Version classiqueVersion mobile

Vert patrimoine

 | 
Françoise Dubost

5. Jardins historiques : les politiques publiques

Texte intégral

1L’art des jardins, rejeté longtemps parmi les arts mineurs et les techniques artisanales, retrouve sa légitimité culturelle et son rang parmi les arts nobles. Les jardins historiques constituent désormais un nouveau domaine du patrimoine et font à ce titre l’objet d’inventaires scientifiques et de mesures de protection publiques. Enfin le public plébiscite les jardins qui, selon une enquête récente, sont les plus visités de tous les monuments français. On peut vraiment parler de renaissance des jardins, tant leur redécouverte en France, qui s’est accomplie en moins d’une décennie, a été spectaculaire. Or, même si les amateurs ont été encore une fois à l’origine du processus, l’État a joué un rôle décisif de légitimation et de réglementation, et c’est pourquoi ce chapitre est consacré aux acteurs publics. Les jardins historiques ont fait leur entrée dans le patrimoine de façon différente et selon d’autres modalités que les espèces en voie de disparition dont il a été question jusqu’ici, malgré les liens évidents qu’entretiennent les uns et les autres. Ces différences sont significatives et méritent examen.

Le jardin, monument historique

  • 1 Le texte intégral de la Charte de Florence est cité en annexe du livre publié sous la direction de (...)

2Le phénomène de renaissance des jardins n’est pas propre à la France. Les jardins sont entrés dans le patrimoine universel de l’unesco. A condition d’être « historiques ». « Un jardin historique est une composition architecturale et végétale qui, du point de vue de l’histoire ou de l’art, présente un intérêt public, et qui comme tel, doit être considéré comme un monument », c’est la définition donnée par l’article 1 de la Charte de Florence de l’icomos (International Council on Monuments and Sites) en 19811. D’emblée, ce nouveau patrimoine s’est constitué à l’échelle internationale, c’est une des caractéristiques du patrimoine actuel. La création d’un Comité international des jardins historiques au sein de l’icomos date de 1971, à l’issue d’un colloque organisé conjointement par l’icomos et par l’ifla (Fédération internationale des architectes paysagistes). Cette création a été suivie dans de nombreux pays par le lancement d’inventaires et de mesures de sauvegarde. Avec d’un pays à l’autre, des décalages chronologiques et des différences significatives dans la mise en œuvre des politiques, que nous illustrerons ici par des comparaisons entre les cas français, anglais et italien.

3Tous les jardins anciens ne sont pas des jardins historiques. En Grande-Bretagne, par exemple, le Pré-inventaire, effectué sur la base des critères icomos et achevé dès 1979, recensait 227 jardins dont 171 en Angleterre, alors que pour la seule Angleterre, 2 000 jardins étaient alors ouverts au public chaque année, selon l’estimation de l’Office anglais du tourisme. L’ouverture des jardins privés et leur exploitation commerciale a connu un grand essor dès le lendemain de la guerre (Gallagher 1983).

4La qualification historique des jardins anciens est bien entendu l’objet de débats entre spécialistes. Mais au sein des instances internationales, ils se sont accordés sur ce point : un jardin historique est et doit être un monument et, à ce titre, il doit bénéficier de toutes les protections prévues pour cette catégorie d’objets dans les nations modernes – ce qui prouve à quel point le monument reste une valeur-refuge. La classification du jardin dans la catégorie des monuments pose une série de problèmes non encore résolus.

  • 2 Voir le journal scientifique des activités du Comité international des jardins historiques lors de (...)

5Pour une part, ces problèmes sont communs à tous les monuments historiques, et les jardins historiques entrent sans difficulté de principe – à la différence de ce qu’il est convenu d’appeler le patrimoine « ordinaire » – dans cette catégorie qui rassemble traditionnellement des œuvres savantes et singulières. Leur entrée de fraîche date est l’occasion de retrouver, de rajeunir et parfois de renouveler des débats déjà anciens, comme le débat entre partisans de la restauration ou de la restitution, qui date de Ruskin et de Viollet-le-Duc. Mais pour une autre part, les jardins, parce qu’ils sont un patrimoine vivant, constituent une pierre d’achoppement pour les politiques du patrimoine qui traditionnellement s’appliquaient à des objets que l’on pouvait, ou plutôt que l’on croyait pouvoir figer dans leur évolution et muséifier. Or les problèmes spécifiques posés par ce patrimoine vivant qu’est le jardin sont peut-être l’occasion de remettre en cause la démarche patrimoniale tout entière2.

L’action de l’État : inventaire et recherche

6La tutelle des jardins historiques se partage actuellement en France entre trois ministères, le ministère de la Culture (au titre de la loi de 1913 sur la protection des monuments historiques), celui de l’Équipement (au titre de la loi de 1930 sur la protection des sites), et celui de l’Environnement (dont les directions régionales ou diren sont chargées en principe de coordonner les opérations d’inventaires, et où la mission du Paysage a la responsabilité d’un certain nombre d’actions). Ce découpage correspond moins aux nécessités administratives et réglementaires qu’à la chronologie des faits : c’est au ministère de l’Équipement qu’ont été prises les premières initiatives, relayées tardivement mais avec éclat par celui de la Culture.

  • 3 Les jardins sont repérés sur le terrain, selon une lecture « sensible », directe, et après enquête (...)
  • 4 Délégation régionale à l’architecture et à l’environnement. Les drae, missions interministérielles (...)

7Les premières actions menées répondaient aux sollicitations d’associations privées : celles de L’arpej (Association pour l’art des paysages et des jardins) d’abord (son fondateur, l’architecte Michel Racine, fut le premier à entreprendre un recensement des jardins, en Provence et sur la Côte d’Azur), puis celles des associations de propriétaires privés de jardins historiques, très actives par ailleurs à l’icomos. L’intérêt d’une politique publique des jardins n’est alors perçue que par deux ou trois administrateurs en poste à la mission du Paysage, puis à la sous-direction des Espaces protégés, au sein de la direction de l’Architecture et de l’Urbanisme du ministère de l’Équipement. Les premières initiatives partent donc du ministère de l’Équipement et non du ministère de la Culture, qui pouvait sembler le tuteur naturel des jardins historiques. La première idée mise en œuvre est de lancer à l’échelle nationale une opération de pré-inventaire des jardins « remarquables ». « Remarquables » et non pas « historiques » : la démarche ne se fonde pas, comme en Angleterre, sur les critères icomos, et elle se démarque aussi de celle de l’Inventaire général, rattaché au ministère de la Culture3. Le pré-inventaire démarre en 1982, dans certaines régions seulement ; il est conduit, selon les cas, par une association locale, un paysagiste libéral, une drae4, un caue ou un archiviste départemental. Les premiers résultats apportent la preuve de la richesse de ce gisement patrimonial, mais ils sont très hétérogènes. Une grille d’analyse, mise au point durant les années suivantes, servira de guide à partir de 1987. Elle a été élaborée par Michel Conan (1989) en collaboration avec les services de l’Inventaire général, et financée par le ministère de la Culture (qui pour la première fois participe ainsi à l’opération). Le pré-inventaire est encore loin d’être achevé lorsqu’est lancée, à l’initiative conjointe des deux ministères (mais c’est encore Michel Racine qui en a eu l’idée), la campagne « Visitez un jardin en France ». La première a lieu au mois de juin 1989, elle bénéficie d’un fort soutien médiatique et concerne 121 jardins, publics ou privés. La même campagne, élargie à de nouveaux jardins, a été reconduite, toujours au mois de juin, les années suivantes. Pendant ce temps, les opérations d’inventaire se poursuivent, toujours financées par le ministère de l’Équipement, avec la participation facultative des régions et des départements. Théoriquement, elles sont désormais menées dans le seul cadre des institutions publiques, sous la tutelle et le contrôle des services de l’État, les diren dans la plupart des cas, la drac en Poitou-Charentes et à la Réunion. Dans la réalité, les choses ne sont pas toujours conformes à ce principe. Certaines collectivités territoriales ont pris en main l’inventaire par le biais de son financement (à 75 % en Bretagne et en Franche-Comté, dans le Centre, en Bourgogne et en Rhône-Alpes à 50 %) et, du coup, imposent leurs méthodes et leurs partenaires. En Rhône-Alpes, le conseil régional fait mener l’inventaire par les caue ; dans le Centre, la Franche-Comté, la Bourgogne, les conseils régionaux, et en Bretagne, les conseils généraux, ont, depuis 1990, transféré la responsabilité effective de l’inventaire aux associations régionales des parcs et jardins, qui regroupent des propriétaires privés. Dans tous ces cas, la « méthode Conan » a été fortement remaniée et simplifiée, et les opérations ont repris avec, comme disent les responsables de la région Centre, « une logique peut-être moins scientifique, sans doute plus pragmatique et opérationnelle ». Ajoutons que, à l’intérieur même des services publics, les méthodes appliquées ne sont pas toujours les mêmes. En Ile-de-France, elles diffèrent fortement d’un département à l’autre : en Seine-et-Marne, l’inventaire est réalisé par le Service départemental du patrimoine, selon les méthodes très approfondies, sur le plan historique notamment, de l’Inventaire général ; dans l’Essonne et le Val-de-Marne, ce sont les caue qui mènent l’opération, le premier de manière exhaustive, le second en se limitant à un petit nombre de jardins qui font l’objet de campagnes de visites systématiques ; l’iaurif (Institut d’aménagement et d’urbanisme de la région Ile-de-France), chargé de l’inventaire du Val-d’Oise, a comme le caue du Val-de-Marne, un souci de divulgation plutôt que d’exhaustivité. Dans la dizaine de régions où les diren conduisent directement l’opération d’inventaire, les résultats sont inégaux, tantôt remarquables, comme dans les Pays de Loire, et tantôt décevants.

  • 5 Ceux des responsables administratifs qui ont été les premiers à défendre la cause des jardins au m (...)

8Le bilan de dix ans de pré-inventaire, effectué au ministère de l’Équipements en 1993 (Parcs et Jardins remarquables), n’en témoigne pas moins de l’ampleur du travail accompli. Le nombre des jardins repérés atteignait alors 9 065 (avec des chiffres très variables, de 100 à 2 000, selon les régions). Sur ce nombre, 3 170 avaient fait l’objet d’une fiche technique (analyse simplifiée), et 772 d’un dossier complet. La même année 1993, une « mission Jardin », rattachée à la direction du Patrimoine, a été créée au ministère de la Culture sous la responsabilité d’Anne-Marie Cousin5. Elle est chargée de la mise au point d’un système d’informatisation des inventaires de jardins qui permettra de les faire rentrer dans l’Inventaire général. Elle est également chargée de mettre au point un vocabulaire méthodique (il devrait être achevé en 1996) : c’est dire que cet outil a fait jusqu’ici défaut, et que bon nombre d’inventaires déjà réalisés devront être repris sur une base plus scientifique.

9Au total, il y a eu, dans la politique française en matière de jardins, une bonne part d’improvisation et de précipitation. La volonté de sensibiliser le public à la richesse de ce patrimoine a souvent primé le reste, les premières actions menées l’ont été avec des connaissances approximatives et des outils imparfaits. Même si ces derniers, chemin faisant, ont beaucoup progressé, et même si leur harmonisation, désormais prise en main par la direction du Patrimoine, est mieux assurée, la dispersion des responsabilités politiques entre différentes administrations reste un phénomène frappant, notamment pour les observateurs étrangers (Leniaud 1992 ; Hunt 1993). Il n’en est pas moins vrai que l’action persévérante de quelques-uns a permis de légitimer ce nouveau domaine du patrimoine, et montré la nécessité de le connaître pour le préserver.

  • 6 Il faut rappeler le texte précurseur de Jurgis Baltrusaïtis, « Jardins et pays d’illusion », in Ab (...)
  • 7 Sous l’impulsion notamment de Paul Claval qui a souligné l’intérêt de ce thème pour la géographie (...)

10Connaître pour préserver : le principal obstacle à l’application de cette règle indispensable est que le nombre de spécialistes en ce domaine est extrêmement restreint. L’histoire de l’art des jardins, il y a peu de temps encore, était ignorée des historiens de l’art, à l’exception de quelques chercheurs pionniers6. La preuve en est que les travaux de l’Inventaire général, entrepris depuis 1964, ne faisaient aucune place à la description et à l’analyse des jardins, même lorsque ces derniers étaient inclus dans le recensement comme annexe d’un monument. Le lancement d’un inventaire spécifique a eu pour effet de mobiliser un certain nombre de chercheurs et notamment de jeunes chercheurs, historiens de l’art (Mosser 1990), mais aussi historiens ou géographes7 et de développer, en marge des opérations d’inventaire, la recherche universitaire (j’ai eu l’occasion de citer quelques-unes des thèses en cours).

11Par ailleurs, des cours d’histoire de l’art des jardins ont été récemment introduits dans le cursus des écoles professionnelles de paysagistes (ensp de Versailles, École du Paysage de Bordeaux, enith d’Angers), et surtout, une formation de 3e cycle spécialisée dans les jardins historiques a été créée en 1991 à Versailles (par l’ensp et l’École d’architecture). C’est la seule formation de ce genre existant encore en Europe, à l’exception de celle de York (Angleterre).

L’action de l’État : protection et sauvegarde

  • 8 La propriétaire de l’arboretum de Balaine (classé monument historique en 1993) raconte que lorsqu’ (...)

12La protection de l’État s’exerce soit au titre de l’inscription ou du classement à l’Inventaire des Monuments historiques (loi de 1913), soit au titre de la législation sur les sites (loi de 1930), avec la possibilité dans certains cas de cumuler les deux types de protection. Jusqu’à une époque récente, les jardins étaient protégés et entretenus comme partie d’un ensemble monumental, domaine ou château, plutôt que pour eux-mêmes : un peu moins de 600 bénéficiaient d’une protection de ce type. A partir de 1987 des inscriptions et classements à l’Inventaire ont été effectués au titre spécifique de jardins historiques, portant à plus de 900 en 1993 le nombre des jardins protégés. Dans quatre cas sur cinq, il s’agit, pour ces dernières années, d’une inscription et non d’un classement. Un des obstacles au classement, l’absence de spécialistes des jardins aux différentes étapes de l’élaboration et de l’examen du dossier8, a été levé en 1994, avec la création d’une section Jardin à la Commission supérieure des monuments historiques, qui comprend des spécialistes des jardins aux côtés des architectes en chef des monuments historiques qui en font traditionnellement partie.

  • 9 Le jardin de Versailles, ravagé par la tempête du 3 février 1990 (1 500 arbres abattus), en a été (...)

13C’est par des mesures exceptionnelles, plus qu’en utilisant les procédures classiques, que l’État a manifesté son ambition de mener une politique de restauration des jardins. Les premières mesures ont été prises au ministère de l’Équipement, avec des opérations expérimentales entreprises dès 1984-85, suivies depuis par des crédits de réhabilitation, modestes mais régulièrement reconduits ; à partir de 1989, et dans le cadre d’une loi-programme de cinq ans, le ministère de la Culture a de son côté consacré une aide spéciale, d’un montant beaucoup plus important, aux travaux de restauration de jardins publics ou privés, inscrits ou classés à l’Inventaire des monuments historiques. En 1990, 35 millions de francs ont été ainsi attribués aux domaines de l’État9, et 20 millions à des propriétés privées ou à des collectivités territoriales. En 1993, les subventions ont représenté un montant de 70 millions, mais le rapport s’est inversé : 25 millions pour des jardins appartenant à l’État, et 45 millions pour des propriétés des collectivités territoriales ou des propriétés privées. En 1993, une soixantaine de ces restaurations étaient achevées ou en cours pour les domaines autres que ceux de l’État.

La politique des jardins en Angleterre et en Italie

14Il n’est pas question d’en faire ici le tableau détaillé, mais seulement de souligner quelques éléments de comparaison. En Angleterre, la protection n’est pas du ressort de l’État comme en France, mais du gouvernement local (des structures tout à fait analogues existent en Ecosse et dans le Pays de Galles). Seul le cadre législatif est défini à l’échelon national. Par ailleurs, un organisme public national, English Heritage, est chargé des opérations d’inventaire et de la répartition des subventions (peu importantes) de l’État. La section « Historic Parks and Gardens » de English Heritage emploie en tout et pour tout deux personnes, c’est dire combien la structure gouvernementale est réduite. La qualité et l’homogénéité du travail d’inventaire (qui s’est poursuivi après l’achèvement du pré-inventaire en 1979) n’en est que plus frappante. La liste des jardins recensés par English Heritage comprend aujourd’hui environ 1 000 sites. Un travail d’informatisation des archives est actuellement mené à l’Université d’York où existe un centre de documentation et de recherche sur les jardins historiques (avec un seul professeur et un seul assistant). La protection des jardins historiques est assurée dans chaque district par des « conservative officers ». Mais cette protection est aussi largement le fait des associations de sauvegarde, puissantes et actives, et qui depuis toujours collaborent à l’action publique. Autre particularité anglaise, les jardins, dans une large proportion, sont gérés par un organisme philanthropique, le National Trust. Avec son million d’adhérents et des biens fonciers qui en font le troisième propriétaire immobilier d’Angleterre (après la Reine et le ministère de la Guerre) le National Trust est une institution sans équivalent en Europe et impossible à imiter, son existence étant étroitement liée au régime successoral et au système fiscal anglais. A l’exemple du National Trust, un grand nombre de jardins privés se sont ouverts au public dès le lendemain de la guerre. Ce qui en France apparaît comme une nouveauté, est donc acquis de longue date outre-Manche.

15En Italie, par contre, les jardins privés à peu d’exception près restent fermés au public, bien qu’ils bénéficient depuis quelques années d’une aide financière sous forme d’avantages fiscaux. Les propriétaires peuvent déduire de leurs impôts les dépenses affectées à l’entretien du patrimoine, mais non pas les frais de restauration. La faiblesse des crédits publics affectés à la restauration est une des caractéristiques de la situation italienne, qu’il s’agisse de jardins privés ou de jardins publics. La protection de l’État S’exerce essentiellement contre les risques de disparition ou de démantèlement pour les jardins classés monuments historiques au titre des lois de 1939 sur les « beni culturali » et les « bellezze naturali » (qui correspondent aux lois françaises de 1913 et 1930). Cette protection est actuellement beaucoup plus étendue qu’en France, puisqu’on compte plus de 3 000 jardins protégés en Italie. Avec, il est vrai, une répartition très inégale selon les régions : 2 168 sont situés dans le nord du pays, 794 dans le centre, 300 seulement dans le sud, la Sicile exceptée. Autrement dit, contrairement à la législation française, qui limite fortement le nombre des bénéficiaires parce qu’il engage la participation financière de l’État, la législation italienne étend plus largement sa protection défensive mais ne peut résoudre le problème du financement des restaurations. Reste au ministère pour les biens culturels la possibilité de les financer sur son budget propre, mais ce budget est faible, et le patrimoine italien est immense. Quant aux communes, elles se désintéressent généralement du sort de leurs jardins historiques. Beaucoup d’entre eux, devenus jardins publics et utilisés en zone urbaine comme espaces verts, sont dans un état de délabrement manifeste : les jardins de la Villa Doria Pamphili ou ceux de la Villa Borghese à Rome en sont des exemples dramatiques, souvent cités par les spécialistes (Bagatti Valsecchi 1987).

16En fait la situation italienne n’est guère différente de ce qu’était la situation française il y a quelques années, avant que se manifeste l’intérêt des pouvoirs publics pour un patrimoine jusque-là largement ignoré (Le Nevez 1990). Le paradoxe est qu’en Italie, la connaissance de ce patrimoine est beaucoup plus avancée qu’en France. Un grand nombre de publications témoigne de l’activité développée depuis une vingtaine d’années dans plusieurs centres de recherche qui se sont créés en marge de l’institution universitaire : le Centre d’archives italien de l’art des jardins à San Quirico d’Orcia, le Centre d’études de l’histoire et de l’art des jardins à Païenne, le Centre d’études des jardins historiques et contemporains à Pietrasanta. Les jardins historiques sont un des principaux domaines de recherche du Centre de documentation créé à Trévise par la Fondation Benetton. Un service officiel, le Comité pour l’étude et la conservation des jardins historiques, a par ailleurs été créé auprès du ministère pour les biens culturels en 1983 à Rome. Un de ses objectifs était la coordination et la diffusion des inventaires (Cazzato 1992), jusque-là menées de façon ponctuelle et dispersée par les sopraintendenze (services extérieurs du ministère).

La spécificité du patrimoine végétal

17C’est au moment où le jardin fait l’objet d’une restauration, qu’apparaissent clairement tous les problèmes posés par la classification d’un jardin dans la catégorie des monuments. La notion actuelle de restauration implique de restituer une image fixée du passé. Premier problème : quel passé choisir dans les passés successifs du lieu ? La question se pose aussi bien pour les monuments, mais les remaniements apportés au bâti l’étaient moins systématiquement qu’aux jardins, périodiquement remis au goût du jour par leur propriétaire. Les cas de jardins qui ont conservé le même tracé depuis l’époque de leur création sont rarissimes. Ainsi, le jardin du Luxembourg, considéré comme le type du jardin à la française, est en réalité un jardin composite dont le tracé initial a été plusieurs fois remanié. Le parc de Chantilly est à lui seul un véritable panorama de l’art des jardins : les jardins Renaissance ont été agrandis aux dimensions d’un parc de grande envergure et d’un domaine forestier par Le Nôtre, un jardin de style anglo-chinois avec un hameau rustique a été ajouté en 1775, un parc paysager créé par le prince de Condé en 1820 sur les ruines laissées par la Révolution, de nouveaux et importants remaniements ont été apportés en 1873 par le duc d’Aumale, dernier propriétaire privé de Chantilly, qui appartient aujourd’hui à l’Institut de France.

  • 10 Elles ont été par ailleurs largement développées lors des colloques de l’icomos, notamment par Car (...)

18La tendance des restaurateurs à vouloir retrouver le jardin originel, à privilégier une époque aux dépens d’une autre ou à le reconstituer quand il a disparu, est encore vivace aujourd’hui. Les débats de doctrine autour des questions de réhabilitation, restitution, restauration ou création restent ouverts (voir Mosser 1992 ; Matteo 1993). Ils sont communs à tous les monuments historiques. Ils ne sont pas nouveaux, comme l’a récemment rappelé Françoise Choay en retraçant les débats du xixe siècle entre les partisans de la restauration conservative et ceux de la restauration interventionniste : Ruskin contre Viollet-le-Duc (Choay 1992). Les reconstitutions sont vivement combattues par bon nombre de spécialistes et notamment par les rédacteurs de la Charte de Florence qui ont posé en principe que « l’intervention de restauration doit respecter l’évolution du jardin ». Isabelle Auricoste (1990) a souligné les implications de ce principe10, à partir d’un cas concret, celui du parc de Chantilly. Les auteurs de l’étude préalable menée en vue de la restauration du parc, se sont efforcés de dégager les caractéristiques qui, à travers ses passés successifs, en ont fait la singularité. Ce qui supposait une analyse historique et un état des lieux très approfondis, menés par une équipe pluridisciplinaire, ce qui fut précisément le cas à Chantilly. Seule une recherche préalable de ce type permet de se fonder sur la « convenance des lieux » – une notion qui ne s’applique pas seulement au jardin – et de trouver la solution à de multiples questions. Quelle part accorder aux anachronismes, aux formes modernes, aux éléments introduits depuis le plan d’origine ? Comment rendre sensible et perceptible à des regards contemporains la signification de formes créées pour d’autres regards dans un autre temps ?

19Tous ces problèmes ne sont pas propres au jardin. Par contre, la restauration des jardins pose des problèmes spécifiques, et d’abord, parce qu’il met en œuvre des matériaux vivants. Comme le note encore Isabelle Auricoste, la création de formes à partir d’un matériau végétal en constante évolution, qui se développe, change d’ampleur et finit par mourir, a été de tout temps « l’un des ressorts importants de la création et de l’invention dans les jardins. De l’art topiaire jusqu’aux plates-bandes vivaces de Gertrude Jekyll en passant par les cultures en pot, les parterres de broderie et la “gestion pâturée” du paysage, un grand nombre de solutions techniques permettant de maîtriser ou de contrôler la vitalité végétale a été à l’origine de styles spécifiques. Mais, conçues dans des conditions historiques déterminées, elles n’étaient pas forcément destinées à durer au delà. Telle est précisément la nouveauté de la situation ». (Auricoste 1990, op.cit : 99). Quand le jardin devient monument historique, on n’est plus dans le cas de figure d’un propriétaire aux goûts souverains qui transforme les lieux à son gré, ce qui était le cas dans le passé. L’impératif devient de conserver le passé, y compris dans l’avenir. Cette gestion nécessaire du futur implique « la maîtrise de l’évolution naturelle de la végétation, la gestion des disparitions et des remplacements, qu’il est nécessaire de prévoir et d’organiser afin d’assurer la plus grande continuité possible dans les apparences, des techniques de gestion planifiant des cycles végétatifs longs, variables selon la longévité des différentes espèces présentes ». (ibid. : 99). Concrètement, ce principe se traduit par des choix et des décisions souvent délicates, quand il faut faire face, par exemple, au vieillissement simultané d’un grand nombre d’arbres supports de la composition, ou à un accident. La catastrophe de la tempête de 1990 à Versailles a montré que, dans ce cas, les deux causes étaient cumulées. Il n’y avait plus alors d’autre solution que la campagne d’abattage et de remplacement en masse dans certaines parties du parc. Mais elle a été accompagnée, pour d’autres parties, d’un programme de régénération étalé dans le temps, tenant compte du cycle végétatif de chaque espèce et de son rôle comme élément plastique dans la composition (Lablaude 1993).

20Dans la gestion du jardin, le végétal n’est pas seul en cause. L’eau est également un élément capital, comme le montre encore l’exemple de Chantilly analysé par Isabelle Auricoste. Le projet de restauration initial impliquait la remise en état des ouvrages de Le Nôtre, canaux, fontaines et jeux d’eau. L’équipe de recherche s’est livrée à une analyse très rigoureuse du système hydraulique de Chantilly – analyse historique, géographique, pédologique, etc. et a pu établir que la dégradation actuelle, due à plusieurs facteurs – entretien inexistant pendant près d’un siècle, dégâts causés par le passage de nouvelles canalisations (eau potable, électricité, etc.) dans le réseau de drains enterrés – provoquait un engorgement du sol. Toute une partie du parc se transformait ainsi peu à peu en marécage, entraînant la dégradation et à terme la disparition de la végétation non hygrophile, limitant aussi le choix des essences dans un projet de replantation. Ainsi le drainage efficace du terrain – et pas seulement le curage du grand canal envisagé au début – se révélait nécessaire. La résolution des difficultés créées par l’eau se révélait le préalable indispensable pour reconstituer une composition végétale satisfaisante et viable.

21Les conclusions d’Isabelle Auricoste illustrent de manière concrète les recommandations de la Charte de Florence. Sur la nécessité d’établir un bon diagnostic, fondé sur une recherche préalable mobilisant toutes les compétences requises. Sur la nécessité ensuite d’accompagner la restauration d’un plan de gestion à long terme. Sauf à renouveler l’opération tous les trente ou cinquante ans afin de retrouver périodiquement un état idéal (et idéalisé), la restauration ne peut se limiter à une remise en état des lieux. Elle doit être suivie d’une gestion à long terme, qui permette « de composer avec la dynamique de la vie végétale, de la prévoir et de la contrôler pour obtenir une stabilité des apparences et des structures majeures dans un système en permanente évolution » (ibid. : 125).

La valorisation du patrimoine

22La question du « gouvernement des jardins » (Paradisi Ritrovati, 1991) se pose avec une acuité extrême à propos des jardins historiques, parce qu’ils sont vivants et périssables. Mais de façon moins évidente ou depuis longtemps occultée, tout patrimoine est vivant et périssable. D’où l’intérêt de ce cas-limite qui devrait permettre de poser en d’autres termes les problèmes de conservation. En mettant notamment l’accent sur l’importance de la gestion et de l’entretien, trop souvent négligés dans les prévisions budgétaires, et qui permettraient d’éviter de coûteuses restaurations.

  • 11 Sur la renaisssance de la tendance interventionniste chez les spécialistes de la restauration, et (...)
  • 12 L’étude de Jean Davallon (1992) pour le Musée Dauphinois en est une illustration, dans le contenu (...)
  • 13 L’allégorie du patrimoine, voir en particulier le chapitre 6, « Le patrimoine à l’âge de l’industr (...)
  • 14 Caisse nationale des monuments historiques et des sites.

23Force est bien de constater que la tendance actuelle ne va guère dans ce sens. Des opérations spectaculaires ont été menées ces dernières années, qui sont des restitutions plutôt que des restaurations proprement dites11. Elles vont de pair avec un glissement des politiques publiques de la protection à la « valorisation » du patrimoine, fondé sur l’idée que les richesses patrimoniales sont un atout du développement économique et social, que les « gisements culturels » peuvent et doivent être utilisés à des fins marchandes, et notamment servir au développement touristique. Un colloque organisé à la Sorbonne par le ministre de la Culture, Jack Lang, en février 1983, et intitulé « Création et développement » avait donné le signal et apporté la caution de l’État à cette nouvelle donne. Dès lors se sont multipliés les « entrepreneurs culturels », notamment sous la forme de bureaux d’ingénierie culturelle qui appliquent la logique d’exploitation marchande et mobilisent des techniques empruntées à l’économie, au marketing, aux sciences sociales et aux sciences de la communication, pour transformer l’objet patrimonial en « produit » patrimonial12. Cette évolution a provoqué de vives réactions, entre autres celles de Françoise Choay et celles de Jean-Michel Leniaud dans les ouvrages déjà mentionnés, qui ont paru l’un et l’autre en 199213. Anne-Marie Lecoq (1993) constate quelque temps après : « Au cours de l’année 92, l’État central semble avoir fait machine arrière et la cnmhs14 a pris ses distances avec les officines d’ingénierie culturelle. Mais dans les régions et les départements, où les pouvoirs locaux ont pris le relais, et chez les propriétaires privés, on a beaucoup moins de raisons que l’État central, héritier des Lumières et gardien des “lieux de mémoire” de la nation, de se laisser aller à ces états d’âme. »

24Grâce à Roy Strong (Petits jardins de style, 1992), les propriétaires privés disposent depuis peu d’une série de modèles leur permettant de réaliser, sur des surfaces réduites, des jardins à l’ancienne : un jardin de la fin du Moyen-Age (d’après l’iconographie flamande du xve siècle), un jardin de la Renaissance italienne (inspiré tout particulièrement par les villas médicéennes, Poggio, la Ambrogiana, la Petraia), un jardin classique français (la superficie réduite oblige à le limiter à son parterre de buis, une note néanmoins signale que le bac Versailles, pour les citronniers et orangers, est encore disponible aujourd’hui), un jardin paysager (avec allée sinueuse et bosquets, sans oublier le boulingrin), un jardin à fleurs Regency, une roseraie victorienne, un jardin de cottage anglais, etc.

La mode des jardins moyenâgeux et renaissants

  • 15 Rappelons cependant la restauration du jardin de Monet à Giverny par une fondation américaine à la (...)
  • 16 Les « pays d’accueil », regroupements intercommunaux pour la valorisation touristique, sont une fo (...)

25Quant aux collectivités territoriales et locales, il est de fait qu’elles multiplient actuellement la commande de jardins à l’ancienne, créés de toute pièces aux abords d’un monument historique. Avec une très vive préférence pour les évocations du Moyen-Age et de la Renaissance, et il en est de même pour les sponsors privés. En matière de jardins historiques, le mécénat en France en est tout juste à ses débuts (contrairement à l’Angleterre ou à l’Italie)15. La mission du Paysage au ministère de l’Environnement, tout spécialement chargée de développer ce mécénat, a organisé en décembre 1993, une « Journée Parcs, Jardins et Mécénat » où étaient présentés les projets ou réalisations en cours, avec la participation des entreprises concernées. Parmi les réalisations, citons le jardin de l’Hôtel-Dieu à Tonnerre, un jardin public de style renaissant, financé par la municipalité avec une participation de la firme de produits pharmaceutiques ciba ; parmi les projets, un jardin médiéval de plantes médicinales au château de Tarascon, un autre jardin médiéval, qui sera planté d’essences à la fois médicinales et méditerranéennes aux abords de la basilique de Saint-Maximin – deux opérations également financées par les collectivités publiques, avec la participation du Crédit Agricole. Citons encore le projet « Circuit Pays d’accueil en Gâtine », commun à plusieurs communes16, qui prévoit un jardin de plantes médicinales au pied d’une commanderie de templiers et, au château de la Guyonnière, un jardin d’inspiration médiévale avec deux clos où se mélangeront plantes potagères et plantes d’ornement, et auquel s’ajoutera un « jardin des sens ». Ce ne sont là que quelques exemples de cette floraison de jardins de style médiéval ou renaissant, qui abritent dans un enclos des carrés de légumes et de simples, et un verger en fruits « d’époque ». Bon nombre de ces projets sont dus à l’initiative d’une association locale de sauvegarde d’un site ou d’un monument (j’en ai cité quelques-uns au chapitre précédent) et sont ensuite repris par la municipalité ou une autre collectivité publique ; le sponsor se contente généralement d’apporter une dernière pierre à l’édifice, quand il s’en trouve un (au colloque cité ci-dessus, les propriétaires ou responsables de jardins se pressaient en foule, mais les sponsors étaient fort peu nombreux). Mais il arrive que la réalisation soit directement l’œuvre du mécène, avec le risque que ce dernier la considère avant tout comme un support publicitaire. La firme de produits de beauté Yves Rocher ne laisse ainsi ignorer à personne la part qu’elle a prise dans la création du jardin médiéval de l’abbaye de Fontevraud.

26Pourquoi l’actuel succès du Moyen-Age et de la Renaissance ? Les manoirs, châteaux, abbayes et prieurés datant de cette époque sont légion. Dans l’esprit de certains commanditaires publics, il est bon désormais de les valoriser par la création d’un cadre « assorti », qui permet aux visiteurs de prolonger leur visite ou même de la susciter. Par ailleurs, les jardins de ce style peuvent être de dimension réduite, deux carrés, trois plates-bandes et un verger. Elles peuvent donc ne pas coûter trop cher et mieux convenir à la modestie des finances locales qu’un jardin à la française ou qu’un parc paysager. Mais il serait dommage de s’en tenir à ces explications triviales. La mode des jardins moyenâgeux ou renaissants est aussi le symptôme de tendances plus profondes. Parmi les espèces en voie de disparition dont la sauvegarde a suscité le vigoureux mouvement associatif décrit plus haut, figurent en bonne place les espèces alimentaires et condimentaires. Et l’on sait le succès des plantes médicinales avec le développement des thérapies douces. Ce désir de conserver la mémoire de pratiques jardinières et de savoirs millénaires, de retrouver une relation perdue avec la plante commune, celle qu’on chasse à coup de pesticides et dont chacun connaissait autrefois les vertus gustatives ou les pouvoirs guérisseurs, ce désir-là inspire nombre de militants associatifs. Il inspire aussi la démarche érudite et sensible de Pierre Lieutaghi (1992) et sa réalisation de jardin médiéval à Salagon (Alpes-de-Haute-Provence) : on y retrouve l’image, l’odeur et la saveur d’un potager avant la découverte de l’Amérique, avec ses fèves, ses raves et ses choux, avec, dans ses parterres médicinaux, les herbes des fièvres et des refroidissements, les plantes vulnéraires, celles des maux de ventre, etc.

27La tendance bien contemporaine à transformer en objets esthétiques des objets à vocation utilitaire, est cependant manifeste dans ces créations modernes. Les simples et les légumes ne sont pas destinés à soigner la maladie ou à remplir l’estomac, ils sont là pour le simple plaisir de l’œil ou de l’évocation du passé. La différence d’aspect est manifeste pour quiconque est familier des potagers paysans ou des jardins ouvriers. Or il n’est pas facile d’échapper à cette esthétisation et de pallier ses artifices. Isabelle Auricoste, qui a reconstitué le potager de George Sand à Nohant, avait espéré que le jardinier chargé de son entretien et qui réside sur place, y cultiverait ses légumes. Mais le jardinier préfère acheter ses salades au supermarché, et le potager de Nohant ne vit que pour le regard des visiteurs.

28Si certaines réalisations sont d’ampleur réduite, d’autres mobilisent des financements importants, et c’est notamment le cas lorsqu’il s’agit de travaux de prestige soutenus par des conseils généraux et qui doivent contribuer à l’image de marque du département. Ainsi les opérations de création-reconstitution menées à Chamerolles (Loiret), à Joinville (Haute-Marne) et à La Roche-Jagu (Côte d’Armor). A Joinville et à Chamerolles, elles sont l’œuvre de l’architecte en chef des Monuments historiques du département, qui a puisé son inspiration dans des documents historiques divers. Le cas de La Roche-Jagu est différent, il s’agit d’une opération menée dans le cadre de la politique de réhabilitation entreprise dès 1985 par le ministère de l’Équipement, qui assure pour moitié le financement des travaux, l’autre moitié étant prise en charge par le département. Le château qui date du début du xve siècle, classé monument historique en 1930, a été acquis par le conseil général en 1968. Il a depuis été restauré et transformé en centre culturel. Il est situé sur un éperon rocheux qui domine le Trieux, un site admirable auquel la végétation spontanée qui entoure le château conserve un aspect assez rude et sauvage. Je l’ai visité en avril 1993, alors qu’il était en plein chantier. Un vaste panneau disposé à l’entrée du domaine indique que le conseil général des Côtes d’Armor souhaite faire du domaine de la Roche-Jagu un site touristique d’intérêt régional, et qu’il concrétise ce souhait (la participation du ministère de l’Équipement n’est pas mentionnée) par la création d’un parc contemporain d’inspiration médiévale, où auront lieu des animations en rapport avec cette époque. La première tranche des travaux, presque achevée, était consacrée aux remparts soutenant la terrasse du château, avec des étages successifs reliés par des escaliers qui permettront aux visiteurs de circuler plus facilement sur la pente. La qualité des matériaux utilisés et le soin apporté à leur appareillage en font une réalisation spectaculaire. Qui n’est fondée, au demeurant, sur aucune recherche archéologique ou historique précise. Il s’agit de la libre création du jeune paysagiste chargé de l’élaboration et de l’exécution du projet, Bertrand Paulet. Les prochaines tranches de travaux sont largement décrites dans le projet et ont fait l’objet d’une présentation détaillée dans la presse locale (Armor Magazine juil-aôut 1992). On trouvera aux abords immédiats du château trois petits jardins « d’évocation médiévale », un « jardin d’agrément et de plaisirs », avec fontaine et genévriers taillés, rosiers et banquettes fleuries, et deux autres plantés de simples et d’espèces aromatiques. Plus loin sont prévus un « sentier des senteurs », et un « verger enchanté ». Dans l’allée d’accès au château, les hêtres atteints par la limite d’âge seront remplacés par des chênes pédonculés, ceux-là mêmes qui composaient « l’antique forêt bretonne ». Il y aura encore, utilisant la source qui mène à d’anciens bassins de rouissage du lin, des jeux d’eau « à la manière des légendes arthuriennes », canalettes, gargouilles musicales, chutes et cascades, miroirs, ponts et gués. Sans compter la palmeraie créée à l’emplacement d’une ancienne carrière, pour évoquer le retour des Croisades et la découverte de l’Orient par les chevaliers. L’imagination des commanditaires, comme celle du public, ne peut que s’enflammer à ces évocations poétiques. On voit bien là le rôle considérable qui est celui du discours d’accompagnement pour faire « passer » un projet : les paysagistes, comme les architectes l’ont bien compris. De même qu’ils savent qu’une opération de prestige exige des travaux coûteux et des mises en scène spectaculaires. Dans le projet de B. Paulet, de multiples plantations, ici des jardins sophistiqués de camélias, d’hortensias et de rhododendrons, et là des espèces botaniques à la bretonnité garantie, arbousiers et cistes de Landernau, étaient ainsi destinées à remplacer la friche de genêts qui cerne le château. En avril, lors de ma visite, les genêts en fleurs composaient une scène si remarquable qu’on ne pouvait s’empêcher de s’interroger sur la nécessité de les supprimer, et plus largement, sur le risque de porter atteinte, par des aménagements trop sophistiqués, au caractère du lieu et à sa grandeur austère. J’ai su, depuis, que ce sentiment, partagé par les commanditaires, les a incités à demander au paysagiste de réviser son projet et d’aménager la friche plutôt que de la faire disparaître.

29Le cas de la Roche-Jagu est intéressant à bien des égards. Il illustre, une fois encore, la volonté des conseils généraux de se fabriquer une image de marque par des opérations prestigieuses. Mais, contrairement à d’autres opérations présentées comme des restaurations ou des réhabilitations, il a été clair dès le départ qu’il s’agissait ici de création contemporaine, s’inspirant librement du passé. C’est, tout aussi clairement, le parti-pris du paysagiste Gilles Clément qui a récemment réalisé les jardins de l’abbaye de Valloires et ceux du château de Blois. Et l’on sait que ce parti-pris a ses lettres de noblesse, qu’il a été celui du docteur Carvalho à Villandry, pour ne citer que cet exemple illustre de jardin Renaissance créé au début du xxe siècle. Les problèmes posés par ce type d’opération ne sont pas de principe ou de légitimité, ce sont des problèmes concrets. Le respect de la convenance des lieux en est un. Un autre est l’insuffisance ou l’incompétence de l’entretien, une fois le jardin achevé, une fois terminée la mission de l’architecte ou du paysagiste. Insuffisance et incompétence qui peuvent rapidement compromettre l’œuvre réalisée. La présence de personnels qualifiés, l’importance des crédits d’entretien et de gestion, sont pour la sauvegarde des facteurs indispensables. La nécessité en est clairement reconnue (Matteo 1993), et la formation des jardiniers est actuellement l’une des préoccupations majeures de la mission Jardin. Mais l’obstacle administratif est loin d’être levé (les crédits affectés sont des crédits d’investissement et non de fonctionnement), ce qui montre à quel point les procédures de protection traditionnelles restent inadaptées à ce patrimoine spécifique des jardins.

Le public des jardins

  • 17 Les résultats de cette enquête ont été publiés dans le Monde du 16 septembre 1993. 50 % des França (...)
  • 18 L’étude comportait deux enquêtes par questionnaires, l’une portant sur un échantillon de 94 propri (...)

30En 1993, l’Institut Louis-Harris a effectué, pour le compte de la Caisse nationale des monuments historiques, une enquête sur le patrimoine public, et notamment sur sa fréquentation. Les jardins sont arrivés largement en tête du hit-parade17. Pendant longtemps, on s’était peu soucié dans l’administration publique des goûts du public pour ce domaine particulier, englobé dans celui du patrimoine bâti : à Versailles ou à Chantilly, on ne songeait guère à distinguer les visiteurs du parc de ceux du château. Ils se confondent d’ailleurs souvent dans la réalité, de même que se confondent, dans un jardin historique qui est en même temps un jardin public, les visiteurs épris d’art et d’histoire, et les simples promeneurs. Autrement dit, l’intérêt pour la qualité esthétique ou historique des jardins ne peut être cerné dans le cadre d’une enquête aussi générale que celle qui vient d’être citée. Or les enquêtes spécifiques sont fort rares, et limitées au cas particulier de quelques grands parcs publics : Versailles, Chantilly, Saint-Germain-en-Laye. Citons pour l’Italie l’enquête sur le parc de Caserte, et pour l’Espagne, celle sur le parc du Buon Retiro à Madrid ; en Angleterre, l’étude de Janet Gallagher, Visiting Historic Gardens…, plus large et menée selon des critères scientifiques solides, est déjà ancienne puisqu’elle date de 198318.

  • 19 Il n’y a pas si longtemps, le code de bon usage était affiché à l’entrée des parcs, sous la forme (...)

31A Chantilly (Lazzorotti 1991), l’enquête dessine le profil d’un visiteur-type, d’âge moyen (les retraités, comme les enfants, sont peu nombreux), cultivé (la proportion des enseignants est très forte) et plus féminin que masculin. Ce visiteur-type est celui de Chantilly, où l’on vient exprès pour visiter un parc et un château historiques. Il n’est pas celui d’autres jardins, tout aussi historiques, mais qui sont situés en plein centre urbain, et dont la fréquentation et l’usage sont, de ce fait, bien différents. L’enquête de Saint-Germain-en Laye (Barthe 1992) a tenté de cerner ces différents usages et d’en construire la typologie. Certains visiteurs viennent de loin, beaucoup même de l’étranger, d’autres habitent le quartier. Certains sont venus pour l’intérêt historique et esthétique du lieu, d’autres pour se promener, se détendre, flâner. Il y a ceux qui fréquentent le parc par amour de la nature, ceux qui viennent pour sortir les enfants et ceux qui viennent pour promener les chiens ; ceux qui traversent le parc pour se rendre ailleurs, ceux qui font du parc leur terrain de sport et ceux qui en font un lieu de rencontre. Bref, une multiplicité d’usages, auxquelles s’ajoutent encore les usages délictuels, marcher sur les pelouses interdites ou se droguer dans les buissons19.

  • 20 Elle a été réalisée par l’agence arcmc (Analyse, recherche et conseil en marketing et communicatio (...)

32« Un jardin historique ne devrait pas être utilisé comme un espace de loisirs » : formulée par Colette di Matteo (1993), la sentence peut paraître abrupte et refléter le point de vue rigoureux d’une spécialiste d’histoire de l’art. Mais Pierre Sansot (1993), qui fait l’éloge des jardins publics et de leurs vertus démocratiques ne dit pas autre chose : « Que l’on assigne une fonction trop précise à un jardin, que l’on transforme les amateurs en usagers et il ne reste plus qu’un nom vidé de sa signification ». Et encore : « Le jardin ne doit pas devenir un service parmi d’autres, au même titre que la gym tonic, le scrabble, le tennis, la danse acrobatique, les jeux informatisés. Il mérite mieux que cela. Si nous lui accordons la souveraineté qui lui est due, il ne s’inscrira jamais dans une sorte de “ludotorium généralisé”. Cette mise en garde intervient alors même que la Caisse des monuments historiques et des sites cherche à répondre aux demandes du public concernant l’information ou les équipements, demandes que les deux enquêtes citées ci-dessus, de même que celle de Versailles20, ont mises en relief. On se préoccupe désormais dans l’administration d’attirer le public, ce qui n’était nullement le cas auparavant, et ce renversement d’attitude se produit au moment où se pose dans certains jardins historiques le problème de la sur-fréquentation. C’est le cas dans le célèbre jardin de Sissinghurst en Angleterre, menacé de destruction par son succès même, et où il a fallu se résoudre à limiter le nombre des entrées. C’est aussi le cas du jardin du Luxembourg à Paris, que fréquentent journellement 10 000 personnes, des familles du quartier aux étudiants des facultés voisines et aux Japonais des Tours operators.

  • 21 Ce sont : Demeures historiques, Vieilles Maisons françaises, le Comité des Parcs et Jardins de Fra (...)
  • 22 Elles sont détaillées, région par région, dans le bilan du ministère de l’Equipement, Dix ans de p (...)

33Mais pour les jardins qui n’ont pas la notoriété de Saint-Germain-en-Laye ou du Luxembourg, le problème est bien d’accroître la fréquentation. La campagne « Visitez un jardin » menée à l’échelle nationale avait précisément pour objectif de mieux faire connaître le patrimoine public, mais aussi, et c’était la grande nouveauté de l’opération, le patrimoine privé. Elle a permis de faire la publicité de jardins privés dont certains n’étaient que depuis peu ouverts au public. Le comité de la campagne s’est d’ailleurs élargi à de nombreux partenaires, il comprenait en 1993, outre les représentants des administrations publiques, ceux de sept associations nationales dont cinq regroupent des propriétaires privés21 et trois sponsors, la société Damblemont, Kodak-Pathé et la revue Mon jardin et ma Maison. Par ailleurs la campagne nationale a été fortement relayée à l’échelon régional et départemental, où l’opération de pré-inventaire a donné lieu à une série de colloques, d’expositions, de publications, et de visites guidées22.

34Si l’on a encore peu d’informations en France sur les visiteurs de jardins, surtout lorsqu’il s’agit de jardins privés, on en a encore moins sur les effets de l’ouverture d’un jardin au public. L’engrenage dans lequel peut alors se trouver entraîné le responsable du jardin, m’a été fort bien décrit par le propriétaire du manoir d’Eyrignac en mai 1993. Ce jardin a figuré dès le début des campagnes « Visitez un jardin en France » sur la liste officielle des « jardins remarquables » (121 en 1989, 128 en 1991), sous la rubrique suivante : « Créé au xviiie siècle pour accompagner une charmante gentilhommière du xviie siècle, ce jardin à la française défiguré au cours des ans a été remis dans son état d’origine ces trente dernières années. » En fait, il s’agit bien d’un jardin « à la française », c’est-à-dire d’inspiration classique, mais il a été créé de toutes pièces au début des années soixante par son propriétaire d’alors, Gilles Sermadiras de Pouzols de Lile, à la place du jardin dix-neuvième, avec palmiers et roseraie, qui entourait le manoir et le pigeonnier du xviiie. Comme le raconte lui-même son fils, propriétaire actuel d’Eyrignac, Gilles Sermadiras ne s’est pas inspiré d’un plan d’origine qui n’existait pas, ni même d’aucun autre jardin, et son jardin est une libre invention de formes géométriques, allées de charmes en spirales, colonnades d’ifs et parterres de buis. L’ouverture du jardin au public n’a pas résulté d’un choix délibéré. Patrick Sermadiras avait demandé l’inscription des bâtiments aux monuments historiques, les inspecteurs ont proposé d’inclure le jardin, et le dossier est passé dans la première grande fournée de 1987. Le jardin est alors ouvert au public, et reçoit, dès l’été 1987, 700 visiteurs. Le propriétaire se décide du coup à organiser les visites pour de bon, elles augmentent d’année en année, elles atteignent 68 000 en 93. Entre temps, le propriétaire, qui faisait lui-même la visite au début, a engagé un personnel progressivement plus nombreux : en 93, il employait 3 guides, un caissier et quatre jardiniers à plein temps, plus une entreprise qui se charge de la taille de printemps. Il a aménagé des bâtiments d’accueil qui abritent guichet, comptoir de vente de brochures et panneaux retraçant l’histoire des lieux, plus une crêperie. Il a installé un arrosage automatique parce qu’on ne peut offrir au public de l’herbe transformée en paillasson de juillet à septembre par le soleil du Périgord, installé des massifs de vivaces parce que le public aime les fleurs, et résolu le problème du piétinement en excluant du circuit les endroits trop fragiles, que les visiteurs doivent désormais regarder de loin sans y passer. Le succès même de l’entreprise entraînant des coûts croissants, il faut développer encore l’exploitation commerciale, trouver des moyens nouveaux, organiser colloques et réceptions, créer de nouveaux espaces. Sans pouvoir toujours maîtriser ce qui modifie le caractère du lieu, quand il cesse d’être un lieu intime pour devenir un lieu public.

17. Château de la Roche Jagu (Côtes d’Armor). Friches de genêts, avril 1992

17. Château de la Roche Jagu (Côtes d’Armor). Friches de genêts, avril 1992

18. Parc Citroën (Paris). Le « jardin en mouvement », mai 1994

18. Parc Citroën (Paris). Le « jardin en mouvement », mai 1994

19. Parc Citroën. Le « jardin en mouvement », mai 1994

19. Parc Citroën. Le « jardin en mouvement », mai 1994

20. Jardin public, banc public. Le Luxembourg, mai 1994. Photo Nathalie Troxler

20. Jardin public, banc public. Le Luxembourg, mai 1994. Photo Nathalie Troxler

21. Jardin public, banc public. Parc Citroën, le « jardin bleu », mai 1994

21. Jardin public, banc public. Parc Citroën, le « jardin bleu », mai 1994

22. Jardin du Luxembourg, mai 1994. Jeux éducatifs (les enfants de Piaget)

22. Jardin du Luxembourg, mai 1994. Jeux éducatifs (les enfants de Piaget)

23. Jardin du Luxembourg, mai 1994. Création solitaire, (les enfants de Bachelard). Photo Nathalie Troxler

23. Jardin du Luxembourg, mai 1994. Création solitaire, (les enfants de Bachelard). Photo Nathalie Troxler

24. Jardin du Luxembourg, mai 1994. Le coin des joueurs d’échec

24. Jardin du Luxembourg, mai 1994. Le coin des joueurs d’échec

25. Jardin du Luxembourg, mai 1994. Les adeptes de gymnastique chinoise. Photo Nathalie Troxler

25. Jardin du Luxembourg, mai 1994. Les adeptes de gymnastique chinoise. Photo Nathalie Troxler

26. Jardin du Luxembourg, juillet 1992 Photo rituelle, programmée par les Tours Opérators, des touristes asiatiques devant la statue de la Liberté

26. Jardin du Luxembourg, juillet 1992 Photo rituelle, programmée par les Tours Opérators, des touristes asiatiques devant la statue de la Liberté

27. Parc de Sceaux. Bosquet nord, dimanche de Pâques 1994 Pique-nique des Japonais de Paris sous les cerisiers en fleurs

27. Parc de Sceaux. Bosquet nord, dimanche de Pâques 1994 Pique-nique des Japonais de Paris sous les cerisiers en fleurs

28. Parc de la Villa Doria Pamphili à Rome. Un dimanche de mai 1994

28. Parc de la Villa Doria Pamphili à Rome. Un dimanche de mai 1994

29. Parc de la Villa Doria Pamphili à Rome, mai 1994 « Le jardin historique ne devrait pas être utilisé comme un espace de loisir » (di Matteo 1993)

29. Parc de la Villa Doria Pamphili à Rome, mai 1994 « Le jardin historique ne devrait pas être utilisé comme un espace de loisir » (di Matteo 1993)

30. Jardin botanique de Padoue, créé en 1545, mai 1992

30. Jardin botanique de Padoue, créé en 1545, mai 1992

31. Jardin des plantes de Montpellier, créé en 1593, octobre 1992

31. Jardin des plantes de Montpellier, créé en 1593, octobre 1992

32. Jardin des plantes de Paris. Le jardin alpin, mai 1994

Notes

1 Le texte intégral de la Charte de Florence est cité en annexe du livre publié sous la direction de Monique Mosser et Georges Teyssot, Histoire des Jardins, de la Renaissance à nos jours, 1992.

2 Voir le journal scientifique des activités du Comité international des jardins historiques lors des 17 colloques qui se sont tenus entre 1971 et 1989. Il a été publié en 1993, sous le titre Jardins et Sites historiques.

3 Les jardins sont repérés sur le terrain, selon une lecture « sensible », directe, et après enquête auprès des propriétaires. Les trois critères retenus sont ceux de l’intérêt historique, botanique et paysager. Sur la différence de cette démarche avec celle de l’Inventaire général, voir Colette di Matteo, 1993.

4 Délégation régionale à l’architecture et à l’environnement. Les drae, missions interministérielles, ont été plus tard remplacées par les diren, services extérieurs du ministère de l’Environnement.

5 Ceux des responsables administratifs qui ont été les premiers à défendre la cause des jardins au ministère de l’Équipement se trouvent désormais en poste, et ce n’est pas un hasard, à la direction du Patrimoine au ministère de la Culture.

6 Il faut rappeler le texte précurseur de Jurgis Baltrusaïtis, « Jardins et pays d’illusion », in Aberrations. Essai sur la légende des formes, Paris, Olivier Perrin, 1957 (réédité chez Flammarion en 1983). Monique Mosser, qui a co-dirigé la monumentale Histoire des Jardins citée ci-dessus, a commencé à publier sur ce thème dès le début des années soixante-dix, de même qu’Olivier Choppin de Janvry, dont le savoir historique et les interventions ont sauvé le Désert de Retz. L’exposition organisée par la Caisse nationale des monuments historiques et des sites à l’hôtel de Sully en 1977 (Jardins en France, 1760-1820) a été l’une des premières manifestations de l’intérêt des pouvoirs publics pour la question.

7 Sous l’impulsion notamment de Paul Claval qui a souligné l’intérêt de ce thème pour la géographie culturelle (1989). Voir la thèse de Franck Debié, menée sous sa direction, et qui a été publiée en 1992 (Jardins de capitales).

8 La propriétaire de l’arboretum de Balaine (classé monument historique en 1993) raconte que lorsqu’elle a pour la première fois voulu constituer un dossier, l’architecte des bâtiments de France à qui elle demandait conseil n’a pas voulu se déplacer : « Il m’a dit, je n’y connais rien, faites comme vous voulez, je vous fais confiance… » Il est vrai que sur la totalité du cursus de l’École de Chaillot (qui dure deux ans), quatre heures de cours seulement sont consacrées à l’art des jardins.

9 Le jardin de Versailles, ravagé par la tempête du 3 février 1990 (1 500 arbres abattus), en a été un des premiers bénéficiaires.

10 Elles ont été par ailleurs largement développées lors des colloques de l’icomos, notamment par Carmen Anon (1993).

11 Sur la renaisssance de la tendance interventionniste chez les spécialistes de la restauration, et le retour de Viollet-le-Duc sous les couleurs du postmodernisme, voir Bruno Foucart, « Même les ruines ressuscitent… », 1991.

12 L’étude de Jean Davallon (1992) pour le Musée Dauphinois en est une illustration, dans le contenu comme dans la forme langagière : « Rationaliser l’exploitation », « rénover et réaménager », sont les deux mots-clés du nouveau produit « Musée Dauphinois. » Il s’agit, outre la refonte des présentations muséographiques et du rythme des expositions, d’aménager le site en un véritable « espace de loisir, équipé d’une cafétéria, agrémenté d’une roseraie, de valoriser le monument historique en tant que tel, et d’offrir au visiteur, par une multiplicité de services, la possibilité de passer une journée agréable, de se restaurer, de se cultiver, se détendre, acheter. La politique de communication, la nouvelle politique éditoriale, la diffusion de produits, le renforcement du positionnement culturel entrent dans la logique du produit, en venant compléter le service rendu au visiteur et en traduisant un positionnement offensif du musée sur les scènes culturelles locale, régionale, nationale ».

13 L’allégorie du patrimoine, voir en particulier le chapitre 6, « Le patrimoine à l’âge de l’industrie culturelle » ; L’utopie française. Essai sur le patrimoine, voir en particulier, sur les « nouveaux opérateurs du patrimoine », les chapitres 4 et 5.

14 Caisse nationale des monuments historiques et des sites.

15 Rappelons cependant la restauration du jardin de Monet à Giverny par une fondation américaine à la fin des années 70. Le succès de Giverny auprès du public a été l’un des premiers signes du réveil de l’intérêt pour l’art des jardins.

16 Les « pays d’accueil », regroupements intercommunaux pour la valorisation touristique, sont une formule créée par le ministère du Tourisme.

17 Les résultats de cette enquête ont été publiés dans le Monde du 16 septembre 1993. 50 % des Français interrogés affirmaient visiter souvent (soit 4 à 5 fois par an) les parcs et jardins ; 41 %, les sites naturels remarquables ; 30 % les monuments historiques ; 24 % les musées ; 19 % les monuments contemporains.

18 L’étude comportait deux enquêtes par questionnaires, l’une portant sur un échantillon de 94 propriétaires de jardins, l’autre sur un échantillon de 648 visiteurs, avec une analyse rigoureuse et approfondie des réponses.

19 Il n’y a pas si longtemps, le code de bon usage était affiché à l’entrée des parcs, sous la forme d’un règlement. Dans le passé, il régissait même l’habillement : Jean-Michel Nourry a retrouvé celui du Parc de la Tête d’Or à la fin du siècle dernier, qui exigeait le port de la redingote et du chapeau et excluait de ce fait les ouvriers (thèse d’histoire en cours sur les frères Buhler). Sur le droit d’accès au jardin public parisien à la fin de l’Ancien Régime, voir Jean-Louis Harouel, « Caliban hors du jardin », 1989.

20 Elle a été réalisée par l’agence arcmc (Analyse, recherche et conseil en marketing et communication) en 1991.

21 Ce sont : Demeures historiques, Vieilles Maisons françaises, le Comité des Parcs et Jardins de France (qui regroupe notamment les associations de Parcs et Jardins régionales), l’Association française des Parcs botaniques de France, et la Fondation des Parcs de France. Les deux autres associations sont l’arpej et la snhf.

22 Elles sont détaillées, région par région, dans le bilan du ministère de l’Equipement, Dix ans de pré-inventaire, op. cit.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/712/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 977k
Titre 17. Château de la Roche Jagu (Côtes d’Armor). Friches de genêts, avril 1992
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/712/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 648k
Titre 18. Parc Citroën (Paris). Le « jardin en mouvement », mai 1994
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/712/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 970k
Titre 19. Parc Citroën. Le « jardin en mouvement », mai 1994
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/712/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 611k
Titre 20. Jardin public, banc public. Le Luxembourg, mai 1994. Photo Nathalie Troxler
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/712/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 895k
Titre 21. Jardin public, banc public. Parc Citroën, le « jardin bleu », mai 1994
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/712/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 682k
Titre 22. Jardin du Luxembourg, mai 1994. Jeux éducatifs (les enfants de Piaget)
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/712/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 600k
Titre 23. Jardin du Luxembourg, mai 1994. Création solitaire, (les enfants de Bachelard). Photo Nathalie Troxler
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/712/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 657k
Titre 24. Jardin du Luxembourg, mai 1994. Le coin des joueurs d’échec
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/712/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 661k
Titre 25. Jardin du Luxembourg, mai 1994. Les adeptes de gymnastique chinoise. Photo Nathalie Troxler
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/712/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 630k
Titre 26. Jardin du Luxembourg, juillet 1992 Photo rituelle, programmée par les Tours Opérators, des touristes asiatiques devant la statue de la Liberté
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/712/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 762k
Titre 27. Parc de Sceaux. Bosquet nord, dimanche de Pâques 1994 Pique-nique des Japonais de Paris sous les cerisiers en fleurs
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/712/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 773k
Titre 28. Parc de la Villa Doria Pamphili à Rome. Un dimanche de mai 1994
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/712/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 772k
Titre 29. Parc de la Villa Doria Pamphili à Rome, mai 1994 « Le jardin historique ne devrait pas être utilisé comme un espace de loisir » (di Matteo 1993)
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/712/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 714k
Titre 30. Jardin botanique de Padoue, créé en 1545, mai 1992
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/712/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 803k
Titre 31. Jardin des plantes de Montpellier, créé en 1593, octobre 1992
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/712/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 970k

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search