Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Parler de soi sous Staline

 | 
Brigitte Studer
, 
Berthold Unfried
, 
Irène Herrmann

IV. Journaux intimes, journaux publics

Journaux intimes, journaux publics

Texte intégral

1Le journal intime bolchevique se décline en deux tendances, variant en fonction du public qu’on lui assigne. La première, lointaine cousine de la pratique diariste occidentale, relève d’une initiative individuelle, tandis que la seconde est le fruit d’une commande émanant d’une institution qui en fixe les formes et les thèmes. L’une et l’autre se rejoignent dans un processus commun d’auto-éducation visant à améliorer les capacités bolcheviques de son auteur.

2Sur la base d’un corpus rassemblant une centaine de journaux intimes, notamment le journal de Stepan Podlubnyj, Jochen Hellbeck se livre à l’examen du premier genre qui, contrairement à des idées reçues, était relativement répandu en URSS. Cette popularité suggère l’importance de la notion de soi dans la société stalinienne où l’expérience diariste permet de noter et de relever l’effet subjectivant de l’idéologie révolutionnaire. Ce texte de soi pour soi permet à la fois de se réaliser et de s’impliquer dans un vaste projet de société. Il se présente également comme une sorte d’entraînement psychosocial où, par le biais de la rationalisation inhérente à l’écriture, d’un certain fonctionnalisme et de constantes évaluations de faisabilité, l’auteur parvient à mettre de l’ordre dans un monde chaotique. A ce titre, il constitue une véritable technique d’autodisciplination qui rejoint vite un effort de travail sur soi. Il existait toutefois une ligne normative à ne pas franchir. Pour être légitime, le journal ne devait en aucun cas servir de lieu d’élaboration et de formulation d’intérêts égoïstes, narcissiques, individualistes. Sa finalité, l’unique finalité reconnue par le pouvoir, résidait dans sa fonction de vecteur de formation de l’homme soviétique. Hellbeck suit la trace de ces multiples recherches individuelles d’un soi « meilleur », « socialiste », par le biais du dialogue intérieur avec les principes dominants. Le but ultime de cette écriture intime est, en effet, de transformer le diariste en véritable bolchevique, privilégiant le côté public de sa personnalité. De nombreux journaux des années trente témoignent ainsi de l’extraordinaire implication personnelle de leur auteur dans le développement du système soviétique. Ces documents ne trahissent pas un repli sur soi mais, au contraire, reflètent une réelle intériorisation des valeurs staliniennes, soit une véritable assimilation de l’ordre étatique, associé à un élan de subjectivisation et, partant, d’émancipation. Il contredit, de la sorte, d’autres interprétations de l’époque stalinienne qui dénient cette faculté aux citoyens soviétiques.

3À la base, les journaux intimes analysés par Josette Bouvard poursuivaient des objectifs analogues, même si ces documents ne relevaient pas d’initiatives privées. Partant d’une idée chère à l’historien Pokrovskij, voulant que ceux qui font l’actualité doivent eux-mêmes en écrire le récit, Gorki et Kaganovich entreprirent la mise en œuvre d’une vaste Histoire des fabriques et des usines. Un des chapitres était consacré à la construction du métro de Moscou. Entre 1933 et 1935, on sollicita donc des ouvriers, afin qu’ils dépeignent l’avancée de ce chantier dans des documents intimes particuliers : les journaux de production. Sur 70 000 personnes, seules 110 répondirent à l’appel. Trente-huit de ces journaux sont archivés. Si, selon le vœu de leurs commanditaires, ces textes avaient une utilité mémorielle collective, ils pouvaient aussi occasionner chez leur auteur une véritable élaboration de soi, en suscitant l’autocritique et une identification aux critères bolcheviques de l’action, tels que les « héros du travail » ou l’abnégation face à la communauté. Souvent, pourtant, leur contenu resta fort pauvre et se limita à une simple énonciation événementielle ou comptable. Ce maigre résultat, essentiellement imputable au niveau d’éducation rudimentaire de la majorité des « écrivains », empêcha l’exploitation finale de cette source. Bien plus, il contribua à l’abandon de l’« histoire par ses acteurs ».

4L’exemple des « journaux de production » illustre bien la vitalité d’un état d’esprit collectiviste, tant chez les commanditaires que chez les exécutants. Par l’écriture, il s’agit de se montrer utile à la société, et non pas de satisfaire son ego. Dans ce contexte, le journal devient donc un instrument d’amélioration, de bonification personnelle. Il participe à l’élaboration de soi à l’intérieur du collectif de production. En dépit de l’échec final du projet, le mode d’introspection constructive, qu’implique cette forme de tenue de journal, témoigne d’une pratique plus généralisée dans la société stalinienne des années trente.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540