Desktop versionMobile Version
OpenEdition Books

L'Algérie des premiers hommes

 | 
Ginette Aumassip

I. Un monde de Chasseurs

2. Un ancêtre pour l’Atlanthrope

Volltext

1Avec Aïn Hanech émerge un autre nom célèbre qui, lui, évoque les tout premiers hommes ayant vécu dans le pays. Il s’accompagne d’un chapelet d’autres lieux indiquant une large dispersion de cette population avec des régions de plus forte concentration tels le Sétifois et le Constantinois, qui témoignent de ses environnements préférés.

2La complexité du biface, qui nécessite une grande habileté manuelle, un savoir-faire résultant d’un long apprentissage, appelait des formes antérieures plus simples et l’on admettait l’existence d’un outillage moins perfectionné ayant conduit peu à peu à cette forme. Les galets aménagés, galets plus ou moins volumineux qui présentent une arête aiguë créée par l’enlèvement d’éclats jointifs ou opposés, témoignent d’une telle présence humaine. Ils ont été découverts en Ouganda en 1919, puis en Tanzanie et en Éthiopie. En 1947, ils étaient mis au jour à l’Aïn Hanech, près d’El Eulma. Divers noms sont appliqués en Algérie à ces industries : Paléolithique archaïque, Paléolithique ancien, Pré-acheuléen, on les nomme plus rarement Oldowayen, comme en Tanzanie et en Éthiopie.

3Longtemps les industries de galets aménagés sont restées marginales car il paraissait délicat de distinguer les formes transformées par l’homme de formes dues à des chocs naturels. Les connaissances acquises à ce jour lèvent toute ambiguïté en permettant de dégager les traits caractéristiques qui, dans la quasi-totalité des cas, distinguent les deux. En Algérie, il fallut attendre 1952 et la réunion du deuxième Congrès panafricain de Préhistoire qui s’est tenu à Alger, pour que, au cours de l’excursion qui conduisit les participants sur les lieux, l’authenticité de ces pièces soit admise. Dès lors, « Aïn Hanech » devint un nom célèbre à travers le monde, et le reste, même si, ces dernières années, des découvertes de plus en plus nombreuses ont banalisé la présence de ces outils dans l’Ancien Monde.

Un haut lieu de la préhistoire : l’Aïn Hanech

4Le gisement de l’Aïn Hanech est situé à une dizaine de kilomètres au nord-nord-ouest d’El Eulma, à hauteur du cimetière proche de la ferme Tabet, d’où il domine le ravin de l’oued Boucherit. Il est inclus dans des sédiments qui résultent du remplissage d’une cuvette lacustre par des argiles et graviers apportés par les cours d’eau. Les outils préhistoriques, pour l’essentiel tirés de galets semblables à ceux qui constituent un poudingue trouvé dans la cuvette, se rencontrent à plusieurs niveaux, associés à des restes d’animaux. Dans le niveau supérieur, ils se mêlent à des trièdres suggérant l’idée d’un passage insensible à un sac à outils plus perfectionné, celui de l’Acheuléen.

5C’est en reprenant l’étude d’animaux appartenant à des espèces disparues, dont le paléontologue Pomel avait fait état à diverses reprises dans la région, que C. Arambourg devait découvrir un site nouveau qu’il nomma Aïn Hanech-Aïn Boucherit, le gisement apparaissant de part et d’autre d’un ravin. Il fallut attendre l’une des dernières campagnes, quinze ans plus tard, pour que soient mises au jour des pierres taillées par l’homme.

6Les sédiments de base livrèrent des ossements d’espèces identiques à celles, étudiées par Pomel, qui reçurent le nom de « faune de l’Aïn Boucherit » et furent attribuées au Villafranchien inférieur daté actuellement d’au moins trois millions d’années. C’est sur l’autre versant du ravin, dans la partie supérieure rapportée au Villafranchien supérieur, que C. Arambourg devait trouver des galets aménagés associés aux ossements. Les fouilles, reprises en 1992 par M. Sahnouni, bien que non terminées, ont déjà pu préciser les conditions de dépôt des objets. Ils n’ont pas été transportés par le ruissellement comme on avait pu le croire. Plusieurs occupations humaines à peine remaniées sur place ont été reconnues ; les utilisateurs des galets aménagés s’étaient installés ici en bordure du cours d’eau, un peu plus loin en bordure du lac.

D’autres gisements de galets aménagés

7Des gisements de galets aménagés sont connus en divers points du Maghreb. Leur existence est soupçonnée en Tunisie dans le gisement de l’Aïn Brimba ; ils paraissaient particulièrement abondants au Maroc mais leur présence est actuellement contestée : il s’agirait pour les uns de galets brisés par le ressac, pour d’autres de pièces plus tardives déplacées par l’érosion à la surface de niveaux anciens.

8En Algérie, les galets aménagés sont connus à Oued Sebaou ; ils sont signalés dans l’Atlas, à El Omaria (Champlain), où ils sont roulés et proviennent d’une formation sédimentaire que l’on suit vers l’est, tout au long du piémont. Ils paraissent relativement fréquents dans le Constantinois. Sur la colline de Mansourah, G. Laplace en reconnaissait lors des travaux d’aménagement du stade, puis le R.P. Poyto en fit état lors de la construction du collège. Ils ont été récoltés au sud du djebel Meksem et signalés près de Constantine dans les fondations d’un barrage.

9Au Sahara, la mission Berliet-Ténéré, puis des membres de l’Office du Parc national du Tassili en ont retrouvé à In Afaleleh et en divers points le long de l’oued Tafassasset. H.J. Hugot en a signalé dans le piémont nord de l’Ahaggar, à Hassi el Khenig, Takoumbaret, Meniet, Arak, ainsi qu’à Tin Zaouaten. Minette de Saint Martin en aurait rapporté du Tidikelt. À 120 km à l’est d’In Salah, dans le site d’Injerane, G. Bonnet en découvrait dans la haute terrasse de l’oued Botha. En trois points, Aoulef, Bordj Tan Kena et surtout Reggan, ils constituent des ensembles particulièrement remarquables.

8. Le vallon de L’oued Bouchent, dont Les sources sont marquées par un peuplement de peupliers, s’est montré d’une grande richesse en restes paléontologiques et archéologiques. En 1947, C. Arambourg retrouvait en rive droite, parmi Les ossements d’animaux, des galets aménagés, outils les plus anciens qu’ait fabriqués l’homme (d’après Balout 1955).

10Bordj Tan Kena est un gisement de surface découvert en 1978 par Α. Ε. K. Heddouche au nord de Tihemboka, à la surface d’une vallée morte perchée à 50 m au-dessus de l’oued actuel. Il comporte un riche ensemble industriel taillé dans des grès, dont tous les éléments présentent une épaisse patine noire. À l’inverse de ce qui fut trouvé à Aoulef et Reggan, ici, les pièces sont volumineuses, pouvant atteindre jusqu’à 22 cm pour la longueur, 16 cm pour la largeur, 11 cm pour l’épaisseur ; leur poids moyen est de l’ordre de 1 à 1,5 kg.

11Le gisement d’Aoulef se trouve à proximité de l’oasis ; les galets aménagés sont mêlés à un niveau de galets qui coiffe une colline. Ce sont des pièces de petite taille, 6 à 8 cm, possédant pour la plupart un tranchant sinueux obtenu par enlèvements opposés.

12Dans la région de Reggan, vers les années 1960, deux gisements proches où les pièces gisaient à la surface du sol étaient découverts par P. Cinquabre. À la même époque, H. Lhote signalait à son tour ces outils dans la même région. Ces gisements comportaient des galets de quartz, de quartzite, plus rarement de grès, silex ou roches éruptives. Tous sont de petites dimensions, entre 32 et 71 mm. Hors les sphéroïdes à facettes, toutes les formes sont présentes dans chaque site. Une pièce remarquable est un galet auquel a pu être raccordé un éclat (fig. 9). Il s’agit du premier enlèvement effectué sur le galet, dit « éclat de décalottage», ce qui a permis d’apprécier la réduction de sa taille, ramenée aux trois quarts environ de sa dimension initiale. D’autres éclats se trouvaient dans le site mais il était le seul à avoir un contact avec un galet permettant un remontage. La présence de ces éclats montre qu’il s’agit d’un lieu de taille.

13Grâce à la diversité des pièces et à l’importance des séries, L. Ramendo a pu établir une typologie basée sur la direction des enlèvements ; après une quarantaine d’années, elle reste l’une des plus utilisées en raison de sa simplicité. C’est à elle que le site doit une grande part de sa célébrité.

14En divers lieux des vallées de la Saoura et du Guir, les galets aménagés parsèment la surface du sol. M.H. Alimen et J. Chavaillon en ont aussi retrouvé dans les sédiments anciens qu’ils ont nommés « Mazzérien », à Foum el Kheneg, Kerzaz, Meksem ed Douar, El Gouira, Oum Bouraï sur le flanc nord des monts d’Ougarta ainsi que dans les niveaux de base de la Gara Taourirt à Beni Abbès. Leur nombre et leur position stratigraphique ont permis de suivre leur évolution qui se montre conforme à celle qui a pu être observée en Afrique orientale, là où cette période est la mieux connue.

9. Dans le gisement de Reggan a été retrouvé un éclat de quartz qui s’ajuste parfaitement sur une facette de galet (d’après Ramendo, Libyca, 1963).

Âge des galets aménagés

15Si la présence de tels outils se manifeste en divers points du territoire algérien, on ne sait leur attribuer un âge que par leur position stratigraphique ou leur association à la faune. Encore faut-il qu’ils constituent une entité car, s’ils interviennent en nombre dans les niveaux anciens du Quaternaire, associés ou non à des éclats, les uns bruts de taille, les autres retouchés, ces niveaux ne sont pas les seuls à en livrer. De tels galets subsistent en très petit nombre dans les sacs à outils plus récents et leur utilisation perdure encore. P. Biberson a souligné qu’à l’heure actuelle, les pêcheurs de la région de Tarfaya en fabriquent pour fendre les coquilles de moules afin de retirer vivant et sans blessure l’animal qui servira d’appât pour la pêche. Cette pérennité qui rend possible leur présence dans des formations récentes appelle à une grande prudence pour les rattacher au Paléolithique ancien.

16La position perchée de la nappe caillouteuse à laquelle se mêlent les galets de Bordj Tan Kena et ceux du piémont atlasique montrent que leur abandon est antérieur aux derniers mouvements de surrection de l’arc alpin qui se placent aux environs de un million et demi d’années. À l’Aïn Hanech, on dispose d’associations avec la faune qui, par des éléments attardés de la faune tertiaire tels que Elephas africanus, Libytherium maurisium, Stylohipparion…, caractérisent les débuts du Pléistocène. Tectonique, paléontologie et récemment des mesures de paléomagnétisme s’accordent pour rapporter ces industries vers — 1 700 000 ans. Le gisement de l’Aïn Hanech serait ainsi contemporain d’un des niveaux du gisement éthiopien de Gomboré I qui livra, associé à des bifaces, le plus ancien fragment actuellement connu de Homo erectus.

Qui a fabriqué les galets aménagés ?

  • 3 De récentes découvertes conduisent à penser que l’on a peut-être regroupé sous cette appellation, p (...)

17Aucun reste humain n’ayant été retrouvé, on ne connaît pas l’utilisateur de ces outils ni en Algérie ni dans l’ensemble du Maghreb, malgré l’existence de divers sites appartenant à cette époque. En Afrique de l’Est, où ont été découverts de nombreux restes d’Hominidés, ces plus anciens outils remonteraient à 2 600 000 ans. Ils ont pu être rapportés à plusieurs espèces comme Australopithecus boisei, Australopithecus robustus et Homo habilis3, puis vers — 1 600 000 à Homo erectus qui est considéré comme le descendant de ce dernier.

18Si l’on admet presque unanimement que la première forme humaine est apparue en Afrique de l’Est, la migration qui est à l’origine de sa dispersion à travers le monde, et donc du peuplement de l’Afrique, reste une question ouverte. Ce que l’on sait de ces premières formes permet de proposer plusieurs hypothèses. Certains auteurs tels que J. Chavaillon, L. Leakey ont accordé la préférence à Homo erectus ; d’autres, tel Y. Coppens, à Homo habilis. Plus récemment Homo ergaster a été proposé.

19Homo erectus est connu sur un vaste territoire, en Afrique, en Asie, en Europe, Homo habilis ne l’est actuellement qu’en Afrique de l’Est. Il a été découvert en 1959 dans le site célèbre d’Olduvay en Tanzanie par L.S.B. et M. Leakey, puis retrouvé dans plusieurs gisements de la région des grands lacs. Il était de petite taille, de l’ordre de 1,30 à 1,40 m. Son crâne, de forme presque arrondie, avait une capacité de 650 à 800 cm3. Il se distingue des Australopithèques qui vivaient à la même époque dans les mêmes régions par son front plus bombé, son arrière-crâne plus arrondi. Sa face était haute et prognathe, ses dents semblables à celles de l’homme d’aujourd’hui. Il se tenait rigoureusement droit. Il devait cette attitude à des changements anatomiques survenus dans son bassin et son pied, changements déjà perceptibles chez son ancêtre australopithèque et qui le démarquaient de son cousin simiesque. Son pied en particulier avait perdu ses possibilités préhensiles. De sa main, nous ne connaissons pas l’anatomie, mais l’habileté nécessaire au façonnage des outils conduit à penser qu’elle ne devait guère différer de la nôtre.

20Si l’on ne connaît pas, au Maghreb, le fabricant des galets aménagés, on ne connaît pas non plus les motifs de son déploiement à la surface du globe. Pour certains auteurs, le fondement de sa dispersion est une simple expansion, sa plasticité physique lui ayant permis de s’installer dans des milieux aussi différents que les régions polaires ou désertiques, sa plasticité intellectuelle de prendre le pas sur le reste du monde animal. On tend à supposer que les groupes s’installaient à quelques kilomètres les uns des autres, ce qui, à raison d’une progression par génération, aurait à peine demandé quelque cent mille ans pour peupler l’Afrique !

Anmerkungen

3 De récentes découvertes conduisent à penser que l’on a peut-être regroupé sous cette appellation, plusieurs formes dont une nommée Homo ergaster.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2001

Nutzungsbedingungen http://www.openedition.org/6540