Version classiqueVersion mobile

Lire les sciences sociales. Volume 5/2004-2008

 | 
Gérard Mauger
, 
Louis Pinto

Classes populaires

Margaret Maruani, Les mécomptes du chômage

Xavier Zunigo

Note de l’éditeur

Margaret Maruani. Les Mécomptes du chômage. Paris, Bayard, 2002, présenté par Xavier Zunigo

Texte intégral

1Le titre de l’ouvrage de Margaret Maruani est faussement explicite : il ne s’agit pas, en effet, d’une simple dénonciation de la manipulation des chiffres du chômage et de leur sous-estimation permanente. L’opération qui consiste, dans un registre politique, à mettre en évidence la vérité du non-emploi dans l’addition des chiffres officiels, non officiels et officiellement masqués du chômage n’est pas absente des Mécomptes du chômage, mais l’auteur se propose plus largement « de déchiffrer la façon dont une société construit la légitimité ou l’invisibilité des différentes modalités de privation d’emploi » (p. 139).

2Ainsi, l’ouvrage est-il moins une critique de la manipulation des chiffres du chômage, qu’une critique des valeurs et des normes sociales qui conduisent à leur sous-estimation. Il se présente à la fois comme une prise de position dans les débats politiques sur l’emploi et le chômage et un « essai de décodage sociologique des mécomptes de la pénurie d’emploi » (p. 139). Il illustre à sa manière que des prises de position politique armées de la connaissance sociologique gagnent en crédibilité et en puissance dans la mesure où elles interrogent plus profondément notre rapport au monde social.

  • 1 L’expression est fréquemment utilisée dans le corps du texte. Le plein-chômage n’est pas l’envers (...)

3Au demeurant, quelles que soient ses intentions, l’ouvrage ne pouvait pas se situer dans une sorte d’extraterritorialité politique : d’une part, « la volonté de savoir combien et qui sont les chômeurs, les working poor, les salariés précaires ou en sous-emploi […] se place au cœur du débat social et politique sur l’avenir du monde du travail et le devenir du salariat » (p. 8) ; d’autre part, le contexte de publication de l’ouvrage ne l’aurait pas permis. La fin des années 1990 et le début des années 2000 ont été, en effet, caractérisés par une période de croissance régulière et une diminution du taux officiel du chômage passant de 12,6 % en 1997 à 8,7 % en 2001. En dépit de l’alternance de phases relativement rapides d’expansion et de récession économique depuis les années 1970, l’éventualité d’un retour au plein-emploi fut envisagée, avec le plus grand sérieux, à l’horizon 2010. Les Mécomptes du chômage apparaît donc clairement comme une prise de position politique dans ce débat et revêt même un caractère provocateur, puisqu’il aurait initialement dû s’intituler Plein-chômage1.

4De façon très didactique l’ouvrage met d’abord en évidence l’ensemble des opérations de comptabilisation et de non-comptabilisation du non-emploi. La réalité de la privation d’emploi y apparaît largement sous-estimée en raison du jeu sur les catégories de classement. C’est ainsi que la question de l’inactivité, notamment féminine, bien que rarement évoquée par les spécialistes, occupe une place centrale. L’ouvrage aborde ensuite les effets du chômage de masse en s’intéressant aux questions du sous-emploi et de la pauvreté laborieuse. Livre hybride qui s’adresse à la fois aux spécialistes et aux profanes et dont le ton oscille entre un registre analytique et un registre polémique, Les Mécomptes du chômage dresse ainsi un panorama des transformations contemporaines de la condition salariale que le chômage de masse symbolise et occulte à la fois.

Une construction sociale et historique

5Dans la lignée des travaux de Robert Salais (Salais 1990) et de Christian Topalov (Topalov 1994), le chômage est appréhendé comme une construction sociale et historique. Être considéré comme chômeur, « c’est remplir un certain nombre de conditions, obéir à des critères administratifs, juridiques et sociaux » (p. 14) qui évoluent selon les époques. L’histoire du chômage féminin est à ce titre emblématique puisque les femmes peuvent, dans des cas extrêmes, disparaître purement et simplement des statistiques. Cette démarche « constructiviste » invite ainsi les lecteurs profanes à « rompre avec le présupposé selon lequel le chômage est une donnée évidente, objective et stable. Le chômage est une construction sociale mouvante et non une réalité économique clairement identifiable » (p. 16). Le chômage ne renvoie pas à une situation objective qui serait la privation d’emploi, il n’est pas l’inverse de l’emploi, mais l’envers du droit à l’emploi : sans droit à l’emploi, pas de chômage, ou plus précisément de droit au chômage, et donc de statut de chômeur. Par conséquent, décider qui est légitimement chômeur est toujours « un tri social » et relève d’une « option politique » (p. 17).

6Ainsi, suivant la définition retenue pour décompter les chômeurs (chômage au sens du BIT, de l’ANPE et du recensement), leur nombre peut-il varier de plusieurs centaines de milliers d’individus. Ces mesures partielles du non-emploi tendent, par ailleurs, à masquer le caractère profondément inégalitaire du chômage. Margaret Maruani rappelle à l’aide des statistiques officielles que quatre variables sont particulièrement discriminantes sur le marché du travail : le sexe, l’âge, la catégorie socioprofessionnelle et la nationalité. Les ouvriers, les femmes, les jeunes, les adultes de plus de 50 ans et les étrangers sont plus fortement touchés par le chômage que d’autres catégories sociales. Le cumul de ces propriétés augmente fortement la probabilité de connaître le chômage : « Les inégalités […] ne s’additionnent pas, elles se multiplient » (p. 27). Les classes populaires sont ainsi beaucoup plus durement frappées par le chômage. Que signifie dès lors le véritable fétichisme du seuil des 10 % de chômage, puisque certaines catégories d’actifs peuvent connaître des taux de chômage qui avoisinent les 30 % ? Ce seuil ne concerne de fait que les hommes de plus de 25 ans et de nationalité française et occulte les inégalités face au chômage.

7Au « noyau sûr du chômage » des statistiques officielles, comme le désigne Margaret Maruani, s’ajoutent tous les « chômeurs de l’ombre » ; autrement dit, ce que l’on qualifie de « halo du chômage ». La privation involontaire d’emploi n’est pas, en effet, une condition suffisante pour être considéré comme chômeur. Le statut de chômeur officiel se détermine par rapport à l’attitude adoptée vis-à-vis de la recherche d’emploi. Pour le chômage au sens du BIT, les chômeurs découragés, indisponibles ou en activité réduite ne sont pas inclus dans les statistiques. L’ANPE classe les chômeurs dans différentes catégories en fonction du type de contrat de travail recherché et de l’activité éventuelle du demandeur d’emploi. Le chiffre officiel, commenté mensuellement par la presse, ne comptabilise qu’une seule catégorie de chômeurs : ceux à la recherche d’un emploi à plein temps et à durée déterminée. En prenant en compte toutes les catégories de chômeurs recensés, le taux de chômage double quasi : au sens du BIT par exemple, il passe de 8,8 % à 16,3 % en 2001. Encore masque-t-il la profonde disparité entre les hommes et les femmes puisque le taux de chômage masculin passe de 7,1 % à 12,8 % et le taux de chômage féminin de 10,7 % à 20,5 %.

8Le chômage est donc un phénomène beaucoup plus important que ne le laisse croire la statistique publique, surtout si l’on passe d’un raisonnement en stock à un raisonnement en flux. En flux, « la moitié des actifs […] ont été au chômage au moins une fois dans leur vie » (p. 45). Il ne s’agit pas, néanmoins, pour l’auteur d’établir de bons chiffres contre de mauvais, mais de rappeler que ce tri entre chômeurs officiels et illégitimes est un « tri social et politique » : « Le tout est de savoir ce qu’une société reconnaît, à un moment donné, comme étant son chômage. Être chômeur, ce n’est pas seulement être sans emploi. C’est faire partie d’une catégorie à laquelle on accorde la légitimité de prétendre à un emploi » (p. 42).

9Utiles, ces mises au point sont néanmoins connues : il est, en revanche, moins fréquent d’explorer le « halo de l’inactivité », comme le propose l’auteur. La question de l’inactivité serait ainsi au cœur du sujet et représenterait la face cachée du chômage. Mais elle reste d’autant plus difficile à évaluer qu’elle est fortement féminisée.

10Margaret Maruani montre que la politique de l’emploi n’a jamais été le seul instrument de lutte contre le chômage. Il existe, en effet, de nombreux dispositifs dont la vocation n’est pas d’aider à trouver un emploi, mais « de faire basculer du chômage ou de l’emploi vers l’inactivité » et qui représentent des « politiques de l’inactivité » (p. 48). Deux dispositifs sont en particulier visés. Le premier est le système des préretraites qui incite les travailleurs âgés à se retirer du marché du travail pour entrer dans la catégorie d’inactif. Ce dispositif, à la faveur d’un certain consensus politique et syndical, a été fortement encouragé depuis les années 1970, même s’il l’est moins aujourd’hui. Le second est l’Allocation parentale d’éducation (APE) créée en 1985 qui, en raison d’une modification de ses conditions d’attribution en 1994 (elle peut être attribuée à partir du deuxième enfant et non plus du troisième), a connu un réel développement. Indépendamment de l’épithète « parental », cette allocation concerne 98 % de femmes et a encouragé 200 000 à 250 000 d’entre elles à se retirer du marché du travail.

11Margaret Maruani dénonce donc cette « discrimination indirecte » et la considère comme une prime à l’inactivité maternelle qui a « rayé des listes du chômage des dizaines de milliers de femmes […] devenues inactives » (p. 55) et qui éprouvent de réelles difficultés à retrouver un emploi après trois ans d’inactivité. On peut donc s’interroger à bon droit sur le bien-fondé des milliards dépensés pour rendre inactives des femmes plutôt que d’investir dans des crèches, des aides à la création d’emploi ou des subventions à l’égalité professionnelle.

12Cette prise en compte de l’inactivité permet de constater que « la situation de l’emploi ne s’évalue pas uniquement à l’aune de la courbe du chômage. L’inactivité, dans bien des cas, masque le chômage et doit être étudiée en tant que telle : une des formes d’exclusion du marché du travail, une des façons de gommer le chômage » (p. 57-58), qui a l’avantage de sembler neutre, alors que « le chômage est une catégorie statistique politiquement dangereuse » (p. 17-18).

13La première partie de l’ouvrage s’achève par un panorama de la situation internationale : la France n’y apparaît pas comme une exception. Si certains indicateurs rendent plus fidèlement compte de la réalité du chômage, comme ceux du Bureau of Labor Statistics (BLS) aux États-Unis et ceux de l’OCDE qui élargissent la définition du chômage conventionnel pour y inclure les travailleurs découragés et le travail à temps partiel involontaire, Margaret Maruani montre néanmoins qu’ils ne tiennent pas compte de l’ensemble du « halo du chômage » et notamment des transferts effectués entre chômage et inactivité. Pour étayer sa critique, elle évoque deux cas considérés comme exemplaires en termes de baisse du taux de chômage : le Royaume-Uni et les Pays-Bas.

14Le premier est l’un des pays d’Europe où les femmes sont moins souvent au chômage que les hommes et où le chômage de longue durée sévit plus fortement chez les hommes. Ce constat surprenant s’explique par la forte segmentation du marché du travail (les femmes trouvent plus facilement que les hommes des emplois à temps partiel faiblement rémunérés), mais surtout par leur effacement des statistiques du chômage, par des règles d’indemnisation particulièrement strictes et un système de protection sociale « construit autour de la figure du “chef de famille” » (p. 65) qui repoussent nombre de femmes vers l’inactivité.

15Il en va de même aux Pays-Bas qui connaissent l’un des taux de chômage les plus bas d’Europe (2,7 % en 2000). Ce record est obtenu par les artifices traditionnels des politiques de lutte contre le chômage et le classement de nombreux chômeurs dans la catégorie des invalides. Mais les intentions de Margaret Maruani ne s’arrêtent pas là. L’ouvrage lutte en fait sur deux fronts. S’il met, certes, en cause les mesures officielles du chômage, il s’attaque également aux mesures du « chômage de l’ombre » qui omettent généralement de s’interroger sur la question de l’inactivité et qui, de ce fait, occultent la question du sous-emploi féminin. Le taux de chômage des Pays-Bas et du Royaume-Uni doit, en grande partie, sa faiblesse aux nombreuses femmes considérées comme inactives.

16La première partie de l’ouvrage montre ainsi que la réalité du non-emploi est systématiquement sous-estimée, que la lutte contre le chômage est avant tout une lutte contre le taux de chômage, c’est-à-dire une grandeur statistique et, enfin, qu’« en se désintéressant du sexe du chômage, on fait l’impasse sur tout un pan de la réalité sociale » (p. 71).

L’onde de choc du chômage sur la société salariale

17La deuxième partie de l’ouvrage aborde la face cachée de la crise de l’emploi : le sous-emploi et la pauvreté laborieuse. Le chômage remplit, en effet, des fonctions sociales et économiques : il est « un moyen de pression sur les conditions de travail et d’emploi de tous ceux qui travaillent. C’est au nom du chômage que l’on précarise l’emploi et que l’on rejette certaines catégories de salarié(e)s vers l’inactivité contrainte ou le sous-emploi, que l’on redéfinit les rythmes de travail et que l’on fait accepter des emplois payés en dessous du SMIC » (p. 77).

18Les phénomènes de précarisation liés au chômage sont connus. Depuis le milieu des années 1970, les emplois que l’on qualifie d’atypiques, c’est-à-dire ceux qui dérogent à la norme de l’emploi à durée déterminée à plein temps, se sont développés au point de devenir pour les entreprises un mode de gestion de la main-d’œuvre. Comme le dit Margaret Maruani : « Les emplois précaires sont devenus un préalable à l’embauche en même temps qu’un prélude au chômage » (p. 83). Préalable, car ils représentent une extension plus ou moins longue des périodes d’essai ; prélude, car ceux qui exercent ce type d’emploi sont les premiers au chômage en cas de retournement de la conjoncture. Si la question de la précarisation professionnelle est relativement bien balisée, celle du sous-emploi l’est, en revanche, beaucoup moins. Notamment parce que le sous-emploi « se confond, pour partie, avec le travail à temps partiel que les stéréotypes sociaux qualifient systématiquement de “bon pour les femmes” », écrit Margaret Maruani (p. 80). C’est pour cette raison que la question du travail à temps partiel n’est que rarement évoquée quand il est question de la pénurie d’emploi. Elle apparaît sous couvert de la thématique de la « diversification et de la réduction du temps de travail » ou « dans la rubrique “conciliation entre vie professionnelle et vie familiale” » (p. 80). Margaret Maruani se propose donc de réintégrer le temps partiel au centre des débats sur l’emploi et le chômage, car il est le pilier du sous-emploi.

19Le ton de l’ouvrage devient alors beaucoup plus polémique et incisif. Les débats sur le temps partiel sont ainsi qualifiés de « concentré de mauvaise foi » dans la mesure où on l’identifie au « temps choisi », à un « art de vivre » et à la « “conciliation” entre vie familiale et vie professionnelle », occultant ainsi le fait que le temps partiel est, pour une grande part, contraint, c’est-à-dire du sous-emploi sous-payé. De plus, « on l’assigne aux femmes » (p. 86), il est considéré comme « naturellement féminin » (p. 87) : à plus de 80 %, en effet, les salariés à temps partiel sont des femmes, en France comme en Europe.

20À la différence d’autres pays européens, le temps partiel féminin s’est développé en France au début des années 1980 sous l’impulsion de politiques fortement incitatives : le travail à temps partiel est reconnu juridiquement puis encouragé par les gouvernements de droite comme de gauche. Pour quelles raisons ? « Le temps partiel, dit-on, est un bienfait pour les femmes » (p. 89), explique Margaret Maruani qui se propose de « tordre le coup à l’idée de choix » par les femmes du travail à temps partiel (p. 90). Si certaines choisissent effectivement de travailler à temps partiel, la majorité subit des pressions et des contraintes d’ordre économique, domestique et surtout idéologique – puisque le temps partiel apparaît comme une forme de travail spécialement adaptée aux femmes – qui dissipent toute idée de choix.

21Margaret Maruani met ainsi en pièces, à partir de diverses sources, une série d’idées reçues sur le temps partiel. Il n’y a pas de choix dans la mesure où, dans la majorité des cas, ce sont les employeurs qui l’imposent. Les mères de famille qui choisissent le temps partiel pour s’occuper des enfants restent minoritaires, d’autant que ce sont les plus jeunes et les plus âgées qui sont les plus concernées par cette forme d’emploi. L’argument de la conciliation entre travail et vie familiale ne résiste pas non plus à l’épreuve des faits : les horaires sont généralement imposés et irréguliers lorsque le travail à temps partiel est imposé par l’employeur. Qui dit temps partiel, dit salaire partiel surtout qu’il s’agit d’emplois peu ou pas qualifiés, donc faiblement rémunérés et que les taux horaires sont inférieurs à ceux pratiqués pour les mêmes emplois à temps plein. Faiblesse des salaires qui pousse à l’acceptation d’heures supplémentaires et d’horaires déstructurés. Le travail à temps partiel a donc été à la fois « le moteur du sous-emploi » (p. 98) et « l’accélérateur d’un processus de paupérisation d’une partie du salariat – d’une frange majoritairement féminine du monde du travail » (p. 99).

22L’ouvrage aborde alors les questions de la pauvreté laborieuse, ou des working poor. Cette « pauvreté laborieuse est difficile à cerner, à délimiter et à recenser » (p. 102). Deux problèmes se posent : celui du seuil à retenir et celui de l’unité de compte. Selon les critères, le nombre de travailleurs pauvres varie fortement. Ainsi, avec le seuil retenu par l’INSEE (50 % du revenu médian), le nombre de travailleurs pauvres s’élève à plus de 1,3 million ; avec le seuil retenu par Eurostat (60 % du revenu médian), il s’élève à près de 2,4 millions. Si l’on comprend, aisément, que la délimitation du seuil soit un enjeu, on ne comprend pas, en revanche, pourquoi retenir un seuil plutôt qu’un autre. Pour Margaret Maruani, ce choix « ne relève d’aucune logique intellectuelle, d’aucune rationalité économique ou sociologique » (p. 105). Dans la mesure où « l’objet n’est pas la pauvreté en soi » (p. 106), Margaret Maruani propose plutôt de faire appel à la notion de bas salaire, « qui paraît plus apte à rendre compte de la pauvreté issue du travail » (p. 106). Les bas salaires permettent, en effet, de voir « tout ce que la pression du chômage a impulsé de paupérisation du salariat » (p. 106). De plus, cette notion est en lien avec « un référent socialement identifié », puisque le seuil des bas salaires se situe à 98 % du SMIC, ce dernier n’étant pas une abstraction statistique. Avec ce critère, 3,4 millions de salarié(e)s perçoivent un salaire inférieur au salaire minimal en 2001 qui ne sont donc pas, pour une grande partie d’entre eux, comptabilisés comme travailleurs pauvres. Margaret Maruani s’emploie ainsi à une remise en cause systématique de la définition du « travailleur pauvre » retenue en France qui masque « tout un pan de la pauvreté issu du travail » et propose de substituer à « cette aberration sémantique, à ce non-sens sociologique » (p. 106), la notion de « salariés pauvres ».

23Cette remise en cause permet de lever quelques paradoxes. Si l’on retient comme critère le bas salaire, « 80 % des salarié(e)s pauvres sont des femmes » (p. 112) : la plupart des emplois à bas salaires sont en effet des emplois à temps partiel qui concernent essentiellement les femmes. Or, si l’on s’en tient à la définition de la pauvreté laborieuse utilisée en France – un working poor est considéré comme « “une personne qui travaille et qui vit au sein d’un ménage pauvre” » – « 60 % des travailleurs pauvres sont des hommes ». La différence s’explique par l’unité de compte (le ménage) : « Ce n’est pas le salaire du travailleur qui compte, mais les revenus du ménage » (p. 112-113). Une forte proportion de travailleurs pauvres est ainsi formée par des hommes dont la femme ne travaille pas, le risque de pauvreté s’accroissant avec le nombre d’enfants. De même, avec la définition « officielle » du working poor, c’est le revenu qui est pris en compte et celui-ci inclut les prestations sociales (p. 121). En utilisant la notion de « bas salaires » on identifie exclusivement la pauvreté salariale, ce que l’on ne peut faire avec des « moyennes familiales », pauvreté salariale qui concerne massivement des femmes à temps partiel. Mais ces questions renvoient plus fondamentalement à la représentation du salaire féminin. Si l’on ne considère pas les femmes comme des travailleuses pauvres, en dépit de salaires très faibles, c’est que leur salaire est considéré comme un « salaire d’appoint ». Or ce qualificatif ne s’applique que très rarement aux salaires des hommes qui gagnent moins que leur femme et la composition des familles dont les femmes sont des salariées pauvres montre que ce salaire est tout sauf un salaire d’appoint : il est en fait indispensable.

24Pour Margaret Maruani, ce genre de jugement social conduit à exclure « du champ de la pauvreté laborieuse une grande partie des salarié (e) s pauvres. L’approche familiale du salaire rend compte d’un certain état du niveau de vie des ménages. Mais elle contribue à masquer des pans entiers de la pauvreté issue du travail » (p. 118). La sous-estimation de la pauvreté salariale peut ainsi s’expliquer par le fait que les individus concernés sont essentiellement des femmes et « oublier les femmes, cela fait partie des mauvaises manières des spécialistes de l’emploi – et de bien d’autres domaines des sciences humaines » (p. 122-123).

25À considérer le panorama dressé du non-emploi et du sous-emploi, on comprend la charge contre la résurgence des débats sur le retour au plein-emploi. L’idée même du plein-emploi des Trente Glorieuses est remise en cause « comme une situation où tous ceux qui veulent travailler ont un emploi » (p. 127), dans la mesure où elle fait l’impasse sur la sous-activité féminine : « Le plein-emploi des années 1960 s’est construit sur les décombres de l’inactivité féminine » (p. 127). De même, Margaret Maruani aborde les problèmes de définition du « taux de chômage de plein-emploi ». En effet, le plein-emploi n’est pas une éradication totale du chômage mais « son maintien à un niveau le plus bas possible » (p. 129). C’est alors la question du niveau qui pose problème. Pour le Nairu, concept économique imposé par Milton Friedman, et dont la traduction littérale est « taux de chômage n’accélérant pas l’inflation » (il considère, en effet, que la diminution du chômage ne doit pas conduire à des augmentations salariales qui relanceraient l’inflation), nous serions déjà en situation de plein-emploi puisqu’il se situe entre 8 et 10 %. Mais avec plus de deux millions de chômeurs officiels, l’idée de plein-emploi semble difficilement défendable. La moyenne des trois « meilleurs » taux de chômage des pays européens est une autre manière d’établir le « taux de chômage de plein-emploi ». Dans ce cas, il se situerait entre 2,8 et 3,5 % en 2000. D’autres proposent un taux situé aux alentours de 5 %. En fait, la fixation de ce taux apparaît arbitraire. Mais surtout, pour Margaret Maruani, « réduire la réflexion sur l’avenir du plein-emploi à une bataille de chiffres sur le “chômage de plein-emploi” confine à l’absurde » faute de définir les emplois et les chômages dont il est question (p. 131). En prenant comme référence le taux de chômage au sens du BIT, comme il est habituel de le faire, c’est une vision minimaliste de la pénurie d’emploi qui prévaut, car le « halo du chômage » et la nébuleuse du sous-emploi se trouvent écartés et, par ce biais, la question de l’emploi féminin occultée.

26L’ouvrage de Margaret Maruani apparaît ainsi comme une mise au point sur le dénombrement des chômeurs et un plaidoyer pour la prise en compte des questions de genre dans les analyses sur l’emploi et le chômage. « Faire l’économie du genre, c’est relativiser l’ampleur des dégâts du chômage et du sous-emploi, c’est les ravaler au rang de problèmes sociaux secondaires et tolérables » (p. 134). Que serait effectivement « une société où le plein-emploi se réaliserait au prix du sous-emploi structurel d’une partie du salariat féminin et de l’inactivité contrainte d’un nombre non négligeable de femmes ? » (p. 137).

Bibliographie

Références bibliographiques

Daniel, Christine et Carole E. Tuchszirer. 1999. L’État face aux chômeurs. L’indemnisation du chômage de 1884 à nos jours. Paris, Flammarion.

Freyssinet, Jacques. 2002. Le Chômage. Paris, PUF (coll. « Repères »).

Salais, Robert, Nicolas Baverez et Bénédicte Reynaud. 1990. L’Invention du chômage : histoire et transformations d’une catégorie en France des années 1890 aux années 1980. Paris, PUF.

Topalov, Christian. 1994. La Naissance du chômeur : 1880-1910. Paris, Albin Michel.

Notes

1 L’expression est fréquemment utilisée dans le corps du texte. Le plein-chômage n’est pas l’envers du plein-emploi. Il signifie que nous vivons dans une société, « où le rationnement du travail a envahi l’ensemble de la société et refaçonné les clivages sociaux autour des statuts d’emploi » (p. 13).

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search