Version classiqueVersion mobile

Vert patrimoine

 | 
Françoise Dubost

4. Anciennes et nouvelles associations

Texte intégral

  • 1 On lui doit notamment l’aménagement des catacombes, ainsi que celui des Thermes et de l’hôtel de C (...)

1Les collectionneurs constituent très souvent le noyau dur des sociétés d’amateurs de botanique et d’horticulture, soit qu’ils se trouvent à l’origine de la création de la société, soit qu’ils lui apportent leur parrainage et lui servent de caution. Ce qui est vrai aujourd’hui se constate aussi dans le passé. C’est un petit groupe d’aristocrates mécènes qui fonde en 1827 la Société d’horticulture de Paris, section de la Société royale et centrale d’agriculture. Le premier président de ce club d’amateurs avertis, le vicomte Héricard de Thury, était agronome, ingénieur des mines, et fut directeur des travaux de Paris sous la Restauration1. La Société royale d’horticulture de France prit son autonomie dès 1837, et après avoir été impériale, devint nationale en 1880.

  • 2 Notamment par le comte de Choulot, un légitimiste qui a fait partie de l’équipée de la duchesse de (...)

2Suivant l’exemple parisien, les sociétés d’horticulture savante se sont multipliées en province au milieu du xixe siècle. Une mode succédant à l’autre, elles prennent la suite des sociétés d’agronomie, si nombreuses au xviiie siècle. Plus que pour l’agronomie, propriétaires terriens et notables locaux se passionnent désormais pour les espèces rares, en même temps qu’ils font dessiner des parcs à l’anglaise autour de leurs châteaux2.

Les sociétés d’horticulture traditionnelles

3Beaucoup de ces sociétés créées au xixe siècle existent encore aujourd’hui. Elles portent le nom du département ou de la ville où se trouve leur siège. Ainsi, la Société d’horticulture d’Orléans et du Loiret date de 1839, la Société d’horticulture de l’Orne de 1847, et la Société centrale d’horticulture de la Seine-Maritime, de même que la Société d’Horticulture d’Ille-et-Vilaine, de 1853. Bon nombre d’entre elles, après une longue période de gloire, connaissent depuis plusieurs décennies un déclin manifeste. C’est le cas de la Société d’horticulture et de botanique de l’Hérault, fondée en 1861, et dont j’ai pu reconstituer l’histoire en dépouillant les annales, conservées dans la bibliothèque du Jardin botanique de Montpellier.

4La Société, aux termes de l’article 1 de ses statuts, a pour but de « concourir aux progrès de l’art horticole et des connaissances botaniques ». La circulaire envoyée par son président, conseiller général et député-maire de Sète, pour recueillir des adhésions, précise : « Enseigner les vrais principes de la taille des arbres fruitiers, seul moyen d’obtenir de beaux et bons produits ; signaler les meilleures espèces de fruits et de légumes, introduire la culture des primeurs, répandre le goût des fleurs, donner de bonnes graines, stimuler par des récompenses le zèle intelligent des amateurs et des praticiens, encourager les arts et les sciences se rattachant à la botanique ou à l’horticulture, tel est le but que se propose la Société. » La Société se compose (art. 2) : 1) de dames patronnesses ; 2) de membres d’honneur ; 3) de membres titulaires ; 4) de membres correspondants. La cotisation est de 10 F sauf pour les dames patronnesses auxquelles elle coûte 20 F, et les « jardiniers, maraîchers ou à gage » qui ne payent que 5 F. Cinq commissions spéciales sont instituées (art.18) : botanique, horticulture florale, horticulture maraîchère, arboriculture et pomologie, arts et industries se rattachant à l’horticulture et à la botanique. Une exposition est prévue tous les ans à Montpellier. La première a lieu en septembre 1862, elle rassemble 172 exposants, amateurs ou professionnels, et couronne 68 lauréats, avec médailles d’or, d’argent, de bronze, ou mentions honorables. Il est clair que la vocation principale de la société est économique : il s’agit essentiellement d’encourager et d’améliorer la culture fleuriste et surtout la production maraîchère et fruitière ; les récompenses les plus nombreuses vont aux poires, figues, olives et raisins de table qui sont à l’époque une des principales richesses de la région. La même année a lieu également à Montpellier la session du Congrès pomologique de France, auquel participent les délégués de sociétés d’horticulture de nombreuses régions.

5La Société d’horticulture se situe ainsi dans la tradition des sociétés d’agronomie et comme au siècle précédent, elle mobilise d’abord les notables, qui se doivent de participer au développement de la prospérité régionale. Outre 14 dames patronnesses qui assurent une sorte de mécénat, la liste des 155 membres titulaires publiée en 1862 compte 19 responsables politiques (préfet et sous-préfets, députés, maires, membres du conseil général, conseillers à la cour impériale…), 12 hauts fonctionnaires, 10 membres des facultés de médecine ou de pharmacie, 22 professions libérales (médecins, avocats, notaires…), 19 négociants ou banquiers, 21 propriétaires ; les professionnels sont au nombre de 41, horticulteurs, pépiniéristes ou simples jardiniers.

6Cette très forte présence de l’élite sociale s’atténue dans les premières décennies de la IIIe République. La Société, en s’étoffant, s’élargit aux classes moyennes. La liste de 1902 comprend 36 dames patronesses et 241 titulaires, parmi lesquels on ne compte plus que 5 responsables politiques de moindre importance (un seul conseiller général, un ancien député, deux adjoints au maire et le secrétaire général de mairie) ; la catégorie des professions libérales et cadres supérieurs (36 personnes) s’est beaucoup diversifiée, on trouve des architectes, des journalistes ou des ingénieurs aux côtés des médecins et des juristes, de même qu’aux côtés des négociants, figurent en nombre égal petits entrepreneurs, artisans et commerçants dans la catégorie des indépendants (33 personnes). Les cadres moyens, employés de bureau ou fonctionnaires, y sont au nombre de 30, et pour moitié ce sont des enseignants, instituteurs ou directeurs d’école. On compte encore 29 propriétaires, dont beaucoup sont viticulteurs, 13 horticulteurs ou pépiniéristes et 66 jardiniers.

7La démocratisation se poursuit dans les décennies suivantes, en même temps que se gonfle démesurément la liste des titulaires. Le record est atteint en 1929 avec 179 dames patronnesses (dont 12 ont un métier, institutrices, directrices d’école, fleuristes, couturière…) et 1 628 membres titulaires, pour lesquels manque malheureusement souvent l’indication de la profession. On y repère cependant 17 instituteurs, 45 employés des services publics (gardiens de la paix, facteurs, employés aux chemins de fer ou conducteurs de tramway), 21 petits commerçants (charcutiers, épiciers, droguistes, marchand de journaux…) 20 artisans (cordonniers, serruriers, tailleurs, menuisiers, bourreliers, boulangers, bouchers…) 6 ouvriers (ajusteur, piqueur, mécanicien, cantonnier…) et un concierge. Bon nombre d’entre eux, sans doute, cultivent un jardin-ouvrier (une commission des jardins-ouvriers a été créée au sein de la société en 1923). La période de l’entre-deux-guerres, en effet, est l’âge d’or de ces potagers collectifs où partout l’on retrouve, aux côtés des ouvriers, d’autres catégories populaires, et notamment, un grand nombre d’employés des services publics (Dubost 1984 ; Cabedoce 1991). Autrement dit, les simples amateurs de jardinage ont rejoint les amateurs distingués, les spécialistes de l’horticulture savante ou les gens de métier au sein de la Société, dont l’évolution reflète celle de la société globale.

8L’année 1931 est une année de rupture. Au contexte général de crise économique, s’ajoutent les difficultés propres à la région, l’effet des importations d’Allemagne ou d’Afrique du Nord sur le marché des primeurs, ou de la chlorose sur l’arboriculture fruitière. La Société connaît une transformation brutale. La liste publiée en 1931 ne comprend plus de dames patronnesses et seulement 10 membres titulaires (dont 3 dames rescapées de la liste précédente), en sus des membres du conseil d’administration et de ceux des commissions permanentes. Au total 51 personnes, qui sont en quasi-totalité des spécialistes, membres des facultés de médecine ou de pharmacie, professeurs d’écoles d’agronomie, ingénieurs agronomes, horticulteurs et jardiniers. A peu d’exceptions près, les amateurs se trouvent désormais exclus et rejetés au rang des abonnés de la revue.

9Le dernier virage se situe aux alentours des années 60. L’appellation « Société d’horticulture et d’histoire naturelle » subsiste, mais l’horticulture s’efface au profit de la botanique, l’érudition savante prend le pas sur la vulgarisation des méthodes culturales. En 1962, la Société comporte 5 sections : préhistoire et anthropologie, horticulture et histoire naturelle, ornithologie, mycologie, entomologie. En 1972, l’horticulture a disparu et en 1992 les sections s’appellent : générale, botanique, entomologie, géologie, mycologie. Les annales sont réduites à un mince bulletin, et les activités proposées aux adhérents se limitent à des causeries, conférences et excursions botaniques.

10L’histoire de la Société d’horticulture de l’Hérault est significative en ce qu’elle révèle deux clivages majeurs. Entre l’horticulture et la botanique d’abord : l’opposition nous est déjà apparue au sein du monde des collectionneurs entre ceux qui privilégient les tâches d’identification et l’érudition scientifique d’une part, et d’autre part, ceux qui s’intéressent avant tout aux conditions d’acclimatation des plantes. Opposition qui remonte au xviiie et au xixe siècles et qui s’incarne chez les Adanson, père et fille, le premier laissant à la postérité un nouveau système de classification et un herbier monumental, la seconde, un arboretum. Les deux tendances conduisent tantôt à la création de sociétés distinctes (c’est le cas, cité par M. C. au chapitre précédent, de la Société linnéenne de Lyon et de la Société lyonnaise d’horticulture), tantôt elles coexistent au sein de la même société, l’une l’emportant sur l’autre, alternativement. C’est ce qui s’est passé à la Société de l’Héraut, où les naturalistes ont désormais pris le pas sur les horticulteurs. En même temps s’est effacé le souci de vulgarisation, et la Société fonctionne en groupe restreint. Un groupe réservé aux spécialistes, où les amateurs ne figurent plus qu’à titre d’exception, et c’est là le deuxième clivage important. La plupart des sociétés spécialisées dans une espèce unique, qui sont de création plus tardive – la Société française d’orchidophilie, la Société des chrysanthémistes, etc. – fonctionnent elles aussi comme des clubs d’initiés.

11Bon nombre d’autres sociétés anciennes, à l’inverse, ont abandonné tout souci d’innovation et d’érudition et s’adressent aux simples amateurs de jardinage. Elles connaissent depuis quelques années un regain d’activité et s’ouvrent à un nouveau public. Elles créent des sections qui s’accordent au goût actuel pour de nouveaux types de plantes (fuchsias, cactées…), ou répondent à des demandes plus larges (art floral, plantes d’intérieur…). La Société nationale d’horticulture de France a donné l’exemple de ces créations récentes qui montrent qu’aux côtés des amateurs très spécialisés, grossit le nombre de ceux qui ont des goûts plus généralistes et mieux adaptés à des jardins de taille modeste. Ainsi la section « Plantes vivaces » de la SNHF, créée en 1981, est-elle devenue rapidement la plus importante en nombre, représentant aujourd’hui le tiers des adhérents de toute la société.

Les associations nouvelles

  • 3 Une liste moins complète figure en annexe d’un livre publié sous le parrainage de la snhf : Franço (...)

12Plus spectaculaire que le rajeunissement de certaines sociétés traditionnelles, est la floraison récente d’associations nouvelles, et notamment de celles qui se vouent au patrimoine végétal, au travers d’activités diverses. De ces dernières, nous avons recensé plus d’une centaine dont la création est postérieure à 1970 (voir annexe II). Pour effectuer ce recensement, nous avons adressé un questionnaire aux associations dont les activités comportaient une dimension patrimoniale, et qui en faisaient l’annonce dans les quatre revues de jardinage déjà mentionnées. Notre liste est donc différente de celle que publiera prochainement la snhf au terme d’un recensement englobant l’ensemble des sociétés d’horticulture et de jardinage3, recensement actuellement en cours et qui est effectué sur la base des déclarations préfectorales. La personne chargée de ce travail s’est aperçue avec surprise que certains des adhérents de la snhf ne figuraient pas sur ces listes, qu’on pouvait croire a priori exhaustives. Plutôt que de rechercher une exhaustivité difficile à atteindre, nous avons préféré adopter, pour les associations comme pour les expositions-ventes, le critère de visibilité. Les associations qui figurent dans notre liste sont donc celles qui ont réussi à se faire connaître de la presse spécialisée nationale. Dans les réponses aux questionnaires que nous avons envoyés à la suite de ce repérage, figuraient la date de création et le nombre d’adhérents de l’association, ses objectifs et les types d’activités poursuivies. Ces renseignements ont donné un cadre quantitatif plus large aux données par ailleurs recueillies dans les interviews.

13Certaines de ces sociétés nouvelles s’inscrivent dans la tradition des collectionneurs spécialisés dans une espèce unique : ainsi, les clubs de bonsaïs, les associations d’amateurs de bégonias ou d’orchidées. D’autres mettent en avant la connaissance et la préservation du patrimoine et ce nouvel objectif est mentionné comme tel dans les statuts de l’association. Tantôt l’accent est mis sur le patrimoine local, dont le végétal n’est qu’une composante : c’est le cas des associations fondées pour la sauvegarde d’un site ou la défense d’un pays. Tantôt le patrimoine végétal constitue l’objectif principal. Le nom choisi l’indique, Fruits oubliés, Jardins d’antan, Club Mémoire verte, Découverte du patrimoine paysager et botanique… A moins qu’il ne soit celui d’une espèce sauvage, Asphodèle, la Salicaire, la Garance voyageuse, Crataegus (nom latin de l’aubépine), l’Ortie…

  • 4 Sous la pression de la demande, cependant, les pépiniéristes ont déjà retrouvé le parfum des roses (...)

14Pourquoi créer une association nouvelle plutôt que de rejoindre les rangs d’une association déjà existante ? Parce que, répondent les responsables interrogés, la première correspond à des aspirations nouvelles qui ne sont pas prises en compte par la seconde. La Société française des iris ne se préoccupe que des dernières hybridations des producteurs, se plaint un de ses adhérents, alors que parmi ces derniers, de plus en plus nombreux sont ceux qui s’intéressent aux espèces botaniques. On se souvient que la collectionneuse citée au chapitre précédent adresse le même reproche aux Amis des roses. Les spécialistes qui sont à la tête de ces sociétés traditionnelles n’ont pas suivi la demande des nouveaux amateurs4. Tandis que les ventes de bonsaïs ont chuté et que les exportateurs connaissent aujourd’hui de graves difficulté, les adhérents de L’Arbre en pot, sans plus se soucier de philosophie zen et de codification japonaise, font du bonsaï à leur manière, à partir de tilleuls et d’autres espèces indigènes. Certains ont commencé par adhérer à une société ancienne, comme Pascale Lavauzelle aux Amis des fleurs, dont l’existence à Limoges remonte à 1927. Elle y a créé une section nouvelle, puis elle a fait sécession ; l’association Découverte du patrimoine botanique et paysager a pris son autonomie et poursuit ses objectifs propres, l’inventaire du patrimoine végétal limousin. Il en est de même du Club des jardiniers naturels du Limousin, qui a été une section des Amis des fleurs, avant de devenir, en 1993, une association indépendante.

  • 5 École nationale des ingénieurs et techniciens de l’horticulture. Son siège est à Angers.

15La création d’une association peut correspondre à l’émergence d’un nouveau centre d’intérêt. Les légumes anciens en sont un bon exemple. Le monopole des sociétés grainières pour la commercialisation s’ajoutant au monopole de l’inra pour la recherche et les semences, le nombre des variétés offertes sur le marché s’était considérablement réduit depuis trente ans. Il y en avait 5 000, estime-t-on, dans les catalogues des grainetiers au lendemain de la guerre, il n’y en a pas plus d’un millier aujourd’hui. Quelques amateurs pionniers ont commencé à collectionner les espèces en voie de disparition dans les années soixante-dix : M. Atès, le « patriarche des légumes anciens », Pierre Bourgeois, Victor Renaud, Louis Laurent, un spécialiste des dahlias qui collectionne aussi les pommes de terre (ce sont des tubercules cousines). Quelques scientifiques s’y intéressent dans les années quatre-vingt : Jean-Yves Péron, professeur à l’enith5, milite pour la réhabilitation de certaines espèces comme le crosne ou le crambe maritime, Philippe Marchenay (1987), chercheur au Museum, publie un clair et rigoureux ouvrage sur les problèmes de prospection, de collecte et d’identification des variétés locales de plantes cultivées, qui sert désormais de référence scientifique à tous les amateurs. Ces derniers grossissent en nombre et se regroupent en associations : la Ferme Sainte-Marthe, le gep (Groupement d’études pluridisciplinaires), le Jardin d’Antan, le Club Mémoire verte, le Club des jardiniers naturels du Limousin… La presse spécialisée orchestre et amplifie le mouvement, notamment Rustica, qui a confié à Victor Renaud, un des collectionneurs pionniers, une rubrique régulière sur les variétés potagères anciennes et organisé à Saint-Jean-de-Beauregard la première fête des fruits et légumes en 1989. Les militants de l’agriculture biologique s’y intéressent vivement, leurs journaux, Nature et Progrès, les Quatre Saisons du Jardinage, La Hulote, font un large écho aux expositions organisées par les associations. A la fête de Tranzault, les potirons occupent la première place, à Crevant, on célèbre la pomme de terre autour de Louis Laurent, à Cérons les petits pois sont à l’honneur grâce à une collectionneuse qui retrouve les variétés autrefois plantées dans les vignes, à Metzervisse on fête l’ail. On voit ainsi en quelques années, par l’action conjuguée de différentes catégories d’acteurs, se constituer un nouveau domaine patrimonial. Pour l’essentiel, il n’est encore pris en charge que par les amateurs, à la différence des plantes d’ornement auxquelles s’intéressent de plus en plus les pépiniéristes, et des variétés fruitières auxquelles les vergers-conservatoires publics ont récemment consacré beaucoup d’efforts. Depuis peu, cependant, les légumes anciens se commercialisent : le grainetier Beaumont (à Colmar) en propose toute une gamme dans son catalogue, les agriculteurs biologiques en cultivent et en vendent dans les magasins diététiques et sur les marchés spécialisés. Des associations d’amateurs se sont transformées en producteurs professionnels : le gep vend ses graines et la Ferme Sainte-Marthe commercialise ses potirons dans les supermarchés. Il n’empêche que cette diffusion commerciale reste encore fort restreinte et que la sauvegarde des plantes alimentaires anciennes dépend presque exclusivement de leur survie dans le potager domestique.

16Il n’est pas impossible qu’elles s’y maintiennent à l’avenir mieux que dans les années passées. La recherche d’une plus grande diversité des saveurs est une réaction à l’uniformisation du goût des produits de consommation courante (le succès médiatique de Jean-Pierre Coffe témoigne de l’ampleur de cette réaction), elle correspond aussi, plus largement, à un thème majeur du mouvement écologiste, le retour à la diversité. Mais d’autres facteurs jouent un rôle non négligeable. Ainsi, la vogue actuelle des cucurbitacées n’est pas seulement due à leur intérêt culinaire, mais très largement aussi (comme le souligne Jacques Aubourg, le fondateur du Club Jardin d’antan) à leur intérêt esthétique. La foire de Tranzault a récemment suscité la création d’une exploitation agricole spécialisée dans des productions destinées au marché de la décoration parisienne : coloquintes bigarrées, patissons panachés, concombres barbus, courges galeuses et bonnets turcs. On voit que la demande de retour à la diversité revêt des formes inédites et novatrices, et qu’elle va bien au-delà d’un simple retour au passé.

Les créateurs d’associations

17Racontée par ses fondateurs, la naissance de l’association résulte toujours de la rencontre de deux ou trois personnes. Il s’agit parfois de collectionneurs qui se sont connus en échangeant des variétés rares. Ainsi, Sylvie Surguet, professeur de gymnastique et collectionneuse de roses anciennes et de plantes vivaces, est-elle venue un beau jour de l’Ariège à Saint-Nicolas-de-la-Grave (Tarn-et Garonne), pour visiter la collection du paysagiste Georges Gallier, et lui proposer des échanges de plantes ; c’est à la suite de cette visite qu’ils ont tous deux décidé de lancer l’association La Salicaire. Souvent, ce sont des amis, collègues ou voisins, qui se découvrent une vocation et des goûts communs. A La Garance voyageuse, ce sont de jeunes forestiers, sortis de la même école de Memac en Lozère, et qui pour la plupart travaillent au Parc naturel des Cévennes. A L’Asphodèle, « des copains, tous des fêlés des plantes » réunis autour d’un sous-officier à la retraite, collectionneur de plantes panachées ; outre le collectionneur, le petit noyau initial comprend un employé de chemin de fer, un pépiniériste et deux jardiniers. Quitte à s’élargir ensuite, ces associations-là fonctionnent d’abord en réseau de proximité ou d’affinité, et c’est une façon de rejeter le fonctionnement anonyme et dépersonnalisé des sociétés traditionnelles.

18Comme il s’agit d’associations récentes, les membres du petit groupe fondateur sont faciles à identifier et à retrouver. Le plus souvent, ils font encore partie du bureau de l’association, où ils occupent les fonctions prévues dans les statuts de la loi de 1901, président, vice-président, secrétaire, trésorier, etc. Parmi eux, beaucoup d’enseignants, de médecins ou de gens exerçant des professions médicales ou para-médicales, et aussi, des professionnels des plantes. Ainsi, des trois fondateurs du Club Mémoire verte à la Sauve majeure (Gironde), l’un est professeur de gymnastique, le second vétérinaire, le troisième agriculteur. Ce dernier est proche de la retraite, il est le seul du pays à faire encore de la polyculture, il élève des variétés anciennes de volailles et cultive des légumes anciens dans son potager. Quant aux deux premiers, ils se sont installés à la Sauve pour exercer leur profession, mais ils ne sont pas originaires du pays. Ils ont donc en commun une certaine marginalité, soit par rapport au milieu professionnel, soit par rapport à la société locale. On retrouve souvent cette caractéristique chez les leaders des autres associations. Nombreux sont les gens installés depuis peu dans leur localité, nombreux aussi, ceux dont la biographie ou l’itinéraire professionnel ne suivent pas tout à fait la norme : celui-ci a été animateur socioculturel avant de devenir paysagiste, celle-là, diplômée de l’École normale supérieure de Fontenay-aux-Roses, a abandonné l’enseignement des sciences pour se consacrer aux jardins historiques, cet autre encore, après des études de biologie, a choisi d’être objecteur de conscience et accomplit son « temps » au service d’une association. Bref, comme le résume l’une des personnes interviewées, « les gens qui animent ces associations nouvelles ne sont pas des notables, ce sont des francs-tireurs ». Des francs-tireurs souvent pourvus d’un métier rentable ou d’un diplôme élevé, dont la marginalité est donc toute relative, mais qui ont pu ressentir le besoin de constituer un réseau d’intégration sociale.

19Un des aspects les plus intéressants de ce nouveau mouvement associatif est la présence de nombreux professionnels, paysagistes ou pépiniéristes, aux côtés des amateurs. Certains d’entre eux, comme Jean-Yves Poiroux, membre très actif de L’Asphodèle, sont issus du milieu professionnel et veulent en quitter les chemins battus. D’autres, comme Pascale Lavauzelle qui est expert-comptable de formation, ont commencé à collectionner des plantes rares en amateur, puis ont créé une pépinière et sont devenus des professionnels. Ainsi se renouent ces liens entre amateurs et professionnels qui existaient autrefois au sein des sociétés d’horticulture savante, et qui s’étaient rompus avec la modernisation des conditions de production et de diffusion.

Le militantisme pédagogique

20Beaucoup des activités proposées par les nouvelles associations sont du même type que celles qui figurent de longue date au programme des sociétés traditionnelles : échange et diffusion de plantes et de graines, organisation de conférences, de stages et d’expositions, visites de jardins, voyages et excursions, édition de revues. Ce qui est nouveau, c’est la volonté de vulgarisation, le désir de toucher un public plus large, le militantisme pédagogique. Selon les cas, l’association privilégie un moyen ou un autre. La Garance voyageuse a fondé l’essentiel de son action sur sa revue trimestrielle, qui compte près de 2 000 abonnés au bout de trois ans d’existence. Plus récemment l’association a organisé des stages de 15 à 20 personnes autour de thèmes précis : les plantes médicinales, les plantes de bois et de forêt, les « musiques vertes » (à partir d’instruments fabriqués avec des végétaux).

21Notre idée à nous, c’est d’éduquer. Les stages, c’est pour des gens qui n’y connaissent rien au départ et qui ont envie d’apprendre, parce que les gens calés en botanique font déjà partie d’une société naturelle, ils ont déjà un acquis dans ce domaine ; alors que les stages qu’on a organisés, c’est pour les gens qui découvrent. Le but de la revue, c’est aussi de sortir de ce créneau très poussé des sociétés d’histoire naturelle qui s’adressent à une certaine catégorie de personnes qui ont déjà un savoir, notre idée, c’est de faire connaître les plantes à Monsieur Tout le Monde par des articles simples, rigolos, qui touchent à la vie de tous les jours. Le stage, c’est pareil, il n’intéresserait pas un professeur es-sciences appartenant à une société. Il y a toujours eu des gens qui se sont intéressés à la botanique, mais aujourd’hui, il y en a de plus en plus, l’environnement, l’écologie, c’est à la mode, enfin, j’espère que ce n’est pas une mode, en tout cas, c’est vrai que les gens se rapprochent davantage des plantes.

22De nombreuses associations, comme on l’a vu plus haut, organisent des foires aux plantes. Dans le même but, faire connaître la richesse et la diversité des espèces végétales, elles organisent aussi des visites de collections, des animations scolaires, des séances de travaux pratiques. A la Société pomologique du Berry, par exemple, on peut apprendre à identifier les variétés, à choisir les porte-greffes, à restaurer les vieux arbres fruitiers. Pour la sauvegarde des espèces en voie de disparition, certaines associations organisent aussi des opérations d’inventaire, établissent des centres de documentation, éditent des catalogues, diffusent des plantes et des graines. A l’association Découverte du patrimoine paysager et botanique, un inventaire des arbres remarquables de la région limousine est en cours, plusieurs plaquettes ont été déjà publiées. Le Club Mémoire verte édite un catalogue de graines de légumes anciens, dont les origines et les noms sont contrôlés aussi rigoureusement que possible. Le catalogue est diffusé auprès des 350 adhérents, qui peuvent aussi recevoir gratuitement des graines. La gratuité, de même que le sérieux de l’érudition, sont au principe du militantisme associatif. Selon un responsable du Club, le GEP et la Ferme Sainte-Marthe, qui ont quitté le statut associatif pour devenir producteurs commerciaux, ont aussi abandonné le souci de rigueur scientifique, la preuve en est qu’ils donnent aux variétés anciennes des noms de fantaisie, dans l’espoir de séduire les consommateurs.

23Les adhérents partagent souvent cet esprit militant et le manifestent par un bénévolat actif, en prêtant leur concours lors des expositions-ventes, notamment. Ce ne sont pas forcément ceux qui disposent le plus de loisirs, témoin cette musicienne instrumentiste, mère de deux jeunes enfants, qui a accepté, parce qu’elle possédait un fax, de corriger les épreuves d’une revue associative. Entre deux concerts ou deux répétitions, elle relit les textes, scrupuleusement attentive aux appellations botaniques qui lui sont moins familières que les notes d’une partition… Certains ont adhéré à une association pour des raisons toutes prosaïques, celui-ci s’est adressé aux Croqueurs de Pommes pour sauver un vieux pommier dans sa maison de campagne normande, celle-là s’est intéressée en voisine à une association cévenole, parce que la maison de famille où elle passe ses vacances se trouve juste à côté du siège de l’association. Ce qui n’a pas empêché l’un et l’autre par la suite de s’impliquer plus directement dans les actions de protection du patrimoine végétal.

24Ce soutien actif n’est pas le fait de tous les adhérents, tant s’en faut, et dans bien des cas, les limites du bénévolat sont vite atteintes. L’Association des Amis du jardin botanique de Nice, de même que l’Association d’horticulture et de botanique d’Alès ont cessé leurs activités en 1993, leurs fondateurs découragés ayant constaté que les tâches d’organisation devenaient trop lourdes pour eux et qu’ils ne trouvaient personne pour en prendre le relais. Dans la plupart des associations, les deux types d’adhérents sont présents, les actifs et les passifs, et ces derniers ont parfois, les responsables s’en plaignent, une attitude de purs consommateurs. A l’inverse, on peut citer le cas de cet amateur parisien qui consacre à la vie associative une partie majeure des loisirs de sa pré-retraite (son métier était celui de la publicité). Intéressé de longue date par la mycologie, il s’est ensuite passionné pour les légumes sauvages, a publié un livre sur le sujet, est sollicité depuis par une dizaine d’associations auxquelles il prête son concours, sans compter celles aux revues desquelles il s’abonne, par sympathie pour les objectifs qu’elles défendent.

La mouvance écologiste

  • 6 Nature 43 (Fédération de protection de la nature de la Haute-Loire), n° 50, 1990. Le document m’a (...)

25Le militantisme associatif puise son inspiration à des sources diverses, de la passion collectionneuse à l’idéologie écologiste. Il arrive qu’elles se trouvent en conflit. Les amateurs de plantes cultivées se rattachent sans aucun doute à la mouvance écologiste. Mais ils ne partagent guère la tendance dure, « radicale », de ceux pour qui l’homme est un prédateur de la nature, dont il faut la protéger pour lui garder sa pureté et son authenticité (Larrère 1991). Le courrier des lecteurs d’un numéro de Nature 436 offre un exemple de cette opposition entre nature « naturelle » et nature cultivée.

26Le lecteur écrit :

Monsieur,
J’avais demandé à votre collègue de Besançon de me renseigner sur l’implantation à Malaguet de Lys Martagon et de Sabots de Venus. Il m’a été répondu que ce n’était pas possible et « généralement voué à l’échec.
J’ai quand même essayé et le résultat après deux ans d’attente a été positif. J’ai changé le bulbe de place car il faisait des feuilles mais pas de fleurs, je lui ai donné du calcaire rapporté des Cévennes, je l’ai entouré d’un grillage pour le défendre contre les prédateurs a deux pattes, etc.
Maintenant, pouvez-vous m’aider car je souhaite continuer et il me faudrait des bulbes et des conseils.
Avec mes remerciements anticipés, je vous prie d’agréer, Monsieur, mes salutations distinguées.
Y.L.

27Et voici la réponse :

  • 7 Fédération de protection de la nature de la Haute-Loire.

Monsieur,
Je donne suite à la lettre que vous avez adressée le 27 septembre 1990 à Monsieur Soumaire, président de la fpnhl7, lequel m’a chargé de vous répondre, sans doute en ma double qualité de biologiste végétal, et de résident secondaire à Allègre depuis de nombreuses années.
En ce qui concerne le Sabot de Vénus, je pense pouvoir confirmer pleinement le diagnostic pessimiste du Bisontin que vous avez consulté : la culture, à plus forte raison la multiplication des Orchidées, sont extrêmement délicates compte-tenu de leurs exigences symbiotiques au niveau racinaire. A vrai dire, cela relève plus du laboratoire que du jardin !
Pour le Lys Martagon, les difficultés sont a priori moins grandes, comme vous l’avez vous-même constaté. Son caractère calcicole est un peu moins strict que celui de l’espèce précédente. Néanmoins, si l’on part de graines, la croissance du bulbe est lente, et la multiplication reste chargée d’aléas. Je crois que l’on peut trouver chez des horticulteurs hollandais des bulbes de variétés de Martagon qui, tout en ayant la beauté de la souche sauvage, n’en ont pas la fragilité et les exigences.
Ceci dit, vous me permettrez quelques remarques relatives aux finalités de vos cultures. S’il s’agit de votre jardin personnel, il y a peu à dire, sauf qu’il est interdit de prélever des plants de ces 2 espèces protégées dans la nature. Tout au plus la collecte de graines mûres peut être tolérée.
S’il s’agit d’introduction des mêmes espèces en milieu naturel, cela est strictement interdit, comme vous l’indiquent les dernières lignes du document joint. La beauté et la curiosité d’une plante ne sont en aucun cas un motif ou une excuse à perturber une flore ou un milieu par des éléments biologiques qui leur sont étrangers. Si la nature avait « besoin » du Cypripedium ou du Lys Martagon en Haute-Loire, elle y aurait pourvu elle-même, me semble-t-il ! Un sous-bois de Haute-Loire avec des Martagon, cela ne peut être « beau » puisque c’est « faux ».
Enfin, s’il s’agit d’un but commercial, même occasionnel, le même document vous montrera quelles sont les règles juridiques auxquelles on doit se plier pour rester dans le bon droit.
Personnellement, en tant qu’amateur et protecteur de la nature, je suis ornithologue (et non amateur d’oiseaux de volière), j’avoue avoir toujours apprécié une discipline qui permet d’observer les beautés de la nature sans avoir le moins du monde à porter la main sur elles, même avec le prétexte de l’esthétique et de la protection.
Restant à votre disposition pour documents éventuellement complémentaires, je vous prie de recevoir, Monsieur, l’assurance de ma considération très distinguée.
P.L.
Laboratoire de biochimie végétale
Université Claude Bernard-Lyon I

  • 8 L’opposition entre les amateurs ornithologues et les amateurs éleveurs d’oiseaux a été étudiée par (...)

28On voit que la domestication des plantes, tout comme celle des oiseaux8, ne va pas sans entraîner quelques atteintes à la « pureté » et l’« authenticité » de la nature. Mais l’on sait que ce radicalisme n’est pas partagé par tous les écologistes. Au sein même de l’écologie savante, nombreux sont ceux qui critiquent l’idée d’un « milieu naturel » dont l’existence échapperait à l’emprise humaine (Lefeuvre 1989), et soutiennent que la biodiversité est en partie liée à la domestication de la nature, ouvrant ainsi la voie à l’écologie gestionnaire (Lizet 1991). Dans la vulgate associative et autour de son thème majeur – retrouver la nature dans sa richesse, sa diversité et sa complexité – confluent des courants divers et se mêlent des conceptions parfois opposées de la « nature » et du « sauvage ». Pour le plus grand nombre cependant, l’une et l’autre sont simplement associés à l’idée de liberté et de spontanéité, au regret de voir disparaître la flore banale et familière qui croissait aux côtés des plantes cultivées, et c’est cette nature-là que l’on voudrait réintroduire à la campagne et dans la ville. Ainsi l’association Ponema veut-elle développer des « jardins sauvages » où les plantes messicoles, bleuets, coquelicots, nielles et chrysanthèmes des moissons, ainsi que les fruitiers sauvages des haies et des bois, néfliers, alisiers, prunelliers, seraient à l’abri des méfaits de l’urbanisation et de la modernisation agricole. Foin de ce « béton vert » qu’est le gazon pavillonnaire, tondu à ras et abreuvé d’engrais, entouré d’une haie uniforme de thuyas. Foin des espaces verts « stériles » et « aseptisés » ; la même logique est à l’œuvre dans la création de nouveaux parcs urbains – à Grenoble, Rennes, Orléans… – où l’on trouve des chemins creux bordés de haies avec toutes leurs strates végétatives, des prairies qu’on laisse fleurir avant de les faucher, des talus où les ronces et les orties ont droit de cité. De ces nouvelles mises en scène du « naturel » dans l’espace urbain (Lizet 1989), l’exemple le plus remarquable est sans doute le « jardin en mouvement », récemment créé dans le parc Citroën à Paris. Le paysagiste Gilles Clément (1994) a pris le parti de subvertir l’ordre traditionnel des jardins où les plantes ont une place assignée : il installe une « friche » à son niveau floristique le plus intéressant, puis il la gère en composant avec la dynamique végétale, en modifiant les herbacées qui apparaissent et disparaissent en des endroits imprévus du jardin.

29Particulièrement forte est la relation de proximité entre nos militants associatifs et ceux de l’agriculture biologique, un mouvement ancien qui s’est développé surtout dans l’après-soixante-huit. Il n’est pas rare que ceux qui s’abonnent aux revues éditées par les associations que nous avons recensées, soient abonnés aussi à l’une ou l’autre des revues « bio », et souvent à plusieurs à la fois, les Quatre Saisons du Jardinage, Nature et Progrès, La Hulotte, notamment. Ces dernières ont joué un rôle actif, nous l’avons noté plus haut, dans la redécouverte des fruits et légumes anciens. On ne s’en étonnera pas, puisque les fruits et légumes sont le secteur le plus développé de l’agriculture biologique. Par ailleurs, sa clientèle se recrute dans un milieu social très proche de celui des adhérents que nous avons étudiés ici, un milieu où ceux qui exercent des professions intellectuelles moyennes ou supérieures sont nombreux (Sylvander 1992).

30Proche de la mouvance écologiste, mais avec une coloration très particulière (qui illustre bien la confluence de courants divers autour du thème du patrimoine végétal), l’association La Rose et la Passiflore, créée en 1991 à Saint-Menoux dans l’Ain, se réclame de l’anthroposophie. Elle organise des séminaires d’initiation aux méthodes de Rudolf Steiner et à son approche « goethéenne » de la nature. Selon les mêmes principes l’association a créé le Jardin botanique de la Mhotte, qui comporte un secteur de production commercialisée de préparations à base de fleurs séchées, et un jardin-conservatoire de variétés rares ou anciennes de plantes potagères et condimentaires, dont les semences seront distribuées gratuitement, afin, dit le dossier de l’association, « de remettre en valeur le patrimoine génétique que nous ont légué nos ancêtres et de participer activement à la lutte contre l’érosion génétique ».

Patrimoine et identité locale

31La volonté de préservation du patrimoine est très souvent liée à la recherche d’identité locale : les associations qui s’intéressent au patrimoine végétal n’échappent pas à la règle. Le lien se manifeste sous des formes diverses. On peut remarquer par exemple qu’un certain nombre de sociétés d’horticulture de création récente ne portent plus comme autrefois le nom d’une ville ou d’un département, mais celui d’un « pays » – Coutançais, Pays d’Auray, Pays de Redon, Pays de Vannes – ou bien celui d’une ancienne province – Limousin, Touraine, Périgord. Le passé sert ainsi de référence pour un nouveau découpage du territoire patrimonial, et ces échelles géographiques du patrimoine sont largement utilisées, on le sait, pour la commercialisation des « produits du terroir ». La confusion de l’« ancien » et du « local » n’est d’ailleurs pas sans ambiguïté, comme l’ont souligné Laurence Bérard et Philippe Marchenay (1991). Toujours est-il que le besoin manifesté par les amateurs de retrouver les saveurs du terroir s’inscrit en effet dans un phénomène plus large de redécouverte des produits régionaux et des cuisines locales. Stimulés par l’association Jardin d’antan et sa foire annuelle de Tranzault, les restaurateurs du Berry affichent désormais dans leurs menus des spécialités à base de légumes anciens. Dans le secteur des fruits, l’activité des militants se déploie elle aussi très largement dans la recherche des « variétés de pays ». Ils se partagent le territoire national pour les opérations d’inventaire et de sauvegarde, à l’échelle d’une petite région ou d’une localité. Certaines associations s’intéressent à toutes les espèces fruitières, la Société pomologique du Berry, l’Association bisontine de pomologie, Fruits oubliés, spécialiste des variétés cévenoles, La Forêt fruitière, qui mène ses recherches sur le patrimoine génétique de la région de Cluny. D’autres sont spécialisées dans une seule espèce, et la pomme vient largement en tête, avec les bataillons des Croqueurs de Pommes qui comptent plusieurs sections régionales, avec aussi les Mordus de la Pomme en Bretagne et Y z’on creuque eu’n pomm en Picardie.

32Dans bien des cas, l’intérêt pour le patrimoine végétal n’est qu’une composante parmi d’autres de l’intérêt porté au patrimoine local. L’association La Grange rouge s’occupe de valoriser le patrimoine de la Bresse louhanaise, qu’il s’agisse de musique et de danse traditionnelles, d’artisanat populaire, de la faune ou de la flore ; elle organise la fête « Pommes en Bresse », mais aussi bien, des stages d’initiation à la vannerie ou d’identification des champignons. Les deux objectifs déclarés de l’association L’Ortie sont « la protection du patrimoine végétal » et « la défense de l’authenticité du village » (il s’agit du village de Vauréal dans l’Oise). Ceux du Groupe de recherches historiques et archéologiques de la vallée de la Sumène, à Antignac (Cantal), sont « la protection du patrimoine médiéval en Haute-Auvergne : patrimoine archéologique, ethnologique et ethnobotanique » ; l’association effectue des fouilles archéologiques et organise des visites commentées sur des sites médiévaux, elle a également créé un jardin ethnobotanique planté de variétés médicinales et alimentaires usuelles au Moyen-Age, à l’emplacement du jardin de l’ancien presbytère d’Antignac. L’association des Amis de la vallée du Roubreau à Tauriers (Ardèche) s’occupe de la protection du patrimoine architectural, mène une recherche sur les biotypes locaux et organise une fête des plantes de concert avec l’association Centifolia. Rennes-Jardin, qui veut « promouvoir et valoriser l’identité du quartier Sainte-Thérèse à Rennes » s’est constitué pour défendre les jardins menacés par le projet de révision du POS (Plan d’occupation du sol), et avec eux, tout un mode de vie lié à un type d’habitat ; l’association effectue un recensement de ces jardins et se fait connaître du public du quartier en organisant une bourse aux plantes. L’Association pour la sauvegarde de l’abbaye nouvelle à Léobard (Lot) organise diverses manifestations, dont une fête des plantes, pour sauvegarder et restaurer une abbaye cistercienne du xiiie siècle. On pourrait multiplier encore les exemples : quelle que soit la référence géographique, région, pays, vallée, village ou quartier de ville, monument ou site particulier, le patrimoine végétal est englobé dans le patrimoine local et constitue l’un des points d’appui de l’action de sauvegarde. « Il faut profiter de la mode », dit la responsable d’Entre Seine et Jardins, qui organise deux ou trois expositions-ventes de plantes rares dans l’année. C’est avant tout un moyen de se faire connaître, pour une association dont les buts sont plus larges : dans les boucles de la Seine entre Rouen et Saint-Maurice-d’Etelan, elle s’intéresse au patrimoine mineur, qui comprend le patrimoine bâti (celui qui ne figure pas dans la très officielle Route des abbayes), mais s’étend aussi aux « nouveaux patrimoines », industriel, fluvial, gastronomique…

Amateurs de plantes et amateurs de jardins

33L’intérêt pour le patrimoine végétal dont témoigne cette floraison d’associations nouvelles est bien davantage axé sur les plantes que sur l’art des jardins. C’est vrai des responsables d’associations aussi bien que des adhérents :

Les jardins historiques, ici, ça intéresse beaucoup moins les gens, ce qu’ils recherchent, ce sont des petits jardins à leur échelle, ce qu’ils peuvent reproduire chez eux, des scènes particulières. A La Salicaire, les visites de jardins botaniques, de jardins privés, ont beaucoup de succès, les grands jardins historiques, c’est beau, mais les gens veulent voir ce que quelqu’un a fait, ce qu’ils peuvent faire chez eux. Moi je vous dirai que les jardins historiques, ça ne m’intéresse pas du tout, par contre, si vous me dites, j’ai découvert un arboretum pas connu du tout, j’y cours tout de suite. La majorité des membres de notre association, c’est ce qu’ils recherchent aussi. Les jardins historiques, c’est davantage pour des gens qui viennent en promenade avec leur famille, leurs enfants, qui vont surtout voir un château.

34Par contre, les associations de propriétaires privés ont toujours lié la sauvegarde des plantes à celle des jardins historiques. C’est le cas de l’Association des parcs botaniques de France qui est à l’origine de la manifestation de Courson. Emanation de l’apbf, de Vieilles Maisons françaises et de Demeures historiques, le Comité des parcs et jardins créé en 1990, en est leur représentant auprès des pouvoirs publics pour les problèmes de protection et de réhabilitation. Il joue un rôle actif dans la préparation des dossiers d’inscription et de classement au titre des monuments historiques. Les associations régionales de parcs et jardins font également partie du Comité. Ces associations, toutes créées entre 1987 et 1993, sont actuellement au nombre de 17 et leur fonctionnement diffère d’une région à l’autre. Ainsi, Parcs et jardins de Bourgogne, créé en 1989 par des propriétaires privés, s’est ouvert depuis à des non-propriétaires et à des professionnels et reçoit une dotation annuelle du conseil général pour financer un projet de rénovation. Les adhérents de Parcs et Jardins du Beaujolais, en revanche, sont uniquement des propriétaires privés (une soixantaine) qui organisent entre eux visites et échanges, en s’abstenant délibérément de recourir à l’aide publique.

35Les amateurs de jardins se recrutent généralement dans un milieu social plus élitiste que celui des amateurs de plantes, c’est une situation de fait que certains responsables d’association voudraient changer. C’est l’ambition par exemple de Michel Lapalu à l’association Thalie, dont le siège est à Lyon : « Moi je veux que les deux aspects des choses soient présents ensemble, il existe un réseau de collectionneurs de plantes et c’est important, mais je voudrais que ces gens s’intéressent à l’art des jardins et c’est difficile, je leur ai proposé l’an dernier d’aller visiter Courances, Vaux-le-Vicomte et les jardins d’Albert Kahn, ils ont dit, oh bof, deux jours de car pour aller voir des parterres… ça ne les intéresse pas vraiment, ce qu’ils veulent c’est tout savoir sur le nom des plantes, les accumuler dans leur jardin. C’est de la consommation, finalement, qui n’est ouverte sur rien d’autre… » A L’Asphodèle, Jean-Yves Poiroux renchérit : « La façon dont les plantes sont associées dans le jardin, c’est très important, il ne suffit pas d’avoir des plantes rares, il faut aussi essayer de les mettre en valeur les unes par rapport aux autres, il faut essayer de concilier le côté botanique et le côté esthétique. On n’en est pas là actuellement, le bébé n’est pas encore né… » Lucile Chabrol-Rey, quant à elle, a fondé l’association Crataegus à Montpellier dans le but précis de faire connaître les jardins de la région aux professionnels et aux responsables politiques aussi bien qu’au grand public. Elle a été subventionnée par la drae (Délégations régionales à l’architecture et à l’environnement) pour effectuer le pré-inventaire des jardins « remarquables » (elle en a découvert une trentaine dans la région), elle organise périodiquement des visites de ces jardins, et elle a monté en 1993 une exposition sur l’évolution des modes en matière de plantations dans les jardins de Montpellier. D’autres associations organisent des visites de jardins historiques de la région, Gens de Jardin en Provence, les sociétés d’horticulture du Pays de Redon et du Pays de Vannes, celle aussi de Touraine. Les efforts de ces petites associations pour sensibiliser le public à l’art des jardins, largement relayés par les revues de jardinage, ont reçu ces dernières années un renfort public : les jardins historiques sont même devenus affaire d’État.

Notes

1 On lui doit notamment l’aménagement des catacombes, ainsi que celui des Thermes et de l’hôtel de Cluny.

2 Notamment par le comte de Choulot, un légitimiste qui a fait partie de l’équipée de la duchesse de Berry, s’est trouvé ensuite privé de ressources et s’est fait créateur de jardins pour gagner sa vie. Il a réalisé au total 258 parcs privés (ses clients sont pour la plupart des nobles légitimistes qui se sont retirés dans leurs terres en province sous la Monarchie de Juillet), plus quatre parcs publics en France et deux à l’étranger. On lui doit aussi l’ensemble paysager du Vésinet. Cf. Adeline Hamon, thèse de géographie (en cours).

3 Une liste moins complète figure en annexe d’un livre publié sous le parrainage de la snhf : Françoise et Pierre Cordier, 250 000 plantes. Où et comment les acheter, 1992.

4 Sous la pression de la demande, cependant, les pépiniéristes ont déjà retrouvé le parfum des roses, comme le note Martin de la Soudière : « Au sein du concours des roses de Bagatelle – véritable institution qui a vu le jour en 1907 – tout récemment, en 1982, a été créé le “prix du parfum”. Ce nouveau concours, qui vient couronner les “roses à senteur”, s’est ouvert à la demande et sous la pression du public et des parfumeurs. Depuis plusieurs années, l’on reprochait aux roses d’avoir perdu leur parfum, aux rosiéristes de se désintéresser de cette caractéristique de la fleur » (Autrement, 1987).

5 École nationale des ingénieurs et techniciens de l’horticulture. Son siège est à Angers.

6 Nature 43 (Fédération de protection de la nature de la Haute-Loire), n° 50, 1990. Le document m’a été transmis par Martin de la Soudière qui, sur ces mêmes hautes terres du Massif central a enquêté sur les pratiques de cueillette de plantes sauvages (Soudière et Larrère 1989).

7 Fédération de protection de la nature de la Haute-Loire.

8 L’opposition entre les amateurs ornithologues et les amateurs éleveurs d’oiseaux a été étudiée par Sophie Bobbé, De la création d’une nature nouvelle à la fabrication du vivant, 1991.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search