Version classiqueVersion mobile

Vert patrimoine

 | 
Françoise Dubost

Conclusion

Texte intégral

1Le rôle de l’État et de l’institution culturelle dans le traitement du patrimoine ont fait l’objet de nombreuses analyses. L’étude ethnographique amène à nuancer leur caractère trop souvent général, théorique ou normatif. Prenons pour exemple quelques-uns des propos développés dans le numéro, déjà cité en introduction, de la revue Les Papiers consacré au patrimoine. « Toute institution culturelle, dit Yvon Lamy, a besoin de s’appuyer sur une culture objective, une culture attachée à des œuvres, mais elle ne la trouve pas toute faite. Le patrimoine est une action culturelle construite et, au principe de sa construction, s’affirme une volonté régalienne de le faire surgir et de l’inventorier avant de le protéger. » Louis Assier-Andrieu, un peu plus loin ajoute : « En classant, en triant, en sélectionnant dans la structure sociale, dans l’histoire, dans l’environnement, une “matière patrimoniale” digne de sa protection, l’État se livre à une opération de reconnaissance (relayée volens nolens par l’action scientifique et plus largement l’action de production de savoirs, volontariste, associative, militante ou citoyenne) qui modifie notablement les conditions d’énonciation de toute demande, désormais sommée d’endosser la référence construite en vertu de ce monopole étatique du classement. » Remarquons que ce qui est vrai pour la France, où le rôle de protection du patrimoine est traditionnellement assumé par l’État, ne l’est pas forcément dans d’autres pays et qu’en Angleterre par exemple, ce rôle repose très largement sur des initiatives privées et sur les associations. Mais il est juste de dire qu’en France, l’État joue un rôle essentiel de consécration : les jardins dits « remarquables » sont entrés dans l’ordre de la culture légitime avec le lancement des opérations d’inventaire menées sous la tutelle des pouvoirs publics, et leur inscription ou leur classement au titre de monuments historiques. Cependant, vue de près et sur le terrain, la « volonté régalienne » de l’État n’a ni la cohérence ni l’emprise que lui prêtent les commentateurs. On a pu constater, à propos des jardins historiques justement, que cette volonté régalienne n’était pas à l’origine des actions menées, puisque l’initiative est venue du privé et des associations ; que dans la réalité, il n’y a pas d’État avec un E majuscule, mais des administrations différentes, menant des politiques diverses dont la coordination n’est pas toujours assurée ; et qu’enfin, les collectivités territoriales ou locales mènent leur jeu, en matière de politique patrimoniale, de façon largement autonome et indépendante des directives des services publics centraux.

2Ces phénomènes ne sont pas vraiment nouveaux, même s’ils ont été accentués par la loi de décentralisation. Ce qui est récent, c’est le glissement des politiques publiques de la protection à la « valorisation » du patrimoine, l’accent mis sur les utilisations économiques et sociales des richesses patrimoniales, la valeur d’attraction marchande désormais conférée aux reliques du passé. Mais les politiques publiques, là encore, sont loin d’être uniformes. Les élus privilégient les actions touristiques et les opérations de prestige au nom du développement local, tandis que les écomusées et les parcs naturels régionaux cherchent avant tout à faire reconnaître et légitimer le patrimoine par la communauté locale. L’administration centrale tantôt va trop loin dans l’abandon de ses prérogatives, et tantôt protège à l’excès. Il lui reste à trouver le moyen de sauvegarder sans muséifier, de prendre en compte la constitution de nouveaux domaines du patrimoine sans pour autant leur appliquer à tous, ce qui serait impossible, une législation d’exception. On a d’ailleurs constaté à propos des jardins que la protection au titre des monuments historiques ne résolvait pas tous les problèmes. Parce qu’il s’agit d’un patrimoine vivant, en constante évolution, le jardin remet en cause les conceptions et les modes de gestion traditionnels, qui n’accordent jamais assez de place à l’entretien quotidien et aux prévisions à long terme. La leçon vaut aussi pour le patrimoine bâti depuis longtemps consacré.

3Parmi ceux que Jean-Michel Leniaud appelle les « nouveaux opérateurs du patrimoine », figurent des professionnels qui valorisent et commercialisent jardins et plantes cultivées sur des modes inédits, qui fabriquent de nouveaux codes, de nouvelles représentations, de nouvelles compétences. Comme tous ceux qui ont participé à la constitution de ce nouveau domaine du patrimoine, ils oscillent entre recherche désintéressée et souci de rentabilité. Si ce dernier l’emportait, cependant, disparaîtrait le ressort essentiel de ce que l’on a décrit dans ces pages comme une sorte de mouvement social, autour du mot d’ordre de diversité. La notion même de rareté s’en est trouvée changée, la passion érudite ou le plaisir de distinction cédant à la quête d’une relation plus directe et sensible entre l’homme et la nature, et au besoin de se réapproprier un savoir empirique, longtemps délaissé.

4Dans ce processus, les amateurs ont souvent occupé la première place, et c’est pourquoi ils l’occupent aussi dans cette étude. Ils ont joué un rôle pionnier dans la naissance et le développement du marché des plantes rares, ils ont développé un mouvement associatif important pour la sauvegarde des espèces en voie de disparition, ils ont participé activement à la redécouverte de l’art des jardins. Ce public d’amateurs est socialement divers, depuis la petite élite sociale que constituent les propriétaires de jardins historiques jusqu’aux couches plus populaires où se recrutent les collectionneurs de légumes anciens. La classe moyenne cultivée y est néanmoins dominante, tout comme elle l’est dans le mouvement écologiste. Les créateurs et responsables d’associations, plus encore que les adhérents, se recrutent de façon privilégiée dans les professions de la santé, de l’éducation et du secteur social, professions dont on sait l’expansion considérable dans ces dernières décennies. Ils fournissaient déjà les gros bataillons de ce qu’Emmanuèle Reynaud (1980) appelait le « militantisme moral » des années 70, dont l’un des objectifs était la protection du cadre de vie et de l’environnement. Comme les militants d’hier, nos défenseurs du patrimoine végétal investissent des domaines délaissés par les spécialistes ou les pouvoirs publics, ils s’appuient sur des réseaux d’interconnaissance et des groupes restreints, ils inventent de nouveaux modes d’action collective hors des cadres institués. Mais ils apportent d’autres réponses que les écologistes au problème du rapport de la nature sauvage à la nature cultivée, du patrimoine exceptionnel au patrimoine ordinaire. Et chez eux, le thème de la diversité s’allie plus fortement au culte du passé et à la quête d’identité locale. De cet alliage, nous avons observé les manifestations concrètes dans les expositions-ventes qui ont lancé la mode des plantes rares, chez les collectionneurs qui se sont spécialisés dans les espèces en voie de disparition, dans les associations qui militent en même temps pour le patrimoine végétal et pour le patrimoine local.

5La multiplication de ces associations n’est pas un phénomène isolé. Le renouveau associatif est une des caractéristiques frappantes, selon Henri Mendras (1988), de la société française et de ses transformations dans ces dernières décennies. Mais c’est seulement en suivant de près les circonstances de leur création, les types d’activités qu’elles développent, les moyens qu’elles emploient, les réseaux sur lesquels elles s’appuient, qu’on peut mesurer leur influence réelle et le rôle qu’elles jouent dans l’élaboration de nouvelles représentations sociales. Cette observation « au ras du sol », pour reprendre l’expression que Jacques Revel (1985) applique à la microhistoire, permet seule de cerner le poids des stratégies et des interactions individuelles dans la dynamique sociale. Elle ne dispense pas, bien au contraire (et c’est ce que fait précisément la microhistoire), d’utiliser plusieurs échelles d’observation. J’ai tenté de le faire ici, pour montrer que l’action d’un groupe restreint s’inscrit dans la dépendance de structures plus vastes, mais peut aussi les infléchir et produire de la nouveauté et du changement.

6Nouveauté et changement : l’observateur emporté par l’euphorie descriptive a la manie d’en découvrir partout, raillait Jean-Claude Passeron dans un article salubre publié il y a quelques années (1987). J’ai voulu éviter ce travers en m’appuyant autant que possible sur des comparaisons avec les pays voisins, et l’on a pu voir, par exemple, à quel point le modèle anglais avait servi de précédent et de référence pour la formule, inédite en France, des expositions-ventes de plantes rares, pour la sauvegarde des collections végétales, ou l’ouverture au public des jardins privés. Je me suis efforcée de mettre en perspective historique les faits que j’observais, de montrer que les collectionneurs de plantes sont les héritiers d’une longue tradition qui remonte aux grands voyages du xvie siècle et à la découverte du monde, ou que les sociétés d’horticulture savante du xixe siècle ont donné le modèle d’une curiosité botanique et d’un goût de l’érudition, également partagés par les amateurs et les professionnels et que les associations récentes s’efforcent de faire renaître. A souligner cet ancrage historique, les domaines nouveaux défrichés par les collectionneurs, ou les composantes inédites de la vie associative n’en ressortent que mieux. Ce qui paraissait de prime abord un simple phénomène de mode, dont j’ai décrit les premières manifestations à Courson et Saint-Jean-de-Beauregard, s’inscrivait ainsi dans une durée plus longue, donnait matière à s’interroger plus largement sur cette renaissance du goût pour les plantes cultivées et l’art des jardins. Elle n’est certainement pas étrangère à l’idée que les « rapports amicaux » de l’homme avec la nature domestique sont à l’image de ceux qu’il entretient avec ses semblables, comme l’a dit André-Georges Haudricourt. Et peut-être la raison majeure de ce renouveau est-elle le besoin d’échapper aux accélérations de la civilisation industrielle comme à l’embaumement du musée, de retrouver cette notion du temps que préservent les jardins dans leurs enclos fragiles et périssables, vivant au rythme des saisons et de la croissance des végétaux.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search