Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Parler de soi sous Staline

 | 
Brigitte Studer
, 
Berthold Unfried
, 
Irène Herrmann

Avant-propos

Brigitte Studer et Berthold Unfried

Texte intégral

1Ce livre est le résultat d’un colloque qui s’est tenu en octobre 1999 à la Maison des sciences de l’homme à Paris, et dont nous avons élaboré ensemble la base conceptuelle. L’idée de cette manifestation a germé au cours d’une recherche commune sur les formes institutionnelles du parler de soi dans le parti communiste soviétique et le Komintern des années trente. Il nous est alors apparu que cette approche était extrêmement riche, d’autant que les archives nouvellement ouvertes donnaient accès à des sources d’un type plutôt inédit dans l’histoire de l’Union soviétique, tels que des documents autobiographiques, des compte-rendu de séances de critique et d’autocritique et des écrits privés. Dès lors, il a semblé intéressant, voire crucial, de rassembler d’autres scientifiques travaillant sur le stalinisme et les pratiques identitaires durant cette période. Or, ceux qui analysent la question de la construction des identités par le biais des discours de soi appartiennent à des disciplines et des traditions épistémologiques nationales très diverses. En discutant notre propre conceptualisation, développée dans le cadre de notre collaboration, et en la confrontant avec celles d’autres chercheurs, nous avons voulu créer un premier échange, indispensable. Les contributions qui suivent sont autant le produit de discussions menées que d’apports personnels. Mentionnons que, outre ceux des auteurs présents, les communications et commentaires d’Alain Brossat (Paris), de Irène Herrmann (Genève), Gábor Tamás Rittersporn (Paris/Berlin), Monica Rüthers (Bâle) et d’Edith Saurer (Vienne, Autriche) ont enrichi le débat.

2Les textes introductifs aux différentes parties de l’ouvrage ont été rédigés par Irène Herrmann.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540