Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Parler de soi sous Staline

 | 
Brigitte Studer
, 
Berthold Unfried
, 
Irène Herrmann

I. Discours de soi et pratiques identitaires dans le stalinisme des années trente

Discours de soi et pratiques identitaires dans le stanilisme des années trente

Texte intégral

1Le renouvellement de l’histoire à la suite des tournants linguistique et culturel n’est pas resté sans effets sur l’historiographie du stalinisme. Cet ouvrage s’inscrit dans ce cadre de réflexion sur les bases théoriques et méthodologiques, en partant de la problématique de la construction identitaire dans le stalinisme des années trente. Précisons que nous entendons par stalinisme l’Union soviétique elle-même et l’imprégnation des partis communistes par des discours et des pratiques sociales qui y sont liés.

2Pour aborder cette question de la constitution de l’identité, qu’elle soit sociale ou individuelle, nous avons choisi comme objet commun les diverses occasions de parler de soi présentes dans le stalinisme et en partie reprises dans le Komintern et les partis communistes occidentaux. En tant que formes de “thématisation” de soi, l’autobiographie, l’autocritique ou encore le journal intime, ont ainsi été considérés comme des instruments de subjectivation et d’objectivation de l’individu.

3Objet carrefour, la construction identitaire appelle l’échange de concepts, l’interdisciplinarité. Sont donc réunis autour d’une même problématique des historiens, des sociologues et des philosophes. Qui plus est, ces chercheurs travaillant en Russie, aux États-Unis, en Allemagne, en Autriche, en Suisse et en France viennent d’horizons géographiques différents. L’entreprise s’avérait risquée, puisqu’elle ne se fondait pas nécessairement sur un consensus sémantique et notionnel préexistant, ni même sur une cohérence des méthodes adoptées. On y trouve des spécialistes de l’histoire russe et soviétique, du communisme, de Michel Foucault ou de Max Weber.

4Dans sa contribution, le philosophe Urs Marti reprend cette question de l’adéquation des techniques de soi à la forme de pouvoir que représente le stalinisme. Pour cela, il retrace l’évolution de cette notion foucaldienne qui se rapporte à des procédures permettant le « gouvernement de soi par soi ». Ces pratiques, que Foucault envisageait comme réfléchies et volontaires, sont-elles adaptées à un régime stalinien fondamentalement non démocratique ? Marti pose à ce propos des questions pertinentes pour l’ensemble des textes : quel est le degré d’autonomie individuelle nécessaire à chaque système politique, et quel doit-il être pour que la notion de techniques de soi fasse sens ? Ses conclusions sont critiques. À ses yeux, on peut au mieux parler de formes instrumentalisées et donc perverties de techniques de soi, puisque leur objectif premier n’est pas la purification ou l’élévation de l’individu, mais la soumission aux desseins du parti.

5Les historiens répliqueront que les membres du parti poursuivaient aussi des stratégies de mobilité sociale servant des intérêts de carrière. Par conséquent, leurs efforts d’adaptation aux schèmes culturels du stalinisme ne différaient pas vraiment des tentatives d’amélioration de soi, menées dans le sens d’une plus grande adéquation au système. Alors que la logique historienne fera usage d’un concept de manière pragmatique, celle de la philosophie récuse une telle interprétation.

6Face aux problèmes conceptuels, méthodologiques et pratiques que pose le point de vue du sujet dans le stalinisme, cette publication n’a pas la prétention de fournir des réponses définitives. Elle ambitionne simplement de défricher quelques pistes d’interprétation et, peut-être, d’en amorcer l’exploration en suivant une approche encore peu exploitée, celle de la parole individuelle face au pouvoir et au parti stalinien.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540