Version classiqueVersion mobile

Vert patrimoine

 | 
Françoise Dubost

Introduction

Texte intégral

1Vert patrimoine, comme verts paturages ou vert paradis. Le jardin est la figure traditionnelle de l’Eden, or les plantes de jardin sont l’exemple que j’ai choisi pour traiter, plus largement, du patrimoine et de la façon dont se constituent de nouveaux objets patrimoniaux. Pourquoi la flore des jardins plutôt que la flore sauvage ou celle des champs ? La première raison est que les Français ont depuis peu contracté l’amour des plantes – le virus, disent les collectionneurs. L’horticulture et la botanique deviennent des passions nationales, ce qui n’était guère imaginable il y a vingt ans. En témoigne le développement spectaculaire d’un marché devenu la poule aux œufs d’or des exportateurs hollandais ou allemands. En témoignent, le succès des revues et publications diverses consacrées au jardin (c’est l’un des rares secteurs prospères de l’édition), la redécouverte de l’art des jardins, orchestrée par les pouvoirs publics, et l’entrée officielle des jardins historiques dans le domaine du patrimoine. Phénomène de mode, et comme tel, révélateur à un moment donné des états d’âme du corps social. Il s’agira de comprendre dans quel contexte est apparue cette mode, et par exemple, d’observer ses liens avec le mouvement écologique. On montrera qu’elle s’est appuyée sur un mouvement associatif d’une vigueur remarquable qui dément l’idée trop répandue que les Français n’ont pas la fibre associative. Beaucoup de ces associations sont récentes et n’ont pas plus de quelques années d’existence : c’est un avantage pour l’observateur qui peut sans difficulté en retrouver les fondateurs et retracer les circonstances de leur création. D’autres sont anciennes et même très anciennes puisqu’elles datent du début du xixe siècle et de cette grande vogue de l’horticulture qui entraîna la naissance de nombreuses sociétés savantes dans toutes les provinces françaises. Entre les premières et les secondes les différences sont sensibles, mais les filiations n’en demeurent pas moins significatives. Sur ce point comme sur beaucoup d’autres, le passé éclaire utilement le présent.

  • 1 Convention du patrimoine mondial, adoptée en 1972 par l’UNESCO, et, en France, loi du 10 juillet 1 (...)

2Deuxième raison, les jardins et les plantes cultivées illustrent particulièrement bien la spécificité du patrimoine végétal, à l’interface du culturel et du naturel. Les actions de protection et de sauvegarde en faveur des jardins historiques ou des espèces végétales en voie de disparition en sont des exemples significatifs, propres, me semble-t-il, à enrichir la problématique du patrimoine. Celle-ci se développe aujourd’hui dans de multiples directions, souvent divergentes et parfois opposées, selon qu’il s’agit de « patrimoine culturel » ou de « patrimoine naturel ». Les deux notions sont récentes, et leur association reste mal définie bien qu’elle ait été consacrée, dès leur apparition, par des textes officiels1. Il en est de même pour les divers syntagmes que l’on a créés depuis en accolant d’autres qualificatifs au terme de patrimoine – végétal, génétique, ethnologique (Chiva 1990), etc. L’articulation entre ces différents types de patrimoine est d’autant plus difficile à trouver que la plupart des débats sur ce thème restent prisonniers des clivages institutionnels. Retraçons l’essentiel de ces débats.

3Les spécialistes du patrimoine culturel sont avant tout frappés par son inflation récente, que beaucoup jugent quasiment pathologique. Ils parlent d’« extension vertigineuse », d’« explosion » (Débat 1991), de « syndrome du patrimoine » (Choay 1992), de « patrimoines en folie » (Jeudy 1990)… Un phénomène qui, selon les commentateurs, entraîne une transformation radicale de la notion même de patrimoine. Elle s’incarnait depuis le xixe siècle dans le monument historique, elle correspondait à la prédominance des valeurs esthétiques qui s’était instaurée à l’époque, et à une lecture des œuvres d’art s’identifiant à celle de l’histoire de la civilisation occidentale (Chastel et Babelon 1980 ; Chastel 1986). Or de nos jours, affirme par exemple Dominique Poulot, « le patrimoine, dans ses représentations banales et savantes à la fois, n’évoque plus ni l’inscription forte des ancêtres dans la mémoire collective, ni les monuments à transmettre à la postérité, mais des objets vernaculaires : maisons rurales, métiers disparus, quartiers anciens, sites protégés, meubles de famille, cadre de vie domestique etc. (…) Aujourd’hui, le relativisme des cultures, sous forme d’un inventaire des différences, apparaît comme la seule figure patrimoniale vraiment démocratique » (Poulot 1992).

  • 2 Françoise Choay, qui en fait la remarque, se situe bien elle-même dans la tradition française : l’ (...)

4La nouvelle conception du patrimoine a-t-elle triomphé de manière aussi radicale ? Ce n’est pas sûr. La législation et la réglementation françaises, en tout cas, restent fortement modelées par la tradition des monuments historiques. Conçues pour des objets remarquables, elles s’appliquent malaisément au patrimoine ordinaire. J’ai eu l’occasion de le constater en étudiant il y a quelques années les problèmes de conservation et de protection de l’architecture rurale. Entrée officiellement dans le domaine du patrimoine lors de la création de l’Inventaire des monuments et richesses artistiques de la France, l’architecture rurale n’a guère bénéficié de mesures de sauvegarde, tant les procédures de gestion et de conservation en vigueur, qui très largement restent les procédures créées pour les monuments historiques, se sont révélées inadaptées à ce nouvel objet. Architecture évolutive, faite pour être modifiée, reconstruite, pour s’adapter aux changements continus qui affectent le monde rural, elle est à l’opposé du monument historique « installé dans un passé définitif et irrévocable », comme le dit Françoise Choay. Production non savante, la maison rurale est inassimilable à l’œuvre d’art unique, au monument, à l’art pour l’art. C’est le monde de la série, du multiple, où il faut raisonner en termes de modèles, de types, de variantes. Isac Chiva (1987), déplorant la faiblesse des mesures de protection, y voit la preuve d’un privilège depuis toujours accordé à la culture savante, noble, majeure, au détriment de la culture populaire. Il est vrai que sur ce point la tradition française est bien différente des autres, de la tradition anglo-saxonne notamment : à l’époque de Viollet-le-Duc, Ruskin et Morris ont fait entrer de plein droit l’architecture domestique dans le concept de monument historique, auquel ils ont donné une signification moins élitiste, moins étroitement liée à la culture savante2.

5L’exemple du patrimoine végétal rejoint par d’autres voies celui de l’architecture rurale. C’est le cas même lorsqu’il s’agit des jardins historiques, qui ont récemment conquis le statut d’œuvres d’art et comme telles, correspondent à la définition des monuments historiques. Mais, contrairement à la conception d’un patrimoine immuable, les jardins mettent en œuvre des matériaux vivants, des processus naturels et possèdent une dimension éphémère irréductible. Tout comme les maisons rurales, ils imposent d’introduire les dimensions du temps et de l’usage dans la thématique du patrimoine et de poser les problèmes en termes d’évolution. Dimensions qui ne sont évidemment pas absentes dans le cas des monuments historiques, mais qui ont été largement occultées depuis le xixe siècle.

  • 3 Programme interdisciplinaire de recherche sur l’environnement (cnrs).

6Les stratégies de conservation qui avaient alors été instaurées sont encore en application aujourd’hui, y compris lorsqu’il s’agit des nouveaux objets du patrimoine. Les auteurs précédemment cités, qui s’alarment du nombre croissant des reliques du passé gagnant les musées, qui dénoncent la prolifération de ces nécropoles d’objets hors d’usage, sont bien en peine de justifier des limites à cette extension qui ne soient pas arbitraires. Après tout, ces « multiples morts sociales suivies d’embaumements culturels » (Assier-Andrieu 1992) s’inscrivent logiquement dans la suite des précédentes. Krzysztof Pomian (1990) aime à le souligner, le déchet est à l’origine des collections, il est comme un principe fondateur de la conservation muséale. Mais ce qui est vrai du patrimoine culturel ne l’est pas du patrimoine naturel, et l’on voit mal a priori qu’un patrimoine vivant puisse participer de cette « esthétique collective du déchet » (Jeudy 1990). Et pourtant, la logique muséale est si forte qu’elle a bel et bien imprégné les premières politiques de protection de la nature. La démarche des défenseurs de la nature s’est calquée dans un premier temps sur celle des défenseurs du patrimoine culturel : la création de réserves et d’espaces protégés, revenait à distinguer une nature encore intacte, digne d’être préservée, et une nature pouvant être abandonnée à l’appétit des hommes (Lefeuvre 1990). Coupure entre nature exceptionnelle et nature ordinaire dont les dangers ont été clairement dénoncés – notamment dans le cadre des programmes de recherche du piren3 (Fabiani 1985). Les chercheurs montraient la nécessité de prendre en compte la nature artificialisée, cultivée, et de substituer à la notion traditionnelle de préservation la notion plus dynamique de conservation : plutôt que de chercher à figer le passé, il s’agit de gérer le long terme en tenant compte des capacités d’évolution des systèmes écologiques dont on veut préserver les caractéristiques essentielles, il s’agit de concilier développement et protection de la nature. Citons J.C. Lefeuvre : « Pour maintenir l’ensemble des espèces animales et végétales, une véritable protection de la nature doit désormais s’intégrer à une politique d’aménagement du territoire entièrement revue et rénovée et aider aussi bien à la gestion de la nature ordinaire qu’à celle de ces territoires d’exception que restent les parcs nationaux et les réserves. Apprendre à protéger et à maintenir en bon état quelques bosquets, quelques bordures de chemin dans la plaine de Beauce, ou un réseau de haies dans les zones bocagères de l’Ouest a autant d’intérêt, pour le maintien d’une diversité biologique élevée sur l’ensemble de notre territoire, que la multiplication de nos parcs et réserves en montagne » (Lefeuvre 1990 : 65).

7Cette nature ordinaire que l’on veut maintenir sur l’ensemble du territoire, et non plus seulement dans quelques enclos protégés, n’englobe pas les plantes cultivées : il s’agit seulement, comme l’indique la citation précédente, des espèces à croissance spontanée. Les inventaires du patrimoine naturel entrepris sous l’égide du ministère de l’Environnement (notamment dans le cadre des deux programmes pluri-annuels successifs, 1980-1983 et 1985-1989) concernent essentiellement la faune et la flore sauvages. Les espèces cultivées restent en marge des préoccupations des chercheurs (à l’exception notable, on le verra, de quelques-uns), et plus encore de celles des gestionnaires administratifs et politiques.

8Les plantes de jardin, fruits et légumes ou végétaux d’ornement, les plantes les plus ordinaires de la nature ordinaire, ont mobilisé les amateurs avant d’intéresser les scientifiques ou les responsables publics : le phénomène vaut d’être analysé quand on sait le peu d’intérêt accordé par le public français aux problèmes de l’environnement, tant qu’il s’est agi des menaces planétaires décrites par les écologistes savants. Il a fallu qu’à cette notion trop abstraite d’environnement s’ajoute une dimension patrimoniale, l’idée d’un héritage à transmettre aux générations futures, le désir de prendre en main la gestion d’une propriété collective ou de retrouver des identités locales ou régionales menacées. Comme on le verra, c’est la sauvegarde des variétés locales et des espèces en voie de disparition, qui, en quelques années, a rassemblé des gens d’origines très diverses et provoqué l’essor spectaculaire du mouvement associatif. Ainsi se trouve mise en œuvre, sur un mode vernaculaire, l’idée de gestion patrimoniale de la nature qui travaille depuis vingt ans le milieu scientifique (Theys et Kalaora 1991), et où se manifeste la rencontre de nouvelles formes de sensibilité à la nature et de sensibilité au passé.

  • 4 Riegl fut le premier à souligner la relativité de ces valeurs, en montrant comment s’est constitué (...)

9La notion de patrimoine, comme celle de nature, n’est pas un invariant, elles renvoient à une histoire des « valeurs » au sens où l’entendait Aloïs Riegl4. Chaque époque a ses critères de sélection du passé, sa conception de la place de l’homme dans la nature. A une même époque, chaque société, chaque groupe social ont aussi les leurs, avec des enjeux souvent différents et concurrents, des modalités divergentes d’appropriation et de définition. C’est dire le rôle essentiel des acteurs ou groupes d’acteurs qui jouent un rôle pionnier dans la construction de nouvelles représentations et de nouveaux systèmes de légitimation. C’est pourquoi ils sont au centre de cette étude : acteurs publics, acteurs privés, amateurs ou professionnels, spécialistes ou gens ordinaires, ils ont chacun pour leur part contribué à l’élaboration de ce nouvel objet patrimonial constitué par les jardins et les plantes cultivées. Privilégier les acteurs, c’est en somme adopter une démarche voisine de celle de l’historien Keith Thomas (1985) étudiant les transformations du sentiment de la nature en Angleterre au début de l’époque moderne. Il en trouve la preuve dans les mille détails de la vie quotidienne au xviie et au xviiie siècle, de l’interdiction des combats de coqs à la passion grandissante pour les chiens et les chats, du culte des arbres à l’engouement pour l’art des jardins : nouveaux rapports à l’animal et au végétal qui correspondent à une redéfinition de la place de l’homme et de la société dans leur environnement naturel, à une nouvelle éthique dont les promoteurs, nous dit Keith Thomas, furent les scientifiques, les puritains, les citadins, les bourgeois…

10Parce qu’il s’agit ici du présent le plus immédiat, le choix qui s’imposait était celui de l’approche ethnographique. L’enquête que j’ai menée n’est évidemment pas exhaustive : il m’était impossible d’interroger directement tous les acteurs. Mais pour que le choix des lieux que j’ai visités et des personnes que j’ai interviewées ne soit pas arbitraire, je me suis efforcée de le fonder sur des recensements aussi complets que possible. Le dépouillement systématique des plus importantes revues de jardinage pendant plusieurs années consécutives a ainsi permis d’établir la liste des manifestations organisées par des organismes publics ou privés sur le thème du patrimoine végétal, d’une part, et, d’autre part, la liste des associations concernées par le même thème. Un questionnaire envoyé aux associations ainsi repérées a permis de compléter ces données d’ensemble. J’ai par ailleurs largement utilisé le conseil de spécialistes, paysagistes professionnels ou historiens de l’art, avec lesquels j’entretiens des relations suivies du fait de mes précédentes recherches. Mes critères, cependant, étaient différents des leurs, puisque mon propos n’était pas de juger d’une valeur d’art, de rareté ou d’ancienneté. Il m’est donc souvent arrivé, si leur cas me paraissait plus significatif, d’interroger un collectionneur obscur plutôt qu’un collectionneur célèbre, ou le responsable d’une petite association de village plutôt que celui d’un groupe national jouant un rôle institutionnel auprès des pouvoirs publics.

  • 5 pour reprendre l’expression polémique d’Alain Roger dans Maîtres et protecteurs de la nature, 1991

11Les risques inhérents à ce type d’enquête sont bien connus. Le danger pour l’ethnologue d’être piégé par le discours de ses interlocuteurs, d’adopter, sans même s’en rendre compte, leurs catégories et leurs hiérarchies, est d’autant plus grand qu’il est lui-même proche de leurs systèmes de valeur et de leur environnement social. Or ces indigènes-là étaient bien mes voisins, comme dirait Faye Ginsburg. Je baignais dans le même air du temps, je n’échappais pas aux modes et aux préjugés d’un milieu que l’on peut, pour faire court, qualifier de milieu cultivé. Il me fallait éviter tantôt la contagion du « pathos écologiste »5, tantôt celle d’un snobisme déguisé en culte de la rareté, tantôt, et c’était sans doute le plus difficile, l’effet de sympathie qu’exercent les gens passionnés lorsqu’ils parlent de leur passion. Inconvénient plus lourd encore, je manquais du recul nécessaire pour mesurer la portée exacte des événements, des actions, des comportements. Mais ce risque-là était inhérent au parti que j’avais pris d’observer le processus de construction d’un nouveau domaine du patrimoine, au plus près de la réalité.

Notes

1 Convention du patrimoine mondial, adoptée en 1972 par l’UNESCO, et, en France, loi du 10 juillet 1976 sur la protection de la nature. Cf Jean-Claude Lefeuvre, « De la protection de la nature à la gestion du patrimoine naturel », in Patrimoines en folie, 1990.

2 Françoise Choay, qui en fait la remarque, se situe bien elle-même dans la tradition française : l’architecture rurale n’a pas de place dans son ouvrage consacré au patrimoine bâti.

3 Programme interdisciplinaire de recherche sur l’environnement (cnrs).

4 Riegl fut le premier à souligner la relativité de ces valeurs, en montrant comment s’est constituée la notion de monument historique. Voir Le culte moderne des monuments, 1903.

5 pour reprendre l’expression polémique d’Alain Roger dans Maîtres et protecteurs de la nature, 1991.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search