Version classiqueVersion mobile

Lire les sciences sociales. Volume 5/2004-2008

 | 
Gérard Mauger
, 
Louis Pinto

Classes populaires

Gérard Noiriel, Les ouvriers dans la société française xixe - xxe siècle

Cédric Lomba

Note de l’éditeur

Gérard Noiriel, Les Ouvriers dans la société française XIXe-XXe siècle. Paris, Éditions du Seuil, 2002 [1986], présenté par Cédric Lomba

Texte intégral

  • 1 L’ouvrage est traduit en anglais en 1990 (Workers in French Society in the 19 th and 20 th Centuri (...)

1Le livre de Gérard Noiriel est devenu un classique de l’historiographie du monde populaire et ouvrier, régulièrement cité par les historiens et par les sociologues du travail. Selon la presse spécialisée, plus de 25 000 exemplaires ont été vendus depuis sa première publication en français en 1986 (une préface inédite est intégrée à l’édition de 2002)1. La rédaction de cet ouvrage s’inscrit dans un contexte difficile pour le monde ouvrier : deux crises majeures, au milieu des années 1970 et au début des années 1980, ont conduit à des plans de restructuration sans précédent dans de grands secteurs industriels (notamment dans la sidérurgie, le secteur textile et automobile). Par ailleurs, le changement d’orientation politique de 1983 et l’affaiblissement du Parti communiste contribuent à évacuer la catégorie « ouvrière » des préoccupations sociales et politiques. Enfin, les années 1980 voient la catégorie ouvrière progressivement délaissée par la sociologie du travail au profit de l’étude des entreprises et des organisations.

2Ce livre retrace en 300 pages denses l’histoire du groupe ouvrier en France depuis le début du XIXe siècle à partir d’un ensemble d’enquêtes historiques et sociologiques regroupées dans une précieuse bibliographie thématique de plus de 400 références et sur la base d’une connaissance intime du monde ouvrier. La rédaction de cet ouvrage est parallèle à l’enquête menée par Gérard Noiriel sur l’histoire du monde ouvrier de la sidérurgie et des mines du Pays-Haut lorrain (Noiriel 1984). En outre, cette connaissance historique se double d’une connaissance personnelle du monde ouvrier. Son origine sociale populaire (mère brodeuse puis domestique ; père OS puis « opérateur radio ») l’ont contraint à occuper des emplois ouvriers pour financer ses études (Noiriel 2003). Cette connaissance « de l’intérieur » du monde ouvrier passe aussi par un engagement militant à la périphérie du parti communiste (Association pour la Préservation et l’Étude du Patrimoine du bassin de Longwy – APEP – et la radio Cœur de Lorraine) où, au début des années 1980, il côtoie le monde ouvrier en lutte pour la sauvegarde de la sidérurgie. Gérard Noiriel rompt son engagement au PC au début des années 1980, Les Ouvriers dans la société française s’inscrit explicitement dans une démarche militante : « la meilleure aide que l’on pouvait apporter aux dominés ne consistait pas à parler à leur place […], il fallait s’efforcer d’exposer la logique de leurs pratiques sociales pour tenter de l’expliquer à ceux qui ne la comprennent pas parce qu’ils ne la vivent pas » (p. IV).

3Si cet ouvrage est une synthèse, ce n’est pas un manuel. Gérard Noiriel inscrit son travail dans le sillage de la new social history, cette histoire qui, à la fin des années 1970, place « les individus et leurs activités au centre de ses analyses, sans pour autant ignorer la question du “making”, c’est-à-dire des modes de regroupement permettant à des individus dominés et atomisés d’exister collectivement dans l’espace public » (p. X). En s’inscrivant dans le cadre national sur une longue durée, Gérard Noiriel s’écarte des perspectives « micro » (p. IX), mais en privilégiant une anthropologie historique, il s’écarte également d’une histoire structurale qui définissait la classe à partir des seuls critères économiques. S’inspirant des enquêtes d’Edward P. Thompson sur la formation de la classe ouvrière anglaise (Thompson 1988), l’ouvrage étudie les valeurs collectives et les luttes partagées qui cimentent le groupe (p. 44) : la classe n’est donc pas définie a priori, il s’agit d’en saisir les processus de formation ou de dissolution. Contrairement au cas anglais, l’hypothèse forte, rappelée dans la préface de 2002, affirme que la société française connaît un « déficit chronique d’ouvriérisation » (p. VI-VII). Cette unification tardive et incomplète de la classe ouvrière ne lui a pas permis d’affronter les changements du capitalisme durant les années 1980. C’est cette histoire que l’ouvrage retrace.

La « prolétarisation inachevée » (1800-1880)

4Pour appréhender le monde ouvrier du XIXe siècle, on dispose de nombreuses sources (p. 11). À cette époque, l’industrialisation de la France, orientée vers l’industrie textile, est lente, incomparable à celle que connaît l’Angleterre. En 1880 en France, un actif sur deux travaille dans le secteur agricole. En ce sens, on peut parler de « prolétarisation inachevée » (p. 13). Si les analyses quantitatives du monde ouvrier sont difficiles en raison du manque de fiabilité des statistiques et surtout du décalage entre les catégories de l’époque et les catégories actuelles (ainsi, la distinction entre « ouvrier » et « petit patron » reste-t-elle floue), il semble néanmoins que la majorité des ouvriers (43 % de la population active en 1881) soit des ouvriers agricoles. On relève également la présence massive dans le groupe ouvrier de femmes (un tiers dans la population active et près de 30 % dans l’industrie, à commencer par le travail mécanisé et déqualifié), d’enfants (dans la grande industrie) et d’étrangers (surtout des frontaliers dans l’artisanat et l’industrie).

5Contrairement aux idées reçues, Gérard Noiriel insiste sur le fait que la condition du prolétariat du premier XIXe siècle n’est pas aussi misérable que celle que lui attribuait la tradition du catholicisme social et qu’on lui attribue parfois encore aujourd’hui. Cette tradition occultait l’hétérogénéité du monde ouvrier et focalisait l’attention sur le prolétariat industriel écrasé par la mécanisation du travail et l’urbanisation incontrôlée et soumis à des conditions de vie, de travail et d’emploi précaires. Comme Michelet le soulignait déjà (p. 30), il ne s’agit pas de nier la misère du prolétariat industriel mais d’en nuancer le tableau en comparant les conditions du travail à domicile à celles de l’usine et en relevant les pratiques de détournement dans les manufactures. Très hétérogène, le monde ouvrier est caractérisé par une forte mobilité, saisonnière ou temporaire et une grande polyvalence des activités exercées pour faire face aux aléas : le travail en manufacture n’est souvent alors qu’un complément pour les paysans ou pour les femmes avant le mariage.

6Au cours de la période suivante, Gérard Noiriel insiste sur ce qu’il appelle « le grand paradoxe », c’est-à-dire la résistance des classes populaires à l’industrialisation ou à la remise en cause d’un modèle associé aux petites entreprises. Cet attachement à l’ordre ancien renvoie à la préservation de l’autonomie des savoir-faire et à la lutte contre les aléas conjoncturels (chômage, maladie, vieillesse) qui contraignent à changer fréquemment d’activité et à exercer plusieurs métiers durant l’année. L’exemple des taupiers de la région de Falaise en Normandie illustre cette mobilité (p. 50) : passant six mois de l’année de la Haute-Normandie jusqu’en Île-de-France et en Picardie pour débusquer les taupes et les rats, ces métiers de spécialistes leur permettent une certaine aisance. Mais, avoir un « métier » est parfois une garantie contre la pluriactivité. Qu’il s’agisse d’artisanat urbain ou de spécialistes de la grande industrie (comme les verriers ou les mineurs), ces métiers sont caractérisés par une forte hiérarchie interne, et un long apprentissage par les anciens qui permet le contrôle, voire la clôture, de la profession. Toutefois, le métier n’est pas incompatible avec la mobilité géographique : stratégie de contrôle du marché du travail national, elle permet d’organiser la rareté. Les verriers, par exemple, se déplacent dans toute la France pour réparer les fours : ce sont des « ouvriers nomades » (p. 59).

7Jusqu’à la fin du Second Empire, la césure ville-campagne oppose deux mondes du travail qui restent dominés par la production agricole et, pour les classes populaires, le travail industriel apparaît probablement comme une modalité du travail rural (p. 49). Jusqu’en 1880, l’enracinement rural des classes populaires persiste paradoxalement en France. Cette résistance fait en définitive les affaires du patronat qui bénéficie ainsi d’une main-d’œuvre flexible, dispersée, à bas salaire. En cas de retournement de conjoncture, ces ouvriers-paysans retournent à leurs champs. Sans avoir à mettre en place le contrôle hiérarchisé de la grande usine, le patronat s’appuie sur un prolétariat divisé et encadré, dans le monde rural, par un système de patronage serré. Il y a, néanmoins, un revers à la médaille pour le patronat de la grande industrie : difficultés de recrutement dans les secteurs les plus pénibles comme dans les mines de charbon, déficit d’implication d’une main d’œuvre exténuée par les doubles journées de travail et importance du turn-over (plus du dixième de l’effectif quotidien à l’Arsenal de Toulon, par exemple) (p. 68).

L’unification de la classe ouvrière (1880-1930)

8La fin du XIXe siècle est marquée par un double phénomène qui contribue à unifier la classe ouvrière : d’une part, la grande industrie rassemble sur de vastes sites des effectifs croissants d’ouvriers urbains et stabilisés, d’autre part, l’essor d’un mouvement ouvrier contribue à définir un horizon commun. La grande dépression de 1880-1890, liée à la crise agricole et à l’apparition de nouveaux marchés concurrentiels, remet en cause le modèle de la polyvalence et de la mobilité. Peu à peu, le patronat et une partie des classes dominantes imposent le modèle libéral de la grande entreprise en stabilisant la main-d’œuvre, notamment en mettant en place des carrières ouvrières associées à l’ancienneté et à la hiérarchie. Contrairement à la période précédente, la main-d’œuvre de la grande industrie devient excédentaire : le patronat peut ainsi se séparer de la main-d’œuvre mobile, en stabilisant la main-d’œuvre dans les cités ouvrières urbaines (p. 87-90). Cette transformation majeure bouleverse la situation de la femme : « de paysanne qu’elle était, celle-ci doit, tout en gardant […] certaines dispositions pour cultiver son jardin, se transformer en femme d’ouvrier » (p. 91) s’occupant de l’intégralité du travail domestique. Si les salaires restent bas, ils sont compensés par la sécurité de l’emploi, une caisse de retraite et des services médicaux gratuits.

9Les changements techniques liés à l’électricité, au moteur à explosion, etc., permettent une réorganisation du processus de travail. Les entreprises passent d’une production en petite série à une production de masse : ainsi la Fabrique à Lyon remplace-t-elle, après la crise de 1877, la production de belles étoffes dédiées à une clientèle de luxe par la fabrication de tissus mélangés, produits par des machines, pour une clientèle plus populaire (p. 93). Pour briser l’autonomie des ouvriers, les règlements d’ateliers deviennent plus stricts et le système de rémunérations à la prime apparaît. Même si le pouvoir d’achat augmente, ces dispositions induisent « une profonde crise d’identité au sein de la classe ouvrière » (p. 95) redoublée par l’abandon de la pluriactivité, la dévalorisation de la force physique et l’exode du cœur des villes induit par l’urbanisation haussmannienne.

10Le modèle de la grande entreprise progresse lors des périodes de reprise économique à la fin du XIXe siècle et de reconstruction après guerre. C’est le cas, en particulier, dans la métallurgie (6 500 personnes aux Aciéries de Longwy en 1913, 4 400 ouvriers chez Renault en 1914 et 20 000 en 1930, etc.) qui s’installe à la périphérie des grands centres urbains, notamment dans la région parisienne (p. 124). Les transformations se traduisent par un accroissement de la part des ouvriers dans la population active (39 % en 1931 soit 8,4 millions d’ouvriers, contre 34 % en 1906 soit 7 millions de personnes). Si, dans un premier temps, le patronat utilise les anciennes méthodes de recrutement pour les postes les moins qualifiés (ouvrières et ouvriers-paysans), ces mesures se révèlent rapidement insuffisantes. Une pénurie de main-d’œuvre ouvrière apparaît, en effet, en raison des recrutements d’employés, de la baisse de la natalité, de la diminution de la population active avec la guerre et de la réduction du temps de travail. Comme précédemment, le turn-over se développe. Pour y faire face, les grandes entreprises mécanisent la production en recourant aux machines-outils et introduisent les méthodes tayloriennes de l’organisation scientifique du travail. D’où la diminution du nombre des anciens ouvriers de métier (les « ouvriers professionnels ») au profit d’ouvriers sans qualification (les « similaires », les « ouvriers spécialisés ») et l’apparition de nouveaux métiers qualifiés (les ouvriers d’entretien : mécaniciens, ajusteurs ou électriciens). Par ailleurs, le patronat recourt massivement à l’immigration italienne, polonaise, etc. : les étrangers occupent, par exemple, 11 % des emplois dans le terrassement en 1906 et 29 % en 1931 ou encore 42 % dans les mines à la même époque, plus les travaux sont pénibles, plus les étrangers sont nombreux. Le recours à l’immigration est donc un des facteurs décisifs de l’essor de l’économie française : dans les industries lourdes, un nouveau paternalisme et la segmentation de la main d’œuvre selon les origines ethniques permettent d’apaiser les relations avec le personnel. Les industries de transformation, comme la construction mécanique, cherchent, en revanche, à s’implanter à proximité des grandes villes pour profiter d’une main-d’œuvre qualifiée.

11Comme l’a montré Michelle Perrot, la France connaît alors une augmentation massive des arrêts de travail, en particulier dans la petite industrie urbaine. Madeleine Rébérioux conclut ainsi que « la grève est entrée au début du siècle dans l’horizon familier des ouvriers » (p. 100). Ces mouvements visent moins les salaires qu’ils ne traduisent un désenchantement par rapport au paternalisme et aux nouvelles formes d’organisation du travail : salaires aux pièces, règlements tatillons, contrôle autoritaire des contremaîtres. Ces mouvements ont évidemment partie liée avec l’apparition du syndicat, légalisé en 1884 (la CGT est créée en 1895 et le niveau de syndicalisation s’accroît jusqu’en 1914). Avec les syndicats, les nouveaux partis qui se réclament de la classe ouvrière participent à l’unification du « prolétariat » en définissant des enjeux, des aspirations et des revendications propres à la classe ouvrière. En cette fin de siècle, la classe ouvrière devient un enjeu politique. Pour autant, les salaires n’ont pas augmenté et les dépenses d’alimentation représentent toujours 60 % du budget ouvrier en 1930. « Deux thèmes centraux caractérisent la vie quotidienne des ouvriers dans les années vingt : le déracinement [des travailleurs ruraux et des étrangers] et le cloisonnement [la condition des ouvrières très éclatée entre l’industrie rurale et urbaine, selon les secteurs, etc.] » (p. 145).

La génération « singulière » (1930-1970)

12Dans l’histoire de l’unification de la classe ouvrière, le Front populaire, la victoire de la gauche et du mouvement de grèves marquent un tournant : c’est alors que se construit une génération « ouvrière singulière ». Dans la filiation de Maurice Halbwachs, Gérard Noiriel prend le parti d’analyser le groupe ouvrier en étudiant les socialisations propres à chaque génération. Plutôt que d’envisager le groupe ouvrier à partir des découpages de catégories socioprofessionnelles créées par l’INSEE en 1954 (manœuvres, OS, OP), il l’étudie au travers des générations sociales, c’est-à-dire de groupes qui ont connu les mêmes « modes de génération ». Cette génération « singulière », née dans l’entre-deux guerres et travaillant dans la grande industrie, se stabilise dans les bastions industriels des années 1930 aux années 1950. Elle « est formée pour l’essentiel de travailleurs qualifiés et [elle] exerce, par l’intermédiaire des organisations communistes, son hégémonie sur le monde du travail jusqu’en 1960-1970. Génération “singulière”, parce qu’en détruisant les bastions où elle s’était enracinée, la crise des années 1970 ne permettra pas la reproduction de cette classe ouvrière » (p. 195).

13Le Front populaire s’inscrit dans l’histoire discontinue du mouvement ouvrier : très puissant jusqu’en 1920, il décline jusqu’en 1936. Ce déclin s’explique non seulement par la division au sein de la gauche syndicale et politique entre les courants réformistes et les courants révolutionnaires, mais aussi par la substitution d’une génération ouvrière à une autre : comme l’a montré Philippe Ariès à propos des métallurgistes de la région parisienne, du fait de la guerre et de la mobilité sociale ce ne sont pas les enfants des ouvriers de métier qui occupent ces places (p. 161). De plus, la crise sans précédent du début des années 1930 touche prioritairement les travailleurs immigrés, les femmes et les ouvriers du monde rural. Pour les autres, elle se traduit par la stabilisation de la main-d’œuvre et la mise en œuvre de l’organisation scientifique du travail (OST) : chez Renault, par exemple, la proportion d’OP passe de 46 % en 1925 à 32 % en 1939 ; le chronométrage est introduit dans la sidérurgie et le travail à la chaîne dans l’horlogerie (p. 179).

14Cette stabilisation de la classe ouvrière permet de faire émerger une nouvelle tradition de luttes ouvrières sous contrôle syndical communiste (p. 182). 1936 marque la naissance du syndicalisme de masse capable de bloquer la production du pays. Initialement, l’action est menée par les ouvriers qualifiés qui ont vu disparaître, avec l’OST, leurs espoirs d’ascension professionnelle. Ils seront rejoints par les moins qualifiés, nouveaux arrivants dans le monde ouvrier. 1936 sera ainsi l’occasion d’un vaste mouvement de syndicalisation du monde ouvrier de l’industrie et, de ce fait, d’un renouvellement des militants syndicaux et des militants du PCF (jeunes dans l’ensemble). Les concessions patronales signent le début de la contractualisation. Un « nouveau prolétariat » est né qui se fixe dans les représentations collectives, journalistiques ou artistiques (voir l’ouvrier joué par Jean Gabin dans La Belle Équipe de Julien Duvivier). « Cet immense effort collectif visant à homogénéiser la représentation collective de la classe s’accompagne de tout un travail de construction d’une continuité, un travail “d’éternisation” du groupe » (p. 193). L’autobiographie de Maurice Thorez, mineur de « père en fils », illustre la construction de la mythologie communiste.

15Cette génération est marquée par des luttes violentes et répétées (1936, novembre 1938, la Résistance, les troubles de l’après-guerre), par la place centrale qu’y occupent les bastions de la grande industrie et par le rôle de la CGT et du PCF qui portent des revendications associant les conditions de salaire et des objectifs politiques. Au cours de la période 1931-1954, on note peu de variations dans la structure de la population active française, mais l’industrie « s’ouvriérise » (87 % d’ouvriers) et la population ouvrière s’homogénéise (de plus en plus masculine, peu de changements techniques, peu d’afflux du monde rural ou d’étrangers) (p. 200). La stabilisation accentue donc l’ancienneté du personnel et l’hérédité professionnelle qui permet l’ascension sociale de la deuxième génération. Le travail collectif de consolidation des normes de classes contribue à la cohésion du groupe. Au niveau local, cette consolidation s’inscrit dans les valeurs familiales, dans l’espace local avec sa vie sociale (notamment dans les cafés) ou encore dans l’atelier avec le développement de pratiques dérogatoires comme la perruque ou des rituels d’intégration des nouveaux entrants dans les usines (p. 205-206). Au niveau national, la consolidation du groupe trouve sa traduction politique dans le PCF qui magnifie les « métallos » de la grande entreprise. Les intellectuels ne sont pas en reste : c’est principalement aux ouvriers que sont consacrées les enquêtes des sociologues du travail de l’époque (p. 208). La période est marquée par l’adéquation entre le groupe qui constitue le noyau dur de la classe (ouvrier masculin de la grande entreprise de la région parisienne) et les organisations partisanes (PCF et CGT).

16Ce travail de construction du groupe se conjugue alors avec le développement du régime fordiste et l’accroissement continu du pouvoir d’achat, notamment grâce aux mécanismes de redistribution. Si la classe ouvrière connaît un recul dans la population active (de 61 % en 1954 à 48 % en 1975), elle progresse encore en chiffres absolus (8,5 millions en 1975). Mais, en regardant de plus près, on constate que les différentes fractions de la classe n’ont pas évolué parallèlement. Ce sont surtout les OS qui progressent dans les entreprises de biens de consommation et, en 1968, 25 % des ouvriers ont moins de 25 ans. Schématiquement, on peut distinguer trois types de régions (p. 211-212) : le travail intellectuel de la région parisienne et ses nouvelles qualifications ouvrières, la fabrication qualifiée de la grande industrie de province, la fabrication standardisée et le travail déqualifié des régions de province (comme dans l’ouest de la France) qui recrutent de nombreuses femmes (79 % des ouvrières) et des travailleurs immigrés (la population immigrée en France passe de 1,7 million en 1954 à 4,1 millions en 1975).

La fin du groupe (1970-2002)

17La désindustrialisation progresse à partir de la fin des années 1960 (bassins miniers, textiles, etc.) entraînant de nouveaux déracinements ouvriers. Associée aux transformations technologiques (automatisation) et urbaines, elle marque le début d’une « crise d’identité collective » (p. 222) et l’apparition d’une figure « social-triste » du monde du travail. En dehors de l’usine, la communauté ouvrière se fissure dans les grands ensembles et l’autonomie ouvrière s’effrite avec l’automatisation (p. 225). Les enfants d’ouvriers n’accèdent plus aux postes d’ouvriers qualifiés, ils sont devenus des « déclassés » qui rejettent le monde de l’usine et les normes ouvrières comme celle du mariage (p. 227 et p. 255) : « le groupe ouvrier central a partiellement échoué dans ses efforts pour transmettre les normes collectives de la communauté à ses enfants » (p. 228) et « la classe est en éclats » (p. 237).

  • 2 Comme le souligne J. -P. Molinari, la classe ouvrière n’est plus majoritairement industrielle.

18Depuis la fin des années 1960 et, plus encore, après 1974, la classe ouvrière se diversifie et les images collectives du groupe se fragmentent. Le mouvement ouvrier – en particulier la CGT et le PCF – est en crise et le monde ouvrier se marginalise dans les représentations collectives et la vie politique (p. XIV). Ce déclin n’est pas dû à la disparition de la classe ouvrière (5,9 millions en 1999, soit 26 % de la population active), mais à son incapacité de résistance collective. Le monde ouvrier est profondément divisé, fragmenté par le recul de la population industrielle (alors que le secteur tertiaire progresse), le développement des contrats temporaires et de petites entreprises sous-traitantes, etc. (Molinari 2004)2. Gérard Noiriel souligne également que les sciences sociales, en mobilisant plus souvent l’analyse historique et l’étude biographique, ont participé à faire éclater l’image du collectif ouvrier. Ce ne sont pas seulement les conditions économiques qui ont entraîné ce déclin, c’est aussi le manque de solidité et d’unité du groupe ouvrier en France. Ayant perdu sa capacité de résistance, la classe ouvrière (et d’abord les femmes, les jeunes et les immigrés) a été touchée par le chômage de masse (il passe de 4 % en 1973 à près de 8 % en 1982), soumise à des conditions de travail de plus en plus dures (comme en témoignent les enquêtes sur les conditions de travail) et à une pression de plus en plus forte des usines dominées par la logique des « flux tendus ».

19Je conclurai par deux remarques critiques. Cette représentation de la fragmentation du groupe propose une version sombre, voire misérabiliste, en plaçant trop systématiquement la focale sur la détérioration des conditions. Sans nier, bien sûr, la domination du groupe ouvrier – tous les indicateurs en témoignent – il faudrait mieux rendre compte néanmoins de la diversité des situations. Ainsi, si les emplois précaires augmentent (intérim et contrats à durée déterminée), il faut rappeler que plus de 85 % des ouvriers sont sous contrat à durée indéterminée. Par ailleurs, des travaux récents conduisent à nuancer la vision d’une intensification généralisée du travail. Nicolas Hatzfeld souligne, par exemple, que le travail des ouvriers sur chaîne de Peugeot est plus dense mais moins pénible (Hatzfeld 2002).

20L’ouvrage de Gérard Noiriel rompt avec l’histoire traditionnelle du groupe ouvrier qui l’assimile à l’histoire du mouvement ouvrier. Mais ce parti pris pourrait être complété par une attention plus marquée aux pratiques, plutôt qu’aux dispositifs, dans les lieux de travail. Ainsi, il n’est pas certain que l’évolution des sous-catégories ouvrières (manœuvre, OS, OP) décrive l’évolution de la division du travail ouvrier : elle peut résulter de négociations locales de déclassement vers le bas ou vers le haut (comme dans la requalification des OS en OP après 1968) largement indépendantes du travail réalisé. De même, on peut douter que l’automatisation ait systématiquement entraîné une perte d’autonomie du personnel ouvrier. Les enquêtes menées mettent plutôt en évidence des situations contrastées selon les formes d’automatisation mises en place.

Bibliographie

Références bibliographiques

Hatzfeld, Nicolas. 2002. Les Gens d’usine. 50 ans d’histoire à Peugeot-Sochaux. Paris, Éditions de l’Atelier.

Molinari, Jean-Pierre. 2004. « Ouvriers, classe ouvrière : entre déclin et redéploiement », dans Paul Bouffartigue (dir.), Le Retour des classes sociales. Inégalités, dominations, conflits. Paris, La Dispute : 75-92.

Noiriel, Gérard. 1984. Longwy. Immigrés et prolétaires 1880-1980. Paris, PUF.

– 2003. « Postface : Un désir de vérité », dans Penser avec, penser contrer. Itinéraire d’un historien. Paris, Belin : 249-278.

Thompson, Edward P. 1988. La Formation de la classe ouvrière anglaise. Paris, Seuil.

Notes

1 L’ouvrage est traduit en anglais en 1990 (Workers in French Society in the 19 th and 20 th Centuries, Oxford, Berg Publishers Ltd).

2 Comme le souligne J. -P. Molinari, la classe ouvrière n’est plus majoritairement industrielle.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search