Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Parler de soi sous Staline

 | 
Brigitte Studer
, 
Berthold Unfried
, 
Irène Herrmann

II. Autobiographie

Autobiographie

Texte intégral

1Sous le terme générique d’autobiographie, on comprend généralement deux formes différentes de compte rendu de soi. La première, très usitée dans les années vingt sous le nom d’anketa (enquête), se présente comme une liste de questions précises et concises. Celles-ci se concentrent essentiellement sur des données biographiques ou politiques, telles que les modalités d’adhésion au parti. Ces documents occasionnent, parfois, des réponses élaborées et s’accompagneront toujours plus de véritables rédactions, soit les avtobiografii (autobiographies de parti). Cette dernière pratique se généralisera tout d’abord dans les rangs du parti bolchevique, où elle est imposée aux communistes étrangers en séjour en URSS, avant d’être reprise dans d’autres partis, comme le fait le PCF en 1931.

2Ce mode de narration de soi est analysé dans un cadre soviétique par Sheila Fitzpatrick qui présente les ambiguïtés de la construction identitaire à l’époque stalinienne, en se basant sur l’exemple des textes censés restituer la vie d’Anastasia Mironova Plotnikova. En 1936, cette haute responsable de parti de Léningrad rédige une autobiographie modèle qui décrit sa trajectoire en une success story typiquement bolchevique. Parallèlement, le NKVD mène une enquête qui insiste sur ses relations kulaks et suggère des sympathies zinoviévistes. Finalement, à la faveur des dates – la terreur n’a pas encore commencé – et des liens de parentèle cultivés par l’accusée – son juge principal, Luk’janov, est lui-même protégé par le cercle familial de Plotnikova –, le verdict ne sera pas trop sévère : elle doit seulement démissionner de ses charges administratives et récupérera même ses origines prolétariennes quelques mois plus tard. L’analyse de ce cas montre les limites taxinomiques du communisme soviétique, peinant à classer des individus amenés, dans leur existence, à se situer au croisement de différentes origines sociales. Cette affaire illustre surtout l’adaptabilité individuelle face aux divers aspects que peut revêtir la réussite.

3A l’opposé de l’approche de Sheila Fitzpatrick, Claude Pennetier et Bernard Pudal appréhendent ce genre de récits dans leur généralité et dans leur utilisation au sein de pc français auquel ils servirent à distinguer les bons des mauvais sujets communistes. Selon une technique qui ne cessa de se perfectionner dès les années vingt, les autobiographies de parti furent classées de A à D, soit dans cinq grosses catégories allant de l’appréciation enthousiaste à la méfiance la plus totale. L’examen de 500 documents rédigés entre 1932 et 1940, permet de décrypter les critères d’évaluation retenus par les scrutateurs chargés de juger des récits de vie souvent tiraillés entre l’adéquation au modèle bolchevique, le désir de transparence et les aveux involontaires. À cet égard, les raisons d’un classement médiocre semblent particulièrement parlantes. Elles puisent parfois dans les mœurs de l’auteur mais, le plus souvent, elles sont d’ordre politique, fustigeant les dérives idéologiques ou l’inexpérience du candidat. L’un des contingents de suspects les plus intéressants est formé par les intellectuels qu’on soupçonne de vouloir intégrer le parti pour y accaparer les postes de direction. Ces motifs, et surtout le dernier, trahissent la rigidité de l’outil autobiographique et son incapacité à cerner des réalités dépassant les schémas classiques du communiste idéal. Dès lors, nombre de « testés » préféreront répondre de manière stéréotypée et garderont ainsi un certain quant-à-soi.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540