Version classiqueVersion mobile

Lire les sciences sociales. Volume 5/2004-2008

 | 
Gérard Mauger
, 
Louis Pinto

Introduction

Gérard Mauger et Louis Pinto

Texte intégral

1La temporalité de la recherche et celle de l’actualité ne sont pas synchrones. Il faut du temps – celui de l’enquête et de la réflexion – pour avoir quelque chose à dire sur les nouveaux étudiants de « l’université de masse », sur les ouvriers et les paysans d’aujourd’hui, sur les « banlieues », l’insécurité sous toutes ses formes ou les nouveaux dispositifs d’encadrement des classes populaires, quand on entend être informé et rigoureux. Mais l’on sait aussi qu’il ne manque pas de chercheurs « pressés », toujours prêts à répondre sur-le-champ aux sollicitations du présent : celles, en fait, des journalistes. Le marché de l’édition sous la pression des best-sellers et des hit-parades n’échappe pas à la quête incontrôlée (et mercantile) de contemporanéité, au point que l’on a de plus en plus de peine à distinguer dans les rayons de certains libraires un ouvrage scientifique, un reportage, un témoignage, ou encore une prise de position souvent d’autant plus péremptoire qu’elle est moins informée sur les « problèmes de société » qu’elle tranche.

2Quoi qu’il en soit, même menacée et fragile, la distinction entre genres médiatiques et genres scientifiques n’en continue pas moins à s’imposer. Jamais le contraste n’a été aussi flagrant entre, d’une part, les produits standards ajustés aux questions et aux catégories de la doxa politico-journalistique – moderne/archaïque, réaliste/utopiste, consensuel/extrémiste, ouvert/fermé, etc. – et, d’autre part, les recherches minutieuses et souvent ingénieuses menées par des sociologues exigeants, souvent jeunes, qui, venant d’achever leur thèse, ont pourtant déjà acquis la pleine maîtrise du métier. Professionnels ouverts sur d’autres pays et d’autres langues, ils ont mené pendant des années des enquêtes de terrain dans des conditions matérielles et psychologiques difficiles. Et alors qu’ils s’initiaient à une pratique réflexive de l’enquête sociologique, ils ont pu faire l’expérience de l’écart entre les bavardages politiquement intéressés des vulgates médiatico-politiques et la difficile compréhension des pratiques d’enquêtés rarement observés ou interrogés avant eux.

3Ce rapport aux discours dominants est peut-être une ligne de partage fondamentale dans le champ sociologique : pour certains, la visée critique est essentielle alors que pour d’autres cet hégélianisme spontané qui consiste à reprendre sous les formes extérieures du discours scientifique le discours du temps présent semble s’imposer naturellement. Contrairement aux apparences de nouveauté que suggère leur connexion quasi instantanée à l’actualité, les recherches les plus novatrices ne sont pas celles qui reflètent le Zeitgeist, mais celles qui sont fondées sur la résistance aux mythologies des mots et des mots d’ordre, sur la réticence à s’engager tête baissée dans des statistiques à la fois sophistiquées et aveugles, et sur la défiance envers les registres du prêche et du prophétisme. Mais la critique n’est pas tout, elle ne se contente pas de démystifier les illusions et de dévoiler les apparences, et rien ne serait plus injuste que de lui imputer les travers de l’aristocratisme et du dogmatisme. Le sociologue n’en a jamais fini de se demander comment penser la relation entre le point de vue construit sur un mode critique et l’expérience des agents qui attend d’être comprise autrement que comme un voile ou un simulacre.

4Bref, il faut du temps à la fois pour penser contre les apparences socialement construites et pour comprendre, autrement que par la sympathie, le point de vue de ces étrangers qui nous parlent d’eux-mêmes, de la société, de l’avenir tels qu’ils les perçoivent. Du temps, pour que l’on puisse déconstruire ce qui s’impose à nous, tout en cherchant à trouver le langage à tenir avec nos contemporains, ceux du moins dont on voudrait être entendu. Les enquêtes présentées ici montrent à quel point la visée critique et l’écoute minutieuse s’appellent mutuellement.

5Le volume 5 de Lire les sciences sociales reflète bien notre façon de concevoir la recherche en sciences sociales. Le double refus de l’académisme et de l’essayisme se retrouve, sans que nous l’ayons prévu d’emblée, dans cette coexistence insolite de livres consacrés soit à des sujets présumés intemporels, soit à des sujets dont les implications sociales et politiques sont manifestes.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search