Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Paysage au pluriel

 | 
Claudie Voisenat

III. La fabrique des paysages

17. Quelques avatars de la recherche sur le paysage

Yves Luginbühl

Texte intégral

1Multiples sont les conceptions de la recherche sur le paysage, tant cette notion, située à l’interface de plusieurs domaines, ouvre des voies à l’analyse, à la réflexion et à la vérification d’hypothèses. Certaines ont déjà été explorées, mais n’ont apporté qu’une ébauche de réponse aux questions que l’histoire, l’épistémologie, les représentations sociales, les dynamiques spatiales, la place du paysage dans les arts, etc., posent à la communauté scientifique. Elles ont d’ailleurs souvent inspiré les réponses aux appels d’offres successifs que les administrations concernées ont lancés depuis 1980 environ.

2Parmi ces nouveaux modes de recherche, l’un est né de l’essor, il y a une vingtaine d’années, de la « demande sociale » en matière de paysage et de son accélération depuis la fin des années 80 : il s’agit du développement d’études et de recherches commandées par les collectivités territoriales, les administrations centrales ou déconcentrées. Ces initiatives sont antérieures au vote, par l’Assemblée nationale, de la loi sur les paysages proposée par Ségolène Royal en janvier 1993. Cependant, il est indubitable que la perspective de l’entrée en application de cette loi ne fait que renforcer le phénomène et multiplier les appels d’offres d’études départementales ou régionales lancés par les conseils régionaux, généraux, les dde ou les agences d’urbanisme.

3Ce type de recherche consiste à utiliser ces études opérationnelles comme moyen d’investigation et d’observation des enjeux, des alliances, des conflits qui se trament sur l’espace. Pour comprendre cette relation du social ou du politique au paysage, rien de plus tentant que de s’insérer au milieu même de l’orchestre pour comprendre comment chaque groupe d’acteurs définit sa position, élabore sa stratégie, prend ses décisions et comment, en retour, le paysage change.

4L’« objectivité » exigée par l’analyse scientifique voudrait que le chercheur observe un certain recul par rapport à ces acteurs. Il tente bien de respecter cette distance, mais, ne nous leurrons pas, elle est difficile à tenir.

16. L’île Pommeau

5Paysage pastoral des fonds humides de la vallée de la Loire (île Pommeau), aujourd’hui enjeu de la protection des paysages ligériens. On peut y voir les frênes têtards qui forment les haies. (Photo Z. Cros.)

Chercheur ou acteur ?

6En effet, la recherche doit avant tout se couler dans le moule des études souhaitées par les collectivités territoriales ou les administrations. De ce fait, le chercheur se transforme lui-même en acteur. Acteur particulier, certes, tenant à son indépendance et supposé ne fournir aux instances qui l’emploient que des analyses aidant à la prise de décision, dégagées de toute aspiration personnelle autre que son exigence de scientifique. Mais il est néanmoins acteur, parfois contre son gré.

7Car il lui faut convaincre. Non pas de la pertinence des analyses, qui, lorsqu’elles sont rigoureuses et suffisamment étayées, permettent aux commanditaires de découvrir une culture locale de l’espace et de la nature, de mieux comprendre les dynamiques du paysage et de mesurer certains des enjeux de l’aménagement. Mais convaincre de l’utilité même de ces études et recherches pour une pratique quotidienne de l’aménagement, face aux problèmes posés par la déprise agricole ou l’intensification de l’agriculture, le chômage, la nécessité d’équiper le territoire, etc.

8On pourra rétorquer que les commanditaires de ces travaux n’ont pas à être convaincus, puisqu’ils sont à l’origine de la demande. Tout n’est pas toujours aussi clair, mais il est vrai que ceux qu’il faut surtout convaincre, ce sont les acteurs de la production des paysages, qui, par leurs décisions quotidiennes, pèsent sur les transformations de l’espace. Lorsque l’on se retrouve devant une assemblée d’élus locaux, maires ou conseillers généraux ou régionaux ou de représentants professionnels, rien n’est plus difficile que de conserver cette distance par rapport à son propre objet d’étude et de ne pas défendre son domaine d’investigation. Au même titre qu’un responsable de la profession agricole peut être amené à défendre des positions catégorielles, le chercheur spécialiste du paysage milite en faveur de son identité professionnelle, de sa spécificité dans le champ de la recherche et d’une certaine conception du paysage.

9Même s’il refuse d’adhérer à une vision étroite du paysage, fréquente dans les milieux techniques des administrations (qui consistent notamment à identifier les paysages remarquables à protéger), même s’il donne la priorité à une vision plus sociale, tentant notamment de dégager des sensibilités locales, il est pratiquement contraint de recourir à l’étiquette de « paysagiste » afin d’éviter de se retrouver marginalisé dans les décisions politiques. Sans cette force de conviction qu’il est nécessaire de déployer, sans cette autorité, ses conclusions risquent de passer à la trappe et son travail de ne servir que d’alibi à des décisions plus ou moins déjà prises. Rien n’est plus frustrant. Alors, comme Georges Bertrand l’affirme lui-même, il faut se transformer en militant du paysage, aller porter la « bonne parole » sur le terrain. Tâche de missionnaire qui peut paraître contraire à l’« objectivité » ou à la neutralité de l’analyse scientifique.

Chercheur-producteur de paysage

10Mais au fait, quelle est cette « bonne parole » ? Une certaine manière d’aborder le paysage, éloignée des études destinées à protéger les paysages, héritées des pratiques du xixe siècle et évoquées précédemment. Il s’agit de redonner au social sa prééminence, de replacer le paysage au cœur des enjeux sociaux et politiques, d’identifier les acteurs, d’évaluer les forces qui font pression sur eux, de caractériser leurs positions. Vaste programme, dont les conclusions ne sont pas toujours aisées à exposer devant un parterre d’élus politiques. Il faut donc inventer des méthodologies permettant à tous de comprendre l’interface société/nature/espace. Mais comment comprendre et faire comprendre les effets sur le paysage des positions et stratégies des divers acteurs sociaux, sans avoir observé et compris les structures des paysages eux-mêmes, sans en avoir analysé les détails, le mode d’organisation et les formes. Il est impossible de ne se satisfaire que de l’analyse « sociale » et de laisser de côté l’observation du terrain.

  • 1 Cf. M. De la Soudière, « Paysage et attenté. En quête de “cultures paysagères” : réflexion méthodo (...)

11Il est donc nécessaire de parcourir les lieux, de photographier des situations paraissant significatives d’évolutions en cours, de noter les signes de dynamiques à l’œuvre, d’une organisation particulière de la société dans l’espace, etc. Même en tentant de dépasser les modèles conventionnels et de se dégager de ses propres sentiments esthétiques, il est un moment où l’analyse du terrain, confortée par les résultats de recherches historiques ou l’identification de pratiques locales de la nature, devient fascinante. Elle bat en brèche la « neutralité » du chercheur, mettant en jeu sa propre sensibilité, l’amenant à admettre qu’il tire de cette observation un immense et profond plaisir1.

12Ce plaisir n’est pas seulement celui de retrouver sur le terrain un de ces modèles conventionnellement définis par quatre siècles de culture paysagère. Mais une situation particulière peut donner à un paysage banal une force d’émotion ou de satisfaction personnelle qui pervertit le regard. Ou bien, c’est tout simplement l’analyse elle-même, réalisée avec la plus grande neutralité, qui, s’attachant à un espace apparemment banal, éloigné des stéréotypes les plus convenus, instaure cet espace particulier en paysage, lui faisant prendre, aux yeux des commanditaires, un sens nouveau.

13Les travaux que je réalisai pour le conseil régional des Pays de la Loire sur les paysages ligériens m’amenèrent à découvrir le paysage particulier des îles et des bords de la Loire, paysages pastoraux parcourus par des haies de frênes émondés en têtards, pratiquement ignorés de la littérature ou de la production scientifique récentes. La littérature abondante sur la vallée de la Loire, les représentations iconographiques, n’ont presque jamais désigné ces îles comme des paysages significatifs de cette vallée. Dans la majorité des représentations littéraires le paysage de la Loire est marqué par les peupliers. Or, à bien y regarder, ce ne sont pas les peupliers qui fournissent au paysage ligérien sa cohérence et sa spécificité. Ce sont plutôt les frênes émondés, souvent confondus avec des saules, qui croissent sur les prairies des îles ou du lit majeur inondable.

14Au cours des exposés présentés aux élus, à l’aide notamment de photographies et de représentations picturales, les caractères particuliers de ces paysages pastoraux parurent revivre dans leur mémoire, comme s’ils les avaient momentanément oubliés. Espaces ordinaires, ces îles à l’ambiance bucolique étaient devenues des paysages. J’étais devenu producteur de paysage, et le conseil régional décida d’orienter sur ce qui était dès lors les « paysages des îles de la Loire », les actions du Conservatoire des rives de la Loire, d’ailleurs créé à la suite de ce travail. Bien d’autres exemples similaires pourraient être cités.

15Ce passage du statut de chercheur-acteur au chercheur-producteur de paysages constitue aujourd’hui une tendance forte qui se développe dans le milieu des « spécialistes » du paysage, ou, d’ailleurs, du patrimoine. Il manifeste une dérive certaine du rôle de chercheur, auprès duquel les institutions chargées des prises de décision formulent une demande dépassant souvent le premier niveau de la production des connaissances. Ce qui lui est en effet demandé c’est de formuler ou de cautionner des décisions dont les institutions ne veulent pas prendre seules la responsabilité. Il faut dire qu’en matière de paysage, les décideurs, pas plus que les chercheurs, ne peuvent éviter la question de la subjectivité, qui les empêche de se retrancher derrière des critères quantifiables, de légitimer leurs décisions de façon « objective ». Faire intervenir un chercheur apparaît donc comme un moyen de garantir la scientificité des décisions, en fait, de faire endosser à d’autres la responsabilité d’une subjectivité, dès lors légitimée par une compétence professionnelle.

16La complexité des processus en cours, et l’ampleur des enjeux sur l’espace, sont tels que les institutions (qu’il s’agisse de l’État ou des collectivités territoriales) voient d’un œil complaisant se constituer un nouveau secteur professionnel : celui du « paysagisme », dans le cadre duquel des spécialistes de l’action et des projets opérationnels répondent à des demandes précises en matière d’aménagement du territoire. Elles encouragent même l’élaboration de ce professionnalisme nouveau, caution à des opérations de tout type, où le chercheur se trouve entraîné. Il y a là matière à méditer sur le rôle du chercheur et sur sa place dans ces nouveaux champs offerts à ses compétences : si un chercheur reconnu et inséré dans une structure officielle de recherche peut s’abriter derrière son statut pour éviter les dérives, ce n’est pas toujours le cas des jeunes chercheurs, agissant en dehors des organismes de recherche, souvent avec un statut libéral, et pour lesquels la réponse à des commandes institutionnelles est une nécessité vitale.

17Au-delà des questions concernant la place et le statut du chercheur dans ces dispositifs, c’est le rôle de ce nouveau professionnalisme dans l’aménagement du territoire qui doit être abordé : idéologies, objectifs, méthodes doivent être discutés. Les modes d’insertion de ces nouveaux spécialistes dans les dispositifs décisionnels, leur articulation avec les milieux de la recherche ou du politique doivent être analysés. Il y a là matière à soulever une véritable question de société. Il serait temps et opportun d’ouvrir ce débat.

Notes

1 Cf. M. De la Soudière, « Paysage et attenté. En quête de “cultures paysagères” : réflexion méthodologique », Études rurales n° 121-124, janvier-décembre 1991.

Table des illustrations

Légende 16. L’île Pommeau
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/690/img-1.jpg
Fichier image/, 368k

Auteur

Directeur de recherche CNRS, Laboratoire STRATES (Stratégies territoriales et dynamiques des espaces), Paris

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540