Version classiqueVersion mobile

Lire les sciences sociales. Volume 5/2004-2008

 | 
Gérard Mauger
, 
Louis Pinto

Classes populaires

Isabelle Coutant, Délit de jeunesse, la justice face aux quartiers

Olivier Masclet

Note de l’éditeur

Isabelle Coutant, Délit de jeunesse, la justice face aux quartiers. Paris, La Découverte, 2005, présenté par Olivier Masclet

Texte intégral

1Ce livre a pour objet la délinquance des mineurs et deux formes de « traitement » institutionnel du « problème ». Si le phénomène est loin d’être « nouveau », il semble que son interprétation fasse beaucoup moins qu’autrefois l’objet de désaccords. Pendant les années 1960, le clivage gauche/droite définissait les prises de position en termes de prévention ou de répression. Or, la plupart des représentants politiques, mais aussi des magistrats et des travailleurs sociaux, semblent pencher à présent du côté de la répression. Conséquence de cette diffusion de la pensée sécuritaire : entre 1993 et 1998, le nombre de mineurs incarcérés est passé de 2 368 à 4 030 et on peut s’attendre à une envolée des chiffres depuis la loi Perben de 2002 qui a abaissé l’âge de la responsabilité pénale à 10 ans. La prison est redevenue la clé de voûte du « traitement » institutionnel de la délinquance juvénile.

2Si l’auteur n’élude pas la question des transformations des champs judiciaire, policier, politique et du travail social qui ne sont pas étrangers à l’émergence de ce nouveau sens commun sécuritaire, elle s’attache moins à objectiver les représentations de la délinquance que les comportements des jeunes. Un double questionnement structure, en effet, son enquête : comment comprendre que des mineurs glissent « dans la rue » ? Le traitement social et judiciaire de la délinquance peut-il avoir une « efficacité » ? Ces deux questions permettent de ne pas occulter la réalité de la petite délinquance, devenue un sujet d’exaspération collective et de ne pas récuser d’emblée la capacité des institutions à aider les jeunes à se « redresser », en leur procurant de nouveaux « supports » dans la construction d’une identité sociale acceptable pour eux-mêmes.

3Délit de jeunesse observe de près les pratiques des magistrats et des travailleurs sociaux qui, par leur écoute, leur empathie, leur compréhension quasi sociologique des comportements déviants, sont parfois capables de dire aux jeunes les mots qu’il faut. Dans cette perspective, l’auteur prend appui sur Émile Durkheim qui, au début du siècle, mettait en garde les éducateurs contre les tentations répressives. « Pour qu’une peine ait quelque efficacité, il faut avant tout qu’elle paraisse respectable », expliquait-il dans L’Éducation morale. Perspective humaniste que l’auteur défend à son tour en invitant les éducateurs à « comprendre » les jeunes déviants, moins pour leur « trouver des excuses », que pour engager un dialogue utile.

4Pour rencontrer les mineurs mis en accusation et analyser les interventions institutionnelles dont ils font l’objet, l’auteur a enquêté pendant plusieurs années sur deux dispositifs chargés du traitement de la délinquance : d’une part, deux Maisons de justice et du droit situées dans des « cités sensibles » de la banlieue nord de Paris, d’autre part, une formation destinée à l’insertion professionnelle de jeunes sans qualification (pour partie identifiés par les services de justice).

5Les Maisons de justice et du droit (MJD) ont été créées au début des années 1990, dans un contexte de forte pression sécuritaire : elles ont pour objectif officiel de répondre aux petits délits des mineurs souvent classés sans suite jusqu’alors. Le procureur et, dans la plupart des cas, son délégué s’adressent à des jeunes encore peu engagés dans une carrière délinquante. Le dispositif, largement financé par la politique de la ville, suppose que la menace d’un étiquetage précoce peut dissuader les jeunes de s’engager plus avant sur la mauvaise pente. Quels peuvent être les effets de ce type d’intervention ?

6L’autre dispositif étudié est une formation aux métiers de l’animation socioculturelle. Cette formation, organisée par la Prévention judiciaire de la jeunesse (PJJ), la Mission locale et les Francas – une association d’éducation populaire –, permet aux jeunes de préparer le BAFA et de « se frotter au travail ». Elle a été mise en place par un éducateur militant. L’animation, selon lui, peut offrir aux jeunes le moyen de sortir de la rue, mais aussi de valoriser leur familiarité avec l’univers de la cité : il s’agit pour les candidats au métier d’animateur d’opérer une « conversion de leurs dispositions acquises au contact de la culture de rue en qualité professionnelle » (p. 192). L’observation de cette formation permet de mettre en lumière le travail sur soi que cette conversion suppose.

7C’est dans cette formation d’une durée de six mois, qui réunit chaque année une douzaine de stagiaires, qu’Isabelle Coutant a principalement rencontré les jeunes délinquants dont elle étudie les trajectoires : soit qu’ils suivaient cette formation, soit qu’ils l’avaient suivie quelques années plus tôt. Ce dispositif d’enquête lui permet de saisir les jeunes à des moments différents de leur trajectoire sociale et d’étudier ce qu’elle appelle « les conditions d’efficacité des discours éducatifs » (p. 234). Elle a ainsi réalisé plusieurs entretiens, le plus souvent répétés avec les mêmes enquêtés, pour tenter de porter au jour les mécanismes sociaux qui les ont conduits à la rue et d’objectiver les moyens d’en sortir.

8Deux autres sources complètent ces deux premiers terrains : d’une part, un corpus de 90 fiches établies par les éducateurs de la PJJ concernant la situation sociale et familiale des mineurs mis en cause, d’autre part, l’observation d’une association d’aide juridique aux habitants dans un quartier difficile.

9Le protocole d’enquête élaboré permet donc de reconstituer l’espace des points de vue sur la délinquance : celui des jeunes, des procureurs et des délégués, mais aussi celui des parents des jeunes incriminés et des plaignants (policiers, travailleurs sociaux, enseignants, habitants des cités ou des zones pavillonnaires limitrophes).

10Le livre se compose de trois parties dans lesquelles l’auteur analyse tour à tour les plaintes et l’entrée en MJD des mineurs, la « sociogenèse de la délinquance » et les conditions sociales de la conversion des « habitus délinquants ». Deux questions qui parcourent de bout en bout Délit de jeunesse guideront cette présentation : quels processus conduisent les mineurs devant le procureur ? Quelles sont la portée et les limites des dispositifs censés les remettre dans « le droit chemin » ?

11Les jeunes dont il est question appartiennent tous aux milieux populaires. Ce sont des fils d’ouvriers et d’employés ; pour la moitié d’entre eux des enfants d’immigrés, principalement africains et maghrébins. Isabelle Coutant s’est intéressée aux jeunes que l’on dit aujourd’hui « incivils » qui se recrutent dans la population des cités.

12De quoi se rendent-ils coupables, du moins ceux d’entre eux dont les délits font l’objet d’un premier traitement en MJD ? Les affaires étudiées en 1999 montrent d’abord qu’elles sont neuf fois sur dix le fait de garçons. 28 % sont convoqués pour recel, vol ou tentative de vol ; 24 % pour violences et racket ; 17 % pour tags ou dégradations ; 7 % pour conduite sans permis ; 7 % pour port d’arme (bombes lacrymogènes en général) ; 5 % pour infraction à la législation sur les stupéfiants (petites quantités de cannabis) ; 5 % pour menaces et injures.

13La mise en évidence de facteurs socio-économiques généraux, comme le dénuement économique, ne peut suffire à expliquer les comportements des jeunes déviants, sinon comment expliquer que certains jeunes deviennent délinquants alors que d’autres, placés dans les mêmes conditions sociales et économiques, ne le deviennent pas ? Il faut refuser les explications « mécanistes » et/ou monocausales et s’attacher à reconstruire le système de dispositions qui conduit certains jeunes à la rue et à la « culture de rue ».

14Isabelle Coutant décrit ainsi l’ethos spécifique qui caractérise ces mineurs. S’ils diffèrent des autres jeunes de leur classe sociale, c’est en premier lieu parce qu’ils sont plus disposés qu’eux à chercher une reconnaissance dans la rue et à se « faire engrainer ». Se « faire engrainer », comme l’expliquent les adolescents dans les entretiens, c’est échouer à prendre ses distances par rapport aux normes de la rue et se voir dans l’obligation d’y construire sa réputation selon les codes en vigueur. Faire preuve de force physique, manifester ostensiblement par « la flambe » son refus de la pauvreté, se rendre coupables d’outrages pour asseoir sa réputation de « dur ». Les garçons qui glissent dans la rue ne doivent jamais manifester de faiblesse. Mais les filles non plus, du moins celles d’entre elles qui ne peuvent pas adopter les normes de docilité édictées par l’école et la famille.

15Il s’agit donc de comprendre les mécanismes d’adhésion à la culture de rue, « l’adhérence à la rue » pour reprendre l’expression d’Henri Coing citée par l’auteur, qui conduisent au vol et aux violences. La force d’attraction de la « culture de rue » est, en effet, relative et dépend de plusieurs facteurs, comme la stigmatisation scolaire et intrafamiliale, déjà mise en évidence par la sociologie de la déviance, mais sur laquelle l’auteur apporte nombre de compléments, ne serait-ce qu’en l’« actualisant ». Les mineurs cherchent dans la rue la reconnaissance qu’ils n’ont pas ailleurs, à l’école ou dans la famille. Les entretiens indiquent ainsi que le marquage scolaire est d’autant plus vivement ressenti par les « mauvais élèves » issus des classes populaires que la poursuite d’études est devenue la norme au sein même de ces classes et non plus l’exception. Les sanctions des enseignants et les « mauvaises » orientations isolent socialement et affectivement la minorité de jeunes qui en font l’objet au point de les doter d’une sorte de conscience négative. La violence de certains et leurs manières de se rendre insupportables sont souvent pour ces jeunes le seul moyen de « sauver la face ».

16À la stigmatisation scolaire s’ajoute la stigmatisation intrafamiliale. Les mineurs convoqués en MJD souffrent d’une absence paternelle, de relations difficiles avec des beaux-parents ou encore de l’extrême sévérité de pères pris de panique à l’idée que leurs enfants prennent la mauvaise pente. Isabelle Coutant constate, par ailleurs, que ses enquêtés sont majoritairement des cadets, comme si en raison de leur position dans la fratrie, ils avaient moins pu trouver l’amour et le soutien indispensables dans l’espace familial. Ainsi Leïla est-elle persuadée de rappeler à sa mère son premier mari violent et buveur, c’est pourquoi elle pense être moins aimée que sa sœur aînée, issue d’un premier mariage plus heureux. Cette souffrance particulière, qui s’enracine dans la famille est un des facteurs qui peuvent conduire à la rue susceptible alors d’apparaître comme un refuge paradoxal.

17Enfin, la rue offre une protection aux enfants d’immigrés, victimes d’un racisme plus ou moins diffus, qui cherchent à se venger en « emmerdant les Blancs » comme le dit Walter, né en France de parents ivoiriens. La violence du racisme vécu se retourne contre les plus proches : c’est, sans doute, pourquoi huit victimes de violence sur dix sont des adolescents qui appartiennent aux familles des franges supérieures des classes populaires ou des petites couches moyennes.

18La déviance des mineurs convoqués en MJD a donc des causes sociales et psychologiques : elle ne traduit pas un état d’anomie dans les cités, mais l’adhésion à une « culture de rue » qui impose dans une certaine mesure les comportements correspondants.

19Mais il faut maintenant comprendre pourquoi cette petite délinquance est devenue insupportable pour bon nombre des habitants des quartiers, des zones limitrophes ou des représentants des institutions étatiques. Pour que ces jeunes soient repérés comme délinquants et convoqués en MJD, il faut, en effet, qu’ils fassent l’objet de plaintes, que leurs comportements soient dénoncés par ceux qui les entourent et les encadrent. C’est pourquoi l’auteur s’intéresse aux plaignants en cherchant à comprendre les raisons pour lesquelles la petite délinquance des jeunes des cités, que Jean-Claude Chamboredon qualifiait d’endémique dans les années 1960, est plus mal tolérée que par le passé. Elle repère deux catégories de plaignants : les plaignants individuels, qui appartiennent surtout aux fractions supérieures des classes populaires et aux fractions inférieures des classes moyennes et les agents de l’État.

20Les plaignants individuels sont peut-être plus souvent victimes de vols et d’agressions physiques. Mais c’est aussi parce qu’ils ne peuvent plus tolérer leur contiguïté sociale avec les fractions inférieures des classes populaires qu’ils sont conduits à dénoncer les comportements de leurs enfants : à l’opposition entre « nous » et « eux » qui structurait le rapport au monde des classes populaires tendrait à se substituer une opposition au sein même de ces classes, entre, d’un côté, les fractions encore stables et, de l’autre, celles qui sont en voie de précarisation. « Eux » ce serait à présent les jeunes et les familles avec lesquels la cohabitation est devenue plus difficile et, plus encore, redoutée : les fractions populaires précarisées représentant le pire pour soi-même et ses enfants. Mais l’auteur prend soin d’éviter tout manichéisme : la rupture n’est pas totalement consommée entre ces deux composantes des classes populaires. Dans les attentes exprimées au cours des audiences en MJD, bon nombre de plaignants s’inscrivent dans la continuité des arrangements traditionnels : ils espèrent surtout que le mineur comprenne, qu’il s’excuse et rares sont ceux qui espèrent le voir finir en prison.

21Chez les agents de l’État, les transformations du recrutement permettent de rendre compte de la fréquence accrue des dépôts de plaintes : plus diplômés, plus souvent originaires de la petite bourgeoisie, les « nouveaux » policiers, travailleurs sociaux, enseignants, sont plus éloignés socialement du public qu’ils encadrent et de ce fait plus disposés à le sanctionner. Quel que soit l’univers d’encadrement étudié par Isabelle Coutant, on constate ainsi la même coupure entre les générations, les « anciens » se montrant plus tolérants à l’égard des mineurs déviants. D’autres facteurs incitent ces petits fonctionnaires à se tourner du côté de la justice : les politiques d’externalisation du traitement des litiges, que l’on retrouve aussi bien à la RATP qu’à la PJJ ou à l’Éducation nationale, et surtout le sentiment de déclassement et d’impuissance ressenti par la « petite noblesse d’État » dans un contexte de ségrégation spatiale et de précarisation sociale. En butte à un public de plus en plus difficile, les agents de l’État portent plainte face aux injures et autres menaces physiques. Ils demandent ainsi à l’État, via la Justice, de réaffirmer un statut fragilisé.

22Les deux dispositifs, en charge du traitement de la délinquance (MJD et BAFA), étudiés dans Délit de jeunesse se complètent dans leurs intentions de changer les dispositions des jeunes déviants. Les MJD, en rappelant aux mineurs les limites du droit, espèrent obtenir une modification immédiate des comportements. La formation au BAFA cherche à permettre aux jeunes de sortir de la carrière délinquante. Isabelle Coutant insiste sur l’importance de ce dispositif : en effet, écrit-elle, « si les modalités d’entrée dans la carrière délinquante ne sont pas nouvelles, en revanche les modalités de sortie de la carrière ont changé » (p. 197). Alors qu’auparavant la « culture de rue » pouvait se convertir en « culture d’atelier », comme l’a montré Paul Willis, ce n’est plus vrai aujourd’hui : du fait de la réduction des emplois ouvriers, de la dévalorisation du monde ouvrier (on veut encore moins le devenir), de la disqualification de l’ethos populaire masculin dans les emplois de service, de la faible disposition des garçons, contrairement aux filles, à se plier à des tâches d’ordre domestique dans ces emplois, etc. Ces différents facteurs font que « la culture anti-école n’a plus de débouché naturel dans le monde du travail » (p. 203).

23La formation au BAFA a été conçue comme une réponse au resserrement du champ des possibles et à l’élargissement parallèle du champ du souhaitable pour les jeunes sans qualification scolaire bien qu’étant passés par l’École : il s’agit de leur permettre d’accéder à des emplois non ouvriers, qu’ils puissent percevoir comme valorisants, et qui soient susceptibles d’offrir une opportunité réelle de se « ranger ». Les MJD et la formation professionnelle apparaissent ainsi complémentaires : le rappel à la loi est d’autant plus efficace qu’il est assorti de la possibilité concrète de s’y conformer. Et l’auteur montre bien que l’efficacité de ce nouveau système de prévention dépend de l’avenir anticipé par les adolescents : ils doivent croire en leurs chances d’accéder à une place « possible » pour accepter de « changer ».

24Ces deux dispositifs s’efforcent donc l’un et l’autre de faire prendre conscience à ceux qu’ils prennent en charge qu’ils ne sont pas enfermés dans un destin de délinquant.

25La démarche passe par le « rappel à la loi » au cours des audiences en MJD auxquelles les mineurs sont convoqués ainsi que leurs parents et les plaignants. L’enjeu pour le procureur ou son délégué est de faire entendre raison aux jeunes accusés. Le mineur doit accepter le constat qu’il est « mal parti » et qu’il dépend avant tout de lui de se plier aux normes juridiques. La menace de l’étiquetage « délinquant » doit entraver l’entrée dans la carrière délinquante. Tel est, en tout cas, le pari que font le procureur et ses délégués qui, le plus souvent, ne sont pas des professionnels du droit : ceux qu’a observés Isabelle Coutant étaient anthropologue, avocat, éducatrice, médiatrice familiale, metteur en scène, etc. Après un rappel des faits, ils s’efforcent de faire admettre aux mineurs le bien-fondé de l’institution judiciaire : ce qui ne va pas de soi. D’une part, les mineurs peuvent ne pas comprendre pourquoi ils sont convoqués, notamment quand ils le sont pour des « petites histoires » de cannabis ou quand ils ont réagi trop spontanément à des violences policières. Autant d’affaires qui mettent mal à l’aise les délégués du procureur qui peinent alors à trouver de bons arguments pour convaincre les jeunes du bien-fondé de la loi. D’autre part, la menace de l’étiquetage « délinquant » suppose que le mineur reconnaisse que son comportement n’est pas le bon : aussi les délégués sont-ils conduits à déployer une véritable « pédagogie du droit » (p. 77). Ils oscillent ainsi entre trois registres de persuasion en mobilisant des arguments juridiques, civiques et personnels. Le rappel des lois peut suffire dans certains cas, mais le plus souvent les deux autres registres viennent le compléter pour obtenir du jeune qu’il se conforme aux règles.

26C’est dans cette perspective qu’ils font entendre la parole des victimes, comme celle de cette femme qui travaille comme serveuse dans un restaurant et qui explique à un jeune de 16 ans que le vol de son solex l’oblige à partir très tôt de son domicile et à y revenir plus tard après sa journée de travail, n’ayant plus que ses pieds pour se déplacer. Ces arguments civiques font appel au sens moral du mineur, de même que les arguments personnels lui font prendre conscience que c’est sa propre vie et celle de ses parents qu’il menace de détruire. Amener une mère à exprimer publiquement sa peine en présence de son fils est, souvent, pour le délégué un moyen efficace de faire entendre raison à l’adolescent. L’efficacité de la leçon dépend beaucoup de la capacité des délégués à trouver les mots qu’il faut et plus encore à mettre en scène la réponse judiciaire et morale au problème posé par le comportement déviant. Ce qui suppose chez les délégués une capacité d’écoute et d’empathie qui favorisent la conviction.

27Les parents des mineurs déviants sont également tenus de s’exprimer. Tous ne réagissent pas de la même manière. Isabelle Coutant oppose ainsi les parents qui ont assez de ressources pour avoir confiance dans l’avenir de leur enfant et relativiser leur « bêtise » à ceux qui, beaucoup plus fragilisés, sont littéralement atteints par le comportement de leur enfant. C’est le cas des parents immigrés qui vivent d’autant plus difficilement la convocation en MJD qu’ils s’efforcent d’avoir un comportement irréprochable. Plus généralement, les parents démunis économiquement et fragilisés socialement manifestent leur impuissance et demandent l’aide de l’institution judiciaire : c’est notamment le cas des mères qui élèvent seules leurs enfants et qui, en raison de leurs horaires de travail, de leur fatigue, de leur isolement, avouent ne plus savoir comment faire. Mais il apparaît que bien peu de ces parents obtiennent « l’aide éducative » réclamée.

28L’enquête montre, en effet, que la demande des parents est rarement prise en compte pour des raisons budgétaires, institutionnelles, mais aussi parce que les délégués eux-mêmes jugent souvent les dossiers insuffisants pour qu’un classement « mineur en danger » ouvrant l’accès à l’aide éducative puisse être retenu. Ainsi l’institution judiciaire renvoie-t-elle le plus souvent à leur sort les parents et, en particulier, les mères, comme si l’État reportait sur les seules familles la responsabilité de la déviance. D’une manière assez générale, les parents des mineurs déviants suscitent la méfiance des représentants du parquet. Le désarroi qu’ils livrent est souvent perçu comme de la mauvaise foi. Isabelle Coutant observe que bon nombre de délégués du procureur ont tendance à penser que les parents cherchent avant tout à se déresponsabiliser, à accuser la société plutôt qu’à se remettre eux-mêmes en cause. Dans les entretiens, ils font rarement l’effort de proposer des explications aux problèmes des familles ou, quand ils le font, c’est le plus souvent en termes ethnoculturels qu’ils expliquent les problèmes rencontrés. Les parents immigrés sont alors perçus comme des gens « paumés », tiraillés entre des systèmes de normes différents. Mais ils n’acceptent pas que ces parents mobilisent eux aussi ce type d’argument : le déracinement devient alors une « excuse facile ».

29Toutefois, tous les délégués ne s’adressent pas aux jeunes et aux parents de la même façon. Isabelle Coutant observe les différences entre ces « petits juges », qui sont eux-mêmes le produit de leur trajectoire et, en particulier, de leur propre expérience de parents. L’origine populaire des délégués et les difficultés rencontrées avec leurs propres enfants apparaissent comme des facteurs propices à l’empathie. Par ailleurs, loin des stéréotypes sur l’irresponsabilité parentale, l’enquête montre que les parents les plus fragilisés manifestent une véritable détresse et sont soucieux du devenir de leurs enfants : c’est également ce constat qui contraint les délégués à rechercher avec eux les moyens de les faire changer.

30L’enjeu pour l’institution judiciaire est finalement que le jeune accède à d’autres univers que celui de la cité. C’est précisément l’objectif de la formation au BAFA : convertir les dispositions des adolescents, les amener à croire en un autre destin possible. Plusieurs facteurs participent de l’intérêt manifesté par les jeunes à l’égard de cette formation. D’abord l’envie de « se calmer » et la peur de mal finir : vient un moment où la « culture de rue » perd son attrait et où se fait jour l’envie de « se ranger ». C’est ensuite l’ensemble des bénéfices que la formation procure. Bénéfices économiques : la formation est rémunérée et offre à la plupart des jeunes la première occasion de gagner de l’argent « normalement ». Bénéfices symboliques aussi : la formation est ponctuée par la délivrance de plusieurs diplômes, ce qui, pour les mauvais élèves qu’ils ont été, représente la possibilité d’une sorte de rattrapage, de se prouver qu’ils ne sont pas des « nuls ».

31À ces bénéfices matériels et symboliques s’ajoutent des bénéfices psychologiques : la formation permet aux jeunes de restructurer leur rapport au temps. Ils ne vivent plus dans une sorte de vacuité temporelle, mais, pendant quelques mois, au rythme des horaires de cours et de stages. Certains jeunes font l’expérience de la plénitude associée à un calendrier chargé, à des objectifs à atteindre, éprouvent le sentiment du repos mérité après le travail. Plus fondamentalement, la formation les conduit à se découvrir sous un autre jour : capables de prendre des responsabilités, de faire face à des situations complexes, de tenir un rôle valorisé. Le seul contact avec les enfants au cours des stages participe à cette sorte de prise de conscience positive de soi : il s’agit désormais de « donner l’exemple ».

32L’ensemble de ces facteurs contribue à une certaine pacification des rapports des jeunes avec eux-mêmes et avec leurs parents, qui ne les voient plus « traîner ». Le sentiment d’être écouté, pris au sérieux, respecté apparaît dans l’ensemble des entretiens. Isabelle Coutant insiste sur les effets positifs de l’implication de l’éducateur qui a mis au point la formation : confident des jeunes, il sait se rendre disponible et compréhensif, qualités « humaines » qui se révèlent indispensables à la motivation des jeunes et au travail d’acculturation qu’ils entreprennent.

33Car il ne suffit pas aux stagiaires d’être « motivés » pour suivre la formation, ils doivent manifester un changement réel. À l’exemple de Walter, certains reconnaissent n’être plus tout à fait les mêmes, ne serait-ce que parce qu’ils ont appris un nouveau vocabulaire, une nouvelle manière de parler et de se tenir face aux « autres ». Cette forme d’acculturation à la fois technique (les outils de l’animation), langagière et corporelle est liée à l’ouverture de l’espace des possibles anticipés : c’est parce que le métier d’animateur apparaît aux yeux des jeunes comme un métier possible et attirant qu’ils font les efforts nécessaires à leur conversion. Mais cette conversion repose aussi sur le contrôle des stagiaires par l’éducateur et les formateurs. Outre l’injonction de ne pas reproduire les comportements de la rue sous peine d’exclusion (se battre, insulter, boire, prendre de la drogue, etc.), les jeunes doivent régulièrement faire le bilan en groupe et en face à face au cours des entretiens d’évaluation, forme de confession publique et privée, tout à fait déstabilisante tant elle implique une réflexivité et une forme d’exhibition qui ne vont pas de soi.

34Prendre la parole impose un devoir de maîtrise, de mise à distance de l’ethos de rue. Ce que ces jeunes acquièrent ainsi progressivement, explique Isabelle Coutant, c’est un « capital de conformité » (p. 223). Mais tous n’y parviennent pas. L’enquête s’arrête ainsi sur plusieurs cas d’échec liés à l’incapacité de maîtriser l’image de soi en raison de l’hexis corporelle et de l’« adhérence à la rue ». Incapables d’adopter la panoplie de l’animateur, certains jeunes restent étiquetés comme « jeunes en difficulté » et sont rejetés par les stagiaires : prendre de la distance avec l’ethos de rue impose, en effet, de s’éloigner des plus démunis, au moins pendant le temps de la formation.

35L’auteur insiste sur l’impossibilité d’évaluer précisément l’efficacité du travail effectué en MJD ou au cours des formations comme celle qu’elle étudie. Elle observe cependant le très faible taux de récidive des mineurs passés à la MJD où elle a enquêté. S’il est impossible de savoir s’ils auraient récidivé sans le passage devant le procureur, en revanche, il est tout à fait possible d’identifier les différents éléments qui contribuent à « redresser » certaines trajectoires. L’enquête confirme ainsi l’importance de relations personnalisées avec les éducateurs et, plus généralement, avec les personnes détentrices de l’autorité : l’investissement affectif des agents d’encadrement, la disponibilité, le respect, la patience sont autant de facteurs de l’efficacité des interventions socioéducatives. Les filles insistent plus que les garçons sur la dimension relationnelle proprement dite : faire le récit de sa vie, c’est pour elles la possibilité d’une autonomisation et d’une reconstruction de soi. Leurs propos témoignent d’une intériorisation des catégories d’analyse de la psychologie, de leur croyance dans la vertu libératrice de la parole. Mais si le récit de soi permet une forme d’autonomisation à l’égard du passé, beaucoup d’autres facteurs contribuent à la réussite des interventions socio-éducatives.

36Ainsi la possibilité de prendre ses distances avec la rue est-elle proportionnelle aux ressources détenues : ressources économiques, mais aussi affectives, morales, religieuses de la famille. Dans tous les cas, le facteur décisif reste la possibilité d’une anticipation positive de l’avenir professionnel. Les jeunes les plus démunis sont donc aussi ceux qui sont les plus rivés à la cité. Est-ce à dire que les interventions socio-éducatives n’ont aucun effet sur eux ? Au terme de l’enquête, le bilan est mitigé. Certains des jeunes maintiennent des activités délinquantes, mais ils ont néanmoins acquis un petit « capital de conformité » qui leur permet de ne plus être complètement immergés dans la culture de rue.

37Isabelle Coutant montre donc avec beaucoup de finesse et de sensibilité que le travail social, au sens large, n’est pas sans effets. Dans un contexte où l’humeur répressive l’a largement désavoué, c’est un résultat sociologique et politique important. C’est ce même constat qui conduit à interroger l’auteur sur la notion d’« habitus délinquant » qu’elle utilise dans son livre (une seule fois il est vrai). À quelles conditions l’usage de cette notion est-il compatible avec l’observation des modalités de conversion des jeunes, de leur acculturation ou leur acquisition d’une nouvelle confiance en eux, en l’espace de quelques mois ? Peut-on changer aussi rapidement d’habitus ? C’est peut-être moins le concept qui est en cause que son « adéquation » aux jeunes rencontrés. Peut-être l’auteur n’a-t-elle pas rencontré ceux dont les dispositions forment un « habitus délinquant » cohérent. Il faudrait pouvoir comparer les jeunes étudiés à des jeunes beaucoup moins « réformables » (les multirécidivistes), ne serait-ce que pour comprendre les ressorts de l’engagement des jeunes enquêtés dans la formation au BAFA.

38Comme le souligne Isabelle Coutant, on sait peu de choses sur les sorties des carrières délinquantes. Des entretiens avec des jeunes qui n’ont pas d’autre avenir immédiat que la prison permettraient sans doute d’élucider plus avant les raisons pour lesquelles toute une classe de jeunes déviants (la plus nombreuse) ne va pas plus loin dans la carrière.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search