Version classiqueVersion mobile

Lire les sciences sociales. Volume 5/2004-2008

 | 
Gérard Mauger
, 
Louis Pinto

Classes populaires

Olivier Masclet, La gauche et les cités. Enquête sur un rendez-vous manqué

Choukri Hmed

Note de l’éditeur

Olivier Masclet, La Gauche et les cités. Enquête sur un rendez-vous manqué. Paris, Éditions La Dispute, 2003, présenté par Choukri Hmed

Texte intégral

1Le propos de cet ouvrage est double. Il s’agit, d’une part, d’explorer les processus de politisation des « jeunes des cités » à travers leur mise en perspective historique et sociologique, et, d’autre part, d’examiner le paradoxe des municipalités « de gauche » qui se seraient coupées d’une partie de leur électorat potentiel : les travailleurs « immigrés ». Curieusement, ces deux objets ont longtemps été délaissés par les chercheurs au profit des problématiques en termes de « galère », d’anomie et de dérèglements sociaux. En s’intéressant aux modalités complexes du possible renouvellement du rapport à la politique des classes défavorisées – et, parmi elles, les fractions issues de l’immigration –, Olivier Masclet invite à percevoir sous un autre angle la jeunesse populaire et/ou immigrée.

2« Que reste-t-il des banlieues rouges ? » (p. 16) s’interroge-t-il. La question est d’autant plus ambitieuse, dans ces moments de « crise de la représentation », de montée de l’abstention, de l’apparition de « nouvelles » formes de rapport à la politique, voire de « nouvelles » formes de militantisme, que l’auteur ne cède pas aux discours catastrophistes sur l’effondrement de la mobilisation politique et électorale, sur le repli communautaire et l’autisme des élites. Le livre tente de se départir des attendus de ce discours qui conduisent à ne voir dans les cités et les banlieues que des manifestations d’anomie, d’accumulation de manques et de dysfonctionnements. Il ne s’agit pas pour autant de nier la réalité du dénuement et de l’appauvrissement de ces quartiers, tant économiques que sociaux et culturels, mais plutôt de déplacer le regard vers une question délaissée par les sociologues : la politisation des « enfants des cités ». Comme la recherche d’Isabelle Coutant consacrée à l’éducation morale des jeunes de classes populaires (Coutant 2005), La Gauche et les cités a d’abord pour dessein de comprendre le sens que les agents donnent à leur existence, sens construit en fonction de leur trajectoire passée, mais aussi au fil des interactions quotidiennes avec leur environnement. Il s’agit de mettre en évidence « les causes sociales de la “culture des rues”, les processus conduisant au repli dans les cités, les murs invisibles qui n’ont cessé de se dresser entre ces “jeunes” et le reste de la population » (p. 17). Dans cette perspective, la focale de l’enquête est resserrée autour des militants d’associations de quartier d’une « banlieue rouge », appréhendés avec les outils ordinaires de la sociologie.

  • 1 Voir notamment le chapitre i, dont une traduction est présentée dans « La description dense. Vers (...)

3L’enquête croise un grand nombre de sources et de matériaux, chacun donnant à voir un pan de la réalité qu’elle entend étudier. En faisant varier l’échelle d’observation et les points de vue, on saisit mieux les « îlots de vérité » qui font le quotidien des populations observées. Aux entretiens semi-directifs longs et répétés (dont des extraits ponctuent l’analyse) avec des responsables municipaux, des travailleurs sociaux, des familles françaises et immigrées ainsi qu’un grand nombre de « jeunes », Olivier Masclet associe le dépouillement d’archives municipales de Gennevilliers et l’observation participante. Pour rassembler ces matériaux, l’auteur a enquêté pendant dix ans dans une cité de Gennevilliers et participé pendant plusieurs semaines aux activités d’un club de jeunes, dans lequel il a occupé les fonctions d’animateur. L’ouvrage donne ainsi à voir et à comprendre, grâce à une description ethnographique « dense » (Geertz 1973)1 et originale – on s’attache aux protagonistes comme à des personnages de roman – les pratiques et les représentations de ceux qui sont trop souvent réduits à des « muets politiques » et condamnés, comme tels, à accumuler les rendez-vous manqués avec la municipalité.

4Le plan de l’ouvrage correspond à une double ambition : il s’agit, d’une part, de rechercher dans l’histoire de la gestion municipale des populations immigrées ou issues de l’immigration, les racines de la politisation chaotique des enfants des cités et, d’autre part, d’embrasser le nombre le plus important possible de points de vue significatifs sur l’objet. Le livre suit grosso modo un fil chronologique qui part, dans les premiers chapitres, d’une mise en contexte de la politique de logement municipal dans les années 1950 pour aboutir à l’intégration d’enfants d’immigrés maghrébins par des édiles municipaux. Si l’ouvrage est foisonnant, on peut néanmoins tenter de regrouper ses conclusions autour de trois thèmes : la sociologie politique d’une municipalité PCF, les ressorts du vote FN et le rapport au politique des jeunes de classes populaires ou immigrées.

Sociologie politique d’une municipalité PCF ou la non-reconnaissance des immigrés comme héritiers politiques

5L’accès à l’objet passe par un « détour par l’histoire » (p. 20), qui retrace le parcours des « nouveaux exclus de la ville » entre les années 1950 et 1970. Le premier chapitre montre ainsi comment le PCF, qui tient la municipalité depuis les années 1930, a refusé de reconnaître dans les étrangers, pourtant massivement ouvriers puis employés, un électorat potentiel. Cette non-reconnaissance apparaît comme le résultat de trois séries de facteurs sociohistoriques, qui sont autant de dimensions de l’objet. Une première série de facteurs tient à la construction de la ville, qui a connu une véritable métamorphose au cours des Trente Glorieuses, avec l’explosion du nombre de HLM (80 % des logements sont des logements sociaux). La stratégie de la municipalité a consisté à favoriser, d’un côté, l’accès des nationaux au logement HLM, considéré comme un bien rare, en instaurant, de l’autre côté, des quotas à l’entrée des familles immigrées.

6Ces familles sont en effet perçues comme une menace pour l’entreprise politique de construction d’une classe ouvrière « respectable », mais aussi considérées comme peu rentables électoralement – puisqu’elles n’ont pas le droit de vote. Dans ces conditions, les élus communistes se déchargent d’emblée de la question du logement des familles et des célibataires étrangers sur les services de la préfecture, qui gèrent les cités de transit. Les années 1970 sont, à l’inverse, caractérisées par le départ massif des ménages français vers l’habitat pavillonnaire. Cette deuxième dimension est mise en exergue à travers l’exemple du Luth, « grand ensemble » qui concentre un quart de la population gennevilloise. Sous l’effet notamment de la politique de l’aide à la pierre mise en place dans les années 1980, les ouvriers qualifiés français sont progressivement remplacés par des OS maghrébins. À partir de l’analyse des procédures d’attribution des logements sociaux, l’auteur met en évidence une double sélection : une « sélection adverse » au sein des bâtiments gérés par les bailleurs privés qui, pour des raisons de rentabilité, conduit à attirer les familles nombreuses d’origine immigrée et une discrimination à l’entrée des logements municipaux, quasi fermés aux familles étrangères. L’épineuse question de l’intentionnalité d’une telle ghettoïsation est écartée par l’auteur au profit de la mobilisation du principe de la « tyrannie des petites décisions » (Schelling 1980). D’après lui, « si elles n’obéissent pas toutes à la volonté de fuir un voisinage composé de familles arabes, elles n’en aboutissent pas moins à une séparation physique » (p. 61). La non-reconnaissance se poursuit dans les années 1990 avec la « reconquête » du quartier du Luth par la municipalité (chap. vii). Cherchant à s’attirer les classes moyennes devenues la base électorale communiste, la mairie adopte une double stratégie électorale. D’une part, elle renforce le contrôle social des populations à travers la mise en place de structures d’encadrement et de loisirs non spécifiquement dédiées à la population maghrébine. D’autre part, elle encourage les projets de rénovation architecturale en éclatant les grands ensembles, tout en adoptant un discours sécuritaire et anti-immigrés à destination des classes moyennes.

7À cet égard, on peut considérer que la recherche contribue à éclairer les ressorts du vote FN, ses motivations ainsi que son rôle dans la redéfinition des politiques locales. L’ombre de ce parti dans l’univers politique local constitue, en effet, un véritable leitmotiv, qui apparaît régulièrement à différentes étapes de la démonstration.

Un éclairage sur le vote FN

  • 2 On retrouve, ici, les conclusions de l’article de Chamboredon, Jean-Claude, et Madeleine Lemaire ( (...)

8En analysant les frontières qui dessinent les contours des nouvelles fractions des classes populaires, Olivier Masclet distingue deux sous-populations : les « ouvriers des cités » et les « ouvriers pavillonnaires ». Les premiers sont les moins dotés en ressources matérielles et sociales et, de ce fait, sont assignés à résidence dans les grands ensembles, contraints malgré eux de cohabiter avec les familles immigrées2, donc confondus avec elles. De longs extraits d’entretiens montrent l’intensité de leur sentiment de dépossession de l’espace résidentiel, approprié selon eux par « les immigrés », dépossession qui est pour eux « le signe indiscutable de leur expulsion symbolique du quartier » (p. 85). Pour certains électeurs, c’est ainsi l’expérience du déclassement qui peut expliquer la tentation du vote FN. Néanmoins, ce déclassement ne prend sens que resitué dans le contexte résidentiel local, qui voit se territorialiser les appartenances (grâce ou à cause de la gestion des bailleurs) et s’ethniciser les différences (les drogués sont souvent des Maghrébins), provoquant la montée du « sentiment d’insécurité » analysé ici comme un « sentiment d’insécurité sociale ». La menace que représente la déchéance vécue par les immigrés – échec scolaire, chômage, trafics, consommation de drogues, etc. –, déchéance d’autant plus visible qu’elle concerne souvent des jeunes gens qui tiennent à s’affirmer dans l’espace local, alimente en retour le vote FN. Et cela d’autant plus que le vote PCF n’est plus un « emblème statutaire » (p. 89) : pour une proportion grandissante de Français de souche, voter PCF, c’est « désormais accepter une égalité avec les immigrés » (p. 90). Dans ces conditions, le parti de Jean-Marie Le Pen représente avant tout le parti de l’ordre, du rappel autoritaire des règles du vivre ensemble – ce que ne fait plus le PCF, jugé trop « bien-pensant » par ses électeurs –, mais aussi celui qui sait le mieux convertir en message politique l’ultime ressource que peuvent mobiliser ses électeurs comme un gage de leur honneur social : l’appartenance nationale.

  • 3 En cela, cette recherche corrobore les résultats les plus récents sur les électeurs frontistes, te (...)

9L’investigation approfondie du terrain conduit toutefois à nuancer cette analyse. D’une part, l’enquête montre que le vote FN n’est pas un vote « qui va de soi » pour ces électeurs – notamment les moins démunis scolairement –, conscients qu’ils sont du caractère raciste et violent du parti d’extrême droite. Au contraire, il apparaît plutôt comme un vote « brutal », « forcé », fortement teinté d’illégitimité sociale et source – entre autres – de conflits avec les proches. D’autre part, contrairement à une idée répandue, le vote PCF ne se convertit pas automatiquement en vote FN, bien au contraire3. Quand bien même une telle mobilité électorale existe, elle reste limitée, pour au moins deux raisons : d’une part, les ex-électeurs du PCF alimentent surtout l’abstention (contre la blague qui voudrait qu’un « électeur du FN, c’est un communiste qui s’est fait cambrioler trois fois ») ; d’autre part, le FN recrute principalement auprès des électeurs de droite.

10Quels sont, dans ce contexte, les modes d’engagement politique des Français d’origine immigrée ? On touche ici à l’objet de l’ouvrage, tel qu’il est décrit, dans la quatrième de couverture, bien qu’au cours de la lecture il n’apparaisse pas toujours de façon explicite : l’hypothèse selon laquelle il existerait, au sein des cités, un vivier de vocations politiques et militantes, insuffisamment reconnu par le champ politique local.

Le rapport au politique des jeunes de classes populaires/immigrées

11C’est à travers une demi-douzaine de portraits sociologiques approfondis, ébauchés à partir d’entretiens et d’observations, que l’on pénètre dans l’univers militant des jeunes des cités. Il s’organise principalement autour de deux pôles : un club d’animation de quartier et l’accession par ces jeunes à des postes d’élus locaux. Dans les deux chapitres centraux de l’ouvrage (chapitre v, « “Faire”, “bouger”, “sortir”. L’encadrement des adolescents » et chapitre vi, « L’usure des militants des cités »), l’analyse de la naissance, des évolutions et des usages d’une institution a priori banale – un club de jeunes – conduit l’auteur à tenter de dépasser l’idiosyncrasie des particularités biographiques pour ébaucher une systématisation des logiques mises en évidence. Il montre ainsi que ce club est à la fois une instance de « gestion » du désœuvrement de la jeunesse masculine déshéritée, valorisant des « valeurs de virilité périmées » (Mauger 2001), un enjeu de politique locale – à ce titre craint ou soigneusement évité –, mais aussi un agent de socialisation politique pour les « diplômés moyens » (Beaud 2002). Particulièrement investi par ces derniers (nés, pour la plupart, vers 1965), le club est perçu comme le moyen d’acquérir une forme d’assurance sociale, par l’apprentissage qu’il permet de la confiance en soi et l’aspiration qu’il suscite à un autre destin social que celui dicté par l’appartenance à un groupe dominé.

12Ce militantisme non partisan permet des investissements multiformes, bien qu’ils restent fortement inscrits dans le quartier : parce que beaucoup de jeunes ne peuvent ni ne veulent s’en échapper, ce dernier est bien à la fois – comme l’a montré en son temps Louis Wirth à propos du ghetto juif de Chicago (Wirth 1980) – une contrainte autant qu’une ressource. À ce titre, la trajectoire de Taïeb, président du club de 1988 à 1992, est significative de cette forme de militantisme : l’écart ressenti par cet enseignant contractuel de technologie entre l’habitus modal de ses collègues et le sien contribue à le déstabiliser et à le ramener, in fine, dans la cité, où le club s’offre comme un repli sécurisant. C’est précisément à partir de ce lieu que Taïeb tente de devenir le « représentant d’une élite de cité négligée, marginalisée, en tout cas non reconnue en tant que telle » (p. 184).

13Cette élite fournit pourtant un certain nombre de cadres qui deviennent, pour certains d’entre eux, des professionnels de la politique. Les deux derniers chapitres (chapitre viii : « “S’en sortir” par la politique » ; et chapitre ix : « “Des Arabes à la mairie” ») tentent d’explorer les heurs et malheurs de ces entreprises. Ce que l’on pourrait nommer une « crise de la démocratie représentative locale » est d’abord visible à travers l’échec du travail de construction d’un collectif à l’occasion d’une mobilisation contre les projets municipaux de réhabilitation. Deux raisons à cela : d’une part, l’instrumentalisation des jeunes de la cité par certains militants fait obstacle à une véritable mobilisation, d’autre part, le quartier représente un « espace flou de professionnalisation » politique (p. 248) qui ne pousse pas à susciter les investissements individuels indispensables. Mais la crise est surtout patente dans la nature des postes municipaux offerts aux jeunes militants des cités par les partis de gauche à l’occasion des élections municipales de 1995 : instrumentalisés par la liste PCF, PS, MDC, ils n’en obtiennent que des charges symboliques. Le ressentiment qui en résulte est, selon l’auteur, responsable non seulement d’une droitisation des militants, mais surtout de « l’immense vide politique » qui s’installe dans ces banlieues rouges (p. 298). Désertées par l’électorat classique du PCF, incapable d’assurer la politisation à gauche du « nouveau prolétariat des banlieues » (p. 296), ces stratégies nourrissent les bastions abstentionnistes mais aussi les replis communautaires, voire les tentations islamistes.

14Si le constat d’un « rendez-vous manqué » apparaît en définitive sans appel et si l’analyse conduite tout au long de l’ouvrage semble aussi clairvoyante que rigoureuse, deux remarques peuvent toutefois être formulées en guise de conclusion. La première porte sur le statut de la monographie. Car pour admettre qu’« un cas particulier bien construit cesse d’être particulier », encore faut-il que le corps d’hypothèses construit et testé sur l’objet étudié ait été mis à l’épreuve de cas similaires (d’autres municipalités tenues par le PCF ou encore des municipalités PS) ou différents (cas des mairies de droite). En clair, comment se donner les moyens de généraliser le constat établi à Gennevilliers sans diversifier méthodiquement la comparaison ? Les modalités d’accès des immigrés et de leurs enfants à la politique sont-elles identiques quels que soient le contexte et l’offre politiques locaux ? La seconde remarque tient à l’échantillonnage de la population enquêtée, composée massivement de garçons (on en décompte près d’une vingtaine pour deux filles). Si l’on imagine que la construction de l’objet s’est opérée au cours de l’enquête, comment justifier la surreprésentation masculine au sein de l’échantillon spontané ? Même si la composition de cet échantillon renseigne utilement sur les modalités de la division sexuelle des tâches dans les banlieues – qui font que l’espace public est le plus souvent monopolisé par les jeunes hommes –, on ne peut en inférer pour autant que les filles soient politiquement muettes. Le cas d’entreprises politiques récentes (comme celle de « Ni putes ni soumises ») ainsi que d’autres esquissées dans l’ouvrage montrent suffisamment que le rapport des filles à la politique est loin d’être inexistant et qu’il faudrait en intégrer l’analyse à la question de « la gauche et des cités ».

Bibliographie

Références bibliographiques

Beaud, Stéphane. 2002. 80 % au bac… et après ? Les enfants de la démocratisation scolaire. Paris, La Découverte.

Bourdieu, Pierre (avec Loïc J. D. Wacquant). 1989. Réponses. Pour une anthropologie réflexive. Paris, Le Seuil, coll. « Libre examen », p. 57.

Chamboredon, Jean-Claude, et Madeleine Lemaire. 1970. « Proximité spatiale et distance sociale dans les grands ensembles ». Revue française de sociologie, XI, 1 : 3-33.

Coutant, Isabelle. 2005. Délit de jeunesse. La Justice face aux quartiers. Paris, La Découverte.

Geertz, Clifford. 1973. The Interpretation of Cultures. New York, Basic Books.

Lehingue, Patrick. 2003. « L’objectivation statistique des électorats : que savons-nous des électeurs du FN ? », dans Jacques Lagroye (dir.), La Politisation. Paris, Belin, coll. « Socio-histoires » : 247-277.

Mauger, Gérard. 2001. « Disqualification sociale, chômage, précarité et montée des illégalismes », dans Regards sociologiques, n ° 21.

Wirth, Louis. 1980 [1928]. Le Ghetto. Grenoble, Presses universitaires de Grenoble.

Notes

1 Voir notamment le chapitre i, dont une traduction est présentée dans « La description dense. Vers une théorie interprétative de la culture », Enquête. Anthropologie, histoire, sociologie, 1998, n° 6, p. 73-105.

2 On retrouve, ici, les conclusions de l’article de Chamboredon, Jean-Claude, et Madeleine Lemaire (1970).

3 En cela, cette recherche corrobore les résultats les plus récents sur les électeurs frontistes, tels qu’ils ont été synthétisés, par exemple, par Patrick Lehingue (2003).

Auteur

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search