Version classiqueVersion mobile

Vert patrimoine

 | 
Françoise Dubost

6. Les professionnels et le patrimoine végétal

Texte intégral

1Paysagistes et pépiniéristes revendiquent les jardins et les plantes cultivées comme leur spécialité. Or ceux d’entre eux qui ont joué un rôle dans le phénomène de patrimonialisation que nous avons décrit plus haut, occupent une place marginale au sein de leur profession. Créateurs de jardins et horticulteurs français, les uns et les autres souvent confondus, ont été pourtant, jusqu’au début du xxe siècle de remarquables innovateurs, sans cesser de se reconnaître les héritiers d’une grande tradition. Les raisons pour lesquelles les professionnels se sont désintéressés de cet héritage pendant les décennies d’après-guerre restent à analyser. Les mêmes causes expliqueraient sans doute la longue éclipse des jardins historiques. Sont souvent invoqués, les effets de la guerre de 14-18, qui a brutalement réduit en nombre une main-d’œuvre qualifiée, avec laquelle disparaissaient des savoir-faire acquis de longue date. Cette rupture n’est sans doute pas la seule : l’histoire de la Société d’horticulture de l’Hérault retracée plus haut montre que la crise des années 30 a joué un rôle majeur. Au même moment se développent, avec le Mouvement moderne, de nouveaux courants d’idées qui influencèrent durablement la profession des paysagistes.

Les paysagistes

2Paysagiste : le terme désignait autrefois le peintre de paysages ; dans son acception actuelle, il ne date que de l’après-guerre. Il est familier au grand public qui le voit le plus souvent associé à ceux d’entrepreneur ou de pépiniériste sur des panneaux publicitaires ou des camionnettes de livraison. Mais il est aussi revendiqué par des professionnels de type libéral, dont beaucoup portent le titre de paysagiste DPLG et ont reçu une formation savante. Paysagistes « savants », profession « de type libéral », ces mots n’ont qu’une valeur approchée. Ils servent seulement à distinguer, parmi tous ceux qui s’intitulent paysagistes, la frange de ceux qui se veulent avant tout des concepteurs. Ceux-là revendiquent le monopole de la création de jardins, mais ils n’ont jamais réussi à l’obtenir. La profession reste mal identifiée, avec des effectifs peu nombreux, et elle s’est délibérément coupée de ses racines, tournant le dos à son passé. On ne peut expliquer ces caractéristiques sans retracer brièvement son histoire.

3En 1946, la création de la section du Paysage à l’Ecole d’horticulture de Versailles avait pour but déclaré de transformer en profession constituée le vieux métier de créateur de jardins. Il avait été jusque-là exercé par des gens d’origine et de formation très diverses, jardiniers, pépiniéristes, ingénieurs ou architectes. Et même peintres : on sait qu’Hubert Robert, comme Le Nôtre, portait le titre de jardinier du Roi. Pour désigner ceux dont la tâche spécifique était la conception des jardins, différents vocables ont eu cours. L’appellation de « jardineur », préconisée par Bélanger, l’architecte de Bagatelle (Mosser 1988), ne s’est pas imposée, celle de « jardiniste » a été parfois employée. Mais les plus fréquentes, à la fin du xixe et au début du xxe, sont celles d’« architecte-paysagiste » ou d’« architecte des jardins ». Les plus brillants créateurs de l’époque, d’Edouard André à Jules Vacherot, d’Achille Duchêne à Ferdinand Duprat, n’ont cessé de souligner la spécificité du métier et la nécessité d’une formation spécialisée qui distingue clairement les créateurs de jardin des architectes aussi bien que des jardiniers (Royer et Zarmatti 1987). La Société française des architectes de jardins, fondée en 1930 jouera un rôle actif dans l’organisation du nouvel enseignement créé après la guerre.

  • 1 Ce processus de différenciation est un thème classique de la sociologie des professions.
  • 2 On entrait à la section du paysage en 1946 avec le bac, la scolarité comportait un an de cours thé (...)

4Ce dernier n’a pas eu d’emblée le haut niveau souhaité par ses promoteurs. Dans les années d’après guerre, la jeune profession entretenait encore des rapports étroits avec le milieu des horticulteurs, qui fournissait bon nombre des enseignants et dont étaient issus la plupart des élèves de Versailles. La vocation de l’école était claire, donner à ces spécialistes du végétal, à ces « planteurs », des notions de dessin et d’architecture, pour les préparer à ce qui était, non moins clairement, leur débouché : le traitement des espaces verts dans les grands ensembles, au moment où s’ouvraient les grands chantiers de la Reconstruction. Mettre du « vert » dans les « blancs » du plan-masse : les paysagistes n’ont pas voulu en rester là, et dans les décennies suivantes, se sont efforcés de définir plus largement leur spécificité et leur compétence, en abandonnant le caractère artisanal du métier au profit de son caractère savant1. Ils ont rompu avec la tradition d’apprentissage sur le tas qui était celle du milieu d’origine, et joué la stratégie du diplôme : élévation du niveau d’entrée, allongement de la durée des études, changement du contenu des programmes où le savoir théorique l’emporte sur le savoir-faire, et la formation artistique sur la formation technique. La maîtrise de ce code savant fondé sur l’abstraction graphique qu’est le plan, pièce maîtresse du diplôme, prévaut désormais sur la connaissance pratique du matériau végétal. L’évolution s’est faite progressivement, elle a été consacrée en 1976 par la création de l’École nationale supérieure de Versailles2. Elle reproduisait en somme l’évolution qu’avait connue auparavant, mais sur une durée bien plus longue, la profession d’architecte, leur modèle de référence. A cette différence près que les paysagistes n’ont jamais pu obtenir ni le monopole du titre, ni celui de l’exercice de la profession (ce double monopole avait été conféré aux architectes par le statut de 1941). Leur identité, de ce fait, reste peu claire, puisqu’ils ne peuvent porter le titre d’architecte-paysagiste qui est celui de leurs collègues dans tous les autres pays du monde, et puisque d’autres qu’eux, paysagistes formés dans des écoles de moins haut niveau, et jusqu’aux entreprises pépiniéristes, peuvent s’appeler paysagistes (Dubost 1983 ; Dubost et Cicé 1986).

5En même temps qu’ils cessaient d’être des « planteurs » pour être des « concepteurs » et des artistes créateurs, les paysagistes s’efforçaient, en jouant sur la polysémie du vocable « paysage », de redéfinir leurs compétences pour s’adapter aux nouveaux débouchés de la commande publique. Ils s’affirmaient spécialistes du « grand paysage » ou « paysage d’aménagement » à l’époque des grands projets d’aménagement du territoire, ils se sont redécouverts créateurs de jardins lorsque l’État et les collectivités territoriales ont multiplié l’offre en ce domaine, qu’il s’agisse d’opérations de prestige ou de petites commandes locales. Ils voient aujourd’hui se dessiner un nouveau débouché possible avec la protection du paysage et l’aménagement des espaces ruraux. Mais rares, et même très rares, sont ceux qui ont saisi l’opportunité de la redécouverte des jardins historiques. Le désintérêt de leur organisation professionnelle, la Fédération française des paysagistes, est manifeste. L’ifla, fédération internationale des architectes-paysagistes a œuvré à la reconnaissance des jardins historiques aux côtés de l’icomos, mais, en France, la ffp (Fédération française des paysagistes) a brillé par son absence dans toutes les opérations d’inventaire, de protection ou de sensibilisation du public menées ces dernières années. L’explication que m’en ont donnée ceux que j’ai interrogés, est que beaucoup de professionnels, et notamment ceux qui ont joué le rôle de leaders dans la transformation du métier – ceux qui se sont voulus avant tout des concepteurs et des artistes – ont fait partie de la génération imprégnée des idées de la Charte d’Athènes et du Mouvement moderne. Ils partageaient avec les architectes, auxquels ils voulaient s’égaler, l’idéologie de la table rase et de la rupture radicale avec le passé. Cette explication rencontre l’observation que j’avais faite il y a quelques années lors d’une enquête sur la profession. J’avais été frappée par l’absence de référence historique chez les professionnels. Certes, ils citaient Le Nôtre, figure obligée du Père fondateur. Certes, ils parlaient du style historiciste ou du retour au formalisme art-déco, mais c’était pour évoquer les retombées du post-modernisme qui triomphait en architecture, et l’évocation ne s’appuyait sur aucune connaissance précise des modèles anciens. L’histoire de l’art des jardins, l’analyse des modèles historiques, ne faisaient pas partie de leur culture, pas plus qu’elles ne figuraient dans les programmes d’enseignement. Elles n’y figurent encore d’ailleurs qu’à dose homéopathique, sauf dans la formation de 3e cycle déjà citée. Autrement dit, cette profession née juste après la guerre porte encore la marque de l’idéologie de l’époque, et de la volonté de rupture avec le passé.

  • 3 Plutôt qu’à l’histoire des jardins, c’est à l’histoire des lieux, la « mémoire des lieux » que se (...)
  • 4 Ce colloque international a eu lieu à Paris au ministère de la Recherche en décembre 1990. Jean-Cl (...)
  • 5 Le Grand Prix du paysage lui a été décerné en 1993. Il en est le second lauréat, après Jacques Sim (...)

6Les exceptions sont là pour confirmer la règle, ou pour annoncer sa transformation. Depuis quelques années, un petit nombre de paysagistes s’intéressent à la restauration de jardins historiques. D’autres, plus nombreux, s’inspirent dans leur création de modèles anciens. Un colloque organisé sous l’égide du ministère de l’Environnement en 1989 à Rochefort-sur-mer sur le thème « Les jardins, du xviiie siècle à la création contemporaine » s’efforçait, en balayant large, d’éveiller chez les professionnels la curiosité pour l’histoire des jardins3. Un autre, organisé l’année suivante par la direction de la recherche du ministère de l’Equipement et consacré à l’œuvre de Jean-Claude Nicolas Forestier4, a permis à Michel Corajoud, l’un des notables de la profession5, de constater ses affinités avec un créateur du début du siècle en s’étonnant de découvrir si tardivement un pareil héritage. Mais plus que les notables, ce sont les « francs-tireurs » (comme disait la paysagiste citée plus haut) que nous avons vus à l’œuvre dans les associations, s’efforçant de faire connaître au grand public l’art des jardins et les bases historiques de leur métier.

7Plus nombreux parmi les professionnels sont ceux qui luttent depuis longtemps par des moyens divers contre l’appauvrissement de la palette végétale, en réhabilitant des végétaux méconnus ou oubliés. Chez les paysagistes, dans les années quatre-vingt, la mode était au rejet du décor stéréotypé des espaces verts et à la valorisation des espèces « naturelles » ou « indigènes ». Dans cette mode entrait pour une bonne part, comme l’a dit Martine Bergues (1992), une logique de distinction. Elle permettait de se différencier des entrepreneurs, techniciens ou ingénieurs horticoles incapables de proposer autre chose que des haies de thuyas, et des alignements où le prunus pissardi alternait avec l’érable negundo. Mais il s’agissait aussi de retrouver, avec la connaissance du matériau végétal, la spécificité traditionnelle du métier. Ce sont les plus compétents dans ce domaine qui aujourd’hui font école et suscitent chez les jeunes paysagistes un nouvel intérêt pour les plantes. J’en ai déjà cité plusieurs parmi les collectionneurs et ceux qui militent dans les associations aux côtés des amateurs pour la sauvegarde des espèces rares. Certains paysagistes de la génération précédente s’étaient faits pépiniéristes pour avoir à leur disposition des végétaux devenus introuvables. C’était le cas d’Edouard d’Avdeew, qui fut jusqu’à sa mort en 1992 la grande vedette des Journées des plantes de Courson, à qui l’on réservait l’emplacement privilégié de la serre (pépinière EVE (Espaces verts, environnement)). C’est aussi le cas d’Erwan Tymen (Plantymen) et de Timothy Vaughan (pépinière de Kerdalo), à la fois créateurs de jardins et producteurs de plantes, et qui furent parmi les premiers à relancer la production d’espèces autrefois courantes, qu’on ne trouvait plus chez les pépiniéristes ordinaires du fait des nouveaux modes de production et de commercialisation.

Les pépiniéristes

8La mode lancée par les expositions-ventes a beaucoup contribué à faire connaître les pépiniéristes spécialisés dans les espèces rares. Certes, ce secteur de production reste encore marginal, mais le développement du marché des plantes rares a d’autant plus d’intérêt que la production horticole française, dans son ensemble, connaît de graves difficultés. Le nombre d’exploitations de floriculture, de pépinières ornementales, fruitières et forestières, est en constante régression, alors même que la demande en France ne cesse de s’accroître. Le déséquilibre du commerce extérieur augmente d’année en année, les importations progressent plus vite que les exportations (le taux de couverture est passé de 26,3 % en 1981 à 17,6 % en 1989), autrement dit le remarquable essor de la demande a profité aux producteurs hollandais, allemands, belges ou italiens au lieu de profiter aux producteurs français (agreste-Etudes, 1992). La presse s’en est émue en découvrant à l’occasion de grandes commandes récentes, qu’il fallait s’adresser aux pays voisins pour replanter le parc de Versailles ou le jardin des Tuileries et pour trouver les arbres d’Euro Disney, du parc Citroën et du parc de Bercy (Ambroise-Rendu 1992).

9Les structures des entreprises horticoles françaises sont restées en grande majorité des structures artisanales et familiales. Ce n’est pas forcément pour cette raison qu’elles n’ont pas su faire face à la demande et s’y adapter (on sait que dans certaines régions d’Italie, en Emilie-Romagne par exemple, l’essor économique a reposé sur des entreprises qui ont conservé ces structures dites archaïques, tout en étant à la pointe de l’innovation technique). Mais le fait est qu’une production devenue routinière et basée sur une gamme restreinte de végétaux de plus en plus standardisés, n’a pas mis les horticulteurs et pépiniéristes français dans une position favorable sur le marché européen. C’est d’autant plus surprenant qu’ils ont un passé glorieux – au xixe siècle, des obtenteurs de variétés nouvelles comme Lemoine ou Nomblot étaient connus dans le monde entier – et que la France bénéficie plus que ses voisins de sols et de climats favorables à ce type de production. Le développement récent du marché des plantes rares a dans ce contexte un intérêt particulier : même s’il est encore marginal, il pourrait être l’amorce d’un renouveau de la production horticole.

10Peu nombreux, les pépiniéristes spécialisés dans les plantes rares forment une population assez hétérogène où se rencontrent des gens d’origine diverse. Ils se rencontrent d’ailleurs pour de bon dans ces expositions-ventes qui ont contribué à les faire connaître. Parmi eux, des amateurs-collectionneurs devenus pépiniéristes. Les propriétaires privés de demeures historiques ont eu les premiers l’idée de cette formule. J’ai nommé plus haut ceux de Varengeville et de Balaine, on peut citer aussi le parc floral attenant au château d’Apremont qui est de création récente. Il a été dessiné et planté par le paysagiste Gilles Clément à la demande de Gilles de Brissac, collectionneur de rosiers et de plantes vivaces, et féru de mixed-borders à l’anglaise. Les pépinières d’Apremont, comme celles de Varengeville ou de Balaine, sont ouvertes pendant la belle saison au public, qui peut successivement visiter le parc et acheter des plantes. A côté de ces pépinières associées à un patrimoine historique, d’autres ont eu pour origine la seule passion collectionneuse d’amateurs étrangers par leur formation au milieu professionnel. Martine et Francis Lemonnier (Pépinière du Coudray), l’une dessinatrice et l’autre médecin, collectionneurs de plantes sauvages rapportées des pays lointains (ce sont eux qui ont acclimaté le pavot bleu de l’Himalaya) sont très représentatifs de ce type d’itinéraire. Elle a abandonné le dessin pour se consacrer à la production des plantes, tandis que lui conserve à temps partiel son premier métier. Ils ont exposé à Courson parmi les premiers, et le Lion’s Club leur a confié l’exposition de Mesnières-en-Bray depuis 1989. Thierry Denis, lui, est diplômé de droit et de sciences politiques ; il a collectionné en amateur des plantes vivaces et des plantes aromatiques, et collaboré à L’Ami des Jardins avant de fonder sa pépinière (Les Jardins du Morvan). Les Pépinières Saint-Joseph ont été créées au début des années 80 dans l’abbaye Notre-Dame d’Autray par un religieux qui s’est spécialisé dans les bruyères et les plantes de rocaille. Il est membre d’une communauté d’un type nouveau, « Le Lion de Juda et l’Agneau immolé », qui accueille à la fois des religieux et des laïcs. Il s’occupe seul de la pépinière, avec l’aide intermittente d’un jeune garçon et des autres habitants de l’abbaye pour les corvées de désherbage. Les bénéfices de la pépinière s’ajoutent à celui d’un atelier de cuir, principale source de revenus pour la communauté.

11Les producteurs cités jusqu’ici font figure d’exception. Pour la plupart, les pépiniéristes spécialisés dans les plantes rares sont des gens de métier. Certains se consacrent à la production d’une espèce unique, ainsi les pivoines chez Marcel Rivière, les buis chez Jacques Segers, les orchidées chez Vacherot et Lecoufle, ou encore les bambous (Bambouseraie de Prafrance). Il s’agit généralement d’entreprises anciennes, qui comptent deux, trois, ou quatre générations de producteurs-collectionneurs (la maison Vacherot-Lecoufle date des années 1870, les Établissements Rivière ont été fondés en 1849, etc.). Il n’est pas facile en effet de se lancer seul et sans arrières assurés dans une culture très spécialisée. Ceux qui ont choisi récemment cette voie ont une production plus diversifiée, portant sur plusieurs espèces ou plusieurs genres. Ainsi Christian Geoffroy, qui a travaillé chez Despalles avant de créer sa propre pépinière (Ellébore), et qui a fait partie du premier noyau des exposants de Courson. Ses variétés rares de clématites, de bulbes sauvages, d’ellébores, de lis et d’iris botaniques etc. s’adressent à un public de connaisseurs et de collectionneurs. Il est correspondant du Museum d’histoire naturelle. Patrick Nicolas, jeune pépiniériste de formation, doit lui aussi, pour s’imposer, jouer à fond la carte de l’érudition botanique : son appartenance à plusieurs sociétés savantes, françaises et étrangères, est mentionnée dans son catalogue.

12La plupart des pépiniéristes spécialisés, cependant, sont des héritiers d’entreprises familiales traditionnelles où l’on ne faisait plus que de la production courante depuis plusieurs décennies. Mais on y avait conservé des fonds de collections anciennes, qui permettent aujourd’hui de développer une spécialisation partielle. Chez les Bureau par exemple (gaec Hortifor), ce sont les fils qui ont choisi de développer le secteur des plantes rares, notamment l’un d’entre eux qui a reconstitué une collection de géraniums vivaces et en possède une centaine de variétés. L’entreprise n’en continue pas moins à produire les espèces ordinaires, et distribue deux catalogues, dont l’un, illustré de photographies en couleur, ressemble à celui de n’importe quel pépiniériste, et dont l’autre, en noir et blanc et tout en noms latins, comprend la liste des variétés composant la collection. Comme lui et comme bien d’autres, les frères Paquereau jouent sur les deux tableaux. L’un a conservé la pépinière familiale en Vendée, fondée en 1974, l’autre a créé la sienne à Orléans. Ils ont été les premiers, à Courson, à exposer des variétés fruitières anciennes. Claude Paquereau en possède 60 variétés pour les poires et 100 pour les pommes. Ce qui ne l’empêche pas de produire aussi des espèces courantes. Et de développer aussi d’autres stratégies. Il a fondé l’association Arbres qui a son siège au lycée agricole de Bel-Air et dont il est président (le vice-président est professeur de sciences naturelles au lycée). L’association a organisé en 1990 une exposition sur le thème « Vie de l’arbre », avec la participation des enfants de l’arrondissement de Fontenay.

  • 6 Le cca a longtemps exercé une sorte d’hégémonie dans le monde du marketing. Beaucoup d’entreprises (...)

13Le développement de la filière plantes rares suscite ainsi des initiatives très diverses, dont certaines poussent plus loin encore la logique commerciale. En reprenant à 23 ans l’entreprise de son père à Boissy Saint-Yon, Jean Hickel a voulu lancer une formule nouvelle. Il a fondé avec quelques autres l’association Lancement de plantes. Parrainée par le cnih (Centre national interprofessionnel de l’horticulture) et l’anihort (Association nationale interprofessionnelle de l’horticulture), l’association a réuni une cinquantaine de membres et tenu une conférence de presse en avril 1989. Une brochure en présentait les objectifs. Il s’agissait, « face à une demande croissante de plantes et à une évolution des goûts des consommateurs », d’élargir la gamme des plantes et de lancer de nouveaux produits en utilisant les techniques modernes du marketing, enquête de marchés, etc. « L’horticulture à l’ère du marketing », voulait en effet « développer ses potentiels de consommation » démontrés par le Centre de communication avancée6. Les nouveautés étaient testées au préalable auprès de groupes de consommateurs représentatifs des différents styles de vie. Le principe était de commercialiser deux ou trois plantes exotiques par an, « baptisées d’un nom évocateur d’évasion, de fête, d’espoir… », le nom latin étant jugé rébarbatif et difficile à mémoriser. Les premières se sont appelées « Sourire de Zanzibar », « Fleur de lune » et « L’arbre de la chance ». Elles étaient présentées dans des pots de céramique vernissée (une couleur différente pour chaque espèce) et accompagnées d’un petit dépliant. Ce dernier annonçait par exemple pour « l’arbre de la chance » : « Je suis une joyeuse plante d’appartement. Très florifère, je pousse vigoureusement. Et j’aime la chaleur des fenêtres ensoleillées. » A la suite, de courtes rubriques, « ma longue histoire », « mes ennemis », « mon entretien », « idées décoration ». Autant dire que l’information donnée n’avait pas l’austérité et l’érudition savantes si prisées des amateurs-collectionneurs.

14L’association Lancement de plantes montrait en tout cas que l’intérêt s’éveillait dans le milieu professionnel pour ce nouveau secteur de production. Certaines grosses firmes ont pris le train en marche. Les Établissements Delbard exposent et font figurer dans leur catalogue leurs variétés exclusives de rosiers anciens et de fruitiers ; ils se sont aussi lancés dans le mécénat, finançant la restauration de roseraies (à l’abbaye de Fontfroide) ou de vergers anciens (au domaine de la Roche-Corbon). Ce que commentent avec un brin d’ironie amère des pionniers comme Erwan Tymen :

15« Ils faisaient du thuya quand nous, on se battait pour diversifier la production. » Qui plus est, les grosses firmes n’ont guère joué le rôle qu’on attendait d’elles, qui était la sous-traitance de certaines productions aux pépiniéristes spécialisés. Le sort de ces derniers reste aléatoire, d’autant que la concurrence étrangère n’a pas tardé à se manifester dans ce domaine aussi.

16Or comme le disent la plupart des pépiniéristes, se spécialiser dans les plantes rares, c’est choisir d’avoir des contraintes plus lourdes encore que dans la production courante. Ainsi Pascale Charles-Lavauzelle, expert-comptable à l’origine, qui a fondé une pépinière de plantes rares en 1988, en même temps qu’une entreprise paysagiste, déclare faire ce métier par passion et non par intérêt. « Mais le problème, c’est que pour faire vivre une pépinière, il faut vendre. Je passe quelquefois quatre heures à expliquer, pour vendre une seule chose… Tous les pépiniéristes spécialisés dans les plantes rares vous le diront, vendre ce n’est pas facile. Ce n’est pas le même métier que celui des pépiniéristes ordinaires ». Jean-Yves Poiroux, qui appartient, lui, par son origine au milieu professionnel (il est fils de maraîcher, et son père n’a guère apprécié qu’il se lance dans la culture des fleurs, c’était à ses yeux une spécialité de femme), souligne de la même façon la particularité du métier : « La plante rare, il faut vraiment s’y intéresser, se passionner pour ça, si on veut évoluer et faire évoluer les choses. Il est certain qu’on n’est pas nombreux à faire ce travail de pionnier parce que ça demande des sacrifices. Sacrifier des week-ends par exemple, parce que les plantes rares, c’est très astreignant, elles sont plus difficiles à cultiver parce que plus diversifiées, chacune a un biotope particulier, ses exigences propres, il faut les cultiver là où elles se plaisent le mieux, ça demande beaucoup de surveillance, il faut toujours être là… » Jean-Yves Poiroux multiplie les efforts et les initiatives pour convaincre le public du bien-fondé de sa démarche. Il est depuis peu président de l’association Asphodèle qui regroupe des amateurs et organise des foires de plantes rares, il a créé à côté de sa pépinière un jardin de collection où les clients peuvent juger de l’effet des plantes et de la façon dont elles se marient et s’harmonisent entre elles. Mais il doit faire aussi de la production courante, parce que « la plante rare, ça ne permet pas de vivre de façon décente ». Et il n’est guère optimiste sur l’avenir de la production spécialisée, et de la production horticole en général :

  • 7 L’annulation de cette mesure, qui aurait selon certains conduit 3 000 exploitations à la faillite, (...)

17« Il n’y a vraiment aucun encouragement à ce métier, aucun, tout le monde est désespéré dans la profession parce qu’on a augmenté la tva d’un seul coup de 5,5 % à 18,6 %7… » Cet encouragement, pourtant, il le trouve auprès des amateurs qui ont fait le succès des expositions-ventes de plantes rares et la vigueur du mouvement associatif, et c’est pourquoi il persiste, comme d’autres passionnés de son acabit.

Des professionnels de type nouveau

18D’autres métiers, cependant, sont nés de la curiosité nouvelle du public pour les plantes. Le goût pour la botanique et la mode de la rareté conduisent à des types très divers d’exploitation commerciale, avec un foisonnement d’initiatives en tout genre. D’autres que la Ferme Sainte-Marthe et le gep cités plus haut exploitent la vogue des légumes anciens, mais d’une autre façon, en les transformant en produits de luxe. A Sadillac (Dordogne), Bernard Lafon conditionne à l’aigre-doux salicornes, topinambours et pâtissons, il les vend chez Fauchon et dans les grandes surfaces, il en exporte même au Japon. Dans le Finistère, une coopérative s’est spécialisée dans la production de fleurs à manger, elle vend ses capucines pour les salades et ses violettes pour les gâteaux dans les magasins de luxe, et la reine d’Angleterre est son meilleur client.

19Plus nombreux encore sont ceux qui ont choisi la voie de l’animation culturelle et (ou) touristique. Josiane Duffere, près d’Arc-en-Barois (Haute-Marne), restauratrice de son état, a créé un jardin de variétés anciennes de légumes qui est le support de manifestations diverses ; elle y accueille des groupes d’enfants, et organise aussi des séminaires pour des marginaux plus ou moins délinquants qu’elle « aide à se ressourcer ». Le « Domaine médiéval des Champs » près de Chanac en Lozère est lui aussi un potager à l’ancienne, avec des clôtures en châtaignier comme on en voit dans les enluminures du Moyen-Age, et où les enfants accompagnés et les adolescents peuvent voir s’ébattre divers animaux qui sont des espèces locales. En Dordogne près de Sarlat, un couple de maraîchers biologiques a abandonné la culture pour créer sur trois hectares un jardin touristique qui se veut un panorama de l’histoire des jardins, de la préhistoire à nos jours. En Haute-Provence, François Couplan, auteur de livres de vulgarisation scientifique de bonne qualité (1986, 1992), organise des « stages de survie » : les stagiaires (ils doivent avoir des revenus élevés, car le stage coûte cher) partent dans la montagne équipés d’un seul couteau et se nourrissent exclusivement de plantes sauvages plusieurs jours durant. Ces initiatives qui se multiplient partout (celles que j’ai citées illustrent leur dispersion géographique) ont le double aspect déjà noté à propos des activités associatives : elles allient en des proportions diverses la valorisation commerciale et touristique au militantisme pédagogique. Ce dernier aspect est particulièrement marqué à l’École des plantes, dont j’ai suivi de plus près les activités.

20L’École des plantes a son siège à Paris. Cet « établissement privé d’enseignement supérieur libre », déclaré au titre de la formation professionnelle continue, veut à la fois former des professionnels et s’adresser à un public plus large. Il dispense un enseignement d’herboristerie à différents niveaux, avec un cycle d’initiation ouvert à tous, et un cycle réservé à des gens possédant déjà une qualification. Par ailleurs l’École des plantes organise pour les amateurs des cours de dessin botanique et de gastrobotanique, des sorties en région parisienne le week-end, et, plusieurs fois par an, des stages et randonnées d’initiation aux plantes, en montagne ou au bord de la mer. L’école a été fondée, et elle est dirigée, par Clotilde Boisvert, qui a fait des études de sciences naturelles et travaillé dans un laboratoire de zoologie du CNRS, avant d’écrire des livres destinés au grand public sur l’utilisation alimentaire des plantes sauvages ou anciennes, dont elle tire l’essentiel de ses revenus. L’École des plantes, dit-elle « c’est un peu ma danseuse », « c’est pour répondre à la demande de gens qui se passionnent pour les plantes et qui éprouvent le besoin d’apprendre la botanique ».

21Ce « besoin » est davantage celui d’amateurs que de professionnels, bien que l’ambition de Clotilde Boisvert soit de réhabiliter le métier d’herboriste. Mais elle se heurte à de sérieux obstacles, puisque la formation d’herboriste a été officiellement supprimée en 1941, en même temps qu’était établi le monopole des pharmaciens. Si bien que le métier d’herboriste n’est plus exercé de façon légale aujourd’hui que par des gens très âgés, ou par les pharmaciens eux-mêmes, qui peuvent déléguer cette fonction à un préparateur ou un assistant. Cette dernière catégorie fournit d’ailleurs quelques-uns des élèves de l’école, mais pour la plupart, il s’agit surtout d’amateurs de plantes exerçant par ailleurs des fonctions très diverses, avec une assez forte proportion de professions du secteur social ou para-médical. Les élèves de l’École des plantes viennent donc là plutôt pour cultiver un « hobby » qu’avec des visées professionnelles. Le diplôme délivré à l’issue du cycle supérieur d’enseignement d’herboristerie, bien que fondé sur un enseignement de bonne qualité scientifique, n’a pas de valeur légale pour les raisons déjà évoquées.

22J’ai participé en juin 1992 à un stage de l’École des plantes organisé à l’île de Batz sur le thème « Découverte des algues ». Il rassemblait cette fois-là douze personnes, qui, dans le train, ont fait connaissance. Plusieurs suivaient l’enseignement d’herboristerie : une préparatrice en pharmacie de 35 ans ; la représentante d’une maison commercialisant des plantes dites « de santé », âgée d’environ quarante ans ; une interprète internationale, anglaise, mariée en France, et à la retraite depuis deux ans ; deux psycho-motriciennes, dont une à la retraite ; une jeune femme de 25 ans, titulaire d’une maîtrise de lettres, parisienne d’origine et depuis peu installée dans un petit village du Gers, où elle élevait des poules et des canards et cultivait un potager. D’autres stagiaires étaient là à titre occasionnel, pour avoir lu des articles sur l’École des plantes dans les journaux : une retraitée, ancien professeur de lettres, une enseignante dans une école d’assistantes sociales de 45 ans. S’ajoutaient encore le mari et la fille de la représentante de plantes de santé, qui ne faisaient que l’accompagner. Un groupe au total assez hétéroclite, mais à majorité féminine écrasante, comme le constatait la préparatrice en pharmacie, mi-ironique, mi-amère, dès son arrivée dans le train : « Mais où sont les hommes, qu’est-ce qu’ils font les hommes ? Pas de la botanique en tout cas, aux cours, il n’y en a quasiment pas. Et dans les voyages organisés, moi j’en fait beaucoup, les groupes sont toujours pleins de femmes. Elles ont plus d’ouverture et de curiosité que les hommes, ça doit être ça… »

23Pendant les trois jours passés à l’île de Batz en leur compagnie, et tandis que, les pieds dans l’eau, nous apprenions sous la houlette de Clotilde Boisvert à distinguer la dulse, la laitue de mer, et les fouets de sorcier ; que nous apprenions aussi à les préparer, les accommoder et les déguster, et encore, quelles étaient leurs propriétés diététiques et leur richesse en vitamines, pendant ce temps-là, je conversais avec l’une ou l’autre et en apprenais davantage sur les raisons qui les réunissaient dans ce stage. C’était pour certaines, comme la préparatrice en pharmacie ou la représentante en herboristerie, des raisons professionnelles ; de même pour la jeune femme du Gers, qui désirait se lancer dans la culture des plantes médicinales. C’était pour les autres le moyen de « s’occuper intelligemment », « d’observer la nature », « d’apprendre la botanique qu’on n’apprend plus à l’école ». Il y avait celles dont la formation était financée par leur employeur, celle (c’était la jeune femme du Gers) qui avait fait la cuisine pendant trois mois sur un bateau en croisière pour payer sa scolarité, et celles qui étaient assez aisées pour se l’offrir sans difficulté. Et pour ces dernières, qui disposaient souvent aussi de plus de temps que les autres, les stages et randonnées de l’École des plantes étaient une forme nouvelle de loisir, servaient de lieu de rencontre ou de club de troisième âge plus « intelligents » que les autres.

24Commune aux unes et aux autres, en tout cas, était la volonté de privilégier un rapport culturel et savant à la nature, à l’opposé de l’attitude de purs consommateurs qui est celle parfois des amateurs de plantes et de jardins. On peut se contenter de reconnaître là une caractéristique de la classe moyenne urbaine cultivée, souvent déjà décrite et analysée. Mais on peut se demander aussi si cette quête de nouveaux savoirs et de nouvelles compétences, qui se développe en dehors des lieux institutionnels et académiques traditionnels, ne produira pas à terme un réel déplacement de ces savoirs et de ces compétences.

Notes

1 Ce processus de différenciation est un thème classique de la sociologie des professions.

2 On entrait à la section du paysage en 1946 avec le bac, la scolarité comportait un an de cours théoriques et deux ans de stages pratiques ; on entre à l’ensp avec un deug ou l’équivalent, la scolarité est de trois ans (soit bac+5), avec six mois de stage. Pendant la même période, l’École d’horticulture jumelle et voisine est elle aussi devenue « nationale » et « supérieure ». L’évolution des deux écoles de Versailles a parallèlement entraîné la création et le développement d’autres écoles assurant la formation au niveau qu’elles avaient délaissé, c’est-à-dire à un niveau de formation plus pratique et moins savante (enith d’Angers, École du Breuil, etc.)

3 Plutôt qu’à l’histoire des jardins, c’est à l’histoire des lieux, la « mémoire des lieux » que se réfèrent volontiers les concepteurs actuels. C’est le cas précisément à Rochefort, où dans le parc de la Corderie royale, Bernard Lassus a voulu évoquer la construction navale et les batailles maritimes du temps de Colbert, les plantes rapportées des colonies à cette époque etc. Sur le « Jardin des Retours », voir son article dans Le Débat, 1991.

4 Ce colloque international a eu lieu à Paris au ministère de la Recherche en décembre 1990. Jean-Claude Nicolas Forestier (1861-1930), polytechnicien formé à l’horticulture à l’École Forestière de Nancy, successeur d’Alphand au Service des espaces verts de la Ville de Paris, urbaniste en même temps que créateur de jardins, a connu une notoriété internationale ; il a réalisé des plans d’aménagement et d’extension de villes, des jardins publics et des jardins privés, en France, en Espagne, au Maroc et en Amérique du Sud.

5 Le Grand Prix du paysage lui a été décerné en 1993. Il en est le second lauréat, après Jacques Simon.

6 Le cca a longtemps exercé une sorte d’hégémonie dans le monde du marketing. Beaucoup d’entreprises se référaient à la carte des socio-styles, établie en fonction de catégories moins sociologiques que psychologisantes, des « traditionnels » aux « décalés ». Ainsi, en matière de plantes, les « décorateurs » sont attirés par l’exotique, les « créateurs » sont sensibles à la nouveauté, etc.

7 L’annulation de cette mesure, qui aurait selon certains conduit 3 000 exploitations à la faillite, a été annoncée par le ministère de l’Agriculture en mai 1994.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search