Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Lire les sciences sociales. Volume 5/2004-2008

 | 
Gérard Mauger
, 
Louis Pinto

Philosophie de l'esprit

Vincent Descombes, Le Complément de sujet. Enquête sur le fait d’agir de soi-même

Jean-Jacques Rosat

Note de l’éditeur

Vincent Descombes, Le Complément de sujet. Enquête sur le fait d’agir de soi-même. Paris, Gallimard, NRF Essais, 2004. Présenté par Jean-Jacques Rosat

Texte intégral

Le projet de Descombes

1Le projet de Descombes dans ce livre est ambitieux et complexe. Il s’agit de repenser à nouveaux frais le concept de sujet en considérant que la querelle du sujet qui a occupé le devant de la scène philosophique en France depuis 50 ans – querelle entre les « amis du sujet », tenants de la tradition cartésienne et phénoménologique, d’une part, et les « critiques du sujet », structuralistes, freudiens, nietzschéens, etc., d’autre part – a fait long feu : elle a abouti à des « résultats décevants ». Elle a été une querelle « confuse et stérile » (p. 8-9).

La querelle du sujet est épuisée1

  • 1 Dès la première page de son livre, Descombes dresse un tableau passablement ironique de la situatio (...)

2Cette querelle, dit Descombes, est aujourd’hui épuisée. « Il est devenu aujourd’hui difficile de faire la différence entre les partisans et les adversaires du sujet à partir du contenu réel de ce qu’ils soutiennent, sans pour autant qu’ils acceptent de se tenir pour réconciliés entre eux. »

3Les ennemis du sujet acceptent finalement de faire place à un sujet, à condition qu’il soit « divisé, fragmenté, souvent opaque à lui-même, et parfois impotent ». Les amis du sujet maintiennent ce concept mais concèdent qu’il n’a jamais existé que sur le mode « divisé, fragmenté, opaque et impotent ».

4Donc, selon Descombes, tout le monde semble d’accord pour dire qu’il y a un sujet, mais qu’il n’est ni souverain ni transparent. C’est le sujet post-métaphysique.

5Aux yeux de Descombes, ce compromis éclectique est totalement insatisfaisant.

La confusion sur le concept de sujet

6La raison de cette situation est une confusion dans le concept de sujet lui-même :

On ne peut dire ni que nous sommes des sujets ni que nous ne le sommes pas, car personne n’a encore expliqué ce qu’il faudrait être pour se voir appliquer le terme tel qu’il est censé être compris dans la « philosophie du sujet (p. 13).

7Ni partisans ni adversaires du sujet ne savent ce qu’ils disent. Le concept de sujet, tel qu’il est utilisé dans la querelle, est un concept inconsistant. Du coup, la définition philosophique largement admise de la modernité – et admise même par un certain nombre d’historiens – selon laquelle celle-ci serait caractérisée par la découverte (ou la constitution) de la subjectivité (découverte ou constitution qui aurait commencé à l’époque de Descartes et se poursuivrait de nos jours) est vide de sens.

Le concept de sujet comme « complément de sujet »

8Cela ne signifie pas aux yeux de Descombes qu’il faille abandonner le concept de sujet, ni même qu’on puisse s’en passer. Nous avons besoin d’un concept de sujet et celui-ci est parfaitement définissable. C’est le concept de sujet comme individu capable d’avoir des intentions et de les exécuter à travers une action – un individu susceptible, par conséquent, d’être tenu et de se tenir lui-même pour l’auteur et le responsable de ses actes.

A-t-on besoin du concept de sujet ? – Oui, comme complément d’agent, c’est-à-dire individu capable d’agir de lui-même, c’est-à-dire d’avoir des intentions et d’exécuter ses pensées (p. 28).

9Reprenant la terminologie d’un grammairien, Lucien Tesnières, auteur des Éléments de syntaxe structurale (1988, 2 e éd.), à l’œuvre duquel Vincent Descombes attache depuis longtemps une grande importance, il l’appelle le complément de sujet.

10Soit les deux phrases :

11A. « Le chat mange la souris » (voix active)

12B. « La souris est mangée par le chat » (voix passive)

13Au sens de la grammaire d’école primaire, « Le chat » est sujet dans la première phrase, et complément d’agent dans la seconde. Mais si l’on analyse la structure de l’action, sa grammaire véritable, il est dans les deux cas celui qui agit : il est le complément de sujet.

14Le sujet, au sens où l’emploie Descombes, est un sujet grammatical et non logique.

15Pour lui, en effet, le point de vue logique est incapable de rendre compte de l’action et de l’agentivité. Du point de vue logique en effet, la distinction entre complément de sujet et complément d’objet n’a pas lieu d’être. La même formule générale « S est P » s’applique également à « le chat mange la souris » (S = le chat ; P = « mangeant la souris ») et à « la souris est mangée par le chat » (S = la souris ; P = mangée par le chat). Pour le formuler autrement : la logique ne tient pas compte de l’asymétrie qui existe dans cette action entre le chat et la souris. Du point de vue logique, la position du chat et celle de la souris sont interchangeables ; du point de vue de l’action, elles ne le sont évidemment pas. C’est cette asymétrie que prend en compte la grammaire utilisée par Descombes.

16Pour Descombes, une philosophie de l’action doit s’appuyer sur une analyse grammaticale des phrases comportant un verbe d’action (et pas seulement sur leur analyse logique).

Le projet de Descombes se déploie en trois moments :

1er moment : celui de la grammaire philosophique

17C’est le niveau qui, traditionnellement en philosophie, est occupé par la logique. Descombes procède à partir d’une analyse grammaticale des phrases utilisant des verbes d’action (chap. ii : « Éclaircissements logiques et syntaxiques »). C’est dans ce chapitre qu’est dégagé et explicité le concept de complément de sujet.

2e moment : celui de la psychologie philosophique

18À partir de cette analyse grammaticale, Descombes montre qu’on peut bâtir une philosophie de la 1re personne, c’est-à-dire une philosophie qui rende compte des énoncés psychologiques en 1re personne – des énoncés qui utilisent le mot « je » comme « je pense », « je vois », « je crois » – et qui ne soit pas pour autant une philosophie du sujet, de la conscience ou de la conscience de soi.

19Selon les philosophies du sujet, quand je dis « je pense », je pose un « soi » ou un « moi » qui est autre chose que l’individu Jean-Jacques Rosat. Par exemple, selon la perspective cartésienne, je peux à la fois douter que j’aie un corps et douter que je sois JJR, tout en affirmant que je suis, moi, une chose qui pense et que par là, « moi » (ce moi qui pourrait n’avoir pas de corps et n’être pas JJR) j’existe.

20Selon Descombes, ce type de philosophie a reçu de la part de Wittgenstein une critique qu’il juge définitive.

D’après la philosophie du sujet, […] le fait de prononcer le mot « je » ou le mot « moi » permet au locuteur de se poser comme un « soi » distinct de l’individu qu’il est pour les autres. Le développement de cette interprétation de la première personne engendre la philosophie de la conscience, dont Wittgenstein a fait une critique qui paraît définitive (en ce sens que personne n’a réussi jusqu’ici à la récuser, même si plusieurs philosophes ont cru pouvoir la surmonter en se contentant tout simplement de l’ignorer) (p. 20).

21Cette critique des philosophies du sujet ou philosophies de la conscience est développée dans le 3e chapitre : « L’égologie cognitive ».

22Le présent exposé porte sur ces deux premiers moments.

3e moment : celui de la philosophie morale, de la philosophie politique et de la philosophie du droit

23À partir de là, Descombes développe une critique des philosophies qui estiment qu’on ne peut rendre compte de la responsabilité morale ou de la liberté politique que grâce à « un acte d’autoposition de l’ego ».

24Il propose de remplacer le cercle de l’autonomie (pour devenir libre, il faut déjà l’être) par le cercle de l’apprentissage.

Il est possible d’acquérir le pouvoir de se diriger soi-même – c’est-à-dire en fait le pouvoir instituant lui-même – en s’exerçant à se diriger soi-même. Une telle acquisition n’a plus du tout la forme logique d’une autoposition puisqu’elle ne peut consister qu’à participer (« en première personne ») à une puissance normative qui doit être déjà présente (sous la forme des institutions d’une forme de vie sociale) pour qu’un individu puisse s’en approprier une part (p. 22).

25Cette conception est développée dans les chapitres iv, v et vi : « Les éthiques du sujet », « Les politiques de l’autonomie », « La querelle des droits subjectifs ». C’est le moment dont traitera Louis Pinto.

26Le Complément de sujet est donc un traité de philosophie classique et complet, très architecturé, qui prend ses assises dans la logique (ou la grammaire), se développe en psychologie philosophique et se déploie en philosophie morale, politique et juridique.

27Mais le livre lui-même se découpe en 55 courts chapitres qui détaillent chacun un aspect de ce programme sous un angle différent ou à partir d’une accroche différente qui est souvent un texte : Nietzsche, Descartes, Bossuet, Wittgenstein, Castoriadis, Foucault, etc.

28Cette construction permet à Descombes, d’une part, d’éviter la pesanteur d’un traité académique et, d’autre part, de mettre pleinement en œuvre son style propre qui est à la fois celui d’un analyste et grammairien rigoureux et subtil, et celui d’un lecteur imaginatif, capable de faire un usage extrêmement inventif des textes littéraires ou philosophiques, classiques ou contemporains.

Les verbes réfléchis et la philosophie du sujet

29Les philosophes du sujet (ou de la conscience de soi) décrivent le fait d’être sujet comme un certain « rapport à soi » (« avoir conscience de soi ») qu’ils conçoivent sur le modèle de la réflexion : être sujet, ce serait se saisir soi-même comme objet.

30Il y a là une double exigence :

31– que moi-même je sois objet pour moi ;

32– mais que ce moi-même je le saisisse et le traite non pas comme un objet parmi d’autres, mais comme sujet, comme le sujet que je suis.

33[Le philosophe de la conscience de soi] nous explique que la conscience de soi consiste pour le sujet à se faire objet pour lui-même. […] Mais le sujet doit reconnaître dans cet « objet » soi-même comme sujet (p. 113).

34Descombes montre que cette double revendication est parfaitement incohérente. Il le montre à partir d’une analyse des verbes pronominaux.

L’analyse des verbes pronominaux

35L’analyse que mène Descombes (à la suite de Tesnières) part de la considération des actants du verbe. Considérons les phrases suivantes :

36C. Pierre tombe

37D. Pierre lit un livre

38E. Pierre donne un livre à Paul

39Dans ces trois phrases, « Pierre » est le complément de sujet. Dans C, il est l’unique actant. Dans D, il y a un deuxième actant : le complément d’objet « un livre ». Dans E, il y a un troisième actant, le complément d’attribution « Paul ».

40Parmi les constructions pronominales, Descombes distingue la voix réfléchie, la voix récessive et la voix moyenne.

La voix réfléchie

41Quand un verbe est utilisé de manière réfléchie, il a deux actants.

42(F) Pierre se rase.

43est l’équivalent de :

44(G) Pierre rase Pierre.

45Dans ces phrases, il y a deux actants : Pierre-en-tant-que-rasant et Pierre-en-tant-que-rasé. En effet, l’action de raser est transitive. Pierre pourrait raser quelqu’un d’autre

46(H) Pierre rase Paul.

47ou être rasé par un autre

48(I) Pierre est rasé par Paul.

49Dans l’usage réfléchi, Pierre rase quelqu’un qui se trouve être lui-même. Il n’y a donc qu’une seule personne, mais il y a toujours bien deux actants.

La voix récessive

50Comparons maintenant :

51J. Pierre lève son verre.

52K. Pierre se lève.

53Dans (J) « Pierre lève son verre », nous avons bien deux actants : Pierre et le verre. Mais dans (K), « Pierre se lève », il n’y a plus qu’un actant. On ne peut pas lui substituer Pierre lève Pierre . D’ailleurs en anglais, on traduit par to stand up et en allemand par aufstehen (qui ne sont pas pronominaux). Se lever n’est pas lever un objet qui se trouverait être « soi-même ». Descombes évoque ici un numéro de clown où celui-ci feint d’essayer de « se lever » en se tirant par les cheveux ou par le col, comme si « se lever » était lever un objet qui se trouverait être soi. Mais justement, une telle tentative est absurde. Dans l’action de « se lever », il n’y a pas deux actants (un complément de sujet et un complément d’objet), mais un seul actant.

54Le verbe « lever » a deux actants. Mais quand il devient pronominal, il perd un actant et devient intransitif. C’est ce que Descombes, après Tesnières, appelle « la voix récessive ». « Se lever » n’est pas une tournure réfléchie.

55Examinons maintenant une série d’exemples du même type.

56L. Pierre s’ennuie ;

57M. Pierre s’inquiète pour son avenir ;

58N. Pierre se demande où il passera des vacances ;

59O. Pierre se dit qu’il aimerait bien prendre des vacances.

60Dans toutes ces expressions, il n’y a qu’un unique actant :

61– S’ennuyer n’est pas être ennuyé par quelqu’un qui serait soi.

62– S’inquiéter n’est pas être inquiété par quelqu’un qui serait soi.

63– Me demander où je passerai mes vacances n’est pas interroger une personne sur le lieu où elle a décidé de passer ses vacances laquelle personne se trouverait être moi.

64– Me dire à moi-même que j’aimerais prendre des vacances n’est pas informer quelqu’un du désir que j’ai de prendre des vacances, laquelle personne se trouverait être moi.

65Comme on le voit, les expressions typiques du rapport à soi (se demander, se dire à soi-même) ne sont pas réfléchies : elles sont récessives.

La voix moyenne

66Descombes examine une troisième sorte de tournure pronominale : la voix moyenne.

  • 2 En grec ancien, par exemple, le verbe poiein (faire) a deux formes. Si un ambassadeur fait la paix (...)

67Elle existe dans beaucoup de langues mais pas officiellement en français2. On a une sorte d’équivalent de la voix moyenne en français avec certaines tournures pronominales de la langue parlée comme alors, on se la joue cette partie de cartes ? Ou : on se fait un restaurant.

68La voix moyenne indique une implication particulière du sujet dans l’action qu’il accomplit : il l’accomplit pour lui, pour son propre compte. Mais ce n’est du tout un cas de réflexion.

69Distinguer entre la voix moyenne et la voix réfléchie est important pour la philosophie politique.

70Descombes signale notamment un usage du moyen en grec qui est particulièrement important pour lui. Il s’agit de l’expression « donner des lois ». Employée à la voix active, elle désigne l’imposition de lois à un peuple par un autre peuple ou par un législateur extérieur. Mais quand un peuple se donne à lui-même des lois, on emploie en grec la voix moyenne. Descombes commente ainsi :

Si nous confondions le moyen et le réfléchi, il faudrait comprendre qu’un peuple se donne des lois à lui-même en se les imposant, en s’assujettissant à lui-même, et il y aurait là un exercice énigmatique de schizophrénie politique, pas un régime de souveraineté politique (p. 104).

71Or, il est caractéristique de la tradition contractualiste qu’elle comprend l’institution des lois selon le modèle d’une action réfléchie. Ainsi, selon Rousseau, le citoyen est un être double : il s’assujettit librement lui-même à la loi qu’il crée en tant que membre du souverain.

L’incohérence des philosophies du sujet

72Munis de cette analyse des pronominaux, nous allons voir maintenant ce qui ne va pas dans les philosophies du sujet.

73D’un côté, elles veulent que le sujet soit objet pour lui-même : elles veulent une relation réfléchie, c’est-à-dire une relation à deux actants.

74Mais, de l’autre côté, elles veulent que ce soit en tant que sujet que le sujet se saisisse lui-même, c’est-à-dire en tant non seulement que la même personne, mais en tant que le même actant. Mais s’il n’y a qu’un seul actant, il n’y a plus de relation réflexive.

75La relation réflexive, on l’a vu, est une relation extrinsèque entre deux actants, même là où ces deux actants sont la même personne. Si Callias se soigne lui-même, c’est que Callias (en tant que complément de sujet, en tant que médecin) soigne Callias (en tant que complément d’objet de l’action de soigner, en tant que patient). Il se trouve, en l’occurrence, que le même Callias est à la fois le médecin et le patient. Il y a donc bien identité entre les deux actants de la phrase, mais cette identité est contingente, extrinsèque.

76C’est un modèle qui, en réalité, ne convient pas du tout au philosophe du sujet. Celui-ci exige tout autre chose. Il veut que le moi-objet que je saisis (ou dont j’ai conscience) soit intrinsèquement identique au moi-sujet qui saisit (qui a conscience).

77Le philosophe de la conscience veut quelque chose de contradictoire : une réflexion qui serait intrinsèque, c’est-à-dire une relation qui serait à la fois réflexive et non transitive. Comme l’écrit Descombes : « Il faut renoncer à la définition d’un être qui serait sujet parce qu’il adhérerait à la conscience de soi en faisant de lui-même l’objet de son acte » (p. 113).

78Le philosophe du sujet a une réponse toute prête : cette relation, prétendument impossible selon vous, existe bel et bien et elle se manifeste dans un certain type d’énoncés en première personne dont Descartes nous a fourni à la fois le modèle et l’analyse : les énoncés du type « je pense ». Quand un locuteur dit « je pense », il se prend pour objet de sa déclaration (sa déclaration porte sur quelqu’un qui est lui), mais il se saisit en tant que sujet de l’acte de penser.

79Ce qui nous conduit à la troisième partie du livre consacrée à la critique de ce que Descombes appelle l’égologie cognitive.

Philosophie de la 1re personne et philosophie du sujet : la critique de l’égologie cognitive

Qu’est-ce que l’égologie cognitive ?

80L’égologie cognitive est caractérisée par deux thèses.

  1. Une thèse référentialiste sur la fonction du mot « je ». Selon cette thèse, dans la phrase « je suis un homme », « je » désigne un sujet, c’est-à-dire un être qui est un « moi ». Cette thèse fait passer de la pure tautologie « je suis moi » à la thèse métaphysique « je suis un moi ».

  2. Une thèse épistémique sur les énoncés psychologiques en 1re personne. Pour pouvoir employer « je », le sujet de l’acte de langage doit se connaître lui-même sous la description « être soi ». Il faut qu’il se connaisse et se reconnaisse en tant que moi.

[Une égologie cognitive] estime que je dois savoir que je suis moi-même par un mode direct de connaissance portant sur moi présenté à moi-même précisément sous cet aspect, celui où je suis moi-même (p. 127).

81Les philosophies classiques du sujet (Descartes, Husserl) sont des égologies cognitives. Mais on trouve tout aussi bien des égologies cognitives dans la philosophie de l’esprit contemporaine : les conceptions issues des travaux de Evans ou Perry sur le « je », par exemple, sont typiquement des égologies cognitives et entrent tout à fait dans la définition qu’en donne Descombes.

Wittgenstein critique de l’égologie cognitive.

82On trouve chez Wittgenstein une critique radicale (et, selon Descombes, définitive) de ces deux thèses :

831. Il faut rejeter la thèse référentialiste : utiliser le mot « je » n’est pas faire référence à quelque chose qui serait « moi » ou le « moi » :

L’autodésignation (c’est-à-dire tout simplement le fait d’employer les mots « je » ou « moi ») ne peut pas consister dans une référence sémantique à une entité qui s’appellerait moi (p. 146).

84Pour deux raisons :

85a) Parce que le mot « je » ne renvoie pas à un « moi » qui serait autre chose que l’individu concret.

C’est une erreur de poser la « personne subjective » comme un autre référent que la personne objective (p. 147).

86b) Parce que, plus fondamentalement, le mot « je » ne réfère pas.

87Le mot « je » ne comporte aucune référence à quoi que ce soit, il ne sert pas du tout à faire référence (p. 147).

882. Il faut rejeter la thèse épistémique : les énoncés psychologiques en 1re personne (« j’ai mal aux dents », « j’ai cru voir un Gros Minet », « je pense à Hortense », « j’ai l’intention d’aller au cinéma ») n’expriment aucune connaissance et ne reposent sur aucune sorte de connaissance – notamment pas une connaissance de soi à laquelle seul le sujet pourrait accéder en tant que sujet, une connaissance essentiellement subjective.

89Je conçois que ces deux affirmations puissent paraître complètement paradoxales et même incompréhensibles, voire frisant l’imposture, à quelqu’un qui a été élevé (comme nous l’avons tous été) dans les philosophies du sujet et de la conscience de soi. Je n’aurai pas la place de développer tous les arguments et les analyses qu’il faudrait pour essayer de vous convaincre qu’elles sont vraies, ni même qu’elles ont une certaine force. À mes yeux, un des mérites majeurs de ce livre est de prendre ces deux affirmations tout à fait au sérieux et d’en tirer toutes les conséquences – ce qui est très rarement le cas, même chez les philosophes les plus favorables ou les plus redevables à Wittgenstein.

« Je » ne réfère pas

L’autodésignation, comme simple emploi des formes de la première personne, n’a rien à voir avec un acte réfléchi de désignation. […] Nous devons rendre compte de l’autodésignation sans faire intervenir à proprement parler une référence à soi au sens de cette relation de référence qui fait qu’un mot, dans la phrase, identifie un individu particulier parmi tous les individus du monde (p. 145).

90Développant des remarques de Wittgenstein, Descombes distingue la « référence identifiante » (« c’est JJR qui a cassé le vase ») et l’autodésignation pragmatique (« c’est moi qui ai cassé le vase », dit par JJR).

91Pour qu’il y ait référence identifiante, il faut que quelque chose ou quelqu’un soit désigné parmi d’autres : « Il y a quelqu’un qui a cassé le vase, et celui parmi nous qui l’a cassé, c’est JJR, et non Pierre ou Paul. » La référence identifiante ne peut être opérée par le mot « moi » ou par le mot « je » : pour m’identifier dans une assemblée, je ne porte pas un badge où il y a écrit « moi », mais un badge où est écrit mon nom – un badge que quelqu’un d’autre (ou moi-même, peu importe) a fixé sur le revers de ma veste. La référence identifiante (« l’individu porteur de ce badge est JJR ») fonctionne comme « se raser » : on peut s’identifier soi-même, ou être identifié par quelqu’un d’autre.

92L’autodésignation pragmatique fonctionne tout à fait autrement. Si quelqu’un demande : « qui a cassé le vase ? » et si je déclare alors « C’est moi », je ne désigne pas JJR parmi une liste de suspects qui comprend Pierre, Paul, etc. ; « moi » n’est pas mis pour « JJR » et ne fonctionne pas comme un nom propre ou comme l’équivalent d’un nom propre. Je ne désigne pas non plus par là un être mystérieux, qui ne serait pas « JJR » mais « moi » ou mon « moi ».

93« C’est JJR qui a cassé le vase » dit par n’importe qui (y compris moi) et « c’est moi qui ai cassé le vase » (dit par moi, JJR) ne sont pas du tout équivalents.

94Évidemment, les philosophies du sujet sont parfaitement au fait de cette différence. Mais comment en rendent-elles compte ?

95Elles en rendent compte en affirmant l’existence d’un rapport cognitif à soi. Il existerait une forme de connaissance spécifique, constitutive du fait d’être un sujet, qui aurait deux caractéristiques :

  • C’est une connaissance subjective et privée : je suis le seul à avoir cette connaissance sur moi-même, et je ne l’ai que sur moi.

  • C’est une connaissance infaillible : si je dis « j’ai mal », mon énoncé, s’il est sincère, est infaillible. Et si je vois un arbre, il n’y a peut-être pas d’arbre en réalité (c’est peut-être une illusion d’optique) mais il y a au moins une chose que je sais, c’est que je le vois.

96En postulant l’existence de ce rapport cognitif à soi (de chaque sujet avec le « soi » qu’il est), les philosophes du sujet peuvent traiter les énoncés psychologiques en 1re personne sur le même modèle que les énoncés en 3e personne : comme des attributions d’états mentaux qui ont simplement la particularité de ne pouvoir être effectuées que par moi et de porter exclusivement sur moi, c’est-à-dire sur mon « moi ».

97Prenons un exemple :

98Si l’un de vous dit : « JJR a mal aux dents », on peut analyser sa déclaration en deux temps : quelqu’un a mal aux dents, et ce quelqu’un est JJR. L’attribution à JJR peut être fausse : quelqu’un a effectivement mal aux dents, mais c’est Louis Pinto (le locuteur nous a confondus).

99Si je dis : « J’ai mal aux dents », la philosophie du sujet analyse cette déclaration également en deux temps : il y a un mal de dents et c’est moi qui l’ai. Et elle ajoute : cette attribution ne peut pas être fausse. En tant que sujet, celui qui dit « je » dispose d’une connaissance immédiate et infaillible de ces expériences vécues. Si j’ai mal aux dents, je le sais.

100Mais évidemment cette analyse en deux temps des énoncés psychologiques en 1re personne est une absurdité pour au moins deux raisons.

1011. Il n’y a pas d’abord une douleur qui existe, puis un acte par lequel je l’attribuerais à quelqu’un qui est moi ou reconnaîtrais qu’elle est la mienne (comme je peux d’abord voir un stylo et dire ensuite : « Ah, mais c’est le mien. »).

102Comme l’explique Descombes : « Pour dire dans quel état mental je suis, je n’ai pas à reconnaître quoi que ce soit. Je n’ai pas à identifier un état et à constater qu’il est auto-imputable. […] Je n’ai pas à reconnaître que ma sensation est mienne, à user d’un quelconque critère pour dire ce que je sens » (p. 149-150). Ou encore : « Lorsque quelqu’un exprime ce qu’il éprouve ou ce qu’il ressent, il ne porte pas un jugement sur son “état de conscience”, et, par conséquent, le problème ne se pose pas de fonder son auto-attribution sur une référence à soi qui aurait le caractère d’une position d’un sujet spécial d’attribution, le soi (p. 150) ».

1032. Il est trompeur de parler d’infaillibilité de la 1re personne.

104On traduit souvent l’idée précédente par l’expression : chacun est le mieux placé pour savoir ce qu’il pense ou ce qu’il sent ou ce qu’il a l’intention de faire. Mais cette expression prête à confusion. Prenons un exemple.

105Si je veux connaître les intentions de J. Chirac (va-t-il se représenter en 2007), je peux adopter deux stratégies :

  • Je peux interroger quelqu’un dont j’estime qu’il connaît bien J. Chirac. Je me demanderai alors si la personne la mieux placée pour me répondre est sa femme, sa fille, son fidèle ami A. Juppé ou son pire ennemi N. Sarkozy (l’hostilité peut quelquefois rendre perspicace).

  • Je peux aussi interroger J. Chirac lui-même. Mais, dans ce cas, je ne l’interrogerai pas parce qu’il est le mieux placé sur une ligne qui irait, disons, de Bernadette (la moins bien placée) à A. Juppé (le mieux placé). J. Chirac n’est pas encore mieux placé que A. Juppé pour connaître ses intentions. J. Chirac ne connaît pas ses intentions. Il les a. Comme dit Descombes :

Le sujet d’une intention jouit d’une autorité discrétionnaire, et non pas épistémique, sur le contenu de ce qu’il veut faire. Nous considérons que c’est à lui de dire s’il a ou non telle ou telle intention, non pas parce qu’il aperçoit mieux que nous un état volitif de sa personne, mais parce qu’il est lui-même l’agent de ses propres intentions (p. 172).

106Et Descombes poursuit :

Le sujet n’est pas du tout observateur de lui-même. La conscience de soi n’est pas une activité réfléchie. […] Le concept de « soi » qui émerge dans le courant de pensée inauguré par Descartes et repris par Locke […] [est celui d’] un « sujet désengagé », d’un spectateur (p. 173).

107Donc, c’est une erreur de parler d’infaillibilité, puisque cela supposerait qu’on ait affaire à une connaissance de soi. Mais dire « j’ai mal » ou « j’ai l’intention d’aller au cinéma » n’est pas l’expression d’une connaissance. C’est l’expression du fait que j’ai mal et du fait que j’ai l’intention d’aller au cinéma.

La transparence des faits de conscience n’est qu’une propriété logique de certaines descriptions (p. 175).

108Avec cette analyse, nous sommes déjà passés à l’exposé de la seconde affirmation de Wittgenstein :

Les énoncés psychologiques en 1re personne n’expriment pas des connaissances

109D’habitude, en philosophie, on cherche à caractériser le mental ou le psychique par certaines propriétés : la conscience, l’intentionnalité.

110Wittgenstein, lui, procède tout autrement. Il part de la considération d’une classe de verbes, qu’il appelle les verbes psychologiques, et qui sont caractérisés par l’asymétrie qui existe entre leur usage à la 1re personne du présent de l’indicatif, et leur usage dans tous les autres cas, notamment leur usage à la 3e personne.

111Si je dis « il a mal aux dents », « il a l’intention d’aller au cinéma » ou « il croit qu’il pleut », il y a un sens pour un interlocuteur à me demander « comment le sais-tu ? », et il y a un sens pour moi à avancer des raisons ou des preuves de ce que j’avance, raisons et preuves qui reposeront sur certaines observations que j’ai pu faire : j’ai entendu l’autre dire « je vais au cinéma ce soir » ou je l’ai vu ouvrir son parapluie.

112Mais si je dis « j’ai mal aux dents », « j’ai l’intention d’aller au cinéma ce soir » ou « je crois qu’il pleut », il n’y a aucun sens pour un interlocuteur à me demander « comment sais-tu que tu as cette intention ? cette croyance ? », et il n’y a rien qui puisse constituer une preuve ou une raison de ce que j’avance.

113Comme on l’a vu précédemment, l’autorité de la 1re personne dans les affirmations qui utilisent des verbes psychologiques ne repose sur aucune observation (pas même de soi) ni sur aucune connaissance.

114Comme le fait observer Descombes, « les verbes psychologiques de Wittgenstein forment une classe grammaticale qui coïncide exactement avec la classe des verbes cogitatifs de Descartes, c’est-à-dire avec le domaine sur lequel le sujet jouit de l’autorité de la 1re personne. On pourrait donc dire que Wittgenstein a voulu réunir toutes les manifestations d’une telle autorité, et chercher ce qui la justifiait dans chacun des cas, mais sans décider d’avance, comme le fait Descartes, que cette autorité s’attache toujours à certains actes en vertu d’un privilège cognitif » (p. 191).

115Descombes demande alors :

Est-ce que le « phénomène du soi » doit se comprendre par le privilège qu’aurait l’individu d’un rapport cognitif à soi et à ses états, ou est-ce qu’il doit se comprendre par le fait des conditions de sens fixées, dans le langage, à l’emploi de la première personne dans tel ou tel cas (p. 191) ?

116Descombes opte évidemment pour la seconde thèse. Il l’appuie sur un certain nombre d’analyses inspirées de Wittgenstein. Il compare notamment :

  1. « J’ai mal au dos. »

  2. « Je sais que j’ai mal au dos. »

117Son idée est qu’il n’y a rien de plus dans (2) que dans (1).

Il n’y a en réalité aucune différence entre (1) et (2), de sorte qu’il n’est pas possible de tenir l’un pour le fondement épistémologique de l’autre. On ne dira donc pas : je sais que j’ai mal au dos car je le sens. La justification annoncée se révèle tautologique : je sais que j’ai mal au dos parce que (je sais que) j’ai mal au dos (p. 196).

118De ces analyses, Descombes conclut que

La contribution propre des doctrines de la conscience à la philosophie de l’esprit aura donc été de remarquer le comportement spécial de certains verbes dans un contexte épistémologique et d’attirer ainsi l’attention sur les divers cas où joue l’autorité de la 1re personne. Elles ont montré la nécessité d’une philosophie de la première personne pour examiner les fondements de cette autorité.

119Mais, ajoute-t-il immédiatement,

La philosophie du sujet comme égologie cognitive veut que cette autorité soit fondée, soit une activité cognitive que le sujet dirige vers lui-même dans des conditions internes ou privées. Cette opinion s’est révélée inconsistante.

Notes

1 Dès la première page de son livre, Descombes dresse un tableau passablement ironique de la situation philosophique de la question du sujet. Il rappelle d’abord succinctement l’historique de cette grande querelle de la philosophie européenne du XXe siècle : – Le tournant idéaliste de la phénoménologie en 1907 (Husserl, L’Idée de phénoménologie) ;
– La réaffirmation par le même Husserl en 1931 de l’orientation cartésienne de toute la philosophie (Méditations cartésiennes ) ;
– Les essais de radicalisation existentielle de l’idée du rapport subjectif à soi : Heidegger, Être et temps, 1927, et Sartre, L’Être et le néant, 1943 ;
– Les entreprises démystificatrices du « structuralisme » tendant à faire du sujet une illusion d’optique ou un « effet de langage » – entreprises qui culminent dans la synthèse de Foucault en 1966, Les Mots et les choses ;
– Le programme de dépassement des philosophies classiques de la conscience dans une conception dialogique : Habermas, Théorie de l’agir communicationnel, 1981.
– Les travaux de restauration herméneutique d’un sujet rendu « frugal » par un accent mis sur la finitude humaine, sur son historicité, etc. : Gadamer, Vérité et méthode, 1961, et Ricœur, Soi-même comme un autre, 1990.

2 En grec ancien, par exemple, le verbe poiein (faire) a deux formes. Si un ambassadeur fait la paix pour son pays, on emploie la voix active ; mais si un peuple ou quelqu’un fait la paix pour son propre compte, on emploie le moyen.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540