Version classiqueVersion mobile

Lire les sciences sociales. Volume 5/2004-2008

 | 
Gérard Mauger
, 
Louis Pinto

Classes populaires

Stéphane Beaud et Michel Pialoux, Violences urbaines, violence sociale. Genèse des nouvelles classes dangereuses

Gérard Mauger

Note de l’éditeur

Stéphane Beaud et Michel Pialoux, Violences urbaines, violence sociale. Genèse des nouvelles classes dangereuses. Paris, Librairie Arthème Fayard, 2003, présenté par Gérard Mauger

Texte intégral

1Ce livre apparaît comme une suite ou un ensemble de compléments du Retour sur la condition ouvrière. Il rassemble des matériaux divers autour d’une « émeute » survenue en juillet 2000 à Montbéliard. Cette émeute se déroule dans une ZUP devenue le quartier « à problèmes » de la région, sur fond de voitures brûlées, de « caillassages » de bus, de bagarres entre bandes de « jeunes des quartiers », de petite délinquance, mais aussi de dégradation des relations entre habitants, d’agressivité des jeunes vis-à-vis « de tout ce qui incarne l’autorité » depuis le milieu des années 1990. Extérieurs à l’émeute et aux émeutiers, les éléments d’enquête rassemblés se proposent néanmoins d’en rendre compte. La violence est analysée, en effet, comme un « symptôme » de la précarisation, de la paupérisation, de la déstructuration du groupe ouvrier, de la déstabilisation des modes de vie, du brouillage du rapport à l’avenir et du développement parallèle de diverses formes d’autodestruction. Les processus sociaux qui structurent le marché de l’emploi, par l’intermédiaire des entreprises et des institutions de gestion de l’emploi (ANPE, Missions locales, agences d’intérim), ont façonné les identités sociales : en particulier celles des jeunes issus de l’immigration qui ont échoué à l’école et ont été confrontés à une précarité devenue structurelle.

2Paradoxalement, cette émeute survient dans une période de forte reprise économique : à l’inverse de la période antérieure (1991-1998), « on accepte tout le monde » chez Peugeot. Mais, selon Stéphane Beaud et Michel Pialoux, l’expérience antérieure du chômage récurrent ou de longue durée a produit des « effets de découragement, un sentiment d’inutilité sociale et une révolte sourde contre l’ordre social » (p. 21), la propagation d’un sentiment de no future. Pour retracer la construction de l’univers mental de cette génération de jeunes précaires, les matériaux, qui concernent pour l’essentiel l’évolution du marché du travail, sont présentés chronologiquement : le temps long de la crise (années 1990-1998), la « divine surprise » de la reprise des années 1998-2001 (les jeunes des cités entrent alors en masse à l’usine).

Le temps long de la crise

3Au cours des trente dernières années, l’histoire du marché local de l’emploi peut être caractérisée par l’arrêt de l’embauche ouvrière aux usines Peugeot depuis la fin des années 1970, puis par la rareté des recrutements et l’élévation du niveau de qualification exigé : ainsi les jeunes non ou peu qualifiés ont-ils été les premières victimes du chômage de masse. Comment décrire les effets engendrés par cette situation sur les dispositions de ceux qui s’y trouvent confrontés ? Pour répondre à cette question Stéphane Beaud et Michel Pialoux rassemblent trois enquêtes : l’une porte sur la Mission locale, l’autre sur un cas d’« exclusion » (Nadia et ses filles), la dernière sur les usines d’équipementiers automobiles.

La Mission locale ou la formation de la valeur sociale des laissés-pour-compte de l’emploi stable ou intérimaire

4Pour ceux qui ont interrompu leurs études ou qui ont échoué au CAP ou au BEP, le sentiment d’échec est renforcé par le contexte d’allongement général des scolarités. Par ailleurs, l’importance prise par le diplôme pour la main-d’œuvre d’exécution resserre dramatiquement le champ des possibles. Durablement exclus du marché du travail peu qualifié, les jeunes qui ont échoué à l’école viennent chercher un stage à la Mission locale à défaut d’un emploi : la Mission locale, les stages et les petits boulots constituent désormais leur seul horizon d’attente. La Mission locale leur assigne une place, « objective » leur condition sociale.

5Le contraste est saisissant entre les attentes immédiates des jeunes (rompre avec le monde scolaire, trouver au plus vite un stage, un boulot, en tout cas une occupation et, par là, une forme de dignité sociale ne serait-ce que pour calmer l’impatience des parents) et la réponse de l’institution, toujours différée, floue, indéterminée. L’apprentissage du « réalisme » passe par une transformation du rapport au temps et par la reconversion des aspirations : il s’agit de faire intérioriser progressivement le point de vue de l’institution, de substituer une vision « réaliste » au rêve social de métiers inaccessibles, au fil d’une carrière de jeune stagiaire ponctuée par des petits contrats sans perspectives, marquée par la dégradation de l’image de soi, la fermeture de l’horizon social et professionnel, le sentiment d’enfermement dans l’univers des petits contrats et des petits boulots. Les stagiaires font également l’expérience de l’importance nouvelle du « relationnel » (pour obtenir un emploi ou un stage, il faut une certaine forme d’humilité et de docilité, dispositions diamétralement opposées à celles du milieu d’origine et du groupe de pairs) et de la disqualification des savoirs pratiques qui redouble le marquage scolaire. Un demandeur d’emploi déqualifié doit être polyvalent, disponible et faire preuve d’esprit d’initiative. « Avec la construction aléatoire de véritables carrières de stagiaires, la socialisation ouvrière à l’usine, qui s’accompagnait bien souvent d’une politisation et d’une “ouvriérisation”, cède la place à une socialisation professionnelle en pointillés, incomplète et transitoire, qui s’effectue lors des stages de formation », écrivent Stéphane Beaud et Michel Pialoux (p. 92).

6Sur le segment du marché du travail des jeunes non diplômés, la Mission locale apparaît à la fois comme un réservoir de main-d’œuvre non qualifiée et comme un lieu d’apprentissage de conduites, de valeurs économiques et morales, où s’opère, par défaut, une socialisation anticipée à l’occupation de positions subalternes. Dans le cadre de cette gestion institutionnalisée de la transition entre formation et emploi, les jeunes sans diplômes ou peu diplômés éprouvent « la nullité » de la valeur sociale qui leur est accordée sur le marché du travail.

Disqualification de la force de travail simple et risque de « désaffiliation »

7« Aujourd’hui on considère de plus en plus comme normal, légitime, de sélectionner, trier, les “bons” éléments, au nom de l’efficacité » : « L’entreprise n’est pas une œuvre de charité », « il faut savoir couper les branches mortes », dit-on. C’est sous la menace que s’est insinuée la peur de « tomber » et que le rapport à l’avenir s’est transformé.

8Le durcissement des politiques de gestion de la main-d’œuvre s’est traduit pour beaucoup par un travail qui obéit désormais à la logique contraignante du flux tendu, par la présence d’une nouvelle maîtrise (c’est-à-dire de nouvelles formes d’exercice de l’autorité), par l’incitation à la concurrence, par la norme de la polyvalence, et l’impossibilité de constituer des « savoirs de la place » et par des procédures d’individualisation des salariés (objectifs individuels, entretiens annuels d’évaluation et menace permanente de déclassement). « À mesure que s’élève le niveau de performance requis par les directions, un nombre croissant de salariés se trouve ainsi “dépassés” » (p. 110). L’écart se creuse entre la génération « ouvriérisée » dans la période de lutte sociale et politique intense des années 1970 et « la génération précaire ». Au milieu des années 1990, une « nouvelle » condition ouvrière se met en place : même avec le bac ou le « niveau bac », les jeunes sont condamnés aux « petits boulots » et à l’intérim et confrontés à l’impossibilité de maîtriser leur avenir professionnel et matrimonial.

9À la culture ouvrière de rébellion professionnelle et politique des parents, s’oppose la culture de précarité des enfants : surexploités, à demi-dupes du système scolaire, ils se vivent comme « déclassés », pris dans une logique d’« individualisme négatif », ils sont atomisés, dispersés, sans force sociale. « Les parents voient leurs enfants devenir sous leurs yeux – et bien souvent sous le même toit – des hybrides sociaux, ni “prolos”, ni “intellos”, éprouvant de grandes difficultés à s’installer professionnellement et socialement », écrivent Stéphane Beaud et Michel Pialoux (p. 122).

Vulnérabilité des salariés dans les nouvelles entreprises sous-traitantes de la filière automobile

10Le titre scolaire et le niveau d’études fonctionnent comme un brevet de sérieux et d’adaptabilité au travail. Les ouvriers bacheliers s’opposent par bien des traits (diction, ton posé, attitudes réfléchies, attitude révérencieuse par rapport au savoir) aux « jeunes des cités » qui ont fréquenté les classes de relégation du collège ou du lycée professionnel et qui, faute d’avoir rompu avec la « culture de rue », sont condamnés au bannissement. « La coupure à la fois professionnelle et sociale entre les opérateurs et les autres salariés (techniciens, ingénieurs, cadres) renforce chez les premiers une perception de soi dépréciée, le sentiment d’appartenir à un groupe dévalorisé en profondeur » (p. 129). De nouveaux « concepts » – comme « employabilité », « potentiel », « gestion des compétences », « portefeuille de compétences » – se sont imposés dans la sphère du management, puis diffusés dans le langage courant : ils tendent à faire passer les logiques d’exclusion pour des évolutions naturelles (p. 134).

11Ayant fait l’objet d’une sélection initiale rigoureuse qui les porte à se considérer comme des élu(e)s, les ouvrier(ère)s, marqué(e)s par une mauvaise scolarité et une orientation négative dans les « mauvaises » classes de collège puis en LEP, souvent vécues comme une forme de stigmatisation sociale, tiennent à leur travail : « Tout se passe comme si leurs difficultés sociales s’enracinaient dans leur scolarité et comme si, surtout, il était désormais impossible de se déprendre de cet échec » (p. 142). Ainsi apparaissent dans la vie sociale des ateliers la compétition entre opérateurs, les rivalités et les jalousies.

La reprise économique : espoirs et désillusions

12En 1998-2001, la reprise provoque un recours massif aux intérimaires et le recrutement de nombreuses jeunes femmes : les « jeunes des cités » entrent à l’usine et les filles font irruption dans les ateliers d’hommes.

L’entrée à l’usine des « jeunes des cités »

13Les « jeunes des cités » ont des trajectoires scolaires et sociales différenciées : certains ont arrêté l’école après la troisième ou ont été orientés en lycée professionnel, d’autres sont étudiants en premier cycle universitaire ou en BTS/IUT. Marqués négativement par leur échec scolaire, les premiers cherchent une protection dans l’appartenance aux groupes de copains et à la « culture de rue ». Le recrutement massif d’intérimaires leur apparaît comme une chance à saisir.

14La vie d’usine n’est, en effet, pas sans attraits. Si l’entrée à l’usine sanctionne un échec (« nous, on a eu la chance de recevoir une éducation scolaire, donc on ne va pas se contenter d’un boulot d’usine », disent-ils, p. 170), l’intérim permet d’espérer que cette situation n’est que provisoire (elle n’interdit pas d’« évoluer »). L’entrée à l’usine permet d’exhiber un nouveau statut social : de vivre sa vie de jeune et de parader dans le quartier avec une voiture de prestige. Elle redonne vie au mythe de l’ouvrier sans diplômes en permettant aux « ratés » du système scolaire de prendre leur revanche sur l’école : leur entrée à l’usine dévalue, en effet, la poursuite d’études professionnelles. Certains se laissent prendre au jeu du travail, s’investissent à fond, mettant leur corps à l’épreuve. L’entrée à l’usine permet aussi de se démarquer de ceux qui « glandent » dans le quartier et refusent les boulots qu’on leur offre. Mais elle s’accompagne aussi de la découverte de l’anomie des ateliers, des collectifs de travail individualisés, minés par des rivalités minuscules, où naissent sans cesse des micro-conflits susceptibles de dégénérer en bagarres (« Y’a une ambiance de oufs là-dedans ! »), et du statut social minoré d’une main-d’œuvre supplétive exposée au mépris des anciens. « En contrepartie des bonnes paies, les intérimaires doivent accepter d’être traités comme des pions que l’on déplace sur l’échiquier des postes, sur un marché du travail interne en constant renouvellement » (p. 183).

15Par ailleurs, les jeunes intérimaires sont confrontés à trois interdits majeurs : éviter les fautes de comportement (se battre dans les ateliers), être trop souvent malade ou absent, manifester la moindre forme de connivence avec la CGT. En outre, les fins de mission engendrent déception et amertume et les désillusions alimentent une vision du monde fondée sur la persécution. Presque tous intérimaires, les jeunes des cités tendent à voir dans cette situation les effets d’une politique systématique de discrimination dont ils seraient les premières victimes.

La découverte des qualités sociales des filles et la remise en cause de la masculinité ouvrière

16En un lieu – l’usine – qui est longtemps resté un bastion masculin, l’arrivée des filles remet en question la conception implicite de la virilité ouvrière. « Tout au long des années 1980-1995, la plupart des filles de milieux populaires se refusaient à l’idée de finir leur vie à l’usine et ont fui les formations professionnelles de type industriel » : « tout sauf l’usine » (p. 207). Le choix privilégié des études générales ou, à défaut, celui de l’enseignement professionnel tertiaire devaient leur permettre d’échapper au destin ouvrier. Comment rendre compte de leur entrée à l’usine ? Outre qu’elle est un débouché possible pour ces jeunes vouées à l’humiliation du chômage et des stages, elle offre une relative prospérité matérielle, ouvre la possibilité d’acheter une voiture, elle permet des projets de mariage et/ou d’emménagement. Quant aux « qualités sociales » dont font preuve les filles d’immigrés au travail, sans doute faut-il y voir un effet d’une socialisation sexuellement différenciée : « À l’usine, elles ne ménagent pas leurs efforts pour faire au mieux leur travail, remplir les objectifs de groupe, en se comportant comme des équipières modèles, ne rechignant pas à la tâche et affichant un bon état d’esprit. Elles se sentent d’ailleurs respectées par leurs chefs, qui valorisent leurs qualités sociales » (p. 215). Leur attitude contraste avec celle des garçons, écorchés vifs, qui s’installent très vite dans le registre de l’agressivité et dans une logique de confrontation verbale ou physique. À l’usine, les qualités des filles font l’unanimité alors que les garçons des cités font l’unanimité contre eux. Quoi qu’ils fassent, ils courent en permanence le risque d’être assimilés à la « racaille ». Même si « dans le lot des jeunes Maghrébins », il y en a, dit-on, « quelques-uns de bien », ils ne parviennent jamais à faire oublier ceux dont on dit qu’ils ne sont pas « gérables », qu’ils « font les cons », qu’ils sont « irrécupérables ».

17Les filles l’emportent sur les garçons dans presque tous les domaines et sur presque tous les fronts : elles apparaissent comme plus « sérieuses », plus présentes au travail, plus prévisibles, plus accommodantes, plus enclines à la rigolade, plus sensibles à l’humour en vigueur dans les ateliers. La plupart des jeunes des cités qui débarquent à l’usine semblent bloqués, prisonniers de leur uniforme et de leur langage « de banlieue » : ils ont beaucoup de mal à s’extraire, même pour un temps, de la culture de rue qui les a façonnés. En fait, ils sont « perdus » dès qu’ils sont privés de la protection de leur groupe. Si bien qu’au travail, tout se passe comme si la prime allait dorénavant à la féminité. La virilité a perdu sa valeur sur le marché interne du travail ouvrier où l’on vante d’autres valeurs : le dynamisme, le savoir-être, le sens de l’initiative, le goût des responsabilités, un certain sens du dialogue, etc. (p. 227). « Dans ce nouveau régime de l’économie des rapports hommes/femmes, écrivent Stéphane Beaud et Michel Pialoux, [les jeunes des cités] se retrouvent disqualifiés socialement et privés en partie d’une de leurs ressources les plus sûres : la virilité » (p. 229).

Redistribution de la main-d’œuvre, transmission entre générations et nouvelle configuration syndicale

18Dans les grandes entreprises, « l’ancien » est d’abord « le héros du travail », celui qui a réussi à tenir trente ans sur la chaîne, qui a fait montre d’une résistance peu commune, qui a sacrifié sa vie (et souvent sa santé) au travail. Les jeunes sont ambivalents par rapport aux anciens : d’une part, ils les voient comme des privilégiés qui n’ont pas connu « la galère » et le chômage, mais ils sont aussi, à leurs yeux, les dépositaires de valeurs anciennes, refusant l’humiliation, incarnant la force collective, dépositaires de la « franchise » et du « courage », par rapport à la méfiance, à la suspicion, à la duplicité, au « fayotage » généralisé.

19Sur fond de précarité organisée, la gestion de la main-d’œuvre durcit et institutionnalise les conflits latents entre statuts d’emploi (CDI/intérims), entre générations (vieux/jeunes) et entre sexes (hommes/femmes) : l’arrivée des intérimaires est perçue comme une provocation tant par les titulaires de CDI que par les anciens (« Ils font du zèle »). Les postes de travail requièrent de moins en moins d’efforts physiques et deviennent plus accessibles aux femmes : des hommes quittent l’usine, des femmes s’y accrochent.

20La féminisation des emplois ouvriers s’accompagne d’un désinvestissement syndical des hommes : faute d’hommes combatifs sur place, les ouvrières de base se retrouvent aux commandes des sections syndicales. Ces femmes militantes sont principalement des « opératrices », âgées d’une quarantaine d’années, en charge de famille, souvent détentrices de petits diplômes et passées par le lycée. Mais l’absence de formation militante et la distance par rapport à la culture légitime sont autant d’obstacles à l’engagement syndical : « Ceux [celles] qui n’ont pas fait beaucoup d’études estiment ne pas disposer des armes intellectuelles pour se lancer dans l’action militante et d’autant plus que, dans le contexte actuel des études prolongées, ils [elles] rencontrent plus de difficultés encore à s’affranchir des jugements scolaires négatifs qui les ont marqués au plus profond d’eux [elles]-mêmes » (p. 259).

La relégation sociale et spatiale des enfants d’immigrés

21Pour tenter de cerner de plus près le profil social des « émeutiers », Stéphane Beaud et Michel Pialoux rapprochent une étude de cas (celui d’un ex-animateur « intérimaire permanent ») d’un ensemble de trajectoires de « bac pro » et proposent une approche de la « culture de provocation ».

Un intérimaire permanent en quête d’embauche

22La plupart des « animateurs » des années 1990 ont été reconduits de contrat précaire en contrat précaire, si bien que le potentiel d’« encadreurs » compétents et dévoués a été détruit. Selim, « ex-grand frère », est devenu un « intérimaire permanent », mais il a importé un état d’esprit d’animateur à l’usine. « Lorsqu’il parle de son travail, il a le souci de se présenter comme un ouvrier toujours disponible, mettant ses compétences au service du collectif de travail, un peu à la manière, dans une équipe de football, du parfait coéquipier qui joue pour le collectif » (p. 283). Le refus de la monotonie du travail ouvrier et le souci de « nourrir » son CV expliquent un mélange particulier d’individualisme (celui du perpétuel outsider) et d’ouverture aux autres (« tendre la perche », ne pas jouer « perso »). Comment attirer l’attention de ses supérieurs sans pour autant passer pour un « fayot » ? L’utilisation d’un volant structurel d’intérimaires et la bataille pour les rares embauches dans l’entreprise suscitent immanquablement la concurrence entre les intérimaires eux-mêmes ou, plus précisément, le souci de se démarquer des « branleurs », sans « moucharder » ni « donner » (comme les « balances »).

23L’ethos de Selim est assez proche de celui des vieux ouvriers politisés, mais il n’est plus arrimé à une culture politique de type CGT-PCF (qui produisait des effets de coalescence, de condensation) et il n’est plus soutenu par une eschatologie historique (qui donnait un sens politique aux formes ordinaires de résistance à la domination). L’impuissance syndicale est d’autant plus mal supportée qu’elle ne fait qu’exprimer l’absence de solidarité des embauchés à l’égard des intérimaires. Quant à l’impuissance dont fait preuve depuis des années la gauche institutionnelle pour améliorer les conditions d’existence des classes populaires, elle conduit à renvoyer dos à dos la droite et la gauche.

Trajectoires de « bac pro »

24L’hésitation à se situer entre ouvrier et technicien, la détermination à « s’en sortir » et à tenir éloigné le groupe repoussoir des agents de fabrication, sont constitutives de l’identité sociale des « bac pro » de cette génération. Les similitudes sont fortes avec les ouvriers professionnels classiques : tant du point de vue de l’ethos – goût du travail bien fait, relative autonomie professionnelle, capacité à se défendre et à revendiquer, fierté d’être au sommet de la hiérarchie ouvrière – que du mode de vie –, installation précoce en couple, famille avec enfants tôt constituée, ménage de doubles actifs, construction d’un pavillon, goût du bricolage, etc. Mais la culture politisée des OP a cédé le pas chez les « bac pro » à un rapport plus instrumental, utilitaire, à la culture. Il ne s’agit plus de se doter d’armes culturelles pour « changer le monde » et/ou « inventer le socialisme », mais d’approfondir des connaissances techniques pour se donner les moyens d’une progression de carrière et rejoindre les bureaux et les classes moyennes.

25L’absence de communication à l’usine entre « bac pro » et « opérateurs » se reproduit « à l’extérieur » dans l’opposition entre le monde des pavillonnaires ou des lotissements, qu’habitent les premiers, et celui des « blocs » qu’habitent les jeunes sans qualification issus de l’immigration. « L’appartenance à la classe ouvrière apportait des bénéfices, notamment symboliques, à chacun de ses membres, y compris aux OS, alors qu’aujourd’hui les ponts semblent coupés entre ces fractions d’un groupe ouvrier de plus en plus polarisées : d’un côté, le sous-groupe minoritaire des ouvriers à profil technicien (“bac pro”) lorgnant vers le “haut” et s’identifiant aux classes moyennes, et, de l’autre, le sous-groupe majoritaire des “opérateurs”, très défavorisés dans le rapport de force avec la hiérarchie, développant une identité négative, talonnés par les RMIstes et autres intérimaires “volontaires”. […] Comme si la “place” de ces derniers dans la société était dictée, et en quelque sorte légitimée, par leur arrivée “bons derniers” dans la compétition scolaire et qu’ils étaient assignés de ce fait à la “basse classe” sur le plan professionnel », écrivent Stéphane Beaud et Michel Pialoux (p. 316-317). Cette génération, devenue adulte dans les années 1990, est hantée par le chômage et la peur de l’exclusion, elle a connu la dévaluation des idéaux politiques du socialisme, l’effondrement des croyances collectives et la dé-légitimation des élus politiques. Elle est marquée par l’investissement dans la réussite individuelle et le repli sur la vie personnelle et familiale.

Au-delà des attitudes de provocation

26Les comportements de ceux qui sont « mal partis », qui se perçoivent « sans avenir », sont marqués par une sorte d’agressivité permanente et de provocation systématique vis-à-vis de tout ce qui représente une institution. L’appropriation du quartier apparaît comme l’envers de la dépossession sociale : des petits groupes de garçons (quatre à cinq en moyenne), tous habillés en « uniforme banlieue » (casquette, survêtement et chaussures de sport « de marque » : Lacoste, Tacchini, Nike) semblent avoir peu à peu pris possession du quartier. « La recherche de la maîtrise des lieux et la dépossession des “autres”, perçus comme installés dans la vie, apparaissent comme la retraduction spatiale de leur dépossession économique et sociale », notent Stéphane Beaud et Michel Pialoux (p. 341).

27La violence ne concernait initialement qu’une fraction des jeunes du quartier : principalement enfants d’immigrés ayant subi une élimination scolaire précoce, orientés vers les mauvais LEP de la région et s’étant très tôt senti enfermés dans un destin de loosers. Pour rendre compte de la diffusion de cette logique de provocation, le facteur essentiel est, selon Stéphane Beaud et Michel Pialoux, la clôture de l’avenir, le rétrécissement des possibles sociaux. La « culture de la provocation » apparaît comme le produit de ces années d’exclusion du marché du travail des jeunes non diplômés, comme une « contre-violence » opposée à la violence sociale qui leur a été faite (l’étiquette d’« inemployables » qui leur colle à la peau).

28Les « violences urbaines », dont « l’émeute » est la forme paroxystique, sont l’expression de la violence inerte des structures économiques, violence sociale inhérente à une situation de chômage de masse et de précarité structurelle. Elles renvoient à la déstructuration de la classe ouvrière au cours des vingt dernières années, caractérisée par la disparition des formes de représentation ouvrière dans l’espace public, la perte de l’autonomie symbolique du groupe ouvrier et la dévalorisation de la figure de l’ouvrier, la dégradation de la « classe-sujet » en « classe-objet », le développement de la précarité et de l’intérim, la construction sociale de l’« inemployabilité » qui frappe avant tout les jeunes issus de l’immigration (surtout lorsqu’ils sont peu diplômés) et le déficit d’intégration des enfants d’immigrés.

29Ce nouveau livre de Stéphane Beaud et Michel Pialoux apporte un ensemble de compléments intéressants sur les transformations du groupe ouvrier analysées dans le Retour sur la condition ouvrière : en particulier sur la gestion institutionnalisée de la transition entre formation et emploi par les Missions locales, sur les effets engendrés par le durcissement des politiques de gestion de la main-d’œuvre, sur les conséquences du recrutement massif d’intérimaires et de l’entrée des filles à l’usine, etc. Je suis plus sceptique sur l’intention affichée de rendre compte d’une « émeute » particulière et des « violences urbaines » en général. Si l’apparition des « violences urbaines » et de la « culture de rue » n’est évidemment pas étrangère aux transformations du marché du travail déqualifié, « l’explication » par le chômage et la précarité fait l’économie de l’analyse de mécanismes plus complexes.

30En fait, il aurait fallu prolonger l’enquête, si difficile soit-elle, auprès des « émeutiers », ceux qui stationnent au bas des tours. On peut se demander d’abord s’ils se recrutent parmi les stagiaires de la Mission locale et les intérimaires. La question soulève au moins deux problèmes : celui de la place des transformations du marché du travail dans la sociogenèse de la « culture de rue » et celui des incidences de l’appartenance à la « culture de rue » sur les rapports au travail salarié. On peut s’interroger ensuite sur les rapports que les jeunes stagiaires et intérimaires entretiennent avec « les jeunes du bas des tours ». La question renvoie alors aux modalités différenciées de l’appartenance à la « culture de rue » et aux facteurs qui permettraient d’en rendre compte.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search