Version classiqueVersion mobile

Vert patrimoine

 | 
Françoise Dubost

2. Les expositions-ventes de plantes rares en Province

Texte intégral

  • 1 La revue de la snhf a paru sous une forme entièrement nouvelle à partir de janvier 92, avec une ru (...)

1A l’imitation de Courson et de Saint-Jean-de-Beauregard, près de cent soixante-dix expositions ont eu lieu entre 1985 et 1993 (voir annexe I). La liste en a été établie à partir des annonces dont elles ont fait l’objet dans les revues de jardinage déjà citées, Rustica, Mon Jardin et ma Maison, L’Ami des Jardins, auxquelles a été ajoutée en cours de route, Jardins de France, la revue de la snhf1 Le recensement a été effectué d’octobre 1988 à novembre 1993, soit quatre années entières plus deux mois (pour permettre les comparaisons entre les deux mois d’octobre et novembre 1988 d’une part, et ceux d’octobre et de novembre 1993 d’autre part). Dans la masse des annonces publiées par les quatre revues, je n’ai conservé que celles concernant les expositions-ventes de plantes rares, à l’exclusion des expositions, floralies et salons de plantes rares où ces dernières sont à voir mais pas à vendre, à l’exclusion aussi des foires et marchés de végétaux où l’on ne vend que de la production courante. Ces diverses manifestations sont fort nombreuses, les expositions qui nous intéressent ici s’inscrivent donc dans une constellation beaucoup plus vaste qui témoigne d’une curiosité croissante du public pour le phénomène végétal. L’originalité des expositions-ventes de plantes rares tient à la nouveauté de la formule, ainsi qu’au rôle pionnier joué par les amateurs dans l’organisation d’un marché qui s’est développé totalement en marge du circuit de production et de distribution existant.

2La liste n’est pas exhaustive : d’autres manifestations ont eu lieu, qui n’ont pas été annoncées dans les quatre revues de diffusion nationale, et ont seulement fait l’objet d’une publicité locale. Au cours de l’enquête, nous avons eu connaissance de certaines d’entre elles, ce qui prouvait qu’elles avaient atteint un certain degré de visibilité, et nous les avons ajoutées pour cette raison. Bien que le critère de visibilité limite le nombre d’expositions qui figurent dans cette liste, cette dernière suffit néanmoins à attester l’importance prise par le phénomène. Elle permet aussi d’en établir la chronologie et la localisation géographique, et surtout de constituer – c’est l’intérêt majeur de ce recensement – une typologie des organisateurs.

Multiplication des genres et des lieux

3L’ère des expositions-ventes commence avec Courson, même si l’on peut trouver quelques exemples antérieurs. Une artiste peintre, parisienne et résidente secondaire dans la Drôme, avait lancé la Fête de la Coucourde d’or dès 1976, les Croqueurs de pommes ont exposé des variétés anciennes à Montbéliard dès 1978, et la Foire aux arbres de Lisieux, elle, remonte au Moyen-Age. Mais c’est avec Courson que le phénomène prend véritablement forme et devient contagieux. Le nombre de créations augmente régulièrement mais lentement jusqu’en 1988, ensuite le mouvement s’accélère : 31 expositions ont lieu en 1988, 57 en 1989, 68 en 1990, 124 en 1992, 131 en 1993. Entre-temps, une trentaine d’entre elles ont disparu, pour des raisons diverses : le décès de la propriétaire, au domaine de la Romaine ; aux Floréales d’Armor, le mauvais temps, qui a découragé les organisateurs de recommencer l’année d’après ; à l’abbaye du Valasse, les pépiniéristes invités n’ont pas fait leurs affaires et n’ont pas voulu recommencer ; certaines associations changent de lieu d’une année à l’autre, ainsi les Croqueurs de pommes ou les Bonsaï-clubs ; parfois aussi, l’exposition a changé de nature : prise en mains par la municipalité, la Fête de la Coucourde a cessé d’être le rendez-vous des collectionneurs de cucurbitacées pour devenir une foire locale ordinaire. Dans leur grande majorité, cependant, les expositions-ventes s’installent dans la durée : en 1993, quatre-vingt-dix d’entre elles ont déjà trois ans d’existence, une cinquantaine, cinq ans et davantage.

4Une trentaine d’expositions sont spécialisées dans un genre ou une variété (avec en tête les bonsaïs, les orchidées, les fuchsias et les cactées), elles correspondent à la définition traditionnelle des plantes rares. Mais, dans leur très grande majorité, les expositions sont à vocation généraliste, les plantes offertes ne sont pas des variétés inédites ou exotiques, mais des espèces autrefois courantes et qu’on ne trouve plus dans le commerce, devenues rares parce qu’en voie de disparition. Cette dimension patrimoniale est particulièrement marquée lorsqu’il s’agit de fruits et de légumes ; une exposition sur cinq leur est exclusivement consacrée, ce qui n’empêche pas de trouver des variétés anciennes de plantes alimentaires, médicinales ou condimentaires dans bon nombre d’autres foires aux plantes.

5Dans l’ensemble cependant, les plantes d’ornement dominent largement, ce qui suggère que la mode des plantes rares est sans aucun doute liée au développement de l’habitat individuel et du jardin d’agrément. L’implantation des expositions-ventes à l’échelle nationale confirme ce lien : les manifestations sont plus nombreuses dans l’Ouest, ainsi que dans les régions d’urbanisation pavillonnaire récente. Au total, dans deux départements sur trois, une ou plusieurs expositions ont eu lieu en 1993.

Les propriétaires privés

  • 2 A Courson comme ailleurs on y a recours : les « petites écuries » sont aménagées pour mariages et (...)

6Un certain nombre de propriétaires privés de jardins historiques n’ont pas tardé à suivre l’exemple de Courson, avec l’espoir de financer l’entretien et la restauration du jardin. Ce moyen s’ajoute à d’autres, déjà d’usage courant chez les propriétaires de demeures anciennes : visites guidées du parc et du château, location de locaux pour les réceptions, organisation de manifestations culturelles2. L’exposition-vente rentre ainsi dans la logique de rentabilisation du patrimoine. La référence au modèle anglais permet aux propriétaires de légitimer l’opération. En Grande-Bretagne, leurs homologues se sont trouvés depuis longtemps, en raison du régime successoral, dans la nécessité d’exploiter sous toutes ses formes leur patrimoine historique. En France, l’ouverture des jardins privés au public est un phénomène encore tout récent. « C’était impensable à la génération précédente » affirme une propriétaire, « ma belle-mère ne l’aurait jamais accepté. »

7Louise Courteix fut l’une des premières à franchir le pas. Elle a hérité dans des conditions difficiles du domaine de Balaine (Allier), où sa trisaïeule Aglaé Adanson avait, sous le Premier Empire, créé un arboretum d’espèces exotiques, le premier du genre en France. Après une longue période d’abandon, l’ensemble du domaine nécessitait une restauration au coût élevé et, faute de ressources suffisantes, Louise Courteix dut faire des choix. Pour sauver l’arboretum, elle a vendu les collections et le mobilier du château, dont elle n’habite que quelques pièces avec sa famille. Après avoir ouvert le parc au public, elle s’est lancée dans la commercialisation des produits de sa pépinière, puis dans l’organisation d’expositions-ventes de plantes rares.

  • 3 Robert Mallet est propriétaire du parc des Moutiers à Varengeville, où il a créé le Centre d’art f (...)

Mon père est mort en 1971, on s’est installés en 1972, après quelques mois d’indécision… tout était dans un tel état… on ne voyait plus l’entrée, c’était un roncier, on ne pouvait plus deviner qu’il y avait une grille dessous, l’accès se faisait par une petite allée latérale. (…) Mon père avait toujours accepté de recevoir quelques visiteurs, des sociétés horticoles, des spécialistes, Robert Mallet ou Georges Callen3 venaient souvent ici le voir… (…) Il y a cinq ans j’ai décidé d’ouvrir largement le parc au public, c’est-à-dire de l’ouvrir tous les jours sauf les trois mois d’hiver, j’ai fait beaucoup de publicité et on a eu un monde fou, mais des gens épouvantables, des gens qui couraient partout, qui marchaient sur tout, ensuite ces gens-là se sont éliminés tout seuls, et les gens qui viennent sont ceux qui sont vraiment intéressés par les plantes et qui ne font pas de dégradation, même le jour de Pentecôte où nous avons eu 2 000 entrées dans la journée, c’est le jour où il y a le plus de visiteurs à l’arboretum. Mon mari fait la police, des tournées en vélo à travers le parc… Avant, on ouvrait seulement quatre dimanches au printemps, on est passé à deux mois, puis à quatre mois, maintenant tous les jours du 1er mars au 30 novembre… Des expositions-ventes, il y en avait déjà depuis dix ans dans la région parisienne, mais très peu en province, rien dans la région Centre, et nous avons été sollicités à plusieurs reprises par les visiteurs de l’arboretum ou les clients de la pépinière, nous avons commencé à l’automne 1990, puis au printemps et à l’automne 1991, et il y en aura deux à nouveau cette année. On s’est inspirés bien sûr du modèle de Courson pour l’organisation et l’intendance, leur expérience nous a beaucoup servis, mais les pépiniéristes qui viennent exposer ici sont ceux avec qui nous avons depuis longtemps des contacts personnels, beaucoup sont de la région, d’autres viennent du Nord ou du Sud-Ouest, tous sont à la recherche de nouvelles clientèles. Les expositions-ventes, c’est très important pour les pépiniéristes, ça permet de faire circuler l’information, des informations qu’on ne trouve pas dans les revues horticoles, on apprend par le bouche à oreille que telle plante se trouve chez tel pépiniériste mais qu’il ne la multiplie pas encore, on échange des idées… La première fois, il y a eu 3 500 visiteurs, un peu moins les autres fois, mais c’est normal, il faut attendre un peu avant d’atteindre la vitesse de croisière. (…) Nous avons depuis longtemps une pépinière, mais elle n’était pas du tout commerciale, elle servait à renouveler l’arboretum, à tester des choses, à échanger avec d’autres propriétaires de jardins, ou des pépiniéristes. La demande est devenue si forte que je me suis décidée il y a quatre ans à ouvrir la pépinière au public. En tant que pépiniéristes, nous sommes très sollicités par d’autres organisateurs d’exposition, nous avons reçu cinquante demandes dans l’année, mais exposé seulement à Courson, et dans la région, à Saint-Priest, la Bâtisse, la Ferté-Saint-Aubin, Jenzat.

8Les propriétaires de jardins n’ont pas tous l’intérêt pour les plantes et la connaissance du milieu des pépiniéristes qui sont ceux de Louise Courteix. Pour certains d’entre eux, l’exposition a surtout un intérêt publicitaire. Ils utilisent la formule pour attirer le public et susciter l’intérêt des pouvoirs locaux. Ainsi, M. de Maisonrouge, qui organise depuis 1991 une Symphonie florale au château de la Bâtisse (Puy-de-Dôme). Le château est classé monument historique, de même qu’un remarquable plan du jardin, daté de 1700 et attribué à un élève de Le Nôtre. De ce plan, il reste peu de traces dans le jardin actuel et l’on ignore quelles parties furent effectivement réalisées. M. de Maisonrouge rêve de le recréer en entier. C’est dans ce but, affirme-t-il tout d’abord, qu’il s’est lancé dans l’organisation d’une exposition-vente. Par la suite il explique :

Le château est visité depuis 25 ans, mais depuis que l’autoroute A 75 passe à 5 km d’ici, nous avons perdu beaucoup de visiteurs. Nous étions tombés à 10 000 par an, au-dessous du seuil de rentabilité qui permet de payer un guide et un jardinier. On s’est dit qu’il fallait trouver des opérations grand public, on a vu que le côté jardin se développe pas mal, et on s’est jetés à l’eau, après avoir demandé conseil aux propriétaires de Courson puisque ce sont les phares dans ce domaine… On a eu 4 000 visiteurs l’an dernier en deux jours, cette année (1992) on en espère 6 000 parce qu’on a lancé une très grosse opération publicitaire et qu’il faut l’amortir.

9La campagne publicitaire (affiches, journaux locaux, Radio-France Puy-de-Dôme) et l’animation sont confiées à quatre étudiants d’une école de commerce, la mairie de Chamalières a prêté son concours pour la décoration florale de la cour du château. « Nous faisons avec les moyens du bord », poursuit M. de Maisonrouge, « mais nous avons eu des déboires du côté des exposants. » Sur la trentaine de pépiniéristes qui exposent à la Symphonie florale en mai 1992, beaucoup font de la production courante et les spécialistes de plantes rares sont la minorité. A La Bâtisse, on joue moins la carte des amateurs férus de botanique que celle du grand public, auquel on offre en sus diverses attractions : courses de lévriers, ballet de l’école de danse de Chamalières, défilé de voitures anciennes, sonnerie de cors de chasse et concert de musique baroque.

10« L’ennui, c’est que les gens qui nous imitent n’ont aucune imagination, ils se contentent d’imiter. A X par exemple, ils ont pris purement et simplement les gens qui exposent chez nous. » Ce commentaire de la propriétaire de Saint-Jean-de-Beauregard est d’une sévérité excessive. A parcourir les manifestations de province, ce qui frappe au contraire, c’est la richesse des variantes suscitées par le modèle et l’originalité de certaines initiatives. Ces dernières ne viennent pas seulement des propriétaires privés mais aussi d’organismes publics, d’institutions diverses, d’associations ou de professionnels.

Les institutions et collectivités publiques

  • 4 Conseil d’architecture, d’urbanisme et de l’environnement.
  • 5 Du Sud-Ouest et d’Alsace notamment. Sondage effectué par le Centre de la Carnière en 1992.

11Même lorsqu’il s’agit d’un organisme public, l’initiative est très souvent celle d’un individu isolé. Mathilde Lunwen en est un bon exemple. Animatrice au centre socio-culturel de la Carnière à Saint-Priest (Rhône), en plein cœur de la banlieue industrielle lyonnaise, elle constate à la fin des années 80 que les animations de type habituel ne marchent plus, qu’elles sont boudées par le public, qu’il faut trouver autre chose. Or, à titre privé, elle s’intéresse depuis longtemps aux plantes et aux jardins, elle a fondé avec un jeune paysagiste une association d’amateurs qui organise des visites de jardins et de pépinières, elle a fréquenté Courson et Saint-Jean-de-Beauregard. Elle propose donc au Centre socioculturel d’organiser une fête des plantes. Les membres du conseil d’administration l’autorisent à risquer l’aventure, sans prendre l’idée vraiment au sérieux. 500 personnes assistent à la première exposition en 1988, 2 000 en 1990, 5 000 en 1991, près de 7 000 en 1992. Entre temps, la cour du Centre socio-culturel devenant trop petite, la mairie a décidé d’accueillir la manifestation dans le parc du château, attenant au Centre, et de prêter le concours de ses services techniques ; le caue4 du Rhône participe lui aussi à l’opération, ainsi qu’un certain nombre d’associations dont les membres apportent leur concours bénévole. Mathilde Lunwen a trouvé un sponsor (kb, fabricant de produits de jardins), mobilisé la presse locale et la presse spécialisée. Les visiteurs viennent de toute la région Rhône-Alpes et souvent même de plus loin5. Les pépiniéristes sont choisis de préférence parmi ceux de la région, mais il en vient aussi d’ailleurs, par le biais du mouvement associatif ou du réseau professionnel. Les responsables du Centre se sont aperçu, le succès aidant, que l’idée était non seulement sérieuse mais rentable :

L’exposition coûte entre 30 000 et 40 000 F, et il nous reste 60 000 F. L’opération est donc très largement bénéficiaire. Moi je fais ça pour mon plaisir, mais si l’opération n’était pas bénéficiaire, l’association La Carnière ne suivrait pas. Elle a besoin d’argent, les subventions diminuent et elle a compris très vite qu’elle pouvait en tirer de l’argent, en tirer du prestige aussi vis-à-vis de la mairie. Maintenant la mairie est très fière du succès de cette exposition.

12D’autres organismes publics organisent des expositions-ventes. La Direction des espaces verts de Nice l’a fait dès 1983, et avec de très gros moyens, en réunissant tous les ans plus de 60 exposants spécialisés dans la flore méditerranéenne et subtropicale. C’est une exception. Dans l’ensemble les institutions spécialisées traditionnelles restent à l’écart du mouvement. Au jardin botanique de Montpellier, la section locale de L’apbf dut accepter les conditions draconiennes d’un conservateur en chef peu désireux de voir envahir son territoire. A L’Arboretum national des Barres, c’est une jeune association, l’adiaf (Association de découverte et d’initiation à l’arbre et à la forêt) qui s’emploie à faire découvrir à un large public cet arboretum longtemps réservé aux seuls spécialistes de la botanique. De façon caractéristique, les institutions les plus jeunes sont aussi les plus actives dans ce domaine : le Conservatoire génétique de Villeneuve d’Ascq, l’Eco-musée de la Grande-Lande, le Parc naturel régional de Maine-Normandie. Le domaine de Trevarez (Finistère), devenu propriété du conseil général, s’est donné pour vocation principale d’organiser des manifestations horticoles. Elles se succèdent tout au long de l’année, festival des camélias, des azalées, du rhododendron, du fuchsia, de l’hortensia, etc.

Les associations d’amateurs

  • 6 Edouard André, créateur de jardins, est un représentant du style dit « éclectique » ou « Beaux Art (...)

13Une douzaine de municipalités, grandes ou petites, ont imité l’exemple de Nice, deux conseil généraux, ceux de l’Oise et du Nord ont suivi celui du Finistère. La plupart du temps, cependant, les collectivités publiques prêtent leur concours mais ne prennent pas la responsabilité directe de l’opération. Ce sont les associations d’amateurs qui en ont l’initiative dans plus de la moitié des cas : phénomène très remarquable, lié au renouveau associatif dans le domaine du patrimoine végétal, sur lequel nous reviendrons longuement dans un chapitre suivant. Les expositions organisées par des associations offrent de multiples cas de figure. A Jenzat (Allier), un comité des fêtes, formé d’une petite poignée d’amateurs, organise une Fête des plantes de la région Auvergne dans le parc du château de Roquefeuil, inscrit à l’inventaire des monuments historiques et que le public peut visiter à cette occasion (il appartient à un propriétaire privé). L’exposition de l’association Découverte du patrimoine botanique et paysager se déroule dans le parc du château de Montméry, créé par Edouard André6 à la fin du xixe siècle, autrefois propriété de la famille de Haviland et aujourd’hui celle de la ville de Limoges. Beaucoup d’autres lieux historiques, publics ou privés, sont utilisés comme cadre de la manifestation, parcs et jardins, châteaux et manoirs, abbayes et prieurés. Mais dans d’autres cas la manifestation a tout bonnement lieu sur la place principale ou dans la rue centrale de la ville, comme à Saint-Nicolas-de-la-Grave, à Bergères, à Lisieux ou à Saint-Jean-du-Gard. Ailleurs encore, elle s’abrite dans la salle des fêtes, le foyer rural ou le marché couvert.

14A La Salicaire, la première idée de l’association, l’année même de sa création (1989), fut de lancer une foire aux plantes :

C’était le seul moyen que nous avions, puisque notre but, c’était que les jardins soient plus diversifiés ; ici en Midi-Pyrénées, les gens sont très en retard sur d’autres régions comme la région parisienne ou la Bretagne, ils ne connaissent que le pyracantha ou le forsythia, ou ce qu’on voit dans tous les jardins, et pour nous c’était le seul moyen de sensibiliser le grand public à la diversité des espèces et à la sauvegarde d’espèces peu cultivées. Quand on dit plantes rares de collection, dans l’esprit des gens, ça veut dire plantes exotiques, tropicales, et donc plantes fragiles, mais c’est faux, d’ailleurs une plante rare, quand elle est propagée, elle n’est plus rare, mais il fallait enlever de la tête des gens qu’une plante pas courante est forcément fragile. On a eu 2 500 personnes la première année, et 17 exposants, cette année (1992), on avait 42 exposants, dont certains venaient de loin, de la région lyonnaise, de Bretagne…

  • 7 Faute de crédits, les collections de l’arboretum étaient depuis des années dans un état critique.

15Les associations qui organisent des expositions-ventes sont pour la plupart de création récente. A quelques exceptions près, les sociétés d’horticulture traditionnelles n’ont guère suivi l’exemple de la snhf à Saint-Jean-de-Beauregard. Par contre, des associations d’un autre type découvrent la botanique et l’horticulture. Ainsi le Lion’s Club, dont la branche « environnement » est depuis quelques années très active : elle s’est récemment illustrée en finançant la restauration des collections de l’Arboretum des Barres7. A Doullens (Somme), deux des membres du Lion’s Club local, l’un médecin, l’autre biologiste et tous deux amateurs de jardins, ont lancé les Journées doullennaises des jardins d’agrément, qui ont lieu tous les ans dans la citadelle depuis 1989, avec l’appui du syndicat d’initiative de la ville. Au château de Mesnières comme à Marcq-en-Bareuil, le Lion’s Club a confié l’exposition à des spécialistes renommés, mais celui de Compiègne se contente de floralies plus ordinaires, installées dans le parc du château.

Les professionnels

16Les professionnels à leur tour ont fini par suivre l’exemple des amateurs. Le premier à saisir l’opportunité est Jean Thoby, qui a loué les terres et les communs du château de Gaujacq (Landes) pour installer une pépinière de collection. Il expose à Courson de 1984 à 1988, s’aperçoit que bon nombre de producteurs et près d’un tiers des visiteurs viennent du Sud-Ouest, et en octobre 1989, lance une première exposition avec 18 collègues pépiniéristes de la région Aquitaine. Ils ont eu 4 300 visiteurs en une seule journée, raconte Jean Thoby, et vendu plus de plantes qu’en trois jours à Courson. Depuis, la manifestation a pris de l’ampleur ; à partir de 1992, elle s’affiche « Rassemblement national des pépiniéristes collectionneurs », et en 1993, l’inauguration d’un « plantarium » ouvert au public mobilise tous les notables locaux. Au château de Fléchères (Ain), un groupement de pépiniéristes, Hortialp, a proposé au propriétaire de remettre en état la terrasse et le parc laissés à l’abandon depuis plusieurs années ; un contrat leur prévoit en échange la disposition des lieux et la possibilité de les ouvrir au public trois jours durant pendant trois saisons successives. Les premières Journées des plantes de Fléchères ont eu lieu en octobre 1993 et rassemblé une trentaine d’exposants. Au château du Tholonet (Bouches-du-Rhône), ce sont les paysagistes locaux (section locale de la Fédération française des paysagistes) qui organisent une Fête des plantes. Ces cas-là, cependant, restent peu nombreux, pas même une dizaine. Si nombre de professionnels, pépiniéristes ou paysagistes, participent désormais à l’organisation d’expositions-ventes, c’est au sein des associations où, de plus en plus souvent, ils rejoignent les amateurs. Comme nous le verrons plus loin, ces nouveaux liens entre amateurs et professionnels sont une des caractéristiques des associations nouvelles.

1. Courson (Essonne). Journées des plantes, mai 1994. Photo Jean-Pierre Delagarde

1. Courson (Essonne). Journées des plantes, mai 1994. Photo Jean-Pierre Delagarde

4. Saint-Jean-de-Beauregard (Essonne). Fête des vivaces, avril 1991. Photo Nathalie Troxler

4. Saint-Jean-de-Beauregard (Essonne). Fête des vivaces, avril 1991. Photo Nathalie Troxler

5. Balaine (Allier). Journées Aglaé Adanson, mai 1992

5. Balaine (Allier). Journées Aglaé Adanson, mai 1992

6. La Bâtisse (Puy de Dôme). Symphonie florale, mai 1992

6. La Bâtisse (Puy de Dôme). Symphonie florale, mai 1992

7. Fléchères (Ain). Journées des plantes, octobre 1993

7. Fléchères (Ain). Journées des plantes, octobre 1993

8. Domaine de Bellecoste (Gard). Collection d’iris, mai 1992

8. Domaine de Bellecoste (Gard). Collection d’iris, mai 1992

9. Saint-Jean-de-Beauregard. Fête des vivaces, collection de cactées, avril 1992. Photo Nathalie Troxler

9. Saint-Jean-de-Beauregard. Fête des vivaces, collection de cactées, avril 1992. Photo Nathalie Troxler

10. Collection Georges Gallier, Saint-Nicolas-de-la-Grave. Cliantus puniceus, août 1992. Photo Georges Gallier

10. Collection Georges Gallier, Saint-Nicolas-de-la-Grave. Cliantus puniceus, août 1992. Photo Georges Gallier

11. Anduze (Gard). Bambouseraie de Prafrance, mai 1992

11. Anduze (Gard). Bambouseraie de Prafrance, mai 1992

12. Saint-Jean-de-Beauregard. Fête des fruits et légumes, collection de cucurbitacées, novembre 1991

Photo Nathalie Troxler

13. Saint-Jean-de-Beauregard. Fête des fruits et légumes, courge décorée, novembre 1991. Photo Nathalie Troxler

13. Saint-Jean-de-Beauregard. Fête des fruits et légumes, courge décorée, novembre 1991. Photo Nathalie Troxler

14. Tranzault (Indre). Foire aux potirons, le « tombereau symbolique » octobre 1993 ; Photo Jacques Aubourg

14. Tranzault (Indre). Foire aux potirons, le « tombereau symbolique » octobre 1993 ; Photo Jacques Aubourg

15. Tranzault. Foire aux potirons, calebasse décorée par Raoul Cagliolo octobre 1993 ; Photo Jacques Aubourg

15. Tranzault. Foire aux potirons, calebasse décorée par Raoul Cagliolo octobre 1993 ; Photo Jacques Aubourg

16. Saint-Priest (Rhône). Foire aux plantes rares, mai 1991 « Au bon vieux temps des potagers », cloches de maraîchers

Le modèle et ses variantes

17D’une exposition à l’autre, on retrouve le modèle de Courson, repris lui-même du modèle anglais. On y vend des plantes, mais aussi tous les produits qui ont un rapport avec le jardin, du mobilier aux fleurs séchées. Les associations y font connaître leurs activités, ainsi que divers organismes horticoles, écoles, institutions publiques ou privées. Conférences, démonstrations de greffe ou de taille, concours et distributions de prix ponctuent la durée de l’exposition. Au centre de chaque stand, un parasol de toile écrue est comme la tenue d’uniforme qui donne à l’ensemble une ponctuation régulière. Partout se retrouve le plaisant caractère des fêtes de plein air, la foule qui déambule sans hâte, les vendeurs qui font l’article, les gens de connaissance qui se rencontrent et bavardent au détour des allées. S’y ajoutent le spectacle du foisonnement végétal, la bigarrure des formes, des couleurs et des odeurs, et le touchant défilé des gens qui quittent l’exposition, serrant à pleins bras une cagette remplie de pots et de godets, ou peinant sous le poids d’un arbuste dont la crête se balance au-dessus de leur tête.

18D’un endroit à l’autre, cependant, les différences sont sensibles. Elles tiennent d’abord à l’ampleur et à la notoriété de la manifestation. Ampleur et notoriété souvent acquises au fil des années, comme ce fut le cas à Courson et à Saint-Jean-de-Beauregard. Mais il arrive que d’emblée la manifestation s’organise sur un grand pied. Le Festival des Plantes qui se tenait pour la première fois au Château de Versigny (Oise) en octobre 1993, rassemblait 75 pépiniéristes, horticulteurs et paysagistes, dont 15 étrangers venant de Belgique, de Hollande et de Grande-Bretagne, sans compter divers stands d’objets d’art et de mobilier de jardin. Charles de Kersaint, propriétaire du château et organisateur de l’exposition, s’était assuré le concours du conseil général de l’Oise et du comité du tourisme de l’Oise, il inaugurait l’exposition en présence de l’ambassadeur de Belgique et du député-président du conseil général. Ailleurs, on organise avec de modestes moyens de simples bourses d’échange entre amateurs, comme celle de Théméricourt (Oise) inaugurée en ce même mois d’octobre 1993 par le Foyer rural, ou celle d’Oggy (Moselle) qui réunit 200 personnes au printemps et à l’automne depuis près de dix ans.

19Les prix grimpent avec le succès. La même plante se vend 10 F à Jenzat et 30 F à Courson. Les pépiniéristes louaient leur stand 350 F à Saint-Priest en 1992, et jusqu’à 6 000 F à Courson pour les meilleurs emplacements. La gamme des produits de jardin va du plus modeste au plus luxueux, des vanneries de foire de village aux bancs de cèdre sur le modèle anglais, et aux pergolas en pin Scandinave (80 000 F à Courson en 1992). Pour les visiteurs, le prix d’entrée était de 10 F à Saint-Avaugourd-des-Landes et à Jenzat, 20 F à Saint-Priest, 30 F à La Bâtisse, et 60 F à Courson, la même année 1992. Mais il arrive que l’entrée soit gratuite, quand l’exposition se tient dans un espace sans clôture, en pleine ville comme à Nice ou Saint-Nicolas-de-la-Grave, ou même dans un domaine privé comme Bellecoste. A Bellecoste, les stands aussi sont gratuits, de même qu’à Saint-Nicolas-de-la-Grave.

Le principe de cette foire est que l’entrée est gratuite, dit un responsable de l’association La Salicaire, l’emplacement pour les exposants est gratuit lui aussi, la seule contrepartie qu’on leur demande c’est d’être adhérents à la Salicaire, c’est pourquoi nous avons maintenant 52 professionnels parmi les adhérents. Ils y trouvent leur profit puisque pour eux c’est du bénéfice brut. On les héberge chez l’un ou l’autre des adhérents, ça ne leur coûte en fait que les frais de gaz oil. Ici ils font en moyenne entre 9 000 et 10 000 F de bénéfice en une seule journée, à Courson, ils font 30 000 F en trois jours mais ils ont entre 5 000 et 6 000 F de frais, avec la location du stand, les frais d’hôtel, de restaurant… Alors qu’ici, ils sont complètement pris en charge, aux frais de l’association.

20La diversité des styles ne tient pas seulement à l’ampleur des moyens mis en œuvre, mais aussi aux mobiles des organisateurs. Les uns, collectionneurs eux-mêmes, connaissent de longue date les pépiniéristes spécialisés, et les sélectionnent avec soin, écartant ceux dont la production est trop commune ou ceux qui profitent de l’occasion pour revendre des plantes achetées en Hollande ou en Allemagne. Les autres ont des plantes rares une définition plus sommaire ou plus élastique, se contentent d’offrir quelques stands de bonsaïs ou d’orchidées et privilégient les producteurs locaux même s’ils n’offrent que des plantes courantes. Les uns s’appuient sur le réseau associatif, privilégient les concours bénévoles et organisent à l’intention des amateurs des bourses d’échange, qui sont comme la manifestation symbolique de la résistance à l’esprit commercial. Les autres n’hésitent pas à utiliser les procédés du commerce, recourent à des animateurs professionnels et multiplient attractions et divertissements. A la Ferté-Saint-Aubin, on offre ainsi, en même temps que la fête horticole, un « espace animalerie » avec « des paons, canards, cygnes, poneys et ânes qui ne manquent jamais d’attirer les enfants ». Passionnés ou commerciaux : ce sont là des tendances extrêmes, et dans la réalité, le contraste n’est pas aussi marqué. Dans la plupart des cas les tendances se combinent en proportions variables.

21Partout, les organisateurs s’efforcent de mobiliser les ressources locales. Les journaux locaux, la station locale de Radio-France, annoncent la manifestation, le caue du département apporte conseils et avis (dans le Rhône, le Puy-de-Dôme, le Tarn-et-Garonne). On trouve des sponsors (kb à Saint-Priest, les assurances Groupama à Jenzat). Les municipalités accordent parfois des subventions, et souvent l’aide de leurs services techniques : elles voient dans l’exposition à la fois un événement saisonnier et une manifestation culturelle, qui comme tels s’inscrivent dans le calendrier des festivités locales, participent à l’animation du pays et contribuent à son image de marque.

22Restent les problèmes posés par la multiplication des expositions-ventes. Problèmes de concurrence pour les dates, d’abord. « Nous avons choisi le jour de la fête des Mères, on n’avait pas le choix, il ne restait que ce créneau-là », disent les organisateurs de la foire de Saint-Nicolas-de-la-Grave. La propriétaire du domaine de Bellecoste revendique le droit d’ancienneté : « En France, il y a eu Courson, Nice, et puis Saint-Jean-de-Beauregard. J’ai été la quatrième, parce qu’il n’y avait rien dans le Sud-Est. Chaque année, j’attends de connaître les dates de ces trois villes, et si d’autres choisissent la même date que moi, c’est qu’ils manquent un peu de morale. » La concurrence sur les dates se double d’une concurrence vis-à-vis des pépiniéristes invités. Les plus connus sont très sollicités et choisissent à leur tour d’aller ici plutôt que là – ils ne peuvent multiplier les déplacements, au risque de compromettre la bonne marche de leur pépinière ; les autres se font connaître dans leur région d’origine avant de briguer Courson ou Saint-Jean-de-Beauregard.

23Aux yeux des amateurs de plantes, le danger majeur n’est pas que les expositions se multiplient, mais que la logique commerciale ne finisse par l’emporter, le succès aidant. Le salon L’Art du Jardin qui s’est tenu à Saint-Cloud en mai 1994 justifiait leurs craintes en montrant que les investisseurs financiers et les spécialistes du marketing s’emparaient de la formule

Les raisons d’être de la mode

24La mode des plantes rares s’est donc en quelques années largement diffusée. Comme toute mode, elle n’est pas exempte d’illusions et de faux semblants. A Courson les « vrais » amateurs brocardent volontiers les dames de Neuilly empilant dans leurs cadies des monceaux de plantes fragiles dont la survie paraît improbable, faute de soins expérimentés. L’engouement pour les plantes rares peut n’être que prétexte à consommation ostentatoire, il peut aussi faire oublier que la sélection, responsable de l’appauvrissement de la palette végétale, a par ailleurs des mérites objectifs. Les plantes produites en série sont plus robustes, demandent moins de compétence et de savoir jardinier. Elles offrent aussi des coloris plus éclatants, des floraisons plus durables, des saveurs plus constantes. Toutes qualités déniées par les amateurs de plantes rares qui prêchent le retour à la diversité et au naturel.

25Ils se rapprochent par là d’autres mouvements, et ces liens se donnent à voir dans les fêtes horticoles. Les écologistes fréquentent volontiers les expositions-ventes (même si, comme le note Mathilde Lunwen, « ils nous reprochent notre côté un peu commercial »). De même les producteurs spécialisés dans l’agriculture biologique : l’un vend des plantes médicinales à la Bâtisse, un autre, à Balaine, sa production de miel, un troisième, à Saint-Priest, tient un stand de dégustation (clafoutis, tourtes et tartelettes, « garantis 100 % biologiques », sont réchauffés au four à micro-ondes). Enfin, la volonté de valoriser le patrimoine est partout manifeste. Patrimoine des jardins historiques, qui très souvent sont le cadre de ces manifestations. Patrimoine végétal, puisque les plantes « rares » sont, pour une grande part, des espèces en voie de disparition. Patrimoine local, enfin : dans beaucoup d’expositions se vendent et se consomment des produits régionaux, c’est le cas à Antignac, Bergères, Bonnac-la-Côte, au Petit-Pressigny, à Sandillon. A Tranzault, rendez-vous annuel des collectionneurs de légumes, on peut déguster le citrouillat berrichon et d’autres recettes locales à base de variétés anciennes, accommodées sur place par les chefs cuisiniers de l’Indre. A Villeneuve d’Ascq, lors de Pomexpo, on peut goûter cidre, poiré, vins de fruits, figottes avesnoises et riboches, à Crevant, la pomme de terre est célébrée sous toutes ses formes, galette, pâté, gougère. Des groupes folkloriques participent à l’animation des fêtes, folklore champenois à Bergères, berrichon à Neuvy-Saint-Sépulchre. La valorisation systématique du passé s’étend aux objets : à Saint-Priest et à Saint-Jean-de Beauregard en 1992 se vendaient à 450 F pièce des cloches de verre que deux commerçants avisés avaient récupérées chez des maraîchers parisiens (ces derniers prenaient leur retraite et s’apprêtaient à pilonner les cloches au tracteur pour se débarrasser de ce stock encombrant).

  • 8 « En simplifiant à peine, on peut dire que l’histoire nous apprend que depuis un siècle ou deux, c (...)

26La mode des plantes rares ne s’expliquerait pas si l’on se limitait à son seul objet. Elle est liée à des tendances plus larges : quête d’identité locale, culte du patrimoine, idéologie du retour à la nature. La conjonction de ces trois tendances, qui est pour Isac Chiva l’un des symptômes de la double crise économique et sociale que traverse notre société8, apparaît bien dans les expositions-ventes de plantes rares, et nous ne cesserons de la retrouver tout au long de cette étude.

27Autre constat : la mode, lancée par une petite élite de propriétaires privés, a trouvé d’autres supports, de plus en plus diversifiés. Le relais a été pris par des institutions, des collectivités publiques, des professionnels, mais surtout et de façon massive, par des associations. Ces dernières, pour beaucoup, sont de création récente et les collectionneurs en ont souvent été les fondateurs et les inspirateurs.

Notes

1 La revue de la snhf a paru sous une forme entièrement nouvelle à partir de janvier 92, avec une rubrique largement développée sur les activités des sociétés affiliées.

2 A Courson comme ailleurs on y a recours : les « petites écuries » sont aménagées pour mariages et séminaires et quatre concerts par an sont organisés (les « Heures de Courson » en mai et juin).

3 Robert Mallet est propriétaire du parc des Moutiers à Varengeville, où il a créé le Centre d’art floral. Georges Callen est directeur de l’Arboretum des Barres, annexe du Museum d’histoire naturelle.

4 Conseil d’architecture, d’urbanisme et de l’environnement.

5 Du Sud-Ouest et d’Alsace notamment. Sondage effectué par le Centre de la Carnière en 1992.

6 Edouard André, créateur de jardins, est un représentant du style dit « éclectique » ou « Beaux Arts ». Son Traité général de la composition des parcs et jardins a été récemment réédité.

7 Faute de crédits, les collections de l’arboretum étaient depuis des années dans un état critique.

8 « En simplifiant à peine, on peut dire que l’histoire nous apprend que depuis un siècle ou deux, comme si elle suivait un modèle culturel, la société française réagit, dans des circonstances de crise, par un mouvement de retour vers le passé, par une aspiration vers la nature, enfin par un regroupement sous la bannière du local. » (Chiva 1990 : 235).

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/709/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 712k
Titre 1. Courson (Essonne). Journées des plantes, mai 1994. Photo Jean-Pierre Delagarde
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/709/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 946k
Titre 4. Saint-Jean-de-Beauregard (Essonne). Fête des vivaces, avril 1991. Photo Nathalie Troxler
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/709/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 784k
Titre 5. Balaine (Allier). Journées Aglaé Adanson, mai 1992
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/709/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 780k
Titre 6. La Bâtisse (Puy de Dôme). Symphonie florale, mai 1992
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/709/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 665k
Titre 7. Fléchères (Ain). Journées des plantes, octobre 1993
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/709/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 790k
Titre 8. Domaine de Bellecoste (Gard). Collection d’iris, mai 1992
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/709/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 587k
Titre 9. Saint-Jean-de-Beauregard. Fête des vivaces, collection de cactées, avril 1992. Photo Nathalie Troxler
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/709/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 970k
Titre 10. Collection Georges Gallier, Saint-Nicolas-de-la-Grave. Cliantus puniceus, août 1992. Photo Georges Gallier
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/709/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Titre 11. Anduze (Gard). Bambouseraie de Prafrance, mai 1992
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/709/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 667k
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/709/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 547k
Titre 13. Saint-Jean-de-Beauregard. Fête des fruits et légumes, courge décorée, novembre 1991. Photo Nathalie Troxler
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/709/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 723k
Titre 14. Tranzault (Indre). Foire aux potirons, le « tombereau symbolique » octobre 1993 ; Photo Jacques Aubourg
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/709/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 601k
Titre 15. Tranzault. Foire aux potirons, calebasse décorée par Raoul Cagliolo octobre 1993 ; Photo Jacques Aubourg
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/709/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 652k

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search