Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Haïti, réinventer l'avenir

 | 
Jean-Daniel Rainhorn

Chapitre IV - Éléments pour une reconstruction/refondation

Réconcilier Haïti avec sa diaspora : un préalable à une refondation de la société ?

Charles Ridoré

Texte intégral

1Dans tout discours, les concepts utilisés peuvent véhiculer des a priori, explicites ou implicites. Il vaut donc mieux les définir au préalable si l’on veut limiter les risques de malentendus. Ainsi, le terme « diaspora » doit être précisé avant toute tentative d’appréhender le rôle éventuel qu’elle peut jouer dans la « reconstruction » – autre terme à définir – d’Haïti.

Quelle diaspora ?

La diaspora en général

2Utilisé à l’origine dans un contexte plutôt biblique (diaspora juive, diaspora chrétienne) pour signifier l’exil d’une communauté hors des frontières de son contexte d’origine, le terme « diaspora » s’est laïcisé ces dernières décennies et tend à désigner la dispersion d’une partie importante d’une communauté en dehors des frontières nationales. Par extension, le terme en vient à désigner également telle communauté d’une certaine origine vivant dans un contexte géographique autre, par exemple la diaspora chinoise aux États-Unis. Un minimum de liens (politique, économique, culturel, religieux) avec le pays d’origine, de même qu’un minimum de structuration interne (organisation, associations…), donnant une identité, une visibilité et des moyens d’action, sont nécessaires pour justifier l’appellation de diaspora en lien avec une communauté d’origine.

3Selon Gabriel Scheffer (1993), les trois caractéristiques essentielles de toute diaspora sont : la conscience et le fait de revendiquer une identité ethnique ou nationale, l’existence d’une organisation politique, religieuse ou culturelle (une vie associative riche par exemple), l’existence de contacts réels ou imaginaires avec le territoire d’origine (éventuellement sous forme de mythe de retour).

La diaspora haïtienne

4Sans prétendre à l’exhaustivité, nous retiendrons les traits suivants pour caractériser la diaspora haïtienne. Elle est :

  • importante en nombre. Les estimations à ce sujet sont variables. Les plus récentes, dont celles du géographe haïtien Georges Anglade (2006), mort durant le séisme, font état d’une diaspora haïtienne totalisant deux à quatre millions de personnes, soit environ le quart de la population totale du pays.
  • hétérogène et dispersée. Une première vague d’émigration haïtienne a eu lieu au début du XXe siècle, à destination essentiellement de la République dominicaine et de Cuba. Il s’agissait principalement d’une émigration pour cause économique. L’industrie sucrière de ces deux États avait besoin de main-d’œuvre et Haïti, pays de faible niveau de développement économique, en regorgeait. La deuxième vague d’émigration, pour des motifs politiques celle-là, a eu lieu sous le régime des Duvalier. Elle a touché principalement les universitaires, les membres des professions libérales, les opposants politiques, les syndicalistes, bref la classe moyenne haïtienne. L’exil plus ou moins forcé a conduit ces émigrés principalement vers les États-Unis et le Canada. La troisième vague d’émigration date de ces vingt dernières années. Elle a concerné majoritairement des personnes quittant le pays pour des motifs économiques. Elle a touché aussi bien les couches populaires (boat-people) que des membres de la classe moyenne ou de la bourgeoisie. Les États-Unis, la République dominicaine, le Canada, les Antilles et la France constituent actuellement les principaux lieux d’installation de la diaspora haïtienne. Les processus de socialisation et d’intégration auxquels sont soumis les membres de ces différentes communautés de la diaspora dans ces contextes socioculturels très différents ont accentué entre eux l’hétérogénéité sociale, culturelle et idéologique. La conséquence importante pour notre propos en est la suivante : il n’existe pas, au sein de la diaspora haïtienne, une unité de vision, de motivation et de stratégie quant à son rôle éventuel dans la reconstruction du pays. Il convient donc d’éviter à ce propos toute idéalisation ou généralisation abusive.
  • riche en ressources potentielles. Nous reviendrons plus en détail sur ce point. Citons, pour le moment, un témoignage rapporté par l’agence de presse haïtienne Alterpresse (2009) qui nous donne l’avis d’un observateur attentif sur les atouts dont dispose la diaspora : « Selon l’ambassadeur de France en Haïti, qui en a fait l’annonce à l’occasion du forum de la diaspora qui s’est achevé le 13 juillet à Pétion-Ville, l’idée première du concept de codéveloppement est de montrer que les migrants peuvent, par leurs disponibilités financières, les compétences acquises et les réseaux de relations, servir au développement de leur pays d’origine. » Capacités financières, compétences, réseaux de relations semblent en effet constituer les trois principales potentialités que peut investir la diaspora dans la reconstruction d’Haïti.
  • discriminée. Qu’il ait quitté le pays de gré ou de force, le migrant haïtien s’est trouvé rapidement relégué en marge de la vie sociale haïtienne, privé de facto de la plupart de ses droits civiques. La Constitution haïtienne, jusque récemment, ne reconnaissait pas la double nationalité. Celui qui acquérait une nationalité étrangère perdait ipso facto la nationalité haïtienne. Le migrant détenait-il encore un passeport haïtien ? Aucune disposition particulière – vote par correspondance, vote dans les locaux des missions diplomatiques, encouragement à revenir voter au pays – n’était prévue pour faciliter sa participation à la vie politique nationale. Il se voyait interdire la possibilité de briguer un poste électif à moins d’avoir résidé de manière continue – de deux à cinq ans selon le mandat concerné – dans le pays au cours de la période précédant une élection donnée.

5Cette discrimination objective des Haïtiens de l’extérieur se doublait d’une perception négative de la part des compatriotes restés au pays. Le terme « diaspora » a régulièrement été utilisé ces dernières années comme une étiquette, lancée avec mépris à la tête des émigrés, comme en témoigne un membre de cette diaspora haïtienne, Jean-Junior Joseph, journaliste indépendant, dans les colonnes du quotidien haïtien Le Nouvelliste :

L’usage du terme « diaspora » semble être chargé de stéréotypes négatifs. Les Haïtiens de l’« extérieur » sont perçus comme moins que des citoyens de deuxième rang. Ils sont perçus comme arrogants, prétentieux, et enclins à se poser en donneurs de leçons. Et pour un peu, on leur ferait comprendre qu’ils sont des étrangers, et qu’ils doivent retourner « chez eux ». Pour paraphraser la chanson de Lionel Benjamin, notre terre natale est souvent un pays où l’Haïtien de la diaspora est traité comme un étranger, et où l’étranger véritable est dans son pays. On aime bien l’argent de la diaspora, mais on n’aime pas les candidats issus de la diaspora haïtienne ! (Joseph, 2010.)

6Nous tirons de cette brève analyse deux conclusions principales.

7Tout d’abord il apparaît que le poids démographique des Haïtiens de l’extérieur et les potentialités dont ils sont porteurs rendent légitime leur prétention à jouer un rôle significatif dans la reconstruction du pays. Cependant cette diaspora, hétérogène et dispersée, ne constitue pas pour le moment un acteur social homogène et organisé, porteur d’une vision cohérente et partagée du rôle à jouer dans la reconstruction du pays, ou dans la stratégie à mettre en œuvre dans ce but. Il convient de mettre en branle une dynamique permettant à terme de mobiliser des secteurs de plus en plus larges de cette diaspora au service du processus de changement dans le pays.

8Ensuite il faut souligner que les relations ambiguës entretenues depuis des décennies entre les Haïtiens de l’intérieur et ceux de l’extérieur ont suscité entre les deux parties une sorte de divorce, de « dérive des continents » sur fond de méfiance réciproque et d’octroi mutuel d’étiquettes. En conséquence, un processus préalable de réconciliation entre ces deux moitiés du pays est une condition nécessaire à la mobilisation efficace de la diaspora dans la reconstruction d’Haïti. Il y a là, à n’en pas douter, un grave défi à relever, des modalités concrètes à imaginer et bien des obstacles à surmonter. Avec lucidité et faisant preuve d’esprit visionnaire, Georges Anglade soulignait il y a quelques années de cela dans un article du Nouvelliste le caractère indispensable de cette réconciliation et les obstacles qui se dressent sur le chemin :

L’expérience des vingt dernières années qui doit nous guider pour les vingt prochaines années, débouche sur le constat qu’il n’y a aucun avenir valable à ce pays sans la construction d’un modèle original (qui n’existe nulle part et dans aucun manuel) de toutes les articulations possibles entre le pays et ses communautés hors pays. (Anglade, 2006.)

9Construire un modèle articulé sur les parties actuellement éclatées de la société haïtienne, en vue d’une reconstruction – à définir – du pays est un projet urgent dans sa finalité, mais qui ne peut être le résultat que d’un long processus – l’espace d’une génération, selon Georges Anglade (ibid.). Un processus qui devra nécessairement être porté conjointement par tous les Haïtiens, tant de l’intérieur que de l’extérieur.

  • 1 Pour plus d’information, on peut consulter le site du GRAHN-Monde : www.haiti-grahn.net

10En ce sens, il faut rendre hommage à Georges Anglade de l’initiative qu’il avait prise en 2003 de créer le Congrès mondial haïtien (CMH) qui a malheureusement fait long feu. Dans la même veine, nous soulignerons aussi les efforts développés par le professeur Samuel Pierre et ses collaborateurs pour la mise sur pied du Groupe de réflexion et d’action pour une Haïti nouvelle (GRAHN-Monde) qui a le mérite d’exister aujourd’hui dans plusieurs parties du globe et en Haïti1.

Les rôles de la diaspora, de l’urgence à la refondation

Reconstruction ou refondation ?

11Le Plan d’action pour le relèvement et le développement national d’Haïti, présenté par le gouvernement haïtien et adopté par la communauté internationale à New York le 31 mars 2010 annonçait déjà dans son intitulé un objectif qui allait au-delà de la simple reconstruction de ce qui existait avant le 12 janvier 2010. Il convient en effet de reconnaître avec lucidité que le pays, avant cette date, était déjà en situation de « séisme social ». Le Rapport sur le développement humain 2009 du Programme des Nations unies pour le développement (PNUD) classe Haïti en 149e position sur 182 États. En conséquence, peut-on lire dans le Plan d’action, il s’agit de « construire une Haïti différente de celle d’avant le 12 janvier ». À quoi répond dans le même sens Michèle Rivasi, parlementaire européenne de retour d’une mission en Haïti : « [Il s’agit] de permettre la refondation du pays sur de nouvelles bases inébranlables, propices au développement qui a manqué à la population ces dernières décennies » (Rivasi, 2010).

12Quel est le contenu de ce concept de refondation ? Un article publié dans Maghpress sous la plume de Rachid Mamouni en donne les précisions suivantes :

Le « Plan de refondation » […] se décline en quatre axes principaux : le premier porte sur le développement économique, le deuxième va traiter du réaménagement du territoire, le troisième a trait au développement institutionnel et, enfin, le quatrième va examiner le développement social et la récupération culturelle et artistique. (Mamouni, 2010.)

  • 2 Voir le texte de Suzy Castor dans le présent ouvrage.

13À la base de l’édifice, nous placerions le développement institutionnel, à commencer par celui de l’État dont la faiblesse a été criante tout au long de l’année 2010. Plus largement, la refondation concerne toutes les institutions du pays. L’analyse socio-historique développée dans la première contribution de cet ouvrage2 explicite clairement les raisons pour lesquelles le pays n’a pas su se doter jusqu’à aujourd’hui d’institutions politiques, de services publics, d’institutions sociales, d’infrastructures, de ressources humaines à même d’engager enfin Haïti sur la voie d’un changement répondant aux critères du développement durable. Ainsi, la dynamique de la refondation implique de travailler à la mise en place de telles bases, avec pour objectif l’édification d’une nouvelle société haïtienne, fondée sur un nouveau contrat social, plus démocratique, plus solidaire, plus durable.

14Une telle analyse en termes de refondation modifie sensiblement la conception du rôle de la diaspora, car il ne s’agit pas seulement de reconstruction d’infrastructures ni même de simple croissance économique dans laquelle le rôle de la diaspora se limiterait à celui d’apport de moyens financiers.

15Quels sont dès lors les rôles concrets à disposition de cette dernière ? Nous répondrons à cette question en prenant en considération trois variables qui nous paraissent primordiales, à savoir : 1) les moments du processus de changement : la phase de transition, celle de la reconstruction proprement dite et celle de la refondation ; 2) les niveaux d’intervention de la diaspora : niveau local, niveau régional et niveau national ; 3) les degrés d’implication de la diaspora, cette implication pouvant varier de l’indifférence à l’engagement militant et concerner des pourcentages plus ou moins importants de la diaspora.

Le rôle de la diaspora dans la phase de transition

16Près de deux ans après le séisme, bien des collectivités locales des régions les plus touchées du pays se trouvent encore dans une situation proche de l’urgence. De nombreux observateurs confirment que l’État haïtien comme les agences de coopération internationale ont largement échoué à prendre la relève des acteurs locaux dans l’apport de prestations et de services adéquats aux populations locales après le séisme. Deux facteurs sont venus aggraver la charge incombant aux communautés locales des régions sinistrées : le reflux des réfugiés fuyant les villes dévastées par le séisme et, fin 2010, l’afflux des victimes de l’épidémie de choléra. En l’absence de prise en charge par l’État, les communautés locales ont heureusement pu compter sur la solidarité des compatriotes de la diaspora issus de ces communautés en vue d’organiser la survie dans cette situation d’urgence.

17Partout dans la diaspora et bien avant le 12 janvier 2010 se sont créés des associations, des fraternités ou d’autres groupements organisés appuyant la mise sur pied d’équipements ou de services au profit des communautés locales. Le séisme a donné à ce genre d’initiatives une impulsion qu’il convient de saluer au moment où le fiasco de l’aide internationale vient confirmer la validité de l’adage haïtien : « Se grès kochon ki kwit kochon » (« la graisse du porc cuit le porc »), autrement dit : il vaut mieux compter d’abord sur ses propres forces ! Ce rôle de subsidiarité est largement accessible aux membres de la diaspora haïtienne.

Le rôle de la diaspora dans la phase de reconstruction

18Le rôle de la diaspora sous cet aspect peut revêtir une triple forme : apport de ressources financières, apport de compétences, apport en termes de plaidoyer.

19Il y a sans aucun doute un besoin des ressources financières de la diaspora au niveau local, voire régional, au service du développement communautaire. Il s’agit non seulement d’assurer la restauration ou la reconstruction d’équipements de services publics (hôpitaux, écoles…), mais aussi d’en assurer le fonctionnement au moins à titre transitoire. Un exemple nous permettra de préciser notre propos. À La Vallée-de-Jacmel, dans le sud-est du pays, l’hôpital, construit par la communauté avec l’aide de la diaspora d’origine locale (en l’absence d’initiative en ce sens de l’État), a heureusement résisté au séisme. Pour des raisons évidentes, il a dû accueillir nettement plus de patients qu’avant le 12 janvier 2010, à la suite du séisme d’abord, puis pendant l’épidémie de choléra. Durant de longs mois, les salaires du personnel, censés être pris en charge par le ministère de la Santé publique, sont restés impayés. Pour garder ce personnel et garantir la continuité et la qualité des soins, les responsables locaux ont pu faire appel à la diaspora d’origine locale, heureusement nombreuse et très engagée. Celle-ci a assuré un rôle de subsidiarité, permettant à l’hôpital de rester en fonction. Mais tant les autorités locales que la diaspora souhaitent voir l’État central assumer sa part de responsabilité et assurer au moins le fonctionnement de cette structure.

20Les transferts financiers de la diaspora à destination d’Haïti constituent une donnée de longue tradition et très significative, comme en témoigne Leslie Péan dans une communication faite lors du congrès de la diaspora à Miami le 17 août 2009 :

Les transferts financiers de la diaspora représentent 35 % du produit intérieur brut (PIB) […] De moins de 50 millions de dollars US en 1994, les transferts financiers de la diaspora ont atteint 100 millions en 1995 et progressent depuis, atteignant le chiffre record de 1,8 milliard en 2008. Ces transferts financiers de la diaspora ont une fonction structurale dans l’économie et la société haïtienne. Leur quantité a une indéniable valeur qualitative. Depuis l’an 2000, ils représentent trois et même quatre fois la valeur des exportations haïtiennes. Ils constituent le double du budget national. (Péan, 2009.)

21En l’absence de chiffres précis pour le moment, on estime que les transferts financiers de la diaspora vers Haïti ont explosé en 2010, un apport d’autant plus utile que les prix des produits ont également explosé tandis que les aides officielles promises ne parvenaient pas aux victimes. Leslie Péan affirme que la diaspora haïtienne peut mobiliser sur la durée une moyenne de 4 milliards de dollars US par an en apports de différentes natures pour l’économie haïtienne. Il soulignait à la même occasion l’importance tant quantitative que stratégique de ce potentiel dans la perspective de la reconstruction/refondation du pays :

Avec un tel programme, Haïti aurait une plus grande marge de manœuvre pour négocier le retrait des flux officiels de la Minustah (575 millions de dollars US) et de l’aide internationale officielle (425 millions). Les 4 milliards représentent le double du volume actuel des importations haïtiennes de 2,1 milliards en 2008. (Ibid.)

22L’apport de compétences peut se faire à tous les niveaux, du local au national, mais doit être organisé. À La Vallée-de-Jacmel, des médecins haïtiens, actifs aux États-Unis, organisent depuis des années des missions de coopération englobant des professionnels de la santé américains et haïtiens venant assurer à leurs frais des soins à l’hôpital Saint-Joseph, et cela deux fois par an. En 2010, ce sont trois missions qui ont été organisées, la troisième en novembre 2010, en plein milieu de l’épidémie de choléra.

23Les potentialités que représente la diaspora haïtienne en termes de compétences sont énormes, comme l’atteste par exemple une étude réalisée pour le compte du Fonds monétaire international (FMI) par le chercheur Prachi Mishra (2007). Qu’il nous suffise ici de mentionner deux éléments tirés de sa publication. Tout d’abord, analysant le niveau d’études des émigrés ayant quitté Haïti entre 1965 et 2000, il révèle les chiffres suivants : 3 % bénéficient d’une formation de niveau primaire, 30 % de niveau secondaire et 84 % de niveau supérieur. Ensuite, il signale que ce taux au niveau supérieur place Haïti au 6e rang parmi les pays dont les ressortissants les plus qualifiés travaillent, non dans le pays d’origine, mais dans un des pays de l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE).

24Comment envisager la participation des compétences de la diaspora à la reconstruction au niveau national ? Différentes possibilités ont été évoquées, entre autres par Edwin Paraison, en charge du ministère des Haïtiens vivants à l’étranger (MHAVE) dans le dernier gouvernement du président Préval. Selon lui, les cadres de la diaspora peuvent offrir leur expertise et leur connaissance du milieu dans le cadre des firmes ou organisations internationales intervenant dans la reconstruction en Haïti. Ils peuvent aussi investir plus systématiquement des capitaux dans le développement du pays.

25Last but not least, la diaspora a un rôle privilégié à jouer dans le domaine du plaidoyer en faveur d’Haïti, cela dans ses différents contextes d’insertion, en activant ses multiples réseaux d’influence. Véritables « marginaux culturels » dans le sens que donnait Roger Bastide (1971 : 98-117) à cette notion, les Haïtiens de la diaspora sont les mieux à même de jouer ce rôle essentiel en vue d’une refondation de la société haïtienne.

Le rôle de la diaspora dans le processus de refondation

26On prête au duc de Guise la prière suivante : « Seigneur, protégez-moi de mes amis, mes ennemis je m’en charge ! » Sur le papier, Haïti compte beaucoup d’amis au sein de ce qu’il est convenu d’appeler « la communauté internationale ». Sans vouloir se lancer dans un procès contre cette communauté internationale, il est permis à son propos de soulever des questions, de formuler des hypothèses, laissant ensuite aux chercheurs ou aux journalistes d’investigation le soin d’établir les faits. Paradoxalement, plus Haïti fait l’objet de « sollicitude » de la part de la communauté internationale, plus elle semble s’enfoncer dans le chaos, la dépendance, la pauvreté, la perte de souveraineté et de capacité de leadership. Tout au long de l’histoire haïtienne, pour des raisons évoquées entre autres par Ricardo Seitenfus (2010), ex-représentant de l’Organisation des États américains (OEA) en Haïti, l’État a été manipulé et mis sous tutelle par des intérêts peu transparents qui font semblant aujourd’hui de s’étonner de ses déficiences. Haïti souffre de l’absence d’un État souverain, démocratique, compétent et visionnaire, à même de prendre la mesure du drame séculaire qui frappe le pays, d’identifier les défis à relever, de fixer des priorités et des objectfs, de mettre en œuvre des stratégies en vue de défendre les intérêts nationaux

27Redisons-le : si l’objectif du processus de refondation est de promouvoir l’émergence d’une nouvelle société haïtienne reposant sur une démocratie participative, un développement économique durable, la justice sociale, la diaspora doit être de plein droit intégrée dans ce processus. Du côté des autorités haïtiennes, la volonté d’instaurer une dynamique favorable à l’intégration de la diaspora s’est manifestée récemment, mais elle a besoin de s’exprimer avec plus de clarté et de détermination.

Conclusion

28Qu’il nous soit permis, au terme de cette brève analyse, d’affirmer deux convictions.

29D’abord la diaspora haïtienne représente un énorme potentiel pour le développement du pays. De larges secteurs de cette diaspora sont motivés à mettre des ressources importantes au service de cette dynamique, mais ils ne veulent plus être cantonnés au rôle de « vache à lait ». Au moment où le pays est invité à repenser son futur en termes de refondation et de nouvelle indépendance, il ne peut plus se payer le luxe de galvauder les ressources de cette « riche » diaspora. Mais les forces politiques du pays ont-elles la volonté de faire bon usage de ces potentialités ? Nous en doutons pour le moment.

30Ensuite, pour que ces potentialités atteignent leur pleine efficacité, un certain nombre de conditions cadres doivent être posées. Nous nous limiterons à mentionner les trois suivantes.

31La reconnaissance par Haïti de la double nationalité. Des amendements constitutionnels ont été votés, mais ils doivent faire l’objet de clarifications et se traduire dans une loi d’application qui se fait attendre. Il s’agira concrètement de trouver les voies et moyens permettant de manifester aux compatriotes de la diaspora une reconnaissance sociale et cela à travers des mesures telles que la mise en place de mécanismes de consultation sur des enjeux nationaux, la possibilité d’exercer leurs droits civiques depuis l’étranger, leur éligibilité sans entraves bureaucratiques ou politiques à des fonctions d’importance stratégique dans le pays, etc.

32La mise en place effective du processus de décentralisation. La destruction à Port-au-Prince des bâtiments symboliques du pouvoir centralisé et l’incapacité de ce dernier à venir en aide à la population montrent de manière tragique qu’il n’y aura de développement humain durable en Haïti que sous condition de décentralisation effective. La décentralisation devrait fournir un cadre idéal pour l’articulation des différents rôles de la diaspora du niveau local au niveau national.

33La promotion des transferts financiers de la diaspora vers Haïti. Selon Leslie Péan (2009), on observe déjà un volume important d’investissement de la diaspora dans les domaines qu’il désigne par l’expression « les cinq T », à savoir les transferts, les télécommunications, le tourisme, le commerce (trade) et les transports. L’articulation des mécanismes liés à ces domaines, complétée par des mécanismes de bonne gestion, est de nature à permettre à la diaspora, sur la base des ressources mobilisables, de jouer un rôle de premier plan dans le financement du développement en Haïti, offrant ainsi une alternative viable et porteuse d’autonomie à la situation de dépendance financière actuelle.

Bibliographie

RÉFÉRENCES BIBLIOGRAPHIQUES

Alterpresse, 2009, Port-au-Prince, édition du 14 juillet.

Anglade, Georges, 2006, « Vingt ans, c’est assez ! », entretien, Le Nouvelliste, numéro spécial, 7 février.

Bastide, Roger, 1971, Anthropologie appliquée, Paris, Payot.

Joseph, Jean-Junior, 2010, « Politiquement piégée, que peut la diaspora face au blocage d’Haïti ? », Le Nouvelliste, 6 octobre.

Mamouni, Rachid, 2010, « “Un sommet de l’espoir pour la refondation” d’Haïti se réunit en République dominicaine », Maghpress, 31 mai.

Mishra, Prachi, 2007, « Emigration and Brain Drain », B.E. Journal of Economy Analysis & Policy, vol. 7, n° 1, art. 24.

Péan, Leslie, 2009, « Les transferts financiers de la diaspora et le financement du développement d’Haïti », communication, Congrès de la diaspora, Miami, 7 août.

Rivasi, Michèle, 2010, Communiqué de presse de la Commission ACP-UE, Bruxelles, 5 septembre.

Scheffer, Gabriel, 1993, « Ethnic Diasporas : A Threat to their Hosts ? », in M. Weiner (éd.), International Migration and Security, Boulder, Westview Press : 263-285.

Seitenfus, Ricardo, 2010, « Haïti est la preuve de l’échec de l’aide internationale », entretien, Le Temps, Genève, 10 décembre.

Notes

1 Pour plus d’information, on peut consulter le site du GRAHN-Monde : www.haiti-grahn.net

2 Voir le texte de Suzy Castor dans le présent ouvrage.

Auteur

Membre de la Plate-forme Haïti de Suisse, sociologue, il a enseigné la théorie de la communication à l’université de fribourg. Directeur régional durant dix-neuf ans de l’ONG Action de Carême, il dispose d’une profonde connaissance des réalités de l’aide humanitaire et du développement. Très attentif aux processus en cours dans son pays natal, qu’il avait dû fuir à cause de la dictature, il y est retourné à trois reprises depuis le 12 janvier 2010. Il préside actuellement l’association Solidarité fribourg Haïti, créée avec un ami fribourgeois dans le but de venir en aide aux victimes de la catastrophe. chridore@bluewin.ch

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540