Version classiqueVersion mobile

Lire les sciences sociales. Volume 5/2004-2008

 | 
Gérard Mauger
, 
Louis Pinto

Classes populaires

Patrick Champagne, L’héritage refusé. Crise de la reproduction sociale de la paysannerie française

Marie-France Garcia-Parpet

Note de l’éditeur

Patrick Champagne, L’Héritage refusé. Crise de la reproduction sociale de la paysannerie française. Paris, Éditions du Seuil, Collection « Points », 2002, présenté par Marie-France Garcia-Parpet

Texte intégral

1Que faut-il pour hériter ? Il ne suffit pas d’avoir un patrimoine à transmettre à la génération suivante, encore faut-il que les éventuels héritiers l’acceptent et aient été socialisés dans cette perspective. Ce sont les mécanismes sociaux de transmission d’un héritage matériel et symbolique entre les générations qui constituent l’objet de l’ouvrage de Patrick Champagne. Sans négliger les facteurs économiques et politiques qui ont contribué aux transformations de la paysannerie, l’auteur analyse l’importance des représentations du monde social dans ce processus. Constitué d’un ensemble d’articles publiés entre 1975 et 1985, l’ouvrage porte sur les transformations techniques et sociales intervenues dans deux régions assez similaires, la Bresse bourguignonne (1982-1985) et la Mayenne (1972-1978), régions de polyculture et d’élevage. Les « petites exploitations » y ont connu une double crise de reproduction : leur petite production marchande s’est vue marginalisée en raison de la généralisation des méthodes de production intensive et la plupart des familles agricoles, peinant à trouver un successeur parmi leurs enfants, ont connu une crise de reproduction sociale. À une situation d’agriculture dite « traditionnelle », où les enfants des agriculteurs souhaitaient rester à la ferme et la quittaient à contrecœur pour devenir des salariés en ville, succède une situation où les agriculteurs ne parviennent plus à convaincre un seul de leurs enfants de reprendre la ferme familiale. Alors que les recherches mettent généralement l’accent sur les problèmes économiques de la reproduction de la paysannerie, l’auteur montre, notamment à partir d’une enquête réalisée auprès de jeunes élèves de l’enseignement secondaire, que le refus de succession est avant tout le refus du mode de vie des parents (absence de week-end et de vacances, horaires, revenus faibles et irréguliers). Les stratégies de reproduction sociale sont analysées à partir de trois perspectives : le conflit de générations dans les familles (entre jeunes agriculteurs et vieux paysans), le processus de démoralisation qui travaille le monde agricole (la reproduction de l’identité) et les représentations du métier d’agriculteur chez les enfants issus de ces familles.

2L’intérêt de ce travail est triple. Analysant la crise de la reproduction sociale de la paysannerie traditionnelle, il permet de saisir une des conditions de la réussite de toute reproduction sociale. Partant de la restructuration de l’espace villageois, il développe une critique des monographies villageoises. Les paysans étant progressivement exposés au regard d’autres groupes sociaux, la croyance en la valeur de la position à reproduire s’effrite, un sentiment d’indignité s’installe.

La démoralisation

  • 1 Bourdieu, Pierre. 2002. Le Bal des célibataires. Paris, Éditions du Seuil. Partant de la crise du (...)

3Comme dans Le Bal des célibataires de Pierre Bourdieu1 (Bourdieu 2002), l’ouvrage commence par des travaux ethnographiques sur les paysans à la plage : ils permettent d’emblée de décentrer l’analyse, en déplaçant l’accent des seuls phénomènes de domination économique vers la domination symbolique. L’auteur montre que si le monde paysan est atteint par une crise de reproduction sociale qui se traduit par une crise de succession, c’est en grande partie parce que le regard que les paysans et surtout les fils de paysans portent sur eux-mêmes est de plus en plus affecté par celui des autres groupes sociaux. Patrick Champagne met ainsi en évidence le décalage entre les « pratiques de la plage » (la manière d’occuper le temps ou celle de s’habiller, l’hexis corporelle, le bronzage inégal) d’autres classes sociales et la méconnaissance chez les paysans des pratiques de « vacancier ». L’hétérogénéité des groupes sociaux en présence impose la comparaison entre les classes et crée une situation propre à susciter un sentiment de honte culturelle chez les paysans peu familiarisés avec les techniques dominantes d’utilisation de la plage importées par les classes moyennes et avec les techniques corporelles qui lui sont liées.

4Quant aux changements survenus dans la vie du groupe, ils apparaissent notamment dans l’évolution des fêtes locales qui constituaient un moment fort. « L’assemblée communale », institution sociale qui regroupait presque exclusivement les habitants de la commune, devient progressivement une « fête communale », qui a lieu pendant les vacances. Devenue un spectacle, elle élimine les valeurs paysannes au profit des valeurs urbaines : des professionnels y organisent des distractions (majorettes, coureurs « de l’extérieur », etc.). C’est la négation de la fête ancienne où l’animation était produite par et pour le groupe villageois et selon son calendrier agraire. L’entre-soi ne se reconstitue que le lundi, pour une autre fête où la population locale participe plus intensément et se distrait. C’est l’occasion de retrouver les rites d’inversion confiant le pouvoir aux femmes et un rôle ridicule aux représentants de l’autorité. Enfin, apparaît la « fête à l’ancienne », fête communale d’un style nouveau où les agriculteurs jouent leur propre rôle et donnent à voir l’agriculture d’autrefois : processus de folklorisation de la condition paysanne où s’exprime le souci citadin du maintien des traditions, comble de la domination où les individus sont transformés de leur vivant en objets de musée.

Méthode monographique et analyse structurale

5L’auteur met en question l’utilisation traditionnelle de la monographie pour étudier ces microsociétés ou « collectivités locales » relativement autonomes que constituent les groupes villageois. Mettant en évidence l’écart entre l’espace matériel et l’espace construit (constitué par les champs de relations objectives partiellement indépendants de la localisation spatiale des individus), il montre combien l’autonomisation du village comme objet de recherche est problématique. Se borner à utiliser la monographie traditionnelle, c’est considérer la collectivité locale comme un champ clos de pouvoir et mettre entre parenthèses les processus de domination. Cette approche isole des collections d’individus concrets plus que des systèmes construits de relations et suppose que les populations situées sur un territoire géographique déterminé constituent un groupe.

6Aux notions préconstruites de « village » ou de « communauté rurale », Patrick Champagne substitue celle d’espace villageois comme projection dans l’espace géographique de l’intersection des champs de relations des populations résidant dans un lieu donné : l’espace social est un espace abstrait reconstruit par l’analyse qui permet de construire l’espace villageois comme cas particulier des relations entre les groupes sociaux. Loin de s’opposer à la méthode statistique, l’auteur montre qu’elle permet de faire surgir des difficultés pratiques de délimitation qui sont élucidées par la méthode ethnographique, car elle oblige à découper et à isoler des populations qui ne sont pas nécessairement délimitées de façon tranchée. Il tente de substituer à ce découpage réaliste une approche de type structural qui prend comme objet les systèmes de relations et les relations entre ces différents systèmes et tient compte de l’instabilité du rapport que les individus entretiennent avec le territoire, des changements dans la composition de la population du village.

7L’agriculture traditionnelle se caractérisait par la cohérence du groupe et par sa faible intégration au marché. La terre était le seul bien qui avait une valeur dans l’univers paysan et les individus demeurant dans le même village bien que différenciés par le capital foncier et par le cheptel constituaient des communautés d’intérêt fondées sur le principe de réciprocité durable et intense entre voisins et partageaient une même façon de vivre. Or, le groupe villageois a été peu à peu déstructuré par les interactions quotidiennes établies avec d’autres catégories de la population qui ont peu à peu changé la perception de l’espace social. En milieu rural, la population agricole active a régressé alors que croissait la population liée à l’enseignement, aux banques et au secteur administratif. La diffusion de l’automobile qui permet de s’affranchir des contraintes spatiales a favorisé une diversification des espaces pratiques, séparant territoire et population. La population villageoise ne vit plus aussi totalement à l’intérieur de la commune et un certain nombre d’étrangers s’y rendent régulièrement ou occasionnellement : les migrants contribuent à miner de l’intérieur les valeurs propres au groupe par des comparaisons blessantes des styles de vie. À cet égard, l’auteur souligne la difficulté de cerner la question des migrations : le recensement des populations migrantes est, en effet, plus juridique que réel ; des individus installés dans une commune voisine sont liés à la population communale par des liens de parenté et de voisinage. La mécanisation a réduit les besoins d’entraide et ceux qui subsistent ne sont plus limités au groupe villageois. Les actions de vulgarisation agricole (notamment par les ingénieurs agronomes) et le Crédit agricole ont renforcé l’opposition entre paysans traditionnels et agriculteurs modernes.

8L’extension de la scolarisation a entamé le monopole des familles dans la socialisation de leurs enfants : les enfants de paysans sont désormais scolarisés par des institutions extérieures au groupe villageois. La scolarité obligatoire jusqu’à 16 ans, la multiplication des collèges d’enseignement général, la création de lycées agricoles et le ramassage scolaire ont dévalué le capital foncier, les enfants pouvant prétendre grâce à leur capital scolaire à une position en ville qu’ils perçoivent comme au moins équivalente à celle d’agriculteur.

9Les interactions quotidiennes des paysans avec les autres catégories de la population et avec la population qui a quitté le village modifient les relations qu’ils établissent à l’intérieur du village. Les conflits entre générations opposent deux manières de vivre et de travailler à l’intérieur du village. On peut y observer des stratégies d’évitement analogues à celles qui se déploient entre les membres des différentes classes sociales résidant dans les grands ensembles urbains.

10En définitive, le groupe villageois n’enveloppe plus ses membres aussi totalement et continûment que par le passé et on peut observer une dépendance croissante à l’égard d’agents extérieurs au village : l’unification économique et symbolique des marchés a modifié la structure de ces groupes à base locale. Compte tenu de la distance culturelle qui sépare le vieux paysan « traditionnel » et routinier du jeune agriculteur « moderne » vivant à la campagne comme un citadin, le village ne peut plus être considéré comme un groupe. La crise est vécue principalement comme une crise d’identité sociale, les paysans recevant de l’extérieur la définition de ce qu’ils doivent être avec toutes les contradictions qu’implique une telle situation.

Le vieillissement

11À partir de l’observation d’un paradoxe – la multiplication inattendue des clubs du troisième âge si l’on songe à la représentation par les folkloristes du vieux paysan comme « souverain moral de la maisonnée » – Patrick Champagne montre que leur développement n’est qu’un symptôme secondaire d’une transformation plus générale de l’économie des échanges entre les générations et des changements survenus dans les successions. On constate, en effet, un dépérissement de l’autorité parentale qui ne peut se comprendre indépendamment de la transformation du système des institutions qui encadrent la paysannerie et leurs enfants, et renvoie au système des relations entre les paysans et les autres groupes sociaux.

12Autrefois, les parents incitaient les enfants en surnombre à partir et ce départ était vécu comme une exclusion. « Reprendre l’exploitation » était une valeur dominante du groupe. Désormais, ils ont peur qu’il n’y ait aucun enfant pour reprendre l’exploitation. Le capital scolaire permet aux enfants d’accéder à une position perçue comme équivalente à la ville et le métier d’agriculteur est devenu pour les enfants un métier parmi d’autres. La politique agricole a disqualifié des fractions entières du milieu paysan : stigmatisées comme non rentables, elles ne méritent pas d’être reproduites. En Mayenne notamment, la crise de la succession a pris une forme aiguë. Les enfants ne respectent plus l’avis des parents et exercent des « chantages au départ » : ils imposent leurs conditions de reprise de l’exploitation, exigent le versement d’un salaire, la modernisation des installations et une reprise plus précoce de l’exploitation.

13Antérieurement, la cession de l’exploitation s’opérait moins brutalement, par la transmission d’une partie de l’exploitation ou le rachat d’une autre exploitation qui était en quelque sorte une assurance vieillesse (le groupe exerçait alors un contrôle plus serré sur le marché matrimonial). Désormais, les paysans se sentent vieux plus tôt car leurs enfants les « poussent » plus tôt qu’auparavant vers la sortie. La vieillesse advient par les enfants qui, pour devenir chefs d’exploitation, doivent obtenir le retrait, au moins partiel, des parents. Leur aide n’est plus essentielle : les prêts nécessaires à une installation devenue très coûteuse sont obtenus auprès du Crédit agricole et non plus auprès de la famille. La spécialisation et la mécanisation ont entraîné une individualisation des travaux. L’élevage, plus répandu, est plus individuel. L’entraide des nouveaux agriculteurs est intercommunale et sporadique. Les paysans se sentent rejetés par leurs enfants : même lorsqu’ils font tout pour qu’ils restent sur l’exploitation. Les clubs ne sont acceptés que pour atténuer le désarroi qui accompagne la déculturation intensive et accélérée dont les paysans font l’objet : ils tendent à légitimer un déclassement en ayant l’air de le sublimer.

14Parmi les enfants qui reprennent l’exploitation de leurs parents, on peut observer deux situations très contrastées. D’abord, ceux qui restent parce que la modernisation réalisée par leurs parents leur permet d’échapper à l’image négative de la profession : le plus souvent dotés d’une exploitation importante, ayant suivi des études pour une gestion qui implique la fréquentation des organisations professionnelles, ils trouvent un moyen de valoriser leur capital foncier. À l’inverse, restent aussi ceux qui ne peuvent trouver mieux, victimes de l’échec scolaire qui les empêche de prétendre à d’autres emplois que ceux d’ouvriers ou de la contrainte familiale (tel un benjamin qui doit aider les parents dans une ferme peu mécanisée). Ce genre de reprise de l’exploitation inquiète ceux qui en ont l’initiative, car les aides nécessaires à sa bonne marche selon les exigences d’une agriculture spécialisée tournée vers le marché ne sont allouées qu’aux exploitations considérées comme viables par les organisations professionnelles et par l’État : aides à l’installation qui agissent souvent plus sur le moral des agriculteurs que sur la gestion de leur entreprise, souligne l’auteur. Mais la majeure partie des familles paysannes n’encourage pas leurs enfants à prendre leur succession. La situation est paradoxale dans la mesure où une enquête menée auprès des chefs d’exploitation montre que les agriculteurs vivent mieux que leurs parents. Mais, comparée à d’autres groupes sociaux, la perception de la situation est tout autre : pas question de transmettre à ses enfants la condition de « péquenots ». En somme, on peut comparer la situation des paysans à celle des nations qui, se croyant dépourvues d’avenir, incitent leurs ressortissants à l’émigration. Le livre de Patrick Champagne illustre ce que peut être une analyse de la reproduction sociale : elle suppose d’appréhender les structures économiques, mais aussi les structures mentales car il n’y a pas de reproduction sans la croyance dans la valeur du groupe à reproduire et dans l’avenir du groupe. Derrière les « mutations » évoquées par les discours modernisateurs, l’auteur met en évidence la diversité des formes du désir de durer : depuis le renoncement et l’exode, jusqu’à la reconversion sur place.

Notes

1 Bourdieu, Pierre. 2002. Le Bal des célibataires. Paris, Éditions du Seuil. Partant de la crise du célibat, cet ouvrage montre comment la domination symbolique qui s’exerce à la faveur de l’unification du marché matrimonial a joué un rôle déterminant dans la crise de reproduction de la famille et de l’économie paysanne.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search