Version classiqueVersion mobile

Lire les sciences sociales. Volume 5/2004-2008

 | 
Gérard Mauger
, 
Louis Pinto

Classes populaires

Classes populaires

Gérard Mauger

Texte intégral

  • 1 Voir aussi Robert Castel, Les Métamorphoses de la question sociale. Une chronique du salariat, Par (...)
  • 2 On a pris le parti – sans doute contestable – d’inclure sous le label « classes populaires », ouvr (...)
  • 3 Gérard Mauger, « Les transformations des classes populaires en France depuis trente ans », dans Je (...)

1Alors que la mise en place de l’État social entre la fin du XIXe siècle et le lendemain de la Seconde Guerre mondiale avait semblé sceller l’avènement de « la société salariale » (inégalitaire mais fortement protectrice)1, la réapparition du chômage de masse et l’apparition de « zones grises de l’emploi » (travail à temps partiel, travail intermittent, travail indépendant subordonné à un donneur d’ordre, télé-travail, sous-traitance, travail en réseau, etc.) ont provoqué à la fois, selon Robert Castel, « l’effritement de la condition salariale » (« déstabilisation » des uns, « désaffiliation » des autres) et un « processus général d’individualisation » lié à la mise en place de nouvelles stratégies managériales (individualisation des tâches, des performances, des carrières). Mais le simple constat de l’extension du chômage de masse et de la précarité ne suffit pas à rendre compte des inégalités sur le marché du travail. Analysant les transformations contemporaines de la condition salariale, Margaret Maruani met en évidence quatre variables discriminantes : le sexe, l’âge, la CSP et la nationalité. Le chômage frappe surtout les femmes, les jeunes et les plus de 50 ans, les ouvriers et les étrangers. Par ailleurs, ce « noyau dur du chômage » est cerné par un halo de « chômeurs de l’ombre ». À 80 % féminin, le temps partiel subi, « sous-emploi sous-payé », est le moteur de la paupérisation d’une fraction du salariat féminin. Économique, la crise de reproduction qui affecte les classes populaires2 est aussi politique et symbolique3 : selon Stéphane Beaud et Michel Pialoux, on a assisté en France au cours des trente dernières années à « une éclipse de classe ouvrière ». Pourtant, si les classes populaires sont de moins en moins visibles sur les scènes médiatique et politique, elles ont fait l’objet de nombreuses enquêtes au cours de la décennie écoulée.

La perspective générationnelle

  • 4 Voir, par exemple, Lucien Febvre, « Générations », dans « Projets d’articles du vocabulaire histor (...)
  • 5 Le Larousse, le Littré et le Robert distinguent deux usages de la notion selon qu’elle s’applique (...)

2Longtemps proscrite par les historiens4, la « perspective générationnelle » oriente l’étude des transformations des classes populaires (ouvriers, paysans ou petits fonctionnaires) : à des « modes de génération » différents correspondent des « générations » distinctes5.

  • 6 Voir aussi Olivier Schwartz, La Notion de « classes populaires », Habilitation à diriger des reche (...)

3Gérard Noiriel délimite ainsi des périodes auxquelles correspondent des « générations sociales » successives. Celle qui mène des années 1880 aux années 1930 voit le développement de la mécanisation, de l’OST, du recours à l’immigration et aux travailleurs ruraux : c’est le temps de « la génération héroïque », de la construction du « mouvement ouvrier » et de l’unification de « la classe ouvrière ». La période qui s’étend de 1930 à 1970 est définie comme celle de « la génération singulière » : parallèle au développement du modèle fordiste, le travail politique d’unification, de mobilisation, d’encadrement est à la fois local (du café à l’atelier) et national (autour du PCF et des « métallos »). Avec la fin des années 1970 s’amorce une crise de reproduction de « la classe ouvrière ». S’il y a une permanence de la condition ouvrière marquée par la sujétion dans la division du travail, l’usure liée au travail ouvrier, les bas salaires et l’insécurité, on peut néanmoins distinguer, selon Olivier Schwartz, trois strates dans l’histoire ouvrière. À la strate « prolétarienne » (liée à la nécessité, à l’ascétisme, à la clôture sociale), succède celle de la « déprolétarisation » (marquée par le désenclavement) puis celle de la « précarisation » (associée à l’impuissance sociale)6. C’est la même perspective qui sous-tend l’enquête de Stéphane Beaud et Michel Pialoux sur les ouvriers de Peugeot à Sochaux-Montbéliard. Les transformations du mode de génération du groupe ouvrier (« massification » scolaire et nouvelles formes de domination dans le travail) ont discrédité l’héritage ouvrier (dévaluation de l’enseignement professionnel et disqualification des valeurs de virilité, fondements de la légitimité masculine ouvrière) et « désouvriérisé » les fils d’ouvriers : d’où un écart croissant entre la « culture de rébellion » de « la génération ouvriérisée » des années 1970 et « l’individualisme négatif » de « la génération précaire » des années 1990.

  • 7 Patrick Champagne, « Jeunes agriculteurs et vieux paysans. Crise de la succession et apparition du (...)

4Analysant l’évolution des rapports entre « générations familiales » dans le monde paysan7, Patrick Champagne montre que, de façon générale, le problème de la succession, dans le cas des petits entrepreneurs familiaux, oppose les parents qui tentent de maintenir le plus tardivement possible les enfants dans l’entreprise comme « aides familiaux », aux enfants qui tentent d’obtenir des parents une renonciation anticipée à la gestion du patrimoine pour pouvoir leur succéder. Ce mode de reproduction familiale ne peut fonctionner qu’au prix d’une « infantilisation prolongée » des successeurs potentiels, en particulier en leur imposant un célibat prolongé : les transformations accélérées du monde rural ont modifié brutalement les rapports entre générations et permis aux fils de mettre en œuvre avec succès des stratégies de « chantage au départ ».

5Sur fond de chômage de masse et de « casse symbolique » de l’identité ouvrière, d’élévation du niveau de formation et de déclassement des diplômés, de travail de sape de la Fonction publique, Marie Cartier analyse les transformations du monde des employés dans la même perspective. Si les classes populaires ont été traditionnellement un vivier de recrutement des petits fonctionnaires (le métier de facteur associé à « l’extérieur », à « l’autonomie » et aux « contacts » permettait le réinvestissement de goûts et de valeurs populaires), la génération suivante se caractérise par la féminisation du métier, la « bonne volonté culturelle », l’élévation du capital culturel et la valorisation du service public. Avec la génération des « déclassés aux études longues » apparaissent de nouvelles qualifications valorisant « le savoir-être » (qui prévaut chez les employés des entreprises de pompes funèbres comme chez les caissières de supermarchés).

« Massification » scolaire et crises de reproduction

6Toutes ces enquêtes sur les transformations des classes populaires mettent en évidence le rôle central de la « massification » scolaire dans la « dépaysannisation » des fils de paysans, comme dans la « désouvriérisation » des fils d’ouvriers ou encore la « défonctionnarisation » des petits fonctionnaires.

  • 8 Modèle caractérisé par l’externalisation des activités à faible valeur ajoutée et la généralisatio (...)
  • 9 Compétence, polyvalence, adaptabilité, réactivité.
  • 10 Isabelle Coutant insiste sur le sentiment de déclassement et d’impuissance de la « petite noblesse (...)
  • 11 Norbert Elias et J. L. Scotson., Logiques de l’exclusion. Enquête sociologique au cœur des problèm (...)

7Le déclin de « la classe ouvrière » n’est pas seulement la conséquence de la désindustrialisation, de l’extension du chômage de masse et de la précarisation, des transformations technologiques (automatisation et flux tendus), de la sous-traitance qui provoquent une perte des capacités de résistance et une crise de l’identité collective, mais aussi celle de « la massification » scolaire, principe moteur d’un véritable « parricide social ». De même que « l’esprit marketing » trouve ses zélateurs et ses résistants chez les facteurs étudiés par Marie Cartier, le « modèle japonais »8 et les nouveaux critères de recrutement9 opposent, dans les ateliers des usines Peugeot étudiés par Stéphane Beaud et Michel Pialoux, les vieux OS « inconvertibles » qui tentent de résister aux « jeunes intérimaires » qui « jouent le jeu », exacerbent les luttes de concurrence entre les OP en déclin et « les bac pro » et BTS en ascension. Ces conflits de générations s’ancrent dans les transformations du mode de génération du groupe ouvrier et, en particulier, dans l’allongement des scolarités. Outre que l’orientation en LEP sanctionne l’échec scolaire (intériorisé sous forme d’un « sentiment d’indignité »), le LEP s’est lui-même « désouvriérisé » et les classes de « bac pro » apparaissent comme les vecteurs de la nouvelle culture technicienne opposée à la culture ouvrière. S’il est vrai que la prolongation des scolarités élargit le champ des possibles professionnels de ceux qui en sont issus (distribués entre les pôles opposés du « sérieux » et de « l’ouverture sur le quartier »), Stéphane Beaud montre que la « petite délinquance scolaire » et le « laisser-faire » permettent d’ajourner les déconvenues et de perpétuer les illusions (« l’entrée à la fac » constitue alors « l’épreuve de vérité »). Elle multiplie également les porteurs de titres scolaires dévalués confrontés à la difficulté de se situer dans l’espace social (« au-dessus » ou « au-dessous » des parents ouvriers ?) : ils constituent une main-d’œuvre particulièrement « docile » en quête de promotion sur le marché des emplois industriels et dotée d’une « civilité marchande » sur le marché des emplois des services. La « massification » scolaire sous-tend ainsi la déconstruction du groupe ouvrier. Conflits de générations, les conflits entre « moniteurs » et « opérateurs » sont aussi des conflits d’habitus. La crise du militantisme ouvrier est liée à la fois à l’absence de « relève », au brouillage des clivages traditionnels entre « copains » et « fayots », à la disparition de la « culture anti-école », au « réalisme économique » qu’implique une précarité croissante. Dans un contexte où « la respectabilité » est menacée par le chômage, le déclassement de l’habitat, etc., les tensions racistes suscitées par la visibilité des « jeunes désœuvrés » se renforcent, le fossé se creuse entre « established10 » et « outsiders11 », entre habitants des « pavillons » et habitants des « blocs ».

  • 12 Patrick Champagne, « La reproduction de l’identité », Actes de la recherche en sciences sociales, (...)

8De même, si la généralisation des méthodes de production intensive marginalise la petite production marchande dans le monde rural, la crise de reproduction de la paysannerie française est aussi liée à l’absence de successeurs. Défection qu’expliquent à la fois le refus d’un mode de vie disqualifié (« la honte de soi ») et l’ouverture du champ des possibles liée au développement de la scolarisation. De façon générale, la reproduction d’un groupe social suppose la croyance dans la valeur et l’avenir du groupe : « une position sociale ne peut exister et se reproduire que si elle est considérée comme digne d’être occupée au moins par ceux qui l’occupent12 ».

Production, reproduction, conversions

  • 13 Florence Weber, Le Travail à-côté. Étude d’ethnographie ouvrière, Paris, INRA et EHESS, 1989 (comp (...)

9Alors que la plupart des enquêtes sur les ouvriers étaient consacrées aux aspects collectifs et publics des pratiques ouvrières (le travail ouvrier, le mouvement ouvrier), Florence Weber s’est efforcée de « penser ensemble l’usine et son dehors, le lieu du travail salarié et celui des modes de vie », les lieux de la production et ceux de la reproduction (deux domaines séparés dans la conscience commune comme dans la division du travail scientifique), de mettre en évidence leurs interdépendances et leurs contradictions, de mettre en rapport positions professionnelles dans l’entreprise et jeux de réputation dans l’espace de résidence et d’analyser les modalités et les raisons de leur séparation subjective13.

  • 14 Pierre Bourdieu, Méditations pascaliennes, Paris, Éditions de Minuit, 1997, p. 279-288.

10C’est dans cette perspective que, dans le contexte d’un triple bouleversement de la société minière lié à la récession charbonnière au cours des années 1960, à l’entrée dans l’ère de la consommation de masse pendant les années 1960-1970 et au basculement dans le chômage au début des années 1980, Olivier Schwartz étudie « le familialisme ouvrier ». Espace de réparation des forces et de sécurité, la famille ouvrière est aussi espace de valorisation symbolique, garantie d’identités sociales valorisées (mari, femme, père, mère) et de « raisons d’être14 ». Elle offre les seuls « programmes biographiques » positifs accessibles, hormis l’investissement politique et syndical (« il y a une tristesse ouvrière dont on ne guérit que par la participation politique », écrit Georges Navel).

11Du début du XIXe siècle aux années 1880, l’enracinement rural des classes populaires permet d’expliquer une prolétarisation inachevée (inscrite dans l’hétérogénéité du monde ouvrier, sa mobilité, sa polyvalence). Cet enracinement rural des classes populaires françaises se perpétue tout au long du XXe siècle. Étudiant une modalité du « travail à-côté », Florence Weber souligne la corrélation entre la possibilité de disposer d’un jardin et la préférence ouvrière pour la maison individuelle (y compris chez les ouvriers communistes jaloux de leur indépendance). L’esthétique de la production propre aux ouvriers « établis » s’oppose à la fois aux usages alimentaires du jardin par les « outsiders » et à l’esthétique de la contemplation caractéristique des classes moyennes et supérieures.

  • 15 Paul Willis, Learning to Labour. How Working Class Kids Get Working Class Jobs, Aldershot, Gower, (...)

12Le renforcement de la ségrégation spatiale entre « ouvriers de cité » et « ouvriers pavillonnaires » a donné lieu à de multiples enquêtes. La plupart ont pour objet les « jeunes des cités » et la « culture de rue ». Olivier Masclet met en évidence l’incapacité d’assurer la politisation à gauche du « nouveau prolétariat des banlieues » : d’où la montée de l’abstention, les « replis communautaires » et les « tentations islamistes ». Isabelle Coutant étudie la sociogenèse de la délinquance, les mécanismes d’adhésion à la « culture de rue » (« se faire engrainer ») et s’interroge sur l’efficacité du traitement social et judiciaire de la délinquance (la difficile conversion de la « culture de rue » en « culture d’atelier »15). Dans la même perspective, Sylvia Faure et Marie-Carmen Garcia étudient les enjeux et les effets des dispositifs de conversion d’une culture de rue supposée « communautariste » en « ethnicité positive » : entreprise de conversion et de légitimation de la danse « hip-hop » (du « battle » à la scène, de la performance technique à la chorégraphie) sous-tendue par une logique d’intégration sociale dont les mots clés sont « métissage », « interculturalité », « ouverture ». De même encore, mais dans le cadre du ghetto noir de Chicago, Loïc Wacquant montre comment la pratique de la boxe associée à une participation plus ou moins régulière à l’économie salariale contribue à la conversion des « bagarreurs de rue ». Si le « gym » et le « ghetto » partagent les mêmes valeurs (le culte plébéien de la virilité) et les mêmes catégories d’entendement (« être quelqu’un » dans une confrérie virile), le « gym » s’oppose au « ghetto » comme la pacification à la violence, la discipline à l’anomie, l’ordre au désordre. Dans tous les cas, il s’agit d’analyser les raisons d’être, les pratiques et les effets de deux types d’action pédagogique. D’une part, des actions pédagogiques « extraordinaires » : actions de violence symbolique ponctuelles, comparables à celles du sorcier, comme celles qui sont réalisées dans le cadre des MJD étudiées par Isabelle Coutant. D’autre part, les actions pédagogiques prolongées : travail d’inculcation continue sur la longue durée, comme celles étudiées par Sylvia Faure et Marie-Carmen Garcia dans le cadre des dispositifs de « scolarisation » de la danse hip hop, par Loïc Wacquant dans le cadre du « gym » ou par Isabelle Coutant dans le cadre d’un stage BAFA de la PJJ. Dans les deux cas, il s’agit de « réforme des habitus », de conversion des dispositions, d’orthopédie morale, de « redressement », comme on disait autrefois, mais aussi de restauration, de réhabilitation. Dans ces entreprises, le capital symbolique est à la fois l’enclume et le marteau, la fin et le moyen, l’arme, la cible et le trophée.

Notes

1 Voir aussi Robert Castel, Les Métamorphoses de la question sociale. Une chronique du salariat, Paris, Fayard, 1995 (compte rendu dans Gérard Mauger, Louis Pinto (dir.) Lire les sciences sociales 1994-1996, vol. 3, Paris, Hermes Science Publications, 2000, p. 30-41).

2 On a pris le parti – sans doute contestable – d’inclure sous le label « classes populaires », ouvriers, paysans et employés : il y aurait là matière à débat.

3 Gérard Mauger, « Les transformations des classes populaires en France depuis trente ans », dans Jean Lojkine, Pierre Cours-Salies, Michel Vakaloulis, Les Nouvelles Luttes de classes en France, Paris, PUF, 2006, p. 29-42.

4 Voir, par exemple, Lucien Febvre, « Générations », dans « Projets d’articles du vocabulaire historique », Bulletin du Centre international de synthèse, n° 7, juin 1928, p. 37-43.

5 Le Larousse, le Littré et le Robert distinguent deux usages de la notion selon qu’elle s’applique à une lignée familiale précise ou à une société considérée dans son ensemble. François Mentré distinguait ainsi « générations familiales » et « générations sociales » (Les Générations sociales, Paris, Bossard, 1920). Une « génération familiale » représente « un degré dans la filiation » (Code civil, art. 737), « chaque degré de filiation en ligne directe » (Littré), « l’ensemble de ceux qui descendent de quelqu’un à chacun des degrés de filiation » (Robert). Selon François Mentré, une « génération sociale » est « un groupe d’hommes appartenant à des familles différentes dont l’unité résulte d’une mentalité particulière et dont la durée embrasse une période déterminée », selon le Littré, « tous les hommes vivant dans le même temps ou à peu près », selon le Larousse, « un ensemble d’hommes qui vivent dans le même temps et qui sont à peu près du même âge », ou encore, selon le Robert, « l’ensemble des individus ayant à peu près le même âge ». Telle est aussi la définition des démographes : une génération, selon Roland Pressat, c’est « la cohorte particulière constituée par l’ensemble des personnes nées durant une période donnée, généralement l’année civile » (Dictionnaire de démographie, Paris, PUF, 1979). Mais il y a un troisième sens de la notion de « génération » : « genèse, production ». Dans cette perspective, les membres d’une même génération sociale ou ceux d’une même génération familiale ont été produits à partir d’un même principe générateur, engendrés à partir d’une même matrice, d’un même « mode de génération ».

6 Voir aussi Olivier Schwartz, La Notion de « classes populaires », Habilitation à diriger des recherches en sociologie, université de Versailles/Saint-Quentin-en-Yvelines, 1998.

7 Patrick Champagne, « Jeunes agriculteurs et vieux paysans. Crise de la succession et apparition du “Troisième âge” », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 26-27, mars-avril 1979, p. 83-107.

8 Modèle caractérisé par l’externalisation des activités à faible valeur ajoutée et la généralisation des flux tendus.

9 Compétence, polyvalence, adaptabilité, réactivité.

10 Isabelle Coutant insiste sur le sentiment de déclassement et d’impuissance de la « petite noblesse d’État ».

11 Norbert Elias et J. L. Scotson., Logiques de l’exclusion. Enquête sociologique au cœur des problèmes d’une communauté, Paris, Librairie Arthème Fayard, 1997 [1965].

12 Patrick Champagne, « La reproduction de l’identité », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 65, 1986, p. 41-64.

13 Florence Weber, Le Travail à-côté. Étude d’ethnographie ouvrière, Paris, INRA et EHESS, 1989 (compte rendu dans Gérard Mauger et Louis Pinto (dir.), Lire les sciences sociales – 1989-1992, vol. 1, Paris, Belin, 1999, p. 97-110).

14 Pierre Bourdieu, Méditations pascaliennes, Paris, Éditions de Minuit, 1997, p. 279-288.

15 Paul Willis, Learning to Labour. How Working Class Kids Get Working Class Jobs, Aldershot, Gower, 1981 [1978].

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search