Version classiqueVersion mobile

Lire les sciences sociales. Volume 5/2004-2008

 | 
Gérard Mauger
, 
Louis Pinto

Classes populaires

Stéphane Beaud et Michel Pialoux, Retour sur la condition ouvrière. Enquête aux usines Peugeot de Sochaux-Montbéliard

Gérard Mauger

Note de l’éditeur

Stéphane Beaud et Michel Pialoux, Retour sur la condition ouvrière. Enquête aux usines Peugeot de Sochaux-Montbéliard. Paris, Librairie Arthème Fayard, 1999, présenté par Gérard Mauger

Texte intégral

1Depuis le début des années 1980, la classe ouvrière telle qu’elle s’est constituée au XIXe siècle et telle qu’elle semblait exister encore en mai 1968 est disparue de la scène publique : « les exclus », dans la rhétorique politico-médiatique, « les sans », dans la rhétorique « mouvementiste », l’ont progressivement remplacée. Pourtant, symboliquement dévalués, politiquement disqualifiés, les ouvriers restent le groupe social le plus nombreux de la société française : ils étaient environ 6,5 millions en 1990. En fait, écrivent Stéphane Beaud et Michel Pialoux, la crise de la représentation (politique et symbolique) a fortement contribué à « la non-visibilité du groupe » (p. 16).

2L’enquête qu’ils ont menée rappelle d’abord que, si les mots pour les dire ont changé (les OS sont devenus des « opérateurs », les chaînes des « lignes », etc.), les choses (« le travail enchaîné », comme on disait autrefois) continuent d’exister. À travers des histoires d’atelier, ils montrent comment des formes nouvelles de domination symbolique viennent redoubler les anciennes formes d’exploitation et mettent en évidence les effets de la menace du chômage et de la précarité.

3Parce que la compréhension de la diversité des attitudes par rapport au travail renvoie aux différences entre générations, donc au « mode de génération » des générations, Stéphane Beaud et Michel Pialoux étudient parallèlement le travail et le système scolaire : « La demande ouvrière d’une scolarisation prolongée [apparaît] comme un reflet inversé des transformations de l’usine » (p. 19). L’entrée souvent malheureuse des enfants d’ouvriers dans la compétition scolaire contribue à la dévaluation de l’enseignement professionnel et de « l’héritage ouvrier ».

4Focalisée sur le groupe ouvrier, l’enquête étudie enfin son « mode de construction et de déconstruction » à différents niveaux – histoire de l’atelier, histoire des différentes générations, histoire des groupes professionnels, histoires individuelles – et met en évidence l’affaiblissement à la fois matériel, symbolique et politique du groupe ouvrier.

L’atelier ou les transformations de l’usine

Que faire de l’héritage taylorien ?

5Au début des années 1980, Peugeot adopte le « modèle japonais » (« zéro stock », « zéro panne », « zéro défaut ») : il suppose des ouvriers « coopératifs », « participatifs », « disponibles ». Mais comment adapter des ouvriers majoritairement non qualifiés, non diplômés et vieillissants, bref « inconvertibles » ? L’héritage taylorien est non seulement objectivé (dans le matériel), mais aussi intériorisé (« dans les têtes », p. 30). La solution adoptée entre 1987 et 1990 consiste à recruter de jeunes intérimaires.

6Dans les ateliers d’OS des années 1970, le système quotidien de solidarités pratiques, où s’inscrivait le travail politique des délégués d’atelier, reposait sur l’opposition entre « fayots » et « copains », les compromis entre ouvriers et petits agents de maîtrise, la culture d’atelier dont l’enjeu était de se faire respecter, un rapport « heureux » à la condition ouvrière (p. 36).

7La mise en place du modèle japonais impose autocontrôle et auto-surveillance. La pression morale exercée sur chaque ouvrier vise à ce qu’il se sente concerné par la qualité du produit fini. Le système des primes instaure une logique de concurrence et de contrôle réciproque que redoublent les menaces de licenciement. En dépit de l’inertie et de la résistance des OS formés dans la culture d’opposition des années 1970, face à un processus de laminage de l’ancienne culture d’atelier, l’« ambiance » dans les ateliers se dégrade. En contact direct avec les « opérateurs », le moniteur fait « le sale boulot » : surveillance, harcèlement des OS pour tenir les cadences et limiter l’absentéisme.

8Un nouveau clivage se fait jour entre les « jeunes » et les « vieux ». L’appel massif aux intérimaires entre 1987 et 1990, l’embauche de jeunes de niveau bac pour encadrer les OS et « régénérer » l’ancienne maîtrise, la disparition des « niches » de protection, le sentiment d’une aggravation des conditions de travail, le vieillissement, à la fois physique et social, objectif et subjectif, individuel et collectif, des OS de chaîne, la peur multiforme de « craquer » à son poste, d’être muté à un « mauvais » poste, d’affronter la nouvelle usine, de perdre son emploi, suscitent une méfiance mutuelle entre vieux OS et jeunes intérimaires. Pour beaucoup d’OS, l’arrivée des intérimaires a signifié leur déclassement, la disqualification de leur savoir-faire : « Ils les ont fait vieillir. »

Stratégies patronales et résistances ouvrières

9Ces opérations de modernisation sont « objectivement solidaires d’une entreprise de démoralisation des ouvriers » (p. 70). Les années 1970-1980 avaient vu le développement d’une mentalité de « bastion ». La mise en service du nouvel atelier « Habillage Caisses » implique à la fois la disparition d’un espace familier, support de l’action collective, le déracinement lié à la perte des points de repère familiers, la rupture avec des manières de faire et d’être devenues « naturelles ». Découragés, les militants syndicaux doivent « repartir à zéro ». Les OS doivent affronter la transparence dans les rapports au travail, risquant d’apparaître comme d’éternels « gueulards » incapables de s’adapter (« inconvertibles ») ou de perdre leur crédit en s’adaptant (p. 77).

10Au début, les nouveaux ateliers, symboles de modernité et d’avenir, fascinent : l’accent est mis sur la disponibilité et la polyvalence. Mais, après une phase de relative adaptation, un refus larvé se fait jour : « La nouvelle organisation est de plus en plus ouvertement mise en cause » (p. 87). Au cours de la grève de 1989, les ouvriers « à l’ancienne » sont les éléments moteurs : il s’agit d’un moment de libération de la souffrance sociale, de réunification symbolique, d’affirmation d’une « identité citoyenne » (qui supplée à celle – en crise – de « travailleur »), de recherche d’une nouvelle image de « l’ouvrier Peugeot ».

11En mars 1990, la CGT connaît une forte poussée aux élections des délégués du personnel. En septembre 1990, les intérimaires sont renvoyés. La direction cesse d’imposer des méthodes qui produisent l’effet inverse de l’effet escompté. Dans l’atelier, un nouveau compromis s’établit entre direction, maîtrise et ouvriers : « l’ambiance » se reconstitue, mais le travail s’intensifie. S’agit-il alors d’une victoire ouvrière ? Le recul du management s’accompagne d’une intensification du travail et d’un accroissement régulier de la productivité. En fait, les salariés sont confrontés à l’alternative de « jouer le jeu » de l’usine ou de se replier sur les anciens modèles de résistance ouvrière. Une nouvelle stratégie patronale se met alors en place : délocalisation de certains ateliers, d’une part, nouveaux recrutements et dévalorisation symbolique des vieux OS « inconvertibles », d’autre part.

Le blocage de la mobilité ouvrière et l’exacerbation des luttes de concurrence

12Avec le déclin des OP pendant les années 1980, les OS en sont venus à représenter le groupe ouvrier dans son entier dans les instances syndicales et dans l’espace public. Mais la disparition des OP a une double conséquence : elle diminue les chances de promotion des OS (« passer professionnel ») et les prive d’un modèle d’identification positive (savoir ouvrier, tradition de métier, « figure » ouvrière prestigieuse). « Ce n’était ni déchoir ni “rater” sa vie professionnelle que d’entrer et de finir à l’usine comme “simple ouvrier” », « aujourd’hui, […] l’obsession des ouvriers de l’usine […] c’est de “monter”, de ne pas rester rivé “à la chaîne”, aux “boulots d’OS” », écrivent Stéphane Beaud et Michel Pialoux (p. 112). Mais comment « monter » alors que la barrière entre ouvriers et techniciens semble être infranchissable ?

13Au cours des années 1960-1970, la voie de promotion la plus courante pour les OS a longtemps consisté à devenir « professionnels » (via l’EAP, École d’Apprentissage Peugeot). Les OP incarnaient « l’aristocratie ouvrière », « l’idéal du nous » ouvrier (p. 113), ils jouissaient de prérogatives (un horaire « normal », l’autonomie dans le travail, la « perruque », les bonnes relations avec les chefs) et leur crédit professionnel et moral leur valait d’être les porte-parole de la culture politique « à l’ancienne ». Progressivement, la socialisation des OS par les OP (dans le cadre du syndicat, du comité d’entreprise, des activités culturelles) et la transmission des « manières d’être » et des valeurs ouvrières (la solidarité, le sens du collectif, l’opposition « eux/nous ») ont unifié le groupe ouvrier.

14Les années 1980 sont marquées par le vieillissement des OP à des postes destinés à disparaître et l’extension de la précarité, de la concurrence pour la promotion, de la peur du déclassement, de la paupérisation matérielle, par la perte progressive de considération sociale et le développement du « chacun pour soi ». La disparition des OP creuse un « trou » entre OS et techniciens et laisse le champ libre aux « valeurs individualistes » de l’entreprise par rapport aux « valeurs communautaristes » que portaient les OP. Dorénavant, pour « monter » dans l’usine, « il faut franchir la barrière qui sépare les ouvriers du reste des salariés » (p. 127).

15Le rapprochement de la condition des OS et des OP se traduit par une homogénéisation vers le bas de la condition ouvrière. Elle est d’autant plus sensible qu’apparaissent de nouvelles formes de concurrence introduites par l’arrivée massive dans les ateliers de fabrication, en contact avec les « opérateurs », des « bacs professionnels » et des « BTS », « porteurs d’une logique technicienne perçue comme une technique de pouvoir » (p. 128). Nouveau modèle d’excellence, à la fois professionnelle et sociale, les techniciens ont intériorisé au fil de leur socialisation scolaire puis professionnelle la « réhabilitation de l’entreprise » et de ses valeurs (« productivisme »), la méfiance à l’égard des valeurs ouvrières traditionnelles, la méconnaissance des OS (et de leur sensibilité à l’humiliation). L’extension de la culture technicienne implique la disqualification de l’ancienne culture ouvrière et l’imposition d’un « modèle scolaire du bon ouvrier » (p. 132). Ainsi peut-on comprendre l’hostilité virulente des « vieux » à l’égard des « jeunes » techniciens : au mépris des BTS pour « l’inculture » des OS, correspond la haine des OS pour « l’arrogance » des BTS.

16Leur haine est d’autant plus virulente que le système de promotion des OS est grippé. Le remplacement de la notion de « qualification » (certifiée par un diplôme) par celle de « compétence », définie par la direction, déstabilise les systèmes d’accumulation de « capital professionnel » dans l’usine, raréfie les possibilités d’échapper à la chaîne, empêche de « monter ». Autrefois valorisée, l’ancienneté est désormais un handicap : d’où la peur du déclassement et l’apparition de luttes pour de « petites promotions » ou de « petites primes ». « Le blocage de la mobilité ouvrière depuis une dizaine d’années est un fait majeur de l’évolution de l’usine de Sochaux », notent Stéphane Beaud et Michel Pialoux (p. 152). Les désaccords sur les définitions des termes remettent en cause l’opposition entre « copains » et « fayots ».

La quête du salut scolaire

17Par ailleurs, Stéphane Beaud et Michel Pialoux montrent que « l’allongement de la scolarité depuis quinze ans dans les milieux populaires entretient un rapport étroit avec la dévalorisation de la condition ouvrière » (p. 161). La mesure prise de l’insuffisance des CAP et BEP pour se protéger contre le chômage suscite la conscience de la nécessité d’avoir des « bagages » (bac, BTS) et de « pousser les enfants » aussi loin que possible. Mais la démocratisation de l’enseignement secondaire s’accompagne du brouillage des repères et des frontières : « Les parents ne sont plus sûrs de la valeur des verdicts prononcés par l’école » (p. 161).

La « désouvriérisation » de l’enseignement professionnel

18L’allongement de la scolarité et l’effet d’annonce des « 80 % d’une génération au bac » assurent l’emprise croissante du système d’enseignement général sur l’enseignement professionnel. Comment éviter la marginalisation des 20 % restants ? Les difficultés de recrutement ont incité les lycées professionnels, perçus comme « Erzatz des vraies expériences lycéennes » (p. 171), à la promotion de nouveaux secteurs et à la création des « bacs professionnels » (mais le fossé se creuse entre les exigences scolaires et les dispositions d’élèves « sous-sélectionnés »).

19Entre 1987 et 1991, la nouvelle hiérarchie des sections des LEP, le déclin de la « mécanique » et la valorisation de l’automatisation (les élèves d’origine immigrée sont concentrés dans les cursus dévalués) se matérialisent dans l’espace du lycée : les CAP et BEP sont installés dans l’atelier central, les « bacs pro » à la périphérie. « Le bac professionnel occupe aujourd’hui une position analogue à celle des “bons” CAP du début des années 1970 (débouchant sur des emplois d’ouvrier qualifié), à la différence essentielle qu’il n’est plus perçu comme une formation “ouvrière” » (p. 171).

20L’imposition du modèle du lycée général induit un sentiment de relégation et de dépréciation chez les élèves de LEP. Ainsi adoptent-ils les emblèmes des « vrais » lycéens (d’autant plus que leur fratrie est scolairement dispersée) et sont-ils réticents à se penser comme de futurs ouvriers. Le refus des bleus de travail « signifie le refus de se laisser enfermer dans cet habit d’ouvrier, le refus d’offrir au regard de l’autre cette identité sociale qu’ils perçoivent comme réductrice et surtout dévalorisante » (p. 172) : l’image ouvrière et virile est désormais aux antipodes de leur modèle d’identification lycéen. « La fierté que pouvait ressentir un ancien élève de devenir un “bon manuel”, d’entrer vraiment dans le monde de la “production”, semble être bel et bien disparue » (p. 173).

21Les élèves des LEP sont également distancés par les « vrais » lycéens sur les terrains de foot qu’ils dominaient autrefois. « Le contraste est frappant avec le contexte des années 1960-1970, où les rencontres sportives entre lycées offraient aux élèves de CET l’occasion de prendre leur revanche sur les lycéens dans les sports populaires (notamment en football où la domination des CET était écrasante), d’affirmer leur “virilité”, de prouver leur excellence sportive et corporelle », notent Stéphane Beaud et Michel Pialoux (p. 175). Ainsi la dépréciation de soi qu’impliquent les verdicts scolaires est-elle redoublée par une dévaluation jusque dans le rapport au corps et conduit-elle au refus de toute idée de compétition (ils sont des « zéros », des « nuls »).

22La création des « bacs pro » n’a pas suffi à enrayer le mouvement massif de poursuite d’études générales. L’orientation en bac professionnel, conséquence des difficultés rencontrées dans « l’abstraction », est, en effet, un « second choix » : d’où le mouvement croissant de désaffection vis-à-vis des LEP. En dépit du « freinage scolaire », les élèves de « bac pro » sont néanmoins l’aristocratie du LEP. « Le bac pro est le moyen de dépasser la seule perspective du SMIC et de se mettre à l’abri de l’insécurité désormais inhérente à la condition ouvrière » et l’école « se voit de plus en plus assigner la tâche de garantir une poursuite d’études paisible, sans charge ni contrainte, à des élèves dont le but, dorénavant avoué car devenu avouable, est de retarder le moment de l’entrée sur le marché du travail » (p. 184).

23Le stage en entreprise apparaît à la fois comme une expérience valorisée d’un apprentissage « sur le tas », un mode d’évaluation du parcours scolaire, un dispositif essentiel dans les échanges noués entre le LEP et les entreprises de la région pourvoyeuses de stages. Pour les professeurs, qui ont épousé le point de vue de la légitimité industrielle, il s’agit de rester à la pointe du progrès technique et organisationnel (dont le modèle japonais est la référence) et leurs élèves sont « les ambassadeurs du LEP » auprès des entreprises locales. « Les agents de l’institution scolaire [deviennent ainsi] les principaux avocats, voire les initiateurs du rapprochement opéré par l’école vers l’entreprise » (p. 192). La crainte du retard les incite à anticiper les transformations à venir. « Les éléments valorisés dans le comportement des élèves en stage sont la coopération, la polyvalence et surtout l’esprit d’initiative » (p. 190).

24Ainsi les classes de « bac pro » sont-elles les vecteurs de la nouvelle culture technicienne (i. e. la recherche constante de gains de productivité) en opposition ouverte avec la « culture ouvrière ». Le stagiaire apprend à respecter la hiérarchie et à tenir sa place dans l’entreprise. À travers les micro-conflits avec les opérateurs (alter ego de leurs propres pères), « c’est un peu du métier qui rentre », mais leur position en porte-à-faux entre la maîtrise ou les techniciens et les ouvriers de l’atelier renforce leur aversion par rapport au travail en usine. Stagiaires pleins de bonne volonté scolaire et professionnelle, « désouvriérisés », « les fils tuent le père », ouvrier à l’atelier. Le « passage de l’autre côté » est un « parricide social au sein même du groupe ouvrier » (p. 198).

Des parents désorientés

25L’orientation en LEP étant devenue le symbole visible de l’échec scolaire et de la relégation sociale, le choix des études longues s’impose aux parents ouvriers comme « la seule voie possible pour leurs enfants » (p. 205) : désormais, il faut « continuer », « aller le plus loin possible », « avoir des bagages », etc. « La prolongation des études n’est pas seulement une nécessité dictée par l’état du marché du travail, elle tend à devenir une sorte d’obligation morale » (p. 219) : il s’agit de « viser haut » pour arracher ses enfants à la condition ouvrière. Les parents ouvriers sont ainsi confrontés à la nécessité de faire l’apprentissage du métier de parent d’élève, alors que leur propre élimination du système d’enseignement et leur orientation précoce en CET étaient autrefois inscrites dans l’ordre des choses (p. 205). Leur apprentissage est d’autant plus difficile qu’ils sont déconcertés par le brouillage des classements scolaires, l’affaiblissement de l’autorité professorale, l’importation à l’école des « problèmes du quartier ». Leur vision de l’école s’ancre dans une représentation idéalisée d’un ordre scolaire ancien : or, le travail scolaire n’est plus le critère déterminant de l’évaluation des élèves, on passe « à l’ancienneté », les classements sont négociables et amendables. Les enfants d’immigrés, quels que soient leurs résultats scolaires, sont les plus réticents à leur orientation en LEP. Les aînés ayant « forcé le passage » dans « la voie normale », les cadets orientés en LEP éprouvent un sentiment de relégation sociale perçue comme raciste : « Dans les familles immigrées, la poursuite scolaire est la seule voie possible pour fuir l’usine et devenir “quelque chose” » (p. 228). La nécessité de ne pas effrayer les parents pour éviter la « débandade » entretient l’illusion collective d’une réussite scolaire au moindre coût et au moindre effort. En laissant faire, l’institution scolaire, contribue à mettre en cause les fondements essentiels de la croyance en l’école et insinue le doute sur la valeur scolaire des enfants. La progression dans le système scolaire s’effectue « à l’aveugle », par une succession de choix négatifs.

26Par ailleurs, la « dégradation » du quartier pose de nouveaux problèmes : maintien de l’ordre, parents « dépassés » et abdication de l’institution scolaire devant « la loi du plus fort ». Le collège apparaît comme un « sous-collège » pour un « sous-quartier ». Mais comment parler de la transformation du quartier en « quartier d’immigrés », du sentiment de dépossession sans être soupçonné de racisme ? Comment marquer ses distances avec les immigrés en préservant la coexistence ?

27« Dans le quartier comme à l’école, les attitudes ouvrières traditionnelles, “réalistes”, semblent “dépassées” alors que rien dans les conditions sociales d’existence des classes populaires ne semble pouvoir justifier un tel abandon », concluent Stéphane Beaud et Michel Pialoux (p. 233).

La fuite en avant

28L’entrée au lycée général, à la faveur des « 80 % au bac », permet d’échapper au lycée professionnel et au destin de travailleur manuel, mais il s’agit d’une entrée « par effraction ». La promotion collective est indissociable de l’inquiétude quant à la capacité d’occuper les positions correspondantes et de tensions entre parents et enfants nouées autour de la poursuite des études.

29Le recrutement social très hétérogène du lycée implique la confrontation d’habitus différents (antérieurement constitués dans les collèges et quartiers) et des rivalités symboliques dont l’enjeu implicite est la définition sociale du lycéen et l’imposition de la définition dominante. Les nouveaux lycéens dénoncent l’ostentation des enfants de « bourgeois » (leurs « super-fringues » et les « marques »), mais ils prennent aussi la mesure de leur manque d’aisance « naturelle » et de la disqualification de leurs manières d’être : « Le passage par le lycée s’apparente bien souvent à l’histoire d’une identification impossible avec un univers trop lointain » (p. 255). Par ailleurs, l’étiquetage « intello » risque de les couper des autres.

30L’ordre scolaire avive la conscience de leur infériorité scolaire, sociale, professionnelle : d’où une contestation diffuse des normes scolaires, du simple retrait à la désertion (absentéisme) en passant par « le freinage » et le ressentiment des « exclus de l’intérieur » contre la culture, le savoir et ceux qui l’incarnent. L’instrumentalisme scolaire (le « bachotage »), la tricherie, l’importation dans le système scolaire des attitudes et valeurs du quartier (sens de la solidarité et de l’entraide) s’étendent.

31La distance prise avec le milieu d’origine et l’adoption d’un style de vie lycéen multiplient les conflits entre l’ethos ouvrier des parents et l’ ethos lycéen des enfants. Le mépris affiché par les transfuges récents (« snobards », enfants d’ouvriers « retournés » par le lycée) à l’égard du travail manuel et des élèves de LEP témoigne de la distance qui s’est creusée par rapport aux parents et de la dévaluation de l’héritage familial. Ainsi les parents qui ont « poussé » leurs enfants se trouvent-ils confrontés à des enfants qui, refusant d’être « hérités par l’héritage » (professionnel, culturel, résidentiel), leur échappent. Le durcissement de la compétition scolaire contribue, en effet, à la dévalorisation par leurs propres enfants des valeurs des parents fondées sur le travail et l’effort, le goût de l’activité et du travail bien fait, le respect des égaux, l’entraide, l’apprentissage des moyens légaux pour « se défendre ». L’intensification de la compétition scolaire et l’ouverture de l’horizon social provoquent ainsi la rupture avec la culture ouvrière des parents (souvent dans le malentendu et la mauvaise foi).

32Les manifestations de 1994 contre le Contrat d’insertion professionnelle (CIP) témoignent de cette rupture. Le refus catégorique par la coordination lycéenne des propositions d’action commune faites par des délégués ouvriers de l’usine, la critique de la « politique », les réticences quasi inconscientes à côtoyer les « bleus de travail » et les « sans diplômes », les distances prises vis-à-vis des « casseurs » (« jeunes des quartiers » et chômeurs) marquent la rupture entre la génération des ouvriers et celle des lycéens, pour la plupart d’origine populaire, le refus de l’héritage par les héritiers. « Défiler aux côtés des ouvriers, c’est courir le risque d’être assimilés à eux, d’annuler la petite différence que, par toute leur trajectoire scolaire, ils se sont patiemment efforcés de construire et de fortifier. […] La manifestation syndicale opère comme le retour du refoulé ouvrier chez ces lycéens à demi acculturés à l’ordre scolaire : elle fait prendre conscience à la plupart d’entre eux que la condition ouvrière figure, qu’ils le veuillent ou non, parmi leurs horizons possibles » (p. 286-287).

La déstructuration du groupe ouvrier

Les contradictions d’un jeune moniteur

33La nouvelle perception des « fayots » – des gens « à qui on ne peut pas trop en vouloir » – est un indice symptomatique du réagencement des identités ouvrières. Le moniteur est un personnage clé dans les nouveaux ateliers, « à l’intersection des problèmes de commandement, des changements dans l’organisation du travail, des modalités selon lesquelles se reconstruisent les identités professionnelles » (p. 296). De 1989 à 1991, il est un « animateur » et un « entraîneur », en 1991-1992, il devient « pompier » et « bouche-trou ». Le sentiment d’être piégé se fait jour dans l’épreuve de la pénibilité du travail et la situation de porte-à-faux social entre un nécessaire « fayotage » (qu’implique la promotion dans l’atelier) et d’involontaires affinités avec les vieux OS de l’atelier, entre la condamnation moralisante des vieux et l’apitoiement sur leur usure au travail. Le moniteur incarne la déception d’une génération bernée par rapport à ses espoirs d’ascension professionnelle et consciente de la situation impossible des vieux OS : « Je préfère mourir en ne faisant rien que mourir chez Peugeot ».

34Mais l’écart culturel et social s’est creusé entre deux générations : à l’école, au sein des ateliers, dans le rapport à l’autorité, au corps, à la politique. Aux distances prises par les jeunes à l’égard des OS, dénégation vivante de ce qu’ils sont, répondent l’agressivité et le ressentiment des vieux. Dans les ateliers d’OS de la « génération dure », le rapport à la politique passait par les corps : « Les solidarités se construisaient dans les pratiques quotidiennes de travail qui engageaient profondément le corps » et la politisation « était intimement liée à la croyance que le groupe des ouvriers constituait une force sociale décisive, parce qu’il disposait justement de la “force de travail” » (p. 330). Or, la plupart des attitudes qui allaient de soi sont aujourd’hui remises en cause : « Les jeunes appartiennent, eux, à une génération constituée dans et par l’école, à qui l’école a donné un certain nombre de désirs et d’aspirations, à qui elle a quelquefois conféré un titre, un diplôme, à qui elle a donné surtout une autre apparence physique, une autre manière d’être, un autre timbre de voix, des manières nouvelles de s’exprimer et de se tenir, qui ont tendance à être perçues comme “précieuses”, “prétentieuses”, etc. » (p. 331).

La crise du militantisme ouvrier

35La crise des années 1980 est également une crise dans les rapports entre les délégués et leur « base » : « la relève n’est pas là », le groupe des militants de l’usine ne se reproduit plus.

36Le rapport à la politique des OS était construit sur la défense d’intérêts immédiats : salaire, temps de travail, primes, promotions, etc. La force des syndicats dépendait de la qualité des relations que les militants entretenaient avec les ouvriers. Elles étaient étroitement liées à la proximité sociale et à la sociabilité d’atelier : « Le propre de cette politisation ouvrière réside dans son enracinement au travail » (p. 335). La dignité, la défense d’un honneur social ouvrier, le souci de « donner du groupe une image fidèle et valorisante » (p. 338), étaient un enjeu central des luttes. La « sacralisation du collectif ouvrier » était associée à une vie sociale intense autour de « figures semi-charismatiques » (p. 341).

37Or les délégués sont pris à revers par de multiples transformations : le nouveau style de commandement est plus difficilement attaquable de front, la généralisation des flux tendus et la présence massive de l’électronique ont privé les militants des moyens de « contrer » les chefs (p. 346), la difficulté de régler les luttes de concurrence s’est accrue, la disparition des perspectives politiques tend à réduire le travail syndical à un rôle d’« assistante sociale ». Les anciens clivages se brouillent entre « peugeotistes » et « antipeugeotistes », entre OS et OP, entre agents de maîtrise et ouvriers, entre « copains » et « fayots » ; les « mouchards » rendent le groupe transparent aux yeux des chefs et « le spectacle du groupe désuni est l’emblème d’une défaite en acte, de la faillite d’une morale » (p. 350).

38La chute du mur de Berlin et l’effondrement du communisme à l’Est ont signifié la perte de références intellectuelles extérieures au monde des ouvriers, d’une identité « garantie » par le militantisme. La déstabilisation collective et la démoralisation individuelle incitent à la recherche d’une porte de sortie par la formation au risque de trahir les « copains » et « la crise du militantisme ouvrier à l’usine nourrit elle-même la fin de la croyance dans l’activité militante comme dévouement désintéressé » (p. 351).

39Le syndicalisme « repose sur les vieux militants OS, définitivement empêchés de “monter” » qui « ne parviennent pas à passer d’une vision du monde dominée par l’affrontement et la lutte à une vision pacifiée qui laisse entrevoir des intérêts communs entre l’entreprise et ses salariés » (p. 354). Or, cette posture traditionnelle des délégués, celle de la dénonciation, apparaît comme un « luxe de privilégiés » pour les intérimaires habitués à « faire avec » et n’est plus ajustée aux dispositions des jeunes. D’une part, la précarité implique un rétrécissement de l’horizon et la vie au jour le jour, une conversion obligée au réalisme économique et « les jeunes précaires, directement confrontés à la domination économique, ne disposent pas d’outils symboliques qui leur permettent de se penser comme groupe ou comme classe » (p. 358). D’autre part, la disparition de la « culture anti-école » (laminée par la poursuite généralisée de la scolarité dans l’enseignement général qui induit la naturalisation des hiérarchies sociales et du système des sanctions) implique aussi celle de la culture du défi, de la sensibilité à l’humiliation, d’un ressort contestataire autrefois réactivable à la moindre injustice.

40Le travail symbolique d’euphémisation de la condition ouvrière est ajusté aux aspirations des jeunes ouvriers qui se vivent comme « ouvriers de passage », si bien qu’« au cours des quinze dernières années, c’est l’idée même d’une avancée collective du groupe ouvrier qui s’est perdue. Avec elle, a disparu l’espoir politique d’un changement radical des rapports sociaux sur la base d’un modèle de type socialiste », concluent Stéphane Beaud et Michel Pialoux (p. 364).

Affaiblissement du groupe ouvrier et tensions racistes

41Comment rendre compte de l’attrait des thématiques du Front national (la « préférence nationale ») sur les milieux populaires dans un contexte de « vulnérabilité de masse » ? Étudiant les relations entre Français et immigrés (i. e. ceux qui, dans l’espace local, sont « visibilisés » comme étrangers) à l’intérieur et à l’extérieur de l’usine, Stéphane Beaud et Michel Pialoux montrent que « la cristallisation raciste en milieu populaire se fixe moins sur le comportement des parents immigrés à l’usine que sur celui de leurs enfants à l’extérieur » (p. 377) et oppose les parents « qui ont bossé » à la fainéantise et à l’irrespect des enfants.

42Les conflits se nouent autour du mode d’éducation des enfants et des adolescents qui « traînent » tard la nuit, font du bruit, « parlent mal » aux adultes. Pour les jeunes chômeurs, les stagiaires et les plus distancés dans la course scolaire (les moins rivés à la maison), le temps libre et le manque d’argent se conjuguent, en effet, pour leur faire vivre une grande partie de leur temps dans l’espace public, libre d’accès et gratuit (places, centres commerciaux, rues piétonnes, bibliothèque municipale, bus, etc.), si bien qu’« on ne voit qu’eux » dans le quartier et dans la ville (p. 388). D’où la concurrence dans les usages de l’espace public, les conflits de voisinage et de valeurs entre « jeunes d’origine immigrée » et « vieux Français », entre « outsiders » et « established ». Les jeunes sont perçus comme une menace pour toutes les familles respectables : menace physique (racket, bagarres, provocations, etc.) et menace sociale (modèle possible d’identification pour les enfants). Par ailleurs, la liberté accordée aux enfants correspond à un mode ancien d’éducation populaire : « L’investissement scolaire suppose, outre un certain nombre de conditions matérielles de travail (calme et espace), la clôture du groupe familial sur lui-même et la coupure par rapport à l’extérieur » (p. 387). La surreprésentation des enfants d’immigrés à l’ANPE ou à la Mission locale pour l’emploi les porte à croire qu’« il n’y en a que pour les Arabes ». Si les enfants sont « mal nourris » et « mal habillés », les parents sont accusés d’imprévoyance et de détournement de fonds publics au détriment des Français. Les dépenses jugées inutiles ou ostentatoires sont stigmatisées. Parce que, dans les familles immigrées, les bourses perçues par les lycéens sont considérées comme de l’argent de poche, les familles françaises se voient contraintes de s’aligner sur les immigrés.

43En définitive, « ce qui est en jeu à travers le vote FN des ouvriers, c’est la respectabilité de personnes qui ont travaillé dur toute une vie pour acquérir leur maison, bien élever leurs enfants, se construire une bonne réputation, etc. » (p. 398). Respectabilité menacée par le chômage, par le déclassement du lieu d’habitat, par la contestation diffuse de leur système de valeurs. Les déceptions suscitées par la gauche et les discours « moralisateurs » des élites ont développé un cynisme ouvrier à l’encontre des valeurs universalistes et républicaines, leur hostilité à la discrimination positive en faveur des immigrés. L’aggravation de la concurrence sociale et la peur de la déchéance provoquent des stratégies d’évitement résidentiel (achat d’un pavillon) et scolaire. « Plus que l’expression d’un racisme ouvrier, on peut considérer le vote ouvrier pour le FN comme une tentative ultime de différenciation et de revendication du droit à l’existence dans un contexte de déclassement structurel du groupe ouvrier » (p. 404).

Conclusion

44« Dévalorisation du travail ouvrier, affaiblissement de la résistance collective, affrontement des générations à l’usine et dans les familles, crise du militantisme syndical et politique, montée des tensions racistes sur fond de chômage de masse et de vulnérabilité croissante : un certain “groupe ouvrier” a vécu », concluent Stéphane Beaud et Michel Pialoux (p. 417). Sans céder à l’illusion rétrospective d’un « âge d’or ouvrier », force est, en effet, d’enregistrer la perte du capital politique accumulé, le déclin continu et accéléré du PCF, la disparition de l’espoir collectif d’un avenir meilleur, la diminution corrélative du sentiment d’appartenance à la classe, la dévaluation des ressources culturelles et symboliques qui permettaient de défendre le groupe, le désintérêt des intellectuels pour le groupe ouvrier, la dislocation d’une « société ouvrière » (associée au clivage « Eux » et « Nous », à la liberté accordée aux enfants, au réalisme scolaire, à la répartition traditionnelle des rôles dans le couple, etc.), bref la réduction du « groupe ouvrier » à un « groupe-objet », progressivement dépossédé de ses instruments de lutte, soumis à la désindustrialisation et à la perte de ses bastions traditionnels, confronté à l’informatisation de la production, à la chute de la demande de travail non qualifié, à la division géographique de l’espace ouvrier, à la différenciation sexuelle du groupe, etc.

45La nouvelle condition ouvrière est associée, d’une part, à une nouvelle division du travail liée à l’externalisation des activités à faible valeur ajoutée et à la généralisation des flux tendus, d’autre part, à de nouveaux critères de recrutement (« compétence », « adaptabilité », « réactivité », « potentiel »), au recours massif au travail précaire (intérim et CDD) et à de très vives luttes de concurrence entre jeunes (pour lesquels le travail est une aubaine et qui refusent de se projeter dans un avenir « ouvrier ») et vieux ouvriers, qui suscitent le découragement des militants.

46En dépit de l’augmentation des accidents du travail, de la dégradation des conditions de travail, de la stagnation des salaires, de la menace permanente de tomber du côté des « RMIstes » ou des « working poor », la question ouvrière est aujourd’hui occultée, déniée dans l’espace politique où dominent de nouvelles visions du monde social – « in »/«  out », « inclus »/« exclus », « Français »/« immigrés » – où les ouvriers (français) sont situés du côté des « privilégiés ».

47Citant Georges Navel – « Il y a une tristesse ouvrière dont on ne guérit que par la participation politique » –, Stéphane Beaud et Michel Pialoux s’interrogent sur l’avenir du militantisme ouvrier. Comment moderniser les anciennes manières de faire et de penser ? Les tentatives de mobilisation se heurtent à un double écueil : la critique systématique de la « modernité » (la crispation sur le passé provoque, en effet, la fuite des jeunes ouvriers) et le renoncement à toute possibilité d’entente entre générations. Renouer les fils entre les générations suppose de resserrer les relations avec des univers sociaux proches du monde ouvrier : employés, techniciens, animateurs socioculturels, etc. De ce point de vue, la question de la politisation des jeunes immigrés occupe, selon Stéphane Beaud et Michel Pialoux, une place centrale : « La question de la reproduction de la classe ouvrière est [en effet] pour des raisons morphologiques, étroitement liée à celle du devenir des enfants d’immigrés […] qui n’entendent pas vivre la vie d’“Arabes surexploités” qu’ont connue leurs parents » (p. 426).

48L’enquête de Stéphane Beaud et Michel Pialoux est exemplaire à bien des égards. Elle l’est, méthodologiquement, par le repérage et l’usage qu’elle fait de « cas exemplaires » et par une écriture sociologique qui économise le jargon théorique (les concepts y sont utilisés plus qu’exhibés). Elle l’est, politiquement, par l’intérêt des questions qu’elle pose et des réponses qu’elle suggère. Elle l’est enfin, théoriquement, par la pertinence des questions qu’elle soulève : celle de la résistance à la violence symbolique ou celle de la « conversion des habitus » et des « habitus clivés » (entre école et famille pour les jeunes scolarisés, entre « arabité » et « francité » pour les enfants d’immigrés).

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search