatif d’œuvres théoriques et littéraires de Rousseau à l’aune d’un même parti pris : le privilège moral du modèle musical. Un parti qu’il ne faut raisonner en termes d’influence d’un art sur un autre, mais qui éclaire la réelle cohérence de ses idées esthétiques. Indéniablement première dans la formation de sa pensée, la réflexion musicale de Rousseau autorise les principes et les arguments qui sous-tendent tous ses textes ultérieurs. En outre, son approche théorique des arts visuels, comme ses mises en scène fictives de l’objet peint ou sculpté, se réunissent autour d’une exigence centrale, devant laquelle la musique (et précisément la mélodie vocale) est exemplaire. Rousseau cautionne en effet les arts visuels dès lors qu’ils contrarient leur nature propre (l’inertie, la matérialité, la figuration) pour recouvrer d’autres qualités et tenir un autre langage, qu’illustre singulièrement le modèle musical. Inversement, les arts sont coupables d’amoralité dès qu’ils s’éloignent de cet idéal.

  • 310 Valère, aux pieds d’Angélique, et jetant le portrait : « C’en est fait ; vous avez vaincu, belle An (...)
  • 311 Fiction ou morceau allégorique sur la révélation, OC iv, p. 1053.

2Dans ce cas précis, Rousseau est d’ailleurs sans appel. Un certain radicalisme pointait déjà dans le Discours de Dijon, où le philosophe glorifiait ces héros de l’histoire qui détruisent les temples, les tableaux, les statues. De la même manière dans ses drames et romans, la mise au jour des trahisons de l’image aboutit à son rejet catégorique : Saint-Preux fait repeindre quatre fois l’effigie de Julie et s’en détourne finalement ; Valère jette le portrait travesti et retourne vers Angélique310 – deux scènes importantes que ne peuvent illustrer les gravures des éditions de Rousseau sans mettre en cause bien sûr le statut même de l’image. La conclusion de la Fiction ou morceau allégorique sur la révélation est encore plus explicite : un homme apparaît dans le temple et rejoint la procession des adorateurs ; il saisit finalement la dernière statue, celle « à laquelle tout l’édifice était consacré », et « la renverse sans effort »311. S’interrompt alors la Fiction. La vérité est révélée. La destruction des effigies a triomphé du fanatisme.

Notes

310 Valère, aux pieds d’Angélique, et jetant le portrait : « C’en est fait ; vous avez vaincu, belle Angélique, et je sens combien les sentiments qui naissent du caprice sont inférieurs à ceux que vous inspirez » (Narcisse ou l’amant de lui-même, OC iv, p. 1015).

311 Fiction ou morceau allégorique sur la révélation, OC iv, p. 1053.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search