Versión clásicaVersión móvil
OpenEdition Books

Lieux d’Europe

 | 
Stella Ghervas
, 
François Rosset

Deuxième partie. Territoires et frontières (Limites)

« Centre » et « périphérie » : l’organisation linguistique de l’espace en russe et en français

Olga Inkova

Texto completo

Préliminaires

  • 1 Sans m’attarder trop sur les questions de théorie et de méthode, j’indiquerai seulement que le cad (...)

1Dans les pages qui suivront je m’appliquerai à étudier les notions de centre et de périphérie, telles qu’elles sont fixées par la langue russe, en comparant – inévitablement – les données du russe avec celles fournies par la langue française. Les notions de centre et de périphérie font partie des « figures les plus puissantes de l’imaginaire » (Boia 1998 : 118). Comme le note Lucian Boia, « le jeu des altérités dépend essentiellement du concept de centre et du mécanisme qui réunit le centre à la périphérie » (ibid.). Le point de vue adopté pour mon analyse est essentiellement d’ordre linguistique1. Or, la linguistique ne se soucie qu’assez rarement de prendre pour champ d’application le vocabulaire géographique. En retour, les géographes, mais aussi les historiens et les spécialistes d’autres sciences dites humaines et sociales, songent également peu à solliciter le concours des linguistes, sauf, peut-être, pour déchiffrer les toponymes ou pour éclaircir une question d’étymologie parfois épineuse. Cependant, il est grand temps d’unir nos efforts au lieu de constituer et, pis encore, d’isoler deux champs clos – celui des « mots » et celui des « idées ». Il serait sans doute plus fructueux pour les linguistes de ramener constamment l’analyse du plan des mots à celui des consciences, des comportements et des faits et, pour les représentants des branches à l’instant mentionnées, de ramener l’analyse du plan des idées à celui des mots qui les traduisent.

2Je m’attacherai donc à définir, à partir des données linguistiques, quelle est la perception des notions de centre et de périphérie dans les cultures française et russe, car la langue est à la fois le produit de la culture, sa partie intégrante et une condition de son existence. Cela dit, il faut bien préciser que, bien que la langue dote les mots d’un certain contenu sémantique et impose des contraintes sur leurs emplois, elle laisse toujours une certaine liberté aux individus qui l’utilisent, notamment dans des jugements de valeur. Pour s’en rendre compte, il suffit de comparer, par exemple, les opinions diamétralement opposées de Pierre le Grand et de Gogol. Dans ses Notes sur Pétersbourg, le romancier écrit :

Quelle idée, vraiment, d’aller reléguer la capitale de la Russie tout au bout du monde ! Et quelle nation bizarre que nous sommes : notre capitale, c’était Kiev ; mais comme il y faisait trop chaud, nous avons transféré nos pénates à Moscou, et comme à Moscou il ne faisait pas assez froid, nous nous en sommes pris à la Providence, qui nous a gratifiés de Saint-Pétersbourg,

3alors que Pierre le Grand, le fait est bien connu, appelait cette ville Paradis, Terre sainte, Nouvelle Arcadie, ce qui n’est pas étonnant puisque Saint-Pétersbourg est sa créature, son enfant chéri.

4Cependant, puisque la langue est liée à une culture bien déterminée, la façon de conceptualiser la réalité varie d’une langue à l’autre, en reflétant la conscience collective d’une communauté humaine spécifique. L’homme doit donc organiser son discours en fonction de ce système de conceptualisation, s’il veut être compris par les autres membres de la communauté. Ces particularités de conceptualisation sont moins fréquentes au sein du vocabulaire géographique, mais même ici on peut trouver certaines divergences qui montrent bien la différence entre la dimension géographique « scientifique » et la dimension géographique « imaginaire ».

5Pour illustrer mes propos, je donnerai deux exemples tirés de l’imaginaire géographique russe. Le premier est la notion d’Eurasie exploitée par les philosophes russes du début du xxe siècle pour démontrer l’originalité culturelle de la Russie, et dont les dimensions ne coïncident qu’en partie avec l’Eurasie géographique. Le deuxième exemple est une expression qui apparaît dans le vocabulaire politique et administratif russe au début des années 1990 – lico kavkazskoj nacional’nosti –, expression d’ailleurs difficilement traduisible en français, qui servait à désigner de façon qui se voulait « politiquement correcte » un « habitant non russe du Caucase ». Cette expression pose deux problèmes à la fois. Le premier est lié au fait que le mot nacional’nost’ en russe veut dire non pas « nationalité », comme on pourrait le penser vu la ressemblance formelle des mots en russe et en français, mais « origine ». Cette notion renvoie donc à un peuple – russe, géorgien, tchétchène ou autre – avec sa langue, son histoire, sa culture et ses traditions. Mais alors on peut se demander de quelle « origine » ou de quel « peuple caucasien » il peut s’agir dans la mesure où, par exemple, au Daghestan, une des républiques caucasiennes, il y a cent deux petits peuples qui parlent cinquante langues différentes.

6Le deuxième problème est lié à la délimitation géographique du Caucase, telle qu’elle est fixée par cette expression. Comme je l’ai dit ci-dessus, l’expression lico kavkazskoj nacional’nosti était appelée, à la base du critère qui se voulait « purement » géographique, à désigner les habitants non russes du Caucase. Or, la moitié de la population du Caucase du Nord est constituée de Russes ou d’Ukrainiens qui n’étaient justement pas visés par cette expression. Ne l’étaient pas non plus les Russes et les Slaves qui habitent dans d’autres républiques caucasiennes. Il s’ensuit que le Caucase « politique » occupe un territoire beaucoup plus petit que le Caucase « géographique », dans la mesure où la partie du territoire habitée majoritairement par les Russes et les Ukrainiens en est soustraite.

Centre/périphérie et capitale/province

7Il semble évident que pour la Russie, à cause de ses dimensions géographiques imposantes, le poids culturel des notions de centre et de périphérie est beaucoup plus important que pour d’autres pays européens où ce champ notionnel, surtout la partie relative à la notion de périphérie, est nettement moins développé. Ce qui rapproche en revanche la culture russe de la culture française et, plus généralement, européenne, c’est que les frontières qui séparent le centre de la périphérie sont assez diffuses. Toutefois, pour comprendre la nature de ces rapports, il est important de savoir où se trouve, dans la conscience quotidienne de ses habitants, le centre de la Russie et où commence la périphérie, afin de voir ensuite quelles sont les images associées à ces deux notions.

8Il faut dire tout de suite que l’opposition centre / périphérie (en russe centr/periferija), si on l’analyse à l’échelle d’un pays, est étroitement liée à une autre opposition – capitale / province (stolica / provincija). Mais ces deux oppositions découpent le territoire du pays de deux façons différentes. Lors de mon analyse je ne parlerai pas de l’emploi du mot province dans le sens de « division politique et administrative », bien que cette valeur du mot soit à l’origine de ses autres acceptions. Et cela pour une raison bien simple : en russe, le mot provincija a été utilisé avec ce sens pendant une période très courte – plus précisément, entre 1719 et 1775 – pour désigner, à l’européenne, les nouvelles divisions territoriales et administratives créées à la suite d’une des nombreuses réformes de Pierre le Grand. C’est d’ailleurs à ce moment-là, c’est-à-dire au début du xviiie siècle, que le mot provincija entre dans la langue russe. Par contre, ce mot s’emploie toujours pour désigner « le territoire du pays éloigné de la capitale ». C’est ce sens-là qui m’intéressera.

  • 2 Voir Volin et Ušakov 1935-1940 ; Evgen’eva 1981 ; Ožegov 1990.
  • 3 Le Trésor de la langue française, maintenant informatisé (http://atilf.atilf.fr/tlfv3. htm, versio (...)

9Quant au mot russe periferija, il a, selon les dictionnaires2, le sens de « territoire éloigné du centre du pays », et est mentionné parmi les synonymes de provincija. On constate donc que, du moins dans la langue russe, le centre du pays, c’est sa capitale et probablement la région attenante. D’autre part, on peut remarquer que l’épithète qui sert à qualifier la périphérie et la province en russe est éloigné. À titre de comparaison, je peux dire qu’en français la province est définie tout simplement comme « l’ensemble du pays à l’exclusion (ou en dehors) de la capitale3 ». En revanche, l’idée d’éloignement est présente en français dans le sens du mot périphérie : « partie d’un territoire située près de ses limites, ses frontières » ou « ensemble des quartiers éloignés du centre d’une ville » (voir, par exemple, le Trésor de la langue française ou le Petit Robert).

10On peut pointer une autre différence entre le russe et le français : en russe, le mot provincija ne s’emploie qu’au singulier avec une valeur collective et ne sert jamais à désigner, à la différence du français, une partie, une région du pays caractérisée par son histoire, ses traditions, ses coutumes. Ainsi, les expressions, tout à fait naturelles pour le français, telles que partir pour une province, retourner dans sa province, arriver du fond de sa province, etc. décrivent une réalité étrangère à la réalité russe. Il faut toutefois préciser que, dans ce sens, province en français reste toujours une division territoriale ou, si l’on veut, culturelle avec des limites bien définies et ne fait pas partie de l’opposition capitale/province qui fait l’objet de cette étude.

11Pour en revenir aux mots russes periferija et provincija, on peut donc observer que, de prime abord, les deux mots désignent en russe un territoire éloigné du centre et/ou de la capitale, un espace sans frontières bien définies. Du moins, en ce qui concerne les frontières entre le centre et la périphérie, car de l’autre côté cet espace est limité par les frontières de l’État. Dans ces conditions, le seul trait distinctif de la périphérie et de la province en russe est leur éloignement par rapport au centre et à la capitale. La langue russe possède en effet un arsenal de mots impressionnant, par rapport à d’autres langues, pour désigner différents degrés de cet éloignement. Mais, avant de parler de degrés d’éloignement, il faudrait quand même essayer de comprendre où se trouve le centre de la Russie et, même si cela peut paraître paradoxal, quelle est sa capitale. Pour ce faire, il a été utile d’établir un corpus où les mots centr, stolica, provincija, periferija se combinent avec les noms de ville russes. Voici les observations faites à la base de ce corpus.

12Si l’on prend la notion de centre, il est clair que le centre géographique de la Russie ne coïncide ni avec son centre politique, ni avec ce qu’on appelle la région économique centrale. Ainsi, le centre géographique de la Russie est la région de Krasnoïarsk, alors que la région qu’on appelle centrale, du point de vue économique et politique, est le territoire autour de Moscou. On ne peut pas ne pas se rappeler à ce propos les paroles de l’historien russe Vassili Ključevskij : « En Russie, le centre se trouve à la périphérie. » (Ključevskij 1968 : 28) Les données du corpus ne font que confirmer ces propos. On y trouve en effet des phrases qui postulent, par exemple, que Saint-Pétersbourg se trouve au centre de la Russie. Phrase qui peut paraître bizarre en dehors du contexte historique russe, notamment parce que ni géographiquement, ni administrativement, cette ville ne fait partie de la région centrale et parce qu’elle se trouve, sinon au bout du monde, comme pour Gogol (voir ci-dessus), du moins à la périphérie de la Russie, comme pour cette députée de la Douma qui affirme :

  • 4 La traduction des exemples russes est de moi. En note, je donne à chaque fois également le texte e (...)

(1) Je viens de la périphérie, je suis une députée de Saint-Pétersbourg4 (Entretien avec Irina Chakamada, Echo Moskvy, 1-12-2003),

13ce qui est une manière de dire qu’elle représente les intérêts de la province et non pas ceux de la capitale. Cet exemple montre par ailleurs que les mots provincija et periferia en russe sont effectivement synonymes, ce qui n’est pas le cas en français.

  • 5 I naš čitatel’ […] na 80, daže na 90 procentov – eto provincija, to est’ ne Moskva i ne Piter.
  • 6 Un autre exemple de ce genre est représenté par la Turquie où l’on parle aussi de deux capitales : (...)

14Ce n’est pas par hasard que je parle de Saint-Pétersbourg en parlant de la notion de centre, parce que la situation de cette ville dans l’imaginaire russe – géographique, historique ou autre – est très complexe. On peut en effet rencontrer Saint-Pétersbourg dans un autre type de contexte. Par exemple, le rédacteur en chef d’une revue dit : « 90 % de nos lecteurs, c’est la province, c’est-à-dire ni Moscou, ni Saint-Pétersbourg5 » (Internet). Ou encore dans des phrases du genre « Ce concert a été donné dans les deux capitales », « Les supermarchés Carrefour seront construits dans les deux capitales », « Jacques Chirac a visité les deux capitales », etc. Phrases qu’il faut comprendre comme « Tous ces événements ont eu lieu à Moscou et à Saint-Pétersbourg ». Pouvoir parler couramment de deux capitales d’un État est, à mon avis, un cas historiquement rare6, même s’il y a eu d’autres pays où la capitale a été déplacée d’une ville à l’autre à tel ou tel moment historique (voir un exemple récent : Berlin et Bonn). J’aimerais souligner qu’il s’agit ici de la possibilité de produire et d’interpréter des énoncés comme ceux qui ont été cités à l’instant et non seulement de parler d’une ville comme d’une capitale (musicale, intellectuelle, financière ou autre). Ainsi, malgré le statut particulier de Milan dans l’histoire italienne, notamment à l’époque napoléonienne, il serait impossible de produire en italien un énoncé comme Jacques Chirac ha visitato entrambe le capitali et surtout de comprendre que entrambe le capitali sont Rome et Milan.

15Si l’on passe maintenant à l’autre pôle de notre opposition, aux mots qui servent à désigner la périphérie et la province, là aussi les données linguistiques témoignent de l’originalité de la langue et de la culture russes. Par exemple, parmi les villes qui se trouvent dans la région économique centrale de la Russie, il y en a qui sont qualifiées dans le corpus comme « ville de province », ce qui est normal si l’on décrète que les frontières de la capitale correspondent aux frontières de la ville capitale. Ce qui surprend davantage, c’est le fait que ces villes sont parfois appelées glubinka, mot dont la structure sémantique est proche de celle de l’expression française « la France – ou, en l’occurrence, la Russie – profonde ». Cette expression exploite, comme le mot russe glubinka, l’idée de profondeur : glubinka fait en effet partie de la même famille dérivationnelle que l’adjectif glubokij, « profond » ou le nom glu-bina, « profondeur ». Et, de même qu’en français la France profonde n’est pas synonyme de la province, en russe glubinka n’est pas toujours synonyme de provincija. Les affinités entre les expressions russe et française s’arrêtent toutefois là, car elles n’ont pas le même contenu sémantique.

16La notion de France profonde désigne, comme il est bien connu, une France essentiellement campagnarde, authentique, qui garde des traditions souvent disparues ailleurs et une certaine couleur locale. C’est cela d’ailleurs qui permet de parler non seulement de la France profonde, mais également de l’Auvergne profonde, de la Bretagne profonde, etc., en visant justement les traditions propres à telle ou telle région de la France. En témoignent les exemples de (2) à (11), tirés de l’Internet, et relatifs non seulement à la France, mais aussi à l’Allemagne, à la Suisse et à l’Italie :

(2) Confortable complexe d’architecture moderne, l’Élancèze vous fait goûter à la véritable tradition culinaire de l’Auvergne profonde.
(3) En campagne, dans la France profonde, ça n’a rien d’idyllique, contrairement à ce que vous laissez accroire.
(4) Pour beaucoup, la Creuse est un endroit reculé, frappé par l’exode rural, une sorte d’archétype de la France profonde. Or si la Creuse symbolise la France profonde, c’est dans ce que notre pays a de plus riche, de plus authentique, de meilleur.
(5) Pépé, as-tu déjà remarqué l’accueil fait par tout un village de la France profonde à une famille issue d’une autre région de la France ? L’Étranger ne fait pas peur, il gêne en fait le train-train quotidien instauré dans cette communauté et cela gêne les conservateurs, hostiles à toute idée de changement.
(6) Du folklore bavarois aux forêts du Bade-Wurtemberg, des petites routes de Rhénanie aux rives du Danube, l’Allemagne « profonde » et authentique existe.
(7) Schultze, retraité célibataire et ventripotent, vit au cœur de l’Allemagne profonde avec, pour seule distraction, la fanfare locale et les fêtes du village.
(8) Découvrir le charme ancestral de la Suisse profonde.
(9) Oberwald est l’un de ces villages qui est resté tel qu’il était au début du xxe siècle où l’on peut encore jouir d’une tranquillité montagnarde correspondant à la Suisse profonde.
(10) Rolando era un ragazzino di 14 anni. Era figlio di contadini di Castellarano, della provincia di Reggio Emilia, figlio dell’Italia profonda delle campagne, deciso a farsi prete.
(11) […] ristorarsi con la mente e lo spirito in quel minuscolo pezzetto dell’Italia profonda di credenze, tradizioni antiche la cui origine si perde nella notte dei tempi.

17Ces exemples permettent aussi de constater que la notion de France – ou Italie, Suisse, Allemagneprofonde peut être connotée positivement, si l’on pense en premier lieu à la vie tranquille à la campagne, aux traditions ancestrales et à l’authenticité. Mais cette notion peut avoir aussi une connotation négative, lorsque le locuteur vise un certain conservatisme et l’hostilité de ses habitants à des changements, etc. Le choix de la connotation permet d’ailleurs assez facilement de repérer les sympathies politiques du locuteur.

18Rien – ou presque rien – de tout cela ne se retrouve dans la notion russe de glubinka. Tout d’abord, glubinka, ce n’est pas nécessairement la campagne : le sémantisme de ce mot ne s’appuie pas sur l’opposition ville /campagne. De ce fait, il peut se référer aussi à des villes. Le mot glubinka semble mettre l’accent plutôt sur le fait que l’endroit ainsi appelé se trouve loin de voies de communication. Voir (12) à (14) :

  • 7 Izdaetsja gazeta v poselke Bereznik, čto v samom centre Archangelskoj oblasti, v 265 km ot oblastn (...)
  • 8 Jur’ev-Polskoj – eto tihij provincial’nyj gorodok, o kotoryh govorjat – « glubinka ». U goroda net (...)
  • 9 Boksitogorskij rajon dlja Leningradskoj oblasti – samaja čto ni na est’ glubinka. Ot Severnoj stol (...)

(12) Le journal est édité dans un petit bourg qui porte le nom de Bereznik. Il se trouve en plein centre de la région d’Arkhangelsk, à 265 km de la ville d’Arkhangelsk, où se trouve la gare la plus proche. En un mot, une vraie glubinka7. (Internet)
(13) Juri’ev-Polskoj est une ville de province très calme, l’une de celles que l’on appelle glubinka. La ville n’a pas de route directe qui mène à Moscou. On peut y accéder soit via Vladimir, soit via Péréslavl-Zalesski8. (Internet)
(14) Pour la région de Léningrad, le district de Boksitogorsk est une vraie glubinka. 300 km le séparent de la capitale nordique, ainsi que de Vologda et Novgorod. De plus, il n’y a qu’une grande route qui passe sur le territoire du district – la route de Vologda – et un chemin de fer qui va aussi à Vologda9. (Internet)

19On pourrait traduire glubinka dans ces exemples par trou ou bled, qui renvoient également à l’idée d’isolement. Mais ces mots ne sont pas capables de rendre – et permettent encore moins d’imaginer ! – les dimensions de cet éloignement. Par exemple, le Trésor de la langue française, pour illustrer les acceptions du mot bled, donne, entre autres, la citation suivante :

(15) – On ne doit pas s’amuser beaucoup dans votre bled, dit Lulu Doumer. – Oh pour être calme c’est calme, dit Thérèse. T’as le cinéma le dimanche. Et si tu veux danser tu peux descendre jusqu’à Suresnes où l’on mange des moules et où les frites sont bonnes. Qu’est-ce que tu désires de plus ? (Queneau, Loin de Rueil),

20alors qu’il est clair que, si la ville la plus proche est au moins à 150 km, ce qui est souvent le cas en Russie, on ne va pas y manger des frites le soir pour se distraire. De plus, le mot bled évoque l’image d’une campagne déserte (par exemple, un bled saharien), car ce mot se référait à l’origine à la réalité nord-africaine et évoquait des régions situées à l’intérieur des terres, la campagne. Mais le paysage de cette campagne est bien différent de celui de la campagne russe.

21Quant aux traditions et à l’authenticité, dans l’imaginaire collectif russe, elles sont associées à la notion de province en général, dans son opposition à la capitale, opposition qui s’est accentuée surtout après les changements culturels survenus en Russie à l’époque de Pierre le Grand. À ce propos, il faut préciser que dans certains contextes, le mot glubinka, plutôt que de rendre l’idée d’isolement, d’un endroit coupé du monde, devient un synonyme affectif du mot provincija, ce dernier étant une dénomination neutre de la province. C’est pourquoi le mot glubinka ne s’applique pas avec la même facilité à n’importe quelle ville de province. Par exemple, les vieilles villes russes, anciennes capitales de principautés qui composaient la Russie de Kiev, qui font partie de ce qu’on appelle « l’Anneau d’or de Moscou », seront plus facilement qualifiées de glubinka que des villes modernes, sans aucun charme, telles que Anadyr’ ou Magadan, qui se trouvent à l’extrémité est de la Russie. En outre, l’image de Magadan est indissociable de celle du Goulag. Ces villes seront plutôt appelées zaholust’e, « un coin perdu », ou dyra, « trou ».

22L’emploi de glubinka en tant que synonyme affectif de provincija est illustré par (16), où ce mot est repris ensuite par provincija, et par (17), où ce mot se réfère à de grands centres industriels et administratifs de Russie (Ekaterinbourg est du reste souvent appelée la capitale de l’Oural) :

  • 10 Ja by hotel pogovorit’ o respublikah, v častnosti – o respublikah Severnogo Kavkaza. Eto tože glub (...)
  • 11 I my, rossijskaja glubinka, takie goroda, kak Samara, Syzran’, Ekaterinburg i drugie ne dolžny sto (...)

(16) J’aimerais parler des républiques, notamment des républiques du Caucase du Nord. C’est aussi la glubinka, c’est aussi notre province, c’est une partie de la Fédération de Russie, une partie de notre État10. (Internet)
(17) Et nous autres, la glubinka russe, les villes telles que Samara, Syzran, Ekaterinbourg ou autres, ne devons pas rester à l’écart et penser que rien ne dépend de nous11. (Internet)

23Si l’on compare le mot glubinka avec le mot patelin, qui est à ma connaissance le seul mot français appartenant au champ notionnel de province qui puisse s’employer dans certains contextes avec une valeur affective, on peut remarquer que patelin, à la différence de glubinka, signifie « un village » ou « une petite localité » ; voir (18), où une petite ville de cinq mille habitants est considérée comme un grand patelin :

(18) Habitant à la campagne, pour arriver dans la ville la plus proche, il faut faire 25 km […]. Et quand je dis « ville », je suis gentil, c’est un grand patelin de cinq mille habitants. (Internet)

24D’ailleurs, l’adjectif qui se combine le plus fréquemment avec le mot patelin est petit ou tout petit, et ce petit patelin se trouve à l’opposé de la grande ville, comme le montrent les exemples (19) à (21) :

(19) Je suis revenu au 144e à Bordeaux. Je suis content. Par malheur, on m’envoie pour un mois (ou plus ?) à Saint-Médard, petit patelin militaire des environs. (Rivière, Correspondance [avec Alain-Fournier], exemple du TLF.)
(20) J’ai grandi dans un petit patelin qui compte aujourd’hui environ 250 habitants, un petit patelin qui a perdu son école, sa fromagerie, ses restaurants, son épicerie, et c’est déjà pas mal… Ce patelin, c’est Le Pasquier. (Internet)
(21) Partout dans l’Hexagone, du plus petit patelin aux plus grandes villes, les manifestations de country s’organisent, concerts, festivals, sites Internet, radios, et télévisions. (Internet)

25Parmi les dénominations péjoratives de la province en russe, j’aimerais tout d’abord signaler dyra, « trou » – qui existe également en français –, ainsi que gluš et gluchoman’ qui veulent dire non seulement « un endroit isolé et éloigné », mais également « un endroit peu ou pas habité, à l’écart de la vie moderne, sans distraction, etc. », le fin fond de la province. Il me semble important de noter au sujet de ces expressions que les mêmes mots – gluš et gluchoman’ – s’emploient aussi avec le sens de « forêt impraticable », c’est-à-dire une forêt si épaisse qu’on ne peut pas y avancer et où donc, par définition, il n’y a personne. Ou encore dans le sens de « partie du jardin un peu à l’écart, abandonnée, qui n’est pas cultivée », où les plantes – arbres, buissons, herbes – restent dans leur état sauvage.

26Il semble évident que si les mêmes mots sont employés pour parler de la province, leurs acceptions ne peuvent pas ne pas influencer l’image de la province dans la conscience collective russe. D’ailleurs, une autre possibilité de dire province en russe est medvežij ugol – littéralement « tanière d’ours » –ce qui en dit long sur la façon de percevoir la province dans la mentalité russe. La province, telle qu’elle est présentée par les expressions gluš et gluchoman’, est donc une localité isolée, peu ou pas habitée (surtout dans le cas de la « tanière d’ours » !), sans commodités ni distractions. À ces traits, il faut ajouter l’idée d’abandon et de désordre, exprimée plus explicitement par un autre mot appartenant à ce champ notionnel – zacholust’je.

27Cependant, malgré ce caractère isolé, éloigné, abandonné, la province semble occuper une position médiane entre le centre et la périphérie. Pour désigner les confins du pays, les territoires qui se trouvent à ses limites, le russe possède d’autres moyens lexicaux. Il y a tout d’abord une dénomination neutre – okraina, « périphérie d’une ville » ou « confins d’un pays » –, et un mot à connotation péjorative – zadvorki – que l’on pourrait traduire par « arrière-cour » et que l’on trouve d’habitude dans les contextes tels que « Cette ville se trouvait dans les arrière-cours de l’Empire russe » ou encore « La Russie se trouve dans les arrière-cours de l’Europe ». Il y a également l’expression u čerta na rogach, « sur les cornes du diable », pour dire que l’endroit en question se trouve extrêmement loin. Enfin, pour rester dans le registre neutre de la langue, le russe dispose encore d’un mot – tmutarakan’. Étymologiquement, c’est le nom d’une ville fondée par les Russes au xe siècle au bord de la mer Noire à la place d’un village des Khazars (qui portait le nom Tamatarcha). Il n’est pas étonnant que ce mot serve depuis à désigner un degré maximal d’éloignement, puisque à l’époque, c’était effectivement les confins de l’État russe.

Conclusion

28Pour récapituler ces réflexions sur le contenu sémantique des mots appartenant aux champs notionnels de province et de périphérie dans les langues russe et française, on peut constater que, malgré l’universalité de ces notions, elles possèdent dans la culture russe une certaine originalité. Il s’agit en premier lieu de différences quantitatives, le champ notionnel russe étant plus développé que le champ correspondant français. Mais on y trouve également des différences qualitatives : bien que toutes les expressions russes contiennent le trait distinctif de la province russe, à savoir son éloignement de la capitale, elles sont plus diversifiées qu’en français et soulignent tel ou tel aspect de cette notion. En outre, au sein de chaque type de province, on peut trouver pour désigner ce phénomène un terme neutre et un terme affectif ou, beaucoup plus souvent, péjoratif. Ce qui montre bien le caractère souvent axiologique des oppositions capitale / province ou centre / périphérie. Enfin, les images créées par ces expressions sont assez différentes de celles que peuvent susciter les expressions françaises trou paumé, coin perdu en plein bled ou autres, différences dues aux facteurs géographiques, historiques, économiques et culturels, dont l’analyse dépasserait largement le cadre linguistique choisi pour cette étude.

29Les données linguistiques ne doivent donc pas être négligées dans les analyses historiques, géographiques, littéraires ou autres, puisque toute pensée, toute théorie ou construction intellectuelle est d’abord rendue possible par le langage qui crée une sorte de grille pour notre pensée. En l’occurrence, la place qu’occupe tel ou tel « lieu d’Europe » dans la mémoire collective varie considérablement en fonction de l’« étiquette » qui lui est collée par les locuteurs : nous avons, notamment, pu voir dans ce qui précède comment Saint-Pétersbourg descend de son piédestal de capitale administrative pour devenir une capitale culturelle, voire, dans les propos de certains, une ville provinciale ou même le bout du monde, avec toutes les connotations qui sont associées à ces notions dans la langue russe. Notons d’ailleurs que la langue a toujours été un argument fort dans les théories de tout genre. Il suffit de rappeler les conceptions psychologiques de la langue répandues au xviiie siècle, qui établissent une analogie constante entre la langue de chaque pays et le caractère de ses habitants, ou le destin du savant allemand Sigmund Feist, obligé d’émigrer de l’Allemagne hitlérienne parce que ses hypothèses linguistiques allaient à l’encontre de la théorie raciale proclamant la pureté de la race allemande. En faisant valoir le lien de la pensée à une langue déterminée et en attribuant à la langue sa juste part dans l’élaboration de la pensée, on donne à chaque homme qui parle le « moyen de revenir réflexivement sur les découpes conceptuelles particulières opérées par sa propre langue » (Thouard 2000 : 8).

30Pour revenir en conclusion sur les lieux d’Europe, il apparaît que la perception ordinaire de l’espace continental, de ses structures et de ses infimes nuances est marquée par une diversité qui reste à inventorier. En se limitant aux seuls pays de l’Union d’aujourd’hui – l’Europe des 27 – elle passe déjà en effet par une bonne vingtaine de langues différentes. Cette richesse de perception et d’expression se maintiendra sans doute aussi longtemps que les langues qui lui servent de support, que ce soit face à l’omniprésence de l’anglais ou à l’émergence d’un système conceptuel de type scientifique.

Bibliografía

Références bibliographiques

Antoine Gérald. 1981. Liberté, Égalité, Fraternité ou les fluctuations d’une devise, Paris, Unesco.

Benveniste Émile. 1970. Le vocabulaire des institutions indo-européennes, Paris, Éditions de Minuit.

Boia Lucian. 1998. Pour une histoire de l’imaginaire, Paris, Les Belles Lettres.

Evgen’eva A.P. (dir.). 1981. MAS (Malyj akademiceskij slovar’ – Slovar’ russkogo jazyka, Moscou, Russkij Jazyk (4 vol.).

Humboldt Wilhelm von. 2000. Sur le caractère national des langues et autres écrits sur le langage, trad. par Denis Thouard, Paris, Le Seuil.

Ožegov Sergej. 1990. Slovar’ russkogo jazyka (dir. N. Ju. Švedovoj), Moscou, Russkij Jazyk.

Ključevskij Vassilij. 1968. Pis’ma, Dnevniki, Aforizmy ob istorii, Moscou, Nauka.

Sapir Edward. 1921. Language : An Introduction to the Study of Speech, New York, Harcourt Brace.

Thouard Denis. 2000. « L’embarras des langues », dans Wilhelm von Humboldt, Sur le caractère national des langues et autres écrits sur le langage, trad. par Denis Thouard, Paris, Le Seuil.

Vinogradov Vladimir. 1999. Istorija slov, Moscou, RAN.

Volin B.M. et D.N. Ušakov (éds). 1935-1940. Tolkovyj slovar’ russkogo jazyka, Moscou, Sovetskaja enciklopedija.

Whorf Benjamin. 1956. Language, Thought and Realty : Selected Writings, Cambridge (Mass.), Technology Press of Massachusetts Institute of Technology et New York, J. Wiley.

Notas

1 Sans m’attarder trop sur les questions de théorie et de méthode, j’indiquerai seulement que le cadre théorique de cette étude peut être rattaché tant aux idées de Humboldt (2000) sur le caractère national de la langue qu’à celles des ethnolinguistes américains, notamment à l’hypothèse de la relativité linguistique de Sapir (1921) et de Whorf (1956). La méthodologie adoptée se situe du côté des analyses bien connues de Benveniste (1970), d’Antoine (1981) ou de Vinogradov (1999).

2 Voir Volin et Ušakov 1935-1940 ; Evgen’eva 1981 ; Ožegov 1990.

3 Le Trésor de la langue française, maintenant informatisé (http://atilf.atilf.fr/tlfv3. htm, version du 10-12-2002) ou le Petit Robert (1986), entrée province.

4 La traduction des exemples russes est de moi. En note, je donne à chaque fois également le texte en russe, en translittération internationale. Pour (1), c’est : Ja sama s periferii – ja deputat ot Sankt-Peterburga.

5 I naš čitatel’ […] na 80, daže na 90 procentov – eto provincija, to est’ ne Moskva i ne Piter.

6 Un autre exemple de ce genre est représenté par la Turquie où l’on parle aussi de deux capitales : Istanbul et Ankara.

7 Izdaetsja gazeta v poselke Bereznik, čto v samom centre Archangelskoj oblasti, v 265 km ot oblastnogo centra (tam že i bližajšaja železnodorožnaja stancija). Slovom, samaja čto ni na est’ glubinka.

8 Jur’ev-Polskoj – eto tihij provincial’nyj gorodok, o kotoryh govorjat – « glubinka ». U goroda net prjamoj dorogi, soedinjajuščej ego s Moskvoj. Popast’ v nego možno ili čerez Vladimir, ili čerez Pereslavl’-Zalesskij.

9 Boksitogorskij rajon dlja Leningradskoj oblasti – samaja čto ni na est’ glubinka. Ot Severnoj stolicy – sotni tri km. Primerno stol’ko že ot Vologdy i Novgoroda. K tomu že po territorii rajona prohodit tol’ko odna ser’eznaja doroga – vologodskoe šosse da odna železnodorožnaja vetka – vse na tu že Vologdu.

10 Ja by hotel pogovorit’ o respublikah, v častnosti – o respublikah Severnogo Kavkaza. Eto tože glubinka, eto tože provincija naša, eto čast’ Rossijskoj Federacii, našego edinogo gosudarstva.

11 I my, rossijskaja glubinka, takie goroda, kak Samara, Syzran’, Ekaterinburg i drugie ne dolžny stojat’ v storone i dumat’, čto ot nas ničego ne zavisit.

Autor

Unité de russe de la faculté des lettres de l’université de Genève

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2008

Condiciones de uso: http://www.openedition.org/6540