Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Lire les sciences sociales. Volume 5/2004-2008

 | 
Gérard Mauger
, 
Louis Pinto

Classes populaires

Florence Weber, L’honneur des jardiniers. Les Potagers dans la France du xxe siècle

Susanna Magri

Note de l’éditeur

Florence Weber, L’Honneur des jardiniers. Les Potagers dans la France du XXe siècle. Paris, Éditions Belin (socio-histoires), 1998, présenté par Susanna Magri

Texte intégral

1Le titre de l’ouvrage, L’Honneur des jardiniers, condense la focale et l’objectif de l’analyse de Florence Weber : elle a pour objet une pratique, le jardinage populaire et plus précisément la culture potagère « propre », où la dignité personnelle du jardinier – son honneur – est en jeu :

Le jardinage populaire, potager propre, apparaît comme une invention originale de la France du XXe siècle, liée à l’émergence d’une classe ouvrière respectable dont les hommes cultivent en même temps leurs légumes et leur dignité personnelle, offrant les produits de leur jardin pour défendre leur honneur de jardiniers (p. 20).

2Le sous-titre précise l’ampleur de l’investigation : un siècle, ce qui permet de prendre la mesure du foisonnement d’images et de pratiques – à la fois savantes, politiques, indigènes – et d’étudier leur succession et les modalités diverses de leur rencontre au cours de la période.

3Je reconstituerai d’abord les moments clés de cette histoire en suivant l’ordre chronologique et en soulignant les principaux aspects de la démarche de l’auteur. Je m’arrêterai ensuite sur les points saillants de l’analyse et ses apports.

L’histoire du jardinage : politiques et pratiques populaires

4Au début du XXe siècle, les « jardins ouvriers » naissent d’une double impulsion : celle de la Ligue de l’abbé Lemire, institution réformatrice d’obédience libérale, qui crée un potager pour les citadins, et celle du patronat industriel qui, à Valenciennes, suscite à l’adresse de ses ouvriers la création d’une Société d’horticulture. Dans les deux cas la promotion du jardin n’est pas disjointe de celle de la maison d’habitation : la Ligue de l’abbé Lemire est partie intégrante du mouvement en faveur des habitations à bon marché et, en particulier, de l’HBM en accession à la propriété ; quant aux industriels du Nord, ils logent souvent leurs ouvriers et quand ils offrent des maisonnettes, comme dans les corons, ils les dotent d’un petit jardin. Or ces entreprises philanthropiques n’inventent rien : loin d’imposer le jardinage à des ouvriers qui l’auraient ignoré, elles s’appuient sur une pratique diffuse dans les centres industriels et miniers comme dans les villes. C’est précisément cette rencontre que dévoile et analyse le livre de Florence Weber.

5La Seconde Guerre mondiale introduit une coupure dans l’histoire du jardinage. La guerre transforme cette pratique, en la vouant à pallier la pénurie alimentaire. L’encouragement qu’elle reçoit des pouvoirs publics dans la poursuite de cet objectif trouve un prolongement dans l’après-guerre : le jardinage s’inscrit alors dans le cadre de la politique alimentaire de l’État dont le développement induit des changements dans les institutions patronales et philanthropiques. En leur imposant la forme d’associations relevant de la loi de 1901, la loi du 26 juillet 1952 favorise leur prise en main par les jardiniers. Ainsi la Société de Valenciennes quitte définitivement l’orbite des politiques patronales pour fédérer les jardiniers pavillonnaires et s’implanter sur l’ensemble du territoire national. La Ligue, elle, ne change pas de nature, mais cesse de promouvoir l’accession à la propriété de la maison – dont la diffusion est désormais l’affaire de l’État – au profit du potager, qui change de nom et affirme sa forme « propre » : devenu « jardin familial », il doit se démarquer du « bidonville » par son ordre et sa propreté, marques identitaires qui vont le rapprocher de l’« espace vert ». Le « jardin familial » est codifié par la loi de 1952 qui, en le définissant comme « parcelle de terre exploitée pour subvenir aux besoins du foyer, à l’exclusion de tout usage commercial », le verse du côté de la production agricole et l’inscrit dans une politique visant l’amélioration de l’état nutritionnel de la population. Florence Weber montre alors comment, en relation avec les transformations de l’agriculture, cette politique affecte les catégories d’appréhension de la pratique du jardinage, en économie et en statistique : les critères de définition de cette pratique sont – et resteront pour longtemps, en particulier dans les enquêtes de l’insee sur les « modes de vie » – ceux de la Comptabilité nationale, qui la réduisent à une activité vouée à l’autoconsommation alimentaire.

6Pourtant, les années 1970 marquent un nouveau tournant, l’argument alimentaire cessant dès lors d’être prépondérant. Renvoyant aux travaux de Françoise Dubost, Florence Weber rappelle que le jardinage prend alors place dans la politique de l’environnement, le jardin étant perçu, dans ce cadre, comme un « patrimoine ». Il s’inscrit aussi dans la politique du logement fondée sur la critique de l’urbanisme des années 1960 : la nature y est créditée du pouvoir d’« humaniser » des grandes cités d’habitation. Dans ce cadre, il deviendra, vingt ans plus tard, un équipement social et une composante esthétique du paysage urbain, tenu à ce double titre pour un élément important de la « qualité de la ville ». Enfin, la crise économique de la fin du siècle le réinscrit dans une politique assistancielle, le jardinage étant conçu et pratiqué comme un outil de « réinsertion sociale ».

7Cette restitution chronologique trahirait toutefois le propos de l’auteur si je n’ajoutais pas que l’ensemble des arguments, mesures, catégories d’analyse dont le jardinage a fait l’objet de la part des institutions privées et publiques, est confronté au fil des étapes aux pratiques des jardiniers – les mesures politiques à leurs façons de faire, les catégories savantes à leurs modes de calcul, les normes aux formes de leur autorégulation. Cette confrontation met en évidence tantôt la convergence, tantôt la divergence des logiques de la pratique, clé de la compréhension des pratiques elles-mêmes, à commencer par celles de jardiniers. C’est donc bien d’une rencontre – réussie ou manquée – dont il s’agit dans ce livre : dans cette optique, la question qu’il pose est celle de la part d’autonomie et de domination qui régit le jardinage populaire. Une rencontre analysée, en particulier sous l’angle de la « visite de jardin ».

8L’analyse de cette visite permet à l’ethnographe de saisir l’un des enjeux, généralement passé sous silence, du jardinage pour le jardinier : le plaisir de montrer son ouvrage dont la beauté est indissociable de sa personne et de susciter une approbation rétrocédée sous la forme de l’estime de soi. On est bien, nous dit Florence Weber, dans une relation de don et contre-don, même si elle reste dissymétrique : le visiteur, par sa présence, honore le jardinier ; mais celui-ci honore le visiteur et s’honore lui-même, par l’offrande du spectacle de son jardin et des plus beaux produits de celui-ci.

9Mais l’enquête ethnographique ne se déroule pas toujours in situ : s’agissant du passé, elle ne dispose que de documents dont le contenu est largement issu des représentations de ceux qui écrivent et qui appartiennent invariablement aux institutions où les jardiniers sont en position dominée. Pour se déprendre de ces représentations, l’ethnographe procède de deux manières. D’une part, elle développe une sociologie des producteurs de ces textes – par une étude des cadres des institutions réformatrices et de la hiérarchie qui régit les relations entre dirigeants et responsables locaux. D’autre part, elle entreprend, au présent, plusieurs enquêtes de terrain dont les données sont confrontées ensuite aux documents. La démarche conduit à une critique des catégories statistiques relatives au jardinage, à l’analyse de la dissymétrie de la relation entre les nouveaux visiteurs que sont les journalistes aujourd’hui et les jardiniers, ou encore au constat de la convergence entre deux logiques d’action pourtant différentes, celle de la Ligue et celle des jardiniers affiliés, quand l’une prône et les autres pratiquent le « jardin propre ».

L’espace des pratiques du jardinage : un monde clivé

10Florence Weber conjugue l’analyse des politiques et celle des pratiques du jardinage. Je voudrais insister sur les résultats à mes yeux les plus saillants de cette démarche et, éventuellement, les discuter, en considérant d’abord les politiques, puis les pratiques du jardinage.

Politiques

11Selon l’auteur, la Seconde Guerre mondiale introduit une rupture dans les politiques relatives au jardinage. Mais celle-ci est toute relative, car à côté des orientations nouvelles, une continuité subsiste. Or, pour la repérer, il faut changer d’échelle et descendre au niveau du terrain ethnographique, dans les organisations locales.

  • 1 Il est ici intéressant de noter que les pourfendeurs du goût pour le pavillon au cours des années (...)

12D’un côté, on peut ainsi constater que, dans le droit fil de la création de la Sécurité sociale, la loi de 1952 sur les « jardins ouvriers » tourne la page de la bienfaisance en transformant les institutions philanthropiques et patronales en associations de jardiniers régies par la loi de 1901. De fait, le succès de la Société d’horticulture de Valenciennes repose d’abord sur son autonomisation par rapport au patronat : conquise dès avant la guerre, elle explique l’explosion des effectifs, les adhérents passant de quatre mille en 1913 à sept cent mille en 1939. Mais il repose aussi sur l’aspiration à cultiver un jardin à laquelle la Société répond et qu’elle contribue à diffuser dans une classe ouvrière urbaine, virile et largement communiste, comme en atteste la forte corrélation, enregistrée par l’enquête de l’INED de 1945, entre la préférence massive pour la maison individuelle et la possibilité qu’elle offre de disposer d’un jardin : cette motivation concerne 60 % de l’ensemble des enquêtés et 67 % des ouvriers, ces chiffres étant plus élevés chez les hommes que chez les femmes, le Nord venant en tête des régions françaises1.

13D’un autre côté, le recul de la bienfaisance n’efface pas les rapports de domination au sein des associations de jardiniers. Florence Weber le constate en considérant, dans la Ligue fondée par l’abbé Lemire, les relations entre responsables nationaux et responsables locaux et, sur le terrain, entre présidents des jardins et jardiniers. Ainsi, enquêtant à Ivry sur ce qui reste à la fin des années 1980 des « jardins ouvriers » de la première moitié du siècle, elle relève que leur président, médecin affilié à la droite catholique, fait sienne l’ancienne conception du jardin comme œuvre de bienfaisance, prenant le contre-pied des jardiniers, ouvriers communistes jaloux de leur indépendance. Or, conclut l’auteur, si cette opposition se résout dans une coexistence sans heurts majeurs, c’est que les jardiniers aussi reproduisent le passé : ils restent attachés à l’ancienne pratique du jardinage tournée vers la production maraîchère et l’élevage de lapins, que rend possible l’attachement du président aux figures du jardin d’avant la guerre. Sur des modes différents, ils résistent donc aux injonctions de la direction nationale de la Ligue qui veut faire des « jardins ouvriers », désormais dénommés « familiaux », des « espaces verts » exemplaires.

14La continuité dans les politiques du jardinage se réalise aussi, selon l’auteur, quand le jardin est à nouveau « rabattu du côté de l’assistance » : outil de gestion de la sortie du Revenu minimum d’insertion. On peut discuter l’interprétation que Florence Weber propose ici des débuts de cette politique. Comme elle le montre en analysant la doctrine de la Ligue et les visites des jardins qu’elle organise au début du XXe siècle (chap. I), cette action était certes conçue et pratiquée comme une philanthropie – associée à un rapport de domination entre bienfaiteurs et récipiendaires –, mais elle ne se confondait pas pour autant avec l’assistance. Tout comme les promoteurs de la politique des Habitations à bon marché dont il avait rejoint le mouvement, tenant le jardin pour un premier pas vers la propriété de la maison individuelle, l’abbé Lemire n’adressait pas son « Œuvre » aux indigents : le jardin comme l’hbm étaient destinés aux ouvriers « prévoyants », en mesure de payer un loyer ou un crédit d’accession à la propriété, fussent-ils modérés. Ce que confirme, du reste, le fait que les jardiniers de la Ligue offraient volontiers leurs produits aux assistés. Le basculement du côté de l’assistance serait donc, en fait, propre à la fin du XXe siècle. Comme tel, il viendrait s’inscrire dans la hiérarchie des modes de jardinage qui ressort de l’analyse des pratiques de jardinage, libres ou encadrées, des années 1980 et 1990.

Pratiques

15Au terme de l’enquête sur archives concernant le jardinage promu par la Ligue au cours de la première moitié du XXe siècle, Florence Weber formule l’hypothèse que les objectifs des réformateurs et bienfaiteurs rencontraient les dispositions des ouvriers « respectables » – ce qui en explique le succès. Des dispositions dont témoigne l’affirmation de leur statut social que ces ouvriers cherchent à réaliser en cultivant d’abord le jardin de la Ligue, puis celui dont ils acquièrent la propriété avec la maisonnette qui l’accompagne. Or, comment confirmer cette hypothèse en l’absence de sources issues des jardiniers eux-mêmes ? L’ethnographe propose ici un déplacement dans le temps : si l’enquête sur la période récente est impuissante à fournir une validation pour le passé, au moins permet-elle de saisir les logiques de la Ligue et des jardiniers, par une observation directe de leurs pratiques.

16L’auteur mène donc deux enquêtes embrassant la décennie 1985-1995, l’objet de l’une étant défini sur la base des résultats de l’autre. La première est menée par questionnaire soumis aux adhérents de la Société de Valenciennes. Ce qui la motive, c’est principalement l’analyse critique que l’ethnographe entend faire des statistiques de l’insee et de la théorie économique qui les accompagnent, concernant la culture potagère. Dans cette perspective, elle confronte la logique sous-jacente aux statistiques à celle des « calculs indigènes » – ceux des jardiniers eux-mêmes. Les résultats sont probants : d’un côté, l’enquête de terrain porte au jour la diversité des pratiques de jardinage et l’hétérogénéité des jardiniers, permettant ainsi de situer les pratiques populaires dans l’espace des pratiques de jardinage ; de l’autre, elle identifie la coexistence fréquente de l’autoconsommation alimentaire et de l’agrément, à l’encontre des statistiques officielles – en particulier celles fondées sur l’enquête « modes de vie » de l’insee – qui rabattent le jardinage, soit du côté de l’une, soit du côté de l’autre.

17Florence Weber définit ainsi trois catégories de pratiques qui correspondent à autant de positions différentes des jardins dans l’espace géographique français et à autant de « logiques » de jardinages différentes. La première regroupe les jardins cultivés en vue de l’autoconsommation annuelle : ils sont le fait des bas revenus – agriculteurs et ouvriers agricoles, ouvriers ayant un atelier de production alimentaire –, sont éloignés de la maison et permettent une large production de légumes et l’élevage d’animaux de basse-cour. La seconde catégorie réunit les jardins ne produisant des légumes que pour une autoconsommation occasionnelle : ce sont les potagers de villégiature des cadres moyens et supérieurs, mais aussi d’ouvriers qui disposent d’une résidence secondaire au pays d’origine, souvent futur domicile lors de la retraite et, dans ce cas, le jardin est le descendant de la « tonnelle » d’avant la guerre. Dans la troisième catégorie sont rangés les jardins destinés à l’autoconsommation saisonnière : contrairement aux précédents où la culture n’occupe qu’un quart du jardin, ici culture et agrément sont à part égale : c’est le « potager propre » des ouvriers issus d’ouvriers, un potager de façade, conçu pour attirer l’œil, celui par excellence où se cultive l’estime de soi ; son modèle d’origine est le jardin à la française avec ses allées sablées, ses parterres bien délimités, sans foisonnement végétal – l’envers du jardin de villégiature aristocratique à l’anglaise.

18Une fois identifié, le dernier type de jardin devient objet d’une enquête de terrain. Celle-ci porte sur trois sites différents (Avallon, Montbard, Nemours) : chacun présente une situation particulière, mais les trois voient se confronter, du fait de leurs proximité spatiale, jardiniers « saisonniers » et jardiniers « pauvres », « alimentaires », « mangeurs », souvent destinataires d’une politique d’assistance. Au terme de l’investigation, l’ethnographe peut parvenir à cette conclusion, qui s’applique aux trois sites : les adeptes du « jardin propre » sont guidés par une logique d’affirmation statutaire, ils partagent un système de valeurs où dominent la morale du travail et le goût de la propreté. On comprend dès lors le succès que la Ligue enregistre auprès de ce genre de jardiniers : il y a bien rencontre entre des normes et des dispositions à les faire siennes, quand ces normes ne sont pas inventées de concert, comme souvent au cours des années 1985-1995.

19En définitive, l’analyse de Florence Weber débouche moins sur la mise en évidence d’une hiérarchisation sociale de l’espace de jardinage que sur celle de la double rupture qui le caractérise. Un clivage profond sépare, d’un côté, une esthétique de la production propre aux ouvriers d’une esthétique de la contemplation propre aux cadres moyens et supérieurs, de l’autre, au sein du monde ouvrier lui-même, les « statutaires » adeptes du « jardin propre » des « alimentaires » socialement démunis, les premiers regardant les seconds comme des « établis » regardent des « outsiders ». Ici l’imposition des normes ne descend pas du haut vers le bas, elle est horizontale et collective : elle réalise la schismogenèse complémentaire et symétrique de Bateson : la première est attestée par l’orientation accentuée des uns vers la « propreté » de leur jardin et des autres vers le laisser-aller et la provocation ; la seconde, par le renchérissement des « bons » jardiniers sur la « bonne » tenue des jardins : « le potager propre – conclut sociologiquement l’auteur – s’affirme grâce à une différenciation, une hiérarchisation entre types de jardins, c’est-à-dire entre jardiniers : la qualification des uns n’a de sens que par la disqualification des autres » (p. 242).

20On pourrait ajouter que les dons que ces « statutaires » font aux assistés, en 1913 comme en 1990, entrent dans la même dynamique, le destinataire du don rehaussant le donateur, jardinier qui défend avec son honneur son statut social.

Bibliographie

Références bibliographiques

Susanna Magri. 1991. « Des ouvriers aux “citoyens modestes”. Naissance d’une catégorie : les bénéficiaires des Habitations à bon marché au tournant du XXe siècle », dans Genèses, 5 : 35-54.

Notes

1 Il est ici intéressant de noter que les pourfendeurs du goût pour le pavillon au cours des années 1950 et 1960 se gardaient de relever cette motivation pourtant explicitée par cette enquête si souvent citée.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540