Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Parler de soi sous Staline

 | 
Brigitte Studer
, 
Berthold Unfried
, 
Irène Herrmann

Les Auteurs

Texte intégral

1Josette Bouvard est professeur de lettres, docteur ès littératures slaves, rattachée au CNRS (« Centre d’étude du monde russe, soviétique et post soviétique »). Auteur d’une thèse intitulée : Le métro de Moscou 1931-1954. Mythes et réalités, Paris VIII, 1998 (sous la direction de Claude Frioux). A participé à l’exposition et au catalogue de l’exposition TURIN : URSS. Anni’30-’50 Paesaggi dell’utopia staliniana (5 avril-19 juin 1997).

2Sheila Fitzpatrick est professeur d’histoire russe moderne à l’université de Chicago. Elle est co-directrice du Journal of Modern History et l’auteur de nombreux ouvrages sur l’Union soviétique, notamment The Russian Revolution. New York, Oxford, Oxford University Press, 1982, Stalin’s Peasants. New York, Oxford, Oxford University Press, 1994 et récemment Everyday Stalinism. Ordinary Life in Extraordinary Times : Soviet Russia in the 1930s. New York, Oxford, Oxford University Press, 1999.

3Jochen Hellbeck est professeur assistant en histoire à l’université de Giessen (Allemagne). Il a publié le journal intime de Stepan Podlubnyj (Tagebuch aus Moskau 1931-1939. Munich, Deutscher Taschenbuch Verlag, 1996) dont il prépare actuellement une édition américaine et russe. Son analyse de l’activité diariste durant l’ère stalinienne intitulée Revolution ofthe Soul : Soviet Diaries from the Stalin Era (Cambridge, Mass. : Harvard University Press) paraîtra dans le courant de l’année.

4Oleg Kharkhordin est titulaire d’un Ph. D. en sciences politiques de l’université de Californie, Berkeley, il est professeur associé en théorie politique au département de sciences politiques et de sociologie à l’Université européenne de Saint-Pétersbourg. Il a obtenu une bourse de l’Académie des relations internationales à Harvard (1996-1999) et fut professeur invité à l’EHESS au printemps 2000. Il est l’auteur de The Collective and the Individual in Russia : A Study of Practices (University of California Press, 1999) et a publié des articles, dans des revues telles que International Sociology, Europe-Asia Studies et la Revue d’Etudes Comparatives Est-Ouest. Ses centres d’intérêts actuels sont l’histoire d’un concept d’État et la théorie politique de l’amitié.

5Urs Marti est privat-docent à l’université de Zurich (Séminaire de philosophie et Institut de sciences politiques). Il a publié notamment Michel Foucault. München, 1988 ; 2., überarbeitete Auflage. Miinchen, 1999 ; « Der grosse Pöbel-und Sklavenaufstand ». Nietzsches Auseinandersetzung mit Revolution und Demokratie. Stuttgart, 1993, différents articles sur l’histoire des idées et sur la philosophie politique moderne. Ses centres d’intérêt sont la philosophie politique moderne, la philosophie du droit et les problèmes éthiques de la politique internationale.

6Claude Pennetier est chercheur au CNRS, directeur du Maitron (Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier français et international, Éditions de l’Atelier). Il anime le programme « Prosopographie des militants » du CNRS/UPRESA 8058 et a travaillé sur le socialisme dans les départements ruraux et sur la banlieue parisienne. Il a dirigé, avec Bernard Pudal, Autobiographies, autocritiques, aveux dans le monde communiste, Paris, Belin, 2002.

7Bernard Pudal est professeur de sciences politiques à l’université de Montpellier, chercheur au CSU-IRESCO (CNRS-Paris). Auteur de Prendre parti. Pour une sociologie historique du PCF, Paris, Presses de la Fondation Nationale des Sciences Politiques, 1989, et en collaboration, de Le Siècle des communismes, Édition de l’Atelier, 2000. Il a publié avec Claude Pennetier, « L’évolution des méthodes d’analyse du militant ouvrier, archétype du militant » (pp. 13-27) et « Deux générations de militants communistes fiançais (1931-1951) en proie à des procès d’épuration interne » (pp. 115-136) in José Gotovitch et Anne Morelli (éd.) Militantisme et Militants. Bruxelle EVO, 2000. Il a récemment dirigé, avec Claude Pennetier, Autobiographies, autocritiques, aveux dans le monde communiste, Paris, Belin, 2002.

8Klaus-Georg Riegel est professeur de sociologie à l’université de Trier (Allemagne). Parmi ses publications les plus marquantes, on peut citer : Konfessionsrituale im Marxismus-Leninismus. Graz, 1985 (Styria) ; « Inquisitionssysteme von Glaubensgemeinschaften. Die Rolle von Schuldgeständnissen in der spanischen und der stalinistischen Inquisitionspraxis », Zeitschrift für Soziologie, 3, 1987, pp, 175-189 ; « Kaderbiographien in marxistisch-leninistischen Virtuosengemeinschafte », Leviathan, 1, 1994, pp. 17-46 ; « Der Marxismus-Leninismus als politische Religion », in Hans Maier et Michael Schäfer (eds.), Totalitarismus und Politische Religionen. Paderborn, Ferdinand Schôningh, 1997, pp. 75-128. Ses centres d’intérêt sont la sociologie de la culture, les théories de la modernisation et les religions politiques.

9Brigitte Studer est professeur d’histoire contemporaine à l’université de Berne. Elle a publié notamment Un parti sous influence. Le Parti communiste suisse, une section de l’Internationale, 1931 à 1939. Lausanne, L’Âge d’Homme, 1994 ; et Sous l’œil de Moscou. Le Parti communiste suisse et l’Internationale 1931-1943. Archives de Jules Humbert-Droz, vol. V. Zurich, Editions Chronos, 1996. Elle est également l’auteur de « Totalitarisme et Stalinisme » et « La Femme nouvelle », in Michel Dreifus et al. (éd) Le siècle des communismes. Paris, Éditions de l’Atelier, 2000. Et co-auteur de Der stalinistische Parteikader. Identitätsstiftende Praktiken und Disburse in der Sowjetunion der Dreissiger Jahre, Köln-Weimar-Wien, BöhlauVerlag, 2001.

10Berthold Unfried est historien, a enseigné aux universités de Berne et de Vienne (Autriche). Il est l’auteur de plusieurs publications récentes sur l’autocritique et d’autres formes du parler de soi en Union soviétique, notamment avec Brigitte Studer Der stalinistische Parteikader. Identitàtsstiftende Praktiken und Diskurse in der Sowjetunion der Dreiβiger Jahre, Köln-Weimar-Wien, BöhlauVerlag, 2001.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540