Version classiqueVersion mobile

Vert patrimoine

 | 
Françoise Dubost

3. Les amateurs collectionneurs

Texte intégral

1Ce rôle innovateur et pionnier des amateurs-collectionneurs renoue avec une longue tradition historique. Pour ne s’en tenir qu’au xixe siècle, on sait par exemple que l’introduction de nouvelles espèces exotiques en France doit beaucoup à Joséphine de Beauharnais. A la Malmaison, transformée en parc expérimental, arrivait, en même temps qu’au Museum, le butin de toutes les expéditions guerrières ou scientifiques, des plantes venues d’Égypte, d’Australie ou des Antilles. Elles étaient acclimatées en plein air ou conservées en serre chaude (le jardin d’hiver de la Malmaison fut le premier du genre en Europe) par les soins du botaniste Aimé Bonpland. L’impératrice en distribuait beaucoup autour d’elle et faisait part aux préfets de son désir de les naturaliser dans les jardins botaniques de province. Elle en expédiait surtout en grand nombre dans le Midi où le climat était favorable à leur acclimatation : c’est ainsi qu’on lui doit l’introduction des eucalyptus et des mimosas sur la Côte d’Azur. Au même moment, Aglaé Adanson, fille du célèbre botaniste Michel Adanson, se retirait dans ses terres de Balaine, et y créait un arboretum d’espèces tropicales ou subtropicales. Sa remarquable science horticole lui permit d’acclimater nyssas, liquidambars, cyprès chauves et autres grandes nouveautés de l’époque. A la suite de ces deux pionnières, la passion des plantes exotiques s’est largement répandue dans la noblesse et la bourgeoisie : sous la Restauration et la Monarchie de Juillet, la mode des serres et des parcs à l’anglaise gagne toute la province, et c’est au milieu du xixe siècle que sont nées la plupart des sociétés savantes d’horticulture.

  • 1 Je tiens ces précisions d’Ernest Boursier-Mougenot, co-auteur avec Michel Racine du livre Les Jard (...)
  • 2 Les côtes bretonnes et normandes ont attiré les collectionneurs, de même que la Côte d’Azur, pour (...)

2A la même élite de la naissance ou de la fortune appartiennent les grands collectionneurs de la Côte d’Azur dont les générations se sont succédé du xixe siècle à l’entre-deux-guerres. Rares sont aujourd’hui ceux qui disposent des moyens financiers considérables que suppose l’entretien de ces jardins. J. M-L. est mort en 1971 mais sa veuve a toujours un chef-jardinier à son service, dix-huit jardiniers permanents plus quelques saisonniers, sans compter le botaniste formé par le collectionneur lui-même aux tâches d’identification et d’archivage, et un artiste local qui ne s’occupe que des orchidées. Les seules cactées occupent quinze serres différentes et comptent quelque 15 000 variétés…1. D’autres célèbres jardins de collection, celui du Prince Volkonsky à Kerdalo en Bretagne ou celui de la Princesse Sturza à Vasterival en Normandie2 sont les derniers témoins d’une époque en voie de disparition. La plupart des héritiers de ces collections historiques ne disposent plus des fortunes qui étaient celles de leurs ascendants et doivent trouver les moyens de conserver et d’entretenir leur propriété. L’exposition-vente de plantes rares fait désormais partie de cette panoplie de moyens.

Le virus de la collection

3La mode ne touche pas que les néophytes. Les collectionneurs eux aussi ont leurs modes, leurs goûts évoluent et suivent l’air du temps (c’est au chapitre « De la mode » que La Bruyère place le portrait du collectionneur de tulipes). De ces modes successives, l’apparition ou la disparition des différentes « sections » au sein des sociétés d’horticulture sont un bon indicateur, de même que la naissance des sociétés spécialisées dans une espèce unique. A la Société nationale d’horticulture de France, la section la plus ancienne est celle des roses (sa création remonte à 1850), les plus récentes regroupent les amateurs de bonsaïs, de cactées, de fuchsias et de géraniums. La Société lyonnaise d’horticulture a créé deux sections nouvelles pour les fuchshias et les cactées en 1985 et 1986, mais on ne trouve plus à la Société d’horticulture de l’Hérault les commissions du figuier et du chrysanthème qui existaient dans l’entre-deux-guerres. La Société française des chrysanthémistes est née en 1896, la Société française du dahlia en 1928, la Société française des iris et bulbeuses en 1959, la Société française d’orchidophilie en 1969. Parmi les collectionneurs qui se vouent à une espèce unique, certains, comme les orchidophiles et les rosiéristes, affichent ainsi de vieilles lettres de noblesse ; d’autres ont suivi une mode toute récente, comme les adhérents des clubs de bonsaïs, qui ont tous été créés entre 1985 et 1990. Et comme on l’a vu plus haut, les fruits et les légumes ont fait à leur tour leur entrée sur le marché de la rareté, un marché qui s’est créé totalement en marge du circuit commercial existant et des principales entreprises professionnelles.

4Comment, pourquoi, devient-on collectionneur ? On se souvient que La Bruyère a peint l’amateur de tulipes en maniaque obsessionnel. Les collectionneurs d’aujourd’hui font souvent allusion sur le mode humoristique à la dimension pathologique de leur activité. L’amour des plantes est un « virus », disent-ils volontiers – « j’ai attrapé le virus ; j’ai communiqué le virus à Untel » –. « Une fois qu’on a commencé on ne peut plus s’arrêter, une collection en entraîne une autre », explique un artiste plasticien qui a longtemps laissé en friche le jardin autour de son atelier de Nice avant de se lancer dans la création d’un jardin blanc :

Rien que des floraisons blanches, c’était une idée d’esthète, pas de botaniste. Je me suis ensuite aperçu qu’un jardin blanc, une fois défleuri, c’était un peu triste, j’ai voulu de la couleur et j’ai fait un jardin d’iris. Ce sont les iris blancs, des germanica fiorentina tout à fait ordinaires, qui m’ont conduit aux iris botaniques, les iris Spectorum qui poussent au Japon sur les toits, des iris des zones désertiques qu’il faut protéger l’été avec une vitre parce qu’ils ne doivent pas recevoir d’eau, j’ai même eu un iris de Suze, cet iris noir si difficile à obtenir, mais je n’ai jamais réussi à le voir fleurir. Ensuite, je me suis intéressé aux roses anciennes, j’en ai eu jusqu’à soixante variétés. Mon dernier dada, ce sont les plantes alpines ; je me suis inscrit dans une association botanique parce que ça me permettait de visiter des collections qui ne sont pas ouvertes au public, et puis aussi d’acquérir des notions de botanique, et c’est dans les sorties sur le terrain, devant les plantes, qu’on apprend le plus facilement. Donc voilà mon itinéraire de collectionneur, du jardin blanc aux iris, puis aux roses, et enfin aux plantes alpines…

5Ce que Jacques Hainard (1982) appelle « l’esprit de collection » s’affiche surtout comme passion. Comme toute passion, elle est rebelle à l’explication : « La création d’une collection est affaire de passion, de joie, de sensation, de relation avec les plantes, c’est le contact permanent avec ces compagnes de tous les jours. L’idée de créer une collection n’est pas explicable, tout au moins pour moi : l’envie, un jour, se trouve là » (Gallier 1992). A cette passion, d’aucuns donnent même un caractère religieux. Ainsi André Bay (1987), pour qui l’orchidophilie est un véritable culte, avec « ses grands initiés, ses officiants, d’innombrables fidèles » disséminés sur toute la planète depuis le xviiie siècle.

La hiérarchie des collectionneurs

6Initiés, officiants et fidèles : c’est dire aussi qu’il y a une hiérarchie des collectionneurs, avec au sommet les « grands », ceux qui ont une dimension internationale.

En France, dit l’un d’eux, on est 150 collectionneurs, pas plus, des gens qui se connaissent entre eux, qui s’échangent des graines, qui sont prêts à faire des milliers de kilomètres pour trouver une plante à n’importe quel prix… Moi je corresponds avec près de 300 arboretums dans le monde, j’ai leur Index Seminum, on s’échange des graines, la dernière demande que j’ai eue, c’est du conservateur d’un petit arboretum botanique de Chine, au nord de Pékin, qui m’a demandé toutes les roses sauvages qui poussaient ici, je n’avais pas tout, je leur ai envoyé environ 90 sachets de graines et moi en échange j’ai eu toute leur collection de lilas, dont certains qu’on recherchait depuis longtemps… voilà comment ça se passe, c’est la seule façon d’introduire des espèces qu’on ne trouve ni chez les pépiniéristes, ni dans les jardins botaniques de France ou d’Europe. (…) Je ne m’intéresse pas à un genre précis, je suis très diversifié dans ma collection, mais il y en a qui ne s’intéressent qu’à la famille des rosacées, d’autres aux érables, ou aux saules, Labordette, lui, ne s’intéresse qu’aux tilleuls et aux frênes, il a, je crois tout ce qui existe dans le monde pour ces deux genres.

  • 3 Le National Council for the Conservation of Plants and Gardens (nccpg), fondation philanthropique (...)

7Georges Gallier, quant à lui, a réuni toutes les variétés existantes de cornus, de budleias et de fusains, et pour ces trois genres, sa collection est classée « nationale » par le Conservatoire des collections végétales spécialisées. Le ccvs a été créé en 1992 à l’initiative de l’Association des parcs botaniques de France, qui avait procédé à un premier recensement des collections privées. Il a pour mission de poursuivre le recensement et surtout d’assurer la protection et la sauvegarde de ces collections. C’est un organisme privé (son statut juridique est celui d’une association loi de 1901), qui s’appuie sur un réseau d’amateurs et de bénévoles, en s’inspirant encore une fois du modèle anglais3.

  • 4 Les 4 membres fondateurs sont les Conservatoires Botaniques de Brest, Nancy et Porquerolles, et le (...)

8La création du ccvs traduit clairement la volonté des amateurs de conserver leur autonomie par rapport aux responsables des collections publiques. Dans la hiérarchie des collectionneurs intervient un autre élément important, qui est la distinction entre « privés » et « institutionnels » : les conservatoires publics, en effet, s’estiment les seuls garants du caractère scientifique des collections. Mais, alors même que se réveillait l’intérêt du public pour la botanique et que se développaient de nombreuses collections d’amateurs, la régression des disciplines naturalistes à l’université et l’insuffisance des crédits alloués aux jardins botaniques et arboretums publics limitaient considérablement les moyens d’action de ces derniers. De son côté l’inra, chargé de la conservation des ressources génétiques pour les plantes alimentaires, avait cessé de prendre en charge les variétés locales et anciennes dès le milieu des années 60 pour se consacrer uniquement à la sélection et à la création variétale. Si bien que les amateurs et collectionneurs privés pouvaient paraître les seuls, au début des années 80, à mener le combat en faveur de la biodiversité. Pour remédier à cette situation et à l’initiative du ministère de l’Environnement, a été créée en 1983 une Association des conservatoires français d’espèces végétales, devenue en 1987 Association française pour la conservation des espèces végétales (afcev). Elle regroupe les principales institutions publiques concernées4, d’autres organismes publics ou privés étant invités à s’associer à ce noyau central. Outre son rôle d’expertise, de conseil et de formation en matière de conservation du patrimoine végétal, l’afcev a pour mission de mettre en place et de diffuser des méthodologies, des normes, des directives, voire des chartes, labels ou agréments. Ce qui n’est pas sans provoquer la méfiance des associations de collectionneurs, qui redoutent les effets restrictifs de cette normalisation. De plus, l’afcev s’est principalement consacrée depuis sa création aux variétés fruitières et aux espèces sauvages, et n’a pas encore eu le temps ou les moyens d’investir tous les domaines du patrimoine végétal. Son champ d’action est donc, dans les faits, moins étendu que celui des collectionneurs privés. Ces derniers entretiennent avec elle une double relation de complémentarité et de concurrence. Ils sont adhérents à l’association, les plus notables d’entre eux du moins, mais ils tiennent à constituer un réseau indépendant et à poursuivre leurs objectifs propres.

Désintéressement ou profit

9Protection et sauvegarde des collections : le problème est moins celui de la durée de vie limitée des plantes – après tout, elles ont aussi la faculté de se reproduire – que leur fragilité face aux aléas climatiques. Les histoires de collectionneurs sont toujours pleines de catastrophes. On racontait au lendemain de la tempête de 1987 en Bretagne que Charles Favier, collectionneur célèbre, tronçonnait lui-même, à 86 ans, les arbres de son parc ravagé. Dans le domaine de Bellecoste en 1989, les rats chassés des égouts par la grande inondation de Nîmes et trouvant refuge sur les pentes de la Costière, dévorèrent en une nuit une collection de cactées. G.D. évoque les grandes gelées printanières de 1985 qui détruisirent la quasi-totalité de ses plantations, comme un tournant de son existence : « J’ai payé très cher mon mépris des contraintes écologiques, j’ai appris l’humilité et recommencé ma collection sur des bases entièrement nouvelles. » La fragilité du patrimoine végétal ne se manifeste pas seulement lors des catastrophes climatiques, mais aussi, et peut-être surtout, lors des périodes d’abandon, et beaucoup de collectionneurs se disent hantés par l’idée que leur collection ne pourra leur survivre, faute de soins expérimentés.

  • 5 Dans son dernier ouvrage Brève histoire de l’euphorie financière, 1991, Galbraith reprend, en l’em (...)

10Les contraintes qui pèsent sur les collections de plantes sont si lourdes que les collectionneurs n’éprouvent guère le besoin d’affirmer leur désintéressement et de prévenir le soupçon de lucre, comme le font par exemple les collectionneurs de tableaux (Moulin 1967). Il y a beau temps qu’on ne spécule plus sur les variétés de tulipe, comme au xviie siècle en Hollande, où elles ont fait l’objet du premier krach boursier de l’histoire5. Il y a longtemps par contre que les plantes rares coûtent si cher en aménagements, en soins et en entretien, qu’elles peuvent fort bien mener leur propriétaire à la ruine : ce fut le cas d’Eugène Mazel, qui fit fortune au milieu du siècle dernier dans le commerce des épices en Extrême-Orient, qui engloutit tout son bien dans la création d’un jardin d’espèces exotiques à Anduze, et dut finalement abandonner son domaine de Prafrance à ses créanciers.

11Tout récemment encore, l’amour des plantes rares pouvait donc apparaître comme l’exemple même du pur désintéressement. Mais les choses sont en train de changer, avec le brusque engouement dont elles sont l’objet en France depuis quelques années à peine. Il n’est plus impossible de s’enrichir grâce aux plantes rares : le succès croissant des expositions-ventes dont les amateurs ont eu l’initiative il y a quelques années, ont entraîné quelques-uns d’entre eux dans la logique du profit, et l’on connaît quelques cas de réussite remarquable chez les pépiniéristes professionnels. La suite de l’histoire du domaine de Prafrance en témoigne. Les créanciers d’Eugène Mazel avaient d’abord tenté de faire du domaine une exploitation agricole, et détruit la majeure partie de sa collection. Mais ils ne purent jamais venir à bout des bambous, dont les rhizomes avaient entièrement colonisé le sol, et la propriété fut finalement rachetée par une famille nîmoise qui en fit sa résidence d’été. Quelques générations plus tard, le mariage de la dernière descendante de cette famille avec un ingénieur horticole formé à l’École de Versailles entraîne la transformation radicale du domaine : la Bambouseraie de Prafrance est devenue la première pépinière de bambous d’Europe, et la collection, enrichie de nombreuses variétés rapportées d’Asie, attire un grand nombre de visiteurs (375 000 en 1991). Le bambou est l’exemple même d’une mode récente. Cette plante résistante à la sécheresse comme au froid malgré ses origines exotiques, peu exigeante en sol et en lumière et qui ne perd pas son feuillage en hiver, a des atouts qui expliquent son succès actuel, aux dires des spécialistes. Reste à expliquer pourquoi ces atouts ont été si longtemps ignorés. Les conditions de lancement de la mode, les différents acteurs qui ont contribué à sa diffusion, seraient à étudier dans chaque cas particulier. De même qu’il faudrait observer la durée de ces modes : ainsi le bonsaï, dont la vogue fut spectaculaire au milieu des années 80, a rapidement perdu nombre de ses adeptes, découragés par les difficultés que pose l’entretien de cette plante aussi coûteuse que fragile. C’est du moins l’interprétation que donnent de la diminution du nombre de leurs adhérents les responsables de plusieurs clubs de bonsaïs. Pour sa part, le journal Rustica, dans un article intitulé « La mode a-t-elle tué le bonsaï ? » (1991) mettait en cause la mauvaise qualité des plantes massivement importées et distribuées pendant cette courte période. De fait, ce ne sont ni les amateurs, ni les producteurs qui ont lancé la mode, mais des commerciaux : 97 % des bonsaïs étaient importés, la vente s’effectuant par l’intermédiaire des clubs créés un peu partout en France, avec un discours d’accompagnement pimenté de philosophie zen.

12Un véritable marché des plantes rares s’est créé en quelques années. Son importance reste cependant dérisoire, comparée à celle du marché de la peinture. C’est d’ailleurs moins la question du profit que le système de légitimation qui fait l’intérêt de la comparaison entre collectionneurs de plantes et collectionneurs de tableaux. Dans les deux cas, et contrairement aux collectionneurs de boîtes de camembert, il s’agit d’une passion « noble ». Mais si la peinture a une forte légitimité culturelle, les plantes rares tirent d’abord leur noblesse d’une légitimité scientifique. L’activité du collectionneur de plantes, en effet, est celle-là même qui est à l’origine des sciences naturalistes : découvrir, inventorier, classer, systématiser, hiérarchiser.

Le goût de l’érudition

  • 6 Le premier Jardin des Plantes français fut créé en 1593, attenant à la faculté de médecine de Mont (...)
  • 7 La Revue horticole, publiée par le Museum à partir de 1820, tient la chronique régulière d’innovat (...)

13Le collectionneur se trouve ainsi, à ses propres yeux, paré d’un prestige acquis depuis des siècles. On sait que la collection de plantes fut liée dès le xvie siècle aux voyages, aux découvertes, à la « collecte du monde », comme dit Daniel Defert (1982). Nombre de naturalistes, dont le savoir englobe traditionnellement la botanique, la zoologie et la minéralogie, étaient à l’origine des scientifiques de profession, souvent des médecins ou des apothicaires à la recherche des vertus thérapeutiques des plantes6. Savants, horticulteurs professionnels et amateurs érudits pendant longtemps se sont côtoyés et ont entretenu des rapports étroits. Krzysztof Pomian (1987) et Antoine Schnapper (1988) nous ont montré les uns et les autres partageant jusqu’à la fin du xviie siècle cette même « culture de la curiosité » qui les amènent à privilégier parmi les objets naturels le rare, l’inédit, l’exceptionnel, voire le bizarre ou le monstrueux ; tout comme ils partagent les fruits de la révolution scientifique du xviiie siècle, qui les conduit à voir dans le répétitif et l’ordinaire le seul fondement des lois de la nature. Tout au long du xixe siècle, qu’il s’agisse de l’obtention de variétés inédites ou de l’acclimatation de plantes exotiques, les amateurs (au sein notamment des sociétés savantes d’horticulture) sont en relations constantes avec le Museum d’histoire naturelle et les horticulteurs professionnels7. Ce n’est plus le cas aujourd’hui et la rupture de ces liens caractérise justement l’époque récente : le label savant est réservé aux institutions publiques, Museum, Arboretum, ou Conservatoire ; la recherche sur les variétés nouvelles est le monopole de laboratoires disposant de gros moyens, leur acclimatation est le fait des pépiniéristes professionnels. Mais les amateurs-collectionneurs n’ont pas renoncé à prouver l’intérêt scientifique de leur activité : ils la déploient dans de nouveaux domaines, en se spécialisant notamment dans les espèces sauvages et les espèces en voie de disparition.

  • 8 Les deux sociétés, créées au début du siècle dernier, ont conservé les sections classiques de la t (...)

14Les espèces botaniques (voir chap. 1, note 4) les plus faciles à collectionner sont les espèces locales. Ainsi l’Association des naturalistes de Nice et la Société linnéenne de Lyon8 comprennent l’une et l’autre dans leur section botanique une très active sous-section « Plantes alpines », qui organise des sorties de reconnaissance et des séances d’identification dans la nature. Les nouveaux amateurs sont initiés par les plus anciens et les plus érudits aux principes de classification des plantes, et font l’apprentissage du code latin, cette langue internationale des botanistes. Les plantes alpines ont par ailleurs l’avantage de pouvoir être collectionnées dans des jardins de taille modeste : il n’est pas rare de trouver jusqu’à 1 500 ou 2 000 plantes acclimatées autour de la maison dans un très petit jardin. Ce type de collection est à la portée de tout le monde. Par contre, la quête des espèces botaniques exotiques, qui suppose la possibilité de faire des voyages lointains, est réservée aux gens qui en ont les moyens. B. F. vante le daphniphilum dont elle a récolté les graines en Corée, C. M. raconte son émotion en découvrant dans un sous-bois du mont Fudji une variété d’hydrangéa dont il n’existe que trois ou quatre spécimens en Europe. Les amateurs fortunés prennent volontiers pour modèles les grands collectionneurs que seule intéresse la variété la plus rare d’une espèce rare. Ainsi, le vicomte de Noailles tirait grande fierté du métaséquoïa qu’il avait planté dans son jardin de Grasse en 1951, peu après que l’on eut découvert dans une vallée chinoise des sujets vivants de cet arbre, jusque-là seulement connu à l’état fossile ; on raconte que jusqu’à sa mort en 1981, le vicomte ne cessait de le mesurer, affirmant que c’était le plus haut d’Europe.

15A. du T., dont la collection d’iris comporte près de 200 variétés, s’intéresse exclusivement, quant à elle, aux variétés anciennes. L’iris était au xviie siècle, avec l’anémone et la tulipe, l’œillet ou le narcisse, une des espèces sur lesquelles s’acharnaient les « fleuristes », amateurs ou professionnels en quête de variétés inédites (Schnapper 1988). Une quête aujourd’hui réservée aux professionnels, qui ont récemment rivalisé d’efforts pour obtenir la couleur rouge vermillon jusque-là absente de la palette et produire un iris tricolore à l’occasion du Bicentenaire de la Révolution française.

Moi je laisse ça aux gens du métier, déclare la collectionneuse, je ne suis pas producteur d’iris, je ne fais pas d’hybridation. Mon but à moi c’est d’essayer de maintenir les vieilles variétés. Je les trouve un peu partout, dans les jardins de la région, chez les vieux pépiniéristes qui cessent leurs activités et vendent leurs collections, je fais des échanges avec d’autres amateurs, j’en ai obtenu quelques-uns par la Société française des iris. Beaucoup de ces variétés anciennes ne sont pas identifiées, je suis loin d’avoir pu mettre un nom sur toutes celles que je possède, je me fais aider par mes amis spécialistes. Etiqueter, tenir un fichier, c’est un gros travail, mais je voudrais entreprendre aussi un autre travail, reconstituer des généalogies. Je voudrais le faire pour trois iris, cet iris bleu et blanc qui s’appelle Wool cloth, qui descend d’un petit germanica ordinaire et qui est le père très prolifique de tous les bicolores blancs et bleus et de tous les festonnés bleus, et puis Granada gold, et aussi One desire, le premier iris rose à ne pas être rose-orange, mais rose-rouge, et vous savez que l’iris vermillon c’est la bête rare que tout le monde cherche et qui n’existe pas encore…

16Reconstituer des généalogies, c’est aussi le but du responsable de l’association Fruits oubliés à Peyrolles dans le Gard, qui travaille depuis vingt ans sur les variétés anciennes de pommes, de poires, de prunes et de châtaignes.

Dans les institutions publiques, et notamment à l’inra, constate-t-il, il y a près d’un demi-siècle qu’on ne fait plus de pomologie, la recherche génétique a mobilisé toutes les énergies. Il n’y a plus que les amateurs aujourd’hui pour s’intéresser à la pomologie, ce sont actuellement les seuls qui soient compétents dans ce domaine. Reconstituer l’histoire des variétés fruitières pour établir des descriptions rigoureuses, c’est un travail de bénédictin, ajoute-t-il en montrant ses fichiers (près de 10 000 fiches, rien que pour les pommes…), mais il faut ce travail-là pour résoudre le problème des synonymes, car ces variétés ont voyagé dans le monde entier et reçu des appellations locales très diverses. C’est la source de nombreuses erreurs, j’en ai repéré une bonne vingtaine dans le très officiel Verger français, tout récemment republié. Nos recherches ont été longtemps dédaignées par les professionnels, mais voilà qu’ils commencent à s’intéresser aux variétés anciennes, à découvrir bien après nous les dangers de la sélection à outrance et la nécessité de préserver la diversité. Du coup on s’adresse à nous, l’inra vient de nous demander douze fiches sur des variétés de pommiers à inscrire à l’Inventaire. Ce qui prouve qu’on a quand même nos lettres de noblesse…

17Cette recherche de caution scientifique en témoigne, les collectionneurs de plantes rares se veulent des chercheurs plutôt que des gens de goût. C’est la recherche de légitimité savante, et le souci constant d’approfondir ses connaissances, qui distinguent le collectionneur de l’amateur esthète. Ce dernier s’intéresse surtout à l’effet décoratif des plantes, à leur forme ou à leur couleur, et au rôle qu’elles jouent dans l’architecture du jardin. Il n’a pas le goût de « la rareté pour la rareté » (comme le dit l’un d’eux), qui est celui des collectionneurs férus de botanique. Certains grands collectionneurs, cependant, sont aussi de grands créateurs de jardins. Le vicomte de Noailles (par ailleurs collectionneur d’art, et lié aux plus grands artistes et écrivains de sa génération) fut l’une de ces notables exceptions.

Portraits de collectionneurs

18A travers ces quatre portraits, s’esquisse une typologie des collectionneurs de plantes, où l’on trouvera à la fois des types traditionnels (l’héritier, le notable) et des types nouveaux (l’écologiste, le retraité). Les portraits permettent également de souligner le poids des variables sociologiques, âge, sexe ou appartenance sociale, et de mettre en évidence chez les collectionneurs l’importance du mode d’initiation ou le poids des modèles de référence.

Un héritier

19R.M., petit-fils d’un grand collectionneur qui était aussi un grand banquier, a abandonné la banque familiale pour se consacrer au parc créé par son grand-père. On comprend à l’entendre les problèmes que pose ce type d’héritage, même au sein d’une famille fortunée, et le drame que représente toute période d’abandon. Le don et l’échange entre collectionneurs sont les meilleurs garants de la survie des espèces rares : R.M. le souligne, mais ne néglige pas pour autant la nécessité d’actions plus collectives et du recours aux subventions publiques. Il fut l’un des pionniers du mouvement associatif pour la sauvegarde des jardins historiques, à la recherche de solutions permettant aux propriétaires privés d’entretenir leur patrimoine (tous ne pouvant obtenir, comme ce fut son cas, un classement à l’Inventaire des monuments historiques). Pour mener à bien les travaux de restauration, l’ouverture du parc au public, la création d’une pépinière dont les revenus s’ajoutent à ceux des visites, R.M. a dû acquérir de solides compétences. Quand on lui demande d’où lui vient sa passion pour la botanique et l’horticulture, il raconte la visite qu’il fit à l’âge de quinze ans, en compagnie de sa mère, à Robert et Jelena de Belder, célèbres collectionneurs belges. Sa vocation, dit-il, date de là. Il ne méconnaît pas pour autant le poids de la tradition familiale :

Avoir un grand-père collectionneur, ça joue un rôle, bien sûr. C’est comme Obélix et la potion magique, quand on tombe dedans en naissant… Ce qui m’a beaucoup influencé, c’est la cohérence de ce qu’il a fait. Pourquoi est-ce si beau, pourquoi ces plantes vont-elles si bien ensemble, je me suis posé la question pendant vingt ans, j’ai fini par trouver des réponses qui sont peut-être des réponses personnelles, mais qui collent avec celles des peintres dans l’histoire de l’art. J’ai fini par trouver des clés du paysage, des clés du jardin, qu’on ne trouve dans aucun livre. Ça demande du temps, le temps de faire des erreurs, quand on se trompe on s’aperçoit que ça ne va pas avec le reste. Il faut d’abord savoir identifier les plantes, savoir ensuite pourquoi elles sont belles ensemble. C’est une chance qu’un jardin comme ça existe, pas seulement pour moi, pour tous les gens qui s’y promènent, maintenant je peux leur expliquer, leur dire pourquoi, ils gagnent vingt ans…
(…) Mon père n’était pas botaniste du tout, mais c’était une force de la nature, c’est lui qui a arraché les ronces, remonté les ruines, il a eu un mérite extraordinaire, il a été le reconstructeur, le rebâtisseur. Il y a eu une période de 15 ans d’abandon, la guerre, la maison habitée par des Allemands pendant quatre ans, le parc ruiné. La restauration n’a pu démarrer qu’en 1955, on n’a pu ouvrir qu’en 1970, il a fallu quinze ans de travail pour réparer quinze ans d’abandon. Mon grand-père est mort en 1946 sans avoir revu le parc. Je ne me souviens pas vraiment de lui, j’étais trop petit, mais je comprends tellement ce qu’il a fait que j’ai l’impression de le connaître très bien. Il y a aussi le témoignage des gens qui l’ont connu. C’était un homme très difficile, heureusement, je crois, que les générations ont été séparées… Mon père a eu carte blanche pour remonter le parc, et moi j’ai eu carte blanche pour ouvrir le parc à la visite et pour l’enrichir. Mes frères et sœurs aussi sont des passionnés, mais moi j’ai eu la chance de venir habiter ici et de pouvoir consacrer tout mon temps aux collections…
(…) Le collectionneur qui veut la plante que personne n’a et ne veut sous aucun prétexte la diffuser, c’est comme la cuisinière qui ne veut pas donner sa recette de cuisine, il mourra et la plante avec lui. J’en connais, c’est une minorité. Les gens ont compris qu’il faut donner les plantes. Nous, nous avions une plante incroyable. Un ami pépiniériste nous la demande, on se dit, on lui donne, on lui donne pas ? Finalement on lui donne. On perd la plante pendant la sécheresse de 1990, on était désespérés, on lui avait donné le nom de mon père, à cette plante, c’était sentimental, en plus. Là-dessus je vois l’ami pépiniériste, il avait multiplié la plante, il en avait 2 000, il m’en a donné 50. Il ne faut jamais hésiter à donner, on ne sait jamais ce qui peut arriver…

Une femme de notable

20« Avoir du goût est un privilège statutaire de la femme. La collection est devenue tout naturellement le hobby à la mode et socialement valorisant des femmes sans profession des classes moyennes supérieures. Donner le ton fait partie des obligations de la femme du monde, comme les bonnes œuvres » : la remarque de Raymonde Moulin (1967 : 242) s’applique aux collectionneuses de peinture, elle pourrait tout aussi bien s’appliquer à O.M., épouse d’un industriel lyonnais du textile, et qui habite sur les pentes de la colline de Sainte-Foy à Lyon, où elle collectionne des vivaces et des roses anciennes. Ce n’est pas une mécène ou une pionnière au même titre que Joséphine de Beauharnais, Aglaé Adanson, ou encore George Sand qui remplissait son jardin de Nohant d’espèces sauvages savamment acclimatées. Mais O.M. est un bon exemple de ces amateurs qui suivent d’abord la mode (une mode d’autant plus distinguée qu’elle vient d’Angleterre), qui progressivement se prennent au jeu de la collection, et dont l’exigence, la compétence et le savoir-faire grandissent avec l’expérience. Les relations qu’elle entretient avec le pépiniériste André Eve, le soutien qu’elle lui a apporté, montrent le rôle qu’ont joué les amateurs avertis dans la relance récente des productions spécialisées.

La propriété appartenait à mon père, j’y ai passé mon enfance, je rêvais de retrouver ce jardin, nous sommes venus nous y installer en 1967. Tout était à faire, il m’est arrivé de travailler quinze heures par jour, c’était fou, mais quand on est jeune, on peut, je me levais à 4 heures tous les matins pour semer et repiquer. J’ai planté un tas de choses, beaucoup de rosiers modernes avec des couleurs très dures, rouge, orange… Et puis en 1975, j’ai fait un voyage en Ecosse, j’y ai visité des jardins extraordinaires, j’ai eu le choc de ma vie. Je me suis rendu compte que tout ce que j’avais fait, c’était ce qu’on voyait partout en France, c’était d’une banalité à hurler, on pouvait faire quelque chose de beaucoup plus naturel avec des couleurs ravissantes. Il fallait que j’arrache tout, que je recommence tout. Et j’ai tout recommencé… Aujourd’hui je n’ai que des roses anciennes et des roses botaniques, 480 variétés différentes, presque pas de rosiers remontants, fin juin tout est défleuri, mais il faut savoir attendre l’année d’après, revenir aux fleurs naturelles et au sitting naturel, ne pas avoir cette manie des rosiers qui n’arrêtent pas de fleurir, comme dans les roseraies des parcs publics… ici, ce n’est pas un jardin public. Au début, c’était très difficile de trouver des roses anciennes, il n’existait plus qu’une vieille pépinière en Anjou, toutes leurs étiquettes étaient fausses, les rosiers que je leur ai achetés n’étaient pas ceux que j’avais commandés, mais ils sont quand même très beaux, et je suis contente de les avoir aujourd’hui, même si c’était par erreur. J’ai connu André Eve tout au début, il n’était pas connu du tout, il avait besoin d’argent et avait fait un golf miniature pour vivre… il avait racheté le fonds de Monsieur Robichon, un rosiériste assez connu dont il avait été l’apprenti et qui lui avait vendu son fond avec de vieux rosiers. Eve avait une petite liste dactylographiée de 30 ou 40 rosiers, quand j’ai eu sa liste en main, je me suis dit, je rêve ! Dire que ça existe en France ! On se téléphonait pendant trois heures toutes les semaines, et un jour je l’ai emmené en Angleterre, je l’ai piloté, on a fait ça trois ans de suite et ça a été pour lui le grand démarrage. Il m’a toujours dit que s’il n’avait pas eu trois ou quatre amis comme ça, il n’aurait jamais tenu le coup…
(…) En France, je ne fais partie d’aucune association parce qu’elles sont nulles. Il y a une association française des roses dont le siège est à Lyon, il ne s’y passe rien, ils publient un bulletin sans intérêt, ils organisent un concours annuel de roses modernes pour rendre hommage à Monsieur Meilland, ou Delbard, ou Untel, ces gens qui ont tué les roses superbes de notre patrimoine pour faire des royalties avec des créations modernes, moi ça ne m’intéresse pas du tout, c’est exactement le contraire que je recherche. Je fais partie de One Robbins, c’est une toute petite association de spécialistes fondée par Bill Grown, qui a fait un PhD de roses anciennes aux États-Unis, il y a aussi des spécialistes d’Afrique du Sud, d’Australie, de Chine, de l’Inde…
(…) Pour les mixed-borders de vivaces, je me suis beaucoup inspirée, bien sûr, de tout ce que j’ai vu en Angleterre, mais pas avec les mêmes fleurs, parce que ce n’est pas du tout le même climat, ni le même sol ; en Angleterre, ils ont des flox, je ne peux pas en mettre parce que les étés lyonnais sont trop secs, les delphiniums se couchent parce que les orages sont trop violents, pour les lupins, c’est trop calcaire… J’ai pris modèle sur le livre de Lord Stern, qui a été le premier à faire un jardin calcaire en Angleterre au début du siècle, son livre, je crois que je le connais par cœur, mon mari dit toujours que c’est mon roman policier favori… J’ai beaucoup de variétés de sauges, de véroniques, de géraniums vivaces, d’hémérocalles, de tabacs, j’ai une grande collection de campanules, les carpatica, les glaumerata, les persifolia, les pluverulata, les aliarifolia, je suis abonnée à The Garden en Angleterre, qui m’envoie des graines…

Un néo-rural écologiste

21C.C. est le fondateur de l’association Fruits oubliés. Il a aujourd’hui 60 ans et s’est installé en 1976 au-dessus de Saint-Jean-du-Gard, dans un hameau isolé dont il a restauré lui-même les cinq ou six maisons qui composent aujourd’hui son habitation. S’il appartient à la vague des néo-ruraux de l’après-soixante-huit – on sait que les Cévennes furent avec l’Ariège leur terre d’élection – il n’a jamais élevé de chèvres : il s’agissait pour lui de retour à la nature plus que de retour à la terre. « Fils de grands bourgeois du Nord, j’ai toujours aimé la nature ; enfant, j’enviais les gardes-chasse de mon grand-père… », écrit-il dans un texte de présentation destiné à un document officiel. Il évoque en plaisantant la rupture avec son milieu d’origine, à propos d’un article que lui a récemment consacré le Figaro Magazine, « aux yeux de mes bourgeois du Nord, ça m’a lavé de certains péchés et donné une aura de respectabilité ». S’il partage l’esprit contestataire des écologistes – son association emploie des objecteurs de conscience, comme c’est d’ailleurs le cas de beaucoup d’autres associations de protection de la nature – ce n’est pas pour autant un marginal. Il a continué d’exercer sa profession de cadre commercial pendant plusieurs années avant de prendre une retraite anticipée pour se consacrer entièrement à la pomologie. Il est très représentatif de la mouvance écologiste par l’importance qu’il accorde à la diversité.

J’ai toujours été fasciné par la nature sauvage, je m’intéressais aux plantes sauvages bien avant de m’intéresser aux plantes domestiques. J’y suis venu à cause d’un vieux bonhomme qui arpentait les Cévennes depuis 40 ans et qui s’appellait Ménadier. Il est mort dans mes bras à 85 ans, je suis son héritier. J’ai hérité à sa mort d’une montagne de paperasses en désordre, deux camions de 15 tonnes de papiers. C’était un Cévenol d’origine, il habitait Montpellier, ingénieur de son métier, c’était donc un amateur comme moi, qui suis professionnellement un commercial, j’ai fait une école supérieure de commerce. (…) Ma philosophie à moi c’est la diversité, clé de l’adaptation, clé de la vie. Au début, je ne pensais pas aux fruits domestiques, et puis je me suis fait avoir par Ménadier, d’ailleurs ça rencontrait chez moi un autre vice, le vice du classement. Là où je suis fort, c’est dans la détermination varié-taie, grâce à un énorme travail de documentation. Dans mes fichiers vous pouvez trouver, espèce par espèce et variété par variété, tout ce que j’ai pu trouver dans les bouquins, en remontant jusqu’à Pline et en consultant les bouquins de l’Europe entière, des Etats-Unis et du Canada, puisque c’est dans cet espace-là que les fruits qui m’intéressent ont voyagé. Ce n’est pas une compilation, c’est une pomologie unifiée que je poursuis, ma méthode est la seule qui permette de repérer les erreurs synonymiques. C’est comme ça qu’on peut s’apercevoir que la pomme Eylau, russe d’origine et rapportée en France par un soldat de Napoléon, est devenue la pomme « Hello » en revenant d’Outre-Atlantique ; ou que la pomme Léonide, obtenue par le pépiniériste Nomblot au siècle dernier, est décrite par Nomblot lui-même dans son catalogue comme un fruit allongé, alors que dans un ouvrage récent de L’INRA, qui cite pourtant le nom de l’obtenteur, le fruit est rond comme une bille. Des erreurs comme celles-là il y en a sans cesse, une pomme qui roule bien sa bosse, en un siècle, elle fait vingt synonymes, il faut toute la documentation que j’ai réunie pour comprendre d’où vient l’erreur. Les gars de L’INRA qui ont pondu ce bouquin, ils ont fait de l’observation, ils ont compté les poils d’étamine, sans se soucier des ancêtres. C’est pas leur faute, pourquoi voulez-vous qu’un type se ruine à faire ce que je fais ? Moi, c’est ma danseuse, je peux vous montrer un petit bouquin qui m’a coûté 150 000 francs. Maintenant que je suis à la retraite, je revends mes bouquins après les avoir photocopiés, comme ça, je peux en acheter d’autres…
(…) Pourquoi les Cévennes ? Avec ma femme, on voulait se retirer doucement du monde des affaires, ma femme à l’époque disait, la nature, d’accord, mais le soleil ! Moi, c’était le pôle nature, elle, c’était le côté ésotérique, la mystique orientale. On s’est d’abord installés plus au sud, près du lac de Gréoux, il y avait un centre européen du yoga, on a travaillé avec eux. Mais moi je ne me sentais pas bien, le Languedoc ça me panique, il n’y pousse plus que ce que les hommes y mettent, Dieu a disparu. Ici c’est encore unique, on est encore dans une nature, avec de l’humus et de l’herbe verte… On a donc acheté ce hameau, et à remonter tous les murs, je me suis complètement cassé le dos. Au début on avait très mauvaise réputation, il y avait des choses qui ne passaient pas du tout, le naturisme, le style gourou, et puis très vite mon côté remonteur de pierres m’a fait conquérir l’estime des voisins, au bout de quatre ou cinq ans, j’ai été adopté…

Un retraité actif

22L’esprit de collection n’est pas une affaire d’âge. Mais la collection de plantes, plus exigeante en entretien que d’autres collections, suppose du temps libre. Si M.C. n’a pas attendu l’âge de la retraite pour collectionner des plantes, il leur consacre depuis vingt ans toute son existence. A 80 ans, il jardine du matin au soir, quand il ne participe pas aux réunions, sorties botaniques ou voyages qu’il organise au sein des deux associations dont il est responsable. Plaisir de sociabilité et goût de la collection vont de pair pour M.C. comme pour sa femme, qui est étroitement associée à ses activités. Leur exemple le montre : la collection de plantes n’est pas forcément un luxe réservé à une élite sociale, et la passion collectionneuse peut s’appuyer chez certains sur un savoir-faire hérité de la forte tradition populaire du jardinage. Les cactées comme les plantes alpines demandent peu de place, elles conviennent à la taille du jardin de M.C. et de l’habitation qu’il a fait construire dans les années 60 à Sathonay Camp, dans la banlieue lyonnaise.

J’ai créé la sous-section « Plantes alpines » à la Société linnéenne de Lyon il y a 27 ans, c’est la 6e sous-section, la plus récente, de la section « Botanique ». La section des cactées à la Société lyonnaise d’horticulture, elle, ne date que de 4 ans. Les deux sociétés sont d’inspiration très différente, dans la première il y a des gens très érudits, très scientifiques, dans la seconde ce sont surtout des jardiniers, des praticiens. J’ai commencé à collectionner des cactées juste après la guerre, c’est ma femme qui m’a mis sur cette voie, elle était vendeuse chez un pépiniériste, elle m’a offert les premières plantes… Petit à petit nous avons connu d’autres collectionneurs et des producteurs spécialisés, début juillet nous descendrons comme chaque année à Monaco, à l’exposition de cactées de Monaco tous les producteurs sont là, pour nous c’est la Mecque, vous voyez, c’est un peu notre religion… Ma serre est trop élémentaire pour que j’y garde les plantes en hiver, je les rentre sur la terrasse couverte qui est bien chauffée et pendant plusieurs mois elles occupent toute la place, ici les plantes passent en premier. J’en ai d’autres qui poussent en pleine terre dans la véranda que j’ai fait construire exprès, le serrurier m’a dit c’est bien la première fois que je construis une véranda pour des plantes, d’habitude c’est pour se bronzer ou pour agrandir la maison… C’est une passion d’homme, les cactées, en tout cas, dans ma section nous sommes une quinzaine, tous des hommes, je ne connais pas de femme qui s’en occupe, les dames ont ça en horreur, soi-disant parce que ça pique. En revanche, elles sont beaucoup plus nombreuses que les hommes à se passionner pour les plantes de rocaille…
(…) Les plantes alpines, je m’y suis intéressé assez tôt, on faisait beaucoup de tandem avec ma femme quand on était jeunes, on a fait tous les cols alpins et la plupart des cols pyrénéens, on voyait pas mal de plantes le long de la route et j’ai eu envie de les acclimater dans ce terrain que nous avions acheté au lendemain de la guerre, mais on n’y habitait pas, on habitait la Croix-Rousse à l’époque, en appartement. J’étais au service des eaux de la ville de Lyon, et vous savez, le travail de bureau ce n’est pas tellement passionnant, il faut se défouler sur autre chose… et puis quand arrive la retraite, si on n’a pas quelque chose à quoi se raccrocher… je vois d’anciens collègues qui ne savent pas quoi faire de leurs journées, et qui sont là à boire un canon, et puis un autre… Alors que dans la nature, il y a beaucoup à apprendre, beaucoup de plaisir à en tirer… En France, on ne fait pas assez dans l’enseignement pour apprendre aux jeunes la nature, les gamins en Suisse, ils en savent bien plus long qu’ici sur les plantes et sur la protection de la nature. C’est pour ça qu’on a des difficultés à recruter des jeunes, à la section « Plantes alpines », il y a une jeune dame de 32 ans mais c’est l’exception, la moyenne d’âge, c’est plutôt soixante ans… Mais je pense aussi que c’est une passion qui vient avec l’âge, guère avant 45 ans, nous-mêmes à 25 ans on préférait le tandem, on préférait courir plutôt que jardiner. (…) J’organise les sorties en montagne, je prévois les circuits, je retiens les hôtels ou les refuges, il y a deux excursions de deux jours prévues en juin dans les Alpes françaises, une de huit jours en juillet en Suisse, nous visiterons le jardin d’un collectionneur privé à Champey et le jardin botanique de la faculté de Lausanne. Nous avons fait des voyages de cent personnes avec deux cars, mais je préfère quand on est moins nombreux, sinon je ne connais pas assez la qualité de marcheur des gens. A 2 000 mètres, moi je commence un peu à souffler, mais ça va encore… L’an dernier, nous étions vingt-quatre pour le voyage en Espagne, c’était un bon nombre, et pour un voyage de trois jours, ce n’était pas trop cher, 1 590 F par personne… Je tiens beaucoup à la pratique, aux contacts directs avec les producteurs, aux visites et aux échanges entre collectionneurs. Il faut éviter que ça devienne du tourisme, c’est un peu la tendance des conférenciers lors de la réunion mensuelle de la société, ils viennent parler des plantes rares de Turquie ou de Chine, et ils passent autant de photos de monuments que de plantes…

23Les collectionneurs de plantes sont divers par leur origine sociale, leurs statuts, leurs revenus. Ce n’est pas nouveau. Au xviie siècle, constate Antoine Schnapper, le monde des « fleuristes » rassemblait aussi bien de grands personnages que des hommes de petite condition, et la compétence pouvait servir de passeport pour franchir les barrières sociales, si fortes pourtant à l’époque. D’autres traits caractéristiques des collectionneurs se retrouvent à travers l’histoire : les uns se passionnent pour l’acclimatation des plantes, les autres (que les premiers appellent volontiers des « collectionneurs d’étiquette ») pour l’identification botanique. Les uns sont des pionniers, poursuivant souvent longtemps leur quête solitaire, les autres des suiveurs. Ce qui est nouveau depuis quelques années, c’est néanmoins l’élargissement de cette élite d’amateurs-collectionneurs, élargissement qui va de pair avec une transformation profonde de la définition des « plantes rares » : le culte de la rareté s’est mué en culte de la diversité.

Notes

1 Je tiens ces précisions d’Ernest Boursier-Mougenot, co-auteur avec Michel Racine du livre Les Jardins de la Côte d’Azur.

2 Les côtes bretonnes et normandes ont attiré les collectionneurs, de même que la Côte d’Azur, pour leurs conditions climatiques exceptionnelles.

3 Le National Council for the Conservation of Plants and Gardens (nccpg), fondation philanthropique indépendante, filiale de la Royal Horticultural Society, a été créé en 1978.

4 Les 4 membres fondateurs sont les Conservatoires Botaniques de Brest, Nancy et Porquerolles, et le Museum national d’Histoire Naturelle ; les 5 membres de droit sont le Bureau des ressources génétiques, le cnrs, la Fédération des parcs naturels de France, L’inra et la Direction de la nature et des paysages du ministère de l’Environnement. Parmi les membres associés, côté public : le Groupe des ressources phytogénétiques d’Aquitaine (Ecomusée de la Grande Lande), le Centre régional de ressources génétiques Nord-Pas-de-Calais, le Conservatoire botanique de Gap-Charance ; coté privé : l’Association des parcs botaniques de France, l’association des Croqueurs de pommes, l’association Fruits oubliés, la Société pomologique du Berry.

5 Dans son dernier ouvrage Brève histoire de l’euphorie financière, 1991, Galbraith reprend, en l’empruntant à Charles Mackay (Extraordinary Popular Delusions and the Madness of Crowds, l’histoire de cette folie collective que fut la tulipomania. Les bulbes de tulipes, qui faisaient depuis le début du siècle l’objet de hausses continues, atteignirent en 1636 des prix extravagants. Un bulbe pouvait alors s’échanger contre « un carosse neuf, deux chevaux gris et leur harnais ». Le krach se produisit en 1637, entraînant une sérieuse récession de l’économie hollandaise tout entière.

6 Le premier Jardin des Plantes français fut créé en 1593, attenant à la faculté de médecine de Montpellier. Il existe toujours, au même emplacement.

7 La Revue horticole, publiée par le Museum à partir de 1820, tient la chronique régulière d’innovations qui sont le fait d’amateurs aussi bien que de professionnels (recherche non publiée de Marc Rumelhard, professeur à l’École nationale supérieure du paysage).

8 Les deux sociétés, créées au début du siècle dernier, ont conservé les sections classiques de la tradition naturaliste : minéralogie, ornithologie, mycologie et botanique.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search