Version classiqueVersion mobile

Lire les sciences sociales. Volume 5/2004-2008

 | 
Gérard Mauger
, 
Louis Pinto

Classes populaires

Robert Castel et Claudine Haroche, Propriété privée, propriété sociale, propriété de soi. Entretiens sur la construction de l’individu moderne et Robert Castel, L’Insécurité sociale. Qu’est-ce qu’être protégé ?

Gérard Mauger

Note de l’éditeur

Robert Castel et Claudine Haroche. Propriété privée, propriété sociale, propriété de soi. Entretiens sur la construction de l’individu moderne. Paris, Librairie Arthème Fayard, 2001 et Robert Castel, L’Insécurité sociale. Qu’est-ce qu’être protégé ? Paris, Éditions du Seuil, 2003, présentés par Gérard Mauger

Texte intégral

1Ces deux livres de Robert Castel ont un statut particulier par rapport aux normes de la production savante. Le premier est un long entretien avec Claudine Haroche sur « la construction de l’individu moderne ». Divisé en quatre chapitres (« L’individu propriétaire », « La réhabilitation des non-propriétaires », « Individus par défaut », « Le contenu et la méthode »), il a pour titre Propriété privée, propriété sociale, propriété de soi : je reviendrai, bien sûr, sur ces trois notions. Le second, intitulé L’Insécurité sociale, dont le propos final est explicitement politique, est un bref essai publié dans la collection dirigée par Pierre Rosanvallon aux Éditions du Seuil « La République des idées ». « Qu’est-ce qu’être protégé ? » s’interroge l’auteur. Les deux premiers chapitres décrivent les mécanismes qui assurent « la sécurité civile dans l’État de droit » et « la sécurité sociale dans l’État protecteur ». Le suivant décrit « la remontée de l’incertitude » et « une nouvelle problématique du risque ». Le dernier assume les risques d’un propos normatif en proposant, sinon des solutions, du moins des orientations pour « combattre l’insécurité sociale ».

2Ces deux ouvrages reprennent pour partie et prolongent l’analyse des Métamorphoses de la question sociale : le premier (désormais référencé P) dans la perspective d’« une sorte de genèse ou d’histoire des supports de l’individu » (P, p. 71), le second (désormais référencé I) dans celle d’une histoire de l’insécurité sociale. J’ai pris le parti – sans doute contestable – de les présenter de façon synthétique en adoptant la perspective du premier. La thématique de l’insécurité me semble, en effet, étroitement corrélée à celle de la construction de l’individu moderne, c’est-à-dire, dans la perspective qui est celle de Robert Castel, des « supports » de l’individu : la capacité de maîtriser l’avenir, qui définit « l’individu positif », est subordonnée à l’existence de « supports », elle est l’envers de « l’insécurité sociale ». J’essaierai donc de suivre chronologiquement les transformations des supports de l’individu, c’est-à-dire aussi de retracer les étapes de « la construction de l’individu moderne ».

L’individu propriétaire

L’individu avant l’individualisme

3Dans les sociétés « holistes », seuls peuvent être identifiés comme des individus les personnages classés au sommet de la hiérarchie sociale à travers des cérémonies et des rituels qui mettent en scène leur éminence (c’est alors la fonction qui individualise son détenteur). Les autres, encastrés dans des rapports traditionnels de dépendance, incorporent les normes collectives de leur groupe. Le socle de cet individu antérieur à l’individualisme, c’est son appartenance statutaire : sa sécurité est assurée, pour l’essentiel, sur la base de l’appartenance directe à une communauté (I, p. 11). A contrario, le vagabond, être de nulle part, « demeurant partout », hors inscription territoriale et hors travail, non encastré dans cette société hiérarchique d’ordres, d’états, de statuts, est un individu sans supports, sans protections, sans ressources : un « individu négatif » (P, p. 37). Des variantes du vagabond – brigand, bandit, outlaw – incarnent alors le danger.

4Du XVIIe au XVIIIe siècle, l’étau des ordres, des états, des statuts traditionnels se desserre en même temps que l’étau du religieux et l’individu cesse d’être pris dans une relation étroite de dépendances et d’interdépendances produites par la coutume et les liens de la filiation : en passant « du support statutaire au support propriété » (P, p. 127), l’individu, jusqu’alors exceptionnel, va devenir banal.

L’individu de la modernité

5Exister comme individu, selon Locke, c’est cesser d’exister à travers un rapport de dépendance (ne plus être « l’homme » de quelqu’un), ne dépendre de personne (libre disposition de soi, « autonomie de la volonté » dans le langage de Kant). La propriété apparaît comme « le socle à partir duquel l’individu qui s’affranchit des protections sujétions traditionnelles peut trouver les conditions de son indépendance » (P, p. 18).

6C’est la condition de propriétaire qui assure la non-dépendance : « Il est propriétaire de lui-même parce qu’il a des biens qui le mettent hors de ces situations de dépendance des gens qui n’ont rien » (P, p. 15), « C’est par la propriété privée […] que l’homme peut accéder à la propriété de soi » (P, p. 16). « On ne peut pas être propriétaire de sa personne si l’on n’est pas propriétaire de biens » (P, p. 20). Ainsi fallait-il disposer de biens pour ne pas se retrouver démuni lorsqu’on ne pouvait plus travailler, dans la vieillesse par exemple : « C’est la propriété qui assure la sécurité face aux aléas de l’existence, la maladie, l’accident, la misère de celui qui ne peut plus travailler », écrit Robert Castel (I, p. 16).

7Cette conception de l’individu propriétaire fonde, pour Locke, la République des citoyens. Dans les débats de l’époque révolutionnaire sur les conditions nécessaires pour être un « citoyen actif », on considère qu’« il faut disposer d’un minimum d’indépendance économique pour être politiquement indépendant » (P, p. 39). La propriété privée est la condition nécessaire pour être un individu proprement dit, responsable de ses actes et assumant librement ses engagements : la figure politique correspondante est le citoyen et le modèle social, le bourgeois (P, p. 127).

8« C’est la défense de la propriété qui justifie l’existence de l’État dont la fonction essentielle est de la préserver » (I, p. 16). L’« État-gendarme », « État de sécurité », a pour mandat la protection des personnes et des biens (« État minimal »). « Dans cette configuration, la protection des personnes est inséparable de la protection de leurs biens » (I, p. 18). La propriété privée assure la sécurité sociale, l’État de droit assure la sécurité civile (sécurité des biens et des personnes).

La « classe non propriétaire »

9La Révolution a assuré tant bien que mal l’accès à la citoyenneté politique, mais elle est confrontée à « l’aporie fondamentale de la propriété, posée comme le support nécessaire de la citoyenneté, mais dont la majorité des citoyens sont exclus » (P, p. 42) (d’où le bien-fondé de la critique marxiste du caractère « formel » des droits « bourgeois »). Tous ceux qui n’ont que leur travail pour vivre ou pour survivre, la « classe non propriétaire », la « portion la plus utile et la plus nombreuse des citoyens » qu’évoque le conventionnel Harmand, « gens de peine et de bras », comme dit Vauban, est aussi la « foule immense d’instruments bipèdes » qu’évoque l’abbé Siéyes ou « la canaille » dont parle Voltaire. Pour sortir de cette contradiction, il faudra que la propriété cesse d’être le seul support de l’individualité positive.

D’un régime de subordination à l’autre

10De nouveaux rapports sociaux et de nouvelles hiérarchies sociales, aussi impitoyables que les anciennes, se constituent sur la base du « rapport aux choses » : les rapports de propriété se cristallisent en rapports de classes (P, p. 54). La séparation de la propriété et du travail entraîne de nouvelles formes de subordination hiérarchique fondées sur l’exploitation du travail. Le contrat de travail des débuts de l’industrialisation exemplifie deux manières diamétralement opposées d’être un individu selon que l’on dispose ou non de supports : l’individu propriétaire qui peut attendre et l’individu libre de vendre sa force de travail, mais soumis à « la discipline de la faim ». « L’idée d’un individu libre et autonome se dégrade ainsi en celle d’un individu qui est commandé par le besoin, simplement parce qu’il ne dispose pas de ressources pour attendre », écrit Robert Castel (P, p. 64-65). La propriété de soi se réduit pour le prolétaire à la propriété de son corps (il le garde, car c’est un salarié et non un esclave). Il lui faut payer cash parce qu’il n’a pas d’autre moyen d’échange, il « paie de sa personne » (et ce jusqu’à la prostitution).

11Par ailleurs, les progrès de la division du travail, qui entraînent une urbanisation et une salarisation croissantes de la population, ébranlent d’une manière irréversible les « protections rapprochées » des sociétés à prépondérance rurale liées à des prises en charge familiales et de voisinage (P, p. 80) : d’où le risque d’anomie et la nécessaire intervention de l’État pour maintenir la cohésion sociale (la « solidarité organique »).

La réhabilitation des non-propriétaires

L’aporie libérale

12L’insécurité sociale permanente affecte la plupart des catégories populaires : « Le travailleur en tant qu’individu livré à lui-même ne “possède” à peu près rien, il a surtout le besoin vital de vendre sa force de travail » (I, p. 37). Comment vont survivre ceux, de plus en plus nombreux avec les progrès de l’industrialisation et de l’urbanisation, qui ne sont pas propriétaires et n’ont que leur travail pour vivre et qui paraissent condamnés à la misère et à la déchéance sociale dès lors qu’ils ne sont plus en mesure de travailler ?

13Inspirés par l’idéal d’une République de petits propriétaires (celui de Saint-Just et de l’aile radicale de la Révolution inspirée par Rousseau), les révolutionnaires ont pensé à élargir l’accès à la propriété privée en vendant des biens nationaux et en partageant des biens communaux : mais ce sont en général ceux qui étaient déjà propriétaires qui ont pu les acheter.

14Les différentes options du socialisme révolutionnaire qui prônent l’abolition de la propriété privée et l’égalité absolue des conditions, ont alors pu apparaître comme la seule alternative à l’hégémonie de la propriété privée. Mais l’échec de la Conspiration des Égaux semblait indiquer que le communisme (inspiré de Gracchus Babeuf) ne pouvait que conduire à une impasse.

15En fait, les libéraux qui prônent le laisser-faire ne se préoccupent guère de la question ouvrière (ils s’en accommodent tant qu’elle ne les menace pas directement) : « Tout s’est passé comme si ce problème avait été éludé le plus longtemps possible », écrit Robert Castel (I, p. 28). Les principes libéraux s’accordent avec les positions traditionnelles de l’Église catholique, selon lesquelles les redistributions en cas de malheur ou de misère extrême doivent demeurer de l’ordre du privé, c’est-à-dire de la charité ou de la bienfaisance volontaire, de la philanthropie.

L’invention de « la propriété sociale »

16La « solution » se fait jour à la fin du XIXe siècle et s’affirme au XXe : c’est l’invention d’un équivalent ou d’un analogon de la propriété pour les non-propriétaires qui s’obtient par l’entrée dans les systèmes de protection, « la propriété sociale » qui fait fonction de propriété privée pour les non-propriétaires et qui leur assure la sécurité (P, p. 73). L’ouvrier, malade ou trop vieux, qui ne peut plus travailler, aura désormais droit à une protection qui lui permettra de continuer à exister comme individu. Entre le libéralisme pur et dur, pour lequel la propriété privée est le seul socle de la reconnaissance sociale et la propriété collective de ceux qui veulent abolir la propriété privée, la « propriété sociale » est une sorte de moyen terme qui inclut la protection sociale, le logement social, les services publics qui assurent à chacun un minimum de ressources, permettent d’échapper à la misère, à la dépendance et à la déchéance sociale et de se conduire positivement comme des individus. La « propriété sociale » représente une ressource inédite pour assurer l’accès à l’indépendance et à la « propriété de soi ». C’est cette conception « réformiste » (au sens où elle maintient la propriété privée et le salariat) qui s’est imposée historiquement pour former la base du nouveau système de protections de l’État providence.

17Contre les principes du libéralisme qui défendent l’idée d’une société régie par des contrats passés entre des individus, il a fallu imposer l’idée que l’État avait un droit d’intervention dans le domaine social. L’État social se développe en deux étapes.

18Première étape (marqué par le « solidarisme » de la IIIe République) : le droit au secours s’impose à la fin des années 1880 ; la loi sur les retraites ouvrières et paysannes, première loi d’assurance sociale obligatoire qui protège les salariés sous la garantie de l’État, amorce d’un régime « assurantiel », est votée en 1910, mais, seuls les plus modestes peuvent en bénéficier.

19Deuxième étape : à partir de 1945, avec la Sécurité sociale, cette couverture est étendue à l’ensemble des travailleurs et bientôt pratiquement à l’ensemble de la population. Dans cette « société salariale », l’ensemble ou presque de la population (en 1975, les salariés représentent 86 % de la population active), y compris les non-actifs, bénéficie des protections qui avaient d’abord été progressivement attachées au salariat. Les non-propriétaires bénéficient désormais d’un minimum de garanties et de droits : « L’insécurité sociale permanente qui avait été le lot des non-propriétaires est en voie d’être dépassée par une sécurité sociale généralisée », conclut Robert Castel (P, p. 84).

20On peut décrire cette « grande transformation » de deux façons. Elle attache des protections et des droits à la condition du travailleur lui-même (I, p. 30). Le travail devient l’emploi doté d’un statut qui inclut des garanties non marchandes (droit à un salaire minimal, droit du travail, couverture des accidents, de la maladie, droit à la retraite, etc.). « L’immense majorité de la population active accède à la citoyenneté sociale à partir d’abord de la consolidation du statut du travail » (I, p. 31). En d’autres termes, « les membres de la société salariale ont eu massivement accès à la propriété sociale » (I, p. 31). « Les services publics, entendus comme des dispositifs mettant à la disposition du plus grand nombre des biens essentiels qui ne peuvent être pris en charge par les intérêts privés, constituent une part importante de la propriété sociale » (I, p. 33)

21La place de l’État a été centrale dans la mise en place de ces dispositifs : « L’État, dans son rôle social, opère essentiellement comme un réducteur de risques » (I, p. 32), garant de la sécurité, grand ordonnateur de la « société assurantielle » (Ewald 1985). La technologie assurantielle a, en effet, été l’opérateur privilégié de la réhabilitation sociale des non-propriétaires : c’est un modèle solidariste ou mutualiste, qui est à la base de la couverture des risques sociaux (I, p. 59). L’« assistance », devenue « aide sociale », perdure : elle concerne des publics ciblés dans la logique des minima sociaux, en dehors du régime commun (alors que l’assurance a une vocation universaliste), pour aboutir à une réduction généralisée des risques.

Les conditions de la genèse de l’État social

22Robert Castel distingue conditions conjoncturelles et structurelles. En ce qui concerne la conjoncture, entre 1953 et le début des années 1970, la productivité, la consommation et les revenus salariaux ont pratiquement triplé (I, p. 35). « L’État s’efforce de piloter l’économie dans un cadre keynésien et d’élaborer des compromis entre les différents partenaires impliqués dans le processus de croissance » (I, p. 37). Du côté des structures, « l’acquisition des protections sociales s’est faite essentiellement à partir de l’inscription des individus dans des collectifs protecteurs » (I, p. 37) (à commencer par les collectifs syndicaux).

23Pour les non-propriétaires, l’accès à la propriété de soi est devenu possible par leur inscription dans des collectifs qui les ont faits sujets de droits et bénéficiaires d’assurances générales. Ce faisant, l’implication de l’État social a élargi l’assise qui a permis aux non-propriétaires d’être des individus responsables. La propriété sociale a permis l’élargissement ou la démocratisation de la conception moderne de l’individu accédant à « la propriété de soi » (P, p. 128) : la société salariale est largement une « société d’individus » (Élias 1991).

La question des inégalités

24« Pour qu’il y ait conscience des inégalités, il faut qu’il y ait comparabilité des situations » (P, p. 89). Alors que dans la société d’Ancien Régime (mais aussi dans la société capitaliste antérieure à l’État social), la différence des conditions est moins perçue comme inégale que définitivement incommensurable, la société salariale est un continuum différencié de positions (à l’exception du « quart monde » qui échappe par le bas et des catégories hors du commun), une « société de semblables » (Léon Bourgeois) dans laquelle les inégalités ne rompent pas la commune appartenance à l’ensemble social. « C’est dans la société salariale qui permet une sorte de comparatisme généralisé des positions sociales, que la question des inégalités se pose d’une manière particulièrement aiguë » : « Celui qui appartient à une catégorie salariale se pense à la fois par rapport à celle qui est au-dessous de lui, pour s’en distancier, et par rapport à celle qui est au-dessus, en aspirant à s’en approcher, à s’identifier à elle » (P, p. 90-92), d’où les luttes pour « le partage des bénéfices ».

25La mise en place d’une « société de semblables » est au principe de la problématique de la responsabilité de l’individu moderne. Antérieurement, les inégalités, justifiées par le plan divin de la création, la nature ou la tradition, ne pouvaient pas être imputées à l’individu dont la place dépendait de hiérarchies sociales immuables. « En posant le principe de l’égalité entre les individus, en particulier sous la forme de l’égalité des chances, les sociétés démocratiques individualisent l’inégalité : si le jeu est ouvert et que tout le monde peut concourir et être classé selon son mérite, l’échec est imputable à l’individu lui-même » (P, p. 92).

26Alors que l’individu se voit imputer la responsabilité de son destin, « les déterminations objectives, l’argent, la naissance, les différentes sortes de “capitaux” au sens de Bourdieu, […] continuent à peser sur ce destin » (P, p. 94). Paradoxalement, le fait d’être tenus pour égaux creuse la différence entre ceux qui réussissent et ceux qui échouent, « l’exigence d’être responsable fragilise certaines catégories d’individus en leur faisant porter la faute de ce qu’ils subissent et qui pourtant échappe à leur emprise » (P, p. 95).

27Mais si « la société salariale reste fortement différenciée, et pour tout dire fortement inégalitaire », elle est en même temps fortement protectrice (I, p. 33). Si l’opposition entre propriétaires et non-propriétaires n’est pas abolie et si les inégalités subsistent, « les travailleurs devenus des salariés protégés par le droit du travail et la protection sociale paraissent assurés contre les principaux risques sociaux et pourvus de ressources minimales pour maîtriser leur destin » (P, p. 106).

Individus par défaut

28Dans Les Métamorphoses de la question sociale, la réapparition du chômage de masse (« inutiles au monde » et « surnuméraires »), la précarisation du travail et « la déstabilisation des stables » définissaient la « nouvelle question sociale » et « l’effritement de la condition salariale » était associé à un ensemble de transformations économiques : restructurations industrielles, lutte pour la compétitivité, internationalisation du marché du travail, dégradation du marché national, délocalisations. Dans Propriété privée, propriété sociale, propriété de soi et dans L’Insécurité sociale, la « grande transformation » des vingt-cinq dernières années est définie comme « le développement d’un nouveau processus d’individualisation qui remet en question les appartenances collectives des individus » (P, p. 109). Dans un texte récent, Robert Castel (2004) considère que ce processus général d’individualisation est probablement le noyau de la crise du travail. « On peut prendre le chômage et la précarisation du travail comme les effets d’une dynamique certes économique – concurrence exacerbée, compétitivité à tout prix – mais aussi une dynamique sociale d’individualisation : passage d’une organisation collective du travail à une organisation de plus en plus individualisée. Le post-fordisme est, dans une grande mesure, la mise en mobilité de ces situations de travail et une responsabilisation de l’individu pour assumer ces tâches », écrit-il.

Nouvelles stratégies entrepreneuriales

29L’affaiblissement de « l’État national-social » (I, p. 40-41) et l’érosion des formes d’organisation collective (syndicats et groupes professionnels) ont laissé le leadership à l’entreprise. Une gestion fluide et individualisée du monde du travail remplace sa gestion collective sur la base de situations stables d’emploi. Les nouvelles stratégies managériales induisent « une mise en mobilité généralisée des relations de travail, des carrières professionnelles et des protections attachées à l’emploi » (I, p. 43) : « déstandardisation des tâches » et flexibilité, promotion d’un « modèle biographique » où « le travailleur est censé se faire l’entrepreneur de lui-même » (I, p. 44). On demande de plus en plus aux travailleurs (les « opérateurs ») de prendre leurs responsabilités, de s’investir personnellement, d’être disponibles, adaptables, mobiles, etc. (P, p. 122). Dans un contexte de concurrence exacerbée et sous la menace permanente du chômage, cet « aggiornamento individualiste » (I, p. 45), cette exigence généralisée d’individualisation des tâches, des performances, des carrières séparent gagnants et perdants. Les oppositions canoniques du discours entrepreneurial entre innovation et routine, goût du risque et repli frileux sur les protections, esprit d’initiative et obsession de la sécurité, ne renvoient évidemment pas tant à des différences de nature qu’à des différences de ressources qui permettent de jouer le jeu ou qui condamnent à en être le jouet. Parallèlement, la diffusion d’une culture psychologique généralisée, d’une attention exclusive à soi au détriment des investissements sociaux et politiques, contribue à l’extension de l’individualisme et à l’avènement d’un individu hypertrophié.

Effritement de la société salariale et individus « par défaut »

30La précarité antérieure était compensée par la solidarité des assises rurales (« protections rapprochées » de la famille et du voisinage), le repli possible sur des activités de type artisanal. Elle avait été jugulée par la mise en place de régimes de protection. « Dans l’ébranlement actuel, non seulement on perd les protections qui avaient été construites par l’État, mais on dispose de peu de positions de repli pour faire face à ces nouvelles carences » (P, p. 112). Cet effritement implique une dynamique de désaffiliation, des situations de « décrochage » (anomie) qui remettent en question les appartenances collectives des individus, fragilisent les catégories homogènes qui constituaient la société salariale. Dans cette crise de la société salariale, les supports collectifs de l’individu se fragilisent : les jeunes qui « galèrent » ou les chômeurs de longue durée incapables de se ménager une place stable dans la société apparaissent comme des « individus par défaut », forme nouvelle d’« individualité négative ». L’ébranlement, voire l’effondrement de ces appartenances collectives peuvent compromettre et, à la limite, invalider l’accomplissement de l’individu moderne : on aboutit à « l’individu par désaffiliation » ou « par décrochage » (P, p. 116). « Le paradoxe c’est qu’une décollectivisation, ou une réindividualisation, puissent avoir des conséquences destructrices pour l’individu », note Robert Castel (P, p. 108).

31D’où « le retour des classes dangereuses » (I, p. 47-56) et l’émergence du « problème des banlieues » où se recoupent insécurité sociale et insécurité civile (« Vivre dans ces conditions ne prédispose pas à l’angélisme », remarque Robert Castel, I, p. 54). On assiste alors à « un glissement de l’État social vers un État sécuritaire qui prône et met en œuvre le retour à la loi et à l’ordre » (I, p. 56), restaurant la figure de l’État gendarme en charge de rétablir la sécurité civile.

Individus « par défaut » et individus « par excès »

32Ces processus d’individualisation engendrent « deux profils très hétérogènes et à la limite opposés d’individus, avec évidemment des figures intermédiaires » (P, p. 120). L’individu « positif » doté d’une surface, d’une assise, d’une consistance, s’appuyant sur un certain nombre de biens ou sur un certain nombre de droits, est susceptible de dériver vers la « configuration narcissique » d’un individu « par excès » (P, p. 129). La plénitude du nanti au sens où « il dispose de suffisamment de ressources (de supports) pour croire n’avoir besoin de rien en dehors de lui-même pour exister » (P, p. 141) peut conduire à un « subjectivisme sans rivage » (P, p. 144), au narcissisme et à une ataraxie paradoxale. « L’individu par défaut est insatisfait parce qu’il ne trouve pas en dehors de lui ce qu’il voudrait obtenir (par exemple du travail, des opportunités de sortir de son marasme), tandis que l’individu par excès est insatisfait parce qu’il est “fatigué de lui-même” (Ehrenberg), et ne se sent plus d’intérêts qui lui soient extérieurs » (P, p. 134).

Comment combattre l’insécurité sociale ?

33Que faire ? Robert Castel récuse la « neutralité axiologique » : « Je pense […] que ce que l’on fait en sciences sociales s’inscrit toujours dans le cadre d’un débat de société qui exige que l’on prenne parti » (P, p. 185-186). « Lutte idéologique : le mot a vieilli, mais il recouvre une réalité qui […] n’est pas dépassée : le monde social n’est pas neutre, dans les transformations actuelles, il y a toujours des gagnants et des perdants, ceux qui tirent leur épingle du jeu et ceux qui sont instrumentalisés, et l’on est en droit de choisir son camp – c’est ce que je fais », écrit-il (P, p. 187).

34Quel est le débat, en l’occurrence ? « Il y a aujourd’hui un vrai débat de société autour des dérégulations de l’organisation du travail que prône le néolibéralisme (voir par exemple les enjeux de la “refondation sociale” telle qu’elle est impulsée par le MEDEF). Faut-il re-marchandiser au maximum le monde du travail au nom de la recherche de la rentabilité à n’importe quel prix ? Ou doit-on défendre l’exigence d’assurer un minimum de protections et de sécurité à ceux et à celles qui, par leur travail, sont aussi les artisans de la production des richesses ? », s’interroge Robert Castel (P, p. 186).

35Son diagnostic est le suivant : « La société n’a jamais été autant que maintenant une “société d’individus” : […] la désaffiliation est partout » (P, p. 204), « de sorte que l’une des questions centrales posées est celle du statut de l’individu mobile » (P, p. 205). « Comment construire des formes nouvelles de propriété sociale capables de maîtriser les processus d’individualisation négative ? » (P, p. 206).

36Il faut « dégager la démarche aujourd’hui requise pour faire face de la manière la plus réaliste aux insécurités : combattre les facteurs de dissociation sociale qui sont à l’origine aussi bien de l’insécurité civile que de l’insécurité sociale » (I, p. 9). Selon Robert Castel, « on ne reviendra pas en arrière par une simple restauration des régulations collectives antérieures parce que celles-ci correspondaient aux formes, elles-mêmes collectives, de la production du capitalisme industriel et à leur gestion dans le cadre de l’État-nation » (I, p. 65) : « Il est certainement naïf de prétendre maintenir ou restaurer le statu quo des protections antérieures », écrit-il (I, p. 66). La mutation actuelle du capitalisme, passant par la mondialisation des échanges et l’exacerbation de la concurrence, impose ces formes de dé-collectivisation et une mise en mobilité généralisée de la force de travail : « La posture à prendre, selon Robert Castel, n’est pas de sous-estimer ces transformations mais […] de savoir quelles formes de protection seraient compatibles avec le bouleversement des forces productives et des modes de production auxquels nous assistons » (I, p. 65). En quoi pourrait consister un tel redéploiement ? Robert Castel tente d’en préciser les enjeux dans deux secteurs : celui de la protection sociale, celui de la sécurisation des situations de travail et des trajectoires professionnelles.

Reconfigurer les protections sociales

37Le système de Sécurité sociale reste largement dominé par les assurances attachées au travail et financées par des cotisations prélevées sur le travail, mais ce système est confronté à des difficultés de financement et à son incapacité de prendre en charge tous ceux qui sont en rupture avec le monde du travail (« Ceux qui décrochent de ces systèmes de protection ou ne parviennent pas à s’y inscrire », I, p. 69). Ainsi, se sont mises en place diverses politiques de « lutte contre les exclusions » – multiplication des minima sociaux, politiques locales d’insertion et politiques de la ville – qui pourraient bien représenter « un nouveau régime de la protection sociale en direction des laissés-pour-compte des protections classiques », dessinant « un nouveau référentiel de protections très différent de celui de la propriété sociale » (P, p. 69). Ce nouveau régime de protections se caractérise par sa flexibilité : diversification et à la limite individualisation des interventions, mobilisation des bénéficiaires appelés à « participer à leur réhabilitation » (I, p. 70) (comme le montre la place accordée aux notions de « contrat » et de « projet »). Mais, Robert Castel rappelle que « la discrimination positive » ne suffit pas à effacer « la stigmatisation négative » et souligne « l’irréalisme » de l’appel à la mobilisation des ressources d’individus sans ressources (I, p. 71) et la portée limitée de ces interventions : « ces nouvelles mesures ne sont pas parvenues à surmonter la dualisation » (I, p. 72) ; la conception de la solidarité se dégrade (I, p. 73) dans le sens de la mise en place d’un « service minimal contre les formes extrêmes de la déprivation » (I, p. 73).

38Robert Castel, écartant les différentes versions du « revenu d’existence », reprend à son compte une proposition de Jean-Michel Belorgey (2001) : « Un premier type de réformes serait d’assurer une continuité des droits », de mettre en place « un régime homogène de droits [couvrant] le champ de la protection qui ne relève pas des couvertures assurancielles collectives » (I, p. 74). Comment, par ailleurs, définir ces nouveaux droits, étant entendu que, pour Robert Castel, le recours au droit est la seule solution qui ait été trouvée à ce jour pour sortir des pratiques philanthropiques ou paternalistes (I, p. 78) ? Le droit au secours peut-il fonder une citoyenneté sociale ? (I, p. 75). Une politique d’insertion réaliste implique la mise à disposition des publics qui ont décroché des protections procurées par le travail ou qui ne parviennent pas à s’y inscrire, de « supports qui ne consistent pas seulement en ressources matérielles ou en accompagnement psychologique, mais aussi en droits et en reconnaissance sociale nécessaires pour assurer les conditions de l’indépendance » (I, p. 76). Parallèlement à « la continuité des droits », il faudrait promouvoir « une continuité et une mise en synergie des pratiques qui visent la réintégration des personnes en difficulté » et mettre en place de « véritables collectifs d’insertion » (I, p. 76).

Sécuriser le travail

39Le statut de l’emploi constituait le socle de la citoyenneté sociale, assurant un couplage fort entre droits et protections (droit du travail et protections sociales) : « Il y avait un statut de l’emploi qui échappait largement aux fluctuations du marché et aux changements technologiques et qui constituait la base stable de la société salariale » (I, p. 81). Depuis « la grande transformation » des années 1970, on assiste à un effritement (et non à un effondrement) de ce couplage : si le travail n’a pas perdu son importance, il a perdu de sa consistance (I, p. 80). Outre que le chômage s’est creusé et que les alternances de période d’activité et d’inactivité se sont multipliées (I, p. 82), « on assiste de plus en plus à une fragmentation des emplois, non seulement au niveau des contrats de travail proprement dits (multiplication des formes dites “atypiques” d’emploi par rapport au CDI), mais aussi à travers la flexibilisation des tâches » (I, p. 81). D’où l’apparition de « zones grises de l’emploi » (Supiot 1999) : travail à temps partiel, travail intermittent, travail « indépendant » mais étroitement subordonné à un donneur d’ordre, télé-travail, sous-traitance, travail en réseau, etc. De larges secteurs de l’emploi sont déjà passés d’un régime stable à ce que l’on peut appeler un « régime transitionnel » (I, p. 83) : « d’où la nécessité d’organiser ces transitions, de ménager des passerelles entre deux états qui ne se traduiraient pas par une perte de ressources et une dégradation du statut » (I, p. 84). Robert Castel reprend à son compte une proposition d’Alain Supiot (op. cit.) : « Une réponse à cette situation consisterait à transférer les droits du statut de l’emploi à la personne du travailleur. […] Ainsi se trouverait rétablie une continuité des droits à travers la discontinuité des trajectoires professionnelles, incluant ainsi les périodes d’interruption du travail » (I, p. 82). Les « droits à transitions » pourraient apporter une réponse à la question fondamentale : « Comment concilier mobilité et protections en dotant le travailleur mobile d’un véritable statut ? » (I, p. 84).

Lexique

40Individu (critique de la vision libérale) : Dans la vision libérale ou néolibérale, l’individu, « donné une fois pour toutes », « ne dépend pas de conditions économiques et sociales d’existence », « il y a des individus qui ne demanderaient qu’à s’exprimer comme tels, à développer leurs capacités d’initiative bridées par des contraintes de type étatique, bureaucratique ». Affranchi de ces contraintes, l’individu serait à la fois plus productif et plus épanoui (P, p. 13). Or, « l’individu n’est pas a priori doté de consistance », i. e. doté de « supports » suffisants pour exister comme « individu » au sens que lui donne Robert Castel (exemples du vagabond ou du prolétaire). Le minimum – l’universalité, l’intemporalité – de l’individu, c’est son individuation biologique et peut-être aussi la conscience de soi associée à l’existence attestée dans toutes les langues de la première personne du singulier (voir Benveniste).

41Individu « positif » : « Exister positivement comme un individu c’est […] avoir la capacité de développer des stratégies personnelles, disposer d’une certaine liberté de choix dans la conduite de sa vie parce que l’on n’est pas dans la dépendance d’autrui », « avoir par soi-même et pour soi-même des marges de manœuvre », « n’être l’homme de personne », « n’être plus dans cette position où l’on est toujours référé à autrui pour exister » (P, p. 48), « pouvoir être tenu pour responsable de ses actes, et à la limite de la réussite ou de l’échec de sa vie » (P, p. 121).

42Individu « négatif » (« individu par défaut ») : Le vagabond, libre parce que désencastré des rapports traditionnels, mais privé de tout support, le prolétaire des débuts de l’industrialisation, le jeune d’aujourd’hui qui « galère », incapable de « s’insérer », « tous sont condamnés à une quasi-inexistence sociale » (P, p. 166).

43Supports (de l’individu) : Les supports sont une « condition objective de possibilité » (P, p. 30) pour que soient reconnus à l’individu « des droits et aussi une dignité, une reconnaissance sociale » (P, p. 46). « Pour exister comme individu, il faut avoir des supports », « conditions à partir desquelles on peut accéder à l’indépendance » (P, p. 167). D’où la nécessité de s’interroger sur ce qu’il y a « derrière l’individu pour lui permettre d’exister comme tel » (P, p. 13).

44Robert Castel fait un usage métaphorique de la notion de « support » : elle n’est pas à prendre au pied de la lettre de sa matérialité. « Ainsi la propriété sociale résulte de l’insertion de l’individu dans des systèmes de régulations juridiques » (P, p. 165). Ces « supports » sont de plusieurs types, ils ont varié historiquement : la propriété privée a été le premier support, la possession de droits peut aussi assurer l’indépendance. La propriété est de plus en plus immatérielle : de l’appropriation de la terre à l’avènement des sociétés anonymes et de l’actionnariat jusqu’aux formes actuelles de la circulation du capital financier liées à la « révolution informationnelle ». Parler de « supports », c’est aussi parler de « ressources » ou de « capitaux » au sens de Bourdieu ; « c’est la capacité de disposer de réserves qui peuvent être de type relationnel, culturel, économique, etc., et qui sont les assises sur lesquelles peut s’appuyer la possibilité de développer des stratégies individuelles » (P, p. 30). Les « supports » sont des « conditions de possibilité pour qu’il y ait de la psychologie ou plutôt des interactions » : « pour rentrer en rapport, en relation, en interrelation avec les autres, l’individu doit avoir ces conditions sociales pour être déjà un individu, disposer de ressources pour le faire » (voir chez Pierre Bourdieu, « la mise minimale » pour pouvoir jouer). Il existe « une gamme de biens objectifs qui assurent à l’individu des réserves pour ne pas tomber dans la dépendance » (P, p. 33). « Ces ressources peuvent être de nature différente : une maison, des rentes, un compte en banque, mais aussi des droits sociaux, un régime de protections » (P, p. 168).

45Propriété de soi : « Avoir la propriété de soi, c’est sans doute être propriétaire de son corps. Mais que recouvre exactement cette expression ? Signifie-t-elle que le corps est une marchandise commercialisable qui nous appartient et que l’on peut vendre son corps sur le marché ? » (P, p. 69) ; « Ici c’est seulement de la propriété de soi, entendue comme le support de l’indépendance de l’individu, qu’il s’agit » (P, p. 70) (le corps biologique est à la fois contrainte et ressource).

46Propriété privée : « C’est la propriété privée (les biens auxquels sont fréquemment associées les “Lumières”, c’est-à-dire l’instruction, l’éducation, la culture) qui permet à l’individu moderne de se penser et de se vivre indépendant, affranchi du social, autosuffisant » (P, p. 140-141).

47Stratégie : Robert Castel désigne ainsi une prérogative de l’individu, « la possibilité de choisir certaines options, de prendre des initiatives, de développer des projets, etc. qui sont effectivement des prérogatives que l’on prête aux individus » (P, p. 61). Exemples : l’ouvrier des années 1960 peut accéder à la propriété, le prolétaire des débuts de l’industrialisation ne peut pas anticiper l’avenir, il vit dans l’immédiateté du besoin, il bricole pour survivre « au jour la journée », il n’a aucune stratégie propre (il y a une dimension temporelle de l’individu : avoir un avenir). « La maîtrise, la capacité de développer des stratégies passe aussi par la maîtrise du temps » (P, p. 66) : échapper à l’urgence du besoin, avoir des réserves qui permettent d’attendre, des assurances, une sécurité qui permettent de prévoir.

48Sécurité et insécurité : « La sécurité et l’insécurité sont des rapports aux types de protections (protections civiles et protections sociales) qu’une société assure ou n’assure pas d’une manière adéquate » : « Être protégé, c’est aussi être menacé » (I, p. 7). « Le sentiment d’insécurité n’est pas directement proportionnel aux dangers réels qui menacent une population. Il est plutôt l’effet d’un décalage entre une attente socialement construite de protections et les capacités effectives d’une société donnée à les mettre en œuvre » (I, p. 7). « La frustration sécuritaire est consubstantielle aux sociétés qui se construisent autour de la recherche de la sécurité » (I, p. 8). « L’exaspération du souci sécuritaire engendre nécessairement sa propre frustration, qui nourrit le sentiment d’insécurité » (I, p. 23).

49Sécurité civile : « Les protections civiles garantissent les libertés fondamentales et assurent la sécurité des biens et des personnes dans le cadre d’un État de droit » (I, p. 5).

50Sécurité sociale : « Être protégé dans cette sphère signifie être à l’abri des péripéties qui risquent de dégrader le statut social de l’individu. Le sentiment d’insécurité est alors la conscience d’être à la merci de ces événements » (I, p. 25). « Les protections sociales “couvrent” contre les principaux risques susceptibles d’entraîner une dégradation de la situation des individus comme la maladie, l’accident, la vieillesse impécunieuse, les aléas de l’existence pouvant aboutir à la limite à la déchéance sociale » (I, p. 5).

51Risque social : « Événement qui compromet la capacité des individus à assurer eux-mêmes leur indépendance sociale » (I, p. 25). Robert Castel dénonce « l’extrapolation contestable » (I, p. 59), « l’inflation contemporaine » de la notion (I, p. 60). « Plutôt que de risques, fussent-ils nouveaux [comme la pollution] sans doute vaudrait-il mieux parler ici de dommages ou de nuisances » (I, p. 62).

52Psychologie : « Mon souci n’est pas de me démarquer de la psychologie, mais plutôt de ne pas rester immergé dans la psychologie » (P, p. 173). Robert Castel se situe en deçà ou à côté de la dimension subjective et de la psychologie : « Tentative pour mettre en relation les transformations socio-économiques et les transformations de l’économie psychique » (P, p. 160). « Ce qui m’intéresse, écrit-il, c’est la question des conditions de possibilités nécessaires pour être un individu, ou une personne, ou un acteur, ou un sujet » (P, p. 31). Robert Castel ébauche une « sociologie de l’esprit » fondée sur le schème marxiste, infrastructure/superstructure (il évoque ainsi les « préalables pour entrer dans un entrer dans un processus de devenir-sujet », P, p. 32). « Parler en termes de socle, de support, c’est, en somme, regarder “derrière” l’individu, et c’est évidemment de réalités non individuelles qu’il s’agit » (P, p. 168). « Ce n’est pas de la psychologie que j’entends faire parce que je traite ces situations (vulnérabilité, précarité, désaffiliation) en tant que situations collectives (vulnérabilité de masse) » (P, p. 174) : « J’essaie de trouver des régularités qui font que ces histoires singulières représentent aussi un destin social » (P, p. 175). Dans ce cadre, Robert Castel emploie des « commutateurs » : « Il est certain que des notions comme précarité ou vulnérabilité ont une connotation psychologique » (P, p. 173), l’insécurité sociale « agit comme un principe de démoralisation », « elle induit une corrosion du caractère » : « Être dans l’insécurité permanente, c’est ne pouvoir ni maîtriser le présent ni anticiper positivement l’avenir ».

53L’intérêt de ces deux livres de Robert Castel est à la fois politique et sociologique. D’une part, il propose des solutions politiques « crédibles », peut-être contestables, mais à coup sûr utiles, sinon indispensables dans un champ politique de plus en plus dépolitisé. D’autre part, il ébauche une histoire matérialiste de l’individu. Mes deux premières questions portent sur cette ébauche de « sociologie de l’esprit ».

541) J’imagine sans trop de peine à quels référents empiriques renvoient les individus « par défaut » (dont l’étude renvoie à des caractéristiques prosaïques de l’existence sociale comme le chômage et la précarité). Mais ces individus « par excès », « qui baignent complètement dans la culture psychologique » (P, p. 159), sont-ils des bourgeois convertis à l’hédonisme (ils semblent plus « collectivistes » qu’« individualistes » au moins dans la mesure où, pour eux, « le patrimoine » prime sur la famille et « la lignée » prime sur « l’individu ») ? des fils de famille déchus ? des déviants ? En fait, je me demande s’il s’en rencontre ailleurs que dans les livres de Marcel Gauchet ou d’Alain Ehrenberg ?

552) Autre façon d’aborder la même question : Robert Castel suggère de « réfléchir plus avant sur les nouvelles configurations du social qui amènent certains individus à se penser comme si le social n’existait pas » (P, p. 151). Quel type de « supports », quel excès de « supports », quelles expériences engendrent ce type de dispositions « asociales » ?

56Les quatre questions suivantes portent sur la représentation du monde social et de ses transformations.

573) « Il est devenu impossible de repérer des clivages clairs comme l’ancienne opposition entre les prolétaires et les bourgeois », écrit Robert Castel. Mais le monde est-il pour autant devenu « illisible » ? L’opposition entre les prolétaires et les bourgeois est-elle si obsolète ? Robert Castel précise que « les inégalités de toutes sortes ont plutôt tendance à se creuser » : pourquoi ne peut-on plus « défendre une conception de la lutte des classes telle que Marx l’a élaborée » ? (P, p. 188). S’il est vrai que « la classe ouvrière » est devenue aujourd’hui politiquement « invisible », en revanche, la bourgeoisie qui dispose d’« organisations de classe » efficaces (à commencer par le MEDEF), puissamment relayées dans le champ politique national (de l’UMP à la droite du PS en passant par l’UDF) et international (de la BCE au FMI en passant par l’OCDE, l’OMC et la Banque mondiale), dans le champ médiatique et dans le champ intellectuel (de François Ewald à Denis Kessler, etc.) a au moins les apparences d’une « classe en soi » et « pour soi ».

584) Les considérations sur « la déqualification de masse » (I, p. 49), « la frustration collective », « le ressentiment comme réponse sociale au malheur social » (I, p. 52), les réactions de « petits Blancs » ne se démarquent pas vraiment des « interprétations psychologisantes » du social que Robert Castel récuse par ailleurs. En outre, les travaux d’Annie Collovald (2004) montrent qu’en imputant aux classes populaires le vote Le Pen, ces interprétations « dénient […] la réalité sociale et morale des comportements politiques des classes populaires ».

595) Quelle place accorder aux « processus d’individuation » dans « l’ébranlement de la société salariale » ? Robert Castel invite à prendre acte de « l’hégémonie croissante du marché », à ne pas sous-estimer « le bouleversement des forces productives et des modes de production ». Je pense qu’il ne faut pas non plus le surestimer ou le prendre comme « un fait de nature », mais plutôt comme l’enjeu d’une lutte inachevée entre ceux qui visent à « domestiquer le marché », comme le disent Karl Polanyi et ceux qui travaillent à faire advenir « la concurrence libre et non faussée ». Dans cette lutte politique et symbolique, comment faire face à une ligne rhétorique qui tend à faire passer une stratégie aujourd’hui gagnante pour une contrainte ? Un fait politique pour un fait de nature ?

606) S’agit-il « d’une période transitoire entre deux formes d’équilibre – entre le capitalisme industriel et un nouveau capitalisme que l’on hésite encore à qualifier –, c’est-à-dire d’un moment de “destruction créatrice” comme dirait Joseph Schumpeter, ou du régime de croisière du capitalisme de demain ? », s’interroge Robert Castel (I, p. 85). Sommes-nous entrés dans une société « réticulaire » et « connexionniste », comme le disent Luc Boltanski et Ève Chiapello (1999) ? Quelle est la part d’irréversibilité dans les transformations économiques en cours ?

Bibliographie

Références bibliographiques

Belorgey, Jean-michel. 2001. Refonder la protection sociale. Paris, La Découverte. Boltanski, Luc et Ève Chiapello. 1999. Le Nouvel Esprit du capitalisme. Paris, Gallimard.

Castel, Robert. 1995. Les Métamorphoses de la question sociale. Une chronique du salariat. Paris, Fayard, « L’espace du politique ».

– 2004. « Processus d’individualisation », dans Politiques de l’emploi. Face aux menaces libérales. Paris, Nouveaux Regards, Syllepse : 63-70.

Collovald, Annie. 2004. Le « Populisme » du FN, un dangereux contresens. Éditions du Croquant.

Élias, Norbert. 1991. La Société des individus. Paris, Fayard.

Ewald, François. 1985. L’État providence. Paris, Grasset.

Supiot, Alain. 1999. Au-delà de l’emploi. Paris, Flammarion.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search