Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Parler de soi sous Staline

 | 
Brigitte Studer
, 
Berthold Unfried
, 
Irène Herrmann

ΙII. Autocritique

6. Parler de soi au parti : L’autocritique dans les milieux du Komintern en urss durant les années trente

Berthold Unfried

Texte intégral

  • 1 Ma contribution est partiellement issue de : Studer et Unfried 2001. Une partie des recherches en a (...)
  • 2 À l’exception probablement du PCF qui avait créé, au début des années trente, une commission des ca (...)

1Dans l’idéal, les communistes occidentaux vivant en l’URSS des années 1930 participaient de la culture stalinienne universelle1. Dans la réalité quotidienne, ils se distinguaient de leurs camarades soviétiques par leurs modes de vie et de pensée ainsi que par leurs comportements. Il en allait de même avec les modes de parler de soi institutionnalisés au sein du parti communiste soviétique. Ces pratiques, comme celle de l’autocritique (samokritika), les laissaient le plus souvent perplexes. Ils n’étaient pas habitués à ces formes de vie du parti qui tranchaient avec leur conception du privé et avec l’idée qu’ils se faisaient de ce qui appartient à sa sphère publique. Au sein des partis communistes occidentaux, l’autoprésentation courante lors, des réunions de cellule, n’était pas d’usage. L’institution de la purge ou de l’épuration (chistka), parfois conduite sous forme de « vérification » (proverka) des membres et menant à un « dégraissage » périodique, n’existait pas. Les PC occidentaux ne connaissaient pas ce système sophistiqué de gestion du personnel dont disposaient leurs camarades soviétiques, marque insigne de leur position de pouvoir2.

  • 3 Parti communiste/bolchevique (= parti communiste soviétique).

2Il s’agit ici de montrer comment les communistes allemands, autrichiens, suisses ou fiançais, intégrés dans les rangs du PC/B3, essayaient d’assimiler les manières soviétiques du parler de soi. Les sources susceptibles d’éclairer cette problématique proviennent principalement des archives du Komintern à Moscou. Dans certains de ces textes, les cadres sont soit auteurs d’un discours sur eux-mêmes, soit objets de qualifications, de classifications, de dénonciations, alors rédigées par autrui. On dispose également de protocoles à caractère dialogique consignant des réunions d’épuration effectuées à l’intérieur du parti ou des interrogatoires menés par le NKVD ; documents dans lesquels certains cadres sont soumis à enquête. Dans sa disparité, l’ensemble de ce vaste corpus révèle ce que furent les pratiques identitaires induites par les normes soviétiques et les mécanismes de répression afférents.

3Les émigrés occidentaux se heurtaient, en URSS, à une pratique étrangère et à laquelle ils avaient à s’accoutumer. « Quand je suis venu ici comme communiste du parti allemand, raconte un fonctionnaire du PC allemand durant une réunion de parti, j’ai vu les gens se frapper la poitrine en disant de leur propre gré, j’ai fait ceci et cela, j’ai fait cette cochonnerie. Je dois dire que ça m’a laissé perplexe [...] Au début, je considérais cela comme russe, à tort Ce n’est que maintenant que je me rends compte que c’est bolchevique... » (Müller 1991 :422).

  • 4 Ainsi le camarade autrichien Reif dans la réunion du secteur autrichien de l’École léniniste du 27 (...)
  • 5 Mayenburg 1978 : 48 ; cf. également Buber-Neumann 1990 : 394-395.
  • 6 Getty 1985 et Rittersporn 1988 ont particulièrement mis l’accent sur cette distinction.

4L’autocritique, est donc un exercice qui reste à apprendre lorsqu’on arrive en URSS4. Cet apprentissage est malaisé – après des réunions de « critique et autocritique », les toilettes de l’hôtel Lux (où furent logés les cadres du Komintern) « débordaient », selon les termes de Ruth von Mayenburg, l’épouse du dirigeant communiste autrichien Ernst Fischer5. Ce furent ces réunions d’épuration, et surtout l’autoprésentation autocritique qu’on y pratiquait, qui produisirent l’impression la plus étrange sur les communistes occidentaux. Le mot de « purge » se trouve aujourd’hui le plus souvent associé à la Grande Terreur des années trente, mais à l’origine, le sens du terme était plus étroit6. Il signifiait l’auto-épuration périodique du parti, soit l’évacuation des « éléments indignes » par le biais de campagnes de vérification des adhérents (proverki).

5Le contrôle s’effectuait alors de manière parfaitement routinière et touchait indifféremment tous les membres du parti. Chacun devait se présenter de manière autocritique au cours de réunions du parti, organisées au niveau de la cellule (jachejka) sur le lieu de travail. Ces séances ont alimenté d’épaisses liasses de procès-verbaux dactylographiés, retranscrivant le plus souvent des interrogatoires pendant lesquels les accusés exposent eux-mêmes leurs fautes et où les aveux prennent la forme d’autocritiques. Certaines de ces « autocritiques » étaient aussi soumises par écrit au comité de parti (partkom) et servaient de point de départ à la discussion. L’autoprésentation sous la forme de d’autobiographie de parti pouvait également prendre le caractère d’une évaluation autocritique du curriculum vitae destiné au parti. Chaque membre était tenu de rédiger ce type de cv, exposant sa vie et sa carrière politique tout en énumérant et en analysant ses fautes.

6Le déroulement de ces assemblées de cellule est clairement lisible dans les documents relatifs à la chistka de 1933. Chacune se passe en soirée et donne lieu à l’« épuration » de quatre à dix militants. Celui qui est soumis à la chistka monte sur un podium placé entre la commission qui préside la réunion et le public. Il présente son autobiographie qui mentionne obligatoirement ses fautes et ses faiblesses. Il s’expose ensuite à la discussion où on l’interroge sur ses activités idéologiques et sur sa vie « privée ». En outre, la commission le questionne sur son attitude et son instruction politiques (politproverka). Dans les cellules du pc/b auprès du Komintern, les membres étrangers et soviétiques, le personnel technique et les fonctionnaires se retrouvaient tous ensemble. Pour les derniers, la politproverka s’apparentait à une prise de position par rapport à la ligne politique générale et aux déviations patentes ; pour le personnel technique, elle se limitait à une vérification de connaissances factuelles : qu’a dit Staline lors du XIVe congrès ?, qu’est-ce qu’un koulak ? quelle est la tactique actuelle de la lutte des classes ? quelle est la nature du trotskisme ?

  • 7 Cette étape était, à la différence de la réunion de cellule habituellement ouverte aux non-membres (...)
  • 8 RGASPI : f. 546, op. 1, d. 335.

7Après autoprésentation et examen du candidat, son cas était discuté publiquement par le collectif. Ensuite, la commission d’épuration élaborait sa décision à huis clos7. Le résultat s’exprimait sous forme de catégorisation : x est un bon camarade qui devrait cependant améliorer son travail dans le secteur y ; Z est un élément dégénéré, etc. En bref, ceux qui avaient été soumis à cette épreuve étaient classés comme dignes ou indignes d’être membre du parti. Ceux qui étaient considérés comme capables d’être réformés recevaient des admonestations et des pénitences, le plus souvent sous la forme de « travail social » à accomplir dans des comités d’usine ou des cercles du parti. Parfois, le collectif était exhorté à « porter assistance » à certains camarades8.

  • 9 Cela apparaît très clairement dans les protocoles de réunions de parti dans la province russe qui s (...)
  • 10 Protocoles dans RGASPI : f. 546, op. 1, d. 146.

8La plupart des « éléments indignes » de rester dans le parti n’étaient pas des opposants politiques mais, bien plutôt, des membres passifs, des buveurs, des bagarreurs, des indisciplinés ou tout autre type de personnes se faisant remarquer par une mauvaise conduite sociale9. La liste des motifs fondant les réprimandes est un mélange de délits et de déviations « politiques » (dans le sens étroit du mot) ou « privées »10. Les fautes propres aux étrangers sont l’infraction aux règles de « sécurité conspirative » et surtout l’adaptation insuffisante à la langue russe et au mode de vie soviétique, qu’on exprime souvent par un reproche d’« isolement de la réalité de la vie soviétique ». Ainsi, l’une des plaintes les plus fréquentes durant les réunions de parti des années vingt jusqu’à la Grande Terreur est : « Nous ne connaissons pas les camarades étrangers ».

Les objets de l’autocritique

  • 11 L’affaire date de 1932 (RGASPI : f. 546, op. 1, d. 252). Il est vrai que la personne en question av (...)

9Les objets privilégiés de l’autocritique, telle qu’elle se déploie lors de ce type de réunions, ne concernent pas la politique dans un sens étroit du terme, même si on en parle souvent. En réalité, la majorité des sujets relève du social ou de la vie quotidienne. Le « comportement non-communiste à l’égard des femmes » était – sans doute au grand étonnement des Occidentaux concernés – un thème récurrent durant les réunions de parti. Ces assemblées revêtaient alors un caractère de procès, à l’occasion duquel toutes les sphères de la vie étaient traitées. Ainsi, la (quatrième) épouse d’un communiste allemand dépose au partkom une plainte contre son mari qui l’a quittée. L’homme avait déjà reçu un avertissement pour polygamie et « comportement frivole ». Dans son autocritique, il dénonce l’« attitude petite-bourgeoise » qu’il adopte dans sa vie familiale. L’enquêteur du parti (partsledovatel’) confirme qu’il s’agit bien d’un « comportement négatif et petit-bourgeois envers les femmes » ; l’accusé reçoit une sévère réprimande et se fait congédier du poste qu’il occupait dans l’appareil du Komintern11.

  • 12 Réunion du secteur « Ja » du 27/28 novembre 1937 (RGASPI : f. 531, op.l, d. 227).

10Femmes battues, polygamie, abandon de jeunes filles enceintes – l’espace privé éclate dans la sphère publique du parti ; au grand dam des étrangers, peu habitués à de telles intrusions dans ce qui, jusqu’alors, appartenait à leur vie intime. Un élève autrichien de l’École léniniste fait ainsi la connaissance d’une Russe, lui écrit et la fait venir dans l’établissement. Il a certes essayé de cacher cette relation qui constitue une infraction sévère aux règles de la « conspirativité ». Mais il est découvert et son cas est examiné. On estime alors qu’il a une « attitude frivole » envers le sexe opposé. « Il a déjà fréquenté une jeune fille – cela a été toléré. Après, une autre. Il s’en est aussi séparé, bien qu’il ait obtenu une permission pour elle. Maintenant, c’est sa troisième. Cela fait mauvaise impression... Était-il correct de soulever cette question ? » L’interrogation de l’instructeur russe chargé d’examiner la chose est ici toute rhétorique et pointant le collectif autrichien y répond unanimement par la négative. Il estime que de telles affaires se traitent dans une réunion de parti12.

11Il n’y a pas de sphère strictement « privée » dans le parti. La vie elle-même lui appartient. Une tentative de suicide peut devenir thème d’autocritique (Becher 1992 :236). Mais c’est rare. Les « déviations » de la vie quotidienne et politique dominent.

  • 13 Lettre de A. Heinrich du 29 janvier 1935 (RGASPI : f. 546, op. l, d. 282).

12Au cours des années trente, ces thèmes de la vie quotidienne, « privée », sont « politisés » », soit recouverts d’un langage politique. La « vigilance » devient un terme dominant les relations « personnelles » des militants. Le lien privilégié entre ce que les communistes étrangers regardaient comme « privé » et la sphère publique de la cellule du parti se tissait alors dans l’exposé des « relations » entretenues avec des « ennemis du parti ». C’est une faute majeure commise par bien des militantes que d’avoir, par « sentimentalité petite bourgeoise », continué à entretenir des contacts avec un conjoint démasqué comme « ennemi » et/ou d’avoir caché ce fait au partkom. Dans une telle situation, l’attitude correcte est illustrée par l’épouse d’un fonctionnaire allemand : « C’est un coup incroyablement dur pour moi lorsque je réalise que durant toutes ces années, j’ai soutenu un ennemi du parti. Quand j’ai appris, hier soir, que les accusations contre lui se sont avérées justes, j’ai rompu toute relation avec lui. »13

13C’est donc aussi dans le champ des relations « personnelles » et des relations hommes/femmes que s’opère la transformation de l’autocritique d’instrument d’éducation (de l’homme, de la femme et de la famille) en instrument de la Terreur. La question du « public » et du « privé » se pose alors sous le signe de la « vigilance ».

L’apprentissage de l’autocritique ; l’autocritique comme travail sur soi

14Les émigrés adultes, formés en Occident à l’aune d’une culture d’autoprésentation très différente de celle qui prédominait en Union soviétique, peinaient à assimiler de manière convaincante un discours autocritique. Or, dès l’école, leurs enfants vont apprendre comment on manie « critique et autocritique », comment on produit les uns sur les autres des karakteristiki, comment on constitue des dossiers (Schafranek 1998 : 74-75). L’autocritique, conçue comme forme de communication à l’intérieur du parti, était une pratique courante dans les écoles des cadres du Komintern. A l’École léniniste et à l’Université de l’Occident (KUNMZ), elle était une méthode d’enseignement que les élèves se devaient d’assimiler. Ils se familiarisaient avec un mode d’autoprésentation, désigné par les termes d’« autoévaluation » ou « autorapport » (samootchet), soit une évaluation autocritique de leurs prestations scolaires, de leur activité sociale et de leur comportement politique.

  • 14 Cf. Variantenversammlung Β à la KUNMZ du 3 février 1935 (RGASPI : f. 529, op. 2, d. 454).
  • 15 Cf. Par exemple, P. Berger dans le protocole de la réunion du secteur allemand de la KUNMZ du 10 fé (...)
  • 16 Protocole de la réunion du parti de « Variante C alt und neu » de la KUNMZ du 15 avril 1935 (RGASPI (...)

15Dans ces établissements, on considérait l’autocritique comme la forme essentielle du travail sur soi. Selon un membre du Bureau, les réunions de parti servaient à s’éduquer et à purger mutuellement ses fautes14. A l’intérieur de chaque cadre immature se tapit encore un petit-bourgeois qui inspire de « mauvaises pensées », pousse à l’expression de concepts incorrects et provoque une attitude idoine15. Ce petit-bourgeois ne peut s’extirper qu’à l’aide des camarades et de l’autocritique. Être membre du parti ne signifie pas qu’on est déjà devenu un bon bolchevique. « Il est indispensable de travailler sur soi à l’aide de l’autocritique, dit le partorg du secteur allemand à la KUNMZ ; dans les pays capitalistes nous étions assujettis aux influences de la bourgeoisie et de leurs partis. Il est nécessaire de liquider cette influence. »16

16Dans leur régularité, ces différentes recensions de soi, intervenant lors des réunions de parti consacrées à l’examen de thèmes ou de « cas » particuliers, permettaient aux étudiants de s’exercer à un maniement correct de la méthode autocritique. L’assimilation de cette pratique ainsi que l’apprentissage de la prise de position ou de résolution se faisaient alors par appropriation des mots, des phrases et de la nomenclature propres au discours de parti. De telles séances servaient à entraîner et à façonner les comportements du futur cadre.

17Il régnait dans ces écoles de cadres un climat chronique d’insatisfaction nécessaire et fondamentale. Les efforts n’étaient jamais suffisants, les erreurs omniprésentes, et même les plus assidus n’étaient souvent que des ennemis masqués. Dans ces conditions, être un bon communiste s’avère aussi impossible qu’être un catholique sans péchés. Ce trait dépressif correspond à l’anthropologie noire du stalinisme, postulant que l’homme est imparfait et doit être corrigé par coercition. Malgré ses traits enthousiastes, le stalinisme ne se révèle ici une conception très gaie de la vie. Confrontés à des buts inaccessibles, exposés aux constants changements du discours de parti, censé indiquer la droite ligne politique et, partant, débusquer toutes les déviations, les étudiants étaient soumis à un stress permanent qui se reflète dans l’atmosphère agressive des séances d’autocritique.

  • 17 Sector-meeting du secteur anglo-américain de l’École léniniste du 23 octobre 1933 (RGASPI : f. 531, (...)
  • 18 Discussion sur le rapport du camarade Yablonsky au secteur « I » de l’École léniniste du 14 octobre (...)

18Même ces élèves destinés à devenir la future élite du parti avaient du mal à assimiler la bonne démarche autocritique. Car ils ne la comprenaient pas et adoptaient une « attitude superficielle et irresponsable » envers elle17. Le secteur français pratique ainsi l’« autocritique à la française »18, dans un esprit de camaraderie indulgente et d’individualisme petit-bourgeois qui ne permet pas aux militants d’avouer leurs fautes.

  • 19 Discours du camarade André Marty du 10 octobre 1933 (RGASPI : f. 531, op. 2, d. 67) ; Marty devant (...)
  • 20 Discours du camarade Marty devant le secteur « I » de l’École léniniste du 23 novembre 1933, (RGASP (...)

19C’est André Marty qui, lors de la chistka de 1933 à l’École léniniste, explique le bon usage de l’autocritique comme méthode de travail au sein du parti. Il fustige toute « approche libérale et non bolchevique »19. « La peur d’autocritique ne fait naître que le cantonnement, l’infériorisation des discussions de principe, le groupisme et d’autres maladies opportunistes qui sont capables de faire le plus grand mal à la bolchévisation de nos cadres », dit-il. « L’épuration doit être pour nous une école d’autocritique.20 »

  • 21 Jour du parti du 4 décembre 1933 (RGASPI : f. 531, op. 2, d. 67).
  • 22 Le secteur anglo-américain fait de même et condamne « friendliness and family-feeling » (RGASPI : f (...)
  • 23 Discussion sur le rapport du camarade Yablonsky, secteur « I » de l’École léniniste du 14 octobre 1 (...)

20Par la suite, les fautes relevées par Marty sont analysées l’une après l’autre par les étudiants ; puis elles sont encore retravaillées dans un esprit d’autocritique lors d’une Journée du parti : « ... Nous nous sommes efforcé [sic] de mettre en relief les côtés positifs de notre travail en estompant les côtés négatifs. Pendant l’épuration il en fut de même. Nous n’avons pas compris, explique le camarade Damon, que l’épuration était la forme la plus haute de l’autocritique et un levier puissant d’’éducation en même temps que de correction des fautes. Il fallut la voix de notre camarade Marty pour nous rappeler ces vérités. » Et le camarade Rémy d’ajouter : « [...] l’épuration du PC nous a servit [sic] à corriger nos défauts sous le feu de l’autocritique bolchevique.21 » Le secteur français a appris, grâce au sermon de Marty, à faire de l’autocritique un levier dans la lutte contre la « mansuétude », contre le « groupisme » et l’« esprit de famille », affirme-t-on unanimement dans une résolution22. Seul le camarade Vergniaud émet un son discordant quand il se déclare « dégoûté de la façon dont la discussion s’est déroulée... Je n’ai pas pris la peine de préparer mon intervention mais je peux la faire aussi bien devant le pape que devant Staline.... Pour moi je sais très bien que je ne serais pas un communiste comme Dimitrov.23 »

21Cet exemple montre bien comment les élèves de l’École léniniste sont trempés dans le « feu de l’autocritique » ; feu triple en l’occurrence. Tout d’abord, le collectif fait feu sur l’homme ancien ; puis c’est un feu purificateur qui nettoie le cadre des restes petit-bourgeois de son existence antérieure. Feu, enfin, qui balaie le collectif et l’expurge des irrécupérables, de ceux qui sont définitivement « pourris ».

Critique et autocritique comme forme du dialogue au parti

22L’autocritique, est donc une méthode pour corriger des erreurs et démasquer l’ennemi. Lors de l’autocritique, le cadre « tourne son visage vers le parti », nu et sans masque. Il critique ses propres fautes « sans ménagement », ce qui permet aux camarades de les rectifier à travers une critique « camaradiale et bolchevique ». Celui qui cache ses erreurs, ne permet pas qu’elles soient corrigées, il se fige dans sa méprise. Il faut s’ouvrir aux camarades, au parti, en exposant ses égarements avant qu’ils ne soient découverts par eux.

  • 24 Réunion du secteur « Ja » de l’École léniniste du 27 février 1937 (RGASPI : f. 495, op. 187, d. 300 (...)

23Par ailleurs, cette même technique est un moyen efficace pour débusquer les éléments hostiles, pour arracher au traître son image de bon citoyen soviétique, de camarade modèle, d’ouvrier de choc. « Ce n’est que l’ennemi qui a peur de la critique. Critiquer un camarade est un honneur, un souci, car elle exprime l’avis que le camarade est capable d’améliorer son travail. [...] Nous devons augmenter et aiguiser la vigilance afin de démasquer l’ennemi sous quel que masque que ce soit.24 »

24Les Occidentaux doivent apprendre que la forme du dialogue avec le parti n’est pas l’autojustification, mais l’autoaccusation. L’autocritique n’est pas pure introspection, mais communication avec les camarades. C’est ainsi qu’on découvre ses fautes et qu’on peut les corriger. Il faut aider le parti dans cette tâche. Répliquer aux critiques des camarades empêche la correction des fautes et trahit une duplicité fondamentale, une tentative de dissimuler quelque chose au parti. L’essai d’autojustification suscite un redoublement d’attaques dans les réunions. Une autocritique peut être rejetée pour manque d’honnêteté, comme stratégie de camouflage et de dérision. Dès lors, une autocritique de cette autocritique antérieure devient nécessaire. La personne concernée est invitée à « approfondir » ses déclarations précédentes, à analyser ses fautes « sans ménagement », à les condamner et à revendiquer leur juste punition.

25Toute autocritique est liée à la critique d’autrui, et nombre d’entre elles contiennent la formule : « J’ai été amené à cette attitude anti-parti par X », ou « C’est sous l’influence de y que j’ai commis telle erreur ». L’autocritique va donc de pair avec la critique, voire la dénonciation qui, idéalement, devaient « aider » le camarade à découvrir et à éliminer ses propres manquements. L’autocritique est toujours dirigée contre quelqu’un, outre celui qui la fait. Dans les milieux du PCF circulait à cet égard une plaisanterie, racontée par Edgar Morin : « Il fait son autocritique. – Contre qui ? » (Morin 1975 : 254). Elle est ainsi incluse dans un mécanisme de production de coupables qui a toujours tendance à s’étendre, à s’élargir ; elle fait partie du terrorisme anti-bureaucratique du stalinisme.

  • 25 J’ai développé cet argument avec plus de détails dans mon article (Unfried 2002 à paraître).

26Cette dynamique est aussi inhérente à ce grand thème d’autocritique qu’est la « vigilance bolchevique », ou plutôt son absence. Pour démontrer sa transparence vis-à-vis du parti, il fallait s’accuser de relations avec des ennemis avérés, mais tout en livrant le nom de ceux qui s’étaient pareillement laissé contaminer par ces contacts malsains. Cette pratique permet d’éradiquer des milieux entiers, de sonder et de couper la « queue » (khvost) d’affiliés que l’ennemi traînait derrière lui (Fitzpatrick 1999 :32-33). Ce type de « délation » s’effectuait habituellement dans le cadre des avtobiografii. La dénonciation, correspondant donc à l’attitude exigée par la discipline de parti, se présente comme une véritable opération identitaire. Dans cette optique, la délation se place sur le même rang que l’autocritique et l’autobiographie de parti25.

27Sur le plan symbolique, l’autocritique signifie la soumission du cadre aux règles comportementales du parti. Qu’il soit coupable ou innocent, il faut bien que le bon cadre s’incline lorsque le parti demande une autocritique de lui. Dans ce sens, l’autocritique est un « rituel », une pratique quotidienne de la vie au parti (Unified 1994 : 148-164 ; Getty 1999 : 49-70).

L’interrogatoire dans le cadre du parti

28A partir du milieu des années trente, les campagnes régulières d’épuration furent remplacées par des réunions sur le « cas » (delo) d’un camarade contre qui des accusations et/ou des soupçons avaient déjà été retenus. En fait, il s’agit là de véritables procès qui avaient certes toujours existé, mais qui, dès lors, supplantent définitivement les purges. C’est dans ce cadre spécifique que la pratique de la critique et de l’autocritique prend un tournant meurtrier.

29L’autobiographie « autocritique » que l’accusé livrait au début de la procédure était suivie de questions émanant du public. Cette opération débouchait obligatoirement sur une confession qui, jusqu’aux alentours de 1935, révèle un certain mode de vie et certaines formes de pensée. Mais, plus on s’approche de la Grande Terreur, plus les autocritiques deviennent fiévreuses et fantasmagoriques. On y retrouve des images de l’ennemi, visiblement promulguées d’en haut. Néanmoins, ces élucubrations contiennent des éléments de réalité : les classiques manquements quotidiens aux règles de comportement, les récriminations contre la dureté des conditions de vie. Tout est désormais retraduit dans une langue aux obsessions obsidionales, tout est susceptible d’être interprété « politiquement » : la gifle qu’un élève autrichien de l’École léniniste donne à un camarade trahirait ainsi un « sentiment caché de méfiance par rapport au parti », une « incompréhension du rôle du parti, de la critique et de l’autocritique bolcheviques » et une « surévaluation de sa personne » (McLoughlin, Schafranek et Szevera 1997 : 461).

30Il importe de replacer la forme de la critique et de l’autocritique, dans le contexte de l’histoire de la répression. Ce type de « parler de soi » qu’est l’autocritique ne se développa pas selon une logique intrinsèque menant irrémédiablement à la Grande Terreur ; Ce n’est qu’ensuite quelle fut simplement reprise comme une forme dont le contenu et la signification changeaient. Une différence importante entre les chistki de la première moitié des années trente et celles de la Grande Terreur tient au fait que les règles du jeu n’étaient plus repérables dans la seconde phase. Comme tout mode d’expression, les formules d’autocritiques avaient aussi servi à la protection de ceux qui en connaissaient le bon usage. La Grande Terreur cependant frappait aveuglement et aucune autocritique ne protégeait contre l’arrestation. Le contenu des autocritiques de cette période devient fantasmagorique. Des individus se disant entièrement corrompus demandent leur propre élimination, ayant assimilé, par l’autocritique, une identité d’ennemi irréductible, de saboteur et d’espion.

  • 26 Réunion du secteur « Ja » de l’École léniniste le 27 février 1937 à propos du « cas Braun » (RGASPI (...)
  • 27 Réunion du secteur « Ja » de l’École léniniste du 27 février 1937 (RGASPI : f. 495, op. 187, d. 300 (...)

31L’« ennemi du parti » Braun (un communiste autrichien, enseignant à l’École léniniste) se fait ainsi démasquer par le collectif, non seulement comme « chauvin » et « falsificateur de Marx-Engels-Lénine, calomniateur antisoviétique et trotskiste-fasciste », mais aussi comme « formaliste, bureaucrate et intrigant ». Il « supprimait l’autocritique » à l’École, était « avide d’argent » et « égoïste sur le plan matériel ». De plus, il battait son employée de maison russe et éduquait son enfant « dans un état d’esprit chauvin et méprisant envers l’URSS »26. L’essence de son caractère se révèle de façon significative dans son rapport à la confiserie. Il est outré de ne pas même pouvoir s’acheter de douceurs en URSS. En écho, son fils déclare à ses camarades de classe que « chez nous en Autriche, les cochons refuseraient les bonbons que mangent les enfants d’ici27 ».

  • 28 « Là où il y a du trotskisme et de la contre-révolution, il y a des problèmes », commence un partic (...)

32Ce type de propos, apparemment absurdes et vides de sens, se déchiffrent aisément. À l’instar des accusations de trotskisme ou de primirenec, ils expriment une partie de la réalité locale28 . Les différents éléments reprochés à un Schutzbündler arrêté sont résumés sous le terme de « Terreur », car il se livrait à la débauche, à des beuveries et à des « excès contre la police » ; mais aussi sous l’accusation générique d’« agitation anti-soviétique », car le coupable aurait parlé des « défauts de l’urss » (McLoughlin, Schafranek et Szevera 1997 : 357).

  • 29 Ainsi la camarade Manulia (Protocole n° 11 de la réunion du partkom de l’IML, le 17 mai 1937, Centr (...)

33Quand on essaie de regarder derrière le voile des paroles soviétiques, on s’aperçoit que les bonbons de Braun trahissent un phénomène essentiel, à savoir le mécontentement et la déception des émigrés face aux conditions et au standard de vie en URSS. C’est par leurs habitudes et leur mode d’existence que les communistes occidentaux deviennent des « agents » du capitalisme dont ils exportent le style de vie. C’est par leur simple présence qu’ils sabotent la création de la civilisation socialiste. L’étranger, ontologisé comme tel, devient donc menaçant – que son attitude soit fidèle à la « ligne générale » du parti ou contraire. Les réunions de parti de la deuxième moitié des années trente reflètent cette méfiance envers tous ceux qui avaient des racines et/ou des relations hors d’URSS. Ils sont soupçonnés de duplicité, ils sont censés abuser de la confiance de leurs camarades soviétiques pour cacher leurs intentions néfastes29. Ces sentiments sont corrélés avec les arrestations massives d’étrangers modélisés en espions par les « biographes » du NKVD.

L’interrogatoire du NKVD et l’aveu

  • 30 Koritschoner raconte qu’après la dissolution des organisations d’étrangers, il n’avait « aucun rapp (...)

34Dans les archives du NKVD enfin, on trouve des interrogatoires servant à transformer des accusés en monstres unidimensionnels. La structure de ces dossiers d’archives ressemble, dans leur forme, à celle des autres dossiers personnels : ils sont introduits par un curriculum vitae détaillé, puis l’interpellé est « invité » à énumérer ses fautes politiques et à les qualifier ; suivent des questions concernant ses différents « liens » afin de sonder son milieu, ses réseaux sociaux et ses relations d’amitié. Irrémédiablement, les déclarations de l’accusé finissent par rejoindre les multiples chefs d’accusation. « Nous vous invitons de raconter la vérité sur votre activité contre-révolutionnaire » – c’est ainsi que la partie décisive de l’interrogatoire commence. Celui-ci aboutit, après plusieurs séances, à ce que le prévenu reprenne à son compte la « vérité » du juge – le plus souvent au moyen de contraintes physiques et d’une démarche quasi maïeutique. Au terme d’un enchaînement de déclarations, faisant alterner les arguments de l’accusé et de l’accusation, le prisonnier raconte la « biographie » d’ennemi ou d’espion qu’on lui a inculquée. Cet « aveu » est particulièrement radical dans le cas du communiste autrichien Franz Koritschoner : « Je suis un criminel aux yeux du pouvoir soviétique dont j’ai enfreint les lois ; j’ai trompé mes amis et camarades en me faisant passer pour le bon communiste que je n’étais plus. J’ai menti à ma femme qui pensait épouser un communiste sincère et doit aujourd’hui apprendre que j’ai dévié de la voie du communisme.... Je ne vous demanderai qu’une chose : me fusiller pour crime contre le pouvoir soviétique. Mon engagement passé ne doit en aucun cas constituer un motif de clémence. » (Schafranek 1995 : 239). Grâce à certaines révélations complémentaires de Koritschoner, on sait que l’attitude contre-révolutionnaire dénoncée et qualifiée de crime tenait à son isolement et à son insatisfaction face aux conditions de vie soviétiques30.

  • 31 NKVD-dossier Johann Schreiner (GARF : Archiv UKGB po moskovskoj oblas ti, Sledstvennij f. 10035, op (...)

35Ce phénomène se distingue encore plus nettement dans les protocoles d’audience de communistes italiens qui font transparaître les motivations très pratiques et quotidiennes de leur méfait (Bigazzi and Lehner 1991). Presque tous admettent se sentir mal à l’aise en URSS, avoir été profondément déçus par les inégalités sociales, l’absence de liberté et les difficultés matérielles des travailleurs. Mais ce mécontentement est, au cours de l’enquête, « traduit » en termes de dissidence politique et se transforme alors en sabotage ou en espionnage. On officialise et interprète ainsi comme des machinations bordighiste-trotskistes ce qui n’était que de la frustration face à la qualité de vie offerte et une réaction de rejet face au sous-développement du pays, inavouable en soi. « J’ai effectivement dit que la faim et la pauvreté régnaient en Union soviétique, et qu’à l’étranger, la classe ouvrière vit mieux » admettra un élève autrichien de l’École léniniste, sans pourtant accepter le « travestissement » de ses propos en activités d’espionnage et terrorisme31.

  • 32 Déclarations de Twist à Stasova du 7 mai 1937 (GARF : f. 8265, op. 4, d.57).

36Un émigrant irlandais se plaint des machinations « trotskistes » fomentées à l’Institut des langues étrangères à Odessa où il enseigne l’anglais. « Trotskisme » signifie en l’occurrence : corruption, escroquerie dans l’accomplissement du plan, harcèlement sexuel et tentative de camoufler le tout. À leur tour, ces « trotskistes » l’accusent d’enseigner l’histoire anglaise d’un point de vue petit-bourgeois, bien que l’Irlandais s’en défende énergiquement : « my plan is from the Marxian viewpoint. »32

37Sous le couvert de mots d’ordre politiques, on assiste ici à une lutte de pouvoir inégale où l’étranger part perdant. Appréhendé d’office comme un élément hostile, insinué dans le parti pour le compte d’une idéologie adverse, il est qualifié de saboteur et d’espion, méritant donc d’être arrêté et fusillé.

  • 33 Protocole du témoin Chechel’nickij, 10.8.1956 et Protest du procureur militaire Popov, 20.2.1957 (D (...)

38En 1956, au cours de la grande vague de réhabilitation, ce cas sera réexaminé. Des hallucinantes accusations portées une vingtaine d’années auparavant ne reste qu’une réalité bien banale : l’Irlandais était un mauvais enseignant porté sur la boisson. Homme simple, il savait à peine l’anglais classique et, partant, était incapable de l’inculquer à qui que ce soit. Mais, conclut alors l’enquête, il ne saurait s’agir de malveillance ou d’espionnage33.

  • 34 Protocole du 29 mars 1938 (GARF : Archiv UKGB po moskovskoj oblasti, sledstvennij f. 10035, op. 1, (...)

39Si la plupart des inculpés demandaient un « traitement » de plusieurs mois avant de « confesser » leur « véritable identité », certains l’avouaient immédiatement à l’instar de ce communiste hongrois qui s’approprie parfaitement la terminologie de ses accusateurs se déclarant spontanément membre d’une organisation contre-révolutionnaire terroriste nationaliste d’espionnage au profit de l’Allemagne34.

40Il y avait aussi des inculpés qui refusaient de se conformer aux biographies produites par le NKVD. La communiste allemande Maria Osten repoussera obstinément l’étiquette d’agent qu’on voulait lui accoler et, butée, en restera à sa vision de son passé et de son identité (Koljazin 1997 :49-58). En fin de compte, l’attitude adoptée durant la procédure ne changeait guère son résultat. Ainsi, bien que Osten se soit rebiffée contre la dernière version dénaturée d’« autocritique » qu’on lui demandait, elle sera « démasquée » par des « dépositions de témoins » comme espionne et fusillée, tout comme ceux qui avaient « avoué » de leur plein gré.

Paradoxes de l’autocritique

41L’autocritique se distingue bien entendu du discours qu’on a élaboré sur elle. Dans la théorie, l’autocritique rend public devant le collectif de parti tout ce qui est « privé », tout ce qui est caché. Or, dans la pratique, il arrive qu’elle soit une sorte d’autojustification et un moyen de cacher sa vie intime derrière un rideau de formules consacrées. Au lieu de se révéler à ses camarades, le cadre se cache grâce à un discours qui n’est « autocritique » que dans la forme.

42L’autocritique « sans égards pour la personne » était conçue comme un procédé susceptible de faire éclater des structures de clientélisme et de couper les systèmes de loyauté interdépendante taxés de « groupisme » (« queuisme »). Toutefois, dans la pratique, ces luttes de réseaux se pratiquaient précisément sous forme de « critique et autocritique ».

43Enfin, la critique et l’autocritique, qui étaient censées représenter la manière idéale de débusquer les esprits hostiles afin d’en permettre l’élimination, produisirent exactement l’effet inverse. Par leur logique intrinsèque, par cet obsédant besoin de traquer et de démasquer le traître, elles impliquèrent toujours plus de personnes et, ce faisant, créèrent au système soviétique une abondance d’ennemis.

Conclusion

44Le discours de critique et d’autocritique peut donc être considéré comme une forme de « parler de soi » institutionnalisé au sein du parti et spécifique au stalinisme. Π s’agissait à la fois d’une pratique de constitution du cadre en tant que personnage social, et d’une pratique identitaire, à l’instar de l’autobiographie de parti. L’autocritique est un acte d’individuation – si nous prenons en compte que c’était souvent la première fois qu’un membre simple parlait de lui-même ; individuation qui aboutit à l’immédiate dissolution de cette identité ainsi acquise dans celle proposée par le collectif. Construction d’identité selon des normes soviétiques, qui sont peu compatibles avec la conception occidentale de la personnalité comme expression d’un « individu unique ». La forme de la critique et l’autocritique fut reprise par la politique d’élimination des cadres à l’époque de la Grande Terreur. Il existe des similarités de forme entre autocritique, autobiographie et aveu, ces manières soviétiques de parler de soi, d’avouer. Dans l’univers fantasmagorique de la production d’aveux telle qu’elle fut pratiquée par le NKVD, on s’empresse une dernière fois de constituer à l’accusé une biographie faisant basculer son identité de cadre dans une identité d’agent, d’instrument de diversion, de trotskiste, pour que derrière son masque de bon cadre du parti surgisse la face hideuse et grimaçante de l’ennemi.

Bibliographie

Bibliographie

Becher, Johannes R. 1992. Metamorphosen eines Dichters. Johannes R. Becher. Gedichte, Briefe, Dokumente 1909-1945, Carsten Gansel (éd.). Berlin, Aufbau Verlag.

Bigazzi, Francesco, Giancarlo Lehner. 1991. Dialoghi del Terrore. I processi ai comunisti italiani in Unione Sovietica 1930-1940. Firenze, Ponte alle Grazie.

Buber-Neumann, Margarete. 1990. Von Potsdam nach Moskau. Stationen eines Irrweges. Francfort am Main – Berlin, Ullstein.

Fitzpatrick, Sheila. 1999. Everyday Stalinism. Ordinary Life in Extraordinary Times : Soviet Russia in the 1930s. New York – Oxford, Oxford University. Press.

Getty, John A. 1985. Origins of the Great Purges. The Soviet Communist Party Reconsidered, 1933-1938. Cambridge, Cambridge University, press.

— 1999. « Samokritika Rituals in the Stalinist Central Committee, 1933-1938 », The Russian Review, n° 58 : 49-70.

Koljazin, V.F. (éd.). 1997. « Vernite mne svobodu ! » Dejateli literatury i iskusstva Rossii i Germanii – Zhertvy stalinskogo terrora. Memorial’nij sbornik dokumentov iz archivov byvshego KGB. Moscou, Medium.

Kriegel, Annie. 1968. Les communistes français. Paris, Le Seuil.

Mayenburg, Ruth. 1978. Hotel Lux. Munich, Bertelsmann.

McLoughlin, Barry, Hans Schafranek and Walter Szevera. 1997. Aufbruch-Hoffnung-Endstation. Österreicherinnen und Österreicher in der Sowjetunion 1925-1945. Vienne, Verlag fur Gesellschaftskritik.

Morin, Edgar. 1975. Autocritique. Paris, Le Seuil.

Moullec, Gael. 1995. « Les grandes purges en milieu ouvrier. L’usine Kirov (ex-Poutilov) 1933-1938 », Communisme, n° 42-44 :115-135.

Müller, Reinhard (éd.). 1991. Die Säuberung, Moskau 1936 : Stenogramm einer geschlossenen Parteiversammlung. Reinbek – Hambourg, Rowohlt.

Pennetier, Claude, Bernard Pudal. 1996. « La « vérification » (l’encadrement biographique communiste dans l’entre-deux-guerres) », Genèses, 23 : 145-163.

Rittersporn, Gábor. 1988. Stalinist Simplifications and Soviet Complications. Social Tension and Political Conflicts in the USSR 1933-1953. Paris, Éditions de la Maison des sciences de l’homme.

Robrieux, Philippe. 1980. Histoire intérieure du parti communiste 1920-1945. Paris, Fayard.

Schafranek, Hans. 1995. « Franz Koritschoner (1892-1941) », Jahrbuchfur Historische Kommunismusforschung :. 239-261

Schafranek, Hans (avec la collaboration de Natalja Mussijenko). 1998. Kinderheim No.6. Österreichische und deutsche Kinder im sowjetischen Exil. Vienne, Docker Verlag.

Studer, Brigitte et Berthold, Untried. 2001. Der stalinistische Parteikader. Identitätsstiftende Praktiken und Diskurse in der Sowjetunion der dreissiger Jahre. Cologne-Weimar, Bohlau Verlag.

Unfried, Berthold. 1994. « Rituale von Konfession und Selbstkritik : Bilder vom stalinistischen Kader », Internationales Jahrbuch für Historische Kommunismusforschung : 71-88.

— 2002. « L’autocritique dans les milieux kominterniens des années 1930 », in Claude Pennetier, Bernard Pudal (éds.), Autobiographie, autocritique, aveux. Paris, Belin : 43-62.

Werth, Nicolas (éd.). 1981. Être communiste en URSS sous Staline. Paris, Gallimard.

Notes

1 Ma contribution est partiellement issue de : Studer et Unfried 2001. Une partie des recherches en archives a été effectuée avec Irène Herrmann, à Genève, qui, comme Alain Brossat, à Paris, a contribué à la rédaction de cet article en français. Je remercie aussi Barry McLoughlin et Hans Schafranek, à Vienne, pour avoir mis à ma disposition certains documents d’archives.

2 À l’exception probablement du PCF qui avait créé, au début des années trente, une commission des cadres (Kriegel 1968 :158-165 ; Robrieux 1980 ; Pennetier et Pudal 1996 : 145-163).

3 Parti communiste/bolchevique (= parti communiste soviétique).

4 Ainsi le camarade autrichien Reif dans la réunion du secteur autrichien de l’École léniniste du 27 février 1937 à propos du « cas Braun » (Rossijskij Gosudarstvennyj Archiv Social’noj i Politicheskoj Istorii, Moscou [RGASPI] : f. 495, op. 187, d. 3003).

5 Mayenburg 1978 : 48 ; cf. également Buber-Neumann 1990 : 394-395.

6 Getty 1985 et Rittersporn 1988 ont particulièrement mis l’accent sur cette distinction.

7 Cette étape était, à la différence de la réunion de cellule habituellement ouverte aux non-membres du parti, réservée aux seuls membres du parti.

8 RGASPI : f. 546, op. 1, d. 335.

9 Cela apparaît très clairement dans les protocoles de réunions de parti dans la province russe qui se trouvent dans les fameuses Archives des Smolensk. Le rituel de Critique et autocritique apparaît dans ces documents comme rite de passage et de « disciplination » de ces paysans récemment entrés au parti (Werth 1980 : 107,224, 244 et sq.).

10 Protocoles dans RGASPI : f. 546, op. 1, d. 146.

11 L’affaire date de 1932 (RGASPI : f. 546, op. 1, d. 252). Il est vrai que la personne en question avait aussi des ennuis politiques et il n’est pas exclu que l’on ait dressé cette accusation de comportement « anti-femmes » contre lui afin de discréditer toute sa personne. Dans les protocoles de l’enquête du NKVD (il fut arrêté et fusillé en 1937), l’affaire « anti-femmes » de 1933 ne figure pas parmi les matériaux rassemblés. Pourtant, il avait appris à employer un discours correct en la matière : Le 14 décembre 1936, il dénonce ainsi un camarade pour mauvaise conduite envers les femmes ; spécifiant que cette attitude serait indigne d’un communiste (Gosudarstvennij Archiv Rossijskoj Federacii, Moscou [GARF], Archiv UKGB po moskovskoj oblasti, Sledstvennij f. 10035, op.1 resp. 2, d. Ρ 70525).

12 Réunion du secteur « Ja » du 27/28 novembre 1937 (RGASPI : f. 531, op.l, d. 227).

13 Lettre de A. Heinrich du 29 janvier 1935 (RGASPI : f. 546, op. l, d. 282).

14 Cf. Variantenversammlung Β à la KUNMZ du 3 février 1935 (RGASPI : f. 529, op. 2, d. 454).

15 Cf. Par exemple, P. Berger dans le protocole de la réunion du secteur allemand de la KUNMZ du 10 février 1936 (RGASPI : f. 529, op. l, d. 553).

16 Protocole de la réunion du parti de « Variante C alt und neu » de la KUNMZ du 15 avril 1935 (RGASPI : f. 529, op. 2, d. 455).

17 Sector-meeting du secteur anglo-américain de l’École léniniste du 23 octobre 1933 (RGASPI : f. 531, op. 1, d. 169).

18 Discussion sur le rapport du camarade Yablonsky au secteur « I » de l’École léniniste du 14 octobre 1933 (RGASPI : f. 531, op. 2, d. 7).

19 Discours du camarade André Marty du 10 octobre 1933 (RGASPI : f. 531, op. 2, d. 67) ; Marty devant le secteur « I » de l’École léniniste le 23 novembre 1933, (RGASPI : f. 531, op. 2, d. 67).

20 Discours du camarade Marty devant le secteur « I » de l’École léniniste du 23 novembre 1933, (RGASPI : f. 531, op. 2, d. 67).

21 Jour du parti du 4 décembre 1933 (RGASPI : f. 531, op. 2, d. 67).

22 Le secteur anglo-américain fait de même et condamne « friendliness and family-feeling » (RGASPI : f. 531, op. 1, d. 169).

23 Discussion sur le rapport du camarade Yablonsky, secteur « I » de l’École léniniste du 14 octobre 1933 (RGASPI : f. 531, op. 2, d. 67).

24 Réunion du secteur « Ja » de l’École léniniste du 27 février 1937 (RGASPI : f. 495, op. 187, d. 3003).

25 J’ai développé cet argument avec plus de détails dans mon article (Unfried 2002 à paraître).

26 Réunion du secteur « Ja » de l’École léniniste le 27 février 1937 à propos du « cas Braun » (RGASPI : f. 495, op. 187, d. 3000).

27 Réunion du secteur « Ja » de l’École léniniste du 27 février 1937 (RGASPI : f. 495, op. 187, d. 3003).

28 « Là où il y a du trotskisme et de la contre-révolution, il y a des problèmes », commence un participant de la réunion du partkom de l’usine Kirov à Leningrad 1937, entendant par ces termes des déprédations perpétrées dans l’usine (Moullec 1995 : 127).

29 Ainsi la camarade Manulia (Protocole n° 11 de la réunion du partkom de l’IML, le 17 mai 1937, Central’nij Archiv Obshchestvennych Dvizhenij, Moscou [CAOD] : f. 212, op. 1, d. 42).

30 Koritschoner raconte qu’après la dissolution des organisations d’étrangers, il n’avait « aucun rapport à la réalité de la vie soviétique [...] et participa aux réunions du parti pendant des heures sans rien comprendre. Parfois on me traduisait quelques mots » (Schafranek 1995 : 250).

31 NKVD-dossier Johann Schreiner (GARF : Archiv UKGB po moskovskoj oblas ti, Sledstvennij f. 10035, op.l resp. 2, d. Ρ 28224 [copies par Barry McLoughlin]).

32 Déclarations de Twist à Stasova du 7 mai 1937 (GARF : f. 8265, op. 4, d.57).

33 Protocole du témoin Chechel’nickij, 10.8.1956 et Protest du procureur militaire Popov, 20.2.1957 (Derzhavnij Archiv sluzhbi Bezpeki, Kiev : Sledstvennoe delo 5572 [copies par Barry McLoughlin]).

34 Protocole du 29 mars 1938 (GARF : Archiv UKGB po moskovskoj oblasti, sledstvennij f. 10035, op. 1, d. Ρ 44207).

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540