Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Invariants et variabilités dans les sciences cognitives

 | 
Jacques Lautrey
, 
Bernard Mazoyer
, 
Paul Van Geert

Troisième partie: Sciences du langage

Un exemple de modélisation des invariants et de la variabilité linguistiques : la Théorie de l’Optimalité

Bernard Laks

Texte intégral

La variation omnibus

1La question de l'invariant, de la variation et de ses limites est sans doute l'une des plus fondamentales qu'aient eu à affronter les sciences du langage. Au plan phénoménologique, les événements linguistiques correspondent en effet à des événements phonétiques continus et continûment variables dans chacune des dimensions où ils se déploient. La nature physique du substrat sonore des occurrences linguistiques motive pour une part cette variabilité intrinsèque. Chaque événement phonique est nécessairement singulier et particulier : une voix possède des caractères idiosyncratiques et chacune de ses productions phoniques reste singulière. Ce n'est qu'au plan cognitif, celui de la catégorisation et de la construction des représentations mentales, que ces événements, pourtant différents, peuvent être catégorisés comme fonctionnellement et représentationnellement identiques. En d'autres termes, si la production reste fondamentalement marquée par la variabilité des signaux, la réception et l'interprétation mettent en œuvre des principes abstraits de catégorisation qui constituent autant de processus de construction d'invariants fonctionnels.

La variation intra-langue

  • 1 Comme nous l'avons montré ailleurs, les notions saussurienne de langue et chomskyenne de compétence (...)

2La distinction entre événement concret et représentation fonctionnelle correspond en gros à ce qui est visé par les dichotomies fondatrices de la linguistique moderne : langue/parole chez Saussure (1922), compétence/performance chez Chomsky (1965)1 En définissant l'objet de la linguistique comme l'analyse de la langue ou de la compétence, et en expulsant de son domaine propre l'analyse de la parole et des performances, ces dichotomies tentaient de limiter l'investigation aux dimensions prétendument invariantes du phénomène langagier. Or, comme l'ont montré la sociolinguistique, et spécialement la linguistique variationniste (Labov 1976), les systèmes linguistiques de catégorisation et de représentation cognitives sont eux-mêmes traversés par la variation et, contrairement à ce qui était visé, la limitation de l'analyse à la compétence linguistique ne permet pas de suspendre ou d'écarter la variation intra-langue. L'existence de variations dans l'espace géographique, comme dans l'espace social, culturel ou stylistique, ne peut être tenue pour marginale et contingente, mais apparaît comme l'une des propriétés intrinsèques de systèmes linguistiques alors conçus comme nécessairement hétérogènes.

3Mais cette variation inter-locuteur, qui distingue les locuteurs selon l'âge, le sexe, le niveau social ou culturel, la communauté linguistique d'appartenance, etc., n'est pas seule en cause. Il faut y ajouter la variation intra-locuteur qui distingue les occurrences produites par le même locuteur selon le sujet du discours, la nature de la relation sociale d'inter-locution, la structure de l'interaction et une part incompressible de variation inhérente. Cette variation intra-locuteur se double encore d'une asymétrie entre les compétences de production et de réception : tout locuteur est capable d'analyser, sans aucune difficulté, une variété de formes linguistiques beaucoup plus étendue que celle qu'il peut lui-même produire (Laks, 1980 ; 1983 ; 1992).

4Ainsi, même en ignorant la variabilité des performances et en nous limitant au terrain propre de la linguistique, celui de l'analyse des systèmes de représentation et de la compétence linguistique, la variation ne peut être suspendue ou ignorée. Les langues humaines apparaissent alors comme des systèmes profondément hétérogènes et instables, marqués par l'existence de variations conditionnées et inhérentes, et parcourus par des dynamiques évolutives contradictoires.

La variation inter-langue

5Ce qui s'impose d'abord à l'observateur, c'est l'extraordinaire diversité des langues humaines et ce n'est qu'au prix de la construction de modèles théoriques complexes que l'on peut restituer l'unicité linguistique et cognitive de l'espèce.

6On sait qu'il existe entre 3 000 et 5 000 langues différentes encore vivantes sur la planète. Sans entrer ici sur le terrain de la typologie linguistique (Greenberg, 1963), rappelons qu'à divers plans d'analyse linguistique pertinents, ces langues présentent des différences descriptives de surface qui peuvent être considérables : au niveau strictement descriptif, il semble que les langues soient aussi différentes que possible et que la variation inter-langue soit pratiquement illimitée. La linguistique typologique et contrastive montre pourtant qu'il s'agit ici d'une illusion descriptive. Pour chaque problème posé, et à chaque niveau linguistique, le nombre de solutions attestées dans les langues apparaît au contraire extraordinairement restreint et contraint. De plus, un grand nombre de ces options s'impliquent les unes les autres (Greenberg, 1966).

7Dès que l'on adopte un point de vue cognitif, la variation interlangue demande à être délimitée, contrainte et expliquée. Elle apparaît en effet contradictoire à l'existence de mécanismes cognitifs communs à tous les membres de l'espèce. La linguistique contemporaine a cherché à réduire la contradiction apparente entre le constat d'une très grande diversité des langues et la nécessité de postuler une unicité fonctionnelle de l'esprit humain, en centrant la recherche sur la mise au jour de propriétés universelles permettant de caractériser simultanément toutes les langues humaines et de spécifier chaque langue particulière comme un sous-type spécifique. Même si entre l'approche syntactico-logique de Chomsky (1995) et l'approche sémantico-iconique de Langacker (1987 ; 1991), pour ne prendre que ces deux exemples récents, les options théoriques divergent, il reste que la réduction de la variation inter-langue à une spécification particulière de principes universels communs constitue l'un des axes centraux de la recherche linguistique la plus contemporaine : dans tous les cas, il s'agit de dégager des invariants et des principes linguistiques universels.

8Les invariants linguistiques et cognitifs de structure et de substance forment ce que l'on peut appeler une grammaire. On en distinguera deux types : d'une part, la grammaire particulière à une langue (GP), qui permet l'inter-compréhension entre tous les membres d'une même communauté linguistique, quelle que soit par ailleurs la variation intralangue, et d'autre part, la grammaire universelle (GU) qui rend compte de l'unicité du type linguistique humain au-delà des différences d'actualisation liées à la variation inter-langue.

9La grammaire universelle renvoie ainsi aux capacités cognitives propres à l'espèce, à ce que Saussure comme Chomsky nomment la faculté de langage (Saussure, 1922 ; 2001 ; Chomsky, 1988), et rend compte, par le Dispositif d'Acquisition du Langage (DAL) qu'elle incorpore, de la capacité singulière de chaque enfant à apprendre n'importe laquelle des langues humaines, dès lors qu'il y est confronté pendant la période critique. Cette approche en termes d'universaux linguistiques permet de réduire l'apprentissage opéré par le DAL à un réglage fin de paramètres locaux, conditionné par l'exposition du dispositif à des données externes, celles d'une langue particulière. Si donc GP est le produit du réglage de GU par le DAL, les universaux ne sont pas susceptibles d'un apprentissage et GU doit nécessairement faire partie d'un état initial conçu comme riche et inné.

10Formulée à l'origine au sein du Programme Minimaliste (PM) chomskyen sous le label d'approche Principes et Paramètres (Chomsky, 1995), cette articulation théorique entre GU et GP s'est révélée particulièrement productive au cours de la dernière décennie. Elle a été reprise et étendue dans la plupart des modèles les plus récemment proposés. Nous présenterons ici la problématisation qui en est donnée par la Théorie de l'Optimalité (TO). Dans ses développements les plus récents, la TO permet en effet d'étendre la paramétrisation de la variation inter-langue (GP) à la variation intra-langue (GP') tout en maintenant l'unicité de GU et des principes cognitifs qui s'y appliquent.

11Mais reconnaître l'existence d'une hétérogénéité interne aux systèmes linguistiques et donner toute son importance à la variation intralangue en tant que variation délimitée, structurée et contrainte n'est pas suffisant. Il faut en tirer toutes les conséquences théoriques et formelles et construire des modèles de la compétence linguistique compatibles avec ces données. Nous montrerons ci-dessous comment la Théorie de l'Optimalité permet de rendre compte de cette première dimension de la variation et de la formaliser.

La paramétrisation de la variation : la Théorie de l'Optimalité

  • 2 La TO est donc un modèle de type « no rule ». Mettant en jeu des dynamiques configurationnelles, el (...)

12Intégrant l'approche Principes et Paramètres, la Théorie de l'Optimalité, comme les modèles chomskyens récents (Programme Minimaliste), est configurationnelle (Prince & Smolensky, 1993) : la grammaire n'est pas constituée d'un ensemble de règles dérivationnelles ordonnées, permettant d'engendrer des formes de surface à partir de représentations profondes, mais d'un ensemble de principes régissant la configuration des représentations linguistiques sous-jacentes2 Ces contraintes universelles sur les représentations correspondent donc à des observables de surface. Elles définissent des conditions de bonne formation des représentations. Universelles, les différentes contraintes expriment des dynamiques différentes du système linguistico-cognitif de l'espèce. Ces dynamiques différentes ne sont pas nécessairement consistantes entre elles. On explique ainsi la variation inter-langue observée.

13C'est à ce plan que la Théorie de l'Optimalité et le Programme Minimaliste divergent. Au lieu de postuler la sélection à partir de GU d'un sous-ensemble de contraintes consistantes pour chaque langue, la Théorie de l'Optimalité pose que toutes les contraintes universelles, bien que contradictoires entre elles et exprimant des dynamiques opposées, sont simultanément présentes dans chaque GP. Ne pouvant être simultanément satisfaites, ces contraintes contradictoires sont alors définies comme transgressables (violables). En ce sens, elles correspondent bien à des dynamiques, éventuellement antagonistes, portant sur la bonne formation des représentations.

14Une forme de surface donnée peut alors être analysée comme le produit d'une formation de compromis spécifique entre contraintes contradictoires, et cette formation de compromis permet d'approcher directement la question de la variation paramétrique inter-langue.

15En Théorie de l'Optimalité donc, toutes les contraintes universelles de GU sont simultanément présentes et actives, mais elles sont transgressâmes. Pour garantir la consistance du modèle, il faut contraindre la violation des contraintes. Ces dernières s'ordonnent en une hiérarchie stricte, unique et unilinéaire pour chaque GP, et c'est ce principe de stricte dominance qui contrôle la transgressabilité, laquelle ne peut alors être que descendante : une contrainte Cx peut être satisfaite au prix de la transgression d'une contrainte Cy si et seulement si Cx domine hiérarchiquement (est harmoniquement supérieure à) Cy.

16En organisant hiérarchiquement les contraintes universelles, c'est-à-dire en imposant un ordre total sur l'ensemble des conditions de bonne formation, on définit une interaction dynamique entre toutes ces contraintes. Cette interaction peut être convergente ou divergente. On voit que ce sont alors les spécificités de cette interaction qui correspondent au profil particulier de chaque langue. En d'autre termes GU et toutes les contraintes universelles sont bien simultanément présentes dans chaque GP, mais elles sont organisées en une hiérarchie particulière et spécifique qui contrôle leur violation et leur satisfaction éventuelle.

17Ainsi, la notion de hiérarchie permet de réduire drastiquement la distance entre GU et les GP. Une grammaire particulière - profil particulier de langue à chacun des niveaux pertinents de l'organisation linguistique (phonologie, morphologie, syntaxe, sémantique) - se réduit donc à un ordre spécifique définit sur GU, soit HL. On écrira :

18GPL = HL(GU).

19Si la paramétrisation définissant GPL ne correspond plus qu'à la construction d'une hiérarchie HL sur GU, les questions posées par l'apprentissage s'en trouvent réduites d'autant. Il ne s'agit plus que d'inférer à l'aide du DAL, et des données disponibles, la hiérarchie particulière des contraintes correspondant à la langue que l'on est en train d'acquérir :

20Data + DAL(GU) = HL(GU).

21Étant donné une langue particulière ainsi définie par HL, il faut encore rendre compte de la façon dont les différentes formes linguistiques se conforment à cette GP. On postule l'existence d'un mécanisme d'évaluation harmonique (EVAL), qui pour une forme quelconque et pour une hiérarchie donnée, évalue le nombre et le poids relatifs des violations de contraintes qu'elle implique. HLEVAL définit ainsi une métrique locale permettant d'ordonner toutes les formes concurrentes du point de vue de leur valeur harmonique relative, et conduit à sélectionner la forme la plus harmonique qui seule apparaîtra.

22Pour ce faire, on met en place un générateur aléatoire de formes (GEN) qui prend en input une forme et génère toutes les structures possibles GEN (IL(K)). HLEVAL évalue en parallèle tous ces concurrents et sélectionne alors la représentation la plus harmonique. À cette représentation correspond directement une réalisation de surface qui satisfait ainsi au mieux au patron de la langue considérée. On écrira donc qu'étant donné Data + DAL(GU) = HL(GU) = GPL, une forme de surface dans cette langue correspond à la représentation cognitive la plus harmonique soit HLEVAL (GEN (IL(k))).

23Nous illustrons ci-dessous ce modèle par l'exemple suivant (1), désormais classique, de la syllabation en yawelmani (Archangeli, 1984 ; 1991 ; 1997).

Composition

Surface

radical + temps

syllabée

a) xat + en

xa.ten

(il) mangera

b) logw + en

log.wen

(il) pulvérisera

c) xat + hin

xat.hin

(il) a mangé

d) logw + hin

log.wi. hin

(il) a pulvérisé

e) hall + atn + en hal

hal.lat.nen

(il) tentera de l'élever

24Comme on le voit dans cet exemple, le yawelmani présente un patron syllabique très particulier : toutes les syllabes commencent nécessairement par une attaque, mais la coda reste optionnelle. Ainsi le type syllabique de base est-il CV, CVC étant permis, mais *VC étant exclu. De plus, le yawelmani n'accepte ni groupe de consonnes, ni groupes de voyelles (*CCV, *CVCC, *CCVCC, *CVVC). Enfin, en position interne, la langue accepte la contiguïté de deux consonnes seulement si elles sont hétérosyllabiques (CVC.CVC, mais pas *CVCC.CVC, *CVC.C.CVC). Enfin on remarque, toujours dans l'exemple 1, que ces contraintes de bonne formation sont vraies en surface, mais que la composition sousjacente qui prend pour entrées les formes morphologiques ne les respecte pas obligatoirement. Il est donc essentiel de rendre compte du processus phonologique de syllabation qui permet de passer d'une composition morphologique, qui ne correspond pas nécessairement au patron syllabique de la langue, à une représentation syllabique, et par la suite, à une réalisation de surface bien formée.

25Dans une analyse TO, on modélisera ce processus comme un processus dynamique résultant de l'interaction des 5 contraintes suivantes appartenant à CU :

ATTAQUE

Toute syllabe possède une attaque (CV, CVC vs *VC)

PIC

Toute syllabe possède un nucléus vocalique (CV, CVC, VC,
vs *C, *CC)-

NOCODA

Toute syllabe est ouverte (CV, V, CCV vs *VC, *CVC)

*COMPLEXE

Les groupes de C ou de V sont prohibés

FIDEL

Famille de contraintes de fidélité: input et output sont
semblables du point de vue des consonnes (FIDEL Q, du
point de vue des voyelles (FIDEL V)

26En parcourant, pour chaque forme, l'univers des structures possibles, GEN produit et épelle un ensemble de solutions possibles pour sélectionner la représentation sous-jacente la plus adéquate à l'optimum harmonique de la langue, étant donné la métrique HyawelmaniEVAL.

27On peut montrer indépendamment que, dans cette langue, la voyelle qui surface dans une position nucléique vide (voyelle épenthétique par défaut) est/i/et que :

  • 3 Nous ne présentons pas ici l'analyse qui permet d'inférer HLEVAL. Soulignons que la TO incorpore un (...)

28HyawelmaniEVAL = {PIC, ATTAQUE, *COMPLEXE, FIDEL C, FIDEL V >> NOCODA}3.

29GEN génère notamment les candidats correspondants descriptivement aux stratégies types suivantes :

  1. Resyllabation : modifier la structure

  2. Syncope : sous-analyse (underparsing)

  3. Épenthèse : sur-analyse (overparsing)

  4. Identité : input = output.

  • 4 Dans un tableau d'optimalité, les lignes pointillées séparent les contraintes qui sont non strictem (...)

30En nous limitant aux candidats correspondants aux stratégies types ci-dessus, on obtient le tableau d'optimalité suivant, où la forme indexée comme la plus harmonique est bien celle qui apparaît en surface4.

31En construisant les tableaux correspondants à l'exemple 1 (b, c, d, e), on monterait que HyawelmaniEVAL sélectionne bien à chaque fois, comme forme maximalement harmonique, le candidat dont la structure syllabique correspond à la forme observée en surface. Cette présentation de la TO étant faite, nous pouvons maintenant aborder le traitement de la variation inter-langue et intra-langue dans ce cadre.

Application à la variation inter-langue : l'exemple des structures syllabiques

32Les exemples sur lesquels est réalisée l'analyse sont issus des domaines de la phonologie syllabique.

La charte syllabique

  • 5 La notion de relation asymétrique comme principe de structuration interne d'un domaine de dépendanc (...)

33Au plan sonore, les constituants minimaux des langues correspondent aux syllabes. L'existence de syllabes apparaît ainsi comme un universel sonore de forme. Pour la phonologie moderne postérieure au modèle génératif standard, la syllabe ne correspond pas seulement à un tronçon sonore constitué par la succession de consonnes et de voyelles, mais constitue aussi un domaine d'organisation et est structurée par des relations internes de dépendance entre consonnes et voyelles. Ces relations sont universellement asymétriques5 de sorte que la coda (C) se trouve sous la dépendance directe du noyau et forme avec lui un sous-constituant Rime (R) en relation avec l'attaque (A). On définit ainsi une charte syllabique universelle qui note le fait que la coda reste optionnelle, et peut optionnellement brancher sur plusieurs consonnes, alors que l'attaque est requise, mais peut également brancher. La charte syllabique est la suivante :

34Sur la base de cet universel syllabique, chaque langue définit son propre patron. Certaines langues acceptent les attaques et/ou les codas branchantes, d'autres les prohibent. Toutes les langues qui l'acceptent fixent des contraintes spécifiques sur le branchement.

35Dans ce cadre théorique, la notion de complexité syllabique relative a fait l'objet de beaucoup de recherches. Il apparaît notamment que cette notion n'a rien de linéaire et découle directement de la charte ci-dessus. Le type syllabique universel et minimal est ainsi CV. En d'autres termes, il n'existe pas de langue qui ne présente des syllabes CV (ouvertes) et certaines présentent ce type unique. Sous ce rapport, VC (sans attaque) apparaît donc comme un type syllabique plus complexe. C'est pourquoi on pose que la contrainte ATTAQUE est positive, même si elle est transgressable. Dans les langues, on observe la présence de types syllabiques qui peuvent être plus complexes encore : CVCCCC (en anglais « texts »), ou CCCVCC (en français « strict »), etc. La variation syllabique inter-langue est donc considérable. Néanmoins les patrons syllabiques de chacune des langues connues ne se distribuent pas au hasard. L'échantillon suivant illustre cette distribution :

36En hua (papou, Nouvelle-Guinée) : on ne rencontre que des syllabes CV

37En cayuvava (isolat, Bolivie) : V et CV

38En klamath (penute, Oregon) : CV, CVC, CVCC, CVCCC

39En finnois (finno-ougrien, Finlande) : V, CV, CVC, VC, CVCC, VCC

40Le principe qui régit la distribution des types syllabiques n'est pas numérique. Il renvoie à une métrique spécifique à la phonologie, la marque. La hiérarchie universelle de marque est CV<VC, CVC<VCC, CVCC<... Cette hiérarchie de marque peut alors être appliquée à l'échantillon ci-dessus et l'on y vérifie le principe distributionnel universel connu sous le nom de loi hiérarchique de Jakobson : toute langue qui présente un type syllabique d'un niveau donné de marque présente aussi nécessairement les types syllabiques de niveaux de marque inférieur.

  • 6 La loi hiérarchique de Jakobson est un universel linguistique qui ne s'applique pas uniquement à la (...)

41Même si l'analyse que nous venons de rappeler, la charte universelle et les régularités distributionnelles sont descriptivement adéquates, elles restent déclaratives et ne proposent pas d'explication de cet état de fait. En particulier, la loi hiérarchique de marque est stipulative. Elle n'explique ni les raisons de la variation inter-langue illustrée par l'échantillon, ni les motivations de la hiérarchie des types syllabiques qu'elle asserte. Comme nous l'avons dit précédemment, la TO se propose de rendre compte de la relation entre universel et variation inter-langue par la dynamique de l'interaction de contraintes. Cette dynamique est paramétrée langue à langue6

La syllabation en hawaïen

42Pour illustrer le traitement de la variation inter-langue des types syllabiques en TO, considérons cinq langues présentant des inventaires syllabiques de complexité (marque) croissante :

43Hawaïen (Malayo-polynésien, Hawaï) : CV, V

44Yawelmani (Yokuts, Californie) : CV, CVC

45Espagnol (Roman, Espagne) : V, CV, CVC VC, CCV, CCVC

46Anglais (Germanique, Angleterre) : V, CV, CVC VC, CCV, CCVCCVCC, VCC, CCVCC, CVCCC

47Imdlawn tashlhiyt (Berbère, Chamito-sémitique, Maroc) : CV, VC, CCV, CCVC, CVC, CVCC, CC, CCC, CCCC, CCCCC

48Notre réflexion mettra en œuvre les contraintes présentées par le modèle d'analyse en TO, à savoir :

  • 7 Nous suivons ici Archangeli (1997) avec quelques simplifications et adaptations.

49ATTAQUE, NOCODA, PIC, *COMPLEXE, FIDEL C, FIDEL V7

50En hawaïen, la coda est prohibée et l'attaque est facultative. On a donc uniquement deux types syllabiques, CV et V. D'autre part les groupes de consonnes internes ne peuvent excéder la longueur 1. On s'intéresse au processus syllabique observé lors de l'importation de mots étrangers comme par exemple l'anglais « christmas » [krismas]. Ce mot transgresse l'inventaire phonologique et le patron syllabique de l'hawaïen. Pour l'importer il faut donc le rephonologiser en substituant les consonnes étrangères selon les règles : [r] => [I], [s] => [k].

51On obtient la forme/klikmak/. La voyelle épenthétique étant réalisée comme une copie de la voyelle précédente et à défaut comme/e/, on observe en surface [meli] [kelikimaka] (joyeux noël). C'est de la resyllabation qui conduit à cette forme que le tableau qui suit rend compte en considérant les 6 contraintes universelles :

52Comme on le voit, l'hawaïen impose une syllabation CV stricte, sans tolérance sur le noyau et sans groupes de consonnes. Il rend les formes conformes à ces patrons syllabiques au prix d'épenthèses vocaliques. Enfin, la paramétrisation propre à l'hawaïen se réalise dans la hiérarchie suivante :

53H(hawaïen) = {PIC, ATTAQUE, NOCODA, *COMPLEX, FIDEL C >> FIDEL V}

Analyse des autres types syllabiques

54Les cinq langues que nous avons prises pour exemples présentent des types syllabiques très divers, du plus simple CV aux plus complexes CCVCC ou CCC. Cette diversité illustre parfaitement la variation interlangue. Si l'on se contente de décrire cette diversité et de lister les types syllabiques admissibles dans chaque langue particulière, on passe sous silence l'existence des véritables principes explicatifs de ces arrangements très divers. Comme nous l'avons montré, six contraintes universelles seulement entrent en jeu pour expliquer les distributions observées. Il est remarquable de constater que ces six contraintes sont identiques pour chacune des langues étudiées : ATTAQUE, PIC, NOCODA,*COMPLEXE, FIDEL V et FIDEL C. La variation inter-langue se réduit alors uniquement à la variation paramétrique des ordres hiérarchiques qui contrôlent l'interaction dynamique de ces contraintes. Ainsi dans une approche Principe et Paramètres, la Théorie de l'Optimalité analyse la variation inter-langue qui distingue nos cinq exemples comme une simple variation d'ordre entre contraintes universelles invariantes. Une analyse complète permet de dégager pour chaque langue la hiérarchie suivante :

  1. H(hawaïen)
    {PIC, ATTAQUE, NOCODA,'COMPLEX, FIDEL C » FIDEL V}

  2. H(yawelmani) {ATTAQUE, *COMPLEXE, FIDEL C, PIC, NOCODA >> FIDEL V}

  3. H(espagnol)
    {ATTAQUE, *COMPLEXE, FIDEL V, PIC, NOCODA >>FIDEL C}

  4. H(anglais)
    {ATTAQUE, PIC, FIDEL V, FIDEL C, NOCODA >> *COMPLEXE}

  5. H(tashlhiyt)
    {ATTAQUE, *COMPLEXE, FIDEL V, FIDEL C, NOCODA>> PIC}.

Application à la variation intra-langue : l'exemple des styles

55Comme nous l'avons dit précédemment, la variation intra-langue est à la fois inter-et intra-individuelle. Outre la variation proprement inhérente, la variation intra-langue est conditionnée par un ensemble de facteurs diachroniques, géographiques, sociaux et stylistiques très divers. Il n'est pas possible de donner ici une analyse substantielle qui rende parfaitement compte de l'intrication de tous ces paramètres. À titre d'exemple illustratif, considérons une variation socio-stylistique simple et bien décrite en français, celle qui distingue un style que l'on dira, pour aller vite, soutenu, et un style dit plus relâché.

  • 8 Nous suivons ici l'analyse de Tranel (2000).
  • 9 Le maintien catégorique de la voyelle pleine du morphème grammatical dans « la porte » et sa chute (...)

56Ces styles se distinguent nettement pour ce qui est de la réalisation de l'enchaînement vocalique. Considérons les faits présentés ci-dessous8 En français, quel que soit le style considéré, la syncope de schwa est catégorique en contexte de hiatus VV (a). Dans le même contexte de hiatus VV, la chute d'une voyelle pleine appartenant à une entrée lexicale est prohibée pour les deux styles (b). En revanche, lorsque la voyelle pleine appartient à un morphème grammatical, cette chute est possible en style relâché (c, d)9 :

  1. le anneau *[lǝano]/[lano]

  2. un joli anneau [Ʒɔliano]/*[ Ʒɔlano]

  3. alors tu arrives [tyariv]/[tariv]

  4. celui qui arrive le premier [kiariv]/[kariv]

57On analysera le style soutenu en posant la hiérarchie suivante :

58H(français soutenu){FIDEL(V lex)>>FIDEL(V gram)>>*VV>>FIDEL(ǝ)}

59dans laquelle le maintien de ǝ muet (FIDEL ǝ) est dominé par la prohibition du hiatus (*VV) qui est dominée par le maintien des voyelles pleines des morphèmes grammaticaux (FIDEL Vgram) et par celui des voyelles pleines des morphèmes lexicaux (FIDEL Vlex). Pour ce style on obtiendra donc les tableaux d'optimalité :

60Pour le style relâché, au contraire, on posera la hiérarchie :

61H(français populaire){FIDEL(V lex) >>*VV>>FIDEL(V gram) >>FIDEL(ǝ)}

62où c'est la prohibition du hiatus qui domine le maintien des voyelles pleines des morphèmes grammaticaux. On obtiendra les formes attestées.

63Ainsi, c'est à nouveau la hiérarchie des contraintes - soit la TO - qui permet de rendre compte de la variation intra-langue. Récemment, Antilla (1997 ; 1998) a proposé d'étendre et de développer ce mécanisme. Il a notamment montré comment en définissant non plus un ordre total sur les contraintes, mais en sous-spécifiant un ordre partiel, on générait non pas une seule hiérarchie et un seul ensemble de tableaux, mais des familles de hiérarchies et de tableaux. Ces familles de hiérarchies permettent d'analyser de façon particulièrement optimale l'ensemble des dimensions de la variation intra-langue (diachronique, géographique, stylistique, sociale, inhérente). On a rappelé ci-dessus que la linguistique variationniste avait démontré que la variation intra-langue était hautement structurée, chaque facteur interne ou externe au système participant de façon complexe à la formation d'une structure quantitative complexe de la variation. Ce n'est pas l'un des moindres avantages de la proposition d'Antilla que d'intégrer cette dimension de modélisation quantitative de la variation à la Théorie de l'Optimalité. En effet, les familles de hiérarchies impliquées par l'hypothèse des ordres partiels définissent une structure probabilistique fine de la variation intra-langue.

Conclusion

64Nous avons montré dans cet article comment, dans le cadre d'une approche Principes et Paramètres, un modèle comme celui de la Théorie de I'Optimalité permettait de traiter simultanément la variation interlangue et la variation intra-langue. En postulant que toutes les contraintes de GU sont présentes dans chaque GP, mais qu'elles sont organisées en une hiérarchie harmonique qui en contrôle la violabilté, la TO réduit drastiquement la distance entre GU et GP. En appliquant ce même modèle à la variation intra-langue, la TO traite ces differentiations internes à un système linguistique donné, comme procédant également d'un réglage paramétrique fin. La coexistence, au sein d'une même langue, de divers styles, dialectes ou variantes socialement marqués, découle alors de la sous-spécification partielle de cette hiérarchie particulière à la langue considérée.

65Pendant toute une période de l'histoire des sciences du langage, les chercheurs se sont attachés à réduire la variation intra-langue et ont ignoré la variation inter-langue. Cette étape est visiblement dépassée. Aujourd'hui ces deux dimensions de la variation sont considérées comme centrales et appellent une modélisation et un traitement appropriés. Tenir et traiter ensemble invariants et variation, rendre compte simultanément et de façon cohérente de la spécificité de chaque langue, et à l'intérieur de chaque langue de chaque parler, tout en maintenant le caractère fondamentalement cognitif, c'est-à-dire partagé par toute l'espèce, des mécanismes linguistiques, tel est bien l'un des enjeux de la linguistique contemporaine.

Bibliographie

Références bibliographiques

Antilla, A. 1997. « Deriving variation from grammar : A study of Finnish genetives ». In Hinkens F., R. van Hout & L. Wetzels (eds). Variation, Change and Phonological Theory. Amsterdam, John Benjamins : 35-68.

Antilla, A. & Y. Cho Young-mee. 1998. « Variation and change in Optimality Theory ». Lingua, 104 : 31-56.

Archangeli, D. 1984. Underspecification in Yawelmani Phonology. PhD, MIT.

Archangeli, D. 1991. « Syllabification and Prosodie Templates in Yawelmani ». Natural Language and Linguistic Theory, 9 : 231-83.

Archangeli, D. 1997. « Optimality Theory : An Introduction to Linguistics in the 1990s ». In D. Archangeli & T. D. Langendoen (eds). Optimality Theory : An overview. Londres, Blackwell.

Archangeli, D. & K. Suzuki. 1997. « The Yokuts Challenge ». In I. Rocca (ed.). Derivations and Constraints in Phonology. Londres, Clarendon Press : 197-227.

Bouquet, S. 1997. Introduction à la lecture de Saussure. Paris, Payot.

Carstairs-McCarthy, A. 1999. The origins of complex language : an inquiry into the evolutionary beginnings of sentences syllables and truth. Oxford, Oxford University Press.

Chomsky, N. 1965. Aspects of the theory of syntax. Cambridge, MIT Press.

Chomsky, N. 1988. « Language and problems of knowledge : the Managua lectures ». Current studies in linguistics series, 16. Cambridge MA, MIT Press.

Chomsky, N. 1995. The minimalist program. Cambridge MA, MIT Press.

Chomsky, N. & G. Miller. 1968. L'analyse formelle des langues naturelles. Paris, Gauthier Villars.

Clements, G. N. & S. J. Keyser. 1983. CV Phonology : a Generative Theory of the Syllable. Cambridge MA, MIT Press.

Greenberg J. H. 1966. « Language universale, with special references to feature hierarchies ». lanua Linguarum Series Minor : n° 59. La Haye, Mouton.

Greenberg, J. H. 1963. Universals of Language. Cambridge, MIT Press.

Jakobson, R. 1941. « Kindersprache, Aphasie und allgemeine Lautgezetze ». Uppsala Universitets Arsskrifft, 9.

Labov, W. 1976. Sociolinguistique. Paris, Éditions de Minuit.

Laks, Β. 1980. Différenciation linguistique et différenciation sociale : quelques problèmes de sociolinguistique française. Thèse, Université de Paris VIII.

Laks, B. 1983. « Langage et pratiques sociales : étude sociolinguistique d'un groupe d'adolescents ». Actes de la recherche en sciences sociales, 46 : 73-97.

Laks, B. 1992. « La linguistique variationniste comme méthode ». Langages, 108 : 34-51.

Laks, B. 1996. Langage et cognition : l'approche connexionniste. Paris, Hermès.

Laks, B. 2001. « Un siècle de phonologie ». Modèles linguistiques. XXII, 1 : 75-103.

Langacker, R. 1987. 1991. Foundations of cognitive Grammars. Stanford, Stanford University Press (2 vol.).

Prince, A. & P. Smolensky. 1993. Optimality Theory : constraints interaction in generative grammar. Ms. Rutgers University.

de Saussure, F. [1922]. 1972. Cours de linguistique générale. Paris, Payot. (Édition critique parTulio de Mauro).

de Saussure, F. 2001. Écrits de linguistique générale. Paris, Gallimard. Édition établie par S. Bouquet & R. Engler (eds).

Selkirk, Ε. Ο. 1982. « The syntax of words ». Linguistic inquiry monographs, 7. Cambridge MA, MIT Press.

Tesar, B. & P. Smolensky. 2000. Learnability in Optimalty Theory. Cambridge, MIT Press.

Tranel, B. 2000. « Aspects de la phonologie du français et la théorie de l'optimalité ». Langue française, 126 : 39-73.

Weinreich, U., W. Labov & M. Herzog. 1968. « Empirical Foudations for a Theory of Language Change ». In W. Lehmann & Y. Malkiel (eds). Directions for Historical Linguistics. University of Texas Press : 95-188.

Notes

1 Comme nous l'avons montré ailleurs, les notions saussurienne de langue et chomskyenne de compétence, bien que différentes au plan théorique, sont en fait extrêmement proches du point de vue de l'instance visée. On peut donc, à un certain niveau d'analyse, les tenir pour équivalentes (Laks, 2001 ; également sur ce point Bouquet, 1997).

2 La TO est donc un modèle de type « no rule ». Mettant en jeu des dynamiques configurationnelles, elle est compatible avec les modèles connexionnistes.

3 Nous ne présentons pas ici l'analyse qui permet d'inférer HLEVAL. Soulignons que la TO incorpore un modèle formel de l'apprentissage, permettant de construire algorithmiquement ces hiérarchies (Tesar & Smolensky, 2000).

4 Dans un tableau d'optimalité, les lignes pointillées séparent les contraintes qui sont non strictement ordonnées entre elles, les lignes continues celles qui sont strictement ordonnées. L'évaluation harmonique se fait en parallèle pour tous les candidats. Pour chaque contrainte, * marque une pénalité harmonique et * ! une pénalité harmonique fatale (i.e. il existe au moins un candidat qui satisfait également toutes les contraintes supérieures et qui n'est pas pénalisé par la contrainte considérée). Enfin les contraintes grisées sont hors évaluation (i.e. le candidat considéré a reçu une pénalité fatale par une contrainte hiérarchiquement supérieure).

5 La notion de relation asymétrique comme principe de structuration interne d'un domaine de dépendance est particulièrement importante. Carstairs-McCarthy (1999) a ainsi défendu l'idée qu'il s'agissait là d'une primitive cognitive universelle d'où se dérivent toutes les formes de constituance linguistique, qu'elles soient morphologiques, syntaxiques, sémantiques ou même discursives. Réfléchissant sur l'origine des langues, il voit alors l'asymétrie consonne/voyelle comme étant à l'origine du développement de ces objets particuliers que sont les langues humaines.

6 La loi hiérarchique de Jakobson est un universel linguistique qui ne s'applique pas uniquement à la syllabe, mais également à de très nombreux autres niveaux linguistiques. On sait que Jakobson en a montré la pertinence dans l'analyse des différentes pathologies dégénératives du langage (Jakobson, 1941 ; et pour des formulations et applications plus récentes Selkirk, 1982 ; Clements & Keyser, 1983).

7 Nous suivons ici Archangeli (1997) avec quelques simplifications et adaptations.

8 Nous suivons ici l'analyse de Tranel (2000).

9 Le maintien catégorique de la voyelle pleine du morphème grammatical dans « la porte » et sa chute tout aussi catégorique dans « l'idée » procède, dans cette analyse, d'un processus indépendant de supplétion de genre.

Auteur

Bernard Laks est professeur et dirige le Laboratoire Modèles linguistiques et dynamiques des langues de l'Université de Paris X, UMR 7114, CNRS

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540