Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Corps, jardins, mémoires

 | 
Catherine Benoît

Chapitre IV. Les jardins du corps

Texte intégral

CARTE 4. LOCALISATION DES HUIT JARDINS DE CASE.
(CB et FVB, EHESS, 1999)

CARTE 4. LOCALISATION DES HUIT JARDINS DE CASE.(CB et FVB, EHESS, 1999)

« [...] la plante, la fleur cessent d’être seulement elles-mêmes pour se mettre au service d’une fiction ».
Pierre Grimal, Les jardins romains (1984), p. 442.

1Le jardin de case est l’espace de projection des cosmogonies antillaises, le choix et la disposition des plantes dépendant des relations que ses habitants entretiennent avec leur environnement familial, social, et le monde des morts. Le jardin est ainsi un lieu privilégié de lecture des relations d’une société avec son environnement naturel et social.

  • 1 Pour Grenade : Brierley, 197 ; Haïti : Mintz, 1962 ; Peeters, 1979b ; S.A.C.A.D. et F.A.M.V., 1993  (...)
  • 2 Il n’a pas été possible de comparer les relevés de jardins que j’ai effectués avec ceux réalisés da (...)

2Dans plusieurs îles de l’archipel antillais, des recherches agro-écologiques ou ethnobotaniques ont été menées à propos des jardins de case, qui ont mis en évidence leur organisation spatiale selon les usages des plantes qui les composent1. Les jardins guadeloupéens ont ainsi été décrits : les plantes ornementales et des plantes dites « magiques », dont les usages sont rarement précisés, se trouvent en façade du jardin ; plus proches de la case et protégées du soleil, sont disposées les médicinales ; à l’écart, les épices et les maraîchères ; enfin, derrière la case, les plantes vivrières et les arbres. Cette description, bien qu’elle n’établisse que les grandes zones d’usages premiers des plantes, semble être celle qui s’impose au terme de toute enquête ethnobotanique classique. Enquête que l’on pourrait résumer comme suit : relevé des noms vernaculaires et des usages des plantes, constitution d’un herbier, représentation schématique du jardin où chaque groupe végétal est représenté par une figure proche de la réalité. Ces études font état de l’organisation du jardin en fonction des usages premiers des plantes. Par « usage premier », il faut entendre l’usage qui a justifié en premier lieu la présence de la plante dans le jardin. En effet, une plante peut avoir différents usages. Elle peut être, par exemple, à la fois alimentaire et thérapeutique, ou ornementale et thérapeutique. Ces différents usages sont fonction de la partie utilisée, du mode de préparation, et du contexte de l’utilisation. Ainsi, les feuilles de vèvenn entrent dans la composition des rafraîchissements, alors que la plante conservée en pot à l’intérieur de la maison permet d’accroître ses biens2.

3L’analyse qui suit a porté sur huit des jardins qui ont fait l’objet d’un relevé floristique (cf. carte n° 4).

  • 3 Pour la Martinique : Étiffier-Chalono, 1985 ; Kimber, 1966 ; Peeters, 1976 ; pour la Guadeloupe : B (...)

4Ces relevés ne constituent pas un échantillon représentatif des jardins de case à la Guadeloupe dans la mesure où ils ont été effectués avant tout parce que la relation établie avec l’occupant du jardin le permettait (cf. cartes n° 5 – Plans des huit jardins). Je pensais même au départ n’avoir travaillé que dans des jardins atypiques, eu égard aux descriptions traditionnelles des jardins de case : ces jardins ne contiennent pas une majorité d’espèces alimentaires, et les plantes médicinales ne se dégagent pas de manière particulière des autres plantes, à l’inverse de ceux décrits jusque-là3.

5Le jardin de case est un espace intime où ne pénètrent pas les étrangers. Les protections instaurées dans un jardin ne peuvent être dévoilées, sauf peut-être la veille du départ de l’ethnologue. En ce sens, entrer dans un jardin de case, c’est pénétrer dans l’intimité de son propriétaire. De fait, le nom et les usages d’un certain nombre de plantes ne pouvant être impunément signalés, ils sont tus au moment du relevé.

CARTE 5.1. PLAN DU JARDIN DE CASE I.
Chaque cercle numéroté représente une espèce végétale identifiée en annexe A.
(CB et FVB, EHESS, 1999)

CARTE 5.1. PLAN DU JARDIN DE CASE I.Chaque cercle numéroté représente une espèce végétale identifiée en annexe A.(CB et FVB, EHESS, 1999)

CARTE 5.2. PLANS DU JARDIN DE CASE II.
(CB et FVB, EHESS, 1999)

CARTE 5.2. PLANS DU JARDIN DE CASE II.(CB et FVB, EHESS, 1999)

CARTE 5.3. PLAN DU JARDIN DE CASE III.
(CB et FVB, EHESS, 1999)

CARTE 5.3. PLAN DU JARDIN DE CASE III.(CB et FVB, EHESS, 1999)

CARTE 5.4. PLAN DU JARDIN DE CASE IV.
(CB et FVB, EHESS, 1999)

CARTE 5.4. PLAN DU JARDIN DE CASE IV.(CB et FVB, EHESS, 1999)

CARTE 5.5. PLAN DU JARDIN DE CASE V.
(CB et FVB, EHESS, 1999)

CARTE 5.5. PLAN DU JARDIN DE CASE V.(CB et FVB, EHESS, 1999)

CARTE 5.6. PLAN DU JARDIN DE CASE VI.
(CB et FVB, EHESS, 1999)

CARTE 5.6. PLAN DU JARDIN DE CASE VI.(CB et FVB, EHESS, 1999)

CARTE 5.7. PLAN DU JARDIN DE CASE VII.
(CB et FVB, EHESS, 1999)

CARTE 5.7. PLAN DU JARDIN DE CASE VII.(CB et FVB, EHESS, 1999)

CARTE 5.8. PLAN DU JARDIN DE CASE VIII.
(CB et FVB, EHESS, 1999)

CARTE 5.8. PLAN DU JARDIN DE CASE VIII.(CB et FVB, EHESS, 1999)
  • 4 J’ai été ainsi amenée à distinguer, dans la représentation graphique, le discours des occupants du (...)

6Ces non-dits renvoient à la spécificité de ce type d’investigation. Les usages des plantes protectrices ne peuvent être évoqués hors contexte. Le faire serait se poser en connaisseur des conflits sorciers, en croyant du pouvoir des esprits des morts4. Pour mentionner les protections du jardin, il faut situer son interlocuteur à l’intérieur de cette réalité. Les habitants qui ont indiqué une partie des protections instaurées dans leur jardin sont les thérapeutes qui m’avaient placée dans une relation d’apprentissage formel (connaissance des plantes, des techniques de frottement : jardins VII, VIII), d’échanges de savoirs (jardin VI), de soins (jardin III), ou qui abandonnaient leur don (jardin III). Au contraire, les thérapeutes ou les personnes avec qui l’échange fut uniquement d’ordre amical (jardins I, II) ou de l’ordre d’une relation d’initiation (jardin V) ne m’ont pas fait part de leurs savoirs et de leurs pratiques. La propriétaire du jardin V m’a placée dès le début de notre rencontre dans une relation d’initiation, dans laquelle elle me guidait afin, pour reprendre ses propres termes, « d’apprendre le nom fondamental des plantes et non le nom vulgaire », et où la connaissance de la pharmacopée par un apprentissage méthodique, une reconnaissance des plantes par la constitution d’un herbier, lui semblait déplacée : seules comptaient les recettes données en rêve et l’observance de règles de conduites pour acquérir le pouvoir des plantes. Lorsque j’effectuais des relevés, il est arrivé que ce soit des voisins qui viennent s’insurger de ma présence. Leur énervement provenait peut-être de leur crainte — cela s’est produit ultérieurement dans d’autres travaux que j’ai conduis sur la propriété foncière – que les mesures que je prenais ne servent à contester les limites des parcelles. À la Guadeloupe, la violence des conflits au sujet du parcellaire est telle qu’elle peut conduire à des actes meurtriers. La fréquence de ceux-ci ne remet-elle pas en question l’analyse selon laquelle les populations antillaises ne seraient en rien productrices de territoires ?

7Les relevés ont été réalisés en 1987. Je suis restée en contact avec certains des propriétaires, et continue à observer l’aménagement des jardins, qui tous ont évolué, à l’image de leurs occupants qui se sont inscrits depuis dans d’autres dynamiques sociales et familiales. L’organisation des jardins et leur composition floristiques semblent épouser au plus près la personnalité de leurs propriétaires et être le reflet des destinées de chacun.

CARTE 6. LA CARTE COMME ANALYSE DU DISCOURS : LES USAGES THÉRAPEUTIQUES DES PLANTES DU JARDIN. CE QUE DIT L’HABITANT, CE QUE VOIT L’ETHNOLOGUE, ET LEUR DIFFÉRENCE (LE NON-DIT).
(CB et FVB, EHESS, 1999)

CARTE 6. LA CARTE COMME ANALYSE DU DISCOURS : LES USAGES THÉRAPEUTIQUES DES PLANTES DU JARDIN. CE QUE DIT L’HABITANT, CE QUE VOIT L’ETHNOLOGUE, ET LEUR DIFFÉRENCE (LE NON-DIT).(CB et FVB, EHESS, 1999)

8Cinq propriétaires sur huit des jardins analysés étaient des guérisseurs. La propriétaire du jardin I qui, au moment du relevé en 1987, avait 72 ans, était femme de ménage et matrone jusque dans les années 1950. Elle frottait et recevait en moyenne une dizaine de personnes par après-midi. Elle était également, d’après des informations recueillies à son sujet dans d’autres communes, gadèdzafè, mais ne me l’a jamais confirmé. Métisse indienne, elle ne participait pas aux cérémonies publiques ou domestiques hindoues. En 1998, fortement diminuée par son âge, elle ne pouvait plus s’occuper de son jardin. Une de ses petites filles qui est venue vivre près d’elle n’a conservé du jardin que la haie séparant la parcelle de celle du voisin. La propriétaire du jardin II était retraitée et partageait sa maison avec son fils et sa belle-fille. En 1998, le jardin n’existait plus. La maison de bois avait disparu dans une enceinte de béton de trois étages dont les différentes ailes ont détruit tous les espaces de fleurs. Le glacis qui recouvrait l’allée conduisant à la maison est aujourd’hui un garage par lequel on doit passer pour se rendre dans le séjour, où les habitants reçoivent les visiteurs, faute d’espace à l’extérieur. Cette maison a suivi l’évolution de la plupart des maisons de bois, qui, de simple case de deux ou quatre pièces, sont devenues grâce à des crédits facilement octroyés, sans parler des constructions nouvelles facilitées par la loi de défiscalisation, de véritables châteaux forts dont l’achèvement paraît bien incertain. Afin que certains impôts ne soient pas payés, les maisons sont habitées sans avoir reçu de toit. Ces maisons, aux tiges de fer qui dépassent du plafond du dernier étage pour marquer l’état d’éternelle construction, deviennent communes dans le paysage architectural de l’île. La propriétaire du jardin III, d’origine indienne, âgée de 65 ans, était frotteuse. Elle aussi avait rompu tout lien avec la communauté indienne. Elle était sur la fin de sa carrière et transmettait son don à sa fille au moment du relevé. Dix ans plus tard, après s’être fâchée avec son unique enfant, elle vivait avec sa petite-fille. Le jardin dévasté par les redoutables et destructrices « fourmis manioc » se réduisait à des parterres de gazon. Une imposante véranda avait surgi à l’emplacement d’un ancien parterre de fleurs, et les bâtiments annexes en tôle avaient été reconstruits en béton après le passage du cyclone Hugo lors de l’année 1989. La propriétaire du jardin IV, âgée de 55 ans, était employée de mairie, et frottait à l’occasion. En 1987, elle s’apprêtait à exercer comme gadèdzafè, et était alors en cours d’initiation avec un guérisseur qui avait interprété ses différentes maladies comme un signe d’élection et l’enjoignait à exercer. Cet homme la guidait dans les différentes phases de son installation. En 1993, six ans après le relevé, elle avait renoncé à exercer et soignait seulement ses proches. En 1995, elle construisait un sanctuaire dédié à la Vierge dans lequel elle ne se rendait plus en 1998 de crainte que les accusations de sorcellerie à son égard ne soient plus virulentes. En l’espace de dix ans, l’univers social de cette femme s’était singulièrement rétréci. Deux de ses fils âgés d’une quarantaine d’années avaient quitté leurs compagnes pour retourner chez leur mère. Son dernier compagnon l’avait abandonnée. Elle ne fréquentait plus aucun des voisins avec qui elle avait l’habitude d’aller danser chaque week-end. Aujourd’hui, elle pense à vendre sa maison pour se retirer dans la campagne, loin d’un bourg. Les fleurs ont disparu du jardin de cette femme passionnée par le végétal, toujours à l’affût de nouvelles boutures, qui aujourd’hui prétend qu’il n’y en a jamais eu autour de la maison. Ses journées s’écoulent dans un espace presque fermé à autrui. Rivée à un poste de télévision, elle regarde chaque après-midi, à l’instar de nombreux habitants de l’île, des séries américaines comme « Dynastie », « Sunset Beach », ou « Santa Barbara », avec tant de conviction qu’il n’est plus possible de lui rendre visite autrement que le matin ou en fin d’après-midi. La propriétaire du jardin V, âgée de 55 ans, avait la réputation de posséder un savoir en matière de plantes au-dessus de la moyenne. Sa mère était frotteuse. Dans les années soixante, elles étaient parties, toutes les deux, en France métropolitaine dans le cadre des migrations orchestrées par l’État français. L’une et l’autre étaient aides-soignantes dans un hôpital de la banlieue parisienne. De retour à la Guadeloupe au milieu des années quatre-vingt, elle avait commencé à frotter et à donner des bains sans être reconnue par son entourage comme guérisseuse. Ses voisins la considérait comme quelqu’un de fantasque qui passait du temps dans la forêt à collecter des plantes. Mais ce personnage original a commencé – et le changement s’est produit en moins d’une année – à stocker des branches d’arbres et des feuilles dont la puanteur, en raison du pourrissement, envahissait les alentours de la maison. J’ai quitté la Guadeloupe au moment où elle allait mal. Quand je suis revenue plusieurs années après, sa mère était décédée. Elle vivait à l’hospice pour indigents de Pointe-à-Pitre. Elle y avait été reçue après s’être fait remarquer sur la voie publique pour avoir tenté d’assommer d’un coup de sabre un passant. La propriétaire du jardin VI, âgée de 75 ans, frottait, et je ne l’ai connue que le temps du relevé. Le propriétaire du jardin VII, âgé de 50 ans, aujourd’hui décédé, était maçon et gadèdzafè. Sa mort ayant été considérée comme suspecte, son épouse avait réagi en devenant témoin de Jéhovah pour dominer le monde de la sorcellerie. Elle a ôté du jardin tout témoignage floristique signalant son mari comme gadèdzafè, et a brûlé, comme il se doit, les livres dont il disposait. Elle avait vidé la pièce dans laquelle il recevait ses clients. Alors qu’elle se sentait « travaillée » par un don avant le décès de son mari, sa conversion lui a permis d’abandonner toute velléité de devenir tireuse de carte. Elle a quitté les Témoins de Jéhovah lorsqu’elle a souhaité se rendre aux bals et multiplier les conquêtes masculines. Les plantes en façade de la maison ont disparu lorsque son fils a fait construire une maison mitoyenne qui n’est séparée de celle de sa mère que par un simple couloir. La propriétaire du jardin VIII, âgée de 65 ans, était employée de maison, frottait et recevait environ cinq patients par soirée. Quand je l’ai revue en 1994, elle se disait maltraitée par des voisins et m’a dicté plusieurs lettres de réclamation. L’une était adressée à la Direction départementale des affaires sanitaires et sociales afin que l’on vienne « désinfecter » sa maison et son jardin des « saletés » et des bains que ses voisins venaient jeter chaque nuit dans son jardin. Une autre l’était au procureur de la République pour que des policiers interviennent contre ses voisins, « pas ceux du Moule qui sont tous contre moi, mais ceux de Pointe-à-Pitre avec qui j’ai commencé à traiter ». Dans ses lettres, elle parlait également des discordes qui l’opposaient aux maîtresses de son mari, qui auraient pu se solder de manière tragique. Elle ne recevait plus de patients chez elle, mais accomplissait de temps en temps des visites à domicile. Les soins qu’elle prodiguait m’ont paru suffisamment contestables et difficiles à supporter (elle demandait à ses patients de garder des masques d’argile sur le corps pendant plusieurs jours) pour que je ne l’accompagne plus, puis décide de ne plus la suivre dans le système persécutif qu’elle s’était construit.

9Sept des propriétaires étaient donc des femmes : le jardin de case est avant tout une affaire de femmes, les hommes s’occupant du jardin vivrier. Par ailleurs, les guérisseurs hommes sont soit des masseurs, simples techniciens, et ils n’utilisent pas la pharmacopée locale mais des pommades vendues en pharmacie, soit des gadèdzafè, et, si leurs prescriptions sont à base de plantes, ils vont les chercher dans la forêt si besoin est, mais le plus souvent ils ont recours au monde des esprits des morts. Certaines de ces femmes ont connu des destins sordides, sinon tragiques. Cela me paraît le propre des visions du monde où l’accusation sorcière et la persécution ont une place prépondérante. Quand bien même les entretiens avec certains guérisseurs peuvent être cocasses, plein de vie, et même si je revois des guérisseurs, avec qui j’ai toujours des relations de connivence et de sympathie réciproques, je crois que lorsqu’on ne se penche plus simplement sur l’étude des savoirs sur le corps, sur la maladie, à un moment donné de la pratique guérisseur, mais qu’on le suit sur plusieurs années, on peut se rendre compte que les visions du monde reposant sur des étiologies sorcières sont oppressantes et entraînent l’exclusion psychologique et sociale de ceux qui y sont enfermés. En ce sens, ces systèmes médicaux, s’ils sont pourvoyeurs de sens pour ceux qui se tournent vers eux lors d’un moment difficile de leur vie, n’offrent que des rémissions psychologiques et forgent la destruction des liens sociaux.

LES USAGES DES PLANTES

  • 5 Pour une analyse des méthodologies de la cartographie expérimentale et de la graphique telles qu’el (...)

10Les relevés floristiques ont été réalisés en présence des propriétaires qui précisaient le nom créole et les usages des plantes. Chaque plante prélevée a été ensuite identifiée. La cartographie, méthodologie utilisée pour analyser ces relevés, suppose le choix de critères discriminants pour mettre en évidence certaines organisations : ces critères ont été les catégories créoles d’usage des plantes5. Quatre catégories peuvent être établies pour lesquelles, pour des facilités d’exposition, je propose une traduction française.

1) Les plantes à usage thérapeutique

11Les plantes à usage thérapeutique sont celles qui relèvent des catégories créoles suivantes : « remèdes » (rimèd), « bains » (ben), « protectrices » (prézervatis), « mauvaises plantes » (mové pyébwa), « bonnes plantes » (bon pyébwa), « montées » (monté).

12La catégorie « remède » désigne les plantes ou les préparations ingérées sous forme de thé, de tisane, de loch, de purge (pij), ou utilisées pour des frictions, des cataplasmes. Le thé, décoction de plantes qui ont bouilli quelques minutes, est destiné à réchauffer le corps. Sont surtout utilisées les inflorescences, celles fermées sont préférées aux ouvertes, ou les racines, considérées comme plus efficaces que les feuilles. Elles sont cueillies le matin et utilisées fraîches. Certaines plantes de petite taille peuvent être utilisées dans leur entier comme zèb-a-fè. La tisane est une infusion de plantes que l’on ébouillante dans un pot recouvert quelques instants, et destinée à rafraîchir le corps. Les feuilles sont utilisées de préférence dans ce type de préparation. La purge est une décoction de feuilles mélangées à de l’huile de karapat, qui nettoie le corps à la fin d’une cure de rafraîchissement ou après un vermifuge. Le loch est une décoction de plantes à laquelle on adjoint de l’huile de karapat, parfois de l’écorce de calebasse bouillie, un blanc d’œuf, et, dans certaines variantes, du lait. Le loch est consommé essentiellement après l’accouchement pour nettoyer le corps ou en fin de traitement de la blès.

13« Bains » ou « feuillages » sont les plantes qui entrent dans la composition des bains pris chez soi, à la mer, ou qui servent à nettoyer la case.

14Je propose l’expression « bénéfiques/maléfiques » pour les catégories suivantes : les plantes « protectrices » (prézervatis, qui préserve des maladies, du mal), les « bonnes plantes » (bon pyébwa), les plantes « montées » (monté, plante que l’on manipule à des fins bénéfiques ou maléfiques), les « mauvaises plantes » (movè pyébwa). Les plantes « protectrices » sont les plantes qui protègent la case des visiteurs et des esprits des morts. Les « bonnes plantes » attirent l’argent, le bonheur. Les « mauvaises plantes » sont les plantes qui, au contraire, peuvent attirer le malheur suivant l’endroit qu’elles occupent dans l’espace habité. C’est le cas de la mizè nwè (Commelina elegans HBK) placée à l’intérieur de la maison, ou des soucis (sousi, Calendula officinalis L.) dans la cour, mis dehors car à l’intérieur ils apporteraient le malheur. Les plantes « montées » sont des plantes au pied desquelles ont été disposés de menus objets à des fins maléfiques, comme détruire des unions, ou bénéfiques comme rapporter de l’argent. Seul leur possesseur les connaît : ce sont certaines alimentaires comme le cocotier, ou des ornementales comme le malangaflè (Caladium bicolor [Ait.] Vent.), parfois des médicinales comme la vèvenn.

  • 6 Peeters, 1979b.
  • 7 Clarissa Kimber a montré comment la Zèb-a-fè, plante médicinale utilisée comme fébrifuge, est deven (...)

15La plupart des plantes présentes dans les jardins de case ont un usage thérapeutique. Cependant, même dans les jardins des thérapeutes, très peu sont cultivées à cette fin. Herbes subspontanées tolérées dans l’espace habité, on les appelle des razyé (du français, hallier). On ne peut les considérer comme des plantes sauvages bien qu’elles ne soient pas cultivées. Alice Peeters, qui a noté leur importance dans les jardins haïtiens, propose de voir en ces plantes une « flore domestique » vivant dans la mouvance de l’habitat humain6. Le fait de les tolérer peut être considérer comme des prémices à leur domestication7.

16Les plantes cultivées uniquement dans un but thérapeutique sont :

  • des plantes rares que l’on trouve difficilement dans l’environnement immédiat de la case comme la chikoré ou des plantes rares originaires d’Europe qui sont achetées sur le marché, c’est le cas du réfò (Cochlearia amoracia L. Perne.).

  • des plantes « protectrices », comme le balé-sizè, mannyok-bwablé (Manihot esculents. Crantz.), sandragon (Cordyline fruticosa [L.] A. Chev.), qui protègent des esprits des morts et des malfaiteurs.

  • les plantes « montées ». Le « montage » est une technique qui permet à quiconque de « se monter » ou de « monter » un individu sur une plante ou sur quelqu’un. Il y a plusieurs manières de « monter » une plante : quand il s’agit de s’entendre avec quelqu’un, on peut mettre la photo de la personne au pied de la plante. Pour introduire la discorde dans une relation, on enterre au pied de la plante un morceau de papier sur lequel sont écrits les noms des personnes concernées. Les plantes « montées » à l’intérieur concernent le travail, la chance, les unions. Dans ce dernier cas, on utilise alors les qualités « mâles » et « femelles » d’une espèce végétale. « Mâles » et « femelles » n’ont rien à voir ici avec les caractères sexuels des plantes : il ne s’agit pas des plantes dioïques chez lesquelles les fleurs mâles et les fleurs femelles sont sur deux pieds distincts. À l’extérieur de la case, les « montages » se font au pied des arbres comme le cocotier, ou le pyé-palmis (Prestoea Montana [R. Graham] Nichols.). Ces « montages » se font dans le but d’obtenir de l’argent, d’introduire la discorde chez quelqu’un. Il y a des plantes à l’extérieur qui sont couramment « montées » et que les connaisseurs repèrent aisément lorsqu’ils arrivent chez quelqu’un qui les possède. C’est le cas de la chans (Scindapsus sp.), que les commerçants utilisent pour attirer l’argent, et du mannyôk bwablé pour s’enrichir. La vie d’une personne est étroitement liée aux plantes sur lesquelles elle s’est « montée ». Quand le propriétaire d’une telle plante meurt, il faut arracher la plante et enlever le « montage », sinon l’esprit du mort ne repose pas en paix. Il se manifeste dans le monde des vivants tant que toutes les attaches le reliant à la terre n’ont pas été détruites. À l’inverse, en faisant dépérir une plante « montée », on fait mourir son propriétaire.

  • la plante que le thérapeute utilise systématiquement dans ses préparations, qui personnalise, garantit, l’efficacité de son traitement et qu’il est le seul à connaître. Dans la commune du Lamentin, on emploie le terme don pour qualifier cette plante qui est l’armoise (larmwaz, Arthemisia vulgaris L.), la konsoud ou la wòz (Rosa sp.).

  • les plantes, généralement leurs racines et leurs feuilles, qui sont utilisées en macération, appelée « bouteille » (boutey).

  • des plantes cultivées à des fins ornementales. Lorsqu’elles ont des usages thérapeutiques, elles sont de préférence « bains » ou « bénéfiques/maléfiques ».

17Les thérapeutes vont aussi chercher dans la forêt des plantes qui ont la réputation d’être plus efficaces, car sauvages, et parce qu’elles n’auront pas reçu un sort de la part d’un voisin ou d’un client malveillant. C’est ainsi que certains gadèdzafè n’ont pas chez eux les plantes thérapeutiques qu’ils pourraient prescrire (jardin VII). D’autres se procurent sur les marchés les plantes les plus rares comme le raifort (jardin III).

2) Les plantes à usage ornemental

18J’ai traduit par ornementales les plantes qualifiées de « plantes » (plant, c’est-à-dire mises en pot) et par l’expression « c’est pour faire beau » (i ka fè flè). La catégorie créole des fleurs (flè) est plus étendue que celle que nous lui donnons en français courant. Elle s’applique à des plantes aux feuillages colorés. Les crotons (kwoton, Codiaevum variegatum L.) sont ainsi appelés « fleurs ». Ornemental est un terme qui traduit mal l’ambiguïté du statut de ces plantes, qui décorent, embellissent le jardin mais également aident à le cacher des regards extérieurs et, pour certaines d’entre elles, protègent l’espace habité d’influences néfastes.

19L’analyse graphique a fait apparaître une typologie de plantes ornementales liée à la localisation, la fonction et la dénomination de celles-ci. On peut ainsi distinguer :

  • les plantes ostentatoires, qui en façade délimitent l’espace privé. Certaines d’entre elles ont des fonctions de protection de cet espace. Ces plantes sont connues de tous et sont nommées de la même manière par tout le monde.

  • les plantes stagiaires, qui sont des plantes d’introduction récente dans l’espace habité. Elles sont généralement regroupées dans un coin du jardin, à l’ombre d’un arbre et cachées des regards extérieurs. Ce sont de vraies collections de plantes, parfois rares, entretenues avec soin par la propriétaire. Le plus souvent récemment introduites dans l’île, elles n’ont pas encore reçu de nom créole.

  • les plantes intermédiaires, également d’acquisition récente, commencent à occuper les espaces intermédiaires comme la galerie ou les escaliers. Leur dénomination semble personnelle à chaque propriétaire, de ce fait elles traduisent bien ce rapport d’intimité entre l’homme et le végétal.

  • les plantes d’intérieur, disposées dans des pots, et en bouquet. Certaines ont pour fonction de porter chance, d’autres égayent plus simplement le séjour.

3) Les plantes à usage alimentaire

20Ce sont les plantes dont l’usage premier est de nourrir (sé manjé). Les tubercules de base de l’alimentation guadeloupéenne – qui sont de plus en plus remplacées par le riz et les pâtes, et depuis trois, quatre ans par les « poulet-frites-pizza » des camions ambulants – sont cultivées pour l’essentiel dans le jardin vivrier. Dans les jardins de case poussent essentiellement les condimentaires comme le piment, les potagères comme la tomate, les arbres à épices comme le cannelier et surtout les arbres fruitiers.

  • 8 Bruneton-GovernatorI et Luxereau, 1987.

21Si une plante cultivée à des fins alimentaires possède des vertus thérapeutiques, elle est généralement « remède » et non « bénéfique/maléfique ». Pour ces usages, la préparation et le mode d’utilisation sont différents. Les plantes sont alors utilisées en bain, en friction ou sous forme de fumigation. De plus, on emploie des parties autres que celles qui sont requises dans l’alimentation. Les plantes alimentaires susceptibles d’avoir ces usages sont, par exemple, une variété de bananier : si on pique quelqu’un avec une aiguille et qu’on la pose ensuite sur cette variété, la plaie ne se refermera pas ; les feuilles de corossolier de pyémonben, de grenadier, interviennent dans les bains « démarrés » ; les feuilles du pwadibwa entrent dans la composition de fumigation, pour débarrasser la case des kòkma (esprit des enfants morts sans avoir été baptisés). Cette constatation semble pouvoir s’appliquer à d’autres aires culturelles. Dans les jardins pyrénéens, les alimentaires peuvent exercer, utilisées dans certaines conditions, des fonctions protectrices. Ainsi les brins de fenouil (Foeniculum vulgare [Mill.] Gaert.) qui à l’automne parfument les châtaignes bouillies (Castanea Vulgaris Lam.), plantés au seuil du jardin, éloignent les êtres malfaisants. Quelques brins, cueillis la nuit de la Saint-Jean et dont on obstrue les serrures, protègent la maison8.

4) Les plantes à usages divers

  • 9 Les arbres de lisière sont pyé-zimòtel (Erythrina corallodendron L.) pour les jardins I et II, ti-s (...)

22Cette catégorie peu représentée comprend les plantes et les arbres disposés en lisière, pour procurer de l’ombrage, et les rudérales9.

UN TAPIS DE PLANTES

23La luxuriance des jardins, dans les zones à la fois les plus humides et les plus sèches de l’île, est un élément frappant du paysage. On trouve cependant des maisons de grand standing entourées d’un simple gazon qui est le plus souvent une graminée domestiquée : Paspalum conjugatum Berg., en particulier dans la section de Prise d’eau de la commune de Petit-Bourg et dans la commune du Moule. L’apparition d’un parterre de gazon autour de ces maisons peut-être datée des années soixante/soixante-dix. C’est à cette époque que, d’une part, la bourgeoisie blanc-pays d’affaires de Pointe-à-Pitre quitte son lieu de résidence traditionnel, la section de Vernou, des environs frais de Pointe-à-Pitre, pour s’installer près de la mer au Moule et à Saint-François, et que, d’autre part, se développent le secteur tertiaire et différentes formes de crédit à la consommation. Les nouvelles maisons s’inspirent alors de modèles européens. Elles ne sont plus ouvertes sur l’extérieur mais sont climatisées. Elles sont entourées d’un gazon sans arbres pour les zones les plus sèches, et ce, d’autant plus facilement, qu’apparaît sur le marché la tondeuse à gazon. Les classes moyennes résidant près de ces nouveaux lieux d’habitation et la bourgeoisie mulâtre qui se rapproche des anciens lieux de résidence de la bourgeoisie blanc-pays ont ensuite reproduit ce modèle. La présence du gazon traduit, comme en France, le souci d’imiter les classes les plus aisées.

  • 10 Cf. également Sidney Mintz pour Haïti (Mintz, 1962), et Clarissa Kimber pour Porto Rico et la Marti (...)

24En milieu rural, les cases sont regroupées en sections, subdivision de la commune, et s’échelonnent le long des chemins. Une allée conduit du chemin de desserte vers la case et la terrasse (galri). L’accès à la maison se fait principalement par cette allée qui mène à la cour avant (douvan-kaz), espace d’accueil et de réception des visiteurs. Cet espace est extrêmement bien entretenu. La plupart des plantes ornementales y sont rassemblées. C’est là que se donnent à voir les goûts esthétiques de la maîtresse de maison. La vie de la maisonnée se déroule à l’arrière de la case (dèyè-kaz). Dans le cas de regroupements de cases d’une même famille (lakou), différents chemins ou interstices dans les haies permettent de passer d’une cour arrière à l’autre sans faire le détour par l’allée. La haie qui entoure les cases extérieures du groupement est la limite physique de l’ensemble. Des comportements précis régissent l’entrée dans l’espace habité, comme demander la permission avant de franchir l’entrée du jardin, matérialisée par un portail, un espace libre dans la haie, une plante, une dénivellation dans le terrain10.

  • 11 Dans un ouvrage consacré à l’esthétique des jardins, Catherine Laroze a montré comment le mur, la g (...)
  • 12 Pour le lakou (Peeters, 1979b), pour le jardin saint-lucien (Barrau, 1986).

25L’analyse des matériaux, de la physionomie et de la forme de la clôture renseigne sur les liens que les habitants d’un jardin entretiennent avec leur environnement11. À la Guadeloupe, la haie n’est pas systématiquement une véritable clôture, au contraire du lakou haïtien, ou du jardin de case saint-lucien, mais plutôt une frontière, une limite de propriété12. La haie est réellement une clôture quand le sens de la propriété de ses occupants est très développé ou qu’il s’agit pour ses occupants de se préserver déjà de manière physique de l’environnement alors considéré comme totalement hostile. Les propriétaires de ces jardins vivent d’ailleurs reclus sans trop de contacts avec l’extérieur.

L’esthétique des jardins

26Le jardin de case est délimité en façade, du côté de la route et des voisins, par des haies vives de fleurs aux feuillages colorés. Même lorsque des jardins sont entourés d’une barrière de bois mort ou de fer, en particulier dans les lotissements des classes moyennes, la clôture est doublée d’une haie de fleurs. Dans les quartiers défavorisés des villes ou de la campagne, des plaques de tôle marquent la limite. La haie n’est pas la seule limite possible du jardin de case, ce peut être un changement dans la nature du terrain, une rigole, un fil pour étendre le linge, surtout dans le cadre des regroupements familiaux. D’autres jardins se fondent plutôt dans le paysage environnant. Ces jardins entourés de friches sont des jardins isolés du bourg ou appartenant à des familles de condition modeste (jardin VIII). Les lisières du fond du jardin et certaines limites d’avec le voisinage sont marquées par les arbres fruitiers ou par l’arbre au nom évocateur « d’immortel » (pyé-zimòtèl) comme dans le cas du jardin I.

  • 13 Cf. également Sidney W. Mintz pour Haïti (Mintz, 1962).

27Dans les haies de façade ou de bordure de route prédominent les plantes et arbustes aux tons chauds comme le jaune et le rouge. Ces haies sont constituées d’un nombre assez réduit de plantes toujours agencées de la même manière13 . En tant que façade sociale, la haie se doit d’être dans la norme et n’est pas le lieu d’innovation. Son aspect fourni et coloré affirme le caractère ostentatoire de la cour avant (cf. photo 1). Les plantes composant le plus souvent les haies sont les alamanda (.Allamanda cathartica L.) aux fleurs jaunes, les alpinya (Catimbium speciosum [Wendl.] Holtt.), les hibiscus, et les wòz-poslèn (Nicolaia magnifica [Benth. et Book. f.] Κ. Schum. ex Vamet) aux grappes de fleurs rouges, diverses espèces de sandragon (sandragon-vè, sandragon-wouj, Cordyline sp. ; sandragon, Draceana fragrans Ker. Gaul.), les crotons aux feuillages variés : le « qui mourra saura » mal, au feuillage jaune tacheté vert qui protège la case, le « qui vivra véra » fimèl au feuillage vert tacheté de jaune, les madras, tibouchon, tibouchon finn, tibouchon laj aux tons de brun, jaune et rouge, plus rarement, les lavann blan (Hedychium coronarium König.). Dans le nord-est de la Basse-Terre, les associations d’hibiscus, de fougères (Nephrolepis sp.) et d’alamanda (jardin II), ou bien de crotons et de Cordyline (jardin I) sont les plus fréquentes.

  • 14 Je qualifie « d’archaïque » les jardins comprenant peu d’espèces végétales. Ces jardins s’apparente (...)

28De hauteur moyenne, ces haies ne cachent pas la case et laissent entrevoir la diversité des plantes du jardin. La haie a plutôt un rôle d’appel à contempler la diversité des plantes que la maîtresse de maison a rassemblées, et contiennent certaines des plantes protectrices qui protègent l’espace habité (cf. cartes n° 7 – Les plantes ornementales dans le jardin de case II : localisation, identification, statut). Les plantes ornementales font tout le cachet des avant-cours. Le pourcentage des plantes dont les usages premiers sont ornementaux est d’environ 30 %. Les jardins les plus archaïques ont beaucoup moins d’espèces ornementales que les autres : moins de quinze pieds (quatorze plantes représentant sept espèces dans le jardin VI et huit plantes représentant sept espèces pour le jardin VII) alors que ce nombre peut approcher la centaine dans d’autres cas (jardins II et III)14.

  • 15 Zone Β : ce sont zékrèvis (Beloperone guttata Bradegee), lamontanya (Crossandra infundibulformis [L (...)
  • 16 Zone A : ce sont évèk (Hemigraphis colorata Hallier), lamèksikèn (Antigonon leptopus H. et Α.), dra (...)
  • 17 Zone C : ce sont soleydô (Helianthus annus L.), « quatre saisons dans une année » (Althernanthera f (...)
  • 18 Zone D : ce sont, proches de l’ancienne cuisine : deux bégonnya wôz, pèwvanch, jewbéra (Gerbera jam (...)
  • 19 Zone Ε : ce sont pour les plantes de la limite sud : troisti-lizron (peperomia sp.), lizwongrenpan (...)

29Des parterres de fleurs ornementales bordent le chemin d’accès à la case. Le nombre d’espèces représentées, environ cent quarante pour les huit jardins, et l’adoption rapide de toute plante nouvellement introduite dans l’île ou dans le voisinage reflètent bien la passion du végétal. La présence de ces ornementales traduit le goût de la maîtresse de maison pour les plantes et son savoir-faire en matière horticole. Grâce à la circulation des plantes, le jardin est un lieu de sociabilité. Les échanges sont alors une manière d’entretenir et de réactiver des liens familiaux ou sociaux. Les parterres de plantes ornementales ne se trouvent pas seulement en façade le long du chemin d’accès à la case, mais également sur les côtés de la case et plus rarement à l’arrière (cf. les zones A et C sur les cartes n° 8 – Les plantes à usage ornemental du jardin de case III). Des fleurs de couleur variées composent ces parterres structurés verticalement. Cet étagement, qui permet d’exploiter le moindre espace de terre d’un jardin, est caractéristique des jardins vivriers tropicaux, et se retrouve dans les jardins de case jusque dans la composition des parterres d’ornementales. Les plus basses des plantes sont les premières visibles, tandis qu’au fond sont plantées les grimpantes ou les plantes de taille plus grande. Si l’on s’arrête sur le jardin III (cf. cartes n° 8), on notera pour la limite nord de la case (zone B) des fleurs aux tons pastel rose, orange pâle15, alors que la haie qui sépare du voisin un peu plus au nord comprend comme ornementales des fleurs aux couleurs rouges plus vives (zone A)16 . En bordure de la haie et du parterre d’ornementales, sont plantées quelques médicinales : trois pieds de citronnelle, du té-péyi et gyéritout (Eupatorium odoratum L.). Des pieds de patates douces courent le long de la haie, à l’extrémité de laquelle sont plantées des bannan-konn (Musa sp. plantain [banane jaune, cv. « corne »]). À l’arrière de la case, et toujours au nord, entourant l’ancienne cuisine, le débarras et la pièce où la propriétaire frottait, sont plantées plusieurs ornementales17. Enfin, au sud de la case, un véritable foisonnement de plantes ornementales où sont parsemées quelques plantes alimentaires et médicinales traduit la passion des plantes de cette ancienne marchande de fleurs. Les plantes les plus proches de la case et de l’ancienne cuisine sont les plus basses, elles ont des tons pastel, rose, bleu, vert, quelques fleurs blanches sont présentes. À un étage moyen sont plantés divers rosiers et des fleurs de couleurs variées18. Enfin, plus au fond, en limite de la parcelle voisine et dans la haie de façade, des plantes plus communes propres aux haies sont visibles de la rue et doublées de plantes vertes19 Le premier arbre quand on pénètre dans le jardin est un arbre fruitier, le pyé-ponm-kannèl, qui marque l’entrée dans l’espace habité.

  • 20 Cf. le discours européen sur certaines plantes alimentaires comme la tomate, la pomme de terre ou l (...)
  • 21 Duhazé, 1988 ; Follea, 1991 ; Hoarau, 1994.
  • 22 Duhazé, 1988.
  • 23 C’est le cas dans le jardin I pour Calathea zebrina Lindl., Dracaena sanderiana (hort.), Alocasia s (...)

30Une hiérarchie spatiale et fonctionnelle gouverne la localisation des plantes à usage ornemental (cf. cartes n° 9 – Les plantes à usage premier ornemental : des plantes d’intérieur aux ostentatoires, et carte 7-3). Nous avons vu la fonction et la localisation des ostentatoires, examinons la situation des plantes stagiaires. À l’ombre d’un arbre (pyé-zamandyé blan, jardin II) ou proches de la case (jardins I, III et VIII), sont regroupées des plantes qui poussent dans des pots ou des boîtes de conserve. Ce sont des boutures ou des plantes nouvellement arrivées dans le jardin. Elles sont placées à portée de vue de l’occupant de la maison : en face de la fenêtre de la cuisine (jardins II, III) ou en face de la galerie (jardins I, III, VIII). Elles reposent à terre (jardins I, III, VIII) ou sur une table (jardin II). Cela afin de tester, de contrôler, d’observer le comportement de la plante, avant de l’intégrer dans l’espace habité [cf. cartes n° 7 – Les différents statuts des plantes ornementales dans le jardin de case II (zones B, C, D, E), et photo 5]. Cette attitude de méfiance, ce souci d’observation, ont été mis en évidence dans d’autres aires culturelles lors de l’introduction de nouvelles plantes20. Dans les cours des bourgs en Martinique, ou dans les jardins des Blancs créoles, les plantes ornementales sont fréquemment disposées sur une table. À la Martinique, à Sainte-Lucie et à Porto Rico, on dispose aussi sur des tables des plantes maraîchères ou de jeunes plants qui vont être repiqués dans le sol. À la Réunion, on trouve également dans un coin du jardin, sous un manguier ou une treille, un tel regroupement de plantes, appelé localement « ombrière », caché des regards par crainte des vols, et objet de grande fierté pour la maîtresse de maison21. Dans les anciennes grandes villas de maître de l’île de la Réunion, quelques fougères et des orchidées étaient regroupées dans un coin de la cour22. Un certain nombre de ces plantes sont depuis peu importées dans l’espace caraïbéen, et n’ont pas encore reçu de nom créole23.

CARTES 7.1 et 7.2. LES PLANTES ORNEMENTALES DANS LE JARDIN DE CASE II : LOCALISATION, IDENTIFICATION, STATUTS.
(CB et FVB, EHESS, 1999)

CARTES 7.1 et 7.2. LES PLANTES ORNEMENTALES DANS LE JARDIN DE CASE II : LOCALISATION, IDENTIFICATION, STATUTS.(CB et FVB, EHESS, 1999)

CARTE 7.3. LA GRADATION DU STATUT DES PLANTES ORNEMENTALES.
(CB et FVB, EHESS, 1999)

CARTE 7.3. LA GRADATION DU STATUT DES PLANTES ORNEMENTALES.(CB et FVB, EHESS, 1999)

CARTES 8. LES PLANTES À USAGE ORNEMENTAL DU JARDIN DE CASE III.
(CB et FVB, EHESS, 1999)

CARTES 8. LES PLANTES À USAGE ORNEMENTAL DU JARDIN DE CASE III.(CB et FVB, EHESS, 1999)

Pour l’identification scientifique des plantes de chaque zone, voir p. 153, notes 16 à 19.

CARTES 9. LES PLANTES À USAGE PREMIER ORNEMENTAL : DES PLANTES D’INTÉRIEUR AUX OSTENTATOIRES.
(CB et FVB, EHESS, 1999)

CARTES 9. LES PLANTES À USAGE PREMIER ORNEMENTAL : DES PLANTES D’INTÉRIEUR AUX OSTENTATOIRES.(CB et FVB, EHESS, 1999)

31Ensuite sont placées les ornementales intermédiaires. La véranda (galri), les abords de la maison et les marches d’escalier des maisons à étages, espaces intermédiaires entre la cour avant et l’intérieur de la case réservé à la famille, ont commencé à être envahis par des plantes vertes dans les années quatre-vingt (cf. en particulier les jardins I, II – cf. carte n° 7.1, zone A, IV, VIII). À l’origine, dans les années soixante-dix, il s’agissait d’un emprunt à certains éléments de l’intérieur européen, lorsque l’émigration et les voyages vers la France se sont multipliés, et qu’a commencé la diffusion des catalogues de vente par correspondance. Depuis les années quatre-vingt-cinq, la part croissante des étalages de plantes vertes dans les grandes surfaces, ainsi que la vente sur les bords de la route de ces mêmes plantes ont accentué ce mouvement. Enfin, depuis le début des années quatre-vingt-dix, l’apparition des garden center et des concours de fleurissement des communes témoigne de cet intérêt pour les plantes vertes qui sont des plantes tropicales de formes horticoles mises au point en Europe à partir de plantes américaines trouvées dans la forêt. Les plantes reviennent ainsi domestiquées sur leur terre d’origine ! Dans le même temps, certains noms scientifiques sont adoptés et remplacent les noms vernaculaires. Ainsi le simwa-wouj-simwa-vè est de plus en plus souvent nommé pwensésya (Poinsettia sp.) ; awòm (Anthurium sp.) est appelé antoryôm.

32La véranda en façade de la case est un élément architectural récent dans l’architecture des cases des milieux modestes. Lieu de convivialité, c’est là que les visiteurs sont reçus et que l’on tend de plus en plus à dîner. De par ses finalités ostentatoires, les plantes s’y sont multipliées (cf. photo 4). La véranda est de par sa situation hors des murs comme une forêt personnelle qui rappelle la luxuriance du milieu naturel. Les plantes sont reproduites par bouturage et non par graines. Dans les milieux aisés surtout, le jardin est une simple couverture de gazon, la véranda est envahie par les plantes. On peut se demander si, dans ce cas, les plantes ne cachent pas la case des regards extérieurs, rôle joué par la haie dans les autres jardins. Les plantes sont rassemblées sur la galerie, les arbres, à l’ombre desquels on aurait pu les mettre, ayant disparu du jardin. Elles entrent parfois dans la composition des bouquets à l’intérieur de la maison, comme l’Anthurium dans le cas du jardin IV.

  • 24 Fournet, 1978 ; Stehlé, 1962.

33À l’instar des plantes stagiaires, les plantes que l’on trouve dans les espaces intermédiaires ne sont pas nommées, d’autres reçoivent un nom de leur propriétaire. Pour le jardin I, seul le pied de bleuet est nommé en raison de la couleur de ses fleurs ; Scindapsus sp. et Draceana sanderiana (hort.) ne le sont pas. Dans le jardin II, Desmodium sp., Conyza sp. et une autre non identifiée n’ont pas reçu de nom créole (cf. cartes n° 7, zone A). Dans le jardin IV, en dehors de Dieffenbachia sp. qui n’est pas nommée, toutes les autres sont des plantes dont la dénomination est propre à la propriétaire. Celle-ci avait nommé Sansinik (Rhoeo spataceae [Sw.]) une plante remarquée sur les voies à sens unique, qu’elle avait placée immédiatement dans le jardin sans la tester car c’est une plante présente dans de nombreux jardins d’agréments24 . C’est ainsi qu’ibiskis, sans conteste le nom vernaculaire de Hibiscus rosa-sinensis, était là, attribué à Polyscias Guilfoley Bailey ; kaktis était le nom donné à une cactacée Cephalocereus peruvianus Pfeiffer. Malanga sovaj (Caladium bicolor [Ait.] Vent.) était le nom attribué à une aracée qui rappelle la tubercule alimentaire malanga, et, enfin, tèt-dann pour la forme de ses feuilles a été celui accordé à Alocasia sanderiana (hort.). Sur la galerie sont également disposées les plantes vertes dont l’influence serait néfaste à l’intérieur de la maison : les foujè de manière générale qui entrent dans la composition des couronnes funéraires, et une plante au nom de « misère noire ».

34Enfin il y a les plantes d’intérieur. À l’intérieur de la case, se trouvent les plantes ornementales achetées auprès des marchandes de fleurs des marchés de Pointe-à-Pitre, Capesterre, Basse-Terre, du Moule et de Saint-François, dans les supermarchés, dans les nombreuses expositions-ventes d’orchidées, ou chez les fleuristes apparus au début des années quatre-vingt-dix. Avant le développement de ce marché floral, on accueillait, dans la pièce de réception de la case de deux pièces, une plante nommée « chance » (chans), posée sur la table ou courant sur le miroir du bahut placé en face de l’entrée principale. Au-dessus de ce premier miroir, était accroché un autre grand miroir carré destiné à aveugler les esprits. Dans les familles catholiques, au contraire des familles adventistes ou évangélistes, étaient disposés sur ce bahut une image de la Vierge et une de saint Joseph, un bouquet de fleurs comprenant des astè, des glaïeuls (glayèl, Gladiolus communis L.), deux variétés de roses (wòz wouj, et fran-wòz) et une branche de cordyline.

Le jardin : soigner et protéger

35Un certain nombre de plantes thérapeutiques sont cultivées, ou tolérées lorsque ce sont des rudérales, pour leurs propriétés médicinales. Peut-on affirmer, comme c’est souvent le cas, l’existence d’un espace réservé aux végétaux à usage thérapeutique dans les jardins de case ? J’ai eu l’occasion de voir des jardins, ceux des vendeuses de plantes médicinales notamment, où un tel espace existait, dans l’un d’entre eux un chien en assurait la garde. Il s’agit dans ce cas de jardin clôturé dont les plantes sont destinées à la vente. Mais en règle générale les plantes ne sont utilisées que par l’occupant. À mon avis, il convient plutôt de parler de fréquences de thérapeutiques. La présence de ces plantes et leur localisation nous renseignent alors sur l’investissement symbolique du jardin. La carte n° 10 – « Les plantes à usage thérapeutique (localisation et orientation par rapport aux alizés) » présente la localisation des plantes à usage thérapeutique, que leur usage premier soit ornemental ou thérapeutique.

36Les plantes à usages « remède » ou « bains » sont concentrées en façade de la case (jardins II, IV, V, VI), à l’arrière très près de la case (jardins III, IV, V) et sur les lisières de côté (jardins I, II, III, IV, V, VII, VIII). Le nombre de plantes « remèdes » varie considérablement dans les jardins étudiés : de cinq pour le jardin VII d’un gadèdzafè à cent qua torze pour celui d’une femme non-thérapeute (jardin II), avec une moyenne de quarante-quatre plantes par jardin. Les plantes « bains » sont nettement moins nombreuses : le jardin VII n’en possède pas, alors qu’on en trouve onze dans le jardin I. La moyenne est de quatre par jardin. Les plantes à usage premier thérapeutique, « remèdes », « bains » ou « bénéfiques/maléfiques » constituent, si l’on compte le nombre de pieds, de 22 % à 50 % de l’ensemble de la flore du jardin, avec une moyenne qui se situe autour de 36 %, moyenne supérieure à celles des plantes alimentaires qui est de 30 %, des ornementales qui est de 30 % et des divers qui est de 4 %.

  • 25 Le tépéyi est présent dans sept jardins. Matrikyè (Parthenum histerophorus L.) est présente dans ci (...)

37A l’entrée de la case, sont placées les plantes médicinales les plus fréquemment utilisées pour des tisanes ou des thés consommés tôt le matin ou en fin de journée, comme le simènkontra, le té-péyi, le koklaya, la citronnelle. Aux abords de la case sur les côtés, sont disposées celles qui demandent le plus de soins : chikoré, tanézi (Ambrosia paniculata L. C. Rich.), larmwaz, konsoud, agoman. Les plantes rimèd sont représentées par cent neuf espèces différentes dans les huit jardins25.

38Dix espèces de plantes « bains » sont présentes dans les jardins : balé-onzè est présent dans cinq jardins, pyé-apoul dans quatre, pli-fò-kilòm (Pfaffia iresinoides (HBK) Spreng) dans deux, balédou (Scoparia dulcis L.), benjwen (Ocinum gratissimum L.), gonbo-misklé (Hibiscus abelmoschus L.), krètakôk et krèt-a-kôk doub (Celosia argentea var. curtata L.), lòmfò appelé également sonson-bojandr (n. id.), nèj (Breynia disticha J. R. et G. Forst.), le flamboyant et le raifort sont également présents. Toutes ces plantes entrent dans la préparation des « bains démarrés », le balédou sert plus particulièrement pour le nettoyage des maisons et des commerces.

CARTES 10. LES PLANTES À USAGE THÉRAPEUTIQUE : LOCALISATION ET ORIENTATION PAR RAPPORT AUX ALIZÉS.
(CB et FVB, EHESS, 1999)

CARTES 10. LES PLANTES À USAGE THÉRAPEUTIQUE : LOCALISATION ET ORIENTATION PAR RAPPORT AUX ALIZÉS.(CB et FVB, EHESS, 1999)
  • 26 Le balé-sizè appelé aussi pyésizè est présent dans six jardins et l’aurait été dans un septième ava (...)

39La fonction bénéfique ou protectrice des plantes ornementales ou thérapeutiques est rarement précisée. Si l’on s’en tient au discours des habitants, seules dix-sept plantes ont cette fonction26 . En revanche, si on comptabilise les plantes qui n’ont pas été indiquées par les habitants, on arrive à un total de cinquante-quatre plantes, soit près de sept plantes protectrices par jardin. Les plantes protectrices protègent de trois sources d’agression : visiteurs, voisins et esprits des morts, qui ont été mises en évidence lors des différentes phases de l’analyse cartographique, puis confirmées par les habitants des jardins une fois l’analyse achevée (cf. cartes n° 10 – Les plantes à usage thérapeutique). C’est ainsi que la propriétaire du jardin II à qui je demandais en 1997 si le pyé-sizè était bien à l’angle de la chambre à coucher, alors que je ne l’y avais jamais vu, fut étonnée que je m’en souvienne ; il avait depuis disparu, et à l’époque du relevé soit je ne l’avais pas vu, soit il n’était plus en place – de fait, je ne l’ai pas représenté même a posteriori sur les cartes.

40Les protections à l’égard des visiteurs sont placées le long de l’entrée, face au chemin qui longe les cases (cf. photo 3). Les plantes ornementales de la haie ont pour certaines des vertus protectrices qui visent à repousser les visiteurs malveillants mais aussi les esprits des morts, tout en attirant la chance. C’est le cas du sandragon (Draceana fragrans Ker gawl.) pour les jardins II – cf. carte 7.3–, IV, VII, VIII), et de dxagon nwè ou dragon wouj (Cordyline fruticosa [L.] A. Chev.) pour les jardins III et VI. Les haies ou les plantes sur les lisières protègent des voisins (jardins I, III, V, VII). Elles sont constituées ou doublées de plantes protectrices comme le « qui mourra saura » mal (jardins I et VII), dragon wouj (jardin III), flè-de-mè (jardin V).

41Les plantes protectrices n’entrent pas systématiquement dans la composition des haies, le plus souvent elles sont placées en des points précis du jardin. Elles protègent certaines pièces sensibles comme la chambre à coucher, la pièce de travail des thérapeutes. L’orientation des relevés floristiques au nord a fait apparaître l’importance des alizés, vents d’est qui se lèvent en fin d’après-midi. Les plantes qui font barrage aux vents dominants et le balé-sizè, situé à l’angle de la chambre, protègent des esprits (jardins I, II, IV, VI, VII, VIII). À la tombée de la nuit, moment des alizés, les esprits des morts se manifestent. Le sommeil considéré comme période de fragilité est ainsi protégé. Les plantes sont, selon une expression créole, « plantées au vent », afin que les alizés facilitent la propagation de leur odeur au pouvoir prophylactique. Le balé-sizè peut être localisé à des endroits autres que la chambre à coucher (jardins I, III, VII), ce que j’ai découvert au moment du dépouillement et de l’analyse graphique des relevés. Cet arbuste pourrait être un vestige du plan originel de la case. Le fait qu’il ne soit ni déraciné ni replanté ailleurs, lors de la construction en dur de la nouvelle case ou de son réaménagement, laisse supposer qu’il y a des éléments fondateurs de l’espace habité qui ne sont pas recréés, ou que l’on n’ose pas déplacer lors du réaménagement de l’espace. Il y a addition, mais non relocalisation du végétal. De même, lors du réaménagement en dur de la case, des pièces sont ajoutées à la case originelle, et on ne reconçoit pas un plan architectural de l’ensemble.

42Dans le jardin IV, les plantes protectrices sont disposées sur trois points cardinaux, nord, sud et est. À l’entrée nord du jardin, le premier arbuste planté, marquant la fondation et la protection de cet espace, est le mannyòk-béni (Manihot sp.). Au sud, est planté le même arbuste. Enfin à l’est le balé-sizè protège la chambre des esprits. La pièce de travail de cette propriétaire en cours d’initiation est également protégée par le mannyok-bwablé, lui aussi à l’est, plante que l’on retrouve également comme protectrice de la pièce de travail du jardin VII. Dans le jardin V, les plantes protectrices sont placées en des points forts de l’espace habité. En façade, le douvan-nèg, le patchouli, en lisière du côté du voisin le sandwagon, la flè-de-mè (Kaempferia rotunda L.), et de nouveau le douvannèg ; à l’angle du séjour où la propriétaire dort depuis peu, de nouveau le patchouli. Proche de la case, la kann-majò (Dieffenbachia seguine [Jacq.]) protège des personnes malveillantes.

43D’autres plantes, absentes de ces jardins, protègent également des esprits des morts : l’aloès, le raifort, le fromager (pyé-fromajé, Ceiba pentandra [L.] Gaertn.), arbre sur lequel se reposent les esprits des morts et les soukounyan, la citronnelle, au point que, si la citronnelle dépérit, c’est l’indice que des esprits viennent s’y réfugier, et un nettoyage de la maison s’impose. Pour protéger le terrain sur lequel est construit le jardin de case, il faut planter un pied de canne aux quatre points cardinaux ou, on l’a vu pour le jardin IV, mettre un arbre protecteur à trois des quatre points cardinaux. Une autre précaution consiste à enfouir dans le terrain, avant la construction, des écorces de pyé-zimòtèl, d’acacia, de hontèz (Mimosa pudica L.), agrémentées d’ail, de trois sels et de trois sables différents. Le médsinyé-béni protège des esprits des enfants mort-nés, une branche d’acacia accrochée au faîtage du toit protège des soukounyan.

La cour arrière : se nourrir

  • 27 Ce sont le tamarinier (pyé-tamaren, Vangueria madagascarenis Gmel.), le pamplemoussier, le corossol (...)

44La cour arrière, où se déroulent les activités de la maisonnée, est un espace réservé aux proches, d’accès moins aisé, qui oblige à traverser la case, des allées de plantes comprenant des plantes protectrices (jardins I, III, VI), ou de monter des escaliers, alors que le séjour est au niveau du sol sur un autre côté de la case (jardins IV, VIII). Tout se passe comme si l’accès aux fonctions liées à la cuisine : culture de quelques plantes vivrières, préparation des repas, se devait d’être protégé des regards indiscrets. Cette cour arrière comprend aussi les constructions annexes que sont le débarras, les poulaillers (jardins I, II, III, VI, VII, VIII), un abri pour la cuisine et un coin douche même quand la case dispose d’une cuisine et d’une salle de bains (jardins I, III, IV). Le repas est alors préparé à midi au feu de bois et le soir dans la cuisine intérieure. Une grande bassine près d’un robinet d’eau fait office de baignoire (jardin III). Le linge est souvent lavé au-dehors, près de ce point d’eau ou encore, de temps en temps, à la rivière. C’est là aussi que sont tués les volailles et le porc dont le piquet d’attache est à l’écart. Les arbres, pour l’essentiel arbres fruitiers, délimitent cet espace27.

45Les propriétaires dont les jardins ont fait l’objet d’un relevé ne tirent pas l’essentiel de leur nourriture du jardin de case. Celle-ci provient essentiellement du jardin vivrier (jardins IV, VIII) ou de dons (jardin V). Les jardins où la proportion d’alimentaires tourne autour des 30 % sont des jardins dont une partie de la production est vendue (jardin IV) ou échangée (jardin V). Deux jardins (VI et VII) comprennent plus de 40 % de plantes alimentaires. Ce sont les jardins les moins travaillés, les plus mêlés à l’espace environnant où peu de place est accordée aux ornementales.

  • 28 On trouve ziyanm-adon ou ziyanm-anbabon, ziyanm gwoskay ou ziyanm jonn, ziyanm-bélep (Dioscorea ala (...)
  • 29 Parmi eux, le pwadibwa qui peut constituer des haies, pwa-boukousou (Lablab niger Medic.), pwa-tann (...)
  • 30 Ce sont divers piman, piman blan, piman griv (Capsicum futescens L.), jenjann, safran.

46Le jardin de case fournit en petite quantité certains aliments de base que sont les tubercules comme les ignames28, les madères, les malanga, différents pois29, le fruit à pain, les avocats, quelques maraîchères comme la tomate et le giraumon. Des condimentaires sont présentes30 . Les plantes et arbres alimentaires les plus fréquents, dans plus de cinq jardins, sont le citronnier, le mandarinier, le cocotier, le giraumon, la tomate et le piment. Dans plus de la moitié des jardins, ce sont l’arbre à pain, le papayer (pyé-papay, Carica papaya L.), les pois, les ignames et le corossolier. Les jardins de case, nous l’avons mentionné plus haut, rappellent, de par leur structure arborée, la forêt. Les arbres sont souvent en nombre majoritaire parmi les espèces vivrières du jardin. Seul le jardin VIII, récent, en contient moins de 25 %. Leur pourcentage peut atteindre la moitié des espèces alimentaires (jardins VI et VII), ou plus : 60 % (jardin V), 75 % (jardin I).

47Les plantes sont bien sûr localisées en fonction de leur exigence physiologique en lumière, en humidité, par rapport au ravinement des eaux, mais leur répartition obéit aussi à d’autres critères. Les arbres sont situés de manière générale en lisière. Ils délimitent la propriété et font écran au regard du voisin (jardins I, III, IV, V). Ils servent aussi d’ombrage, particulièrement à l’arrière du jardin où se trouve souvent le foyer de la cuisine (jardins I, III) et où se déploient les activités quotidiennes des occupants. Ils servent de brise-vent et leur chute est moins dramatique en cas de cyclone. Les autres sortes d’alimentaires sont regroupées par nappes au milieu des thérapeutiques et des ornementales et sont situées à l’abri des regards des passants ou des voisins comme s’il s’agissait de les protéger ou de les cacher – à cause des vols qui se développent. J’illustrerai ces propos par l’analyse que l’on peut faire du jardin IV. On peut le diviser en trois zones : la partie en façade, l’arrière de la maison et la lisière du côté des voisins. Les arbres sont effectivement placés en lisière et les alimentaires sont pour la plupart derrière la case. Quelques alimentaires sont présentes aussi en façade. On s’aperçoit qu’en fait les différentes catégories de plantes sont présentes dans chaque zone du jardin (cf. carte n° 11 — Les usages premiers du jardin IV). Une organisation en cercles concentriques partant des alimentaires pour arriver aux protectrices apparaît à l’intérieur des grandes zones classiquement mises en évidence (alimentaires, ornementales, médicinales). Il faut également tenir compte des considérations de micro-écologie pour expliquer leur présence au centre du jardin : ce sont les espèces végétales les plus basses du jardin et elles ont besoin d’ombre. De même, dans un souci d’exploitation maximale de l’espace, l’étagement de la végétation régit l’implantation des différents plans.

CARTE 11. LES USAGES PREMIERS DU JARDIN DE CASE IV : THÉRAPEUTIQUES, ORNEMENTAUX, ALIMENTAIRES ET DIVERS.
(CB et FVB, EHESS, 1999)

CARTE 11. LES USAGES PREMIERS DU JARDIN DE CASE IV : THÉRAPEUTIQUES, ORNEMENTAUX, ALIMENTAIRES ET DIVERS.(CB et FVB, EHESS, 1999)

48L’aspect de la cour arrière tranche singulièrement sur celui de la cour avant (cf. phot. 6). Cet espace ne fait pas l’objet d’autant de soins que la cour de devant, le désordre et la saleté y sont tolérés. Seuls les intimes sont autorisés à accéder à cet espace qui comprend un coin-cuisine constitué d’une table à vaisselle, d’un feu de bois et d’un appentis pour préparer les repas sous abri en cas de pluie, la basse-cour avec les poulaillers, le clapier, l’espace où sont brûlés les déchets, le coin pour la toilette et la lessive. Les animaux, cabris, vaches, sont attachés à un piquet dans un champ ou sur le bord de la route, le parc à cochons est plus éloigné. Les plantes protectrices sont absentes à l’arrière de la case sauf si celle-ci se trouve en bordure de route ou au vent. Le tri des personnes autorisées à pénétrer un tel espace, l’accès labyrinthique parsemé de plantes protectrices, le désordre qui y règne, semblent être des garanties suffisantes.

LA CASE

  • 31 AUPTM et ACT, 1978.
  • 32 AUPTM et ACT, 1974, p. 28.
  • 33 Zobel, 1950.

49Jusqu’à la fin des années quatre-vingt, la case guadeloupéenne s’est développée, quels que soient sa taille, le matériau de construction (bois ou ciment), le nombre de niveaux, sa localisation (en ville, dans les bourgs ou à la campagne), selon des processus d’agrandissement identiques à partir d’un module de deux pièces d’environ 2, 80 m x 5, 60 m31. En côte Sous-le-Vent, un modèle de quatre pièces de 6 m x 6 m domine ; la case repose sur des pilotis enfouis jusqu’à 60-70 cm dans le sol, et dispose d’un galetas qui servait à entreposer le café. Le modèle de base, le deux-pièces case, est couvert d’un toit à deux ou quatre pentes en tôle. Les ouvertures, portes que l’on ferme avec des volets, sont au nombre de deux sur chaque grand côté de la case et d’une sur les petits côtés. L’extension de la case se fait sur le grand côté opposé à la rue en ajoutant de nouvelles pièces ou en créant une galerie du côté du chemin d’accès. Dans le premier cas, l’extension se fait à partir des portes-fenêtres qui deviennent les portes d’intérieur, le mur extérieur devenant alors la cloison intérieure. La case forme ainsi, au gré des besoins de la famille, un « système à engendrement continu32 ». Si les habitants sont propriétaires du terrain, la case est construite sur une dalle en ciment. Dans le cas contraire, elle était posée, jusqu’au milieu des années quatre-vingt, sur des pierres. À l’origine de la case sans fondation, on rencontre le système du colonat partiaire qui obligeait les ouvriers agricoles à se déplacer en fonction de leur lieu de travail. À la Martinique, en revanche, où le planteur esclavagiste devient le planteur usinier, le système de l’habitat collectif sur les terres de l’habitation perdure sous forme de baraquements, telles ces « rues cases-nègres » décrites par J. Zobel dans son roman ha Rue Cases-Nègres et que l’on trouve encore aux Trois-Ilets33.

  • 34 Delawarde, 1935b.
  • 35 Il s’agissait du sapin du Nord, du pin, du pin rouge du Nord, de l’épicéa qui sont des espèces nord (...)
  • 36 Cf. Manne, S. d., post. 1976, qui cite les goyaviers montagne (Myrtaceae sp.), poirier (Tabeuia pal (...)

50Le module de base est entièrement en bois, les adjonctions également jusqu’au cyclone de 1956, mais en raison de sa résistance aux cyclones le ciment l’a peu à peu remplacé. J. B. Delawarde, dans son Essai sur l’installation humaine dans les mornes de la Martinique, présente de manière minutieuse cette association de bois locaux et de bois de Floride dans l’architecture de la case34. Dans les années soixante-dix, les bois importés étaient des résineux en provenance d’Amérique du Nord et du Honduras, pour l’ossature, le plancher, le bardage, le cloisonnement, la couverture et le faux plafond35. Les bois locaux étaient utilisés pour les poutres, les poteaux, les solives, les poutres de sol, les planches de bardage, les cloisons, le voligeage et le plancher36.

51Malgré l’introduction du béton dans l’architecture de la case, le plan d’ensemble et les modes d’habiter n’ont pas radicalement changé. Le succès du béton, s’il est dû à ses indéniables qualités de matériau de construction, est à lier aussi aux représentations qu’il véhicule. Produit occidental, moderne, cher, il est aussi synonyme de richesse, de réussite sociale. Une tendance inverse s’observe actuellement dans certaines couches de la population, en particulier dans les milieux intellectuels, où l’on construit à nouveau de grandes cases en bois. Le béton a été utilisé dans un premier temps, dans les milieux modestes, pour l’extension de la case originelle toujours construite en bois ; la case était alors appelée « case aménagée ». Au début de son introduction dans l’architecture de bois, le béton était directement accolé à la structure initiale en bois. Un couloir est maintenant de plus en plus souvent construit entre la case en bois et les adjonctions en béton. La partie en bois de la case aménagée est comme le cœur de la maison, la partie cachée, protégée, le béton étant l’élément ostentatoire. Maintenant, nombreuses sont les maisons construites et aménagées selon un plan d’ensemble défini dès le début de la construction, quand les moyens financiers le permettent, surtout depuis la loi de défiscalisation qui a favorisé un développement anarchique de l’habitat. Dans ce dernier cas, on ne parle plus de case aménagée, et la partie en bois devient la salle de séjour. L’espace social de la case n’est pas investi différemment depuis l’apparition du béton. Les habitants des maisons construites sur pilotis, à cause du dénivellement du terrain, vivent sur la terrasse qui entoure la maison ou dans le jardin, et organisent leur espace d’habitation de la même manière que ceux qui résident dans des cases plus modestes (cf. jardins IV et VIII).

  • 37 Pour la Martinique (Delawarde, 1935a ; Ishizaka, 1987 ; Peeters, 1982), Porto Rico (Kimber, 1973), (...)
  • 38 Rapoport, 1969 ; Sommer, 1959.
  • 39 Kimber, 1973.

52L’organisation intérieure de la case et de ses alentours immédiats traduit un souci de protection de la case qui, comme pour le corps, poursuit deux objectifs : nettoyer et protéger par l’ajout de talismans. Les alentours immédiats de la case accessibles à n’importe quel visiteur sont extrêmement bien entretenus. Un tel espace, où ne traîne aucune saleté, se retrouve dans d’autres îles de la Caraïbe et d’autres aires créoles, comme cela a été remarqué dans plusieurs îles de la Caraïbe, l’île de la Réunion, et les jardins de case afro-américains du Texas37. Clarissa Kimber qui a travaillé dans plusieurs îles de l’archipel caraïbéen reprend, pour rendre compte de l’existence d’un tel espace, les théories de R. Sommer et A. Rapoport sur la nécessité pour tout être humain de disposer d’un espace, défini culturellement, suffisant pour exercer ses activités quotidiennes38. Cet espace régulièrement nettoyé serait ainsi le prolongement hors-les-murs de l’espace habité intérieur. Sa taille serait proportionnelle aux besoins d’espace et au nombre de ses habitants, et inversement proportionnelle à la surface de la case et au nombre d’occupants39. À partir des observations que j’ai pu faire, je propose d’autres éléments d’interprétation. De dimensions restreintes, cette aire soigneusement entretenue est large d’environ cinquante centimètres et de ce fait ne peut être une aire de déploiement d’activités. Sa localisation traduit le traitement différent dont font l’objet la cour avant et la cour arrière de la case. Les abords de la maison régulièrement entretenus sont ceux où des personnes extérieures à la maisonnée sont acceptées. Les abords de l’arrière de la maison, où se déploient les activités quotidiennes et où les étrangers sont rarement admis, ne sont pas systématiquement entretenus avec autant de soins.

53L’espace de propreté aux alentours de la case participe d’un ensemble de protections destinées à préserver l’espace privé de tout acte de sorcellerie accompli par l’intermédiaire des esprits qui rôdent la nuit autour des cases, ou des objets maléfiques déposés aux abords de la case. Aussi cet espace est-il nettoyé tous les matins, à grand renfort de sel ou d’alcali, si les occupants se sentent menacés par une agression qui pourrait se matérialiser par le dépôt près de la case d’un liquide aux pouvoirs maléfiques. La propreté de cet espace empêche des visiteurs d’utiliser, à des fins de sorcellerie, des excrétions du corps qui pourraient se trouver à proximité de la case. La saleté, les excrétions du corps étant les moyens privilégiés d’une agression sorcière, une grande attention est attachée à leur devenir. La saleté quotidienne n’est pas évacuée de l’intérieur de la case à n’importe quel moment. Si une case est balayée en fin de journée, on attendra le lendemain matin pour jeter les ordures, afin d’empêcher les esprits des morts de les accaparer au cours de la nuit.

54Les mesures de protection visent les règles d’accès à certaines pièces, les seuils, les ouvertures, le toit, les couleurs des murs et des tissus d’ameublement. La carte de synthèse, « Propositions pour une analyse de l’habitat : coquilles et labyrinthes », montre les parcours à suivre pour accéder au lieu de déploiement des activités quotidiennes et à la chambre du propriétaire et met en évidence les labyrinthes à parcourir avant d’accéder aux points forts de l’espace habité (cf. carte n° 12). Deux localisations de la chambre à coucher, qui varient selon l’ancienneté de la construction de la case, sont à noter : dans les cases en bois ou les cases en dur, la chambre se trouve derrière la pièce de séjour (jardins III, V VII). L’accès ne se fait pas pour autant par la porte de séparation mais par un détour par la chambre des enfants. Dans les maisons récentes, construites d’un seul bloc et ne reprenant pas le plan d’une maison précédente, l’accès se fait également par un labyrinthe, alors que la chambre de la propriétaire est située en façade (jardins IV, VIII).

55Les types de fermeture et d’ouverture de la case, fenêtres, jalousies ou volets, diffèrent suivant le rang social des habitants. Une case en bois a pour fenêtres et pour portes des volets (jardin II). Une maison de standing plus élevé a des fenêtres coulissantes mais pas de volets (jardin IV). Dans les deux cas, les activités de la maisonnée se replient à l’intérieur de la case à la nuit tombée vers dix-huit, dix-neuf heures. Les portes et les fenêtres sont soigneusement closes malgré la chaleur intérieure : il s’agit de se protéger de l’action des esprits. À ce titre, le balé-sizè ne porte pas son nom pour rien : c’est à partir de six heures du soir que les esprits des morts se manifestent en quittant le cimetière. Le cimetière est un lieu sûr la nuit, au contraire de l’église où les esprits se rejoignent.

56Les couleurs des murs de la case traduisent également les liens de leurs occupants avec le monde des esprits. Le bleu des murs extérieurs à la Guadeloupe, ou le vert à Marie-Galante, signale que le propriétaire est un gadèdzafè. Le bleu des murs intérieurs de la maison ou de la chambre traduit une protection maximale contre les esprits, qu’on ne remarque qu’à l’intérieur de cases de frotteuses ou de personnes en initiation. La couleur rouge se remarque surtout dans les tissus d’ameublement et les ustensiles de cuisine. Elle est destinée à repousser le diable, à manifester la puissance de l’occupant.

57Dans beaucoup de maisons en dur de dimensions modestes, on trouve des salles de bains luxueuses : par leur grande taille, la qualité de la céramique, ou du carrelage, qui recouvre le sol et les murs, leur équipement (baignoire, W.-C., bidet, double lavabos). De nombreuses publicités à la radio, à la télévision ou dans les journaux, concernent l’aménagement des salles de bains. Eu égard aux préoccupations de propreté corporelle que j’ai présentées plus haut, on s’attendrait à ce que la salle de bains soit d’une part régulièrement fréquentée et d’autre part entretenue. Or, un certain nombre de personnes, surtout les personnes âgées, continuent à se laver dehors, derrière la case, près d’un point d’eau. La salle de bains, comme la chambre, sont des lieux où règne le désordre : y sont entremêlées beaucoup de choses hétéroclites. La salle de bains semble remplir en partie les fonctions du débarras, pièce annexe à la case en bois traditionnelle que l’on voit encore dans certains espaces habités (jardins II, III, V, VI, VII). Le débarras, en terre battue, où sont entreposés les objets usagés, tout en servant aux hommes à ranger leurs outils, est un lieu soigneusement balayé et propre. C’est également ici que se prennent les « bains démarrés ». Le débarras est, dans le cas des jardins de case des thérapeutes, un endroit étroitement associé à leur exercice. Dans le jardin IV, la pièce de travail est située au rez-de-chaussée, espace-débarras de la maison. Dans les jardins II et VI, elle est dans la même case de tôle que le débarras, qui se doit d’être propre en raison des manipulations possibles de la saleté à des fins malveillantes. Si le désordre y règne c’est, comme dans le cas de la chambre à coucher, pour égarer les esprits des morts. La salle de bains, dont on aurait pu penser qu’elle serait l’expression matérielle du respect des règles de propreté et d’ordre, est bien l’expression de ces règles, mais dans leurs liens avec le monde des morts. Elle n’est pas devenue le lieu où l’on se lave matériellement de la saleté mais présente les caractéristiques d’un lieu en liaison avec le monde des morts, le débarras. Elle est aussi, comme la chambre, un lieu où l’on doit se protéger des esprits des morts, et non plus des étrangers comme pour les pièces d’accueil, et la protection passe alors par le désordre.

CARTES 12. PROPOSITIONS POUR UNE ANALYSE DE L’HABITAT : COQUILLES ET LABYRINTHES.
(CB et FVB, EHESS, 1999)

CARTES 12. PROPOSITIONS POUR UNE ANALYSE DE L’HABITAT : COQUILLES ET LABYRINTHES.(CB et FVB, EHESS, 1999)
  • 40 Pour protéger la case d’un volan que l’on entend marcher toutes les nuits : « Prendre une orange am (...)

58Des rites de construction, d’agrandissement et d’aménagement de la case (appelés pour ces derniers « baptême de la case ») président aux différentes étapes de l’évolution de la case. Ce sont essentiellement des rites de protection contre les esprits et le mal : (garanti kaz-la – garantir la case) et des rites propitiatoires. Avant toute entreprise, l’autorisation de planter, de construire, de soigner même, doit être demandée au « maître de la terre » (mèt-a-tè), premier occupant des lieux, et une offrande de rhum lui est versé en remerciement. Si l’identité du « maître de la terre » est perdue, son nom est celui de la section où se trouve la case. Le terrain où va être implantée la case est « monté » avant la construction afin de protéger les habitants de toute agression extérieure. La maison est dite « assaisonnée » (sézonné). Après la préparation suivante, qui m’a été communiquée en des termes rappelant une recette de cuisine, la maison a définitivement un « garde-corps » : « Déposer dans une marmite sous le poteau au milieu de la case (poto mitan) une livre de viande de cabri, une livre de viande de mouton, une livre de viande de cochon, épicer de girofle, recouvrir de sable et d’un kilo de gros sel. Déposer auparavant de cette préparation au pied des poteaux sur chaque point cardinal. Planter un sabre sans manche sous le poteau central, et ajouter six bougies mèche en terre autour, avant de recouvrir le tout d’une tôle. » Une fois la case achevée, l’espace habité est définitivement protégé contre les esprits des morts lorsque quatre clous à grosse tête ont été fichés en croix sur le seuil de la porte d’entrée, et qu’ont été plantés à l’intérieur de la case, au-dessus de la porte d’entrée : une paire de ciseaux (pour couper la communication avec les esprits), un parchemin vierge, du papier aluminium recouvrant un paquet de toile rouge comprenant des poudres appelées « brise-tout », « franc coupé », « corne de cerf », « ce que les femmes veulent ». En face de la porte d’entrée un miroir repousse les esprits et le diable qui ne supportent pas de se voir. Dans la chambre peut être déposé un petit balai de latanier, recouvert d’une toile de tissu rouge arrosée d’eau bénite afin de protéger la pièce de l’intrusion des esprits. La bénédiction de l’abbé, aujourd’hui plus difficile à obtenir, clôture l’ensemble de ces rites. Certains éléments de protection sont de plus en plus rares, comme les pentacles tracés à la craie (kabalistik, pantak), la paire de ciseaux ouverts placés audessus de la porte d’entrée et le miroir placé au-dessus du bahut. Le pre mier meuble à être introduit dans la maison était la table. Si c’était le matelas, les habitants couraient le risque de tomber régulièrement malades. L’agrandissement se fait toujours du côté opposé à la rue. Un drapeau noir est placé sur le toit afin de prévenir de la maladie et de la mort40.

59Le nettoyage de la case à des fins de protections suit un calendrier précis. La case est nettoyée les jours impairs, en général le vendredi, et plus particulièrement le vendredi 13 et le premier vendredi du mois, ainsi que la semaine entre noël et le jour de l’an, afin de la débarrasser des « mauvaises odeurs » laissées par des visiteurs ou des esprits, et dans le but d’attirer la chance et l’argent. À la fin de l’année, en plus du nettoyage, la disposition des meubles à l’intérieur de la maison est modi fiée « afin que l’année nouvelle nous trouve différents ». Des fumigations à base de baume du Pérou, de corne de cerf, de gomme de benjoin accompagnent ces nettoyages suivis de prières. Les grands balais qui servent à nettoyer la case sont déposés dans des chapelles situées en bord de mer afin de s’assurer définitivement du départ des traces maléfiques qu’ils ont récupérées.

LES FRONTIÈRES DU CORPS

  • 41 Stein, 1990.

60Le jardin de case est vécu au plus près de son sens étymologique de clôture. « Jardin » vient de l’ancien français « jart » lequel est issu du francique « gard » qui au Moyen Âge désignait la clôture. De même, le mot latin « hortus » signifiait à l’origine un enclos, pour désigner un peu plus tard une propriété close de murs, un jardin. On pense à l’hortus conclusus des monastères médiévaux du Décaméron de Boccace, et du « giardino segreto » de la Renaissance. De même, le terme hébreu pour jardin est « gan », dont l’étymologie GNN signifie protection, abri, sauver41.

  • 42 Francis et Hester Jr., 1990, ρ. 12.
  • 43 Venturi Ferriolo, 1995, p. 27.

61Le jardin, « mise en ordre du monde42 », est dans les sociétés caraï béennes le lieu où l’homme projette sa conscience du monde en dévoilant les rapports qu’il entretient avec l’univers et les hommes. Le jardin s’inscrit dans une problématique tout à la fois physique, spatiale et psychique. En ce sens, il est la métaphore « de la lisibilité du monde » dont nous parle Venturi Ferriolo. Cet auteur considère les jardins comme des lieux de mémoire où l’humanité marque son rapport au monde et son histoire43.

  • 44 Sans s’être livrée à une analyse ethnobotanique des jardins, Marcia J. McNally, dans une recherche (...)

62La mise en évidence des propriétés des plantes et leur utilisation, à partir des limites du jardin vers l’intérieur de la case, ont montré que l’espace habité est constitué de différentes coquilles que l’on pénètre par des seuils et des labyrinthes. Celles-ci sont des barrières destinées à prémunir la case et ses habitants des agressions extérieures. La première coquille comprend les plantes protectrices placées aux limites de la par celle. La deuxième correspond à la zone soigneusement balayée autour de la case. La troisième est constituée par les murs de la case sur lesquels peuvent être ajoutées des protections. Les coquilles protègent de deux manières. Contre les étrangers et les voisins, la protection passe par la propreté avec l’évacuation méticuleuse des déchets corporels et alimentaires, par l’ordre, et des plantes disposées en façade de la case. Contre les esprits, la protection agit par l’intermédiaire de la propreté, du désordre comme dans la salle de bains et le débarras, et par des plantes disposées à l’angle de la chambre ou faisant barrage aux vents. Dans les deux cas, l’accès aux points forts de l’espace habité se fait par des labyrinthes (cf. carte n° 12 – Propositions pour une analyse de l’habitat : coquilles et labyrinthes)44.

  • 45 Foujè (Nephrolepis exaltata cv. [hort.] « Boston Fern »), un arum et trois plantes qui n’ont pas ét (...)
  • 46 Cinq boutures n’ont pas été identifiées, la sixième plante est une fougère (Nephrolepis hir sutula (...)
  • 47 Ce sont foujè, Nephrolepis exaltata cv. (hort.) « Boston Fern », zandoli (Pedilanthus sp.), fouyape (...)

63L’organisation de l’espace habité VIII montre bien cet éventail de protection (cf. carte n° 13 – La gradation spatiale des potentialités et des statuts des plantes dans le jardin VIII). La propriétaire, âgée d’une soixantaine d’années, est employée de maison, elle frotte, a été gadèdzafè jusqu’à ce que son fils unique devienne témoin de Jéhovah à l’âge de quatorze ans et lui demande d’arrêter d’exercer. Elle participe d’ailleurs aux réunions annuelles de ce mouvement religieux mais ne se fait pas baptiser pour autant. Sa maison à un étage est de construction récente. Quand elle reçoit ses patients, elle les fait attendre dehors sur la terrasse. Lors de mes visites, nous déjeunions dans la partie ouest de la salle de séjour, nous discutions dans le jardin, ou le soir, dehors sur les marches d’escalier. Quand elle accueille ses amis, elle les installe autour de la table dans la salle de séjour décorée de plantes ornementales45. En revanche, le jour où elle m’a demandé de la photographier avec ses petits-enfants, elle s’est installée dans la partie salon de la salle de séjour, au milieu des plantes protectrices, contre le mur de sa chambre, comme s’il fallait qu’elle soit protégée du vol possible de son identité par l’appareil photo ou de l’utilisation qu’on peut faire des photogra phies. C’est elle qui m’a indiqué les propriétés des plantes, et l’on perçoit une gradation de leurs potentialités de l’intérieur de la case vers l’extérieur. À l’intérieur il s’agit, avec la plante chans, essentiellement d’attirer la chance, l’argent, le travail, de sceller des accords ; les fleurs de krèta-kòk sont recommandées dans les bains. À l’extérieur sont disposées des plantes qui ont pour objet d’éloigner les esprits, et celles qui ont la réputation d’attirer le malheur quand elles sont à l’intérieur comme les fougères et les soucis. Dans l’axe de la pièce de séjour, à côté de l’accès à la maison et de la porte d’entrée de la salle de séjour, est placée une des plantes qui protège la case par excellence, non seulement dans la Caraïbe, mais en Amérique du Sud, en Indonésie et dans le Pacifique : le sandragon (Cordyline fruticosa [L.] A. Chev.) ; dans l’axe de la chambre à coucher faisant barrage aux alizés, l’arbuste qui protège des esprits : le balé-sizè ; à l’intérieur également, flè-a-ponpon (Leonitis napetaefolia L. Br.) repousse les esprits. Trois pieds de karapat, arbuste qui n’est jamais indiqué comme bénéfique mais dont la transformation en huile fait l’objet de nombreux soins, sont placés à l’ouest du jardin. Les pièces les plus protégées sont la chambre et la partie privée du séjour. Quant à la pièce de travail, elle ne fait pas vraiment partie de la maison, car la vie se déroule dans le séjour dont la forme et les dimensions reprennent celles de la case traditionnelle en bois. Il est d’usage, lorsqu’on construit une case en dur, soit de « durcifier » la case originelle, précédemment la case en bois, ou de construire le noyau de la case en bois et d’aménager les alentours en béton. Cela ne m’avait pas frappée dans le cas de cette maison, car elle a été construite d’un bloc et avec un étage. Je pensais de prime abord visiter une maison aux critères européens... Ce n’est qu’en la dessinant que cette structure m’est apparue. Une plante aux potentialités maléfiques si elle est « montée » est présente à l’intérieur de la case : konsiltasyon (n. id.), au pied de laquelle on écrit le nom de la personne à agresser. Dans la haie de façade, elle côtoie les soucis qui, comme les bougainvillées, ne peuvent être disposés à l’intérieur sous peine d’attirer le malheur. La même gradation régit l’ordonnancement des plantes ornementales. Les plantes stagiaires sont disposées au pied d’escaliers et le long de la façade du mur est46. Les intermédiaires sont disposées sur les marches d’escalier47.

CARTE 13. LA GRADATION SPATIALE DES POTENTIALITÉS ET DES STATUTS DES PLANTES DANS LE JARDIN DE CASE VIII.
(CB et FVB, EHESS, 1999)

CARTE 13. LA GRADATION SPATIALE DES POTENTIALITÉS ET DES STATUTS DES PLANTES DANS LE JARDIN DE CASE VIII.(CB et FVB, EHESS, 1999)
  • 48 Recette d’un de ces bains : eaux de pluie, de mer, de rivière, contenant des fleurs de pyé zimòtèl,(...)
  • 49 Dubost, 1996 ; Price, 1964, 1966.
  • 50 Strobel, 1985.

64Cette organisation en coquilles de l’espace habité rejoint les systèmes de protection du corps. L’espace habité apparaît comme le prolongement du corps. D’ailleurs, des bains sont pris à la fois pour se protéger et protéger la case48. Ce rayonnement des protections s’étend à d’autres espaces, celui du jardin vivrier pour les horticulteurs, des commerces ou des étals de marché pour les commerçants, du canot pour les pêcheurs49, et du chantier des orpailleurs de Guyane50.

Notes

1 Pour Grenade : Brierley, 197 ; Haïti : Mintz, 1962 ; Peeters, 1979b ; S.A.C.A.D. et F.A.M.V., 1993 ; la Martinique : Étiffier-Chalono, 1985 ; Kimber, 1966 ; Peeters, 1976 ; la Guadeloupe : Crabos, 1983 ; Rabot, 1982 ; Berthelot et Gaumé, 1982 ; François et Grandguillotte, 1986 ; François et al., 1985 ; la Guyane : Cherubini, 1988 ; Porto Rico : Klmber, 1973 ; Sainte-Lucie : Barrau, 1986 ; Fredrich, 1978 ; le Surinam : Berleant-Schiller et Pulsipher, 1986. Pour une synthèse des îles de la Guadeloupe et de la Martinique, cf. Degras, 1985.

2 Il n’a pas été possible de comparer les relevés de jardins que j’ai effectués avec ceux réalisés dans d’autres îles de l’archipel, cela pour plusieurs raisons. Il est en effet difficile de savoir selon quels critères les usages des plantes ont été établis. Quand une plante est-elle considérée comme médicinale ? Barbara E. Fredrich dans une étude sur les plantes médicinales des jardins de case saint-luciens considère qu’une plante a un usage médicinal uniquement si le propriétaire du jardin le lui indique (Fredrich, 1978). Or c’est du contraste entre le discours de l’habitant et l’analyse que peut en proposer un observateur extérieur qu’apparaît la protection à l’égard des visiteurs (cf. carte n° 6). Bernard Cherubini dans une étude sur les jardins des thérapeutes haïtiens de Cayenne fait entrer parmi les plantes médicinales des arbres fruitiers comme la pomme cythère ou des arbres à épices comme le muscadier, mais ne mentionne qu’une seule plante à usage « magique » dans les relevés de jardin et dans la liste des plantes répertoriées (Petiveria alliacea L.) (Cherubini, 1988). De plus, selon quel critère considère-ton que la présence d’une plante dans le jardin est digne d’être notée ? Cette considération influe sur le nombre d’espèces répertoriées, et par là sur les usages que l’on prête au jardin. Faut-il tenir compte par exemple des rudérales ? La domestication de la nature passant par la conservation des mauvaises herbes, ou razyé, il est nécessaire de les inclure dans les inventaires de jardins. Beaucoup de plantes à usage médicinal sont en fait des rudérales. Enfin, une autre difficulté rend les comparaisons incertaines : certaines règles élémentaires de relevé, comme l’orientation des parcelles, n’ont pas été respectées.

3 Pour la Martinique : Étiffier-Chalono, 1985 ; Kimber, 1966 ; Peeters, 1976 ; pour la Guadeloupe : Berthelot et Gaumé, 1982.

4 J’ai été ainsi amenée à distinguer, dans la représentation graphique, le discours des occupants du jardin sur les plantes de leur jardin de mes propres connaissances. Cette distinction au niveau graphique a permis de tenir compte du décalage entre le discours de l’occupant du jardin et celui que l’on peut construire à partir de savoirs recueillis en d’autres occasions. Cf. carte n° 6 – La carte comme analyse du discours – Les usages thérapeutiques des plantes du jardin : ce que dit l’habitant, ce que voit l’ethnologue et leur différence (le non-dit).

5 Pour une analyse des méthodologies de la cartographie expérimentale et de la graphique telles qu’elles ont été exploitées pour analyser les jardins de case, cf. Benoit, 1989,1990b ; Vergneault, 1998.

6 Peeters, 1979b.

7 Clarissa Kimber a montré comment la Zèb-a-fè, plante médicinale utilisée comme fébrifuge, est devenue une plante domestique alors qu’elle était au départ une rudérale. Cette plante n’est pas cultivée, mais tolérée au point qu’on la trouve essentiellement dans les habitats domestiques (Kimber, 1978).

8 Bruneton-GovernatorI et Luxereau, 1987.

9 Les arbres de lisière sont pyé-zimòtel (Erythrina corallodendron L.) pour les jardins I et II, ti-sirèl (Oxalis barrelieri L.) pour le jardin III.
Ceux qui apportent de l’ombrage sont : pyézamandyé-blan (Terminalia catappa L.) pour le jardin II, pyéfigyé (Ficus sp.) pour le jardin V, pyé-pwaryé-blan (Tabeuia pallida [Lindl.] Miers.) pour le jardin VIII et rézen-bodmè (Coccoloba uvifera L.) pour le jardin VI.
Les rudérales sont : bwa-lèt (Euphorbia articulata Aubl) pour le jardin II, chyendan sovaj (Phenax sonneratii [Poir.] Wedd.) pour le jardin II, manjélapen (Ipomoea tiliacea L.) pour le jardin V, olonkaz (Microtea débilis Sw.) pour le jardin II, pwa-kann (Vigna unguilicata [L.] Millsp.) pour le jardin I, sovaj (Eurycles amboinensis Loud.) pour le jardin V, zèba-chyen pour le jardin II, zèb-a-dyab (Cleome spinosa Jacq.) pour le jardin VIII, zèb-giné (Panicum sp.) pour les jardins I et VIII, zèbkannòt pour le jardin III.

10 Cf. également Sidney Mintz pour Haïti (Mintz, 1962), et Clarissa Kimber pour Porto Rico et la Martinique pour les rites d’entrée (Kimber, 1973).

11 Dans un ouvrage consacré à l’esthétique des jardins, Catherine Laroze a montré comment le mur, la grille, la haie, permettent de communiquer avec l’extérieur tout en protégeant, alors que le Ha Ha (fossé qui assure la continuité avec le paysage) et la lisière marquent non pas une rupture nette mais, plutôt, une modification insensible de la qualité des lieux (Laroze, 1990).

12 Pour le lakou (Peeters, 1979b), pour le jardin saint-lucien (Barrau, 1986).

13 Cf. également Sidney W. Mintz pour Haïti (Mintz, 1962).

14 Je qualifie « d’archaïque » les jardins comprenant peu d’espèces végétales. Ces jardins s’apparentent aux jardins jὶbaro (de l’espagnol américain : sauvage) décrits par Clarissa Kimber pour Porto Rico (Kimber, 1978).

15 Zone Β : ce sont zékrèvis (Beloperone guttata Bradegee), lamontanya (Crossandra infundibulformis [L.] Nees), vewsan-monsan (Rousselia humitis Gaud.), pèwvanch (Catharanthus roseus (L.) G. Don.), deux bégonias (Bégonnya, Begonya sp.), quatre rosiers (Rosa sp.).

16 Zone A : ce sont évèk (Hemigraphis colorata Hallier), lamèksikèn (Antigonon leptopus H. et Α.), dragon wouj, quatre alpinya, deux iksora (Ixora sp.), lavann blan, estwôm (Lagerstromia indica L.) et un flamboyant (pyéflanbwayan, Delonix regia [Bojer] Raf.).

17 Zone C : ce sont soleydô (Helianthus annus L.), « quatre saisons dans une année » (Althernanthera flavo-grisea [Urb.] ssp. diffusa Mears), lanti-flè (Pilea sp.), chadwon (Haemanthus multiflorus Martyn), bouldenèj (n. id.), ti-kafé-fléri (Tabernaemontana domesticata L.), ramo (Cycas revoluta Thunb.), mèdsinyéwozyé (Jatropha integerrima Jacq.), ibiskis doub (Hibiscus rosasinensis), jéranyom (Perlagonium sp.), moutarde (moutad, Cycas revoluta), oeillet (éyé, Dianthus sp.) et un rosier.

18 Zone D : ce sont, proches de l’ancienne cuisine : deux bégonnya wôz, pèwvanch, jewbéra (Gerbera jamsonii Bohis ex. Hook, f.), lis-a-sen-Jozèf (Lilium candidum L.), simwa-wouj-simwa-vè, aspewj (Asparagus officinalis L.), deux ti-kafé-fléri, un wozyé-kokiyèt (rosa sp.), un bégonia, deux rosiers.
Zone F : proches de la case : ti-teng (Pilea microphylla (L.) Lieb.), chèvalyé-midi (Pectis humifusa Sw.), zékrévis, kawòtfrizé (n. id.), ti-lizron (peperomia sp.), dragon nwé, simwa-wouj-simwa-vè, dragon wouj, deux fougères (Nephrolepis exaltata) dont un cultivar « Boston Fern » [Hort.], deux wôba-lévèk (Plectranthus blumei [Benth.] Launert), deux soucis, le jasmin (jasmen, Jasminum officinale L.), des bleuets (bléyé, Evolvulus sp.), un oeillet, trois bégonias et divers rosiers (deux wozyé kokiyèt, wozyé blan, wozyé jéan et cinq wozyé).

19 Zone Ε : ce sont pour les plantes de la limite sud : troisti-lizron (peperomia sp.), lizwongrenpan (peperomia sp.), lanti-flè, sigin sovaj (Dieffenbachia seguine [Jacq.] Schott), foujè (Pterelopis sp.), quatre alpinya, foujè nwè (Adiantum sp. [hort.]), ti-foujè-tab (Nephrolepis exaltata (Linné) Schott), èstwòm, un hibiscus, un bégonia, deux arums (awôm, Anthurium « Andreanum » [hort.]).
Zone G : ce sont pour les plantes de la façade ouest : deux foujè Nephrolepis « falcata furcans » [hort.]), chapo-chinwa (Holmskioldia sanguinea Retz.), langachat (Sanseveria metallica Gerome et Labroy), flè-sakrékè (n. id.), estwòm, ibiskis, ibiskis mawon (n. id.).

20 Cf. le discours européen sur certaines plantes alimentaires comme la tomate, la pomme de terre ou le piment, lors de leur introduction en Europe.

21 Duhazé, 1988 ; Follea, 1991 ; Hoarau, 1994.

22 Duhazé, 1988.

23 C’est le cas dans le jardin I pour Calathea zebrina Lindl., Dracaena sanderiana (hort.), Alocasia sanderiana (hort.), Impatiens wallerana Hook, f., Jatropha sp. et Scindapsus sp. Les plantes en pot en façade, qui, elles, étaient nommées, étaient des boutures de pyé-kénèt (Melicoccus bijugatus Jacq.), de deux pyé-pwaryé (Tabebuia pallida [Lindl.] Miers.).
Pour le jardin II, cf. carte n° 7 : « Les plantes ornementales dans le jardin de case II : localisation, identification, statuts », les zones de plantes stagiaires (B, C, D, E), au sein desquelles seul Ρilea microphylla a reçu le nom créole de ti-teng.
Dans le jardin VIII, une seule plante stagiaire a reçu le nom générique de foujè (Nephrolepis hirsutula [Forst.] C. Presl.), alors que deux autres – Calathea « Tuxtla », Eurycles sp., Dieffenbachia arvida n’étaient pas nommées, ainsi que deux autres que je n’ai pu identifier.

24 Fournet, 1978 ; Stehlé, 1962.

25 Le tépéyi est présent dans sept jardins. Matrikyè (Parthenum histerophorus L.) est présente dans cinq jardins. Douvan-nèg (Petiveria Alliacea [L.]), dyapana (Eupatorium triplinerve Vahl.), médsinyé-béni (Jatropha gossypolia L.), savon-Bastè (Leonurus sibiricus L.), simènkontra, vèvenn blan (Stachytarpheta cayennensis Vahl.), vèvenn blè (Stachytarpheta jamaicensis Vahl.), la citronnelle et le pourpier sont présents dans quatre jardins. Les médicinales suivantes : bélanjè bata (Solanum torvum L.), bwa-karé (Cytharexylum sp.), kiraj (Commelina diffusa Burm. f.), koklaya, kolan, ponponsolda (Leonitis nepetaefolia L. Br.), pyé-siryo (Sambucus simpsonii Redh.), tanézi, tipendou (Ageratum conyzoides L.), ti-zegiy ou zegiy (Bidens pilosa L.), zèb-a-fè et l’armoise sont présentes dans trois jardins.
Bèl-dè-nui (Mirabilis jalapa L.), chyendan, datyé (Cassia alata L.), fonbazen (Ocimum micranthum [Willd.]), grenn-anba-fey blan (Phyllantus amarus Schum. et Thonn.), langabèf (Pseudoelephantopus spicatus [Aubl.] Gleason), lanni vè (Anethum graveolens L.), lanvè wouj (Renealmia alipnia [Rotlb.] Maas), man-bogn (Synedrella nodiflora [L.] Gaertn.), patchouli, soumaké, vèvenn kédra (Heliotropium indicum L.), zèb-a-fanm, zèb-chapantyé, zèb-pyant, zèb-si (Paspalum conjugatum L.) sont présents dans deux jardins.
Répertoriés une seule fois, sont l’aloès, le basilic qui est la plante-don de la frotteuse du jardin III, bwa-kaka-kabrit (Aegiphila martinicencis Jacq.), do blan (Chaptalia nutans [L.] Polak), gyéritout, farin-cho (Phyllantus epiphyllantus L.), flè mòv (Centratherum punctatum Cass.), flérinowèl (Eupatorim oodoratum L.), pyégonmyé wouj (Bursera simaruba [L.] Sarg.), gran-gimov (Hebeclinium macrophyllum De.), grénn-anba-fey-wouj (Phyllantus urinaria L.), gwomant (n. id.), jandam (n. id.), jounou-kassé (Blechum brownei Juss.), kalpata (Cucurma domestica Valeton), karapat et karapat blan (Ricinus communis L.), kasyalata (Cassia alata L.), kenkina (Portulaca rubricaulis HBK.), kiraj blan (Commelina diffusa Burm f.), kiraj wouj (Commelina diffusa coupans Burm. f.), kòd-a-vyolon, kolopant (Polypodium phyllitidis Linn.), konsoud, langavach (Pseudoelephantopus spicatus [Aubl.]), lavann wouj (Renealmia alpinia [Rotlb.] Maas), magrit blan (Gomphrena globosa L.), mal-hontèz (Mimosa pudica L.), mant (.Mentha aquatica L.), mil flè (Lantana camara L.), mil flè Mawtinik (Lantana montevidensis [Spreng.] Bricq.), olonkaz (Pilea microphylla [L.] Liebm.), patat-chandelyé (Ruellia tuberosa L.), planten (Plantago major L.), ponm-maboujat (Passiflora foetida L.), rakèt, savon Bastè, sinapis (Plumbago scandens L.), tibòm (Lantana camara L.), ti-branda (Polygala planellasi Molinet et Maza), ti-mowon (Brimoria cordata [L.] Willd.), tivensan (Cyperus rotundus L.), tizann (Phyllantus amarus Schum. et Thonn.), vétivè (Chrysopogon zizanioides [L.] Roberty), vèvenn, vwé-klè (Althernanthera sessilils [L.] Ktze), zèb-a-myèl (Gloxinia perennis [L.] Fritsch.), zèb pyant nwè (Senna occidentals [L.]), zèpyant sovaj (Senna obtusifolia L.), zépina (Amaranthus dubius Mart.), zépina blan (jatropha integerrima Jacq.) et zépina wouj (jatropha sp.).

26 Le balé-sizè appelé aussi pyésizè est présent dans six jardins et l’aurait été dans un septième avant le relevé. « Qui mourra saura » mal, mannyòk-bwablé, et la cordyline fruticosa sont présents dans deux jardins. Chans, flèa-ponpon (Leonitis nepetaefolia L. BR.), kann-majo, konsiltasyon (n. id.), mannyòk-béni (manihot sp) et médsinyé béni ne sont présents que dans un seul des jardins.

27 Ce sont le tamarinier (pyé-tamaren, Vangueria madagascarenis Gmel.), le pamplemoussier, le corossolier, les fruits de la passion (ponm-marakoudja, Passiflora edulis forma flavicarpa Degener L.), le goyavier, le manguier, le mandarinier (pyé-mandarin, Citrus reticulata Blanco), le citronnier, pyégwozèy (à id.), le grenadier, le cocotier, l’oranger (pyé-zowanj, Citrus sinensis (L.) Osbeck), l’oranger amer (pyé-zowanj-anmè, Citrus aurantium L.), le cannelier (pyékannèl, Cinnamomum zeylanicum L.), l’arbre à pain (pyéfouyapen, Artocarpus altillis [Park.]), le caféier (pyé-kafé, Coffea arabica L.), l’avocatier (pyé-zaboka, Persea americana Mill.), pyé-kénèt, pyézabrikopéyi (Mammea americana L.), pyékaranbòl (Averrhoa carambola L.), pyé-sirèl (Phyllantus acidus (L.) Skeeds), pyé-siriz (Malphigia glabra L.), pyé-zikak, et des pieds de fig, bannannjonn, bannann-konn, bannann ponm, pôyô (Musa acuminata Colla et nombreux cultivars) et de canne à sucre.

28 On trouve ziyanm-adon ou ziyanm-anbabon, ziyanm gwoskay ou ziyanm jonn, ziyanm-bélep (Dioscorea alata cv. « Belep »), ziyanm-kouchkouch (Dioscorea trifida L. [coussecouche]).

29 Parmi eux, le pwadibwa qui peut constituer des haies, pwa-boukousou (Lablab niger Medic.), pwa-tann, pwa-zonbi (Centrosema pubescens Benth.).

30 Ce sont divers piman, piman blan, piman griv (Capsicum futescens L.), jenjann, safran.

31 AUPTM et ACT, 1978.

32 AUPTM et ACT, 1974, p. 28.

33 Zobel, 1950.

34 Delawarde, 1935b.

35 Il s’agissait du sapin du Nord, du pin, du pin rouge du Nord, de l’épicéa qui sont des espèces nord-américaines Abies, Pinus, Epicéa.

36 Cf. Manne, S. d., post. 1976, qui cite les goyaviers montagne (Myrtaceae sp.), poirier (Tabeuia pallida [Lindl.] Miers), bois rouge (Coccoloba swartzii Meissn.), tendre à caillou (Acacia muricata [L.] Willd.), résolu (Chimarrhis cymosa [jacq.], carapate (cf. Karapat), bois campêche (Haematoxylon campechianum L.), gommier blanc (Bursera simaruba [L.] Sarg.), acajou blanc (Cedrela mexicana M. J. Roem), savonnette (n. id.), arbre à pain, bois gris (Licania ternatensis Hook, f.), bois doux (n. id.). Les identifications botaniques sont les nôtres.

37 Pour la Martinique (Delawarde, 1935a ; Ishizaka, 1987 ; Peeters, 1982), Porto Rico (Kimber, 1973), SainteLucie (Ishizaka, 1987 ; Peeters, 1986), la Guadeloupe et la Dominique (Ishizaka, 1987), la Réunion (Duhazé, 1988), le Texas (Klmber, 1973 ; Wilhem, 1975).

38 Rapoport, 1969 ; Sommer, 1959.

39 Kimber, 1973.

40 Pour protéger la case d’un volan que l’on entend marcher toutes les nuits : « Prendre une orange amère, ôter la chair, mettre du sable noir et du gros sel à l’intérieur, des médicaments – brisetout et sable noir – enveloppés dans une toile noire, et piquer dix-sept ou vingt-sept aiguilles. Le len demain, le volan est accroché sur le toit de la case. Pour protéger la case après si nécessaire : enterrer devant la case trois lambis écrasés et un canif dans un pot de sable noir. Les esprits n’enjambent plus. »

41 Stein, 1990.

42 Francis et Hester Jr., 1990, ρ. 12.

43 Venturi Ferriolo, 1995, p. 27.

44 Sans s’être livrée à une analyse ethnobotanique des jardins, Marcia J. McNally, dans une recherche conduite en Californie, a bien montré que les Afro-Américains considèrent le jardin comme comme un lieu de protection, de sécurité alors que ce n’est pas le cas d’autres ethnies (McNally, 1990).

45 Foujè (Nephrolepis exaltata cv. [hort.] « Boston Fern »), un arum et trois plantes qui n’ont pas été identifiées.

46 Cinq boutures n’ont pas été identifiées, la sixième plante est une fougère (Nephrolepis hir sutula (Forst.) C. Presl.).

47 Ce sont foujè, Nephrolepis exaltata cv. (hort.) « Boston Fern », zandoli (Pedilanthus sp.), fouyapen Bastè (Codiaeum variegatum L.), pèwvanch (Catharanthus roseus [L.] G. Don.), papyé (non id.), deux boutures sans nom et non identifiées.

48 Recette d’un de ces bains : eaux de pluie, de mer, de rivière, contenant des fleurs de pyé zimòtèl, de papayer femelle, auxquelles sont ajoutés un litre de vin rouge, de l’eau de Saint-Michel, de l’eau de « la main de Dieu », de l’eau de « bois Dieu » et de « baume commandeur » s’il s’agit de trouver également un emploi.

49 Dubost, 1996 ; Price, 1964, 1966.

50 Strobel, 1985.

Table des illustrations

Titre CARTE 4. LOCALISATION DES HUIT JARDINS DE CASE.(CB et FVB, EHESS, 1999)
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/7415/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 232k
Titre CARTE 5.1. PLAN DU JARDIN DE CASE I.Chaque cercle numéroté représente une espèce végétale identifiée en annexe A.(CB et FVB, EHESS, 1999)
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/7415/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 524k
Titre CARTE 5.2. PLANS DU JARDIN DE CASE II.(CB et FVB, EHESS, 1999)
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/7415/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 352k
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/7415/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 584k
Titre CARTE 5.3. PLAN DU JARDIN DE CASE III.(CB et FVB, EHESS, 1999)
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/7415/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 412k
Titre CARTE 5.4. PLAN DU JARDIN DE CASE IV.(CB et FVB, EHESS, 1999)
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/7415/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 556k
Titre CARTE 5.5. PLAN DU JARDIN DE CASE V.(CB et FVB, EHESS, 1999)
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/7415/img-7.jpg
Fichier image/, 388k
Titre CARTE 5.6. PLAN DU JARDIN DE CASE VI.(CB et FVB, EHESS, 1999)
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/7415/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 304k
Titre CARTE 5.7. PLAN DU JARDIN DE CASE VII.(CB et FVB, EHESS, 1999)
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/7415/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 268k
Titre CARTE 5.8. PLAN DU JARDIN DE CASE VIII.(CB et FVB, EHESS, 1999)
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/7415/img-10.jpg
Fichier image/, 496k
Titre CARTE 6. LA CARTE COMME ANALYSE DU DISCOURS : LES USAGES THÉRAPEUTIQUES DES PLANTES DU JARDIN. CE QUE DIT L’HABITANT, CE QUE VOIT L’ETHNOLOGUE, ET LEUR DIFFÉRENCE (LE NON-DIT).(CB et FVB, EHESS, 1999)
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/7415/img-11.jpg
Fichier image/, 420k
Titre CARTES 7.1 et 7.2. LES PLANTES ORNEMENTALES DANS LE JARDIN DE CASE II : LOCALISATION, IDENTIFICATION, STATUTS.(CB et FVB, EHESS, 1999)
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/7415/img-12.jpg
Fichier image/, 688k
Titre CARTE 7.3. LA GRADATION DU STATUT DES PLANTES ORNEMENTALES.(CB et FVB, EHESS, 1999)
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/7415/img-13.jpg
Fichier image/, 336k
Titre CARTES 8. LES PLANTES À USAGE ORNEMENTAL DU JARDIN DE CASE III.(CB et FVB, EHESS, 1999)
Légende Pour l’identification scientifique des plantes de chaque zone, voir p. 153, notes 16 à 19.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/7415/img-14.jpg
Fichier image/, 696k
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/7415/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 392k
Titre CARTES 9. LES PLANTES À USAGE PREMIER ORNEMENTAL : DES PLANTES D’INTÉRIEUR AUX OSTENTATOIRES.(CB et FVB, EHESS, 1999)
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/7415/img-16.png
Fichier image/png, 172k
Titre CARTES 10. LES PLANTES À USAGE THÉRAPEUTIQUE : LOCALISATION ET ORIENTATION PAR RAPPORT AUX ALIZÉS.(CB et FVB, EHESS, 1999)
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/7415/img-17.png
Fichier image/png, 293k
Titre CARTE 11. LES USAGES PREMIERS DU JARDIN DE CASE IV : THÉRAPEUTIQUES, ORNEMENTAUX, ALIMENTAIRES ET DIVERS.(CB et FVB, EHESS, 1999)
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/7415/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 692k
Titre CARTES 12. PROPOSITIONS POUR UNE ANALYSE DE L’HABITAT : COQUILLES ET LABYRINTHES.(CB et FVB, EHESS, 1999)
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/7415/img-19.png
Fichier image/, 216k
Titre CARTE 13. LA GRADATION SPATIALE DES POTENTIALITÉS ET DES STATUTS DES PLANTES DANS LE JARDIN DE CASE VIII.(CB et FVB, EHESS, 1999)
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/7415/img-20.jpg
Fichier image/, 286k

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540