Versione classicaVersione mobile
OpenEdition Books

Paysage au pluriel

 | 
Claudie Voisenat

I. Modèles et variantes

2. Modèles paysagers et représentations du paysage en Normandie-Maine

Nathalie Cadiou e Yves Luginbühl

Testo integrale

1Paysage du Bas-Domfrontais, semi-bocage comprenant des parcelles de 2-3 ha, encloses, traditionnellement complantées de pommiers, et comme ici de poiriers parfois centenaires, pouvant atteindre la dimension et le port de grands arbres, mais dont il ne reste aujourd’hui qu’un peuplement résiduel. Au premier plan, la clôture de fil de fer barbelé a pris la place de l’ancienne haie bocagère plantée sur talus (chêne pédoncule, hêtre, noisetier, néflier, aubépine), dont quelques troncs coupés, faisant parfois office de poteaux, constituent ici les seuls vestiges.

2Au second plan, on distingue, au repos sous l’ombrage des grands arbres, quelques taurillons issus des troupeaux de vaches allaitantes. Depuis l’introduction des quotas laitiers, l’élevage de jeunes bovins occupe une place prépondérante dans l’économie (et dans le paysage) du Domfrontais, au détriment d’un élevage laitier qui a longtemps été à l’origine de toute la richesse de l’agriculture normande. Enfin, dernier venu d’un paysage en mutation, la culture de maïs fourrager, utilisée notamment en ensilage pour l’engraissement des broutards, apparaît à l’arrière-plan. (Photo N. Cadiou, juin 1992.)

3Paysage du Bas-Domfrontais, semi-bocage comprenant des parcelles de 2-3 ha, encloses, traditionnellement complantées de pommiers, et comme ici de poiriers parfois centenaires, pouvant atteindre la dimension et le port de grands arbres, mais dont il ne reste aujourd’hui qu’un peuplement résiduel. Au premier plan, la clôture de fil de fer barbelé a pris la place de l’ancienne haie bocagère plantée sur talus (chêne pédoncule, hêtre, noisetier, néflier, aubépine), dont quelques troncs coupés, faisant parfois office de poteaux, constituent ici les seuls vestiges.

4Au second plan, on distingue, au repos sous l’ombrage des grands arbres, quelques taurillons issus des troupeaux de vaches allaitantes. Depuis l’introduction des quotas laitiers, l’élevage de jeunes bovins occupe une place prépondérante dans l’économie (et dans le paysage) du Domfrontais, au détriment d’un élevage laitier qui a longtemps été à l’origine de toute la richesse de l’agriculture normande. Enfin, dernier venu d’un paysage en mutation, la culture de maïs fourrager, utilisée notamment en ensilage pour l’engraissement des broutards, apparaît à l’arrière-plan. (Photo N. Cadiou, juin 1992.)

5L’art paysagiste, au sens de production picturale ou horticole des paysages et des jardins, a identifié très tôt xviiie siècle) des catégories de regards, ou « genres », correspondant à différentes pratiques ou manières de représenter le paysage. Les ouvrages consacrés aux jardins et les traités d’art pictural rendent compte, en particulier au xixe siècle, de cette distinction des genres ainsi que des règles qui les gouvernent. Cette lecture historique met donc en évidence les références qui permettent de structurer le regard, en traçant des délimitations ou en apposant des repères qui facilitent la qualification des paysages.

  • 1 Travaux réalisés en Bourgogne, Boischaut-sud, Andalousie, Beauce et Champagne berrichonne (Y. Lugi (...)

6Par ailleurs, des analyses réalisées dans différentes régions1 ont permis de mettre en évidence, d’une manière similaire, l’existence de modes locaux de différenciation et de catégorisation des paysages.

7Ces deux constats liminaires ont permis de formuler l’hypothèse de l’existence de « modèles paysagers » qui alimentent une culture sensible du territoire et organisent sa lecture. La recherche, menée dans le Parc naturel régional de Normandie-Maine, a ainsi permis d’identifier des référents formels ou « modèles », grâce auxquels il est possible de lire un espace et de le qualifier en tant que « paysage ».

Les modèles définis par l’art paysagiste

8Il serait évidemment tentant d’assimiler les modèles paysagers aux styles de jardin que la littérature spécialisée classe en général en deux grandes catégories : le jardin régulier – italien ou français, du xvie au xviiie siècle – fondé sur la symétrie, et le jardin irrégulier ou paysager – anglais tout d’abord puis français, aux xviiie et xixe siècles. Ces styles ou genres sont certes des modèles de jardin, mais ils se distinguent des modèles paysagers, qui constituent plutôt un ensemble de références ou de schèmes, c’est-à-dire en fait, des formes de regard portés sur l’aspect du territoire. Cependant, ces modèles paysagers ne se sont pas élaborés de façon autonome par rapport à l’art des jardins.

9L’apparition du terme Landskap dans la langue flamande, c’est-à-dire la manifestation du désir de représenter l’aspect du pays ou de l’instituer en objet de contemplation et de plaisir, est une forme de reconnaissance d’une culture du bucolique, vision de la campagne empruntée à l’Antiquité et projetée sur le territoire hollandais. Le paysage, tel qu’il apparaît dans les toiles des maîtres français des xvie et xviie siècles, procède de la même vision, du même modèle paysager : campagne bucolique, abondance des récoltes, harmonie entre les hommes et leur territoire.

10Le xviiie siècle anglais précise ce premier modèle et en propose un nouveau, plus élaboré et plus localisé. Peintres et jardiniers produisent à partir de la pastorale virgilienne, le modèle pastoral anglais, où le bocage des enclosures s’efface pour céder la place à des prairies verdoyantes ponctuées de bosquets d’arbres – c’est d’ailleurs, d’une certaine manière, la vision idéalisée du paysage agraire produit par la révolution fourragère. De ce modèle est issue la pelouse d’agrément jusqu’alors ignorée dans les jardins. Ces paysages agraires répondent à de nouvelles aspirations esthétiques et à certaines pratiques sociales de la nature : la chasse à cheval sans obstacle par exemple. Reproduits à l’envi par les peintres, ils sont qualifiés de « picturesque ». C’est sur la base de ce terme que se fonde un nouveau modèle paysager : le pittoresque. L’essor de ce modèle accompagne le développement de la pratique du voyage dans les couches aisées de la bourgeoisie au xviiie siècle et surtout au xixe siècle. Les multiples publications de « Voyages pittoresques » ou, en France, celles de la « France pittoresque », manifestent le succès de ce modèle dans un groupe social qui découvrait la campagne et ses sites, leur attribuant les caractéristiques de l’étrangeté, de la nouveauté ou de la rareté : cascades, blocs erratiques, vallons « charmants », églises, châteaux, etc.

11La découverte de la montagne et du littoral au xviiie siècle, le développement de la théologie scientifique ou la curiosité des savants à l’égard du fonctionnement de l’univers introduisent un nouveau modèle qui connaît, peu avant 1800, et surtout pendant toute la période romantique, un succès considérable. Alors que l’on s’était bâti des modèles pour qualifier la campagne, la « grande nature » (qui faisait ainsi irruption dans l’imaginaire social et qui avait été jusqu’alors considérée comme l’horreur) nécessite l’invention d’un nouveau modèle paysager. Il sera fourni par l’émergence de l’idée d’un rêve prométhéen désormais accompli : vaincre la nature, imaginer que tout obstacle naturel peut être franchi grâce à la technique et surtout en raison de la supériorité de l’homme sur la nature. Ce modèle est le sublime, qui qualifie en même temps, la victoire de l’homme sur la peur des grands horizons, des gouffres insondables de la montagne, des tempêtes de la mer, etc. L’essor de l’alpinisme contribue également à ancrer ce modèle dans l’imaginaire et à le diffuser dans la société.

12Parallèlement à la découverte de la montagne, un nouveau modèle se développe, celui du panorama : la vision d’un paysage depuis un sommet permet en effet de reconstituer la perception totale de l’espace selon un angle de 360 degrés, d’embrasser cette totalité visible en fournissant l’illusion de son appropriation. Accompagné par la diffusion des tables d’orientation, ce modèle a donné lieu à de nombreuses représentations, d’abord sous forme de croquis, puis de photographies juxtaposées, dites d’ailleurs panoramiques.

Le local comme modèle paysager

13Face à ces modèles génériques, délocalisés, il faut revenir à l’histoire des représentations du paysage pour tenter de comprendre comment, à la fin du xviiie siècle et au début du xixe siècle, la notion de local apparaît comme catégorie susceptible de définir un paysage. Les deux théoriciens du paysage envisagé comme jardin, Girardin (1777) et Morel (1776) (dans leurs ouvrages désormais considérés comme des références essentielles de l’histoire des jardins) proposent la notion de « convenance locale » comme l’un des principes fondamentaux du mode d’insertion d’un élément architectural dans un site (Luginbühl 1989). Girardin désigne en outre, sous l’expression de « convenance particulière », le motif qui impose au créateur de paysage un choix de formes et de dispositions conformes au genre de vie de l’usager principal des lieux.

14Quant à Morel, non seulement il adhère à cette convenance locale, mais il classe le pays comme type de jardin, aux côtés du jardin proprement dit et du parc. Selon lui, le créateur de paysage doit puiser dans la distribution des éléments paysagers les principes d’une sorte de déterminisme naturel, social et culturel qui doit le guider dans sa tâche de composition. Ces principes s’appuient sur l’observation du site lui-même, mais également sur l’analyse des caractères sociologiques des usagers, des coutumes locales, c’est-à-dire de la culture du pays.

15Les professionnels et théoriciens de la création paysagiste reconnaissent donc, à des degrés variables, la prééminence des caractères locaux du paysage dans la création paysagère. Mais il semble que depuis Girardin, et surtout Morel, l’idée de « convenance locale », qui incluait les relations entre une population et le paysage, ait été peu à peu abandonnée au profit de l’intérêt que présentent les caractères formels du lieu dans l’inspiration paysagiste.

  • 2 De Dainville 1964, commentant Dupain de Montesson, cité par Marie-Vic Ozouf-Marignier 1992.

16Cependant, le local n’est pas une valeur spécifique à ceux dont l’objectif est de mettre en forme le paysage dans les jardins. Le terme de « local », tout comme celui de « localité », est effectivement intensément utilisé, à la fin du xviiie siècle, par les représentants des villes et villages, pour caractériser le territoire de leur commune dans les lettres et mémoires adressés à l’Assemblée nationale en 1789-90, à l’occasion du projet de redécoupage de la France en départements (Ozouf-Marignier 1992). Le local, c’est « ce qui compose et environne un lieu, comme les rivières, les ponts, les chemins et tout ce qui en forme l’ensemble, la division et la nature2 ». Le local est donc un terme faisant partie du langage courant, ou du moins utilisé par les notables pour désigner ce qui n’est pas encore admis comme paysage, mais qui en est finalement très proche. Le paysage n’est encore à cette époque qu’une notion servant à qualifier un rapport d’ordre artistique à la nature, propre aux peintres. Mais, fait nouveau, il est réutilisé par les créateurs de jardins qui s’érigent, d’une manière volontaire et explicite, en artistes de la nature. C’est en découvrant le pays et ses caractères paysagers que ces « paysagistes » instaurent, ou tout au moins, affirment le lien qui existe entre le local et le paysage.

17C’est cependant chez les géographes de la seconde moitié du xixe siècle que l’on voit réapparaître, avec beaucoup plus de précision, le local comme catégorie essentielle pour l’analyse des caractères paysagers d’un pays. Selon Vidal de la Blache et Jean Brunhes, à la fin du xixe et au début du xxe siècle, les formes paysagères du pays ne peuvent être dissociées, ni des pratiques de l’espace qui les façonnent, ni des coutumes, ni même du langage local, dans lequel on peut espérer retrouver les signes d’une reconnaissance populaire du pays. D’ailleurs, à cette période, dans les premiers ouvrages de géographie, comme dans les publications de la « France pittoresque », la description des paysages et celle des coutumes locales occupent une place prépondérante. Il se produit ainsi, dans la seconde moitié du xixe siècle, un mouvement de vaste ampleur en faveur de la reconnaissance des régions ou des « pays », que l’activité touristique en plein essor accompagne de ses nombreux guides, comme ceux de Johanne.

18La carte postale, qui va connaître un succès considérable à la fin de cette période, participe du même engouement pour les régions et leurs caractères paysagers. Le paysage reste cependant encore fortement lié à la notion de « site », de « monument historique » et de ses abords, ou tout au moins de bâti. En dehors des châteaux et des églises qui occupent, de loin, le devant de la scène, les cartes postales représentent surtout les villages : rues commerçantes, places du marché, foirails, mairies, gares ou ponts récemment construits, signes de la modernité en marche dans les campagnes. Comme dans la peinture, le paysage agraire, tel que les géographes se plaisent à le décrire dans les formes de son parcellaire, de son habitat et de tout ce qui manifeste l’inscription des activités agricoles sur le sol, semble être absent des représentations qui circulent dans la société.

19C’est dans ce courant, qui alimente également, à la fin du xixe siècle, le développement du régionalisme et le débat sur la décentralisation, que le « local » (par sa présence implicite dans les représentations iconographiques et explicite dans le champ scientifique), participe peu à peu à l’élaboration d’un modèle paysager, mode particulier de regard porté sur l’aspect des régions ou des pays.

20La construction de modèles paysagers régionaux passait par l’assimilation et la réduction de la diversité des caractères d’un territoire à quelques images aisément reproductibles et conformes à l’idée générale que les milieux restreints de la société voulaient bien se faire d’une région. Vision rapide qui se focalisait sur les éléments définissant une identité du territoire. On choisissait ce qui paraissait le plus « typique », à même d’attirer l’œil. Ainsi en a-t-il été de la Normandie, dont le modèle paysager régional était constitué par la maison à colombages, située dans un bocage, avec un pré-verger et, éventuellement, une mare en référence à l’humidité. L’une des toiles de Monet, qui représente précisément cette composition, en est l’un des exemples les plus frappants.

21Ce modèle régional s’est imposé à la société dans son ensemble, sauf bien évidemment aux sociétés locales. Il a en effet bénéficié des voies de diffusion les plus efficaces : peinture, roman, revues de géographie, manuels scolaires, guides touristiques, cartes postales... On sait d’ailleurs que de nombreux illustrateurs ne dessinaient pas ces paysages in situ, mais se contentaient de recopier une illustration déjà existante : ils modifiaient quelques éléments secondaires de la composition tout en en conservant les traits essentiels, contribuant ainsi à la multiplication et à la diffusion de cette image réductrice.

22Les différents modèles paysagers que nous avons ici évoqués ne représentent certes pas des catégories imperméables entre elles. Ainsi, il y a parfois confusion entre modèle pittoresque et modèle régional, certains modèles régionaux, en raison de leur étrangeté, ayant pu être qualifiés de pittoresques. Ces différents modèles ont en effet évolué, interféré les uns avec les autres, non seulement avec le temps, mais aussi au cours de leur diffusion dans les différentes catégories sociales qui les ont adoptés.

23C’est d’ailleurs à ce titre qu’il nous a paru intéressant de voir si l’on peut aujourd’hui identifier, chez les habitants et les touristes du Parc naturel régional Normandie-Maine, l’existence de modèles paysagers, référents formels induisant une certaine lecture des lieux en terme de paysage.

Les modèles paysagers à l’épreuve du terrain

  • 3 Ce terrain a constitué un excellent laboratoire pour l’étude des pratiques et des représentations (...)
  • 4 Cette recherche s’est déroulée par entretiens semi-directifs effectués auprès des habitants (agric (...)

24Cette partie de la recherche s’est déroulée dans le Domfrontais, région bocagère et semi-bocagère de Normandie, située dans le Parc naturel régional de Normandie-Maine3. Il s’agissait d’abord de comprendre quelles portions d’espace y sont aujourd’hui qualifiées de paysages, par quels processus et selon quels « critères d’élection », puis de tester la possibilité de dégager, à partir de ces critères, des modèles paysagers4. Ceux-ci nous sont apparus divisés en deux grandes catégories : les modèles délocalisés, soit le pittoresque et le panorama, et les modèles issus du local, comprenant le modèle régional et le modèle que nous avons qualifié d’emblématique.

Le pittoresque

  • 5 On relève notamment des barres de roches dures entaillées perpendiculairement par les rivières, de (...)

25Une première catégorie de paysages regroupe les monuments naturels et les lieux historiques (site de la Fosse-Arthur, Roc au chien, cascade de Mortain, site des ruines du donjon de Domfront, site de l’abbaye de Lonlay). C’est en insistant sur la rareté des sites et leur étrangeté que les habitants et les touristes qualifient de paysages ces lieux si différents5. Cependant, et bien qu’ils évoquent fréquemment ces sites, les habitants s’y rendent très rarement. Lorsqu’ils le font, c’est pour les faire découvrir à leur famille ou à des amis.

  • 6 Il est possible par exemple qu’une personne se rende à plusieurs reprises au bord d’une cascade pe (...)
  • 7 Ce que les visiteurs apprécient par exemple dans le site paysager du donjon de Domfront – qui est (...)

26Ce sont donc essentiellement les touristes qui fréquentent ces lieux. Leur attitude ressemble alors à celle des collectionneurs. Ils visitent ces sites les uns après les autres, comme s’il s’agissait pour eux d’un circuit à effectuer. Les seules motivations qu’ils nous aient données sont les suivantes : « Il faut y aller parce que c’est à voir », ou encore : « On ne peut pas partir d’ici sans avoir vu cela. » En fait, ces lieux ne sont pas fréquentés, ils sont seulement découverts. Ainsi, rares sont les touristes qui retournent plusieurs fois sur un même site6. Ils ont tendance à en confondre les caractéristiques physiques, et les descriptions qu’ils en font frappent par leur imprécision. En fait, les composantes concrètes et précises des sites semblent pour eux moins importantes que l’idée (vague et très rarement documentée) de leur profondeur historique7.

27Que recherchent-ils donc dans ce perpétuel renouvellement qui les amène cependant à fréquenter des lieux qui, pour eux, se fondent dans le même caractère pittoresque ? Tout se passe comme si l’émotion paysagère procurée par un lieu donné s’épuisait avec le temps, nécessitant pour se renouveler la découverte d’un nouveau site. Bien que ces lieux soient parfois très semblables, l’unicité intrinsèque qui leur est attribuée semble à chaque fois capable à elle seule de provoquer à nouveau l’émotion paysagère. De nombreuses personnes insistent sur « l’effet magique » et « la vive impression » que leur découverte provoque chez elles.

28De manière générale, ces paysages pittoresques semblent rappeler aux hommes l’existence de la nature et de l’histoire. C’est « l’énergie vivante de la nature qui s’impose à nous » explique un touriste lyonnais parlant des amoncellements de grès et des gouffres creusés par le torrent de la Fosse-Arthur. Il n’est donc pas surprenant que le pittoresque soit un modèle paysager délocalisé. C’est le même type de paysage qui est recherché, quelle que soit la région. Peu importent ici les éléments caractéristiques d’un « pays » et de la vie locale : ce qui compte, ce sont les rapports de l’homme à l’espace et au temps.

Le panorama

  • 8 Depuis la table d’orientation de Domfront, les touristes remarquent par exemple qu’il leur est pos (...)

29Ce modèle paysager peut sembler assez proche du pittoresque. Certaines personnes ont notamment évoqué des « points de vue pittoresques » ou des « perspectives pittoresques ». Les touristes relèvent le plus souvent le caractère exceptionnel du paysage qui se dévoile à leurs yeux. Leur étonnement est surtout provoqué par la vision simultanée d’éléments paysagers qui habituellement apparaissent séparément8. Il peut être également dû à la simple découverte de paysages naturels difficiles à apercevoir en d’autres circonstances : depuis le panorama de Domfront par exemple, on peut admirer, nous dit-on, le mont Margantin, au sud-est, et le sommet de Sainte-Anne, que l’on ne peut jamais contempler quand on est « enfermé dans le bocage normand ».

  • 9 Extrait d’un entretien avec un touriste lillois d’une trentaine d’années, effectué en juin 1992. C (...)

30En revanche, à la différence du pittoresque, le sentiment provoqué par la vision panoramique n’est pas la perte de soi dans la nature. Il s’agirait plutôt d’une impression d’appropriation, qui se révèle notamment dans la « satisfaction très forte qu’il y a à embrasser l’espace tout entier dans un seul regard ». C’est un sentiment de puissance de l’individu sur l’ordre naturel qui est ressenti et exprimé : « On domine visuellement, alors on se sent déjà plus sûr de soi9 ».

31A rencontre des autres modèles, ce ne sont pas les différents éléments paysagers composant le site qui constituent l’espace considéré en paysage. Ici, les caractéristiques physiques des lieux importent peu. C’est la façon (panoramique) dont les différents sites s’offrent au regard qui leur confère leur qualité paysagère. Si l’espace agricole est, dans son entier, considéré comme paysage dans le panorama, nous verrons par la suite, que, vues « d’en bas », seules quelques-unes de ces composantes accèdent habituellement à ce statut. Ainsi, l’espace de la Lande de Gould, ignoré par les touristes, voire perçu comme « non-paysage », est ici appréhendé comme composante paysagère : il apparaît en effet sous un nouveau jour, comme « espace de respiration et de transition » entre la forêt et le bocage.

32Comme le pittoresque, le panorama est donc un modèle paysager délocalisé. D’autres espaces semblent, en revanche, se constituer en paysages à partir de références et de critères plus locaux.

Le modèle régional

  • 10 Le terme cluse, plus spécifique de la géographie du Jura, désigne ici de manière plus générale une (...)

33Le modèle régional normand, tel que nous l’avons évoqué plus haut, constitue toujours une référence paysagère. Les photographies spontanément considérées, lors des entretiens, comme représentatives du paysage local comportent toutes des caractéristiques communes : maisons à colombages, vaches dans les prés, pommiers. Ce type de paysage est d’ailleurs celui qui est le plus largement diffusé par les cartes postales, les dépliants des offices du tourisme et des syndicats d’initiative locaux ou les documentations du Parc régional, même si la « palette » paysagère proposée par ces dernières est plus variée, comprenant notamment des paysages de forêt, des vues générales du bocage, des paysages de rivières, des paysages de cluses10 ou de vallées et des sites historiques.

  • 11 Extrait d’un entretien de septembre 1992 effectué auprès d’un touriste parisien de 50 ans qui pren (...)

34Ce sont essentiellement les touristes qui mettent en avant cette image paysagère régionale. Elle est pour eux représentative du monde agricole et de la vie rurale, nourrie de souvenirs d’enfance à la ferme, d’évocations de la vie menée par leurs parents agriculteurs, ou de réflexions générales sur l’évolution des exploitations dans leur propre région, sur le rôle et le devenir de l’agriculture dans un pays comme la France. Finalement, pour les touristes, le paysage du modèle régional est celui d’un monde agricole authentique. Ceci permet d’expliquer pourquoi cette autre variante du paysage normand, comprenant prairies verdoyantes, chevaux et arbres fruitiers, également présente dans l’échantillon de cartes postales disponibles sur la région, n’est pas pour eux représentative du paysage régional. Ils ne considèrent pas en effet l’élevage de chevaux comme une activité typiquement agricole : « On trouve des élevages de chevaux partout, même près des villes, ça n’a plus rien d’agricole11. »

  • 12 Les photographies de Normandie comportant des villages ou des corps de ferme sont souvent préférée (...)

35Ce monde rural authentique recherché dans le paysage est celui d’une agriculture française variée, vouée à la polyculture, où chaque parcelle est susceptible d’être exploitée différemment. Bien plus que la réalité du monde agricole, c’est finalement une certaine conception de l’agriculture qui détermine la lecture touristique de l’espace rural. Le paysage n’y est que le reflet de l’image d’une région agricole idéale12.

36Mais les agriculteurs se reconnaissent-ils dans ce modèle régional ?

  • 13 Extrait d’un entretien avec un jeune agriculteur de Saint-Fraimbault en novembre 1992.

37En fait, leurs positions ne sont pas homogènes. Pour les exploitants les plus anciens, et pour ceux qui entretiennent peu de rapports avec le monde extérieur, l’espace agricole n’a pas valeur de paysage au sens « d’espace digne d’être représenté ou regardé par autrui ». Ils ne peuvent concevoir que des éléments renvoyant à leur vie quotidienne et aux activités agricoles présentent un intérêt paysager. Ils jugeraient déplacé, pour leur compte, d’envoyer à des parents ou des amis éloignés des cartes postales ou des photos où « figurent simplement des bovins ou des pommiers13 ».

38Pour les agriculteurs régulièrement en contact avec le monde urbain, ou qui développent des activités liées au tourisme (gîte rural, camping à la ferme, vente de produits fermiers), l’espace rural est depuis peu devenu paysage, mais essentiellement en référence aux touristes qui le considèrent comme tel. On trouve ici tous les niveaux de conviction et tous les stades de décomposition-recomposition dans cette perception de l’espace rural. Aux deux extrêmes : cet exploitant, encore sceptique, pour qui « effectivement les pommiers constituent un beau paysage, puisque les gens l’apprécient », et cette agricultrice, qui aujourd’hui restaure sa maison en granite qu’elle estimait hier sans valeur. Influencée par l’appréciation d’amis venus d’Angleterre ainsi que par le nouveau regard de son fils, devenu parisien, sa perception de son espace quotidien, et notamment de sa maison, s’est peu à peu modifiée.

39Les appréciations réelles des agriculteurs sont d’autant plus difficiles à évaluer que ce paysage régional acquiert aujourd’hui une valeur marchande, dont certains exploitants sont bien conscients. Dès lors, il n’est pas aisé de distinguer les aménagements et restaurations qui sont réalisés par les éleveurs pour leur propre plaisir, de ceux qui sont effectués pour le plaisir et la satisfaction d’autrui.

40Si les agriculteurs adhèrent difficilement à ce modèle régional, c’est aussi que ce modèle paysager n’est pas pour eux représentatif des activités agricoles qui sont les leurs aujourd’hui.

41Les arbres fruitiers (pommiers, poiriers) sont certainement plus présents en Normandie-Maine que dans la plupart des autres régions françaises. Néanmoins, cette partie du territoire présente actuellement l’aspect d’un espace de semi-bocage, où les pâtures les moins accidentées ont souvent été « retournées » et transformées en culture de maïs pour l’alimentation des bovins. Le réseau de haies s’est éclairci et de nombreux pommiers ont été arrachés. Qu’il s’agisse d’agrandir les parcelles ou de faciliter l’utilisation du matériel lors de la récolte du maïs ou de l’ensilage de l’herbe, les arbres fruitiers sont supprimés les uns après les autres et ne vont bientôt plus exister que sur les exploitations marginales (celles dont le chef d’exploitation est âgé, ou qui développent la production de cidre ou de spécialités locales). Les vaches laitières paissant dans leur pâture, quant à elles, font encore partie du site, mais cette image est désormais concurrencée par celle des jeunes bovins, destinés à la boucherie et consommant du foin en stabulation ou sur une petite parcelle surpâturée. Les maisons à colombages au remplissage en torchis sont également peu fréquentes en Normandie-Maine, la maison du Domfrontais étant le plus souvent constituée de granite et d’ardoise. N’oublions pas que, de Lonlay l’Abbaye jusqu’à Carrouges, les plateaux granitiques traversent toute la région.

42Que devient notre modèle régional face à cette réalité du territoire ? En fait, il demeure totalement inchangé. Il semble que les touristes n’aient vu ni la dégradation du bocage, ni les parcelles retournées, ni les ensilages de maïs. Tout au moins, ils n’ont pas pu intégrer ces composantes du monde agricole au modèle régional.

  • 14 Recherchant la diversité agricole, ils éprouvent des difficultés à en décoder les signes dans le p (...)

43Ceci est moins surprenant si l’on considère qu’ils ne savent pas lire l’espace agricole qu’ils ont sous les yeux. Ils n’y repèrent pas les indices qui leur permettraient de comprendre l’évolution des activités agricoles14. Comment d’ailleurs le pourraient-ils, lorsque les informations qui leur sont diffusées les évoquent si peu ? Si la documentation du Parc régional, par exemple, fournit des indications très précises sur les modes traditionnels d’exploitation ou sur la production cidricole, les explications concernant l’état actuel de l’agriculture dans la région y sont très restreintes.

44L’écart est donc important entre l’espace agricole et le modèle régional qui est supposé le représenter. Mais cet écart est une donnée inhérente à l’existence de modèles paysagers de ce type. Nous avons vu que de tels modèles ont pour fonction essentielle de permettre une lecture simplifiée d’un territoire, à l’usage de ceux qui y sont étrangers. Dès lors, la réduction ou l’assimilation en sont les mécanismes de base. Le paysage du Domfrontais est ainsi assimilé à celui du pays de Caux, où les maisons à colombages sont effectivement très fréquentes. Par ailleurs, même si le modèle régional se nourrit d’une certaine réalité quotidienne du monde rural, son inertie est telle qu’il semble toujours faire référence à un monde passé ou en voie de disparition, décalage d’autant plus perceptible que les transformations du monde rural se font plus rapides.

Le modèle emblématique

45Pour les agriculteurs, le modèle régional cher aux touristes n’est pas perçu comme représentatif du paysage local. Mais curieusement, l’espace qu’ils revendiquent comme tel, qui est à la fois pour eux « un beau paysage par excellence », et celui qui condenserait les caractéristiques locales de l’espace est lui aussi « importé ». Il s’agit ici du paysage de Bagnoles-de-l’Orne, région semi-bocagère, assez vallonnée, comportant peu de cultures, où l’élevage de chevaux est important, et où les villas et résidences secondaires sont nombreuses.

  • 15 Propos d’un exploitant agricole de Barenton, âgé de 40 ans, recueillis lors d’un entretien de nove (...)

46Ce territoire est perçu comme « un paysage de haras » qui représente la figure même de la réussite économique et sociale, l’« image fidèle de ce qui fait vraiment la Normandie », c’est-à-dire « un pays prospère par excellence, qui met toutes les chances de son côté, quelles que soient les circonstances15 ».

47Ce paysage est associé à l’époque florissante où la Normandie était la « grande région pourvoyeuse en beurre et fromage » de l’Ile-de-France, la vente de produits laitiers et d’alcool de pomme (complétée selon les cas par celles de génisses amouillantes et de poulains dressés), constituant alors les fondements d’une économie qui s’est maintenue sans grandes transformations de 1919 à 1950.

48Il existe actuellement très peu de liens, qu’ils soient économiques ou sociaux, entre le monde agricole et le monde des haras privés qui se sont développés dans la région de Bagnoles-de-l’Orne. On peut donc se demander pourquoi ce « paysage de la réussite » est retenu comme emblématique du paysage local, au détriment du « paysage des cultures » qui correspond réellement aujourd’hui pour les agriculteurs à un mode d’exploitation rentable et permettant même un certain enrichissement. Contre toute attente, celui-ci est même présenté comme « une évolution dangereuse pour la Normandie », les exploitants insistant sur la perte de fertilité des sols et sur les difficultés de remise en pâture des parcelles « retournées ». En fait, ce qui lui est reproché c’est d’être le reflet d’une évolution du monde agricole dans laquelle l’élevage disparaît trop nettement. Si le statut de « beau paysage » est refusé par les agriculteurs aux espaces de grande culture en Normandie, c’est que les exploitants agricoles normands, attachés à leur métier d’éleveurs, rejettent le statut de « simple cultivateur ». Aussi, la situation des fils d’exploitants qui « s’installent dans la culture en Mayenne » n’est-elle pas enviée, « car les bêtes manquent au métier ».

49Pourquoi ne pas choisir alors comme paysage emblématique un espace agricole où l’élevage est encore florissant ? Celui de la commune de Saint-Bomer, par exemple, où la production laitière est encore très importante. Les cultures y sont presque totalement absentes, et l’on peut y découvrir par endroit un bocage encore très maillé, le remembrement et la suppression des haies intervenant essentiellement lors de la mise en culture des parcelles. Les arbres fruitiers, essentiellement des poiriers, y sont encore très présents, bien que les exploitants agricoles ne commercialisent pratiquement plus d’alcool.

  • 16 Extrait d’un entretien de février 1992, effectué auprès d’un jeune éleveur de Barenton.

50En réalité, ce que les agriculteurs lisent aujourd’hui dans ce paysage, c’est l’existence d’une agriculture et d’un mode de gestion de l’espace en dislocation. Ils relèvent notamment les signes d’un mauvais entretien des haies, la présence d’ensilages boueux, de « refus » non fauchés, de fourrage gaspillé par les animaux dans les pâtures, ces derniers utilisant le foin comme litière. Autant d’éléments paysagers qui signifient pour ces éleveurs normands, attachés à un « mode de gestion soigné et appliqué et sur lequel tout repose dans une ferme », une agriculture à l’abandon. Par ailleurs, les jeunes exploitants n’associent plus systématiquement le paysage de bocage à une agriculture prospère. Ce paysage « complètement fermé » reflète désormais pour eux le refus des innovations, si caractéristique selon eux de ces fermes traditionnelles : « Avec les talus et les haies, les paysans ne regardent pas chez le voisin, alors comment pourraient-ils évoluer16 ! ».

  • 17 Selon les termes d’un agriculteur de 40 ans, habitant de Saint-Fraimbault, entretien de février 19 (...)

51Au regard de ce paysage bocager et herbager en dislocation, le paysage des haras apparaît comme un espace non seulement prospère mais correspondant à une gestion plus rigoureuse et plus soignée. Les agriculteurs retiennent notamment « les arbustes et les parterres taillés tout net », les lignes d’architecture bien droites des jardins, « les barrières toujours repeintes à temps » et « les chevaux correctement nourris et bien entretenus17 ». De plus, cet espace agraire est un paysage d’élevage, ce qui ne saurait déplaire à ces éleveurs de Normandie-Maine.

52De fait, le paysage des haras est représentatif de valeurs et de choix essentiels pour les agriculteurs du Domfrontais : le maintien de l’élevage, un mode d’entretien soigné de l’espace, une gestion qui amène la prospérité. Le paysage du Domfrontais est en fait assez différent de celui de Bagnoles-de-L’Orne : les haras privés y sont peu nombreux, la surface en culture y est plus importante, le bocage y est plus présent (notamment vers Saint-Bomer), et les résidences secondaires y sont plus rares. Mais dans ce processus d’élection d’un paysage emblématique, comme dans la recherche par les touristes d’un paysage agricole correspondant au modèle régional, la fidélité au réel importe peu.

53Qu’il s’agisse de « replonger dans la nature et dans l’histoire » (modèle pittoresque), de retrouver un monde agricole idéal (modèle régional), ou de projeter des valeurs morales (modèle emblématique), la perception d’un espace en tant que paysage semble finalement avoir des rapports assez distendus avec les caractéristiques réelles du lieu. Il est maintenant avéré que le paysage n’est pas un donné géographique, mais un mode de représentation, susceptible d’éclairages historiques et sociologiques. Ce qui sert de filtre entre le réel et la perception que l’on en a, c’est la référence au modèle paysager qui informe notre lecture de l’espace. C’est en fonction de ces modèles qu’un lieu est perçu ou non comme paysage, mais c’est aussi en fonction d’eux que certaines de ses caractéristiques vont être survalorisées au détriment d’autres qui correspondent moins bien aux composantes paysagères du modèle qui sert de référence. Mais ces modèles paysagers ne sont pas eux-mêmes immuables. Nous en avons ici analysé quelques-uns qui présentent des correspondances étroites avec les modèles qui ont fondé l’histoire des représentations du paysage, mais tous n’ont pas cette profondeur historique. On assiste ainsi aujourd’hui à l’émergence d’un nouveau modèle paysager que l’on pourrait dire « institutionnel » : autoroutes, ronds-points, bases de loisirs, espaces verts, qui font actuellement l’objet de traitements paysagers et commencent à fonctionner comme système de référence. Et le modèle génère ici, non seulement un nouveau mode de lecture de l’espace, mais aussi un mode d’intervention et de gestion du territoire.

Références bibliographiques

54Communications, 1993, n° 56.

55Luginbühl, Y., 1989, Paysages, représentations du paysage du siècle des Lumières à nos jours, Paris, La Manufacture.

56Ozouf-Marignier, M.-V., 1992, La formation des départements. La représentation du territoire national à la fin du xviiie siècle, Paris, Éd. de l’EHESS.

Note

1 Travaux réalisés en Bourgogne, Boischaut-sud, Andalousie, Beauce et Champagne berrichonne (Y. Luginbühl), Normandie et Thiérache (N. Cadiou) par entretiens auprès des populations, résidentes ou temporaires, et par observation des formes ou des ambiances des lieux.

2 De Dainville 1964, commentant Dupain de Montesson, cité par Marie-Vic Ozouf-Marignier 1992.

3 Ce terrain a constitué un excellent laboratoire pour l’étude des pratiques et des représentations du paysage dans la mesure où le Parc régional, responsable de la gestion de l’espace situé sur son territoire, développe une politique paysagère et met en place des expériences innovatrices dans la gestion des ressources naturelles et des paysages.

4 Cette recherche s’est déroulée par entretiens semi-directifs effectués auprès des habitants (agriculteurs ou non) et des touristes. Ils ont porté sur l’évolution de l’espace rural en général (aménagements récents, lieux de promenade, évolution du bocage, images de la région), de manière à laisser émerger spontanément un discours sur le paysage. Le dispositif d’enquête, qui comprenait l’utilisation de supports photographiques et de cartes postales, nous a permis de confronter les divers points de vue des interlocuteurs sur un même espace.

5 On relève notamment des barres de roches dures entaillées perpendiculairement par les rivières, des éboulis de grès de dimension peu commune, une gorge profonde de 70 mètres pour le site de la Fosse-Arthur, à la limite des départements de la Manche et de l’Orne. Pour le lieu-dit du Roc au chien, à Bagnoles-de-l’Orne, ce sont les différents éléments minéraux du site qui provoquent l’étonnement des visiteurs ; certains évoquent notamment cette « surprenante muraille de rochers autour de Bagnoles » et arrêtent leur attention sur « l’énormité des rochers et les formes bizarres de certains blocs », certains prenant des formes animales, d’autres formant des « aiguilles élancées ».

6 Il est possible par exemple qu’une personne se rende à plusieurs reprises au bord d’une cascade pendant le même séjour, mais, dans ce cas, le site choisi sera différent ; les touristes vont souvent visiter la Grande cascade sur la Cance à Mortain par exemple ; la seconde fois, ils se rendent plus volontiers à la Petite cascade qui se trouve sur le Cançon. Interrogés sur leurs souvenirs concernant ces deux lieux, ces derniers décrivent souvent de manière très sommaire les endroits visités. Les différences entre deux sites de même nature sont rarement mises en avant ; les personnes éprouvent même régulièrement des difficultés à les expliciter.

7 Ce que les visiteurs apprécient par exemple dans le site paysager du donjon de Domfront – qui est un des « beaux paysages de la région » le plus souvent évoqué –, ce n’est pas le monument lui-même, ni son environnement, car « le site n’est que ruine », comme le soulignent les visiteurs. Le charme paysager du lieu réside plutôt dans l’évocation des différents édifices qui se sont succédés en cet endroit et qui n’ont finalement rien laissé (château en bois construit par Guillaume Talvas, nouvelle construction d’Henri Ier, chapelle Saint-Symphorien dans laquelle Éléonore d’Aquitaine fut baptisée). Les connaissances historiques précises interviennent d’ailleurs peu dans cette appréciation paysagère : il suffit aux visiteurs de savoir que « ces personnages sont passés par là », sans situer exactement la période de leur existence. De même, c’est essentiellement le contraste entre l’image de ce « village pauvre et reculé, sans poids économique aujourd’hui » et l’aspect imposant de l’abbaye de Lonlay (suggérant la puissance de ce petit hameau autrefois) qui confère au site de Lonlay l’Abbaye sa dimension paysagère.

8 Depuis la table d’orientation de Domfront, les touristes remarquent par exemple qu’il leur est possible d’apercevoir, ensemble, les trois rivières qui drainent le pays du Passais : l’Égrenne, la Varenne et la Mayenne. De même, depuis le promontoire du Roc au chien, ils ont une vue simultanée sur le lac, sur l’établissement thermal et sur le parc de la ville de Bagnoles-de-l’Orne.

9 Extrait d’un entretien avec un touriste lillois d’une trentaine d’années, effectué en juin 1992. Cet engouement universel des touristes pour les panoramas a peut-être à voir avec cette « préférence pour le haut » dans l’émergence d’un rapport émotif à l’espace, que Véronique Nahoum-Grappe associe notamment à un certain plaisir anticipé de la chute. Cf. Communications, n° 56, pp. 155-174, Paris, 1993.

10 Le terme cluse, plus spécifique de la géographie du Jura, désigne ici de manière plus générale une coupure étroite et encaissée qui se forme lorsque des barres de roches dures sont entaillées par les rivières.

11 Extrait d’un entretien de septembre 1992 effectué auprès d’un touriste parisien de 50 ans qui prend chaque année ses vacances dans le Domfrontais.

12 Les photographies de Normandie comportant des villages ou des corps de ferme sont souvent préférées à toute autre forme de paysage régional. Ces composantes paysagères sont en effet le signe de la présence sur le territoire de moyennes exploitations, « de paysans qui occupent l’espace rural dans son ensemble », à l’opposé d’une « agriculture desserrée », où quelques exploitants se partagent l’espace rural en laissant le reste à l’abandon. La présence de l’habitat est ici réconfortante, permettant d’écarter l’image d’une « agriculture sans paysans ». Ainsi, la Lande de Gould (essentiellement constituée de fougères aigles, de collures et d’ajoncs), présentée hors du contexte de la Normandie dans un ensemble de paysages nationaux, est-elle perçue comme un « beau paysage », « paysage lunaire » pour les uns, « primitif » pour les autres. En revanche, lorsqu’elle est située dans son contexte, et présentée comme une photographie de la Normandie, l’image de la Lande de Gould est aussitôt rejetée et interprétée comme non-paysage.

13 Extrait d’un entretien avec un jeune agriculteur de Saint-Fraimbault en novembre 1992.

14 Recherchant la diversité agricole, ils éprouvent des difficultés à en décoder les signes dans le paysage rural, notamment à travers la présence de taurillons ou de vaches allaitantes dans les prés, ou bien à travers les champs de maïs (dont la récolte est bien utilisée sur l’exploitation pour les jeunes bovins, et n’est pas vendue à l’extérieur comme l’imaginent certains visiteurs de la région). De la même manière, ils perçoivent par exemple le mauvais état de certains bâtiments agricoles comme le témoignage d’un abandon pur et simple des exploitations et de l’espace agricole, là où il n’y a le plus souvent qu’agrandissement des surfaces d’exploitation (et donc surplus de bâtiments).

15 Propos d’un exploitant agricole de Barenton, âgé de 40 ans, recueillis lors d’un entretien de novembre 1992.

16 Extrait d’un entretien de février 1992, effectué auprès d’un jeune éleveur de Barenton.

17 Selon les termes d’un agriculteur de 40 ans, habitant de Saint-Fraimbault, entretien de février 1992.

Indice delle illustrazioni

Legenda 2. Paysage normand
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/656/img-1.jpg
File image/jpeg, 445k

Autori

Ethnologue, Paris

Directeur de recherche CNRS, Laboratoire STRATES (Stratégies territoriales et dynamiques des espaces), Paris

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1995

Condizioni di utilizzo http://www.openedition.org/6540