Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Parler de soi sous Staline

 | 
Brigitte Studer
, 
Berthold Unfried
, 
Irène Herrmann

II. Autobiographie

3. Les mauvais sujets du stalinisme

Claude Pennetier et Bernard Pudal

Texte intégral

  • 1 Il convient de noter que les formulations foucaldiennes sur ce point sont très proches de celles de (...)

1Les autobiographies communistes d’institution sont l’une des pièces permettant d’élire les « bons et loyaux sujets staliniens » et d’écarter les « mauvais sujets staliniens ». Elles sont fondées sur un récit de soi, guidé par un questionnaire, qui vise à déceler ceux qui sont conformes aux attentes de l’institution communiste. Les trajectoires socio-professionnelles, culturelles, relationnelles et politiques, qui constituent la trame du « récit de vie » sollicité, permettent de prendre la mesure des écarts à la norme militante idéale. En étudiant les quelques autobiographies communistes d’institution de ceux qui ont été sévèrement évalués ou écartés, on peut tenter d’objectiver les propriétés ou les attitudes qui participent à armer la défiance des « évaluateurs ». Les passages soulignés, parfois d’un trait rageur, les faits retenus dans la fiche synthétique d’évaluation, permettent de connaître les propriétés ou les attitudes qui suscitent la défiance des évaluateurs. Le sujet « stalinien » est de ce point de vue un sujet foucaldien (Foucault 1994 : 227), sujet observé, ausculté, surveillé, mais aussi sujet assujetti dont on souhaite qu’il accepte le mode d’interpellation de l’individu en sujet dont il est l’objet1.

2Ce sont les sujets « problématiques » que nous nous proposons d’étudier ici à partir d’autobiographies d’institution de responsables communistes soumis à l’évaluation de la commission des cadres entre 1932 et 1940, et faisant l’objet de fortes réserves. Sont-ils « problématiques » parce qu’ils ne détiennent pas les propriétés des sujets que cherche à privilégier l’institution communiste ou parce que leur mode d’assujettissement n’est pas conforme aux vœux des évaluateurs ? Pour esquisser quelques réponses à cette question, encore faut-il encore inscrire cette surveillance dans son contexte, celui d’un contrôle biographique propre au stalinisme.

État moderne, pouvoir d’emprise biographique et référentiel identitaire stalinien

  • 2 « C’est au XVIIIe siècle que s’enracine en chaque individu l’assurance qu’il est légitime de juger (...)
  • 3 Sur l’émergence progressive de techniques de collecte des opinions, cf. Blondiaux 1998 : 1er chapit (...)
  • 4 Sur cette dimension, fondamentale pour comprendre l’exercice autocritique qui suppose un sujet se s (...)

3On doit à Michel Foucault l’hypothèse d’après laquelle « l’État moderne a intégré, sous une forme politique nouvelle, une vieille technique de pouvoir qui était née dans les institutions chrétiennes » (Foucault 1994, IV : 229), le pouvoir pastoral. Cette forme de pouvoir se caractérise entre autres par deux traits : « C’est une forme de pouvoir qui ne se soucie pas seulement de l’ensemble de la communauté, mais de chaque individu particulier, pendant toute sa vie ; » elle ne peut « s’exercer sans connaître ce qui se passe dans la tête des gens, sans explorer leurs âmes, sans les forcer à révéler leurs secrets les plus intimes. Elle implique une connaissance de la conscience et une aptitude à la diriger » (Foucault 1994, IV : 229). Le pouvoir pastoral, ainsi compris, suppose le développement de la connaissance biographique, celle-ci devant être entendue dans sa double dimension, individuelle et collective. Comme le souligne Alain Dewerpe dans son anthropologie historique du secret d’État contemporain, « l’obsession de savoir biographique total qui est le propre du XXe siècle » (Dewerpe 1995 : 193) n’est au fond que le terminus ad quem d’un programme politique diffus qui aspire, « dès le XVIIIe siècle, à un savoir total et permanent des comportements et des opinions » (Dewerpe 1995 : 224). Cette érudition biographique d’État entretient d’étroits rapports avec le développement des statistiques, les sciences sociales et ses techniques de mise en forme biographique des destins sociaux (Frédéric Le Play par exemple), la mise au point des procédures administratives (Trempé 1976) d’identification (le « bertillonnage ») que la constitution de plus en plus sophistiquée par les services de renseignements policiers de dossiers personnels et de fichiers biographiques (Pennetier 1994). Obsession en principe sans limite, s’il est vrai comme l’affirme Durkheim dans Les règles de la méthode sociologique « que tout individu est un infini » et que « l’infini ne peut être épuisé ». Cette obsession de savoir biographique, si manifestement à l’œuvre dans le monde communiste, notamment dans sa phase stalinienne, tient à la volonté d’emprise d’un pouvoir politique moderne soucieux de connaître et de contrôler les opinions privées et publiques. Elle est indissociable, de ce point de vue, de « l’analyse, énoncée par Norbert Elias, selon laquelle la construction de l’État moderne a parti lié avec celle de l’individu en lui donnant l’espace dans lequel il peut développer son propre monde intérieur » (Dewerpe 1995 : 309). Elle est prise dans « les relations entre le secret public constitutif de l’émergence de l’État et le secret privé constitutif de celle du moi contemporain » (Dewerpe 1995 : 309). Cette possibilité individuelle de dissimulation et de feinte distance aux institutions ne pouvait qu’accroître, en corollaire, le travail institutionnel d’interprétation et de contrôle, variable suivant les pratiques visées2. L’obsession de savoir biographique tient donc à la volonté d’emprise d’un pouvoir politique moderne soucieux de connaître et de contrôler les individus, cas par cas, en séries et en groupes, mais aussi de scruter les opinions privées et publiques3, de déceler enfin ceux qui ont véritablement intériorisé le type d’autocontrôle requis4.

  • 5 Le référentiel d’une politique permet d’« opérer un décodage du réel grâce à l’intervention d’opéra (...)
  • 6 Nous employons cette formulation par référence à l’étude de Bourdieu et Saint-Martin (1975 : 68-93) (...)

4Le monde communiste va s’inscrire dans cette histoire mais en y adaptant ses logiques propres, celles, idéologiques, du « marxisme », celles, historiques, des conditions de sa victoire en URSS, celles, politiques, de l’interdit de tout espace public démocratique et de la tendance des partis communistes à fonctionner comme des appareils (tendance qui culmine dans l’URSS stalinienne du milieu des années trente avec les emprisonnements, les déportations et la terreur), celles, sociologiques, de la gestion et de la légitimation d’élites nouvelles issues des classes populaires au sens large. L’importance que va acquérir l’encadrement biographique en URSS et dans les différents partis communistes, tient à la spécificité du système communiste. Le monde communiste, que caractérisent l’éradication du capital économique comme principe de différenciation sociale, et la marginalisation du capital scolaire, dut inventer un nouveau principe directeur en mettant au premier plan le capital politique comme mode de différenciation et de hiérarchisation sociale, comme fondement des identités sociales (Fitzpatrick 1989 : 251-271). D’où la nécessité d’élaborer un référentiel5 identitaire biographique centré sur le capital politique et d’installer des administrations chargées de l’évaluer, donc de mettre en œuvre les catégories du jugement communiste6.

5Ce référentiel identitaire ne pouvait être que conforme à la « théorie » marxiste-léniniste, c’est-à-dire à la fois à la valorisation de la classe sociale à laquelle est dévolue le rôle d’acteur collectif révolutionnaire, la classe ouvrière, et à celle de son « avant-garde », le parti. Cette contrainte logique inhérente au récit révolutionnaire d’octobre 1917 va s’imposer, non sans difficultés et déboires, tant les réalités qu’elle vise ne correspondent que partiellement aux faits. Le récit de l’histoire sociale et idéologique de chacun devient le critérium à partir duquel la hiérarchie sociale s’ordonne.

6Les technologies administratives d’identification, et de mesure du capital politique, doivent permettre d’évaluer, de classer, de hiérarchiser et de contrôler les individus sur la base du référentiel identitaire. D’où l’importance de cette pièce maîtresse du dossier personnel des militants communistes : l’autobiographie communiste d’institution (autobiographie de parti).

  • 7 La pratique de l’Autobiographie communiste d’institution s’apparente à une technique sociologique d (...)

7Au sein du parti bolchevique, l’autobiographie écrite de parti est l’occasion de mesurer le volume et la structure du capital politique, d’en fixer la cote. Le questionnaire à partir duquel doit être rédigée l’autobiographie de parti s’élabore progressivement au cours des années vingt. Il devient de plus en plus détaillé, cernant progressivement l’ensemble des positions sociales occupées par l’« autobiographié », son univers familial, ses ressources culturelles, ses relations sociales, ses responsabilités politiques et ses attitudes aux différents moments de l’histoire du parti. Le questionnaire biographique s’apparente aussi à une technique sociologique de collecte des données fondées sur le « récit de soi »7, susceptibles de permettre de reconstruire la trajectoire biographique de l’enquêté en en faisant la résultante d’un ensemble de trajectoires imbriquées, successivement visées par le questionnaire : la trajectoire sociale et professionnelle, les réseaux de relations familiales, la sociabilité, la trajectoire politique, l’itinéraire culturel, scolaire et militant, la trajectoire « pénale ».

  • 8 Nous appelons « Autobiographies communistes d’institution » cet exercice sur papier libre qui laiss (...)

8Dans le cas français, cette autobiographie (ou ces autobiographies puisqu’un même individu peut être amené à en écrire plusieurs), écrite sur papier libre sur la base d’une liste de questions qui doit être restituée8, s’impose comme un rite d’institution accompagnant fréquemment l’entrée dans le saint des saints de l’avant-garde, l’appareil des révolutionnaires professionnels. Introduite en France fin 1931 à l’occasion du contrôle qui accompagne l’élimination du groupe Barbé-Celor (Pennetier et Pudal 2000 :357) et le renouvellement des cadres, elle concerne en premier lieu les dirigeants nationaux, régionaux et plus rarement locaux mais également de larges catégories de militants étrangers avec parfois des questionnaires spécifiques et, dans un autre contexte, les élèves de l’école léniniste internationale de Moscou. La récolte d’autobiographies, accélérée par la croissance des effectifs et la politique de vigilance de l’époque des procès de Moscou, s’élargit aux cadres locaux au rythme de plusieurs milliers par an à partir de 1937.

9L’autobiographie communiste d’institution est donc l’une des pièces qui doit permettre aux évaluateurs d’écarter les « mauvais sujets » et de sélectionner les « bons sujets ». Encore faut-il que les évaluateurs disposent d’une grille d’interprétation suffisamment opératoire pour faire « parler » les données, pour leur conférer un sens afin de maximiser les logiques de fidélisation qui étaient au principe du travail d’encadrement. Comme tout « recueil » de données, celles recherchées renvoient à une théorie implicite, un corps d’hypothèses, un système d’évaluation fondé sur les catégories de l’entendement communiste : les variables biographiques que souhaitent connaître les évaluateurs à l’occasion de ce parler de soi guidé et le mode sur lequel elles sont rapportées aux cadres évaluateurs, sont censées être prédictifs du comportement ultérieur du militant dont on attend avant tout qu’il s’identifie le plus complètement possible au « parti » et qu’il lui reste fidèle quelles que soient les circonstances. Mais les connaissances sociologiques, statistiquement valables, ne disent pas forcément grand-chose des cas individuels appréhendés. L’objectif est donc de cerner chaque cas dans sa spécificité : tel militant peut présenter toutes les propriétés valorisées et s’avérer finalement être un « mauvais sujet ». Tel autre au contraire peut déroger du tout au tout au modèle et s’avérer des plus fidèles. L’évaluation est un art soumis à bien des incertitudes.

  • 9 Du moins dans la mesure où il l’a intégré, ce qui est plus facile en 1938 qu’en 1932. On peut consi (...)

10D’autre part, comme dans toute enquête, les données sont construites et dépendantes des conditions de l’enquête. Le recueil des autobiographies communistes d’institution ne présentait d’intérêt pour les évaluateurs qu’à la condition que celles-ci contiennent des informations fiables. Or, l’adéquation du récit de soi au récit-type est évidemment un facteur de valorisation de soi qui peut conduire à mettre en évidence les faits et propriétés les plus conformes, et à dissimuler plus ou moins délibérément les écarts à la norme militante idéale. Néanmoins, l’aveu d’un écart à la norme peut au contraire être un indicateur de sa remise de soi au parti. Les données produites par l’enquête autobiographique résultent donc d’une transaction complexe où le militant autobiographié est pris entre le désir d’être conforme au modèle9, et la volonté d’être transparent, entre la crainte d’être « découvert » et la honte de se dissimuler au regard du « parti ». Enfin, au-delà de la dimension explicite du questionnaire auto-biographique, le répondant peut aussi livrer malgré lui des informations susceptibles de se retourner contre lui.

  • 10 Nous l’avons constitué en choisissant, à partir du Maitron 1997 et du Dictionnaire biographique des (...)
  • 11 Né en 1913, ouvrier électricien, il est appelé comme permanent à la commission des cadres en 1938 e (...)
  • 12 Né en 1906, fusillé par les Allemands le 30 mai 1942 ; ouvrier métallurgiste ; adjoint de Maurice T (...)
  • 13 Edmond Foeglin, 1906-1972, ouvrier marbrier, responsable au travail illégal dans la CGTU puis adjoi (...)
  • 14 Nous n’avons jamais rencontré de biographies classées D. Il s’agit vraisemblablement d’un classemen (...)
  • 15 En fait la liste de 1931 intitulée « Brochette d’agents-provocateurs » est plutôt un manuel expliqu (...)

11Les cas « exclus », les cas « frontières » présentent donc un incontestable intérêt pour tenter de comprendre le modus operandi du processus d’évaluation, les catégories du jugement communiste mises en œuvre, les incertitudes de l’évaluation. Ils permettent de cerner les critères de disqualification, l’incertitude de l’évaluateur face à une trajectoire biographique ou à une façon d’en rendre compte qui témoignent d’une distance, d’un « dés-à-corps », d’une parole inattendue, en ce lieu, de cette façon. La fiche synthétique d’évaluation que rédige le cadre évaluateur, à laquelle d’autres responsables peuvent ajouter leur propre évaluation, aboutit à un classement en quatre catégories : A, B, C et D. Dans notre corpus, constitué de près de 500 militants autobiographiés sélectionnées10, les cas exclus sont fréquemment évalués « Β ». Selon Georges Beaufils, qui faisait la première lecture des autobiographies en 193811, le sens des évaluations par lettres était le suivant : « A (bon), Al (très bien, surtout pour les jeunes), AS : à suivre. C’était comme A. Vers les écoles. » Il n’a aucun souvenir de la mention « X » mais celle-ci pouvait être rajoutée par Arthur Dallidet12 ou Maurice Tréand (vraisemblablement demande d’un complément d’enquête). « Β pas de perspectives. C dangereux ». Les « C » allaient dans le bureau d’Armand13 pour enquête. Les « D »14, également traités par Armand, devaient figurer sur les listes noires qui commencent à paraître en 193115. À ces cas exclus s’ajoutent les cas frontières de militants dont l’évaluation est suspendue ou qui sont notés « A » tout en faisant l’objet de demandes de renseignements complémentaires.

  • 16 Rapport de Maurice Tréand (Rossijskij Gosudarstvennyj Archiv social’noj i politicheskoj istorii, Mo (...)

12La commission des cadres envoie essentiellement au Komintern les biographies des militants susceptibles de jouer un rôle, ou qui ont déjà une place dans l’encadrement communiste. Pour les autres, les renseignements sont notés sur des carnets et les biographies détruites16. Celles qui sont notées D ne figurent pas dans les archives biographiques du Komintern qui contient cependant quelques dossiers d’exclusion ou de décision disciplinaire de la Commission centrale de contrôle politique du PCF. La gestion des listes noires est laissée à Armand en liaison avec des services spécialisés du Komintern dont les archives ne sont pas ouvertes.

13Le tableau ci-dessous ne reflète donc pas fidèlement les notations par lettres établies en France mais, de fait, les notations des biographies conservées au RGASPI qui concernent en priorité les cadres en place et les « espoirs ».

TABLEAU DES NOTIONS

Évaluations complètes :

A (bon)

43%

A1 (bon, à promouvoir)

22%

AS (bon, à suivre, à former)

13%

A1S

1%

Total des A :

79%

Β (pas de perspectives)

7%

C (dangereux)

1%

Total des A, Β et C :

87%

Évaluations manquantes ou incomplètes :

Pas d’évaluation ni de lettre

5%

Une évaluation mais pas de lettre

8%

Total sans note :

13%

  • 17 Né en 1907, Léon Bérody, ouvrier métallurgiste, appartenait à l’appareil central en 1930. Cette mêm (...)
  • 18 Frère de Georges Marrane, maire d’Ivry-sur-Seine, Lucien Marrane (1897-1970), ouvrier fraiseur en r (...)

14L’absence de notation, assez fréquente dans la période de mise en place du contrôle biographique, traduit souvent l’embarras devant des biographies trop sommaires (Sifi Mahmoud : « Bio incomplète. Pas possible de se faire une opinion » ; Weisz Paul : « Rien à signaler. Biographie insuffisante » ; Barel Virgile $ : « insuffisante ») ou l’hésitation devant la perspective d’une mise en cause de responsables en fonction. Les commentaires sont parfois ajoutés bien après la rédaction de la biographie, ainsi Léon Bérody est indiqué comme « relevé de toute fonction »17. La commission est dans l’impossibilité de noter et d’évaluer Lucien Marrane qui a interrompu pendant plusieurs années son activité au parti communiste pour faire du travail « spécial », qualificatif qui désigne les diverses formes d’activités clandestines et discrètes en liaison avec le Komintern18. Cependant plusieurs « bios » sans note font l’objet d’évaluations positives : « d’accord si pas malade » ; « homme de masse » ; « semble sincère », suivi il est vrai de « sectaire ».

  • 19 Jules Bornet, 1981-1948, bûcheron du Cher, un temps secrétaire de la Fédération unitaire de l’agric (...)
  • 20 Henri Vaysse, 1893-1960, secrétaire de mairie dans la banlieue parisienne, un des responsables de l (...)
  • 21 Alphonse Braud, 1908-1942, instituteur mort en déportation.
  • 22 Léonard Brandy, 1895-1955, cheminot, maire adjoint de Nanterre.

15Les notations en A dominent avec 72 %. Les A seuls (36 %) concernent des militants d’expérience ; parfois (9 % des cas) un X signale la nécessité d’une vérification. « Belle biographie », note Jacques Duclos sur la biographie de Jules Bornet19, un excellent dirigeant bûcheron, militant syndical et politique depuis la fin du XIXe siècle. « Bonne bio, peut assurer mission de confiance » lit-on sur celle d’Henri Vaysse20. Mais Alphonse Braud21 s’attire la mention « bio insuffisante ». Parfois l’évaluateur hésite : Léonard Brandy22 voit son « à suivre » rayé pour ne laisser que le « A ».

  • 23 Albert Varloteau, 1909-1978, céramiste.

16On observe parfois une hésitation similaire dans l’attribution d’un « Al » ; notation qui concerne, elle aussi, des militants jeunes mais déjà expérimentés. Ainsi, Georges Bonamy est d’abord évalué A1, puis cette mention est barrée au profit du seul A, or il s’agit d’un militant jeune et peu expérimenté. On découvre parfois une notation A1S qui souligne l’expérience tout en affirmant la nécessité du suivi ; c’est le cas pour Albert Varloteau23, secrétaire de l’Union des syndicats de la région parisienne.

17Restent les B, peu nombreux (7 %), et les C, rarissimes (1 %), qui vont faire l’objet d’une attention particulière.

  • 24 D’octobre 1932 à décembre 1933, cet ouvrier métallurgiste était secrétaire administratifchargé de l (...)
  • 25 Henri Gourdeaux, 1881-1961, commis des PTT. Il resta le responsable de la Commission centrale de co (...)
  • 26 Lucien Midol, 1883-1979, ingénieur, mécanicien à la compagnie des chemins de fer PLM. Il fut à nouv (...)

18En fait le système d’évaluation est susceptible de modifications au fil des années et selon les évaluateurs. Sur les fiches synthétiques d’évaluation de 1932 et 1933, on reconnaît l’écriture d’Albert Vassart24, sensible à la biographie développée et explicite qu’il qualifiait volontiers de « belle bio ». Au début, les biographies étaient lues par Henri Gourdeaux25 et Lucien Midol26 mais ceux-ci « n’en tiraient absolument rien, ne prenaient aucune note, n’ouvraient aucune enquête ». Eugen Fried (Kriegel et Courtois 1997), délégué de l’Internationale communiste, et Vassart procédèrent eux-mêmes à une lecture des biographies et en vinrent à l’idée que « l’examen des bios pour le dépistage des suspects n’était pas suffisant ; on pouvait également en plus d’un examen tendant à éliminer les indésirables, en faire un autre permettant de sélectionner les militants de valeur. » Les classements favorables l’emportaient massivement même si des interrogations restaient sur certains points de la biographie. Ils recrutèrent un secrétaire de la commission en la personne de Maurice Tréand qui, lorsqu’il prit plus d’autonomie à la tête de sa petite équipe développa une conception plus sommaire de la vigilance :

  • 27 Mémoire de Vassart, manuscrit dactylographié inédit, s. d., p. 340.

« Il fallut d’ailleurs aussi modérer quelquefois le zèle de Tréand qui élargissait la notion de policier jusqu’aux simples gardes champêtres et voulait classer dans les suspects ceux des militants ayant ne fut-ce qu’un cousin éloigné dans cette catégorie des forces de répression.27 ».

19Mais plus que la personnalité de Tréand, c’est l’évolution de la notion de vigilance au sein du mouvement communiste international qui conduit à la multiplication des « mal notés » à partir de 1937.

Les logiques de la disqualification

  • 28 Mémoire de Vassart, manuscrit dactylographié inédit, s. d., p. 339.
  • 29 L’Union syndicale des techniciens de l’industrie, du commerce et de l’agriculture (USTICA) était un (...)
  • 30 Victor Fay, né en Pologne en 1883, mort en France en 1991. Celui-ci ne fait pas allusion à cet épis (...)
  • 31 Le texte dactylographié de trois pages est écrit à la troisième personne. Marty note : « Reçu par l (...)
  • 32 Georges Marrane, 1888-1976, mécanicien-horloger, RGASPI : f.495, op. 270, d. 34.

20Lorsqu’il écrit ses mémoires dans les années cinquante, Albert Vassart est dans une logique de dénonciation de la face cachée du communisme même si, par tempérament, il procède avec mesure et un scrupuleux esprit de précision. Or, dans le domaine du contrôle biographique, il semble tirer un bilan assez positif de son action. La méthode fut jugée bonne par le 13e plénum (28 novembre-13 décembre 1933) de l’exécutif de l’IC, dit-il, et il eut le sentiment que la confrontation des autobiographies avait permis de dépister de « nombreux éléments douteux ; certains n’attendaient pas d’être convoqués pour disparaître discrètement des réunions28 ». « Une réponse incomplète et plus encore une tentative de dérobade pour remplir et retourner le questionnaire, quel que soit le prétexte invoqué, constituait un motif de suspicion » et il gardait un souvenir amusé des réticences de membres de la fraction communiste de l’USTICA29, le syndicat des techniciens-ingénieurs, et de la façon dont fut vaincue la résistance de Victor Bru (Victor Fay30 ), un des principaux responsables de la formation au sein du PCF. Notons que ces deux exemples concernent des intellectuels. On pourrait ajouter un troisième cas, celui de Marcel Cachin qui ne manifeste aucun empressement à se plier à la règle et se contente d’envoyer finalement, de l’Assemblée nationale, une sorte de curriculum vitae politique plus proche d’une profession de foi électorale que d’un exercice autobiographique31. Des militants ouvriers confirmés comme le maire d’Ivry-sur-Seine, Georges Marrane, se prêtèrent à contrecœur à cet exercice, en émettant des protestations. Celui-ci rappela qu’il était bien connu de la classe ouvrière et qu’il pensait que ce type de questionnaire, accompagné de menaces de sanctions s’il n’était pas remis dans les délais, lui rappelait les méthodes de la direction Barbé-Celor32.

  • 33 Né en 1900 dans l’Ain, mort en 1978 dans l’Indre-et-Loire.
  • 34 Pierre Celor, 1902-1957, membre de l’équipe de la Jeunesse avec Henri Barbé, il fut accusé, sans ra (...)

21Mais même les plus réservés devant cette novation finissent par en reconnaître le bien fondé. Ainsi Georges Clunet33, ouvrier métallurgiste, conseiller municipal de Vitry-sur-Seine, élève de l’école léniniste internationale à partir de fin 1930, réagit à l’annonce de la dénonciation de Pierre Celor34 comme traître, en octobre 1932, en écrivant une longue lettre au comité exécutif de l’IC, dans laquelle il s’engage à fournir dans les jours qui suivent une autobiographie « complète et véritable ainsi que différents renseignements susceptibles de servir la suite de l’enquête qu’exige l’affaire Celor » (Moscou, 24 octobre 1932). Il écrit :

  • 35 Georges Clunet, lettre « Au Comité exécutif de l’I. C. Au Bureau politique du parti communiste fran (...)

« C’est avec une très grande surprise que j’ai appris hier dans l’Humanité que Celor était un traître. J’en ai lu tous les détails, mais un point particulier a attiré mon attention et me dicte que je dois immédiatement prévenir le parti et l’IC de la faute que j’ai commise inintentionnellement. Ce passage est le suivant : “dans les biographies et les enquêtes sur son activité auxquelles il répondit, Celor a donné des versions différentes sur son passé et sur son séjour au Maroc”. Je comprends aujourd’hui toute l’importance des biographies comme moyen de contrôle sur les militants. J’ai jusqu’à ce jour sous-estimé leur importance. Je voyais en elles une mesure bureaucratique ne pouvant être utile qu’à renseigner la police. C’est pourquoi j’ai intentionnellement donné des indications inexactes ou incomplètes sur certaines questions35 »

  • 36 « Le camarade Malet (sic) est autorisé à rentrer en France. Le 9.1.36 Jacques Duclos » (RGASPI : f. (...)
  • 37 Du moins nous perdons sa trace en dehors des informations d’état civil. Même si nous disposons avec (...)

22Bien qu’il s’en défende, il tente néanmoins longuement de justifier sa « faute » en mettant en cause la méthode de collecte des autobiographies qui, selon lui, n’offrait pas toute garantie au militant qui pouvait légitimement craindre que ces autobiographies ne tombent dans de « mauvaises mains ». Cette « forte tête », selon sa propre formule, n’aimait guère l’autorité étatique. N’est-il pas à Moscou pour échapper à la justice car il avait « blessé un flic qui tentait de [l’]arrêter » le 1er mai 1930. Grâce à cette autocritique, sa « faute » – l’hésitation à donner l’intégralité de son itinéraire – ne lui est pas reprochée. Il reste à Moscou comme référent au Profintern sous le pseudonyme de « Georges Mallet « jusqu’en janvier 193636. La municipalité de Vitry explique son absence de la liste élue en mai 1935 par les « autres tâches » que lui avait confiées le parti. Mais de retour en France, il ne fit plus parler de lui jusqu’à son décès37.

23L’étude comparative des réserves exprimées par la commission des cadres sur les évaluations de biographies mal-notées, donne à voir quelques thèmes récurrents.

  • 38 Pour les exemples pris dans la vie familiale et intime nous n’indiquons pas les noms de autobiograp (...)

24L’absence de discipline dans la vie privée familiale revient fréquemment38. Dans ce domaine, le scandale n’est pas accepté. Un secrétaire régional fréquente la femme d’un membre du parti et se fait accuser par celui-ci, militant immigré, de vouloir le faire expulser. Le « coureur de cotillon » est admonesté dès 1932, et envoyé à l’école léniniste internationale de Moscou. À son retour, la direction lui interdit d’occuper des postes responsables. L’affaire réapparaît dans une évaluation de 1938 et on rappelle qu’il a été, en 1926, condamné à deux mois de prison pour complicité d’avortement. Classé « Β » les deux fois, il restera au parti communiste jusqu’à sa mort mais n’occupera que de modestes fonctions. Dans ce cas, l’évaluateur disposait d’informations complémentaires mais c’est le plus souvent de la « bio » qu’est extraite la confidence d’une liaison avec une femme mariée, qui plus est de milieux bourgeois, ou les raisons politiques d’un désaccord conjugal. Avec l’évolution de la politique familiale du parti communiste, le seuil de tolérance de la vie personnelle et amoureuse non conforme s’abaisse. Cependant, ces mentions ne constituent pas un facteur unique de discrimination.

  • 39 Les guillemets signalent que le mot figure dans l’un ou l’autre des autobiographies commentées.

25Les biographies trop « brèves » ou « incomplètes »39 ne sont pas appréciées, mais c’est parfois la trop grande précision qui « trahit » le biographié. Ces informations concernent trois domaines : les influences idéologiques initiales notamment anarchistes mais aussi « maçonnes » ; le manque de vigilance par rapport à des membres de sa famille ou dans ses responsabilités communistes ; la fréquentation d’ennemis du parti ou les lectures peu conformes.

  • 40 Il dit être resté à la LDH sur les conseils de Pierre Lareppe. On trouve une situation proche dans (...)
  • 41 RGASPI : f. 495, op. 270, d. 2158.

26Une ancienne appartenance à la Franc-maçonnerie où à la Ligue des droits de l’homme est toujours relevée, même si dans les années de Front populaire, il n’est pas exclu de rester affilié, en accord avec le parti, à certaines sections de la LDH comme l’indique Marcel Dufriche40. L’appartenance à la Franc-maçonnerie d’un parent direct ou d’un parent par alliance était notée avec soin comme le signe d’un danger potentiel : « a été SFIO et franc-maçon jusqu’en 1924 », « a appartenu à la Franc-maçonnerie, caractéristique d’une certaine instabilité politique », « mère remariée avec un franc-maçon dont le fils est F. » L’étude de la « philosophie anarchiste », ou d’auteurs oppositionnels, comme la fréquentation du Front commun de Gaston Bergery inquiétaient. La commission était particulièrement sensible aux interruptions dans le militantisme communiste, surtout quand les causes n’en apparaissaient pas clairement ou quand elles témoignent d’une volonté de promotion sociale. « Vérificateur stagiaire à Paris, j’avais peur que mon adhésion au parti ne me créa des ennuis pour la titularisation » écrit un militant corse et la commission note qu’après avoir pris sa carte en 1929 dans sa région d’origine, il ne réadhère qu’en janvier 193541.

  • 42 L’évaluateur s’exclame : « A un cousin germain inspecteur de police à Clermont-Ferrand avec lequel (...)
  • 43 Sensibles aux thèmes de la droite dure représentée par le Préfet de police de Paris (1927-1934), Je (...)
  • 44 Biographie de Marguerite Blanc (1912-1979) dont le mari, Marcel Blanc est un militant actif de la m (...)
  • 45 Il s’agit d’Emile Béron (1896-1966), métallurgiste, membre du comité central du PCF, député alsacie (...)
  • 46 Malgré un jugement aussi sévère, René Schwob est classé A (RGASPI : f. 495, op. 270, d. 1517).

27La suspicion prend appui souvent sur la réponse à la vingtième question du questionnaire d’origine : « Y a-t-il dans votre famille ou dans celle de votre femme des éléments touchant de loin ou de près aux forces de protection du régime ; agents ou inspecteurs de police, gardes mobiles, journalistes, policiers privés ; personnes aux moyens d’existence indéfinis ? Y a-t-il des membres des partis ennemis ? », question complétée par la suivante : « Quelles sont éventuellement vos relations avec de tels éléments ? ». Le ratissage est si large qu’un militant – qui n’a cependant pas été noté « Β » – va jusqu’à signaler la présence d’un curé dans sa famille. Les évaluateurs notent : les « deux cousines de sa femme mariées avec des fonctionnaires de police en Indochine », le « cousin germain inspecteur de police »42, les « deux flics petits cousins dans la famille de son mari », le frère « adjudant chef », le militant dont le logement appartient à un « flic », les parents chiappistes43. Au militant d’indiquer clairement qu’il livre sans réserve ces informations et qu’il sait maintenir ses distances sinon rompre avec des parents infréquentables. Un accident, comme la perte de la carte du parti, revêt dans ce contexte une grande importance. « Le vol de carte a-t-il été signalé ? », le contrôle est fait et semble positif »44. La vigilance peut également porter sur les finances, mais en des termes si vagues qu’on ne peut faire la part des choses. Ainsi un militant alsacien : « Ne parle pas dans cette bio des affaires financières pour lesquelles une enquête est en cours. Ne parle pas non plus de son attitude au moment de la discussion avec Béron45. Il serait intéressant de connaître quelles étaient les préventions des camarades de la Vallée de la Fetsch. Est signalé comme un opportuniste [...] Est un militant qui paraît ’plafonner’ là où il est.46 »

  • 47 Pour une étude de cas, voir Pennetier et Pudal 1995 : 225-340.
  • 48 Voir par exemple la réponse de Jean Perfettini, vérificateur des poids et mesures, né et mort en Co (...)

28Mais c’est essentiellement le rapport au trotskisme, réel ou supposé, ou la fréquentation d’opposants qui fait basculer les militants dans la catégorie « Β » ou « C ». Le militant peut être impliqué personnellement dans une direction qui a manqué de vigilance, ainsi la direction de Jeunesses communistes en 1933 ; il peut ne pas avoir rompu nettement avec des amis de jeunesses devenus trotskistes ou avoir des membres de sa famille qui « suivent la politique trotskiste » dans les syndicats (il s’agit généralement de la Fédération unitaire de l’enseignement) ou les organisations de masse. Le plus grave est de faire une réponse non conforme à la question sur le trotskisme47 en laissant une chance à ceux qui appliquent « inconsciemment » cette politique ou à ceux qui sont « abusés par leur chef »48.

  • 49 RGASPI : f. 495, op. 270, d. 2158.
  • 50 Trotskistes = « bande sans principes et sans idéologie de saboteurs, d’agents de division et de ren (...)

29Le cas de Jean Perfettini49 offre toute la gamme des mauvaises réponses à cette question qui s’avère la plus discriminante dans l’évaluation. Croyant bien faire, il consacre 28 lignes au trotskisme en terminant par une phrase apparemment conforme : « Entièrement d’accord avec l’appréciation de Staline qui constate que le trotskisme n’est plus un courant politique au sein de la classe ouvrière ». Rien à redire puisqu’il reprend une partie de la définition du trotskisme donnée par Staline au comité central du PCUS le 3 mars 193750 :

  • 51 Barré par Perfettini.

« Espions et provocateur51 saboteurs en URSS, provocateurs dans les pays capitalistes, les trotskistes sont au service du fascisme international. »

30Ce grand lecteur du dirigeant soviétique (il mentionne trois livres de Staline parmi ses nombreuses lectures), se fait piéger en ajoutant : « Même si, à la base, quelques sous-trotskistes ne le font pas sciemment et sont abusés par leurs chefs, ils jouent objectivement un rôle de provocateur. » La phrase est soulignée en rouge et elle s’éclaire par deux développements margés également en rouge. En répondant non aux différents points de la question 42, mais en indiquant entre parenthèses des informations qui, aux yeux des évaluateurs, confirment ses relations trotskistes, il signale qu’il a été de deux côtés menacé de « contamination » :

« Mais j’ai retrouvé à Paris, au cours de l’année 1931, un ancien collègue, Orsoni, que j’avais connu et fréquenté comme membre du parti en Corse et qui était, depuis que je l’avais perdu de vue, passé au trotskisme. Je l’ai rencontré deux ou trois fois et nous avons eu des discussions assez vives. Je n’étais à l’époque guère documenté sur la question mais j’étais résolument hostile aux trotskistes. Aussi j’ai rapidement cessé toute relation avec cet ex-camarade. Étant à Cambrai j’ai reçu pendant longtemps le journal trotskiste La Vérité et même une fois des brochures (Cours nouveau, Les erreurs de la IIIe Internationale). Je n’ai jamais su qui m’envoyait cette littérature mais je suppose que c’était Orsoni. »

31Et il ajoute :

  • 52 Il s’agit de Jean Aulas, Maurice Dommanget, Gilbert Serret. Si les uns et les autres ont de la symp (...)

« Je dois indiquer que mon beau-fière, Movan André, et ma sœur Perfettini Mémi, instituteurs respectivement à Poggio et à Casanova di Verraco (Corse), bien que sympathisants du parti, ont suivi, sur le plan syndical, la politique trotskisante des anciens dirigeants de la fédération unitaire de l’enseignement, Aulas, Dommanget, Serret.52 »

32Il est classé « Β » : « refus du parti » note la commission ; sans doute refus pour de nouvelles responsabilités. Or Les Vosges ouvrières nous apprennent qu’en 1938, Jean Perfettini est secrétaire régional des Vosges à la tête de mille huit cents adhérents. L’hypothèse la plus vraisemblable est que les souhaits de la commission se sont heurtés aux réalités régionales et au besoin d’encadrement. Les qualités de Perfettini, qui transparaissent dans sa biographie, en font un dirigeant utile dans une période d’accroissement des effectifs et de coopération avec les autres organisations politiques. Antifasciste, syndicaliste, sa culture en fait un militant averti. Il ne cite pas moins de huit titres de Marx, neuf d’Engels et six de Lénine en précisant qu’il les a étudiés attentivement. On peut se passer d’un tel responsable dans le bouillonnement parisien mais pas à Épinal.

33Pour comprendre non seulement les logiques de la disqualification, mais aussi les limites et les impasses du contrôle biographique, il faut préciser l’articulation entre les diverses « fautes » en les mettant en rapport avec l’itinéraire individuel des biographiés.

Un outil imparfait

34Les raisons d’un mauvais classement sont le plus souvent complexes et à l’intersection d’un positionnement social personnel et politique. On peut néanmoins différencier trois registres de disqualification. Ceux qui relèvent des « dérives politiques » ; ceux qui portent sur l’« inexpérience et les insuffisances », ceux enfin qui concernent les intellectuels, suspects par essence.

Les dérives politiques : passées, présentes ou supputées

35Une première catégorie, malgré les évidentes contradictions, pourrait regrouper tous ceux qui sont victimes de dérives idéologiques : « anarchosyndicalistes », « gauchistes », « sectaires », « opportunistes ».

  • 53 Jules Teulade, 1890-1974, charpentier en fer (RGASPI : f. 495, op. 270, d. 8437).
  • 54 Ouvrier menuisier, Tommasi joua un rôle actif à la gauche du PCF et mourut à Moscou en mai 1926. C’ (...)
  • 55 La Commission de contrôle politique réunie le 23 décembre 1929 lui reproche surtout son refus de s’ (...)
  • 56 La décision finale de la Commission de contrôle politique date du 30 juin 1932 : « Considérant que (...)
  • 57 Lettre de Nocaudie, secrétaire de la fraction communiste du Syndicat général des terrassiers, 1er s (...)

36Si au début des années 30, le dirigeant parisien du syndicat du bâtiment, Jules Teulade53, bénéficie d’une certaine mansuétude, il n’en est plus de même en 1935. Se présentant comme « syndicaliste-libertaire » de 1906 à 1921, il passe rapidement sur son hostilité première à la révolution russe (« gouvernement d’assassins ») et au parti communiste naissant (« Je me refuse à reconnaître une valeur révolutionnaire à un parti politique quelconque et quel qu’il soit... Je déclare qu’un syndicaliste révolutionnaire, qu’il le veuille ou non, est un anarchisant. » écrivait-il alors) avant de se rapprocher de la minorité communiste de la Fédération unitaire du bâtiment fin 1922 et d’adhérer au parti communiste en janvier 1923 sous le parrainage de Joseph Tommasi54. Il détenait, aux yeux des dirigeants de l’IC, l’atout majeur d’avoir été l’un des premiers syndicalistes révolutionnaires ralliés au communisme. Cependant, malgré plusieurs séjours en URSS en 1925 et 1928 (il ne les évoque pas dans sa biographie), il a du mal à s’adapter au nouveau cours. Exclu du parti en 1929-1930 pour indiscipline55, il est réintégré en 1931-193256 à l’issue d’un processus qui le conduisit à reconnaître publiquement ses erreurs pendant la grève d’août 1929 et la grève corporative d’avril 1931, et à s’expliquer sur son rapprochement avec les organisations trotskistes57. Nous ignorons le contenu de ses interventions orales mais sa demande écrite, datée du 27 mai 1931, ne relève pas de la contrition. Il reconnaît avoir agi avec son « tempérament » en refusant la convocation de la Commission de contrôle politique tout en réaffirmant la justesse de ses positions concernant les mouvements sociaux :

« J’ai cru devoir mettre en garde la direction de mon syndicat contre la mauvaise interprétation de la combativité des copains ; »

37et de conclure :

« Si c’est là un grief suffisant pour m’exclure comme provocateur, je vous en laisse juges. Je vous demande au contraire ma réintégration qui fut demandée par le rayon et les camarades de mon ex-cellule. »

38En dépit de cette assurance, qui témoigne d’une réelle autonomie, Teulade bénéficie d’une nette mansuétude. Son passage dans la mouvance doriotiste en 1934 brise le charme, provoque sa suspension en janvier 1935 puis son exclusion définitive en mars. Gabriel Péri prend soin de justifier cette décision au moins à deux reprises dans le journal local d’Argenteuil, preuve de l’influence que Teulade exerçait. En 1936, il se présenta comme « communiste dissident » aux élections législatives dans la 1ère circonscription de Versailles (Seine-et-Oise) et ne recueillit que 2 % des voix des inscrits. Dès lors, isolé de son milieu ouvrier, il se consacra au parti populaire français dont il devint membre du bureau politique au premier congrès (novembre 1936) et fut chargé de l’organisation du parti en province. En septembre 1940, J. Doriot lui confia la présidence de la Fédération nationale des groupements corporatifs et professionnels français mais il se retira en février 1941, Doriot ayant désapprouvé sa gestion. Teulade devient vice-président du Comité ouvrier de secours immédiat, créé en mars 1942 après les bombardements meurtriers sur Boulogne-Billancourt, dont les caisses sont alimentées par les Allemands grâce à une amende imposée aux Juifs parisiens. En 1942, il publie, avec Albert Beugras et René Mesnard, un livre intitulé : Le Communisme et les ouvriers en France. Arrêté le 24 septembre 1944, il est exclu à vie de toutes les organisations syndicales en octobre 1944 et, le 15 février 1947, la cour de justice de la Seine le condamne à cinq ans de travaux forcés et à l’indignité nationale. Libéré le 28 juin 1948 par suite d’une mesure de grâce, Jules Teulade travaille en usine jusqu’en 1962. Les itinéraires personnels gardent une partie de leur mystère. La commission des cadres avait bien perçu, dès la première évaluation, une inadaptation de Teulade au cours nouveau du communisme sans mesurer à quel point la déception devant l’échec de sa conversion, du syndicalisme révolutionnaire au communisme, ouvrait la voie à un ressentiment porteur de graves dérives.

39Fort heureusement, les autres militants, qui inquiètent la commission des cadres en raison de leur indépendance politique, ne connaissent pas des destins aussi tragiques.

  • 58 Né en 1886, mort en 1950.
  • 59 Il avait été candidat dans cette circonscription en 1928 (19 % des inscrits) et 1932 (14 %).

40Léonard Lacour voit sa biographie, rédigée à Montrouge (banlieue parisienne) le 14 novembre 1933, sévèrement jugée. Un « Β », souligné deux fois, est accompagné de notes sur l’appartenance d’un membre de sa famille à la Franc-maçonnerie, ses convictions anarchistes jusqu’en 1912, sa désertion de l’armée en 1912 et surtout sa résistance à appliquer les décisions de la Commission de contrôle politique dans une organisation dont il a la responsabilité, la Confédération du petit commerce et de l’artisanat. Son refus d’éliminer un « provocateur » membre de la commission exécutive fut mis sur le compte des « survivances anarchistes ». Il est vrai que le petit cordonnier de Montrouge, âgé de quarante-sept ans58, n’avait pas été prolixe : deux pages écrites en style télégraphiques avaient suffi. Cependant, il ne cachait rien, ni le beau-frère professeur d’anglais à Limoges, socialiste SFIO et franc-maçon, ni sa fréquentation des milieux anarchistes depuis 1904, ni ses condamnations nombreuses (trois mois en 1906, un an en 1907, plusieurs mois en 1909 comme militaire, quinze jours en 1916 à l’armée lors de la révolte militaire du Grand Palais), ni sa désertion de 1917. Domestique de ferme, maçon, artisan cordonnier, il a appartenu au groupe des “Temps nouveaux”. Il affirme avoir « surtout lu un grand nombre de brochures anarchistes. Kropotkine, Grave, Reclus, etc. » Au parti communiste depuis le congrès de Tours, il conserve son goût de la lecture et sa combativité qui lui vaut de nouvelles condamnations en 1929 et 1932. La spécificité de son militantisme ne semble pas prise en compte. En 1926, il avait été chargé par la direction du parti, et en particulier par Victor Cat, du travail parmi les commerçants et artisans en liaison avec la commission des classes moyennes. Sans rencontrer un grand succès, il avait pourtant réussi à créer un Comité de défense des petits commerçants et artisans qui devint la Confédération du Petit commerce et de l’artisanat puis, en 1933, la Fédération des petits commerçants et artisans qu’il présidait. Ce mouvement, implanté essentiellement dans la région parisienne, aurait pu répondre à des besoins de la propagande communiste dans une période de crise économique et de dégradation du pouvoir d’achat des consommateurs. Son rôle semble s’affaiblir après la rédaction de sa notice. Il conduit toujours la liste communiste de Montrouge aux élections municipales de mai 1935, mais il n’est plus le candidat communiste de la 7e circonscription de Sceaux en 193659 et son mouvement tombe en sommeil. La notation « Β » n’est donc pas le signal du retrait de toutes les responsabilités d’autant que les responsables expérimentés, connaissant les problèmes des commerçants et artisans, sont rares et précieux.

  • 60 RGASPI : f. 495, op. 270, d. 1031.
  • 61 Edouard Labin dit Jean Prader, né en 1910.
  • 62 Paul Le Pape dit Daniel Lévine, 1904-1980, technicien puis journaliste, militant communiste actif d (...)
  • 63 Georges Charrière, né en 1908, ajusteur, se voit retirer toutes ses responsabilités en août 1933 ma (...)

41Mais la défiance touche parfois des militants beaucoup plus jeunes, essentiellement pour manque de vigilance sur le danger trotskiste. Albert Duchenne60, né en 1912, cuisinier, un des dirigeants des Jeunesses communistes parisiennes, reconnaît dans une autobiographie du 18 mai 1933, classée « Β », avoir été en désaccord lors de l’exclusion des trotskistes Edouard Labin61 et Paul Le Pape62 du 1er rayon en octobre 1930. Mais, « avec le développement de son éducation politique », il admit ses torts. Il semble aggraver son cas en donnant parmi ses garants Georges Charrière63, secrétaire national des Jeunesses communistes au moment même où celui-ci va être écarté de toutes ses responsabilités. Charrière et la direction parisienne des JC avaient accepté d’organiser un meeting au Boxing Hall de Paris, le 12 janvier 1933, avec les Étudiants socialistes, les Jeunesses du parti d’unité prolétarienne et les jeunesses trotskistes. Le succès de cette rencontre, qui s’était tenue devant 1 500 personnes, provoqua la colère de la direction du parti et particulièrement de Jacques Duclos qui prit en main la réorganisation des JC de mai à août 1933. On peut penser que la biographie de Duchenne a été demandée à cette occasion. Celui-ci répond d’ailleurs brièvement : deux pages d’une écriture serrée. Un premier évaluateur évoque la nécessaire « vérification de son travail » et ajoute « paraît intriguant », mais un second (Maurice Tréand) écrit : « sectaire. À surveiller. Policien douteux. » Ce « policien » de Tréand – condensation de policier et de politicien – est un étonnant et révélateur lapsus calami. Il semble témoigner que, pour les responsables aux cadres, il y a une sorte d’enchaînement logique quelque peu inéluctable qui conduit du désaccord à la trahison. Le désaccord n’est crédité d’aucune positivité, il est « impensé » parce qu’impensable au sein de l’institution communiste. Le nom de Duchenne n’apparaît plus après 1933.

  • 64 Henri Vizioz, 1912-1984, ouvrier caoutchoutier, fat un dirigeant important de la CGT et du Parti co (...)
  • 65 Laurat Lucien dit Maschl Otto, né en 1898 à Vienne (Autriche-Hongrie), mort en 1973 à Paris. Milita (...)

42Le souvenir de l’« affaire Charrière » reste suffisamment vif pour qu’une biographie rédigée le 21 juin 1937 en porte encore la trace. Henri Vizioz64, originaire de l’Isère et militant de ce département, avait milité un temps, en 1929, dans les Jeunesses communistes du 20e arr. (l’arrondissement de Duchenne). C’est un militant « ouvriériste » qui, bien qu’il ait eu la possibilité de travailler dans l’immobilier avec son père, préféra devenir ouvrier. Il se réclame innocemment de « Charrière, ex. secrétaire des JC de la Région parisienne ». Ce passage est souligné au crayon rouge par la commission des cadres ainsi que tout ce qui concerne les JC. L’évaluation, avec classement « Β », accompagnée d’un « NON », signale surtout une « interruption de 8 mois suite fautes gauchistes étant secrétaire des JC », et une condamnation à 8 jours de prison avec sursis pour port d’arme prohibée. Curieusement, on perçoit un amalgame entre la politique gauchiste de la période « classe contre classe » et l’initiative de Charrière qui est une des premières tentatives de rupture avec le sectarisme. Il faut ajouter ses remarques peu conformes sur l’existence « à la base d’ouvriers trompés » par les trotskistes et une liste de ses lectures comprenant Laurat65, Boukharine alors que, pour Staline, il répondait « néant ». Or, pour prendre le cas de Lucien Laurat, aucun des livres disponibles accessibles aux lecteurs de l’époque, qu’il s’agisse de L’Accumulation du capital d’après Rosa Luxembourg (Paris, Rivière, 1930) ou L’Économie soviétique. Sa dynamique, son mécanisme (Paris, Valois, 1931), n’étaient conformes aux orientations staliniennes, bien au contraire ; le dernier livre en était même une sévère mise en cause. On sent que les évaluateurs ont hésité. Dans cette période du Front populaire, le profil sectaire et ouvriériste de Vizioz n’est sans doute pas le plus adapté. Malgré son évaluation, rien n’indique qu’il perde ses responsabilités, essentiellement syndicales. Il est délégué au congrès du parti communiste qui se tient à Arles, puis il joue un rôle de premier plan dans la popularisation de l’approbation du Pacte germano-soviétique. Emprisonné, déporté en Algérie, il sera l’un des principaux dirigeants de la CGT dans l’Isère après la Libération.

43Toujours dans la catégorie des militants ouvriers jugés inaptes à s’adapter au nouveau cours, il faut citer le cas particulier de Robert Beck dit Raoul, manœuvre en Tunisie puis ouvrier à Paris qui, note la commission des cadres vers 1934, a appartenu à la Ligue des droits de l’homme. En fait, la commission des cadres ne cache pas son embarras : « Biographie copieuse qui rapporte des faits (illisible) sur certains individus chassés du parti. Beck est à voir de très près. Vie bien tourmentée d’un homme d’une certaine culture. » Elle constate que le 1er rayon a reçu ordre de le liquider du comité de rayon et ajoute : « de qui et quand ? » une autre mention précise qu’il va passer devant la commission de contrôle. En fait – la commission des cadres semble l’ignorer – Beck se fait exclure volontairement pour prendre la direction d’un réseau de renseignement et d’action soviétique en France. Ce réseau – différent de l’Orchestre rouge – réorganisé en 1940 avec comme adjoint Hittel Gruszkiewicz (dit Bil), jouera un rôle important jusqu’en juin-juillet 1942, époque de l’arrestation de ses dirigeants. Beck sera torturé, condamné à mort et exécuté le 6 février 1943. Quant à « Bil », il se jettera par la fenêtre des locaux de la Gestapo pour ne pas parler (Liauzu 1977 ; Courtois, Peschanski and Rayski 1989 :184-186). Beck est donc un contre exemple qu’il est utile de signaler, ne serait-ce que pour éviter des erreurs d’interprétation et pour observer l’évaluateur dans une situation de perplexité.

44Plus significative est l’évaluation « Β » de la « bio » d’Alexandre Guillot, un militant d’expérience (45 ans en 1932), ouvrier aux Établissements militaires de Bourges, secrétaire de la Fédération du Cher puis secrétaire de la Région du Centre, ancien membre du comité central, sanctionné avant l’évaluation pour faute politique. Il rédige une biographie le 5 février 1932 et une autre le 16 juillet 1933. L’évaluation lui reproche le caractère trop succinct des autobiographies (« Bio trop brève »... « Guillot a une vie qui permet de donner une biographie plus développée. À refaire ») et signale qu’il « a été relevé de son poste de secrétaire régional pour faute politique (opportuniste) dans tactique du f.u. » (front unique). L’évaluation indique aussi « Voir dossier », ce qui tend à montrer que pour les militants anciens et ayant eu des responsabilités, l’évaluation porte aussi sur des informations issues d’autres sources.

  • 66 Dans son roman inédit Les Cellulards.

45En 1933, Guillot est écarté de son poste de secrétaire régional au profit de Louis Gatignon (un jeune ouvrier aux Établissements militaires formé par les Jeunesses communistes), pour avoir pris contact avec la Fédération SFIO du Cher sans en avertir les instances dirigeantes nationales et avoir signé un communiqué parlant de l’« Unité organique ». Une lettre du Comité central demanda en 1934 de ne pas le désigner comme candidat aux élections cantonales de Bourges et de présenter Gatignon. Guillot, portraituré par Maurice Boin, sous le nom de Dumantar66, comme permanent sans talent, appliquant servilement les ordres du Bureau politique, était aussi un militant qui ne considérait pas la division du mouvement ouvrier comme définitive. Sa prudence ne pouvait que lui attirer les critiques d’une génération plus ouvriériste et repliée sur l’identité communiste. Guillot quitta finalement le PC en 1939. Il est toujours difficile d’interpréter un départ mais à coup sûr ses deux autobiographies marquent le début de sa mise à l’écart.

  • 67 Georges Marrane, biographie du 8 juin 1933 : « Je n’ai pas répondu plus tôt au questionnaire : 1° P (...)
  • 68 RGASPI : f. 495, op. 270, d. 564.

46Plusieurs indices signalent les réticences de ce type de responsables ouvriers ayant un passé militant. Si la première autobiographie de Guillot, datée du 5 février 1932 (donc entre l’élimination du groupe fin 1931 et le congrès de Paris de mars 1932), ne comporte que deux pages, celles-ci sont rédigées et sur certains points explicites (par exemple pour la famille de sa femme) ; la seconde, datée du 16 juillet 1933, est rédigée en style télégraphique. A la question 74 « Quels dirigeants du parti peuvent confirmer les points essentiels de votre autobiographie et les principales phases de votre activité dans le parti ? », la réponse apparaît comme une échappatoire : « Tous les vieux militants actuels du parti communiste peuvent confirmer ce que j’avance quant à ma vie politique. » Nous ne sommes pas loin de la colère de Marrane67 ou des réserves de l’instituteur Virgile Barel68. Π se rattrape un peu dans la deuxième autobiographie en écrivant :

« Cornavin peut confirmer tous ces points de détail. Cachin que je connais depuis longtemps peut confirmer en général »

47Même en se protégeant derrière l’autorité de Cachin et en soulignant son ancienneté, Alexandre Guillot ne parvient pas à empêcher une marginalisation qui le conduira à la prise de distance.

Inexpérience et insuffisances

48Une deuxième catégorie peut regrouper les militants qui sont promus sans expérience politique, ceux qui sont jugés incapables de respecter les règles de l’illégalité et ceux enfin qui, placés à des postes à risque, ne parviennent pas à les occuper.

  • 69 Marguerite Blanc, 1912-1979 (RGASPI : f. 495, op. 270, d 8497).

49Le mauvais classement ne tient parfois qu’à l’accumulation d’indices qui, pris séparément, ne suffisent pas à disqualifier un militant ou une militante. En 1933, une employée de bureau au Bazar de l’hôtel de ville de Paris, Marguerite Blanc69, a la malchance d’avoir deux petits cousins « flics » dans la famille de son mari, qu’elle ne connaît pas et avec lesquels elle n’entretient aucune relation. Mais, lors d’un cambriolage chez ses parents, sa carte 103 265 lui est volée ; elle le signale au parti qui lui en établit une autre. Par ailleurs, cette bonne militante des Amis de l’URSS et de la CGTU, fille d’un sympathisant, dit avoir échappé grâce à lui à « l’emprise de la presse bourgeoise et de la religion ». En fait, ni sa biographie de trois pages, jugée un peu courte, ni les éléments relevant de la « vigilance » ne peuvent suffire à expliquer son classement « Β ». L’évaluation signale que son mari est le « camarade Blanc (ex. Carmen) », que nous n’avons pu identifier, mais qui est de toute évidence la cause du discrédit. Une femme est donc susceptible d’être doublement contrôlée, pour elle-même et pour son environnement affectif ou familial. Dans ce cas précis, l’évaluation semble accompagner ou provoquer l’éloignement de la vie politique, et finalement priver le parti d’un cadre féminin dans un milieu d’employées sévèrement surveillé par le patronat et qui jouera un rôle important lors des grèves de juin 1936.

50Ce sont à nouveau les relations policières qui viennent en tête du jugement des cadres pour François Sidou, un ancien franc-maçon. Mais les évaluateurs s’étonnent surtout de sa très rapide promotion professionnelle, intervenue quatre mois seulement après son adhésion au parti communiste en mars 1933, comme ils s’interrogent sur son manque de vigilance concernant les syndicalistes autonomes des contributions indirectes (pour la plupart des communistes dissidents). D deviendra un syndicaliste CGT de premier plan, un militant communiste clandestin efficace et, après une évasion, un résistant FTP et un colonel FFI. Encore une fois, l’Occupation vint effacer les disqualifications des années trente.

51L’appartenance au réseau des rabkory, ces correspondants ouvriers qui informaient la presse communiste sur la vie des entreprises, est source de tensions. Paul Singer qui a été un temps à l’Humanité « chef du service des rabcors », propose une biographie très courte (une page d’une écriture serrée) témoignant de son absence de formation (« N’ai reçu aucune instruction politique », souligné par la commission). Marty le juge « très suspect de tous points de vue » et enfonce le clou :

  • 70 Ce genre de mot doux a contribué à approfondir l’inimitié qui sépara les deux hommes (Pennetier 199 (...)

« 1. La ligne du parti dans le choix du dirigeant des rabcors est criminelle.
2. Je demande que Thorez soit immédiatement interrogé et qu’en accord avec le secrétariat romain l’affaire vienne à la commission politique avec Marty et Thorez avec télégramme immédiat de relever Singer si Thorez ne peut garantir son honnêteté révolutionnaire. 21 novembre 33 »70.

  • 71 Jean Barthel, 1901-1950, autobiographie du 1er février 1938 (RGASPI : f. 495, op. 270, d. 3259).

52Le Front populaire a autorisé de fragiles promotions. Jean Barthel71, voyageur de commerce après avoir été ouvrier, chômeur de 1933 à 1935, adhère à cette époque et devient secrétaire administratif de sa section de Rennes et de sa région « parce qu’il connaît la machine à écrire » ce que souligne sa fiche d’évaluation avec indignation... La commission des cadres note aussi sa formulation sur la vie « intenable » avec sa femme « qui avait trop de relation avec la calotte », formule inadaptée en 1938 et témoignage d’une fragilité familiale. Une annotation en bas à gauche exprime l’embarras de l’évaluateur : « bizarre ! » souligné trois fois.

53Ces quelques exemples témoignent de la difficulté de la commission à établir des critères d’évaluation qui ne reposent pas sur la seule suspicion. Elle repère parfois d’authentiques erreurs de sélection ; plus souvent elle prive le parti d’éléments jugés marginaux comme les femmes non ouvrières, les fonctionnaires, les intellectuels.

Les « intellectuels »

54Troisième catégorie, les intellectuels petits et grands (ou plutôt potentiellement grands). La période antifasciste attire au PCF, fréquemment par le relais d’Amsterdam-Pleyel ou du Comité de vigilance des intellectuels antifascistes, de jeunes intellectuels. C’est le cas de Louis Brossard et de Daniel Decourdemanche dit Jacques Decour.

  • 72 RGASPI : f. 495, op. 270, d. 2545.
  • 73 Partisan du radical de gauche Camille Pelletan.

55Jean Brassard, au moment où il rédige son autobiographie, le 19 octobre 1938, est un jeune étudiant en droit de 26 ans72. Son père, surveillant général au Lycée Jeanson de Sailly, a été communiste au début des années vingt, mais a quitté le PC, choqué « par l’ouvriérisme et le sectarisme de cette époque », écrit Jean Brassard. Lecteur de l’Humanité, Jean Brassard appartient au Comité de Vigilance du 16e arrondissement. La trajectoire politique de Jean Brassard n’engage pas les évaluateurs à la confiance : membre à sa fondation de Front commun de Bergery (« 1933 environ ») jusqu’en juillet 34, il a refusé de devenir franc-maçon malgré les pressions maternelles ; il aurait été alors victime d’une provocation qui l’amena à participer à une manifestation porteur d’une matraque (un mois de prison avec sursis). Il a adhéré au PC le 2 septembre 1935. Il est lié, semble-t-il, à René Hilsum et chargé d’organiser un groupe des amis de Commune. Il rencontre l’opposition de son comité de section, se rend un mois en Espagne en août 1936 pour s’informer. Après son service militaire, en 1937, « pensant que là où il se trouvait un prolétaire apte à faire tout travail politique, l’intellectuel n’a pas à briguer un poste ou responsabilité quelconque dans la marche du parti : je m’oriente vers la création d’une maison de la Culture dans le 17e arr ». Sa fiche synthétique d’évaluation souligne que son beau-père est franc-maçon et fut camelot du roi, qu’il a été membre de Front commun, qu’il aurait été victime d’une provocation, qu’il s’est rendu en Espagne « pour se documenter » et qu’il a été Pelletaniste73 jusqu’en juillet 1935.

  • 74 Autobiographie communiste d’institution du 23 octobre 1937 (RGASPI : f. 495, op. 270, d. 3113).
  • 75 Il s’agit de Gaston Petit, 1903-1971, membre de la Gauche révolutionnaire de Marceau Pivert. Voir L (...)

56Autre exemple, celui de Pierre Valignat. Né en 1905, instituteur, fils d’un couple d’instituteurs, marié à une institutrice, ayant des amis dans l’enseignement, Valignat74 est noté « Β » après avoir été noté « A » (rayé). La fiche-résumé souligne rageusement sa profession « instituteur » ainsi que ses lectures des années 20-24 (« étudie philosophie anarchiste »). L’évaluateur écrit « père, mère, femme, instituteurs ». L’itinéraire d’adhésion et ses centres d’intérêt ne sont pas pour rassurer : anarchiste d’idées puis Ami de l’URSS, ce qui le rapproche du PCF (or on sait que l’URSS réelle n’a guère de rapport avec l’URSS rêvée), « la politique unitaire du parti m’attire ; militant antifasciste dés le Congrès de Pleyel, je donne mon adhésion au parti en juillet 1935. Personne ne m’a recommandé ». Il ne répond pas à la question concernant les trotskistes si ce n’est pour mentionner Petit75 :

« ancien membre du parti, instituteur à Château (Allier). À l’heure actuelle, secrétaire de la section syndicale (du S.N. des Instituteurs) de l’Allier. A adhéré au parti socialiste, comme beaucoup de trotskistes. Intelligent et habile. »

57L’évaluateur souligne « intelligent », s’étonnant sans doute de cette qualification méliorative dans un énoncé où ce qui est attendu est la plus grande fermeté à l’égard de l’ennemi. Son inscription dans le monde enseignant et artistique est revendiquée :

« en dehors des membres du parti, j’ai des amis faisant partie du personnel enseignant primaire, primaire supérieur et secondaire. M’étant intéressé particulièrement aux questions artistiques, j’ai aussi des relations avec les artistes et écrivains locaux. »

58Enfin l’évaluateur souligne que ce lecteur qui étudie la philosophie anarchiste déclare : « je n’ai pas assez de temps à consacrer à la lecture et à l’étude », mais lit régulièrement Commune. C’est un instituteur aux dispositions « intellectuelles » et « artistes » affirmées, bien installé dans le petit monde intellectuel de l’Allier, attiré par les idées « généreuses », un « monde nouveau », ne venant au parti qu’après l’abandon du sectarisme et dans le cadre de la lutte unitaire. Ces éléments, dont aucun n’est en soi rédhibitoire, dessinent une configuration qui conduit l’évaluation à évoluer du « A » au « Β ». Il est en effet à la frontière du parti socialement, par ses relations maintenues avec un ensemble de petits intellectuels (enseignants, écrivains, artistes). Le Bureau politique s’opposa à sa candidature à l’élection législative partielle d’avril 1939 et imposa aux militants locaux celle du viticulteur Eugène Jardon qui fut élu. Valignat dut quitter le comité régional.

59Bien que disqualifiés parce que perçus comme des sujets dangereux, peu sûrs, certains militants n’en ont pas moins connu des carrières au sein du PCF, qui conduisent l’analyste à s’interroger sur ces ratés du dispositif d’évaluation. Trois cas peuvent illustrer ce type de distorsion.

60La fiche synthétique d’évaluation de Jacques Decour révèle le rejet que sa biographie inspire à l’évaluateur : non seulement il est rageusement évalué « C », associé à un « NON », mais ce dernier dessine de surcroît une croix gammée en caractère gras. Pourtant cette évaluation n’entraînera pas l’élimination de Decour qui cumule les propriétés objectives discriminantes. Son autobiographie (6 mai 1937) est extrêmement brève, « télégraphique » (deux pages). Jacques Decour évite tout énoncé qui puisse donner prise au lecteur. Fils d’un agent de change, ses parents sont sympathisants « chiappiste », le père de sa femme à des « sympathies croix de feu ». Après avoir été quelques mois aux JC en 1933, il adhère au PCF en octobre 1936. Son adhésion est « spontanée » (non parrainé). Dès 1937, il est membre du Bureau régional de la région tourangelle. À la question sur les trotskistes, question sensible entre toutes en 1937, sa réponse n’encourage guère l’évaluateur à la bienveillance :

« la preuve n’est plus à faire que les trotskistes sont – parfois inconsciemment – des contre-révolutionnaires au service du fascisme international. »

  • 76 Divers témoignages attestent d’une évolution gardée secrète dans un milieu familial qui ne l’aurait (...)

61Le « parfois inconsciemment » qui semble révéler une « réserve » est souligné par le vérificateur (on ne parvient pas à lire le bas de la feuille d’évaluation qui doit probablement faire état de cette réponse). Il ne revendique aucun recrutement, aucun travail d’usine, « ni liaison avec une usine ». Dans son cas, toutes les propriétés « objectives » que prend en compte le questionnaire se retournent contre lui : ni ses origines sociales, ni sa socialisation idéologique familiale, ni son métier, ni les conditions d’adhésion au PC qui résultent d’une évolution personnelle dont il garde le secret, ni le moment de l’adhésion (la période d’ouverture du PCF), ni sa façon de répondre (elliptique, concise, sans phrase), sans oublier sa remarque incidente sur les trotskistes, rien ne manifeste une adhésion susceptible de correspondre aux catégories de l’entendement communiste. Pour les évaluateurs, la catégorie probable à laquelle il appartient n’est autre que celle de ces intellectuels dont se défient les responsables aux cadres, ceux qui sont soupçonnés de « profiter » de leur culture pour occuper rapidement des postes responsables, pour « faire carrière », même si celle-ci est bien modeste. Or, sans doute parce qu’il détient de fortes ressources culturelles à un moment où le PC a besoin de cadres intellectuels, peut-être aussi grâce à la protection d’Aragon, de retour à Paris en 1937-1938, il accomplit une carrière qui le conduit rapidement à la direction de Commune, puis à la direction de la Résistance intellectuelle du PCF (fondateur dans la clandestinité de L’Université libre – novembre 1940–, de La Pensée libre – février 1941 – et des Lettres françaises – 1942). Fusillé par les Allemands au mont Valérien à Suresnes, le 30 mai 1942, Decour deviendra l’un des héros intellectuels du parti avec Politzer et Solomon (Sapiro 1999 ; Racine, notice Decour du Maitron). Dans son cas, le questionnaire est inadapté : il ne permet pas de saisir les logiques d’un engagement qui n’est pas fondé sur le parcours idéal-typique du militant ouvrier ou sur celui du « promu » qui chercherait à rester fidèle à ses origines sociales. Rien dans son autobiographie n’explique son adhésion au PC qui résulte d’une évolution personnelle dont il ne dit mot et dont on soupçonne par ailleurs l’importance quand on sait que, destiné à reprendre l’affaire de son père et à faire son droit à cette fin, il devint professeur agrégé d’allemand et écrivain76, manifestant très tôt une distance à son milieu social (dont on ne sait sur quoi elle fut fondée).

  • 77 RGASPI : f. 495, op. 270, d. 2749

62Le deuxième exemple n’est pas moins surprenant et concerne un ancien commissaire politique des brigades internationales, un futur résistant et gardien de la mémoire communiste dans le Nord. Jean Fossier rédige son autobiographie, notée « Β », le 18 janvier 1938, après son retour d’Espagne où il était parti un an plus tôt77. Secrétaire départemental d’Amsterdam-Pleyel, volontaire en Espagne, l’anti-fascisme est évidemment très présent dans cet itinéraire marqué par son adhésion en février 1936, en plein Front populaire.

63Né en 1909, professeur dans un institut privé catholique puis instituteur, fils d’un commis principal des douanes ayant appartenu à l’Entente républicaine et démocratique, ainsi qu’à la LDH, ayant lui-même assisté à des réunions de sympathisants des étudiants socialistes en 1933 et reconnaissant avoir des amis qui appartiennent aux francs-maçons, « plusieurs de mes amis (A. Sallet, Manissard [illisible]) sont membres de la franc-maçonnerie », Jean Fossier a bénéficié de deux prêts afin de poursuivre des études supérieures de lettres et de droit qu’il n’achèvera pas, ce que l’évaluateur mentionne. À la question sur les trotskistes, il répond :

« Il m’apparaît que c’est toujours assez grave de déclarer qu’un tel est trotskiste – mais je cesse toute relation avec ceux qui sont nos pires ennemis »,

64Ce qui est pour le moins une réponse non conforme aux attentes de la commission des cadres. En soulignant la « gravité » de l’accusation, il laisse, sans mesurer la portée de son propos, planer un doute sur la responsabilité de ceux qui mettent en place la politique de vigilance, en France, au niveau du Komintern comme de l’URSS. Que connaissait-il des oppositions ? Il reconnaît être sur les fichiers du groupe Que faire ? d’André Ferrat : « après la conférence de juillet 1936, j’ai reçu à mon domicile la brochure de Ferrat », il s’agit de la publication signée sous le pseudonyme de Marcel Bréval, et intitulée Défense républicaine ou offensive révolutionnaire. Même si cette situation est fréquente, les amis de Ferrat ayant collecté un grand nombre de noms de responsables régionaux, elle vient s’ajouter à la réponse insatisfaisante sur le trotskisme.

65Son image négative datait-elle de la guerre d’Espagne ? Rien ne permet de le penser. Certes, il a eu un conflit avec Marcel Renaud, commissaire politique au sujet duquel il fit un rapport. L’un et l’autre avaient été chargés de responsabilités auprès du parti socialiste unifié de Catalogne (PSUC). Renaud ayant été retiré de ses fonctions et rappelé à Albacète, Fossier semble avoir obtenu gain de cause. Ces différentes caractéristiques sont autant d’indices reflétant une distance critique possible, un quant à soi préservé et par conséquent, pour des évaluateurs en quête de militants au fidéisme sans faille, une intégration inaboutie à l’univers partisan. Or, Fossier restera fidèle toute sa vie au PCF. Résistant de premier plan, déporté, il se fit l’historien militant de l’action clandestine dans le Nord Pas-de-Calais sous l’Occupation (Fossier 1977).

  • 78 RGASPI : f. 495, op. 270, d. 389.
  • 79 Pierre Lareppe, député communiste des Ardennes. Sur le rôle de Fried en France : Kriegel et Courtoi (...)

66Dernier exemple, Marcel Dufriche. Contrôleur des douanes, qui se mariera à une institutrice, Marcel Dufriche dans son autobiographie de 193778 est évalué « Β » voire « C ». Adhérent de 1934, membre du comité régional parisien, permanent de l’Union locale CGT, il est né en 1911 et a donc à peine vingt-cinq ans. L’évaluateur semble ne se fier qu’à l’autobiographie. Il sera retiré du comité régional en 1938 à la suite de cette évaluation. Il présente un ensemble de propriétés « marginales » : son père, qui était jardinier chef au palais du prince de Monaco, est mort à la guerre en 1915. Dufriche a été élevé en Italie où il a fait ses études dans un collège tenu par les Frères des Écoles Chrétiennes, jusqu’au baccalauréat. Sa mère, remariée, vit en Italie. La photographie qu’il joint à son autobiographie le montre élégant, en nœud papillon. Il est venu au PC par la lutte antifasciste et la lecture : il lit l’Humanité et le Front mondial, l’organe du Comité Amsterdam-Pleyel. Il est membre de la LDH au moment où il adhère et l’est resté sur conseil de Lareppe79 . S’il lit la presse de parti (Notamment les Cahiers du bolchevisme), il lit aussi Regards, Russie d’Aujourd’hui, Clarté et Commune. Les propriétés « objectives » (scolarité catholique, liaison avec une « bourgeoise », appartenance aux classes moyennes salariées, capital scolaire relativement élevé – baccalauréat), ne peuvent guère encourager l’évaluateur à être bienveillant, d’autant plus que l’itinéraire idéologique d’accès au PC est très marqué par une dimension intellectuelle (Commune, LDH). Or, il est déjà bien incrusté dans l’appareil du PC (permanent syndical, il a reçu des directives pour le travail illégal). Pourtant, Marcel Dufriche, à l’épreuve du Pacte germano-soviétique et de la Résistance, démontrera son absolue fidélité au PCF. Il fera ensuite une carrière de dirigeant communiste affecté au syndicalisme principalement.

67Ces trois exemples conduisent à s’interroger sur les limites de l’outil biographique. Les propriétés « objectives » que saisit le questionnaire biographique ne livrent pas l’entière vérité du rapport au PCF. C’est dans le rapport subjectif à ces propriétés, que ne tend pas à faire expliciter l’autobiographie, que résident sans doute certaines des logiques qui peuvent conduire à adhérer au PCF. Mais c’est aussi parce que ces militants n’en sont qu’au début d’un processus d’insertion interactif au monde communiste : sujets staliniens incertains, du moins perçus comme tels car porteurs de propriétés qui brouillent leur conformité à l’idéal type militant, ils n’en sont pas moins des sujets communistes en devenir. Issus de familles des classes moyennes ou supérieures, ils manifestent des qualités intellectuelles importantes, ne semblent pas désireux de rompre toute relation avec les « ennemis » du parti, ont adhéré dans le cadre de la politique unitaire du PCF, c’est-à-dire à un moment de brouillage ou de complexification de la ligne du PCF, manifestent des réticences dans l’usage du langage de la dénonciation de l’« autre ». Le récit de soi révèle un souci de soi, d’une parole « autonome », d’un mode d’adhésion fondé sur un accord « intellectuel » avec la ligne politique qui, dans cette période de réaffirmation de la vigilance partisane, se retourne contre eux. Généralement peu connus au moment où ils sacrifient au rite autobiographique, ils sont montés très vite dans la hiérarchie du PCF, trop vite au goût des responsables aux cadres. Ils sont à la frontière et font donc l’objet de la suspicion des cadres vérificateurs. Rien pourtant ne permet de les éliminer complètement : aucun n’exprime un désaccord explicite passé ou présent. Chacun présente une configuration d’indices objectifs et subjectifs qui impliquent d’autres épreuves pratiques d’attestation de leur engagement communiste. En attendant, la méfiance règne.

Conclusion

68L’autobiographie dessine un cadre d’interprétation. L’outil biographique est plus grossier qu’on ne le croit : s’il donne les principales propriétés sociales, il ne pénètre pas réellement le mode d’adhérence spécifique à chaque sujet, les transactions qui s’opèrent et qu’il opère. Le caractère elliptique des réponses de Jacques Decour peut s’analyser, par exemple, comme un refus de remise de soi mais il aurait pu être aussi interprété comme la volonté de Decour de ne pas utiliser son art de l’écriture et par conséquent comme un indicateur indirect, au contraire, de sa « modestie » et de sa volonté d’action, de son désir de se mettre au service d’un parti populaire.

  • 80 Sur ce concept issu des travaux d’Erwing Goffman (1968) voir l’usage que nous en faisons dans : « D (...)
  • 81 On se reportera pour une auto-analyse extrêmement fine de ce processus, qui implique que le sujet t (...)

69Prise dans les jeux d’une institution-appareil, assujettie peu à peu à une vision cryptique de l’histoire, l’autobiographie communiste d’institution, suivant les usages qui en seront faits, est donc tout à la fois un rite d’institution, le curriculum vitae d’un postulant au rôle de fonctionnaire de la « révolution », une des pièces d’un dossier d’inquisition possible, un moment privilégié d’objectivation sociologique de soi, un acte d’écriture où se mêlent, selon des combinatoires multiples et chaque fois spécifiques, remise de soi et distance à l’institution. Certes le récit de soi qu’elle sollicite, indirectement et fragmentairement, s’apparente aux techniques de soi d’un sujet appelé à collaborer au processus d’assujettissement dont il est l’objet. Et ce d’autant plus que la trajectoire biographique prédispose à l’harmonieuse insertion au PCF. Mais, trop étroitement dépendante d’une vision sociologique réductrice du « bon cadre communiste », d’une part, et arrimée à un devoir de vigilance de plus en plus marqué d’autre part, elle tend à interdire les récits de soi des sujets « inattendus », rapidement suspects d’être de « mauvais sujets ». L’autobiographie communiste d’institution reflète ainsi pour partie les fantasmes de la bio-politique du parti communiste stalinien. La complexité du « sujet », indirectement saisie par le matériel autobiographique, n’est ni sollicitée ni perçue par les cadres évaluateurs dépourvus de schèmes interprétatifs et évaluatifs susceptibles d’en rendre compte. En ce sens, les logiques de l’institution totale ouverte80 conduisent à rêver d’un sujet communiste idéal que nombre de militants s’efforceront d’incarner, et plus nombreux encore seront ceux qui, objets de cette forme de subjectivation, garderont dans leur quant à soi, leur réserve ou s’écarteront de ce mode d’individuation81.

Bibliographie

Bibliographie

Althusser, Louis. 1970. « Idéologie et appareils idéologiques d’État », La Pensée. n° 151. [Repris dans Position. 1976. Paris, Éditions sociales].

Belloin, Gérard. 2000. Mémoires d’un fils de paysan entré en communisme. Paris, Éditions de l’Atelier.

Bertaux, Daniel. 1997. Les récits de vie. Paris, Nathan.

Blondiaux, Loïc. 1998. La fabrique de l’opinion. Paris, Seuil.

Bourdieu, Pierre, Monique de Saint-Martin. 1975. « Les catégories de l’entendement professoral », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 3.

Boutier, Jean, Dominique Julia. 1995. « Ouverture : à quoi pensent les historiens », in Passés recomposés. Champs et chantiers de l’histoire. Paris, Autrement.

Courtois, Stéphane, Denis Peschanski and Adam Rayski. 1989. Le Sang de l’étranger. Les immigrés de la MOI dans la Résistance. Paris, Fayard.

Decour, Jacques. 1974. Comme je vous en donne l’exemple, Textes présentés par Aragon. Paris, Éditeurs Français Réunis.

Dewerpe, Alain. 1995. Espion, Une anthropologie historique du secret d’État contemporain. Paris, Gallimard.

Fay, Victor. 1989. La Flamme et la cendre. Histoire d’une vie militante. Saint-Denis, Presses universitaires de Vincennes.

Fitzpatrick, Sheila. 1989. « L’identité de classe dans la société de la NEP », Annales E.S.C., 2.

Fossier, Jean-Marie. 1977. Nord-Pas-de-Calais, zone Interdite. Mai 1940Mai 1945. Paris, Éditions sociales.

Foucault, Michel. 1994. Dits et écrits 1954-1988, vol. IV : 1980-1988. Paris, NRF.

Goffman, Erwing. 1968. Asiles. Paris, Éditions de Minuit.

Hahn, Aloïs. 1986. « Contribution à la sociologie de la confession et autres formes institutionnalisées d’aveu », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 62-63.

Kriegel, Annie, Stéphane Courtois. 1997. Eugen Fried, le grand secret du PCF. Paris, Seuil.

Liauzu, Claude. 1977. « Naissance du salariat et du mouvement ouvrier en Tunisie à travers un demi-siècle de colonisation », thèse d’État, Université de Nice.

Maitron, Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier français. 1981-1996. Paris, Éditions de l’Atelier, (ou version CD-Rom. 1997. Paris, Éditions de l’Atelier.).

Muller, Pierre. 1990. Les politiques publiques. Paris, PUF.

Peneff, Jean. 1990. La méthode biographique. Paris, Armand Colin.

Pennetier, Claude. 1994. « Du fichier au livre d’or », in Alice Chalanset et Claudie Danziger (éds), Nom, Prénom. Paris, Autrement.

« Thorez-Marty : Paris-Moscou, Moscou-Paris », in Mikhail Narinsky and Jürgen Rojahn, Centre and periphery : the history of the Comintern in the Light of new documents. Amsterdam, IISG.

Pennetier, Claude, Bernard Pudal. 1995. « For intérieur et remise de soi dans l’autobiographie communiste d’institution (1931-1939). L’étude du cas Paul Esnault », in Claudine Haroche (coordinatrice), Le For intérieur. Paris, PUF.

— 2000. « La politique d’encadrement : l’exemple français », in M. Dreyfus et alii (éds), Le Siècle des communisme. Paris, Éditions de l’Atelier.

— 2002. « Le questionnaire biographique », Autobiographie, autocritique, aveux. Paris, Belin.

Pudal, Bernard. 1999-2000. « Le peuple dans Fils du peuple », Sociétés et Représentations, n° 8.

Racine, Nicole. 1995. « Decour Jacques (Decourdemanche Daniel dit) », in Maitron. Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier français, Édition de l’Atelier, tome 24.

Sapiro, Gisèle. 1999. La guerre des écrivains. Paris, Fayard.

Staline, J. V. 1945. Pour une formation bolchevik, 3 mars 1937. CC du PCUS. Paris, Éditions Sociales.

Thomas, W.I., F. Znaniecki. 1998. Le paysan polonais en Europe et en Amérique, Récit de vie d’un migrant (Chicago 1918). Paris, Nathan (Essais et Recherches).

Trempé, Rolande. 1976. « Pour une meilleure connaissance de la classe ouvrière. L’utilisation des archives du personnel : le fichier du personnel », in Mélanges d’histoire sociale offerts à Jean Maitron. Paris, Les éditions ouvrières.

Notes

1 Il convient de noter que les formulations foucaldiennes sur ce point sont très proches de celles de Althusser 1970.

2 « C’est au XVIIIe siècle que s’enracine en chaque individu l’assurance qu’il est légitime de juger et de savoir. Ce que fait surgir l’archive policière, c’est que l’opinion populaire des périodes anciennes ne se forge pas selon un processus cumulatif et automatique lié à la multiplication des lectures (libelles, pamphlets, placards), mais par l’écart des pensées confrontées à une pluralité d’événements » (Boutier, Julia 1995 :49).

3 Sur l’émergence progressive de techniques de collecte des opinions, cf. Blondiaux 1998 : 1er chapitre.

4 Sur cette dimension, fondamentale pour comprendre l’exercice autocritique qui suppose un sujet se surveillant de lui-même, cf. Hahn 1986 : 54-68.

5 Le référentiel d’une politique permet d’« opérer un décodage du réel grâce à l’intervention d’opérateurs intellectuels qui permettent de diminuer l’opacité du monde en définissant de nouveaux points d’appuis pour agir, et d’opérer un recodage du réel à travers la définition de modes opératoires susceptibles de définir un programme d’action politique » (Muller 1990).

6 Nous employons cette formulation par référence à l’étude de Bourdieu et Saint-Martin (1975 : 68-93). Fondée sur l’ensemble des fiches individuelles tenues, quatre années durant, par un professeur de philosophie, l’étude se donnait pour objet les formes scolaires de classification en affirmant que « les opérations de classement », qui sont des opérations de cooptation, « sont sans doute le lieu où se laissent le mieux saisir les principes organisateurs du système d’enseignement dans son ensemble, c’est-à-dire non seulement les procédures de sélection dont les propriétés du corps professoral sont entre autres choses le produit, mais aussi la hiérarchie véritable des propriétés à reproduire, donc les “choix” fondamentaux du système reproduit » (Bourdieu et Saint-Martin 1975 :71).

7 La pratique de l’Autobiographie communiste d’institution s’apparente à une technique sociologique de collecte des « données » qui relève à la fois de l’enquête par questionnaire et du récit de vie, ce qui explique l’incertitude de sa désignation : appelée à l’époque indifféremment « biographie » ou « autobiographie ». Le militant qui répond au questionnaire peut ou non se saisir de cette situation pour produire de brefs récits dans lesquels ses opinions, son rapport subjectif à l’institution, s’expriment plus clairement D’où la requête des cadres évaluateurs qui souhaitent des biographies suffisamment disertes pour pouvoir exercer leur jugement. Cette ambivalence de l’outil d’enquête n’est pas sans rapport avec l’ambivalence du sujet à coopter : objet pour l’enquêteur mais objet qui doit démontrer aussi qu’il se fait sujet de l’institution. Sur les récits de vie, cf. Bertaux 1997 ; Peneff 1990. Le recours à l’autobiographie comme moyen d’investigation sociologique est à l’œuvre dans la sociologie américaine naissante, dans ce qui sera ensuite labellisé comme l’Ecole de Chicago. Cf. Thomas et Znaniecki 1998.

8 Nous appelons « Autobiographies communistes d’institution » cet exercice sur papier libre qui laisse au militant le choix de répondre plus au moins longuement aux questions et nous appelons « réponse au questionnaire autobiographique » les « bios » remplies à partir de 1944 sur des feuilles imprimées, même si sur des points précis (les conditions d’arrestation, la résistance, l’emprisonnement, la déportation), il est possible de développer sur une feuille annexe. Cf. Pennetier et Pudal 2002.

9 Du moins dans la mesure où il l’a intégré, ce qui est plus facile en 1938 qu’en 1932. On peut considérer Fils du peuple de Maurice Thorez (1937) comme une autobiographie communiste d’institution modèle. Cf. Pudal 1999.

10 Nous l’avons constitué en choisissant, à partir du Maitron 1997 et du Dictionnaire biographique des kominterniens (en cours), un panel diversifié de responsables nationaux, régionaux, komintemiens, d’expérience ou jeunes, intellectuels ou manuels, étrangers ou fiançais. Sur près de 2000 noms demandés nous avons conservés 500 producteurs d’autobiographies d’un intérêt certain.

11 Né en 1913, ouvrier électricien, il est appelé comme permanent à la commission des cadres en 1938 et chargé du recueil des autobiographies, de leur premier dépouillement et, dans une autre étape, du transport dans des valises au double fond (il en ignorait le contenu) des documents au Komintern. Entretien avec G. Beaufils, janvier 1997, Ancy-le-Franc (Yonne).

12 Né en 1906, fusillé par les Allemands le 30 mai 1942 ; ouvrier métallurgiste ; adjoint de Maurice Tréand, responsable aux cadres du PCF. Pour tous les militants cités, voir leur biographie dans le Maitron... (1986-1991) ou de préférence (1997) qui est la version la plus à jour.

13 Edmond Foeglin, 1906-1972, ouvrier marbrier, responsable au travail illégal dans la CGTU puis adjoint de Maurice Tréand aux cadres, chargé de la « lutte contre la provocation » et donc des listes noires. Il est souvent cité pour son rôle personnel dans l’arrestation de Gabriel Péri le 18 mai 1941.

14 Nous n’avons jamais rencontré de biographies classées D. Il s’agit vraisemblablement d’un classement ultime indiquant que le dossier devait être traité par les responsables de la lutte contre la « provocation ».

15 En fait la liste de 1931 intitulée « Brochette d’agents-provocateurs » est plutôt un manuel expliquant les techniques policières et les moyens de s’en préserver mais aussi de s’en inspirer (imprimé avec iconographie, 32 p.), La suivante, datée de 1932, ne porte pas de numéro mais elle est considérée, dans la série qui suit, comme le n° 1. Elle s’intitule « Liste noire de provocateurs, voleurs, escrocs et traîtres chassés des organisations révolutionnaires de France » (dactylographié, 10 p. dont une page de photos imprimées). Le rythme est annuel. En 1934 le tirage était de 550 exemplaires.

16 Rapport de Maurice Tréand (Rossijskij Gosudarstvennyj Archiv social’noj i politicheskoj istorii, Moscou [RGASPI] : f. 495, op. 10a, d. 16).

17 Né en 1907, Léon Bérody, ouvrier métallurgiste, appartenait à l’appareil central en 1930. Cette même année, il fut nommé au comité puis au secrétariat du 2e rayon du Parti communiste, Il devait entrer ensuite dans l’appareil central du parti. En octobre 1931, il était membre du comité régional et du bureau régional de la région parisienne. Au cours de l’année, il participa à une école du parti de la région. Au comité central d’août 1931, Léon Bérody se prononça contre « le groupe » lutta contre celuici et, écrivait-il, « contre moi-même au sujet de survivances mécaniques ». Il s’occupait surtout de l’agit-prop. et de la formation de nouveaux militants. Cependant il fut l’objet d’une certaine méfiance de la part de son parti comme le montre une note du Service des cadres alors que Bérody travaillait à l’agit-prop centrale. On y proposait « suite aux suspicions de Raymond Guyot, de relever immédiatement Bérody de ses responsabilités, d’enquêter sur lui et de le faire passer devant la commission des cadres ». Une mention manuscrite du 22 septembre 1934 (signée M) indiquait qu’il avait été effectivement relevé de toutes fonctions et que, convoqué par la commission des cadres, il avait protesté puis s’était déclaré d’accord et avait assez bien appliqué la décision prise à son encontre. Une autre note de Vassart indiquait que Bérody avait été « retiré du travail de secrétariat du rayon d’Aubervilliers pour [être affecté] à un travail dans la coopération ». Mais, poursuivait Vassart, « on n’a pas pu s’en débarrasser » car, envoyé dans un rayon où la coopération avait été détruite, il y « avait mené un remarquable travail coopératiftrès utile pour le parti » et quand « on décida de l’enlever on rencontra une opposition générale. Aux yeux des camarades, il apparaissait comme le dirigeant du rayon d’Aubervilliers. Il fallut manoeuvrer et il fat impossible de l’enlever ». Résistant, il fit une deuxième carrière syndicale et politique en Charente après la Libération. (Autobiographie du 14 janvier 1932 ; note de la commission des cadres du 22 septembre 1934 et note de Vassart, n.d. RGASPI : f. 495, op. 270, d. 1060).

18 Frère de Georges Marrane, maire d’Ivry-sur-Seine, Lucien Marrane (1897-1970), ouvrier fraiseur en région parisienne cessa, de 1926 à 1928, « toute activité ouverte et toute appartenance officielle [...] pour entrer dans l’appareil de l’Internationale », puis en 1928 « dans l’appareil du parti sous la responsabilité directe de Maurice Thorez ». Il assura en particulier la liaison entre la Banque ouvrière et paysanne, la direction du parti et son frère (administrateur de la BOP) alors dans l’illégalité. De 1933 à 1936, sa femme, Henriette Marrane, travailla à Moscou comme collaboratrice de l’Internationale communiste. Il fut réadmis au parti le 1er janvier 1936 et joua un rôle actif dans la vie clandestine pendant la guerre puis comme maire communiste de Levallois-Perret (RGASPI : f. 495, op. 270, d. 2333, autobiographie du 9 décembre 1937).

19 Jules Bornet, 1981-1948, bûcheron du Cher, un temps secrétaire de la Fédération unitaire de l’agriculture.

20 Henri Vaysse, 1893-1960, secrétaire de mairie dans la banlieue parisienne, un des responsables de la politique municipale du PCF.

21 Alphonse Braud, 1908-1942, instituteur mort en déportation.

22 Léonard Brandy, 1895-1955, cheminot, maire adjoint de Nanterre.

23 Albert Varloteau, 1909-1978, céramiste.

24 D’octobre 1932 à décembre 1933, cet ouvrier métallurgiste était secrétaire administratifchargé de la mise en place de la commission des cadres et du renforcement de l’appareil technique clandestin de liaison. Il a consacré plusieurs pages de ses Mémoires à la mise en œuvre d’un « questionnaire autobiographique établi sur le modèle déjà utilisé par le PC russe » (manuscrit dactylographié, inédit, s. d., p. 338).

25 Henri Gourdeaux, 1881-1961, commis des PTT. Il resta le responsable de la Commission centrale de contrôle politique jusqu’au durcissement de 1949.

26 Lucien Midol, 1883-1979, ingénieur, mécanicien à la compagnie des chemins de fer PLM. Il fut à nouveau membre de la Commission centrale de contrôle politique à partir de la Libération.

27 Mémoire de Vassart, manuscrit dactylographié inédit, s. d., p. 340.

28 Mémoire de Vassart, manuscrit dactylographié inédit, s. d., p. 339.

29 L’Union syndicale des techniciens de l’industrie, du commerce et de l’agriculture (USTICA) était un vivier de militants oppositionnels.

30 Victor Fay, né en Pologne en 1883, mort en France en 1991. Celui-ci ne fait pas allusion à cet épisode dans son ouvrage autobiographique (Fay 1989).

31 Le texte dactylographié de trois pages est écrit à la troisième personne. Marty note : « Reçu par la poste le 14 novembre 1933. » RGASPI : £495, op. 270, d. 9010.

32 Georges Marrane, 1888-1976, mécanicien-horloger, RGASPI : f.495, op. 270, d. 34.

33 Né en 1900 dans l’Ain, mort en 1978 dans l’Indre-et-Loire.

34 Pierre Celor, 1902-1957, membre de l’équipe de la Jeunesse avec Henri Barbé, il fut accusé, sans raison, de liaisons avec la police. Son dossier aux archives du Komintern contient de précieuses informations biographiques mais pas d’évaluation. (RGASPI : f. 495, op. 270, d. 7611 : deux questionnaires pour le CE de l’IC du 26 juin 1931 ; texte autobiographique du 17 juillet 1931 ; autobiographie non datée [fin décembre 1931 ou début 1932] ; questionnaire de l’école léniniste internationale).

35 Georges Clunet, lettre « Au Comité exécutif de l’I. C. Au Bureau politique du parti communiste français » du 14 octobre 1932, 5p. (RGASPI : f. 495, op. 270, d. 463). Dans les jours qui suivirent, le 18 octobre, il remit une biographie très précise, de 14 pages. Il indiquait en post scriptum : « J’ai intentionnellement abrégé la dernière partie qui comprend la période où j’ai été incorporé dans le bureau municipal [il était permanent municipal] jusqu’à mon départ pour Moscou. Les renseignements que je donne pouvant être utiles à d’autres fins, j’ai cru bon de les donner séparément. »

36 « Le camarade Malet (sic) est autorisé à rentrer en France. Le 9.1.36 Jacques Duclos » (RGASPI : f. 495, op. 270, d. 463).

37 Du moins nous perdons sa trace en dehors des informations d’état civil. Même si nous disposons avec les recherches effectuées pour le Maitron 1997 de données nombreuses, il n’est pas exclu que des formes de militantisme nous échappent.

38 Pour les exemples pris dans la vie familiale et intime nous n’indiquons pas les noms de autobiographiés.

39 Les guillemets signalent que le mot figure dans l’un ou l’autre des autobiographies commentées.

40 Il dit être resté à la LDH sur les conseils de Pierre Lareppe. On trouve une situation proche dans la biographie du Marseillais Jean Cristofol. Rappelons qu’au IVe congrès de l’IC (fin 1922), les militants communistes avaient été sommés de quitter les loges maçonniques et les sections de la LDH.

41 RGASPI : f. 495, op. 270, d. 2158.

42 L’évaluateur s’exclame : « A un cousin germain inspecteur de police à Clermont-Ferrand avec lequel il est en excellent terme. Cet inspecteur de police vient pour 15 jours de vacances chaque année chez Sidou même. Le policier aurait beaucoup de sympathie pour le mouvement révolutionnaire ! » (RGASPI : f. 495, op. 270, d. 746).

43 Sensibles aux thèmes de la droite dure représentée par le Préfet de police de Paris (1927-1934), Jean Chiappe.

44 Biographie de Marguerite Blanc (1912-1979) dont le mari, Marcel Blanc est un militant actif de la métallurgie en région parisienne. L’une comme l’autre ne laissent pas de trace après 1933. (RGASPI : f. 495, op. 270, d. 8497). La liste noire n° 2 signale le numéro des cartes saisies et des séries égarées, et donc mises à l’interdit Nous ne sommes pas loin de la carte d’identité.

45 Il s’agit d’Emile Béron (1896-1966), métallurgiste, membre du comité central du PCF, député alsacien, exclu du Parti communiste en avril 1932.

46 Malgré un jugement aussi sévère, René Schwob est classé A (RGASPI : f. 495, op. 270, d. 1517).

47 Pour une étude de cas, voir Pennetier et Pudal 1995 : 225-340.

48 Voir par exemple la réponse de Jean Perfettini, vérificateur des poids et mesures, né et mort en Corse 1907-1908, mais qui travaillait dans les Vosges lorsqu’il signe son autobiographie le 31 novembre 1937.

49 RGASPI : f. 495, op. 270, d. 2158.

50 Trotskistes = « bande sans principes et sans idéologie de saboteurs, d’agents de division et de renseignements, d’espions, d’assassins, une bande d’ennemis jurés de la classe ouvrière, une bande à la solde des services d’espionnage des états étrangers » (Staline 1945 :19).

51 Barré par Perfettini.

52 Il s’agit de Jean Aulas, Maurice Dommanget, Gilbert Serret. Si les uns et les autres ont de la sympathie pour Trotsky qu’ils aident pendant son exil en France, ils refusent toute inféodation. Voir Claude Pennetier, « Maurice Dommanget, la Révolution russe et l’Union soviétique », Actes du colloque international « Maurice Dommanget » tenu à Beauvais les 6 et 7 mai 1994, Archives départementales de l’Oise.

53 Jules Teulade, 1890-1974, charpentier en fer (RGASPI : f. 495, op. 270, d. 8437).

54 Ouvrier menuisier, Tommasi joua un rôle actif à la gauche du PCF et mourut à Moscou en mai 1926. C’est Léon Trotsky qui prononça son éloge funèbre.

55 La Commission de contrôle politique réunie le 23 décembre 1929 lui reproche surtout son refus de s’expliquer devant elle et les « injures adressées par lui aux membres de la CCCP ». Les six points retenus n’étaient étayés par aucun fait précis. On en tire le sentiment que Teulade gardait son franc-parler et un sens développé de la critique.

56 La décision finale de la Commission de contrôle politique date du 30 juin 1932 : « Considérant que l’exclusion de Teulade, prononcée en juin 1930, a été motivée, non par un désaccord de doctrine, mais par un conflit aigu, d’ordre personnel, que les emportements de Teulade contribuèrent à aggraver, en motivant les appréciations de la CCCP. Considérant que depuis son exclusion Teulade n’a pas cessé de militer tant dans le syndicat unitaire que dans les organisations voisines du PC. » On notera à quel point la CCCP reprend les formulations de la justice étatique.

57 Lettre de Nocaudie, secrétaire de la fraction communiste du Syndicat général des terrassiers, 1er septembre 1931 (RGASPI : f. 495, op. 270, d. 8437). Une mention manuscrite en marge de cette lettre signale que la réintégration a été acceptée à la conférence du 30e rayon en septembre 1931.

58 Né en 1886, mort en 1950.

59 Il avait été candidat dans cette circonscription en 1928 (19 % des inscrits) et 1932 (14 %).

60 RGASPI : f. 495, op. 270, d. 1031.

61 Edouard Labin dit Jean Prader, né en 1910.

62 Paul Le Pape dit Daniel Lévine, 1904-1980, technicien puis journaliste, militant communiste actif depuis 1920.

63 Georges Charrière, né en 1908, ajusteur, se voit retirer toutes ses responsabilités en août 1933 mais reste un militant actif jusque dans les années soixante-dix.

64 Henri Vizioz, 1912-1984, ouvrier caoutchoutier, fat un dirigeant important de la CGT et du Parti communiste dans le département de l’Isère (RGASPI : f. 495, op. 270, d. 3475).

65 Laurat Lucien dit Maschl Otto, né en 1898 à Vienne (Autriche-Hongrie), mort en 1973 à Paris. Militant du Parti communiste autrichien, puis de l’Internationale communiste, oppositionnel dans les années vingt, puis animateur du premier groupe planiste au sein de la SFIO. Économiste, disciple de Rosa Luxemburg. Professeur d’économie au Centre confédéral d’éducation ouvrière de la CGT avant guerre.

66 Dans son roman inédit Les Cellulards.

67 Georges Marrane, biographie du 8 juin 1933 : « Je n’ai pas répondu plus tôt au questionnaire : 1° Parce que c’est un travail assez long, assez difficile à résumer et que j’ai peu de temps disponible. 2° Parce que je proteste contre la méthode qui consiste à demander des explications à un militant avec des menaces » (RGASPI : f. 495, op. 270, d. 34). Marrane est cependant classé A mais avec des demandes d’explication sur sa « protestation » et en 1934, il fut à nouveau sollicité par la commission des cadres pour divers manques de vigilance : l’oubli dans un taxi, en octobre 1927, de sa serviette contenant des documents sur la comptabilité du parti, la saisie à la mairie d’une lettre de l’ambassade d’URSS.

68 RGASPI : f. 495, op. 270, d. 564.

69 Marguerite Blanc, 1912-1979 (RGASPI : f. 495, op. 270, d 8497).

70 Ce genre de mot doux a contribué à approfondir l’inimitié qui sépara les deux hommes (Pennetier 1996).

71 Jean Barthel, 1901-1950, autobiographie du 1er février 1938 (RGASPI : f. 495, op. 270, d. 3259).

72 RGASPI : f. 495, op. 270, d. 2545.

73 Partisan du radical de gauche Camille Pelletan.

74 Autobiographie communiste d’institution du 23 octobre 1937 (RGASPI : f. 495, op. 270, d. 3113).

75 Il s’agit de Gaston Petit, 1903-1971, membre de la Gauche révolutionnaire de Marceau Pivert. Voir Le Maitron 1997.

76 Divers témoignages attestent d’une évolution gardée secrète dans un milieu familial qui ne l’aurait guère comprise et d’une abnégation sans faille. Cf. la notice biographique du Maitron 1997 (témoignage de Noguères) et Decour 1974.

77 RGASPI : f. 495, op. 270, d. 2749

78 RGASPI : f. 495, op. 270, d. 389.

79 Pierre Lareppe, député communiste des Ardennes. Sur le rôle de Fried en France : Kriegel et Courtois 1977.

80 Sur ce concept issu des travaux d’Erwing Goffman (1968) voir l’usage que nous en faisons dans : « Du parti bochevique au parti stalinien », chapitre 15 de Pennetier et Pudal 2000.

81 On se reportera pour une auto-analyse extrêmement fine de ce processus, qui implique que le sujet travaille son moi pour se conformer au sujet idéal prescrit, à l’autobiographie de Gérard Belloin (2000).

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540