Version classiqueVersion mobile

Lire les sciences sociales. Volume 5/2004-2008

 | 
Gérard Mauger
, 
Louis Pinto

Classes populaires

Marie Cartier, Les facteurs et leurs tournées. Un service public au quotidien

Jean-Noël Retière

Note de l’éditeur

Marie Cartier, Les Facteurs et leurs tournées. Un service public au quotidien. Paris, Éditions La Découverte, 2003, présenté par Jean-Noël Retière

Texte intégral

1L’intitulé de l’ouvrage annonce fort judicieusement l’objet de la recherche. Le titre avertit d’emblée le lecteur que la profession de facteur, censément bien connue, ne saurait s’appréhender sociologiquement autrement qu’au pluriel et déliée de « la » tournée. Le sous-titre annonce une monographie assumée qui ne se dissimule pas derrière un titre ronflant (du genre « La Poste face aux défis du marché »), mais qui affiche au contraire le parti pris empirique d’une approche du service postal, au plus près donc de ses agents d’exécution. Lecture faite, l’étiquette correspond au contenu du flacon.

2Mais venons-en au livre lui-même. Outre une longue introduction qui en précise à la fois l’intention, les enjeux de connaissance et la posture de recherche, trois parties sont dédiées chacune à une génération de facteurs, recrutés respectivement pendant les Trente Glorieuses, durant la décennie d’entrée dans la crise (1974-1983) et au cours des vingt dernières années. Ces trois parties sont précédées d’un prologue qui arme l’ethnographie par une brève histoire de la Poste, saisie sous l’angle des changements juridiques et sociologiques qui ont affecté à la fois cette administration dans son ensemble et les facteurs en particulier au cours du dernier demi-siècle. Autrement dit, l’observation et l’entretien qui constituent les modes privilégiés d’investigation pour décrire le métier de facteur n’évincent pas l’histoire des métamorphoses structurelles de la Poste ni celle des inflexions du discours managérial. De façon plus générale, l’approche ethnographique proposée ici n’exclut pas l’attention aux mutations générales de la société française. En effet, les descriptions des conduites de facteurs et les récits recueillis auprès d’eux entre 1997 et 2002 sont fréquemment mis en rapport avec ces faits sociaux majeurs et datés que sont la détérioration de l’emploi, le chômage de masse, la casse symbolique de l’identité ouvrière, l’élévation du niveau de formation et le déclassement des diplômés.

3Précisons que ce travail participe d’un mouvement récent et encore relativement embryonnaire initié par des chercheurs pressés d’étudier les administrations publiques et les entreprises d’État non plus par le sommet, mais au contraire par le bas en focalisant l’attention sur le personnel subalterne. Aborder la sociologie de l’État sous cet angle exige une posture adoptée ici avec rigueur et lucidité : refuser, par exemple, autant que possible, les sollicitations de l’inspectrice dirigeant le bureau de poste où l’enquête est menée ; se lever de bonne heure pour débuter ses observations à l’heure d’embauche du facteur (6 heures), ce qui éprouve l’ethnologue mais présente aussi l’avantage d’épater les enquêtés et de s’attirer leur bienveillance !

4En plaçant, en outre, au cœur de l’analyse, non pas les mutations de l’organisation du travail et l’ainsi nommé « processus de modernisation », mais la position sociale et le rapport au travail des facteurs, l’étude de Marie Cartier propose une sociohistoire à triple échelle. L’échelle individuelle avec l’attention prêtée aux itinéraires biographiques, scolaires et sociaux ainsi qu’aux perceptions du métier de facteurs entrés dans la carrière dans trois configurations historiques de recrutement ; l’échelle propre au service de distribution du courrier ; l’échelle plus large des classes populaires qui, traditionnellement, constituaient le vivier de recrutement de ces petits fonctionnaires. Un regard croisé donc, depuis ces trois échelles, permet d’affiner la compréhension de ces transformations qui, comme la tertiarisation ou l’élévation du niveau de certification, concernent des segments très importants des classes populaires.

Changer les facteurs pour transformer La Poste

5L’ouvrage commence par un compte rendu d’observation du concours. Le choix d’une telle ouverture n’est pas anodin : il renseigne d’entrée sur les critères d’excellence prônés aujourd’hui par les cadres recruteurs de l’entreprise. La confiance en soi, la motivation, le souci de la qualité du service, l’inclination au respect des normes, le dynamisme, le sens commercial, le goût du contact, la souplesse sont autant de qualités fortement prisées, alors que toute « référence à La Poste comme une “entreprise publique”, ayant une mission de “service public”, ou comme un espace de “sécurité d’emploi”, par contraste avec les entreprises du secteur privé, dessert les candidats » (p. 5-6). L’interpellation des candidats ainsi que les appréciations suscitées par leurs prestations renvoient au cœur des luttes symboliques dont les représentations des missions de l’État sont l’enjeu. Ces jugements qui attestent la volonté d’insuffler un nouvel état d’esprit au travail cachent mal l’entreprise de sape, au nom de leur désuétude et de leur rigidité supposées, des propriétés (sécurité de l’emploi) et des valeurs (éthique du service public) que de malheureux prétendants condamnés à l’échec continuent d’attribuer à la Fonction publique.

  • 1 Un simple rappel du titre retenu par Fayol, en 1921, à qui avait été confiée une mission d’étude d (...)

6Comment en est-on arrivé là ? À la fin des années soixante, La Poste doit affronter la concurrence des banques dans le domaine des placements financiers et celle des entreprises pour le transport des imprimés publicitaires et des paquets. Les propositions de réforme se font pressantes. En 1967, le rapport Nora suggère de soumettre le service public aux mêmes impératifs de rentabilité que les entreprises privées en prétextant que le statut d’administration d’État des PTT ne permet pas de gérer efficacement des activités industrielles et marchandes1.

7Quoi qu’il en soit, en 1971, les comptes des secteurs respectivement rentables et déficitaires – les télécommunications et les Postes – sont séparés. Marie Cartier fait mention d’une mission confiée, en pleine ère pompidolienne, à un cabinet de consultants américains (Mac Kinsey) qui relève le défaut de rentabilité et préconise de nouvelles méthodes de gestion. Un an plus tard, une grève qui allait entrer dans les annales du mouvement social aux PTT dénonçait l’insuffisance des effectifs et l’accroissement considérable des auxiliaires : c’était en 1974 !

8L’entreprise connaît ces années-là la création de services commerciaux, la mécanisation du tri et de la comptabilité, la mise en place de formations psychologique et commerciale à l’intention des personnels de guichet. Mais aucune mesure particulière ne vise alors les facteurs. Leurs tâches paraissent immuables : préparer la tournée, distribuer à domicile et payer les mandats. La Poste leur accorde bien quelques gratifications en échange d’ouvertures de compte ou de placements mais ne pénalise pas les retours bredouilles. Jusqu’aux années quatre-vingt, l’incitation à l’action commerciale, n’offrant aucune contrepartie en termes d’avancement ou de rémunération, fait simplement appel à la mobilisation personnelle.

9Les quelques innovations qui surviennent (la motorisation d’une partie des tournées ; l’instauration du courrier individuel à distribution exceptionnelle ; le regroupement des boîtes aux lettres en bordure de route en zone rurale ; l’installation et la normalisation des boîtes aux lettres) n’induisent pas véritablement de bouleversements significatifs dans les conduites des agents. Les choses ne commencent à bouger qu’au milieu des années quatre-vingt avec l’installation d’un service commercial animé par des conseillers financiers dans chaque bureau de poste (1987), le recours à des séances de formation des facteurs à la « culture d’entreprise », l’instauration d’un entretien annuel et individuel d’évaluation des compétences, moins pour pénaliser que pour distinguer les meilleurs et rappeler les nouvelles normes. Mais, surtout, on introduit, en 1988, une épreuve orale au concours de facteur pour pouvoir repérer et valoriser les dispositions commerciales des candidats. C’est également le moment où l’on banalise la tenue, abolissant d’une certaine manière la distinction du facteur en uniforme dans l’espace public. Dans le même registre, on remplace, en 1993, l’ancien rituel du serment qui se prêtait au tribunal devant un juge d’instance par une prestation de serment devant les directeurs régionaux et départementaux. À défaut de pouvoir changer le métier à cause, notamment, de la résistance syndicale (75 % de syndiqués dont 45 % à la CGT entre 1950 et 1978), La Poste choisit résolument de changer ses facteurs. L’instauration de l’épreuve orale du concours s’inscrit dans la politique, longtemps incantatoire, d’une Direction bien décidée à transformer ces derniers en fantassins de l’offensive commerciale : la sélection devait permettre de recruter des profils susceptibles de s’engager sur le front du marché. L’enjeu crucial de cette procédure sélective explique l’attention que Marie Cartier lui accorde, mais plaide aussi en faveur de la problématique centrale du livre qui repose sur la ligne de partage que dessinent les générations de facteurs. Je cite : « Davantage qu’un “nouveau métier”, il s’agit là d’un dispositif de gestion qui contribue à dévaluer, aux yeux des nouvelles recrues, les valeurs et les traditions du métier, et à resserrer le contrôle professionnel sur les facteurs. Du temps de l’administration des PTT, l’exigence principale requise des facteurs était la moralité et d’importantes marges d’autonomie étaient tolérées dans l’organisation du métier, mais il en va autrement dans La Poste des années quatre-vingt-dix : c’est désormais l’esprit commercial et la mobilisation enthousiaste au service de La Poste qui semble faire le bon facteur » (p. 40).

10Pour fortifier le nouveau credo, l’entreprise met en place divers dispositifs dont l’entretien individuel annuel d’évaluation des agents. Ce dernier, même s’il ne faut point en exagérer l’impact, concourt au repérage et à l’encouragement des « bons éléments » et, surtout, à la fragilisation du critère de l’ancienneté consubstantiel (pour combien de temps ?) de la « socialisation administrative ». L’attention portée à cette socialisation comprise comme le processus d’acculturation aux gestes du métier, mais aussi aux dispositions réglementaires ainsi qu’aux procédures et à l’ambiance bureaucratique du bureau de poste constitue l’un des mérites de l’étude. L’acrimonie qu’inspirent aux anciens les promotions rapides de certains jeunes exprime la hantise de l’atteinte au privilège de l’ancienneté, longtemps perçu comme le moyen inoxydable de défense contre l’arbitraire du pouvoir discrétionnaire des chefs. Un destin commun, une culture partagée consolidée par les procédures « acquises » (au sens de droits conquis) de promotion et d’évaluation donnaient le sentiment d’exercer un « métier d’égaux ». Avec la perte de ce sentiment chez les anciens, ce sont fondamentalement les protections et les défenses contre les jugements dépréciant l’inculture scolaire et les manières d’être populaires qui volent en éclat. Voir distinguer et louer des jeunes pour leur courtoisie, leur souplesse, les distances qu’ils prennent avec les usages c’est, par contrecoup, être confronté à sa propre dévaluation. C’est pourquoi l’arrivée de recrues mieux certifiées (l’augmentation de la sélectivité des concours au cours des deux dernières décennies s’est d’abord soldée par l’arrivée des « facteurs bacheliers » en 1983, puis par celle des diplômés du supérieur en 1998 où 40 % des admis ont un niveau bac, 28 % un niveau supérieur au bac et seulement 32 % un niveau inférieur), promptes à profaner l’ancienneté au nom d’une religion du mérite comme raison ultime des rétributions, multiplie les risques de voir l’ambiance s’envenimer. C’est précisément ce qui advient au bureau de poste étudié par Marie Cartier où, précise-t-elle, « coexistent dans le métier de facteur des vieux (en 1998, 70 % avaient plus de dix ans d’ancienneté et souvent plus de vingt ans), qui sont principalement des hommes, scolarisés jusqu’au CEP, issus du monde ouvrier rural, et des jeunes plus diplômés, souvent enfants d’employés du privé comme du public, originaires de la France urbaine et comptant de nombreuses femmes ».

11En définitive, les changements de la profession tiendraient moins aux transformations effectives du travail qu’à la reconfiguration du collectif, moins à des considérations ergonomiques qu’à l’ambiance générée par la promiscuité tendanciellement houleuse entre ceux qui résistent à « l’esprit marketing », ceux qui s’y résignent et ceux qui en deviennent les zélateurs convaincus. Car s’il continue à distribuer le courrier sans se transformer nécessairement en vendeur de timbres et de placements financiers, le facteur opère désormais avec l’idée qu’il devrait le faire. Ce qui change tout en laissant planer constamment la menace de ne plus satisfaire, non pas au règlement comme naguère, mais à une norme désormais fixée comme idéal. C’est la raison pour laquelle les études qui ont pour unique objet la modernisation des services passent à côté du ressort central du changement qu’éclaire, à l’aide de confidences recueillies au domicile et d’observations glanées en tournée ou au bureau de poste, le regard porté sur les trajectoires et les dispositions d’agents confrontés aux exigences de la profession.

Un avant et un maintenant pour trois générations « historiques »

12Les enquêtés privilégiés dans l’exposition des histoires de vie n’ont pas vocation à devenir des idéaux types à proprement parler : il s’agit de personnes « réelles » saisies en chair et en mots. Néanmoins, par un effet de collection soutenu par une mise en exergue de leurs petites et grandes différences, elles finissent par endosser le rôle de figures incarnant, qui une génération de recrutement, qui une posture à l’égard de la profession. Le résultat n’est pas un inventaire à prétention exhaustive des profils de facteurs, mais le repérage de lignes de fractures majeures concernant les identités et les prises de position face aux contraintes du métier. Il importe d’ailleurs de souligner ce que l’identification de ces clivages doit à la posture de recherche, l’un des enseignements, et non des moindres, de cet ouvrage résidant autant dans la démarche que dans les conclusions. En prenant soin, en effet, de ne pas succomber à une définition étroite du métier comme le propose encore trop souvent une sociologie des professions exclusivement attentive aux tâches prescrites, l’auteur démontre, de manière irréfutable, l’impossibilité de comprendre le métier en oubliant celui ou celle qui l’exerce. Effectivement, il n’y a pas une seule manière d’exercer le métier de facteur non plus qu’une seule façon de vivre et de concevoir cet état. La génération (de recrutement) mais également l’itinéraire (origine sociale, socialisations scolaire et professionnelle antérieures et, le cas échéant, affiliations sociales et politiques), rendent compte de la pluralité des façons de vivre et d’accomplir son travail.

13Toutefois l’analyse méticuleuse des différences historiquement et socialement constituées à laquelle l’ouvrage doit son originalité et sa saveur ne perd jamais de vue les caractéristiques de la profession. Confusément identifiés auparavant comme fonctionnaires, les facteurs deviennent fonctionnaires d’État avec la loi de 1946. Dans la nomenclature de l’INSEE, ils appartiennent au bas de la hiérarchie sociale. Leur administration les range également dans les catégories les plus basses, juste au-dessus des agents chargés du nettoyage et du gardiennage : ce classement va de pair avec des rémunérations parmi les plus faibles des PTT. Prenant l’embauche vers six heures du matin, le facteur opère, sous la surveillance de chefs et en présence de collègues, le tri des lettres et mandats avant de partir en tournée. Ces tâches qui exigent manutentions, transports et ports de charges sont physiquement éprouvantes. À ces attributs peu ou mal connus du métier s’ajoute la sociabilité entretenue avec les résidents. D’où, en raison de la forte inscription territoriale de l’activité, l’enjeu majeur que représente depuis toujours une tournée qui, en langage indigène, « s’achète », faisant l’objet d’une offre et s’attribuant au choix en obéissant au privilège de l’ancienneté. Cet usage qui deviendra une procédure formalisée en 1945, offre sa marge d’autonomie au facteur. C’est-à-dire, aux plus anciens qui jouissent ainsi de la prérogative essentielle d’élire leur quartier et leurs usagers.

Les anciens : des classes populaires honorables

14Marie Cartier inclut dans les « classes populaires honorables » ceux qui, embauchés entre 1950 et 1960, sont partis en retraite dans les années quatre-vingt et quatre-vingt-dix. L’adoption de cette désignation inscrit l’auteur dans une filiation de travaux sur les classes populaires rétives à penser leurs pratiques et leurs représentations sous le seul angle de la soumission à la nécessité. La notion d’honorabilité s’est imposée ici pour rendre compte d’une vie entière hantée par la crainte de déchoir plus que tournée vers une quelconque aspiration à l’élévation sociale. Marie Cartier a su ici éviter un double écueil. Celui de l’ethnocentrisme, d’abord, qui risquait d’amener à lire les pratiques idéalisées – autrement dit les valeurs, que sont l’honnêteté et la probité, le goût de l’épargne – comme des manifestations d’obéissance mêlée de résignation (« chez nous, on n’a jamais fait de dettes ! », déclare l’épouse d’un facteur retraité enquêté à son domicile). Celui d’anachronisme ensuite, quand on apprend qu’en période de plein emploi et de faible attractivité du métier de facteur, celui-ci avait peu de chance d’être jalousé. Le rappel des taux très importants de démission de la SNCF et des PTT et des flux très importants du public vers le privé dans ces années cinquante et soixante est particulièrement bienvenu pour éviter tout contresens. Dès lors, comment expliquer que Louis, René, Lucien et Yvon que Marie Cartier fait parler au nom de cette génération aient fait carrière comme facteur ? La réponse est sans équivoque : La Poste permettait à ces enfants du peuple d’échapper à l’usine et aux champs. Cependant, loin d’autoriser une interprétation univoque de la mobilité en termes de parcours volontaires ou involontaires, ascendants ou descendants, les trajectoires sociales et professionnelles des hommes de cette génération sont marquées par leur ambivalence : « Elles consistent moins en un projet réfléchi et délibéré de sortie du milieu d’origine qu’en une bifurcation » (p. 76). Bien qu’il fasse partie des « pas riches », le facteur d’alors devient propriétaire, à l’instar d’un ouvrier français sur deux en 1980 (Verret 1979). Comme pour ce dernier, la rançon de l’accession passe par l’autoconstruction, la bricole, l’épargne mais renvoie aussi à ce pilier de l’ordre populaire qu’est la stabilité conjugale sur laquelle repose l’entente indispensable des conjoints, l’un et l’autre salarié (p. 92).

15Cependant, la rémunération, plus faible que dans le privé, et la sécurité de l’emploi, piètre avantage à l’époque, ne peuvent suffire à justifier le maintien dans la carrière, alors que les démissions massives trahissent la dévaluation du métier. Les raisons du maintien ? Marie Cartier les voit dans le travail lui-même et dans la représentation que s’en font des hommes qui en apprécient les avantages et déplorent les inconvénients à l’aune de leurs activités antérieures et de leur estimation du champ des possibles. Ces hommes souvent issus de milieux ruraux, habitués au grand air et au mouvement, se louent fréquemment d’un travail où ils jouissaient d’une grande autonomie et qui, surtout, leur permettait de « vivre dehors », de « voir des choses », de se trouver « au contact des gens ».

16L’identification au métier passe par l’opportunité qu’il offre de retrouver les atmosphères familières associées à la fréquentation régulière des lieux et à la connaissance rapprochée des gens. Mais de façon plus générale, « l’identification au métier repose sur la possibilité de réinvestir, dans ce travail de petit fonctionnaire, des goûts et des valeurs populaires ».

17L’attachement à l’« achat des tournées » à laquelle s’attaqueront en vain quelques administrateurs modernistes dans les années soixante s’explique par les satisfactions associées à cette familiarité d’un territoire où s’acquiert la réputation. L’estime ne naît localement qu’au prix de l’ancrage qui, favorisant la réitération des interactions quotidiennes, permet de « révéler » la personnalité. L’attachement à la tournée, garant de l’aptitude à faire (re) connaître la personnalité dissimulée sous l’uniforme, est d’autant plus intense que les facteurs sont dépourvus de ces titres et de ces ressources qui parlent d’eux-mêmes (l’argent, le prestige, l’aisance, etc.). Il est d’ailleurs significatif que les jeunes diplômés d’aujourd’hui appréhendent l’attribution d’une tournée : loin d’y associer comme les anciens une indépendance gagnée, une notoriété et des gratifications assurées, ils n’y voient que routine et monotonie.

18L’inscription territoriale comme clé de l’estime se vérifie concrètement dans la pratique des calendriers. Variante du pourboire, cet usage, ni clandestin ni réglementaire, installe l’échange dans les modalités du don contre-don : « Il s’agit du paiement d’un travail de sociabilité qui ne correspond pas au contenu du travail proprement dit, mais à la manière de l’exercer. » Dans le souvenir de ces hommes aujourd’hui retraités, cette tradition du calendrier, parfaitement légitime, n’en était pas moins, à leurs yeux, ambivalente. Intéressante financièrement, beaucoup assimilait ce démarchage à une « corvée ». Néanmoins, le bon accueil qui pouvait leur être réservé en témoignage de reconnaissance contribuait à dissiper cette impression et à rassurer quant à leur mission de service public. L’ambition de servir qui les animait et qui les poussait non seulement à distribuer le courrier, mais aussi, tout au long de la tournée, à témoigner une attention bienveillante aux résidents, sous les formes les plus diverses (petits coups de main, médiation informelle, conversation rassérénante, etc.), trouvait sa récompense dans l’achat du calendrier. Conscient d’être un vecteur de lien social, le facteur se complaisait à cultiver ces « liens faibles ».

19Un point encore, concernant ces anciens qui restent convaincus que leurs sociabilités et leurs histoires les rangent objectivement et affectivement parmi les classes populaires. L’attachement à leur tournée ne résulte pas nécessairement d’un attrait pour le confinement et l’entre-soi, mais peut se concilier harmonieusement avec la possibilité de « s’ouvrir » sur d’autres milieux sociaux. Il reste que le plaisir éprouvé à connaître des usagers perçus comme mieux dotés qu’eux socialement et culturellement a souvent pour corollaire le souci d’éviter les quartiers les plus stigmatisés et paupérisés. Les facteurs appartenant à cette génération des classes populaires honorables font aussi partie du peuple « respectable » tel que l’ont défini Hoggart puis Elias : un peuple susceptible de se révéler respectueux de l’ordre social et des réputations qui le fondent. Bon nombre d’annotations permettent de ne plus s’en étonner après que Marie Cartier en a indiqué le ressort : la conquête de la dignité.

Des intermédiaires sociaux, également passeurs entre générations

20La tentation était grande, sans doute, de confondre cette génération recrutée dans la décennie soixante-dix avec celle qui la précède tant elle donne l’impression d’avoir perpétué, à quelques nuances près, la définition du métier partagée par les anciens. Elle entre cependant à La Poste à un moment où s’accroissent les risques de chômage : avec la sécurité de l’emploi, elle accède à un métier plus enviable, revalorisé et sensiblement mieux rémunéré. Mais au-delà de ces données structurelles, d’autres caractéristiques contribuent à donner consistance à cette deuxième génération de facteurs.

21Le sexe d’abord : les recrutements de ces années-là signent la fin de l’hégémonie masculine. Ces femmes factrices affichent, en outre, un rapport à la culture qui contraste fortement avec celui de leurs collègues recrutés avant elles. Les pratiques d’autodidaxie auxquelles certaines s’adonnent ainsi que le sentiment de frustration scolaire qu’elles expriment majoritairement sont des comportements inédits dans un bureau de poste. Le soin méticuleux que certaines mettent à choisir les calendriers selon des critères esthétiques est, bien sûr, à mettre au compte de ces investissements dans les choses de la culture. Leur bonne volonté culturelle mais également les formes de sociabilité qu’elles déploient, dans leurs tournées, avec les habitants conduisent à les distinguer de leurs prédécesseurs.

22Endurant la pénibilité du métier, ces factrices s’emploient à l’exercer en portant haut leur mission de « service public ». Elles ne dédaignent pas, à l’instar des anciens, de se plier aux contraintes de la relation rapprochée avec les usagers, mais, contrairement à eux, elles ne rechignent pas à endosser un rôle « social » en assistant les plus démunis : c’est pourquoi Marie Cartier désigne leur génération comme étant celle des « intermédiaires sociaux ». Agir au nom de convictions en phase avec l’idée qu’elles se font de l’éthique du métier conserve, à leurs yeux, tout son sens : elles utilisent plus souvent la notion de « service public » pour parler de leur travail que les facteurs des années cinquante et soixante qui considéraient que le statut de fonctionnaire et la mission allaient de soi. Elles entrent effectivement dans le métier au moment même où la mise en avant de l’action commerciale malmène la logique de « service public ». Quoi qu’il en soit, elles ont « davantage que leurs collègues masculins, entrés dans le métier “par hasard”, […] les ressources culturelles et la conscience discursive qui leur permettent de mettre en mots et en actes une définition plus idéologique du métier de facteur » (p. 232).

23Mais sans doute fallait-il être sensible, au-delà de l’appartenance sexuée, à des différences dans les modes de vie et dans l’implication auprès des usagers (une stabilité conjugale moins assurée, des formes d’engagement dans la société civile, humanitaires notamment, une propension à assister socialement les usagers, un sentiment de déficit culturel et une envie de combler des manques en la matière, etc.) pour créer cette catégorie et lui attribuer une place charnière dans l’histoire du recrutement. La consistance de cette deuxième génération pourrait être contestée alléguant que cette catégorie est plutôt née du hasard des rencontres avec des personnalités singulières que d’un inventaire raisonné des différences. La critique conduirait à gommer la dimension heuristique de la spécification d’un profil dont la présence au sein des bureaux de postes peut avoir eu pour effet d’accompagner les anciens vers la sortie tout en favorisant l’arrivée des « collègues aux études longues ». Intermédiaires sociaux, on les imagine aussi en position d’interface entre les vieux et les jeunes, jouant aux « passeurs », ou plutôt aux « passeuses » ménageant une transition en quelque sorte dans le processus qui relègue dans le passé l’identification du métier de facteur à la classe ouvrière.

Une troisième génération : « les nouveaux facteurs »

24Rassemblant tous les « nouveaux facteurs » dans une ultime génération, Marie Cartier s’affronte à l’énigme que posent à la sociologie contemporaine en butte aux reconfigurations de l’espace social ceux qu’Olivier Schwartz (Schwartz 1998) a appelé les « déclassés aux études longues ». C’est à tort qu’on lui reprocherait de ranger dans une même catégorie ceux qui affichent la plus faible ancienneté dès lors qu’ils ont en commun d’être les élus d’une sélection accrue. Mais si l’accès à un emploi d’exécution a de fortes chances de s’accompagner d’aspirations contrariées, elles ne débouchent pas nécessairement sur une rancœur partagée contrariant l’investissement dans le métier. Chez ces facteurs plus diplômés que leurs aînés, l’hétérogénéité des postures auxquelles les passés scolaires et les origines sociales confèrent tout leur sens est manifeste. Leurs différences empruntent à plusieurs registres : le degré de frustration et de déception sociale, les conduites professionnelles proprement dites (relations avec les usagers, notamment), l’aptitude à la résistance aux chefs, l’ostracisme plus ou moins voilé à l’égard des anciens, l’adhésion à l’éthique du « service public », le rapport à la mobilisation collective, notamment syndicale, etc. À partir de ces critères, Marie Cartier décrit les attitudes variées de ses enquêtés sans omettre de les indexer à l’écologie sociale de « leurs » tournées dans une ville où la population (50 000 habitants) multipliée par trois en trente ans connaît une forte ségrégation entre les quartiers centraux et la périphérie urbaine-rurale, d’un côté, et, de l’autre, les quartiers plus récents, l’habitat HLM ou pavillonnaire marqués par la présence hégémonique des classes populaires, une sur-représentation de résidents étrangers, un taux de chômage élevé et une réputation de « quartier sensible ». Bref, un contexte idéal pour réfléchir aux pratiques et aux représentations du métier. Le constat s’impose : les tournées « ville », recherchées et conservées, sont des tournées de fin de carrière alors que les tournées des quartiers HLM sont abandonnées aux débutants qui vivent cette « relégation postale » avec plus ou moins de ressentiment et/ou de résolution politique. Ce constat pourrait servir à lui seul d’indicateur des enjeux associés aux modalités de la présence des services publics dans des zones où résident massivement des populations vulnérabilisées par la pauvreté et des manières dont les agents de la Fonction publique y répondent, s’y soustraient ou « vont au charbon » en fonction de ressources propres et au nom de principes légitimes mais déconsidérés par une Direction qui les juge de plus en plus obsolètes. À la Poste comme dans les salles de classe, les comportements professionnels cessent d’être sociologiquement réductibles à des explications simples.

Conclusion : une ethnographie ouverte

25Avant de clore cette présentation, il faut dire un mot de la langue de Marie Cartier. Ce texte révèle une maîtrise des enjeux sans avoir recours à l’arsenal des concepts accessibles aux seuls spécialistes, voire aux seuls disciples de telle ou telle secte sociologique. Comme tout livre où l’apport « théorique » reste caché, celui-ci pose un défi redoutable à l’auteur d’un compte rendu tant la récolte ethnographique y est abondante. Si abondante que certains aspects peuvent apparaître insuffisamment exploités. Ainsi de la prégnance du statut juridique de l’emploi sur les comportements et les identités professionnels. Le statut (de la Fonction publique) constitue le socle d’une indépendance au travail que n’épuisent pas l’autonomie ou le sentiment d’autonomie qu’éprouve le facteur qui conduit sa tournée sans avoir de chef sur le dos et/ou agissant plus ou moins à sa guise avec les « usagers-clients ». Cette indépendance, généralement mésestimée par la sociologie, est consubstantielle au statut qui fixe, par voie réglementaire, des devoirs au facteur mais lui confère aussi des prérogatives : ainsi a-t-il le droit d’être triste ou jovial (ce n’est pas le cas de l’employé des pompes funèbres qui, comme le dit Alain Supiot, doit avoir la tête de l’emploi – Supiot 1994), d’être froid et distant ou aimable (ce n’est pas le cas des caissières de supermarché). Bref, beaucoup de secteurs professionnels connaissent de plus en plus ces qualifications « savoir-être » plus ou moins avouables, plus ou moins légales, qui définissent l’« employabilité » et n’entrent pas encore dans la définition du bon facteur. Nombre d’attitudes adoptées (le respect zélé du règlement, par exemple, en guise de résistance aux normes nouvelles de la part de facteurs rebelles), irréductibles à des traits de personnalité, deviendraient inconcevables dans le cadre d’un contrat de travail classique et devraient sans doute être reliées à la « culture de l’emploi garanti » léguée par les anciens et présente dans une sorte d’inconscient collectif des facteurs. Pour combien de temps encore ? La contractualisation accélérée soutenue par le processus de déréglementation fait évidemment craindre le pire.

26Dans le cas du service (public) postal, l’usager a des droits mais un pouvoir de réclamation limité : l’usager n’est pas roi… Or, qu’expriment parfois ces « nouveaux facteurs » qui se plaignent ou craignent de devenir des « larbins », sinon le sentiment d’une confusion entre service et servitude, lorsque l’usager menace de franchir la ligne séparant l’acceptable de l’inadmissible ? N’est-ce pas grâce aux dispositions statutaires que le facteur conserve encore la conscience de cette ligne en même temps que la capacité de s’opposer aux exigences perçues comme indues ? Toute porte à le croire sachant que les anciens ne connaissaient pas cette hantise de la servitude à une époque où, précisément, la légitimité du statut et des valeurs consubstantielles au « service public » restait incontestable et incontestée. Analyser un « service public au quotidien », comme l’a fait Marie Cartier, en prenant appui sur les générations de recrutement livre plusieurs clés de compréhension de ce qui se joue, aujourd’hui, à La Poste et au-delà. N’est-ce pas là le mérite d’une monographie réussie que d’avoir fait oublier au lecteur le terrain de l’enquête en guidant sa réflexion sur d’autres scènes ?

Bibliographie

Références bibliographiques

Schwartz, Olivier. 1998. La Notion de « classes populaires ». Mémoire d’habilitation à diriger des recherches en sociologie, université de Versailles-Saint-Quentin.

Supiot, Alain. 1994. Critique du droit du travail. Paris, PUF.

Verret, Michel. 1979. L’Espace ouvrier. Paris, Armand Colin.

Notes

1 Un simple rappel du titre retenu par Fayol, en 1921, à qui avait été confiée une mission d’étude du service public postal – « L’incapacité industrielle de l’État : les PTT » – trahit l’immuabilité de l’argumentaire sur lequel bon nombre des détracteurs du service public fondent depuis des lustres leur réquisitoire.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search