Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le magnan et l'arbre d'or

 | 
Françoise Clavairolle

IV. L’organisation sociale de la sériciculture

Texte intégral

Une activité généralisée

1« C’était une précieuse ressource accessoire pour les familles ; fermiers, petits propriétaires, même d’humbles employés, des petits-bourgeois, des tâcherons ou ouvriers des villages et des bourgs se livraient à la sériciculture. On possédait quelques mûriers, au besoin on achetait la récolte des feuilles et, dans une ou deux pièces du logis, on faisait éclore les vers, on les nourrissait », observe au début de ce siècle Ardouin-Dumazet (1912 : 220) qui ajoute que dans le Midi des « villages entiers continuent à élever les vers ».

  • 1 ADH C47, Mémoire sur la ville d’Alais, sur ses productions et son commerce (1755-1789). Il ne s’ag (...)

2Concernant la première moitié du XIXe siècle, une remarque peut être faite d’emblée : la sériciculture concerne la majorité des foyers cévenols, quelle que soit la catégorie socioprofessionnelle à laquelle ils appartiennent, « l’éducation des vers à soie efface toute barrière sociale1 ». Au cours de ces années de prospérité séricicole sans précédent, il n’est pas un toit qui n’abrite son « éducation » et chaque maisonnée, riche ou pauvre, rurale ou villageoise, vit au rythme des vers à soie : « En général, il n’y a pas dans le pays aucune classe d’habitans à qui ce genre d’industrie n’offre quelques profits », constate J.-B. Reynaud (1812 : 53).

  • 2 ADH C 2949, Mémoires de l’inspecteur Rodier, 1769.

3Qu’ils soient propriétaires-rentiers, propriétaires-cultivateurs, fermiers, métayers ou même laboureurs louant leur force de travail pour des travaux saisonniers, ceux dont les revenus proviennent principalement de l’exploitation directe ou indirecte de la terre sont au premier chef concernés par la sériciculture. L’inspecteur Rodier, auteur du mémoire cité plus haut, constate que « dès que la saison favorable est arrivée, vers la mi-avril, on voit les laboureurs et les journaliers abandonner leurs charrues et leur bêches [...] pour s’attacher à cet objet essentiel2 ».

  • 3 ADG 45 J 655, in Chabrol 1996 : 40.

4Il n’est pas indispensable de vivre de la terre pour élever des vers à soie ; bien d’autres professions s’adonnent à cette production qui n’exige guère plus d’un bon mois de travail. Les artisans « quittent leurs boutiques» et complètent leur revenu en effectuant un élevage de vers à soie dans les chambres ou le grenier de leur maison. Femme et enfants se chargent de la conduite de l’éducation jusqu’au troisième âge puis les hommes prêtent main-forte durant les deux derniers âges, lorsque tous les bras disponibles sont nécessaires pour mener à bien l’ensemble des tâches que requiert l’éducation (op. cit. : 53). C’est notamment le cas des faiseurs de bas qui travaillent à domicile en pays gangeois et viganais (Poulon 1909). Sur les cahiers d’achat des cocons de la filature Teissier du Cros, de Valleraugue, sont portés aussi bien l’instituteur que le boucher, le cordonnier, le maçon et même le curé, tous également éleveurs de vers à soie en plus de leur activité professionnelle principale3.

  • 4 ADG II Ε 31/564.

5Les négociants – qui investissent souvent dans la propriété foncière – ne dédaignent pas non plus l’argent provenant d’un élevage, qu’ils donnent leurs terres en fermage ou métayage ou qu’ils préfèrent le confier à des membres de leur maisonnée ; c’est ce que révèle la lecture d’actes notariaux consécutifs à des décès, rédigés dans le courant du XIXe siècle. L’inventaire des biens ayant appartenus à J. Bessède, négociant et propriétaire foncier, répertorie à son domicile tout l’équipement propre à la sériciculture : « canisses », « clayons », « braisiers » sont encore en place en ces derniers jours de juin qui correspondent à la fin de la campagne séricicole4.

6Les filateurs eux-mêmes complètent leur revenu par un élevage confié à un fermier ou un métayer, comme en témoignent toutes les archives d’entreprises que nous avons pu consulter.

7Ch. d’Hombres, fin observateur de la vie locale, divise la population en trois catégories : les riches, les aisés et les petits. Le petit propriétaire réussit généralement son élevage : « Il y apporte tant de soin, de surveillance, prend tant de peine que la Providence doit l’en remercier » ; le riche propriétaire également, mais c’est « qu’il a beaucoup de mûriers, une immense magnanerie [...], un grand nombre de gens pour servir [ses] vers ». Le sériciculteur aisé qui commet l’erreur de se mêler lui-même de ce travail au lieu de le donner à moitié-fruit à un fermier essuie, en revanche, des échecs. Ayant « un peu de tout, du blé, du vin, de l’huile, des fourrages, des troupeaux [...], il partage ses soins et son attention entre toutes ses activités et néglige ses mûriers comme ses vers à soie » (1838 : 249-251).

  • 5 La crise phylloxérique aura lieu en 1883.
  • 6 C’est le cas de quelques anciens facteurs ou cantonniers conjuguant une activité salariée avec l’e (...)

8Il faudrait toutefois nuancer cette vision d’une diffusion généralisée de la sériciculture à travers le tissu socio-économique cévenol en la replaçant dans son contexte historique. Après la maladie des vers à soie, de grands propriétaires fonciers qui avaient bâti ou consolidé leur fortune grâce à la sériciculture se sont progressivement désinvestis de l’économie locale. Une partie de la bourgeoisie rurale dont les plantations de mûriers ne rapportaient plus comme par le passé alors que le taux d’imposition n’avait pas diminué, a préféré vendre ses terres et transférer ses capitaux dans d’autres secteurs plus lucratifs, notamment les bassins houillers de la périphérie cévenole et le Languedoc viticole qui est alors en plein essor5. Néanmoins, la sériciculture s’est maintenue jusque après la Seconde Guerre mondiale comme activité subsidiaire pour les catégories sociales intermédiaires pratiquant la pluri-activité. À l’orée des années cinquante, l’artisan, l’ouvrier du bâtiment, le petit commerçant ou encore l’instituteur et l’employé des Postes6 qui possèdent quelques mûriers ou peuvent s’approvisionner en feuille continuent à faire un élevage de quelques grammes.

  • 7 N’importe quel local pouvant être facilement aéré peut faire office de magnanerie. L’installation (...)

9Pour élever des vers à soie, il faut, d’une part, disposer d’un local à usage de magnanerie7 et, d’autre part, de la feuille de mûriers pour nourrir les vers.

10Dans le cadre de la sériciculture, le principal facteur de production est la terre sur laquelle est cultivé le mûrier. On peut, en effet, considérer que quiconque possède un toit pour s’abriter possède par conséquent un local pour cet élevage ; à défaut d’une véritable magnanerie, la cuisine dans un premier temps puis une chambre lorsque les vers grandissent peuvent parfaitement faire l’affaire dans la mesure où l’élevage ne dure que quelques semaines. C’est donc principalement l’accès à la feuille de mûrier qui détermine les différents rapports de production qui sont mis en œuvre dans le cadre de la sériciculture.

11La plupart des éducateurs sont des producteurs directs qui conduisent l’éducation pour leur propre compte, étant propriétaires de la terre sur laquelle ils cultivent des mûriers et des locaux dans lesquels ils effectuent l’élevage. Comme nous l’avons précédemment montré, le faire-valoir direct domine durant toute la période considérée.

12Les autres, ceux qui ne sont pas propriétaires-exploitants ou bien ne possèdent pas suffisamment de terres, ont soit la possibilité de produire des cocons en tant que fermiers ou métayers, soit celle d’acheter en partie ou en totalité la feuille nécessaire.

Fermiers et métayers

13Nous examinerons d’abord les différentes formes de rapports contractuels qui s’établissent dès lors que celui qui possède les mûriers n’est pas celui qui se charge personnellement de l’élevage. Il s’agira donc des rapports de production qui sont socialement représentés dans les deux modes de faire-valoir indirects, le fermage et le métayage.

14Au XIXe siècle et même au XXe siècle, la sériciculture s’effectue dans le cadre du métayage qui pourtant est minoritaire dans les contrats agraires.

15En fait, la production séricicole est traitée différemment des autres productions agricoles qui déterminent le statut de l’exploitant ; elle fait l’objet de dispositions spécifiques. Au cours de la première moitié du XIXe siècle, le métayage a progressivement été supplanté par le fermage alors que la sériciculture reste sous le régime du partage en nature, jugé plus avantageux aussi bien par l’exploitant que par le propriétaire.

16On se trouve alors dans une situation qui ressemble à maints égards à celle décrite par A. Dewerpe pour l’Italie du Nord dont l’économie intégrait également la production séricicole (1985 : 223). En effet, le mode de faire-valoir dominant du haut Milanais du XIXe siècle consiste en un loyer en argent pour les bâtiments et un partage par moitié des cocons le loyer de la terre étant acquitté en céréales.

  • 8 ADG II Ε 58/694, n° 83.

17En Cévennes, le partage des différents frais et de la récolte est défini lors de l’établissement du contrat, comme le montre l’exemple suivant. T. Teissier donne à ferme sa propriété de La Granoulière, située sur la commune de Thoiras. F. Cabrit, le preneur, s’engage à lui verser annuellement la somme de 300 francs, à laquelle s’ajoute « la moitié de la récolte de cocons dans laquelle le bailleur contribuera en fournissant seulement la moitié de la graine et la moitié des gages d’une personne destinée à seconder le preneur dans cette récolte8 ». À la charge du fermier/métayer sont généralement inscrits en totalité les postes suivants : les équipements intérieurs de la magnanerie, son chauffage et son éclairage, la direction de l’éducation. Le bailleur apporte les locaux et la feuille, mais il faut toutefois préciser que F. Cabrit s’est engagé, en outre, à planter « jusqu’à 50 pieds de mûriers qui lui auront été fournis », contribuant ainsi à l’amélioration du capital foncier.

18Une autre illustration de ce mode de faire-valoir nous est donnée par Ch. d’Hombres : « Lorsque le propriétaire donne son bien à moitié-fruit, il fournit la moitié de la graine, du combustible, de la bruyère, de la feuille qu’il faudrait acheter en cas d’insuffisance de celle du bien ; et c’est le fermier qui, sur sa moitié, nourrit le magnanier et ses aides » (op. cit. : 251). Des documents et des témoignages récents montrent que ce type de contrat était toujours en vigueur au tout début du XXe siècle. E. Lacombe remarque notamment qu’« il n’est pas rare de voir de grandes propriétés exploitées sous le régime du fermage [...] prendre pour cette récolte et accidentellement la forme du métayage » (1904 : 5).

19Des témoignages contemporains attestent que cet usage a été progressivement abandonné à partir des années 1920-1930. Au cours de cette période, le prix des cocons, soumis depuis le développement des échanges commerciaux avec l’Extrême-Orient à la logique de la concurrence internationale, subit d’importantes variations qui retentissent sur les formes de faire-valoir : dès lors, les propriétaires ne sont plus intéressés spéculativement à la vente des cocons et préfèrent percevoir un loyer fixe plutôt que miser sur le mouvement du prix des cocons. On passe alors d’une situation de répartition du risque à un transfert de l’intégralité de celui-ci sur le tenancier. La déstabilisation des prix constitue donc un seuil au-delà duquel le propriétaire développe une aversion pour le risque.

20La montée en puissance du fermage, dans le domaine séricicole, paraît correspondre à une dégradation de la situation du producteur. Cette évolution est l’indice du dépérissement de la sériciculture. En situation de stabilité des prix, le statut mixte avait, en effet, un aspect motivant puisque le bailleur, comme le fermier, étaient intéressés au succès de l’éducation et leur intérêt réciproque lié à sa réussite rendait acceptable un partage du risque. Au contraire, le fermage qui laisse le fermier libre de toute obligation de culture pourvu qu’il s’acquitte de son paiement, est, dès lors qu’on ne se situe plus dans le cadre de la gestion globale du domaine mais de la production de cocons, le signe d’une régression. Face à l’obligation de payer le fermage, quoi qu’il arrive, le paysan a tendance à abandonner une activité qui comporte une part importante d’incertitude, quand ce n’est pas la terre elle-même qu’il choisit de fuir.

  • 9 Plusieurs théories économiques du métayage et du fermage ont été élaborées et discutées, depuis la (...)
  • 10 Selon A. Corbin, les partisans du métayage expriment un point de vue révélateur d’une mentalité qu (...)

21Le cas de la sériciculture relance le débat sur les avantages comparés du fermage et du métayage qui a longtemps divisé les économistes (Colin 1995 : 28-33)9, les uns accusant le métayage de freiner le développement d’une agriculture spéculative alors que le fermage inciterait les paysans à s’engager dans des innovations, les autres voyant au contraire dans le métayage un mode de faire-valoir qui favoriserait le partage équitable de la richesse. La défense du fermage participerait ainsi d’une conception « progressiste » de l’économie agricole, se donnant comme modèle la voie triomphante suivie par l’industrie tandis que celle du métayage, sans aller jusqu’à en faire le vecteur d’une « harmonie sociale10 », se fonderait sur la préservation des intérêts respectifs de celui qui possède le capital et de celui qui fournit force de travail et savoir-faire. Comme le résume F. Bastiat : « Le fermage est plus favorable à la production et le métayage à la distribution de la richesse » (1846 : 32).

Magnaniers(ères)

22Parmi ceux qui n’ont pas d’accès direct à la terre, on trouve différentes catégories de personnes qui tirent un revenu de la sériciculture sous la forme d’un travail salarié ou rétribué en nature.

23Le magnanier ou la magnanière est une personne qui a la charge de « la direction d’une magnanerie et de tout ce qui a trait aux soins à donner aux vers à soie, depuis la mise en incubation de la graine jusqu’au déramage des cocons » (Luppi 1842 : 297). Elle possède un savoir-faire qu’elle négocie avec ceux qui sont détenteurs des moyens de production. La responsabilité du magnanier ou de la magnanière peut varier suivant que le propriétaire prend ou non une part active à la conduite de l’exploitation.

  • 11 ADG 7 M 401.
  • 12 Rappelons que les termes de magnanerie ou de magnaguière désignent les locaux d’élevage.

24Les Questions relatives à l’éducation des vers à soie11, remarquable source ethnographique pour tout ce qui touche au savoir-faire séricicole, se révèlent imprécises en ce qui concerne l’organisation sociale de la production dans la première moitié du XIXe siècle. Une seule question y fait référence : « Quels sont les gages que l’on donne aux magnaguiers12, et quelles sont les conditions que l’on fait avec eux ? »

25Lorsqu’il est rétribué en argent, les gages du magnanier varient de 36 à 72 francs, selon l’importance de la chambrée. Ils atteignent 100 francs à Alais où le propriétaire « intéresse » en outre le magnanier en lui accordant 5 livres de cocons par quintal récolté. Un écart significatif qui pourrait s’expliquer par une relative pénurie de main-d'œuvre, incitant les propriétaires à offrir des conditions motivantes, notamment pour les sériciculteurs qualifiés venus de la montagne. L’« intéressement » au résultat est de nature à attirer les magnaniers qui y voient la possibilité de majorer leur gain. Dans la sériciculture, activité dont la réussite doit beaucoup à la maîtrise d’un savoir-faire extrêmement complexe, les écarts de rendement peuvent, en effet, être considérables.

26Certains magnaniers apportent la graine, se nourrissent et se chargent de tout le travail, le propriétaire fournissant le local, la feuille et les instruments nécessaires. En ce cas, ils ne reçoivent pas de rémunération en argent mais la récolte est partagée entre eux et le propriétaire. La part accordée au magnanier est variable : à Saint-Jean-du-Gard, au début du XIXe siècle, il reçoit le tiers de la récolte, à Anduze les deux cinquièmes et à Saint-André-de-Valborgne le quart seulement. Le taux de partage varie selon que le propriétaire nourrit ou non le magnanier et ses aides.

  • 13 L’Association pour le développement de la sériciculture, fondée dans les années 1970 pour relancer (...)

27Il arrive également que le propriétaire engage une magnanière seulement pour la courte période qui va de l’incubation à la première mue. Il s’agit toujours de femmes car, comme on le verra plus loin, cette phase de l’élevage leur est exclusivement réservée. Cette pratique que nous signale J.-B. Reynaud en 1812 est à rapprocher du système actuel de la « nourricerie13 »: « Des femmes, renommées pour la réussite des vers, se chargent de la graine de plusieurs particuliers, et conduisent les vers jusqu’à la première maladie, moyennant un salaire, qui est ordinairement d’un franc par trois décagrammes : c’est d’ailleurs le propriétaire des vers qui fournit le combustible et la feuille » (op. cit. : 77).

28La personne qui prend en charge et sous son entière responsabilité la conduite d’une éducation reçoit généralement la moitié de la récolte. Les conditions de partage des frais sont variables : si le propriétaire fournit les locaux, la feuille, la graine ainsi que les instruments et ustensiles divers (poêle pour chauffer la magnanerie, thermomètre Réaumur, etc.), c’est-à-dire le capital matériel, elle doit apporter, outre son travail et son savoir, la moitié de la graine et du combustible utilisé pour le chauffage ainsi que de la bruyère. Lorsque, en cours d’éducation il est nécessaire d’acheter un supplément de feuille, le magnanier est tenu d’en payer également la moitié.

29Les magnaniers(ères) expérimenté(e)s sont généralement très sollicité(e)s par les propriétaires qui veulent accroître leur revenu grâce aux bénéfices engendrés par la sériciculture, car il ne suffit pas de disposer de la feuille, des bras et des locaux d’élevage pour réussir : il faut également s’entourer de personnes compétentes, maîtrisant parfaitement le savoir-faire séricicole qui est l’une des clés essentielles du succès.

  • 14 En Languedoc, l’identification des Cévenols à la sériciculture était telle que dans une lettre adr (...)
  • 15 D’Hombres 1838 : 25. Voir également ADG 7 M 381.

30Le savoir-faire des Cévenols justifie donc la préférence dont ces personnes font l’objet14 dans les régions séricicoles : pour « l’éducation des vers à soie, on a une grande confiance dans le savoir des habitants des Cévennes [...] qui viennent diriger les chambrées de la plaine et des départements voisins » (d’Hombres 1838 : 25)15 Grâce à leur bonne réputation, ils peuvent négocier des conditions avantageuses. Ainsi la transaction entre le propriétaire et le magnanier ne peut être réduite à la seule logique d’« extorsion » de la force de travail. Le savoir du magnanier – et plus souvent encore de la magnanière, même si celle-ci est moins souvent mentionnée dans les écrits généralement rédigés par des hommes – doit être considéré comme un facteur de production à part entière, aussi indispensable que le mûrier. La feuille n’est qu’un capital dormant et inutilisable si le propriétaire ne dispose pas au moment voulu d’un personnel compétent. On pourrait, en effet, penser qu’il lui suffit de recruter autant de bras que nécessaire pour mener avec succès l’éducation, mais cela ne se passe pas ainsi : une erreur d’appréciation, la moindre négligence à un moment crucial peuvent entraîner la perte de toute la chambrée.

31Sans être en mesure de l’affirmer catégoriquement, faute de données permettant d’en apprécier statistiquement l’importance, il semble que ce type de contrat ait été moins répandu dans les vallées cévenoles que dans la plaine languedocienne où on compte plus de propriétés séricicoles importantes, comme, par exemple, le domaine de Puechlong, un mas situé sur la commune de Saint-Nazaire-de-Gardies qui produisait deux tonnes de cocons au début du siècle en un seul élevage de 35 à 40 onces. Comme les mûriers y entrent en végétation environ un mois plus tôt qu’en montagne, de nombreux Cévenols descendent dès le début de la saison séricicole dans le bas pays pour louer leur force de travail et leur savoir-faire, puis s’en retournent chez eux à la mi-mai, à temps pour effectuer une éducation pour leur propre compte. « Désireux d’amasser, nous dit Ch. d’Hombres, le Cévenol descend dans la plaine pour diriger une chambrée considérable, toujours plus avancée que chez lui » (1838 : 249).

32Dans les grandes propriétés exploitées en faire-valoir indirect, généralement sous le régime du métayage, les métayers ne conduisent pas toujours eux-mêmes l’éducation car la saison des vers à soie coïncide avec d’autres occupations agricoles. Ils font donc appel à des personnes retenues d’avance et qui se présentent dès les premiers jours d’avril. Hommes et femmes appartenant au même groupe de parenté ou réseau de voisinage sont regroupés en véritables « colles », semblables à celles qui se louent pour les vendanges. Logés sur place durant la quarantaine de jours que dure l’éducation, ils partagent parfois la table du métayer qui leur fournit, si besoin est, une ou deux aides pour la cueillette et le transport de la feuille. Mais ces équipes forment le plus souvent des micro-communautés, autogérées et prenant en charge elles-mêmes l’entretien et la subsistance de leurs membres.

33Comme nous l’avons vu plus haut, les propriétaires fournissent tout ce qui est nécessaire pour mener à bien l’éducation et le magnanier, « intéressé » par la rétribution en nature, se « met à la tête de ses aides, les commande, agit enfin comme si la chambrée lui appartenait » (op. cit. : 251). C’est dire l’autorité de cette fonction dont dépend la réussite ou l’échec de l’éducation ! Les propriétaires se plaignent d’ailleurs fréquemment des exigences des magnaniers qui entendent régner en maîtres sur la magnanerie. Parce qu’ils possèdent un savoir-faire précieux, ils disposent d’une réelle marge de manœuvre pour négocier les conditions économiques de leur activité.

34Durant la première moitié du XIXe siècle, certains d’entre eux, confiants en leur pratique et leurs résultats futurs, n’hésitaient pas à courir le risque de louer à prix d’argent une magnanerie avec son équipement séricicole et d’acheter la feuille nécessaire plutôt que de partager la récolte à mi-fruit. « Un magnanier habile vient visiter un domaine, son attelier, ses agrès, son magasin de feuilles, ses plantations de mûriers », relate d’Hombres, « Il s’entend avec le propriétaire et lui prend sa feuille à un prix convenu. Celui-ci ne fournit que le local, les planches, les claies nécessaires. Le Cévenol fait l’éducation pour son compte et tout roule pour lui » (ibid).

35La diversité des rapports de production montre qu’il existe, parallèlement à la répartition du risque, une répartition de l’intérêt, comprise non pas comme l’expression exclusive d’une rationalité des acteurs économiques mais comme une régulation des rapports socio-économiques qu’impose la qualification du savoir-faire comme moyen de production.

36La répartition sociale des différents facteurs de production est inégale. La terre qui porte les mûriers ainsi que les locaux appartiennent à un propriétaire foncier qui ne se consacre pas lui-même à l’élevage des vers à soie, c’est donc lui qui théoriquement fixe les conditions contractuelles qui le lient aux personnes recrutées selon un objectif de maximisation qui doit fonctionner, en toute logique, à son avantage. On a vu cependant que le fait de posséder des mûriers ne suffit pas à fonder une relation exclusivement caractérisée par l’exploitation pure et simple de la force de travail ; les accords que les magnaniers passent avec les propriétaires offrent une gamme relativement étendue de modalités contractuelles dans laquelle leur savoir-faire est un véritable enjeu de négociation qu’il faut donc considérer comme un facteur de production à part entière. Le savoir-faire fait, en effet, l’objet d’un contrôle social au même titre que les moyens de production (Lemonnier 1980 : 13).

Mésadiers et quintalliers

37Tous ceux qui participent à un élevage n’occupent cependant pas une fonction qualifiée : certains se contentent de vendre leur force de travail. C’est le cas du personnel saisonnier qui travaille sous l’autorité de la personne responsable de l’élevage, que ce soit le propriétaire-cultivateur, le fermier, le métayer ou le magnanier.

38Comme dans toute les sociétés rurales, une frange de la population constitue le réservoir de main-d'œuvre dans lequel les exploitants en faire-valoir direct ou indirect manquant de bras vont pouvoir puiser en fonction de leurs besoins. Parmi ces paysans sans terre, certains descendent dans le pays bas afin de travailler dans les grandes éducations. Quelques-uns s’en reviennent à temps chez eux pour y faire une nouvelle campagne séricicole, jouant sur le décalage de la végétation, mais la plupart préfère rester pour faire la moisson des céréales, faucher les foins et vendanger. Ils ne « remontent » qu’à l’automne, pour la récolte des châtaignes. Dans les hautes vallées, ils sont donc remplacés par des hommes venus du département voisin de la Lozère (Laurent de l’Arbousset 1875 : 18) : « La plupart des manouvriers passe la moitié de l’année dans les départements du Sud où ils s’occupent des vers à soie », rapporte le préfet de ce département (Lamorisse 1975 : 99). Ils sont alors engagés pour effectuer les tâches les moins qualifiées, en tant que mésadiers ou quintalliers.

39Les mésadiers, payés au mois, sont employés pour les opérations les plus diverses : le transport du bois pour chauffer les magnaneries, le délitage et, bien entendu, la cueillette de la feuille. Quand ils travaillent dans un domaine exploité en faire-valoir indirect, ces hommes et femmes à tout faire travaillent sous les ordres du magnanier mais c’est généralement le propriétaire qui les recrute car c’est lui qui prend en charge les dépenses monétaires.

  • 16 Selon Ch. d’Hombres, « le prix varie de 50 à 60 centimes par quintal de feuille ramassée » (op. ci (...)

40Le rôle des quintalliers se limite à la cueillette de le feuille. Comme le terme l’indique, ils sont rétribués au quintal de feuille récoltée16.

41Il s’agit bien là de la classe la plus défavorisée des campagnes, exclue des moyens de production et contrainte, pour subsister, à vendre sa force de travail contre un salaire à peine suffisant pour assurer sa survie. Se déplaçant au gré des récoltes, ces travailleurs sont mal connus ; la mémoire locale, comme les statistiques agricoles, conserve rarement trace de leur passage.

42Dans les vallées cévenoles, on a surtout fait appel à cette main-d'œuvre ponctuelle pendant le bref « Âge d’or » de la sériciculture, c’est-à-dire le deuxième quart du XIXe siècle. Et encore, certains parmi les propriétaires aisés préféraient-ils vendre à un bon prix leur feuille à plusieurs petits sériciculteurs, plutôt qu’accroître la taille de leur élevage, sachant qu’il existe toujours un risque d’échec et que le rendement à l’once diminue plus on augmente l’importance de la chambrée.

43Après la maladie des vers à soie, les échecs répétés ont renforcé le caractère familial de la sériciculture : « De plus en plus, les éducateurs ne font que ce qu’ils peuvent élever eux-mêmes », commente M.-A. Carron (1946 : 55). Dès le début de ce siècle, Mozziconacci, le directeur de la station séricicole d’Alais, considère que « l’éducation des vers à soie n’est aujourd’hui réellement à sa place que chez le petit cultivateur possédant quelques pieds de mûriers et qui, faisant le travail avec l’aide de sa famille, n’a pas à rechercher la main-d'œuvre étrangère » (1901).

  • 17 ADG 7 M 207.
  • 18 L’Agriculteur des Cévennes, n° 395, octobre 1920.

44L’absorption croissante de la main-d’œuvre saisonnière, qui auparavant faisait étape en Cévennes, par l’industrie extractive du bassin minier et par les travaux de la vigne dans le bas pays, induit une carence de plus en plus prononcée de bras pour la sériciculture cévenole. Celle-ci est sensible dès les années 1860 : « L’émigration des ouvriers agricoles vers les centres industriels a pour conséquence la cherté de la main-d'œuvre qui augmente énormément les frais d’éducation », peut-on lire dans un « État des pertes éprouvées par la commune de Saint-Florent-sur-Auzonnet de 1852 à 186417 ». Une pénurie qui va en s’accentuant, comme en témoignent ces lignes extraites de L’Agriculteur des Cévennes en 1920 : « Quelque sociétaires se plaignent de ne pouvoir élever de vers à soie faute de main-d'œuvre18. »

Le commerce de la feuille

45Qu’il soit propriétaire-cultivateur ou bien métayer, le sériciculteur ne peut pas, en principe, élever plus de vers à soie qu’il n’a de feuille pour les nourrir et d’espace pour les loger. Comme le fait remarquer J.-B. Reynaud : « Le même homme ne possède pas toujours et le local propre à l’éducation des vers et le terrain suffisant à la culture d’autant de mûriers qu’il a besoin » (1812 : 43). Ces deux facteurs de production pèsent comme contraintes sur l’objectif que se fixe le sériciculteur.

46Il est rare qu’une habitation soit dépourvue de magnanerie et même dans cette hypothèse, comme l’explique cette ancienne éducatrice, « il y avait toujours moyen de s’arranger. S’il le fallait, on poussait les meubles... ». Il est beaucoup plus courant, en revanche, que le paysan n’ait pas suffisamment de mûriers pour effectuer un élevage d’une dimension correspondant aux capacités humaines de l’exploitation. S’il désire produire davantage, il doit par conséquent trouver un complément de feuille de mûrier.

  • 19 Gasparin démontre que le propriétaire qui plante des mûriers pour vendre la feuille obtient un bén (...)

47Dans la première moitié du XIXe siècle, les propriétaires-cultivateurs qui sont dans cette situation et les grands propriétaires fonciers qui de leur côté ont réalisé d’importantes plantations de mûriers dans le but de vendre le feuillage, voient leurs intérêts respectifs converger. D’un côté le petit exploitant a tout avantage à acheter de la feuille pour augmenter sa chambrée et de l’autre le propriétaire peut espérer de cette spéculation un profit supérieur à celui que lui donnerait toute autre culture destinée à être commercialisée19, tout en prenant un minimum de risques puisque le paiement de la feuille ne dépend pas de la réussite de l’élevage.

  • 20 Ce phénomène est attesté dès le début du XVIIIe siècle. Les listes de gratification donnent des in (...)

48Le nombre des grands propriétaires fonciers qui plantent dans ce but ne cesse d’augmenter durant la première moitié du XIXe siècle20, mais la crise de production provoquée par la maladie des vers à soie qui survient dans les années 1850 a pour effet de freiner cette progression. Les propriétaires des plantations sont alors d’autant plus intéressés à vendre leur feuille que la demande et la valeur du produit ont également subi les effets de la crise et qu’ils ne retirent plus de ce commerce de quoi acquitter l’imposition foncière qui, elle, n’a pas été pour autant révisée à la baisse. Alors que les communes de la frange méridionale, Tornac, Durfort, Saint-Hippolyte-du-Fort se reconvertissent généralement dans la viticulture, les cantons montagnards n’ont pas la même opportunité : la déclivité des terrains et le parcellaire morcelé se prêtent mal aux cultures spéculatives, à l’exception du mûrier. Ceux qui parviennent à vendre leur terre le font, les autres cherchent à tirer le meilleur parti possible d’une production qui s’est considérablement dévaluée.

  • 21 ADG 7 M 207, État des pertes éprouvées par la commune de Saint-Florent-sur-Auzonnet de 1852 à 1854

49On pourrait penser que la crise étant la même pour tous, les petits sériciculteurs vont de leur côté cesser d’acheter de la feuille puisqu’ils connaissent des échecs répétés dans leur élevage. Ils adoptent au contraire la stratégie inverse et intensifient leur activité productrice. Ceux qui ne récoltent plus que la moitié de ce qu’ils récoltaient auparavant augmentent en conséquence la quantité de graine mise en incubation afin de compenser les pertes subies et d’obtenir une récolte équivalente – et donc un gain équivalent à ce qu’elle était précédemment. On observe ainsi un doublement parfois même un triplement de la graine mise à incuber (Jouve 1978 :176). Un exemple : à Saint-Florent-sur-Auzonnet, en 1852, les sériciculteurs font incuber 1500 onces de graine qui produisent 28 000 kg alors que la récolte aurait dû être de 52 500 kg. En 1858, 3 600 onces sont mises en incubation et elles donnent 60 000 kg, soit à peine plus que la récolte prévisionnelle de 1852, ce qui représente un rendement divisé par deux21. Dans ces conditions, la feuille n’est pas excédentaire mais tout juste suffisante à nourrir les élevages, l’augmentation de sa consommation compensant largement la diminution du nombre des éducations. On a là un comportement tout à fait représentatif (Deverre 1988 : 31-58) d’une stratégie caractéristique de l’économie paysanne. Selon Tchayanov (1990 [1925]), l’exploitation familiale fonctionne, en effet, sur la base d’un équilibre entre le potentiel de travail dont elle dispose, le niveau élémentaire de ses besoins et celui de ses ressources. La rupture de cet équilibre implique la mise en œuvre d’une stratégie qui vise à le restaurer. Sous la pression de facteurs internes ou externes, l’unité de production va choisir d’intensifier l’un des facteurs culturaux : dans la situation étudiée ici, il s’agit de la graine.

50La progression du rendement, une fois la pébrine jugulée, va maintenir la demande de feuille à un niveau constant car la crise de production a entraîné une régression progressive de la superficie cultivée en mûriers : à partir de 1855, les sériciculteurs n’ont pas renouvelé les mûriers ou bien les ont arrachés. C’est ainsi que l’achat de feuille demeure jusqu’au milieu du XXe siècle une pratique courante chez les sériciculteurs cévenols. C’est seulement après la Seconde Guerre mondiale que l’offre de feuille devient véritablement excédentaire, le nombre des mûriers ne diminuant pas aussi vite que celui des éducateurs. On voit alors des propriétaires qui ne se résolvent pas à arracher leurs mûriers préférer les offrir sans dédommagement financier aux sériciculteurs auxquels ils demandent comme seule contrepartie de tailler les arbres. Les éducateurs de la Gardonnenque ou de la Salendrinque sont alors nombreux à se rendre régulièrement dans les communes du bas pays où la feuille, encore abondante, est inutilisée : « À Durfort ils la ramassaient pas, ils se faisaient un plaisir de la donner, ça levait l’ombre, parce qu’ils ont arraché les mûriers dans le temps pour mettre des vignes. »

51Comment et sur quelle base se négocie la feuille de mûrier ?

52C’est bien avant de commander la graine que le sériciculteur doit s’enquérir de la feuille qui peut être disponible dans un proche rayon de l’exploitation car l’obligation de la cueillir quotidiennement constitue un facteur limitant.

53Selon J.-B. Reynaud, les plus gros marchés de feuille de mûrier se concluent de février à avril, même si la « vente courante » se poursuit durant toute la saison des vers à soie. Le fait que la plupart des transactions ait lieu de un à trois mois avant que ne débutent les éducations tend à indiquer que l’offre est globalement inférieure à la demande, au moins en ce qui concerne le secteur étudié par cet auteur. Au début du XIXe siècle, l’essor de la sériciculture donnant lieu à une forte demande de feuille, certains propriétaires importants divisaient même leurs plantations en plusieurs lots, faisant parfois jouer la concurrence entre les preneurs afin de vendre au plus offrant.

54La vente de la feuille de mûrier s’effectue directement entre le propriétaire et l’acheteur, ou indirectement, par l’intermédiaire d’un courtier.

55La vente directe se déroule ainsi : « On contactait les paysans qui avaient la feuille, on leur disait : “Tu me donnes ta feuille, cette année, tu me la vends ?”, on la ramassait, on la pesait à la maison. Le paysan se fiait... Les gens avaient confiance, la parole avait de la valeur », dit un sériciculteur de Monoblet. Le sériciculteur peut être amené à acheter de la feuille à différents propriétaires ; en ce cas, il est d’usage qu’il tienne un carnet dans lequel il note après chaque cueillette le nom du propriétaire, le règlement devant s’effectuer plus tard.

56Les ventes se concluaient « à l’amiable, d’après une estimation approximative de la quantité », précisent Ch. Secretain et A. Schenk (1941 : 81) qui jugent ce procédé « fantaisiste », c’est-à-dire peu fiable. Il s’agit en réalité d’une procédure extrêmement complexe qui s’échelonne dans le temps puisqu’elle débute lorsque le sériciculteur réserve au cultivateur un nombre d’arbres proportionnel à ses besoins pour se conclure quelque cinq mois plus tard, lors de la vente des cocons.

57La vente donne lieu à deux phases d’évaluation distinctes dont la première intervient généralement à la fin de l’hiver. Lorsque le sériciculteur rend visite au propriétaire de mûriers avec lequel il désire traiter, ces derniers ne sont pas encore en végétation. À les voir aussi dénudés, il peut sembler impossible d’évaluer leur futur feuillage. C’est pourtant le moment où s’effectue l’« estime » car tout sériciculteur prévoyant doit réserver sa feuille plusieurs mois avant le début de l’élevage. On considère que les vers nés d’une once de graine consomment en moyenne 1 000 à 1 200 kg de feuille. Se fondant sur cette évaluation, le sériciculteur va réserver une quantité de feuille proportionnelle à la quantité de vers qu’il envisage d’élever. Il lui faut ensuite convertir ce poids en nombre d’arbres : la tâche est délicate car elle porte sur un feuillage qui, à ce stade, est virtuel.

58Nous avons déjà traité des variations de productivité du mûrier, aussi nous contenterons-nous ici de rappeler les principaux facteurs qui la conditionnent. En premier lieu on peut mentionner l’âge de l’arbre – un jeune sujet de six ans ne peut produire autant que celui qui a atteint sa maturité. D’un simple coup d’œil, en évaluant la circonférence du tronc et l’étalement des branches, un sériciculteur expérimenté peut se faire une idée de la quantité de feuille qu’il est susceptible de donner. En second lieu, il faut prendre en considération l’exposition, la nature du sol et l’espacement des pieds : des arbres qui manquent d’ensoleillement ou qui sont trop rapprochés ont une feuillaison peu abondante tandis que ceux qui sont fumés, arrosés et abrités des gelées printanières développent un feuillage généreux.

59On le voit, l’évaluation de la productivité de chaque pied intègre une série de paramètres que le sériciculteur doit parfaitement maîtriser ; s’il a surestimé le rendement des arbres dont il a réservé le feuillage, il peut en manquer au moment crucial, lorsque ses vers atteignant la maturité, il doit leur fournir coûte que coûte leur ration quotidienne. Comme il s’agit généralement du moment où la demande est la plus forte, les prix flambent et le sériciculteur imprévoyant doit se résoudre à payer le prix fort. Si à l’inverse il a sous-estimé la récolte de feuille, son propriétaire est en droit de lui demander de s’acquitter de son engagement en payant la feuille excédentaire non consommée, ce qui représente une dépense superflue.

  • 22 « [...] Ce sont des arbitres choisis par le vendeur et l’acheteur qui évaluent les feuilles, et en (...)
  • 23 Sur ce point, les avis divergent, certains estimant qu’un nombre supérieur de vers implique un gas (...)

60La seconde estimation a lieu pendant la période même de cueillette. D’un point de vue pratique, il n’est pas envisageable de peser chaque jour la quantité de feuille ramassée : elle est donc évaluée en suivant rigoureusement une procédure parfaitement codifiée afin qu’il ne puisse y avoir la moindre contestation ultérieure, de part et d’autre. Acheteurs et vendeurs ne s’en tiennent pas aux évaluations qui avaient servi de base à la transaction initiale dont le but était de déterminer et réserver le nombre d’arbres nécessaires au sériciculteur. Cette seconde expertise s’appuie sur des éléments d’estimation plus précis. Lorsque les vers ont atteint la troisième ou la quatrième mue22, le vendeur et l’acheteur désignent chacun son expert. Ces deux personnes ont pour mission d’évaluer la feuille déjà consommée et celle qui reste sur les arbres réservés par le sériciculteur. On aurait pu tabler comme précédemment sur le rapport 1 000 kg de feuille/once, mais cette évaluation est jugée trop approximative lorsqu’elle doit servir de base au paiement. Comme le fait remarquer J.-B. Reynaud, elle « ne convient qu’aux chambrées médiocres très-habilement dirigées, et où les vers réussissent plus complètement. Si, au contraire, on fait ces chambrées trop fortes [...] la consommation diminue, et quelquefois est réduite, en dernier résultat, à 6 ou 700 kilogrammes de feuille » (op. cit. : 45-50)23.

  • 24 Secretain et Schenk 1941 : 82. Pour inciter les sériciculteurs à utiliser cette méthode de calcul (...)

61Au début de l’éducation, la feuille donnée aux vers doit être encore en bourgeons ou à peine ouverte ; lors de l’estimation, on ne considère pas le poids réel de la feuille au moment de la cueillette, mais on se fonde sur son développement optimal qui coïncide avec le 4e ou 5e âge des vers à soie. Selon Ch. Secretain et A. Schenk, « dans chaque localité une commission communale fixait chaque année la date à partir de laquelle la feuille de mûrier était considérée comme adulte, c’est-à-dire lorsque les feuilles avaient atteint leur plein développement24 ». C’est le bureau de la Société d’agriculture de l’arrondissement qui publie chaque année la date à laquelle la feuille de mûrier a atteint son poids de maturité. Un exemple permet de comprendre le système de calcul : si la feuille est considérée comme adulte le 3 juin, 87 kg de feuille cueillie le 27 avril représenteront 330 kg de feuille adulte en fonction du coefficient journalier affecté à ce jour.

  • 25 On retrouve la notion de « coût de transaction ». Voir les théories de Cheung et Williamson dont r (...)

62Le déficit croissant de feuille de mûrier entraîne l’entrée en scène des courtiers. Leur nombre se multiplie sur la frange méridionale des Cévennes, là où subsistent encore de nombreuses plantations alors que les cultivateurs délaissent progressivement la sériciculture au profit de la viticulture. Implantés à Saint-Hippolyte-du-Fort, à la Cadière, à Pompignan, ils sont les médiateurs entre les propriétaires soucieux de vendre leur feuille inutilisée sans rechercher eux-mêmes des clients25 et les sériciculteurs des cantons montagnards comme Sumène, Lasalle, Saint-Jean-du-Gard qui intensifient leur production. Ceux-ci doivent, en effet, compenser dans un premier temps la baisse de rendement liée à la maladie et par la suite, ils auront à faire à l’avilissement du prix du kilo de cocons dû aux rigueurs de la concurrence étrangère.

63Jusqu’à la fin du XIXe siècle, le paiement de la feuille s’effectue surtout en nature : un poids en cocons proportionnel à celui de la feuille consommée. Généralement fixé à trois livres de cocons par quintal de feuille, il pouvait même s’élever à trois livres et demie dans les cantons comme Saint-Jean-du-Gard et Valleraugue. Le prix des cocons atteignant en moyenne dans ces localités 1,75 franc « la petite livre », le vendeur gagnait environ 5,30 francs par quintal de feuilles (Boissier de Sauvages 1763 : 334). G. de Labaume estime que « c’est en cela que consiste depuis longtemps l’industrie si lucrative des riches propriétaires de Saint-Jean-du-Gard et de Valleraugue » (1842 : 334) qui vendent leur feuille aux petits cultivateurs dont les éducations ne dépassent pas trois onces de graine. Selon L. Destremx de Saint Christol, le propriétaire des mûriers a effectivement tout intérêt à préférer ce mode de paiement à une rente en argent car il réalise ainsi un gain nettement supérieur : en effet, dans les années 1870, la feuille se vend cinq ou six francs, alors que le propriétaire peut réaliser une plus-value de 100 % (1866 : 85) lorsqu’elle lui est payée en cocons.

64Toutefois, certains propriétaires préfèrent un paiement en argent. La valeur marchande de la feuille est alors établie de la façon suivante : pour obtenir la valeur de 100 kg, il faut « multiplier le poids de la récolte moyenne de cocons obtenue dans le pays par le prix moyen de la soie grège de la qualité fabriquée communément dans cette même localité et diviser le produit par 248 », précise Gasparin (1841 : 259).

65À partir du début du XXe siècle, la feuille est payée systématiquement en argent et c’est le prix des cocons qui sert de base de calcul. Il faut cependant noter que le prix n’est plus fixé exactement sur les mêmes bases. Pour simplifier, on peut dire qu’auparavant il variait d’une contrée à l’autre selon des critères de qualité dépendant de plusieurs circonstances locales et accidentelles et que, comme tel, on « ne saurait [le] soumettre à un calcul bien rigoureux ». Par la suite, le système de calcul s’est simplifié et seul le prix des cocons, indexé sur celui de la soie grège, est pris comme référence.

66Le passage d’un mode de calcul à un autre est lié à l’intégration croissante de la production française de soie au sein du marché international qui régule la production mondiale. Avant que l’importation de la soie grège extrême-orientale ne vienne totalement bouleverser les structures nationales du marché de la soie, c’est-à-dire tant que la fixation du prix s’est inscrite dans le jeu d’une concurrence locale, les facteurs pris en considération pour fixer le prix de la feuille ont été de trois ordres : le milieu naturel, la variété moricole et la loi de l’offre et de la demande.

67Les composantes du sol, l’ensoleillement, l’humidité, la régularité de la température influent sur la qualité de la feuille, laquelle sera plus ou moins nourrissante, plus ou moins sérigène : selon le lieu de cueillette, elle n’aura donc pas la même valeur marchande.

  • 26 Le mûrier Blanquette ou Blanqueto est une variété locale, signalée par Secretain et Schenk 1944 : (...)

68La variété cultivée a également une incidence certaine sur les conditions de cueillette et sur le rapport nutritif de la feuille. « Quand l’arbre donne des mûres, la feuille n’est pas tant bonne », précise un sériciculteur et son prix s’en ressent. Certaines variétés produisent, en outre, une feuille plus difficile à détacher que d’autres, ce qui a une incidence directe sur le temps de cueillette et donc sur son coût. La Rose, peu adhérente au rameau et donc facile à cueillir, est ainsi plus recherchée que la Blanqueto26 considérée comme particulièrement difficile à récolter.

69Enfin, lorsque l’acheteur de feuille est en présence d’une pluralité d’offres ou inversement lorsque de nombreux sériciculteurs se disputent un faible volume de feuille, on est dans le cadre classique des lois du marché qui régulent les exigences respectives des offrants et des demandeurs.

70On peut suivre les mouvements de prix à travers les comptes rendus de la presse agricole locale. Alors que selon L’Écho des Cévennes du 21 mai 1881 « la feuille est très peu demandée et se vend à vil prix », l’édition du 4 juin mentionne une hausse fulgurante : « ce fut dès la semaine dernière, le commencement de la hausse pour la feuille de mûrier. Celle-ci qui au début de l’éducation était livrée à 2 francs les 100 kg et n’était encore que très peu demandée, est arrivée progressivement jusqu’à 15 francs les 100 kg, vendue sur arbre et à dire d’expert... » (voir également Secretain, Schenk 1941 : 81).

« L’affaire des femmes... »

71C’est la femme qui assure dans la continuité l’élevage des vers à soie alors que l’homme n’a qu’un rôle secondaire de main-d’œuvre, sollicitée en fonction des besoins. Mozziconacci écrivait que « dans nos campagnes [...], ce sont surtout les femmes qui dirigent l’élevage ; les hommes se contentent de prêter la main pour le ramassage de la feuille au moment de la grande frèze et pour placer les rameaux de bruyère destinés à recevoir les cocons » (1912 : 78). Tous les témoignages que nous avons, par ailleurs, recueillis le confirment : l’éducatrice des vers à soie occupe une position de responsabilité et de décision tandis que son conjoint, dont la participation est considérée comme secondaire, est un simple exécutant.

72Cela bouscule certaines analyses qui, partant du fait largement attesté dans les sociétés rurales de la domination masculine, opposent le travail masculin, valorisé, au travail féminin, dévalorisé. Cette interprétation, comme on va le voir plus loin, ne se vérifie pas dans le cas de la sériciculture.

73On peut éclairer le cheminement de ce raisonnement en examinant la manière dont les sciences sociales ont rendu compte des rapports de genre tels qu’ils se dévoilent à travers les formes de la division sexuelle du travail. Concernant celle-ci, plusieurs points nous semblent devoir être retenus : sa généralisation, l’extrême variabilité des modalités du partage ainsi que le caractère hiérarchisé de la différenciation entre les sexes.

  • 27 L’autre étant la prohibition de l’inceste.
  • 28 Ce recours à l’évidence a de quoi surprendre dans une œuvre comme l’Histoire de la France rurale.

74La division sexuelle du travail serait selon S. Moscovici l’un des deux phénomènes qui détiennent le privilège de l’universalité dans les sociétés humaines (1972 : 314)27 tandis que pour H. Mendras il s’agirait d’une réalité caractéristique des sociétés paysannes qu’il qualifie de « traditionnelles » (1992 :134). On peut cependant constater que les historiens et les ethnologues des sociétés rurales européennes se sont jusqu’à récemment peu intéressés aux rapports institués entre les sexes, notamment dans l’exécution et le contrôle du travail agricole. Ainsi les auteurs de l’Histoire de la France rurale (Duby, Wallon 1976 : 344) se contentent-ils d’affirmer que : « De même qu’il y a des travaux et des responsabilités pour chaque âge de la vie, à plus forte raison y en a t-il pour chaque sexe. Semer et labourer, moissonner, faucher, charger et conduire des charrettes, panser les chevaux, nettoyer l’écurie, abattre les arbres sont à l’évidence28 des travaux d’homme ; la cuisine, l’entretien du linge, l’éducation des jeunes enfants, les soins à la basse-cour, des travaux de femmes. » C’est cette « évidence » qu’il y a lieu d’interroger.

  • 29 Ce que P. Chaunu a appelé la « structure ondulante de l’économie ».

75À la décharge des historiens, on doit admettre que la question n’est pas toujours facile à traiter au moyen des sources qu’ils utilisent. Les données statistiques concernant la composition des ménages, les indices démographiques et les enquêtes relatives à la production des denrées de subsistance ou d’échange ne permettent, en effet, de définir la structure de l’exploitation paysanne que de manière schématique, son fonctionnement réel étant plus complexe à analyser. Alors que l’on connaît région par région la dimension des familles et le produit moyen d’une exploitation, la manière dont hommes et femmes se partagent les tâches n’a donné lieu qu’à des appréciations succinctes et d’autant moins vérifiées qu’a été privilégiée une lecture quantitative, axée sur l’analyse des phénomènes de variation à grande échelle (Chaunu 1986 : 79)29.

  • 30 La micro-histoire constitue l’un des avatars de cette tendance. Ce changement s’illustre également (...)

76Le passage à une histoire intensive, ou micro-histoire, se fondant sur des unités sociales (ou territoriales) plus restreintes est un phénomène relativement récent. Ce changement d’échelle a autorisé une lecture nouvelle des faits sociaux et économiques, notamment grâce à la mise en œuvre de méthodes appropriées (Ginsburg 1989 : 304) à ce nouvel objet historique qu’est la famille rurale30. Toutefois, la visée d’un tel changement étant de repérer les éléments constitutifs d’une identité collective, les chercheurs se sont surtout appliqués à mettre en évidence les stratégies sociales qui se déploient au niveau des collectivités villageoises plutôt qu’à élucider les rapports (complémentarité, division, subordination) qui s’instaurent au sein du groupe domestique, appréhendé dans sa quotidienneté.

  • 31 A. Farge a attiré l’attention sur ce point : « Comment ne pas remarquer que, pour le moment, les t (...)

77On constate également, à quelques exceptions près, que les recherches ayant pour ambition de contribuer à la constitution d’une « histoire des femmes » se sont portées sur des fonctions considérées comme spécifiquement féminines (de la mère à l’accoucheuse) ou bien sur des figures emblématiques occupant une place somme toute marginale dans la société. Le rôle des femmes dans la production a été, en revanche, fort peu étudié, si l’on excepte une période récente31.

  • 32 Ainsi les voit-on travaillant aux champs (voir L’Angelus de Millet) alors qu’on les dit assignées (...)

78L’ethnologie des sociétés européennes échappe partiellement à cette remarque. Cette problématique est centrale, par exemple, chez M. Segalen qui a étudié les rapports entre mari et femme dans la société paysanne (1984) ou chez I. Gratacos qui s’est intéressée au statut des femmes pyrénéennes (1987). Ces deux ethnologues soulignent la prégnance d’un modèle que folkloristes et historiens ont contribué à diffuser. Pour les uns comme pour les autres, dénonce M. Segalen, « Il est admis que l’homme est aux champs, la femme à la maison, que l’homme produit et que la femme assume les tâches improductives, domestiques » (1984 : 88) alors que cette affirmation est sans cesse contredite par les sources narratives ou iconographiques32.

79Leur lecture critique montre, en effet, que la ligne de séparation des domaines réservés à chaque sexe souffre continuellement des franchissements. Durant les périodes les plus chargées en travaux des champs, les femmes sont aux côtés des hommes pour semer, moissonner, récolter, glaner... Par temps de « presse », la division du travail est abolie car tous les bras sont nécessaires pour mener à bien l’ensemble des tâches. On s’aperçoit également que certaines de ces activités, comme les soins aux animaux et leur gardiennage, la panification ou encore le jardinage, sont tantôt masculines, tantôt féminines, selon les régions et les époques. Comme le souligne M. Segalen, « le degré de coopération, la participation féminine dans les travaux du sol varie selon la composition du ménage et le moment de son cycle, selon son niveau économique, selon les moments de l’année et finalement peut-être selon des modèles culturels qui sont difficiles à connaître » (1984 : 117).

  • 33 C. Alzon met en cause la théorie de l’indifférenciation primitive de Engels et Bébel. Cet auteur l (...)
  • 34 Cet auteur mentionne les femmes qui transportent l’eau et la terre sur les terrasses, coupent et s (...)

80Variabilité au sein de la structure de production, variabilité également dans l’espace... L’existence de multiples formes de coopération ou d’interchangeabilité entre les sexes témoigne du fait qu’ils sont loin d’occuper des positions inamovibles au sein des activités productives. Le « strict partage des tâches » auquel se réfèrent certains auteurs33 est, en effet, invalidé par de nombreux travaux, ce qui conduit O. Hufton (1991 : 259-275) à affirmer que la multiplicité des tâches dont les femmes sont susceptibles de s’acquitter exclut toute généralisation34.

  • 35 « Man is not handicaped as is woman, by the physiological burdens of pregnancy and nursing », fait (...)

81L’anthropologie, en particulier celle du « lointain », a montré que la division sexuelle du travail se double de la hiérarchisation des tâches. Celles caractérisées comme féminines sont généralement considérées comme secondaires, voire improductives, tandis que celles qui sont désignées comme masculines sont immanquablement valorisées. Il apparaît donc que la différenciation sexuelle se construit par l’attribution, aux hommes d’un ensemble de compétences spécifiques (puissance physique et intellectuelle, maîtrise de savoir-faire complexes) et par l’assignation aux femmes de dispositions se définissant en négatif par rapports aux caractéristiques masculines, comme l’illustrent les propos de G. P. Murdock sur le fameux « handicap biologique de la maternité35 ».

82S. Moscovici montre que la biologie est impuissante à rendre compte de la division hiérarchique entre les tâches masculines et féminines et qu’on doit admettre que c’est la hiérarchie qui entraîne la valorisation ou la dévalorisation des travaux et leur distribution (1972 : 314). Cette interprétation se retrouve chez les sociologues qui ont participé au courant des « recherches féministes et sur les femmes » des années 1980. Pour Ch. Delphy, la hiérarchie de la division sexuelle du travail « est d’un point de vue logique antérieure à la division technique du travail et engendre en réalité celle-ci » (1981 : 59-74).

  • 36 En milieu hospitalier, les médecins qui effectuent les diagnostics confient ensuite au personnel i (...)

83Cette assertion – que confirme cette étude – a cependant donné lieu à certaines interprétations qui me semblent devoir être réévaluées à l’aune des faits observés. L’étude que M. Salmona a consacrée aux tâches dans le maraîchage (1994 : 213) est à cet égard particulièrement éclairante. Elle attire, en effet, l’attention sur le fait que les femmes observent et diagnostiquent les maladies et les carences dont souffrent les plantes et que les hommes interviennent ensuite pour traiter. Elle en conclut que les femmes ne prennent pas « en charge [...] une “série-suite” d’actes techniques » et que « la partie motivante, active, globalisante, introduisant un sens et une intelligence des actes techniques leur est interdite », ce qui l’amène à affirmer que « les travaux exécutés par les femmes [...] sont très parcellisés, “bouche-trou”, d’entretien ». Compte tenu des faits mentionnés, cette analyse est surprenante : la division technique des tâches telle qu’elle est décrite donne plutôt à penser qu’en réalité aucun des acteurs « n’a droit », pour reprendre l’expression employée, à la prise en charge d’une « “série-suite” d’actes techniques ». Rien ne permet, en outre, d’affirmer, bien au contraire, que le travail d’observation et de diagnostic qu’exécutent les maraîchères est privé de sens et d’intelligence et que celui des hommes en est en revanche pourvu36 On trouve également une illustration de ce type de raisonnement chez M. Berlan, lorsqu’elle écrit que l’activité des femmes « n’est pas spécialisée », qu’« elle ne met généralement pas en œuvre de savoirs techniques » (1982 : 71-75)... et qu’elle constitue un « travail d’appoint, de bouche-trou ».

84Il s’agit là de sur-interprétations qui, loin de se fonder sur une analyse factuelle, devancent les faits pour produire un jugement dont l’auteur n’est jamais clairement désigné en sorte qu’on ignore s’il reflète le point de vue des acteurs sociaux ou celui des observatrices elles-mêmes, reprenant finalement à leur compte le présupposé de la domination. Ce type de discours, bâti sur le mode démonstratif, sous-entend le raisonnement syllogistique suivant : les tâches féminines sont systématiquement dévalorisées, l’activité X est féminine, donc elle est dévalorisée. Peut-être faut-il tenir compte du danger, mis en avant par R. Charrier, qu’il y aurait à « investir la différence entre les sexes d’une force explicative universelle » (1993 : 41) et rappeler la mise en garde de C. Dauphin, A. Farge et G. Fraisse concernant une problématique « restreinte et restrictive », obnubilée par « la dialectique de la domination et de l’oppression » et qui se refuse à prêter attention à ce qu’elles qualifient de « pouvoirs » féminins.

85Plutôt que de réduire les rapports de genre à un rapport de force radical de type dominants/dominées, ne serait-il pas possible de laisser place à des relations plus nuancées, pouvant faire intervenir des formes de coopération, une complémentarité autorisant des prises de décision qui ne seraient pas nécessairement hiérarchisées et à sens unique ?

86Il ne s’agit certes pas de nier la domination masculine et de soutenir une interprétation angélique des rapports de sexe mais de prendre des distances avec une analyse simplificatrice qui se refuse à prendre la mesure réelle des faits et ne les juge qu’à l’aune de la discrimination sexuelle.

87Si on revient maintenant au partage sexuel des tâches dans la sériciculture tel que l’a résumé Mozziconacci dans la citation ci-dessus et tel que nos enquêtes ont pu le dévoiler, plusieurs interrogations sont alors soulevées. En quels termes se représente-t-on le rôle technique de chaque sexe ? L’éducation des vers à soie, tâche spécifiquement féminine, est-elle ou non perçue comme routinière, non qualifiée et surtout improductive, comme le pressentent les analyses présentées ci-dessus ?

88Au préalable, une rapide description du partage sexuel des tâches s’impose.

89Les tâches préparatoires à l’élevage comme la mise en marche de la magnanerie sont accomplies par les hommes. Ce sont eux qui nettoient et désinfectent le local ainsi que les claies, badigeonnent les murs à la chaux afin de les assainir, brossent les tables et leurs montants, mettent en place les claies, vérifient l’état des cheminées, des poêles ainsi que des huisseries. Ce sont toutes des taches d’entretien, non directement productives. Ils entretiennent également les mûriers, les taillent, les émondent, comme on l’a vu au chapitre III.

90L’élevage proprement dit, l’éducation, repose sur une coopération entre les sexes dont les modalités sont extrêmement précises et peu sujettes à variation. Au cours des trois premiers âges, l’éducatrice opère généralement seule. En effet, la cueillette l’occupe environ quinze minutes chaque jour jusqu’à la première mue et près d’une heure et demie après la seconde. La distribution des repas et le chauffage prennent deux ou trois heures au premier âge et près de cinq heures au troisième âge. La rapidité de croissance des vers a pour conséquence une augmentation parallèle des rations alimentaires qui se traduit par un accroissement en proportion de la charge de travail.

91Au quatrième âge, l’éducatrice parvient difficilement à faire face seule à l’ensemble des tâches liées à la cueillette de la feuille et au soin des vers à soie, même lorsque le foyer compte une personne âgée ou bien des enfants susceptibles de l’aider. « Ce n’est que vers la fin que le mari vient lui donner la main », observe Ch. d’Hombres. Dans un premier temps, l’homme seconde la femme pour la cueillette et assure le transport des sacs de feuille des lieux de cueillette jusqu’au ramier, tandis qu’elle accomplit tous les autres travaux à l’intérieur de la magnanerie : nourrissage, chauffage, délitage. Au fur et à mesure que la durée d’exécution de ces derniers s’allonge, l’homme consacre de plus en plus de temps à la cueillette puis finit par s’en charger seul de façon que l’éducatrice ne s’occupe plus que de sa « chambrée » : « À la fin, il fallait donner 150 kg par jour... Ça faisait dans les quarante par repas, alors je m’y tenais pas [...]. Un peu qu’on soit en plus obligé de chauffer. .. À ce moment-là, je touchais pas terre. » La distribution de cette nourriture représente à elle seule près de six heures de travail quotidien : « Vous aviez fini à un endroit qu’il fallait recommencer à l’autre. » Il faut également ajouter le temps passé à ôter les litières souillées, or, comme on l’a vu précédemment, la durée et la fréquence des délitages suit également une courbe ascendante car les déchets sont proportionnels à la quantité de feuille consommée. Selon R. Fraisse, environ dix heures de travail seraient nécessaires pour effectuer cette opération à partir de la quatrième mue.

92Les données ci-après rendent compte du partage du travail entre l’homme et la femme et indiquent le temps que chacun consacre aux activités qui lui sont imparties.

CHARGE DE TRAVAIL MASCULINE

Cueillette de la feuille et transport

70 heures

Manutention (tâches diverses)

10 heures

Total

80 heures

93Au cinquième âge, la cueillette occupe quotidiennement le sériciculteur pendant près de huit heures : « La journée de huit heures, je la faisais dans les mûriers, du matin au soir... et huit heures, c’était quand ça marchait bien, qu’elle se coupait bien, parce que des fois, c’était douze heures ! On comptait pas... » Quand la cueillette et le transport de la feuille lui laissent des plages de temps, l’homme fait un « voyage » de bois s’il faut chauffer la magnanerie ou bien « sort le jas » et le charrie jusqu’au tas de fumier. Pendant ce temps, l’ensemble des soins donnés aux vers à soie retient la séricicultrice toute la journée à l’intérieur de la magnanerie.

94L’opération d’encabanage est généralement une tâche féminine. L’homme, s’il y participe, ne fait que suivre les directives de la séricicultrice : « Mon mari me faisait passer les bruyères, ça allait plus vite, et je les installais. Ouh ! je l’aurais pas laissé faire, c’est trop délicat ! », dit Mme S.

95Ce sont encore les femmes qui se chargent de la récolte, l’homme se contente de leur apporter les rameaux de bruyère ou de genêt après les avoir secondées pour les ôter des tables de la magnanerie.

96Ces indications sur le partage des tâches entre les sexes n’apportent cependant aucune précision sur ce qu’on pourrait appeler la valeur non comptable – degré de (dé)valorisation – des fonctions masculines et féminines ; valeur sur laquelle peut se fonder ou non un rapport hiérarchique entre les sexes et une classification discriminatoire de ces mêmes tâches. En effet, les rapports de sens ne se laissent pas deviner derrière la sécheresse des tableaux et des chiffres. Ainsi de nombreux exemples issus de la littérature anthropologique montrent qu’en dépit d’un temps de travail féminin souvent supérieur au temps de travail masculin et du fait que les travaux féminins assurent fréquemment la subsistance du groupe domestique, ils sont cependant considérés comme des compléments et leur importance est passée sous silence.

97Ayant indiqué qui fait quoi, nous allons donc maintenant revenir sur l’indexation sexuelle des tâches et indiquer quel sens leur est affecté.

98Le point qui retient immédiatement l’attention est le caractère extrêmement valorisé du savoir-faire de l’éducatrice. Tous les témoignages recueillis de même que les commentaires que l’on peut trouver dans les publications techniques insistent tout à la fois sur son marquage féminin, sur sa complexité et sur l’effort intense qui est fourni par la séricicultrice.

  • 37 C’est le cas des frérêches, relativement nombreuses en Cévennes au cours du XXe siècle.
  • 38 On remarquera que ce sont les femmes qui cueillent les jeunes feuilles devant être saisies avec dé (...)

99Il est indéniable que les soins quotidiens donnés aux vers sont considérés comme la clef de la réussite. Ces soins exigent, certes, une capacité physique d’endurance et d’exécution de certaines opérations techniques, mais ils renvoient avant tout à la maîtrise d’un savoir-faire dont nous avons essayé de montrer la complexité. Les hommes qui ont été amenés à prendre en charge une éducation37 tiennent tous le même propos : « J’ai pas guère réussi... » ; « Les femmes font ça mieux que nous... » Alors que l’éducation des vers à soie ne se distingue guère des habituelles fonctions féminines domestiques (Farge 1983 : 163-164), le discours tenu à son propos est toujours valorisant et établit un contraste entre la subtilité des qualifications qu’il mobilise et le caractère monotone, répétitif, des opérations effectuées par les hommes, comme par exemple la cueillette de la feuille38. On peut suivre M. Ferrand et A. Langevin lorsqu’elles écrivent que « l’évidence “naturelle” de la maternité est un prétexte de choix pour organiser la division sociale et sexuelle du travail » (1986 : 22) ; le fait que ce soient les femmes qui éduquent les vers à soie illustre tout à fait cette analyse. Le partage des tâches séricicoles reflète bien une construction/conception du biologique qui sépare les deux sexes. En revanche, rien n’indique que cette allocation différentielle du travail s’accompagne d’une hiérarchisation qui serait en défaveur de la part féminine et que l’on assiste à une sous-estimation systématique de leur travail. Au contraire, les discours et les usages montrent que la qualification est entièrement du côté du travail féminin.

100De ce point de vue, la sériciculture témoigne de la capacité des femmes à retourner une situation à leur profit, à transformer en compétence positive ce qui était initialement une fonction mineure et assignée selon une ligne de clivage biologique.

101Le succès rencontré par la sériciculture à partir des années 1830, au moment de son « Âge d’or », ne s’est pas traduit par l’appropriation des tâches productives par les hommes et par l’éviction des femmes de ce domaine socialement très valorisé, comme on pourrait s’y attendre. Au contraire, il y a renforcement du marquage féminin sur cette activité qui occupait une place essentielle dans l’économie des familles, invalidant de fait l’interprétation selon laquelle les activités féminines seraient sous-évaluées. Exercé dans la sphère domestique, ce travail qui aurait pu être considéré comme une caractéristique secondaire sexuelle de la femme est au contraire représenté comme relevant pleinement du champ économique.

102Une autre spécificité de cette activité au regard du rapport entre les sexes est que c’est la femme « qui tient les rênes », autrement dit qui détient le contrôle des opérations, la maîtrise de ce que G. de Terssac appelle la « dynamique temporelle » (1990 :136) de l’activité technique. On assiste par conséquent à une inversion des rôles convenus, la femme prenant les décisions relatives à la conduite de la chambrée et l’homme répondant ponctuellement à ses demandes : « Je lui disais quand il fallait du bois ou que je manquais de feuille. Dans la magnanerie, c’est la magnanière qui décide. » L’homme ne remplit qu’une fonction d’auxiliaire.

103Ainsi le fait que cette activité soit peu distincte des habituelles fonctions féminines domestiques et que la femme soit autorisée à se réaliser en elle dans la mesure où elle accomplit le rôle auquel elle est socialement identifiée ne lui interdit pas pour autant de se l’approprier positivement et d’en faire une spécialisation reconnue et valorisée. On peut même dire qu’ici l’éducation des vers à soie est l’activité économique la plus valorisée, tant sur le plan économique que symbolique.

  • 39 Les paysans cévenols gérant une relative pénurie monétaire, leur marge de manœuvre est limitée et (...)

104Concernant le contrôle des ressources économiques, d’après tous les témoignages recueillis il est assumé conjointement par l’homme et la femme, décidant ensemble de l’usage qui sera fait de l’argent gagné avec la vente des cocons39. Il semblerait même que la femme ait un avantage sur l’homme puisqu’à l’instar de ce qui se produit dans certaines sociétés rurales européennes c’est elle qui tient généralement les cordons de la bourse, gère l’usage de l’argent frais (Rogers 1979 : 35).

105Selon D. Travier et J.-N. Pelen, les femmes seraient, en revanche, tenues à l’écart lors de la livraison des cocons à la filature : « C’est lui [l’homme], écrivent-ils, qui dans sa tenue des grands jours, ira livrer, fier de sa récolte, les cocons à la filature » alors que « c’est elle seule qui “mène” les vers à soie à la troisième mue, quelquefois jusqu’à la quatrième, l’homme n’aidant que pour la fin et l’encabanage » (1987 : 4). Les témoignages recueillis auprès des anciennes séricicultrices et certains commentaires relevés dans l’abondante littérature consacrée à la sériciculture ne vont pas dans le sens de ces deux auteurs ; ils invitent à considérer que la femme n’est pas systématiquement écartée de ce moment. Mozziconacci, fin observateur des pratiques séricicoles, met non seulement en exergue le rôle essentiel des femmes dans ce domaine mais évoque également le moment où « la magnanière qui a réussi sa chambrée rapporte fièrement au logis [...] de beaux écus sonnants » (1912 : 80), laissant entendre qu’elle reçoit personnellement le produit de son travail. C’est ce qu’ont confirmé la plupart des entretiens réalisés auprès d’anciennes séricicultrices. Loin de représenter une activité d’appoint, le travail de la séricicultrice est la principale source d’argent et il est reconnu comme tel.

106C’est ce qui explique le fait que les hommes cherchent souvent à s’approprier non pas le fruit matériel mais moral de la récolte, lié à la fois à l’intérêt économique de cette production et à la valeur attachée au savoir-faire séricicole. Le succès éventuellement remporté par la séricicultrice se répercute sur son conjoint, aussi aura-t-il volontiers recours à un pronom personnel englobant : le « on » qui lui permet de s’auto-inclure et donc de partager avec son épouse la fierté d’un rendement élevé et d’un lot de cocons bien formés. De la même façon, comme nous aurons l’occasion d’y revenir plus loin lorsque nous évoquerons la faiblesse du mouvement coopératif, la livraison des cocons à la filature constitue pour l’homme un moment où il peut prendre à son compte une parcelle du prestige lié à cette activité.

107En conclusion, on remarquera donc que dans la sériciculture la répartition des activités selon les sexes exprime bien la vision dominante de la division sexuelle, telle que l’institue un ordre social qui semble universel. Tout se passe, en effet, comme si la femme était socialement vouée à éduquer les vers à soie. Comme dans de nombreuses sociétés, c’est à elle que reviennent les travaux dits « domestiques » que sont l’élevage des enfants et celui des animaux et elle s’y soumet « comme par magie », nous dit P. Bourdieu, afin de souligner la puissance coercitive de ce partage. Néanmoins, il apparaît que la séricicultrice parvient à atténuer, voire détourner cette violence symbolique. Si on peut dire avec P. Bourdieu que la victime se dévoue au destin auquel elle est socialement vouée et qu’à l’instar de la femme kabyle qu’il a étudiée elle réalise inévitablement l’image d’elle-même que lui assigne la vision masculine (1990 : 10), force est, en revanche, de constater que l’éducation des vers à soie n’est en aucune manière une tache invisible et honteuse comme serait l’élevage des animaux en Kabylie mais au contraire une activité reconnue, valorisante et productive tandis que les actes non qualifiés, monotones ou sales – le transport du jas, par exemple sont assignés aux hommes.

108Si la différence des sexes s’inscrit dans un cadre qui distingue le naturel, dans lequel les femmes seraient confinées, du social, sphère réservée aux seuls hommes, alors on peut interpréter la notion d’« éducation des vers à soie ». On peut ainsi se demander dans quelle mesure, par ses responsabilités socialisantes d’éducatrice, la femme ne parvient pas à s’affranchir partiellement de cette nature à laquelle elle est, par ailleurs, si étroitement associée.

Notes

1 ADH C47, Mémoire sur la ville d’Alais, sur ses productions et son commerce (1755-1789). Il ne s’agit pas, bien entendu, de prendre pour argent comptant cette assertion, en particulier au niveau des implications idéologiques qu’elle suggère, mais de retenir le fait que toutes les catégories sociales se livrent à cette activité.

2 ADH C 2949, Mémoires de l’inspecteur Rodier, 1769.

3 ADG 45 J 655, in Chabrol 1996 : 40.

4 ADG II Ε 31/564.

5 La crise phylloxérique aura lieu en 1883.

6 C’est le cas de quelques anciens facteurs ou cantonniers conjuguant une activité salariée avec l’exploitation de leur propriété.

7 N’importe quel local pouvant être facilement aéré peut faire office de magnanerie. L’installation est simple, facilement démontable : des montants de bois ou de métal sur lesquels s’adaptent des plateaux appelés claies en osier, bois, jonc ou fil de fer ; un moyen de chauffage : cheminée, poêle, etc.

8 ADG II Ε 58/694, n° 83.

9 Plusieurs théories économiques du métayage et du fermage ont été élaborées et discutées, depuis la perspective évolutionniste des économistes classiques comme Turgot et Sismondi qui faisaient du métayage une phase transitoire entre le servage et le fermage, en passant par le modèle de Marshall qui considère que le métayage est un modèle non efficient puisqu’il conduit le métayer à ne travailler que jusqu’au point où « la valeur de la seule part du produit marginal qui lui revient atteint le salaire du marché », pour se prolonger par des interprétations récentes définissant le métayage comme une forme d’association.

10 Selon A. Corbin, les partisans du métayage expriment un point de vue révélateur d’une mentalité qui prône l’« harmonie sociale » (1975 : 276).

11 ADG 7 M 401.

12 Rappelons que les termes de magnanerie ou de magnaguière désignent les locaux d’élevage.

13 L’Association pour le développement de la sériciculture, fondée dans les années 1970 pour relancer cette activité a, en effet, créé une nourricerie où la graine est d’abord mise en incubation, puis les vers à soie élevés jusqu’au 2e âge environ.

14 En Languedoc, l’identification des Cévenols à la sériciculture était telle que dans une lettre adressée à l’Intendant de la province, Lachadenède avait proposé la définition suivante de « magnaniers ou magnandiers » : « [...] du nom vulgaire magnaud, étrangers habiles à l’éducation des vers à soie, protestants, cévenols. » ADH C 7695, Lettre de Lachadenède à l’Intendant.

15 D’Hombres 1838 : 25. Voir également ADG 7 M 381.

16 Selon Ch. d’Hombres, « le prix varie de 50 à 60 centimes par quintal de feuille ramassée » (op. cit. : 253).

17 ADG 7 M 207.

18 L’Agriculteur des Cévennes, n° 395, octobre 1920.

19 Gasparin démontre que le propriétaire qui plante des mûriers pour vendre la feuille obtient un bénéfice presque deux fois plus élevé que s’il avait cultivé la même terre en froment (1841 : 262).

20 Ce phénomène est attesté dès le début du XVIIIe siècle. Les listes de gratification donnent des indications sur son importance durant cette période.

21 ADG 7 M 207, État des pertes éprouvées par la commune de Saint-Florent-sur-Auzonnet de 1852 à 1854.

22 « [...] Ce sont des arbitres choisis par le vendeur et l’acheteur qui évaluent les feuilles, et en déterminent le poids, après que les vers sont sortis de la quatrième maladie » (Reynaud 1812 : 50) ; « C’est à la 3e mue qu’on estime la feuille » (d’Hombres 1838 : 251).

23 Sur ce point, les avis divergent, certains estimant qu’un nombre supérieur de vers implique un gaspillage de feuille.

24 Secretain et Schenk 1941 : 82. Pour inciter les sériciculteurs à utiliser cette méthode de calcul élaborée quelque quatre-vingts ans auparavant par la Société d’agriculture d’Alais, tous deux ont publié, en 1941, dans les Recherches séricicoles une « table permettant d’évaluer en poids de feuilles adultes le poids des feuilles de mûrier cueillies à toute époque entre le 1er et le 50e jour du développement foliacé de l’arbre ».

25 On retrouve la notion de « coût de transaction ». Voir les théories de Cheung et Williamson dont rend compte Colin (op. cit. : 32).

26 Le mûrier Blanquette ou Blanqueto est une variété locale, signalée par Secretain et Schenk 1944 : 24-25.

27 L’autre étant la prohibition de l’inceste.

28 Ce recours à l’évidence a de quoi surprendre dans une œuvre comme l’Histoire de la France rurale.

29 Ce que P. Chaunu a appelé la « structure ondulante de l’économie ».

30 La micro-histoire constitue l’un des avatars de cette tendance. Ce changement s’illustre également dans l’ethnologie des sociétés européennes à travers des travaux comme ceux de E. Claverie et P. Lamaison qui construisent leur recherche autour de la « maison », unité d’affiliation sociale où se noue « tout le vécu social, s’ordonnent les discours et les comportements, s’affinent les stratégies » (1987).

31 A. Farge a attiré l’attention sur ce point : « Comment ne pas remarquer que, pour le moment, les travaux concernant l’histoire des femmes ont de fait adopté dans le choix de leurs sujets, des catégories mentales assez traditionnelles, comme si, en un premier temps, il leur était totalement impossible de s’éloigner de la représentation collective d’une éventuelle “nature féminine” [...] » (1983 : 163). Dix ans plus tard, lors du colloque Femmes et histoire présenté comme le prolongement critique de l’Histoire des femmes en Occident, J. Rancière constatait que l’« histoire des femmes racontée ici n’est pas celle des travaux et des jours » et faisait remarquer qu’il y a un risque à renouer avec le partage classique entre l’histoire des masses, qui s’intéresse aux travaux et aux jours, et celle des groupes privilégiés, théâtres et acteurs du changement (in Duby et Perrot 1992 : 49-61).

32 Ainsi les voit-on travaillant aux champs (voir L’Angelus de Millet) alors qu’on les dit assignées aux travaux intérieurs, les décrit-on comme ayant en charge quelques-unes des principales productions de l’exploitation quand on les présente comme cantonnées à des tâches improductives.

33 C. Alzon met en cause la théorie de l’indifférenciation primitive de Engels et Bébel. Cet auteur leur reproche d’avoir nié à des fins idéologiques un phénomène universel. Il rejoint S. Moscovici en affirmant qu’« il n’existe pas une société où l’on ait constaté un strict partage des tâches entre les sexes » mais s’en sépare lorsqu’il ajoute que les tâches dévolues à chaque sexe sont invariables : les femmes n’exerceraient selon lui que les travaux n’exigeant ni puissance physique ni longs déplacements, à savoir la préparation des repas et les soins aux enfants (C. Alzon 1978).

34 Cet auteur mentionne les femmes qui transportent l’eau et la terre sur les terrasses, coupent et sèchent la tourbe et le varech, prête main-forte lors des moissons.

35 « Man is not handicaped as is woman, by the physiological burdens of pregnancy and nursing », fait remarquer G. P. Murdock (1949 : 7).

36 En milieu hospitalier, les médecins qui effectuent les diagnostics confient ensuite au personnel infirmier le soin du traitement, or tous les chiffres témoignent d’une sur-représentation des hommes dans le corps des médecins hospitaliers et leur faible représentation dans le personnel soignant au point que le terme couramment employé est « les infirmières ».

37 C’est le cas des frérêches, relativement nombreuses en Cévennes au cours du XXe siècle.

38 On remarquera que ce sont les femmes qui cueillent les jeunes feuilles devant être saisies avec délicatesse pour ne pas les endommager.

39 Les paysans cévenols gérant une relative pénurie monétaire, leur marge de manœuvre est limitée et cette somme est généralement consacrée au paiement des crédits et du fermage.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/6894/img-1.jpg
Fichier image/, 272k

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540