Version classiqueVersion mobile

Vert patrimoine

 | 
Françoise Dubost

1. La naissance d’une mode : Courson et Saint-Jean-de-Beauregard

Texte intégral

1La mode des plantes a pris son essor avec des manifestations d’un type inédit : les expositions-ventes de plantes rares. Leur rôle pionnier justifie que ce premier chapitre leur soit consacré, mais une autre raison y invite également : ces manifestations sont l’occasion privilégiée d’observer la mise en scène des acteurs et d’analyser les stratégies qu’ils mettent en œuvre. Les uns innovent, les autres suivent, mais chacun utilise des réseaux différents et élabore les moyens d’action qui lui sont propres en fonction de sa situation particulière.

  • 1 Diversité culturelle aussi bien que biologique. Luc Ferry (Le nouvel ordre écologique, 1992) a mis (...)

2En France, il y a dix ans à peine, les plantes rares n’intéressaient qu’un cercle restreint de botanistes, d’amateurs-collectionneurs ou de producteurs marginaux. Un marché s’est créé, dont l’essor rapide en quelques années témoigne de l’engouement d’un public de plus en plus large. Succès d’autant plus spectaculaire que la production horticole dans son ensemble est gravement menacée par la concurrence étrangère, et que se creuse le déficit de la balance commerciale (voir chap. 6). Dans ce contexte, le développement du secteur des plantes rares, même s’il est encore marginal, a un intérêt économique évident. Il est l’indicateur d’une tendance nouvelle, qui pourrait à terme compenser les difficultés de la production courante. Mais le marché des plantes rares nous intéresse ici à bien d’autres titres. Son brusque développement est lié à des phénomènes qui dépassent largement l’économie. On ne saurait l’expliquer sans « cette fringale de rareté qui caractérise nos sociétés », comme le dit Raymonde Moulin à propos des œuvres d’art (1978). Fringale qui va de pair avec le rejet de l’excessive standardisation des produits offerts à la consommation de masse. La sélection en laboratoire, et la production en série par les « éleveurs » pépiniéristes de plantes destinées, dans une proportion croissante, aux jardineries, garden-centers et autres grandes surfaces, ont entraîné un appauvrissement considérable de la palette végétale. Or les amateurs, collectionneurs ou esthètes ne sont pas seuls à déplorer cette raréfaction, cette « érosion génétique » (Chauvet 1987), dont les risques écologiques inquiètent aussi les spécialistes. La demande nouvelle en faveur d’une diversité plus grande de la gamme des produits offerts sur le marché peut donc s’appuyer sur des arguments scientifiques. Mais, plus largement, elle s’alimente à tous les thèmes de l’idéologie écologiste : retour à la nature, retour aux savoir-faire traditionnels, retour aux espèces condamnées à la disparition par les techniques modernes de production, apologie de la diversité1. Traditionnellement l’appellation de plante rare s’applique aux plantes exotiques ou aux variétés inédites. Aujourd’hui, elle englobe les espèces sauvages ou anciennes, ronces et graminées, fleurs, fruits et légumes aux parfums et saveurs du passé ou du terroir. Aux côtés du pavot bleu de l’Hymalaya ou de la sauge noire à odeur de cassis, la salicaire et l’asphodèle, la poire Cuisse Madame et le pâtisson, ont fait leur entrée sur le marché de la rareté. En même temps que son domaine ne cesse de s’étendre, la rareté se modifie dans sa définition même.

3Ce phénomène n’est pas propre à la France. Il se développe simultanément en Belgique et en Allemagne par exemple. La Hollande, et surtout l’Angleterre, terre d’élection des amateurs de jardins, l’ont connu bien avant, et ce n’est pas par hasard si le modèle anglais sert constamment de référence. L’intérêt du cas français tient à son caractère très récent, qui permet d’analyser quasiment sur le vif le rôle des acteurs dans la constitution de ce marché. J’ai prêté une attention particulière aux expositions-ventes de Courson et de Saint-Jean-de-Beauregard qui furent les premières et restent les figures de proue de l’opération de promotion des plantes rares. Créée en 1980 pour quelques dizaines de collectionneurs, la manifestation de Courson a rassemblé plus d’une centaine de stands et accueilli 40 000 visiteurs au cours des deux sessions du printemps et de l’automne 1993. Celle de Saint-Jean-de-Beauregard, créée en 1984 à quelques kilomètres de Courson, s’inspire de la réussite de cette dernière sans en reproduire exactement le modèle, ses organisateurs s’efforçant de trouver d’autres modes d’action, d’autres supports, et un public différent. Une première enquête, menée en 1989 à la demande de l’Ecole nationale supérieure du paysage, m’a permis d’analyser les différents réseaux mobilisés pour lancer l’opération « plantes rares », et de souligner le rôle des amateurs-collectionneurs, des botanistes savants, des professionnels de l’horticulture, du réseau mondain ou associatif, de la presse spécialisée et des autres médias ; de décrire aussi les étapes de l’institutionnalisation de ces manifestations, les moyens utilisés par leurs promoteurs pour passer du stade amateur au stade professionnel, les critères et les méthodes utilisés pour sélectionner les exposants. A partir de 1989, la mode dont les expositions de Courson et de Saint-Jean-de-Beauregard ont été les signes avant-coureurs, se développe largement en dehors d’elles. A l’imitation des deux premières, mais aussi sous des formes inédites, les manifestations se multiplient partout en France, tandis que se diversifie toujours davantage la définition de la « plante rare ». Le paradoxe d’une production dont le succès commercial est basé sur la rareté, mais dont la rareté diminue au fur et à mesure qu’elle se commercialise, est tout entier dans ce passage d’un marché de la collection à un marché de la mode.

Le réseau des collectionneurs

  • 2 L’architecte Louis-Martin Berthault fut l’un des premiers à transformer les jardins à la française (...)

4L’idée d’une exposition de plantes rares est née dans un petit groupe de propriétaires privés de jardins historiques qui ont fondé en 1974 l’Association des parcs botaniques de France. C’est le moment où se réveille l’intérêt pour l’art et la science des jardins, après une éclipse de plusieurs décennies. Les quelques grands collectionneurs ou spécialistes érudits qui subsistent de la brillante époque de l’entre-deux-guerres, Roger de Vilmorin, le vicomte de Noailles, le prince Volkonsky, le docteur Favier ou M. Pourtet, ingénieur des Eaux et Forêts, apportent leur patronage à l’apbf (Association des parcs botaniques de France), qui compte aussi parmi ses membres fondateurs les descendants de célèbres botanistes ou amateurs de jardins, comme Robert Mallet, petit-fils du créateur du parc des Moutiers à Varengeville, ou Hélène Fustier, petite-fille du collectionneur Ernest de Caraman. Se joignent à eux des parents, des amis, des relations. Tous les membres de l’APBF à ses débuts se connaissent entre eux. La plupart possèdent des parcs anciens, des plantations et collections dont il faut assurer la sauvegarde et la restauration. Pour se procurer des espèces anciennes qu’ils croient devenues introuvables en France, certains les font venir de Hollande ou d’Angleterre. C’est le cas des Fustier, qui ont commencé les travaux de restauration du parc romantique de Courson, remodelé par Berthault2 au début du xixe siècle. Ils ont confié les travaux à un spécialiste anglais.

  • 3 Le résultat de ce recensement a été publié en 1991, Guide des Jardins botaniques de France.
  • 4 Les espèces botaniques sont celles qu’on prélève directement dans la nature ou celles qui n’ont ja (...)

5Le modèle associatif de l’apbf, quant à lui, s’inspire moins de l’Angleterre, dont les institutions particulières, et notamment le National Trust, sont difficilement transposables outre-Manche, que de la tradition des sociétés d’horticulture savante, si vivace encore en France au début du siècle (voir chap. 4). Les membres de l’apbf ont hérité de cette tradition le culte du savoir botanique. L’association justifie ses demandes de subvention publique par un travail de recensement3 qui porte uniquement sur les espèces botaniques4, qui exclut donc de son champ les cultivars et toute production normalisée. Le goût de la rareté est inséparable du savoir-faire. « Nous sommes tous des jardiniers », dit-on à l’apbf. Ce qui veut dire que chacun met la main à la pâte pour sarcler, biner ou désherber, et qu’il ne s’agit pas de luxe ou de snobisme, mais de savoir et de compétence artisanale. Beaucoup regrettent que le grand public envahisse l’exposition, qu’on n’y soit plus « entre soi », entre connaisseurs, comme au début, quand il n’était pas encore question de vente ou de profit. Les responsables de l’apbf tiennent aussi à souligner qu’ils sont « tous des bénévoles ». L’amour de la plante est comme l’amour de l’art, il revendique en son principe la gratuité et le désintéressement.

6« Nous ne voulions pas faire une opération commerciale », disent encore les responsables de l’apbf à propos de l’exposition de Courson. Il s’agissait simplement, la première année, d’une rencontre entre collectionneurs venus échanger leurs plantes. Les Fustier ont proposé qu’elle se tienne dans une petite cour à l’arrière des communs de leur château. Deux des membres de l’apbf, Robert Mallet et Timothy Vaughan sont aussi des producteurs de plantes (Centre d’art floral, Pépinières de Kerdalo). Ils demandent à présenter et à vendre le produit de leurs pépinières. Un troisième pépiniériste se joint à eux, André Gayraud (Pépinières Rhône-Alpes), qui, lui, n’est pas membre de l’apbf, mais voudrait se faire connaître de ce public choisi d’amateurs. L’idée choque certains, qui veulent s’en tenir au principe de l’échange. Mais elle paraît utile à d’autres : pourquoi ne pas encourager ces producteurs marginaux et éviter aux amateurs recherches et voyages à l’étranger ? Deux cents adhérents de l’association participent à la première Journée des Plantes de l’automne 1980. L’année suivante on invite quelques pépiniéristes de plus, et le représentant de la librairie horticole Bisson, qui est membre, lui aussi, de L’apbf. A la suite d’un entrefilet dans le Monde, l’exposition, cette fois accueille 500 visiteurs.

Le réseau mondain

7Les propriétaires de Courson ont donc eu rapidement l’idée d’élargir ces rencontres au-delà du cercle restreint des collectionneurs. Ils mobilisent les années suivantes leur réseau d’amis et de relations. La « Journée des plantes », qui a toujours lieu à l’automne, prend ainsi davantage l’allure d’une fête mondaine, les uns et les autres participant bénévolement à son organisation, y compris leurs enfants : les jeunes gens canalisent les visiteurs dans un parking improvisé sur un terre-plein à l’entrée, les jeunes filles sont à la billetterie ou au service d’accueil et les petits garçons à la consigne, pour aider les clients à pousser leurs chariots. Le nombre des visiteurs augmente régulièrement d’année en année : 2 000 en 1983, 3 000 en 1984, 5 000 en 1985, 7 000 en 1986.

8Le succès de l’exposition de Courson n’était pas prévu au départ et dépasse largement ses premiers objectifs. Au-delà des collectionneurs, elle attire une foule de nouveaux amateurs. Elle se révèle pour les organisateurs une source de profits importants, dans la mesure où ils font payer aux exposants l’emplacement de leur stand, et perçoivent en outre un droit d’entrée sur les visiteurs. Les professionnels, et notamment les pépiniéristes, sont de plus en plus nombreux à s’intéresser à cette manifestation.

Le réseau professionnel

  • 5 Le Chelsea Flower Show se déroule tous les ans pendant trois jours au mois de mai dans le quartier (...)

9Certains professionnels ont participé dès le début aux manifestations de Courson : ainsi Jean Laborey, ingénieur-horticole, grand spécialiste des camélias et membre de fondation de l’apbf. Cependant, les organisateurs ont besoin de mobiliser plus largement le milieu pour passer du stade amateur au stade professionnel et pour organiser la manifestation sur des bases délibérément commerciales. Le tournant se situe en 1986. Une personne est engagée à temps complet toute l’année pour s’occuper de la publicité et du marketing (logo, affiches, catalogues…) ; des travaux d’aménagement importants sont entrepris pour élargir la surface d’exposition et agrandir le parking ; des mesures sont prises pour institutionnaliser les Journées des plantes. Un « Comité d’orientation et de sélection » est mis en place, qui compte parmi ses membres, outre Patrice Fustier, un paysagiste, Louis Benech, et trois ingénieurs horticoles, Jean Laborey, déjà cité, Jean-Noël Burte, conservateur des Jardins du Luxembourg, et Georges Callen, responsable des collections de l’arboretum de Chèvreloup (annexe du Jardin des Plantes). La caution de ces spécialistes permet à Patrice Fustier de sélectionner les exposants selon des critères moins élitistes que ceux des collectionneurs. Le même comité se constitue en jury pour décerner le « Prix du Domaine de Courson » au stand le plus remarquable. Le prix est attribué pour la première fois en 1987, ainsi que le « Prix Roger de Vilmorin » qui récompense la qualité botanique du stand, et le « Prix Ernest de Camaran » qui s’attache aux qualités esthétiques de la présentation. En 1989 s’ajouteront les « Mérites », qui couronnent non plus des stands, mais des végétaux particuliers, à l’imitation des « awards » distribués dans les manifestations anglaises de ce type, notamment dans le célèbre Chelsea Flower Show5. Le jury des « Mérites » rassemble des spécialistes français et étrangers de réputation internationale.

10Cette multiplication des prix permet de distinguer un plus grand nombre d’exposants, elle permet aussi d’associer davantage de professionnels dans les différents jurys : des botanistes, des paysagistes, des enseignants, qui souvent se connaissent entre eux et sortent des mêmes écoles. Certaines écoles participent d’ailleurs en tant que telles à la manifestation, telles l’Ecole du Breuil et surtout l’Ecole nationale supérieure du Paysage de Versailles. Des élèves de l’ensp ont travaillé au projet d’aménagement et d’agrandissement de la surface d’exposition, d’autres sont engagés pour la durée de l’exposition, à l’accueil ou pour les visites commentées du parc botanique. Les deux écoles ont leur stand aux Journées des plantes, ainsi qu’un certain nombre d’institutions publiques et privées ou d’associations professionnelles, comme l’Association des responsables et techniciens des jardins botaniques, ou le Comité national interprofessionnel de l’horticulture (cnih). Sont également invitées des sociétés ou institutions étrangères, comme la vénérable Royal Horticultural Society (qui a donné, avec le Chelsea Show et bien d’autres, le modèle de ces manifestations qui rassemblent amateurs et professionnels), ou comme le Tradescant Trust (Museum of Garden History, Grande-Bretagne). Un catalogue de l’exposition, où figurent toutes ces cautions professionnelles et institutionnelles, est édité deux fois par an à partir de 1987. Autre innovation datant de cette année-là, en effet, les Journées des plantes de Courson ont lieu non seulement à l’automne mais au printemps, chacune des sessions dure trois jours, et une partie de la première journée est réservée aux seuls professionnels : Courson se veut désormais un salon de professionnels en même temps qu’un salon d’amateurs.

11Les pépiniéristes qui se spécialisent dans cette production marginale qu’est la plante rare, ont besoin de se faire connaître. Beaucoup sont de très petites entreprises artisanales qui ne peuvent survivre qu’en trouvant un débouché stable. Ils sont unanimes pour dire qu’exposer à Courson est un atout professionnel : c’est l’obtention d’un label de qualité. Mais l’exposition ne pouvait devenir cette instance de consécration sans que soient mis en œuvre des critères de sélection. Le recrutement était largement improvisé les premières années, quand les Journées ne réunissaient qu’une dizaine ou une vingtaine d’exposants. Leur choix se faisait par relations personnelles ou cooptation, et les organisateurs s’efforçaient aussi d’attirer quelques entreprises réputées pour consolider leur image de marque. Les établissements Des-palles ont été ainsi très tôt sollicités : ils étaient bien connus des amateurs pour être les premiers et quasiment les seuls à vendre des plantes rares (pour la plupart achetées à l’étranger).

12Avec le succès grandissant de l’exposition et l’afflux des candidatures, la sélection s’impose. Elle s’institutionnalise avec la création du Comité d’orientation et de sélection composé, selon la Charte des exposants rédigée la même année 1987, de « personnes choisies en fonction de leur compétence ». La Charte définit les principes du choix des candidats : qualité esthétique et botanique, originalité et nouveauté des végétaux, intérêt des catalogues présentés. Ces critères essentiellement qualitatifs laissent une grande latitude de choix aux « personnalités compétentes » qui composent le comité. Ils connaissent bien le milieu des pépiniéristes, en raison de leurs activités professionnelles, et parfois même en raison de leurs liens de parenté (Jean-Noël Burte, conservateur des Jardins du Luxembourg, est fils et frère de pépiniériste). Ils sont les garants de ce qu’ils nomment « l’esprit de Courson », qui fait passer la qualité et l’originalité d’une production avant son intérêt commercial. Ainsi ont-ils exclu, après les Journées de mai 1989, un pépiniériste qui s’était mal conduit en apportant en quantité massive une variété de saule panaché, vendue avec un énorme succès. « Nous n’avons pas apprécié ses méthodes. On ne vient pas ici pour faire de la vente promotionnelle. »

13Le choix des exposants obéit pourtant lui aussi à des impératifs économiques et commerciaux. Il est le résultat de compromis entre des nécessités parfois contradictoires. Il faut encourager et soutenir les producteurs isolés et marginaux, mais il faut attirer aussi les gros trusts, avec l’espoir qu’ils développeront un système de sous-traitance au bénéfice des premiers. Il faut élargir autant que possible la gamme des végétaux exposés, mais aussi tenir compte de la demande : on peut multiplier le nombre de ceux qui exposent des rosiers anciens ou des géraniums vivaces, ces espèces-là « s’enlèvent comme des petits pains ». Mais les espèces plus fragiles ou moins connues doivent rester en nombre limité, sous peine de compromettre les ventes du producteur.

14Qu’ils soient petits ou gros, les exposants comptent sur un profit financier, et les petits plus encore que les gros. L’exposition coûte cher. Ils doivent mobiliser du personnel pour préparer les végétaux, monter les stands, assurer les ventes. Ils doivent payer des frais de voyage, et beaucoup viennent de loin. Quelques-uns ne voient dans l’exposition qu’une opération publicitaire. Mais pour la plupart, c’est l’occasion de faire le maximum de bénéfices. « L’esprit de Courson, moi je veux bien », dit l’un d’eux, « mais il faut bien que les gens rentrent dans leurs frais. Et puis, c’est une activité saisonnière, ça ne dure que quelques mois, et l’argent se fait au moment où il se fait. Ne vous leurrez pas, ils viennent pour faire du chiffre ». La phrase que j’entends le plus là-bas, c’est « alors, ça marche ? moi, ça marche, et pour vous ça marche ? »

Le rôle des médias

  • 6 Plante succulente : qui possède des tissus charnus riches en eau (synonyme : plante grasse).

15Le public suit : 6 000 visiteurs en mai et 8 500 en octobre 1987, 9 000 en mai et 10 000 en octobre 1988, 10 000 en mai et 14 000 en octobre 1989. Cet afflux croissant ne s’expliquerait pas sans le relais de la presse et de la radio. Michel Lis a consacré la rubrique de son émission « Michel le Jardinier », le matin du samedi 20 mai 1989, à l’exposition « Courez vite à Courson ». Les responsables évaluent à 3 000 ou 4 000 personnes, le nombre de visiteurs supplémentaires que leur a valu ce coup de publicité. L’émission n’a fait cependant que consacrer un succès déjà largement acquis. A ce succès, les revues de jardinage avaient bien avant contribué, notamment les trois principales d’entre elles, l’Ami des Jardins, Mon Jardin et ma Maison, Rustica. Ces revues au tirage important (Rustica tire à 300 000 exemplaires hebdomadaires), et qui s’adressent à un public très large d’amateurs, ont dès le début soutenu l’initiative, annonçant à l’avance la manifestation, puis en en rendant compte. Mais surtout, elles ne cessent de susciter tout au long de l’année l’intérêt de leurs lecteurs pour ce nouveau secteur des plantes rares. Dans des styles d’ailleurs différents. Rustica donne essentiellement des informations sur les plantes et les techniques de jardinage, les deux autres sont centrées bien davantage sur l’esthétique et le décor du jardin. L’information en matière horticole est toutefois beaucoup plus développée dans l’Ami des Jardins que dans Mon Jardin et ma Maison. Dans l’une et l’autre revue, on trouve régulièrement des reportages sur les « jardins remarquables », avec photos en gros plans des variétés rares et portraits de jardiniers célèbres posant sur fond de massifs colorés, en chapeau de paille et tablier de jardin, un sécateur à la main. Des rubriques spéciales sont consacrées aux « pépiniéristes à découvrir » – ce sont souvent de jeunes couples récemment installés dans une campagne lointaine et qui se lancent dans une production très spécialisée, plantes d’ombre, plantes aquatiques ou succulentes6. Ils sont présentés comme de sympathiques marginaux passionnés, un peu comme les néo-ruraux qui partaient élever des chèvres au fin fond de l’Ariège ou des Cévennes dans les années soixante-dix.

16Les revues de jardinage ont largement contribué à diffuser le goût des plantes rares et à transformer en salon de la mode une manifestation au début destinée aux seuls collectionneurs. A l’imitation de ces revues qui font une place croissante, dans leurs articles et dans leurs publicités, à tout ce qui concerne l’équipement et le décor du jardin, d’autres stands que ceux des producteurs de plantes se multiplient à Courson. Leur nombre a plus que doublé entre 1987 et 1989. Ils sont regroupés dans le catalogue sous la rubrique « Autour du jardin » : vendeurs de meubles, de vasques et de jardinières, de pergolas et de portiques ; spécialistes de créations paysagères ; organisateurs de voyages sur le thème du jardin, fleuristes de luxe, peintres de fleurs, producteurs de fleurs séchées… Les thèmes de l’exposition s’étendent progressivement à tous les éléments du décor domestique. Par un mouvement inverse et symétrique, des magazines de décoration commencent à s’intéresser au jardin et à lui consacrer des articles. A Courson, en 1988, s’ajoute le stand de Maison et Jardins, en 1989, de Elle-Décoration et de L’Express-Paris. Ces dernières publications s’adressent à un public relativement aisé. C’est d’ailleurs aussi le cas de Mon Jardin et ma Maison : les jardins présentés comme exemples, le style des commentaires, sont significatifs à cet égard. L’Ami des Jardins et surtout Rustica, la plus ancienne des revues de jardinage, ont un public plus diversifié et s’adressent à des jardiniers plutôt qu’à des amateurs de décors à la mode.

Le public : connaisseurs et snobs

17Les collectionneurs et amateurs avertis qui ont fréquenté l’exposition dès le début, et les nouveaux amateurs qui ont grossi la foule des visiteurs, après 1987 surtout, se distinguent de plusieurs façons. Les premiers privilégient l’exposition d’automne parce que c’est en automne que les jardiniers, traditionnellement, font leurs plantations. Ils n’ont pas besoin d’être guidés dans leur choix par l’aspect qu’ont les plantes en plein épanouissement et peuvent donc les acheter après la floraison. Une des raisons de la création des Journées de printemps était précisément la possibilité d’attirer un public plus large avec des stands fleuris. La formule des organisateurs de Courson à l’adresse des journalistes, « l’exposition, un jardin à l’intérieur d’un parc, chaque exposant, un massif à l’intérieur du jardin », s’applique mieux au printemps qu’à l’automne. Le contraste des saisons, cependant, tend beaucoup à s’atténuer, les producteurs utilisant de plus en plus des techniques de forçage, de façon à présenter des espèces fleuries, même en automne. C’est surtout d’une journée à l’autre, entre le vendredi, le samedi et le dimanche, que s’observent des types différents de visiteurs.

18Courson, vendredi 25 mai 1989. L’ouverture au public n’a lieu qu’à 15 heures. Comme l’indiquent les affiches, la journée est jusque-là réservée aux professionnels. A 10 heures, ils sont déjà nombreux, journalistes, ingénieurs horticoles, paysagistes, pépiniéristes, à circuler entre les stands, y compris ceux qui exposent et se rendent visite entre eux. « Beaucoup d’exposants se connaissent bien », dit Robert Mallet, premier interviewé. « Sous les tables, vous pourrez le constater en fin de matinée, il y a des piles de plantes, ce sont celles qu’on a mises de côté pour les copains. » Outre les professionnels, il y a les membres de l’APBF qui ont le privilège d’accès à cette matinée réservée. Un couple vient d’acheter une glycine blanche à Robert Mallet, et lui demande conseil : à quel endroit du jardin faut-il la planter ? Manifestement, il s’agit d’amis dont il connait bien la propriété. A midi, exposants et gens de l’apbf se retrouvent dans la longue file d’attente devant le snack installé sous une tente. Deux messieurs d’un certain âge conversent dans la file : « Le prince est-il ici ? Je pensais le rencontrer mais je ne l’ai pas encore vu… » Il s’agit à n’en pas douter du prince Volkonsky, une des gloires de l’apbf. Derrière eux, des pépiniéristes qui ont l’accent du terroir parlent de la panne d’un camion et de l’absence d’un employé qui devait aider à l’installation du stand. Au fond de la tente, autour d’une longue table, sont installés les membres des jurys. Ils ont circulé toute la matinée d’un stand à l’autre, et arrêté leur choix juste avant le déjeuner. La remise des prix se fait juste après, à l’écart, un peu à la sauvette, dans un désordre ponctué de rires et d’embrassades, comme s’il ne s’agissait que d’une distribution de cadeaux entre amis.

Est-ce vraiment nécessaire de faire une grande cérémonie, dit Patrice Fustier, interrogé quelques semaines plus tard. Personnellement, ça m’ennuie. Faire venir un Brice Lalonde ou quelqu’un comme ça pour qu’il donne solennellement les prix ? On sera peut-être amené à le faire parce que certains le demandent, parce que c’est peut-être aussi l’occasion de se faire mieux connaître, d’avoir un meilleur impact. Mais je ne voudrais pas que ça tourne au côté comice agricole, ce serait détruire ce qu’on a voulu faire ici. Et moi, je préfère un jury de qualité et qui juge bien, plutôt qu’un truc à grands falbalas…

19Pour les exposants primés, l’important, d’ailleurs n’est pas là. Ce qui compte, ce sont les panneaux qui dès l’après-midi installés sur leurs stands signalent leur récompense ; c’est, dans le hall d’accueil, l’exposition des plantes qui ont reçu des « Mérites », avec le nom de leurs producteurs ; c’est enfin la mention qui sera faite dans la presse spécialisée de ces distinctions, purement honorifiques et cependant très prisées des professionnels. Après 15 heures, quand l’exposition s’ouvre au public, les visiteurs affluent, mais ce n’est pas encore la grande foule. Plutôt des amis et des relations de ceux qui sont là dès le matin. Ils achètent en quantité et ils achètent cher : « Il faut bien ça », dit une dame qui repart en traînant un plein chariot jusqu’au parking, « j’ai un jardin à Neuilly, mais j’en ai un autre aussi à la campagne. » Le phénomène est encore plus marqué à l’automne, parce que beaucoup viennent acheter des arbres – les ligneux ont été la première spécialité de Courson et restent une de ses spécialités les plus marquées.

20Courson, vendredi 12 octobre 1989, l’après-midi. Dans les tenues vestimentaires, dominent les tweeds de bonne coupe et la couleur vert olive. Le chapeau tyrolien est presque d’uniforme. Quelques blondes jeunes femmes en culottes de cheval et bottes, beaucoup de couples d’âge mûr. L’un d’eux discute en anglais au stand de la Mallet Court Nursery, avec le vendeur anglais, des mérites d’un érable canadien. Un autre examine les étiquettes des sauges des pépinières de la Foux ; propos de la dame à son mari : « Salvia azurea, le nom est simple, ce doit être commun. » Le goût de la rareté ne relève parfois que du snobisme. Mais il est souvent aussi le fait de connaisseurs compétents. Ceux-là, on les voit surtout le samedi matin, aux dires d’un exposant qui fut l’un des premiers à venir à Courson :

Le samedi matin, mais à la première heure, vraiment à la première heure, vous avez tous ceux qui se sentent vraiment concernés par le jardin, ils cherchent la plante rare, ils savent que c’est en quantité limitée, ils sont là à l’ouverture, les premiers sur le stand, pour prendre ce dont ils rêvent depuis longtemps. De tous les visiteurs ce sont ceux qui ont la plus grande culture botanique, ceux qui savent, ils en savent même quelquefois plus que moi. C’est un milieu aisé, ça se voit aux billets de 500 F qui sortent des poches. Maintenant on démarre toujours avec un fond de caisse important parce que dans les premiers temps, on s’est fait avoir avec des gros billets qui arrivaient en quantité. Oui, ils ont un gros pouvoir d’achat, ce sont des clients qui ont de grands parcs ou de grands jardins, ils s’y intéressent, ils ont des jardiniers bien sûr, mais ils connaissent bien les choses et savent donner des directives.

21Certains, parmi ces collectionneurs et amateurs avertis, trouvent qu’à trop élargir son public, l’exposition de Courson a perdu de son intérêt : « Les plantes sont devenues de moins en moins rares, ce qui prime maintenant, c’est le look, les choses tape-à-l’œil… des plantes qu’on veut en pleine floraison, même s’il a fallu les forcer. Les connaisseurs, eux, ils peuvent acheter des plantes pas très présentables ! » Situé un peu à l’écart, à l’abri des mouvements de la foule, le stand de l’APBF se veut le temple et le refuge de l’esprit collectionneur : sa présentation a l’austérité qui sied aux démonstrations savantes. Quant aux organisateurs de l’exposition, ils veulent à la fois conserver ce qui en faisait l’attrait pour un public élitiste, et répondre à la logique du succès commercial. Ce n’est pas sans poser problème, et les propos de Patrice Fustier cités plus haut sont révélateurs à cet égard.

Nouveaux amateurs et promeneurs du dimanche

22Un sondage effectué en mai 1989 auprès des visiteurs le samedi après 10 heures et le dimanche, donne quelques indications sur ce nouveau public. 357 personnes (181 le samedi et 176 le dimanche) ont été interrogées à l’aide d’un questionnaire. Les variations entre le samedi et le dimanche sont relativement faibles et elles vont toutes dans le même sens : les caractéristiques « nouveau public » sont plus marquées le dimanche que le samedi.

23Les quatre cinquièmes des personnes interrogées ont un jardin, et pour les trois quarts d’entre elles, ce sont des résidences principales. Il s’agit donc pour l’essentiel de gens qui habitent en maison individuelle, avec des jardins d’assez grande taille, bien supérieure en tout cas à la moyenne en région parisienne (qui est de 300 à 400 m2), puisque la moitié d’entre eux ont des jardins de plus de 500 m2, et un tiers des jardins de plus de 2 000 m2. Une minorité de visiteurs n’ont à fleurir qu’une terrasse ou un balcon, quelques-uns n’ont ni jardin, ni terrasse, ni balcon (la proportion de ces derniers est plus forte le dimanche que le samedi, 8 % dans un cas, 4 % dans l’autre), il s’agit donc de gens pour qui l’exposition n’est qu’un but de promenade. Mais dans leur grande majorité, semble-t-il, les visiteurs s’intéressent à l’objet même de l’exposition, c’est-à-dire aux plantes rares. Leurs réponses sur ce point sont confirmées par le fait que beaucoup viennent de loin. Très peu habitent Paris, les trois quarts habitent en province ou dans une autre banlieue que l’Essonne (département où se situe Courson) : c’est là le résultat le plus frappant de ce sondage.

24Plus des deux tiers viennent en famille ou avec des amis (la proportion de personnes seules est un peu plus forte le samedi que le dimanche) et la grande majorité des visiteurs ont moins de 50 ans. Les réponses relatives à la catégorie socio-professionnelle indiquent par ailleurs une très forte proportion de cadres supérieurs et de professions libérales, une assez forte proportion d’indépendants et de cadres moyens. Les employés, les ouvriers et les retraités sont quant à eux largement sous-représentés. Les retraités sont toutefois plus nombreux le samedi que le dimanche. Jeune cadre aisé, marié avec enfants, habitant une maison avec jardin, tel serait donc le profil-type du nouvel amateur de plantes rares. C’est l’impression qu’on a à observer tout simplement le public de ces deux journées, au printemps comme à l’automne : beaucoup de couples avec enfants et grands-parents, circulant d’un stand à l’autre, s’informant longuement auprès des exposants, achetant, mais en petites quantités. La plupart repartent en fin de journée avec deux ou trois plantes dans un sac en plastique.

  • 7 On retrouvera dans le chapitre 6 les entreprises pépiniéristes citées dans cette page.

25Les exposants ont sur eux des opinions très diverses. Les uns jouent à fond la carte de l’information et de la formation de ce nouveau public, c’est le cas par exemple au Jardin du Morvan7 : le stand est pris d’assaut, c’est en bonne partie parce que l’on y répond inlassablement aux questions. Les producteurs de l’association Lancement de plantes qui viennent en mai 1989 pour la première fois à Courson, trouvent quant à eux qu’« ici on fait beaucoup de discours, les gens n’en finissent pas de demander des explications ». Le frère Christian, des Pépinières Saint-Joseph, aime donner des conseils et susciter la curiosité botanique, il le fait à Courson mais aussi, à longueur d’année, dans son abbaye d’Autray (Vosges) : convertir les gens du coin à l’amour des plantes fait partie de sa vocation. Erwan Tymen, lui, est moins optimiste. Tout en affirmant « Courson, c’est important pour les producteurs, ils ne savent pas ce qu’il faut produire, ici ils peuvent tester le public », il ne se fait guère d’illusion sur les nouveaux amateurs de plantes rares :

Le grand public français n’est pas un public de connaisseurs. Au départ les gens qui venaient ici étaient très connaisseurs, mais c’était aussi une élite sociale. Le public anglo-saxon est connaisseur, mais pas le public français. On le connaît bien, ce public français, on l’a toujours eu, on y est habitué, c’est celui des Floralies de Nantes où nous exposons aussi. Je ne crois pas qu’une exposition comme Courson puisse servir à éduquer le public, on ne peut pas refaire l’éducation des gens. La génération d’avant, oui, on aurait pu compter dessus. Mais les jeunes sont devenus des citadins à la campagne, même s’ils sont nés là et même si leurs parents s’y connaissent en culture. Ils font un petit bout de pelouse devant leur pavillon et c’est tout. Ils n’ont plus le sens de la terre. Ils sont écolos, pourtant, mais c’est de l’écologie idéologique, ils ne mettent pas la main dans le fumier. Donc Courson, ça satisfait une petite catégorie de gens. Les autres viennent par snobisme, il ne faut pas se leurrer.

Le réseau associatif et la presse spécialisée à Saint-Jean-de-Beauregard

26Les liens de parenté entre les deux familles propriétaires de Courson et de Saint-Jean-de-Beauregard, leur commune appartenance à l’APBF, la proximité géographique des lieux, créaient une situation de concurrence. Pour l’éviter, ceux de Saint-Jean ont cherché à donner à leur manifestation des caractéristiques singulières. Les différences tiennent aux organismes qui servent de supports ainsi qu’aux types de plantes exposées. Ce sont des expositions à thème : une fête des vivaces au printemps (depuis 1985), une fête des fruits et légumes à l’automne (à partir de 1989). Des thèmes qui s’accordent bien aux lieux : à Saint-Jean, en effet, l’élément le plus remarquable est un grand potager dont on a restauré le tracé du xviie siècle, et reconstitué les collections de pivoines, narcisses, plantes médicinales et fruitiers anciens.

27La Fête des vivaces, en avril 1989, n’a rien du salon professionnel ni des Floralies. Le style est plus rustique que mondain, avec des étalages de petits pots posés à même le sol ou sur des tréteaux comme dans un marché. Peu d’effets spectaculaires, la plupart des plantes ne sont pas en fleurs. Au-dessus des pivoines et des bulbes, des photos seules indiquent la couleur. La gamme des végétaux ne se limite pas aux vivaces (il y a aussi des bulbeuses et des rhizomateuses), mais s’en tient (sauf les rosiers et quelques arbustives) aux herbacées. Pas de ligneux comme à Courson. Des plantes pour petits jardins, donc, plutôt que pour grands parcs.

28Sur les 42 producteurs qui exposent à Saint-Jean en avril 89, plus de la moitié (26 exactement) exposeront à Courson la même année ou y ont déjà exposé, et parmi eux, des producteurs très spécialisés comme Michel Rivière (pivoines), Yves Dupont (fougères), Bernard Bureau (roses anciennes) ; des fournisseurs réputés comme la Vallée blonde, succursale de la pépinière anglaise Hilliers, ou comme Despalles ; des pépinières récentes mais déjà connues comme les Bulbes d’opale ou Ellebore. D’autres n’exposent qu’à Saint-Jean, comme ce pépiniériste de Dordogne : « On vient ici depuis trois ans, c’est tranquille et sympa. On a postulé pour Courson depuis plusieurs années, ce n’est pas accepté, ils ne sont pas objectifs. On aimerait y aller parce que ça devient prestigieux, et que c’est bon pour le commerce, il faut qu’on vende… » Les pépinières de Kerdalo, elles, choisissent cette année-là d’aller à Saint-Jean plutôt qu’à Courson : « Ici, c’est délicieux ! Ça reste une fête des plantes. Courson, ça devient trop grand, trop strict, trop organisé… » Echo aux critiques de certains amateurs, qui regrettent le Courson des premières années : « Avant, les Journées avaient un côté plus bohème, plus intime, moins organisé. C’est la différence entre la brocante et un grand magasin d’antiquités. Maintenant Courson, c’est devenu le grand magasin d’antiquités. »

29La Société nationale d’horticulture de France (snhf) joue un rôle important à Saint-Jean-de-Beauregard, c’est à sa section « Plantes vivaces » que revient l’initiative de la manifestation et c’est elle qui en assure chaque année l’organisation et l’animation. La presse spécialisée, de son côté, apporte un concours très actif, surtout l’Ami des jardins, qui édite le programme et dont les liens sont étroits avec la section Plantes vivaces. Cette dernière fut créée au début des années 80 par le pépiniériste et collectionneur Christian Geoffroy ; Muriel de Curel, propriétaire de Saint-Jean-de-Beauregard en est depuis l’origine un membre actif ; l’actuel président de la section, aujourd’hui devenue la plus importante en nombre d’adhérents de la snhf, est un des principaux collaborateurs de l’Ami des Jardins.

30Membres d’associations et lecteurs des revues de jardinage se retrouvent à Saint-Jean le samedi plutôt que le dimanche, car l’on observe ici aussi des publics différents selon les journées, et le samedi est le rendez-vous des amateurs avertis et des connaisseurs. Le dimanche, il y a davantage de promeneurs, familles avec enfants, clubs de 3e âge amenés en cars. Une des personnes interviewées le samedi est une dame retraitée qui a longtemps été responsable d’une société d’horticulture locale dans la région parisienne (elle a même été à ce titre décorée du mérite agricole). Elle vient à Saint-Jean pour la première fois et se dit enchantée :

J’ai vu beaucoup de choses très intéressantes, des choses que je n’avais jamais vues nulle part. Saint-Jean, c’est vraiment la découverte… Courson, ce n’est pas pareil, le cadre est magnifique, ce sont des plantes de qualité, mais ça fait davantage grande jardinerie. Avec des variétés, tout de même, qu’on ne trouve pas dans les grandes jardineries… En fait, on ne peut pas comparer, parce qu’ici il n’y a que des vivaces, tandis qu’à Courson il y a beaucoup d’arbres et d’arbustes, et de plantes méditerranéennes. Saint-Jean, c’est plus petit, plus horticole, c’est aussi dans l’ensemble beaucoup moins cher.

31Des espèces adaptées aux jardins ordinaires, des prix à la portée de petites bourses : les deux raisons se conjuguent pour attirer à la Fête des vivaces un public moins cossu que celui des Journées des plantes, mais qui est davantage, les premières années du moins, un public de jardiniers avertis. La manifestation s’appuie en effet largement sur le réseau associatif, or les sociétés de jardinage en France sont beaucoup plus nombreuses qu’on ne le croit généralement et touchent des catégories sociales très diverses. Le nombre des visiteurs s’élève déjà à 8 000 en avril 1989.

L’entrée des fruits et légumes sur le marché de la rareté

32En novembre 1989, Saint-Jean-de-Beauregard inaugure une exposition d’automne, et sur un thème différent, « Les fruits et légumes d’hier et d’aujourd’hui ». C’est, cette fois, la revue Rustica qui se voit confier par les propriétaires, M. et Mme de Curel, l’organisation et l’animation de la manifestation. Ce nouveau domaine de la rareté n’en est pas un pour les lecteurs de Rustica, thème qui a été déjà largement développé par la revue. Son public est essentiellement composé de ruraux et elle est centrée sur l’univers de ses lecteurs : le jardin d’agrément, le potager, les animaux domestiques et les animaux d’élevage, la nature et la campagne. Dans Rustica, on peut s’informer sur la culture biologique, savoir comment jardiner selon la lune, comment cultiver et utiliser les plantes médicinales ou condimentaires, comment identifier les plantes sauvages dans la campagne et les acclimater dans son jardin. L’accent a été mis tout particulièrement sur les fruits et légumes au cours de l’année 89, avec une nouvelle rubrique « Le goût retrouvé des variétés d’antan ». Mais depuis longtemps, la revue fait connaître des espèces légumières ou fruitières peu courantes, en se faisant l’écho des activités d’associations ou des trouvailles de collectionneurs.

33La Fête des fruits et légumes, qui a accueilli 4 000 visiteurs les 11 et 12 novembre 89, avait fait l’objet dans Rustica d’une véritable campagne de promotion étalée sur trois mois, soit une bonne douzaine d’annonces détaillant le calendrier de la manifestation : conférences, démonstrations de taille et de greffe, bourse d’échanges de greffons et de graines. Parmi les exposants, quelques producteurs fruitiers, peu nombreux, et beaucoup d’associations qui se donnent pour vocation de protéger les espèces en voie de disparition. Le trophée Archimboldo et un chèque de 5 000 F ont couronné le responsable de l’Association pour l’inventaire et la conservation des plantes cultivées (aicpc), pour son « œuvre de sauvegarde et de promotion des variétés anciennes de fruits et légumes ».

34Côté fruits, la pomme est reine. Cultivée dans toutes les provinces françaises, elle comptait autrefois un nombre considérable de variétés, aujourd’hui en voie de disparition. Elle se prête particulièrement bien au thème de la défense du patrimoine régional, comme à celui de la richesse et de la diversité biologiques. A Saint-Jean, les militants de la pomme sont là en rangs serrés, Croqueurs de pommes, Mordus de la pomme, Sauve qui pomme, etc. La poire elle aussi a ses croqueurs, ses mordus et ses sauveurs. Ils aiment à rappeler ses lettres de noblesse : sous l’Ancien Régime la poire était réservée à la table des nobles et des riches, à la différence de la pomme, bonne pour les vilains. La poire a fait la fortune des grands pépiniéristes français au xixe siècle.

35Côté légumes, la vedette revient aux cucurbitacées et à leurs variétés rares. Exemple, le potimarron, auquel Rustica a consacré plusieurs articles (comment le cultiver, comment le conserver, comment le cuisiner…). La revue a présenté des collections spectaculaires de courges, citrouilles, potirons et melons, avec nombre de variétés oubliées, du citrouillat au pâtisson. Ces variétés rares sont exposées à Saint-Jean-de-Beauregard dans plusieurs stands (dont celui de Muriel de Curel qui les cultive dans son potager). On peut les goûter, accommodées de différentes façons, au stand de la restauration, tenu cette année-là par Clotilde Boisvert, directrice de l’Ecole des plantes (voir supra p. 138).

36Le clou de la fête est le concours du « mouton à cinq pattes », ouvert à tous les amateurs et qui récompense les productions particulièrement rares (les lauréats reçoivent des prix en nature, une motobineuse pour le gagnant du premier prix). Sous ce même titre, « le mouton à cinq pattes », Rustica consacre depuis longtemps une rubrique régulière alimentée par le courrier des lecteurs et illustrée par les photos de prodiges récoltés dans leurs jardins : une betterave géante, un arum à trois pétales, une pomme de terre en forme de canard… La fête fait place ainsi à un goût fortement ancré dans la tradition populaire pour l’insolite, le bizarre, l’exceptionnel (Dubost 1991). Une place un peu marginale dans l’esprit des organisateurs : le règlement prévoyait que les appréciations du jury porteraient, premièrement, sur la rareté botanique, deuxièmement sur l’originalité, troisièmement sur la qualité du fruit ou du légume présenté. Quatrièmement, enfin, sur la grosseur, le poids ou le coloris exceptionnels. Autrement dit, était relégué en dernier lieu ce qui caractérise le légume-phénomène dans la tradition populaire. Mais son triomphe fut manifeste à voir le stand d’exposition où les lecteurs de Rustica avaient déposé leurs productions : la carotte énorme trônait aux côtés de la citrouille gigantesque et de la courge aux contorsions étranges.

  • 8 « Le festival des plantes rares le dispute désormais en chic international au festival du film. Le (...)

37« On ne vise pas la même formule qu’à Courson », déclarait Muriel de Curel en 1989. « Courson, c’est plus chic, plus snob, ici ce sont plutôt les passionnés. Si l’on veut garder notre style marché de village, il ne faut pas trop étendre le nombre des exposants. » Entre 1989 et 1993, cependant, la surface d’exposition a plus que doublé. La manifestation a connu une évolution assez analogue à celle de Courson. Elle aussi tend à perdre l’aspect intime et improvisé des premières années. A la Fête des vivaces surtout, le nombre des visiteurs ne cesse de croître, et le « style marché de village » devient difficile à conserver. Pendant ce temps-là, les Journées de Courson ont pris une dimension nationale et même internationale. Au lendemain de la Pentecôte 1992, Libération lui consacrait une page entière sous le titre « Week-end à Courson ». L’année suivante, Maryvonne de Saint-Pulgent dans Le Point en faisait l’événement de la saison, en concurrence avec le Festival de Cannes8. Les plantes rares sont désormais à la mode. Au dire des Fustier eux-mêmes, Courson a servi de détonateur plutôt que de cause au phénomène, qui touche désormais un large public et s’étend en province. Dès 1985, mais à partir surtout de 1989, se multiplient partout les expositions-ventes de plantes rares.

Notes

1 Diversité culturelle aussi bien que biologique. Luc Ferry (Le nouvel ordre écologique, 1992) a mis en perspective historique cet « éloge de la diversité », inauguré par les romantiques et l’extrême droite au xixe siècle et qui constitue aujourd’hui le fondement idéologique de l’écologie « radicale ».

2 L’architecte Louis-Martin Berthault fut l’un des premiers à transformer les jardins à la française en parcs anglais. Napoléon lui avait confié la re-création du parc du château de Compiègne et l’aménagement du parc de la Malmaison.

3 Le résultat de ce recensement a été publié en 1991, Guide des Jardins botaniques de France.

4 Les espèces botaniques sont celles qu’on prélève directement dans la nature ou celles qui n’ont jamais fait l’objet d’hybridation (par opposition aux espèces horticoles ou cultivars) et qui conservent donc intactes les caractéristiques de l’espèce sauvage.

5 Le Chelsea Flower Show se déroule tous les ans pendant trois jours au mois de mai dans le quartier de Chelsea à Londres.

6 Plante succulente : qui possède des tissus charnus riches en eau (synonyme : plante grasse).

7 On retrouvera dans le chapitre 6 les entreprises pépiniéristes citées dans cette page.

8 « Le festival des plantes rares le dispute désormais en chic international au festival du film. Le jury de ses “mérites” compte à peine moins d’éminences étrangères que celui de la Palme d’or »… in « La fièvre horticole », 1993.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search