Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'esprit de la parenté

 | 
Salvatore D'Onofrio

Remerciements

Texte intégral

1Présentés sous forme unitaire car ils insistent tous sur la structure et les fonctions de la parenté spirituelle dans l’horizon chrétien, les chapitres de ce volume ne sont pas sans évoquer à qui les a écrits de multiples souvenirs de personnes et de lieux, dont la longue fréquentation augmente, au lieu de l’affaiblir, la dette contractée envers eux. Au début de ce parcours, il y a Italo Signorini et Julian Pitt-Rivers, dont les travaux ont été pour moi un point de départ obligé.

2La mise au point de mes hypothèses et plus généralement ma formation d’anthropologue doivent beaucoup à Françoise Héritier, avec qui l’entente intellectuelle a toujours été parfaite. Comme beaucoup de chercheurs de ma génération, je considère comme un privilège d’avoir vécu par ses cours au Collège de France et ses séminaires à l’École des hautes études en sciences sociales le renouvellement – substantiel pourrait-on dire – qu’elle a imposé au structuralisme, tout en valorisant les outils forgés par Claude Lévi-Strauss. J’associe aux lieux et aux personnes que je viens de citer Élisabeth Copet-Rougier qui plus que toute autre a su saisir les mécanismes qui règlent le fonctionnement de la parenté spirituelle. Parmi les collègues que je veux remercier de m’avoir invité à tenir des séminaires et qui ont discuté avec moi dans le temps quelques-uns des problèmes abordés dans cet ouvrage, je veux citer : Françoise Zonabend, Christiane Klapish-Zuber, Nicole Belmont, Dominique Fournier, Emmanuel Désveaux, Isabelle Daillant, Jane Cobbi, Silvana Miceli, Antonino Buttitta, Nara Bernardi, Giovanna Fiume, Lucetta Scaraffia, Gaetana Rinaldi, Giovanni Ruffino, Riccardo Gualdo, Cristina Montagnani, Margherita Spampinato, Pierre Judet de Lacombe, Isabel Gonzalez Turmo, Pedro Romero de Solis, Laurent Barry, Jean-Luc Jamard, Margarita Xanthakou, Enric Porqueres, Gianna Petrone, Salvatore Nicosia, Giusto Picone, Nicola Cusumano, Klaus Hamberger et Bernard Juillerat.

3Je remercie Maurice Aymard qui a bien voulu publier ce travail aux Éditions de la Maison des sciences de l’homme, et qui depuis toujours réserve un accueil enrichissant et cordial aux collègues italiens. Je dois à Jean Pouillon non seulement la publication de mon premier article en français sur la parenté spirituelle mais aussi une attention amicale constante pour mes recherches. Je remercie Jean Jamin qui a trouvé le titre de ce volume. Claude Lévi-Strauss, outre les méthodes et les concepts, m’a donné, plus profondément, l’envie de m’engager dans ce parcours. Sa générosité s’est exprimée encore une fois avec les dessins qu’il a eu la gentillesse de m’offrir pour la couverture du livre. Je le remercie.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable