Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Identités en regard

 | 
Bernard Formoso

Première partie. Genèse d'une communauté

Chapitre 2. Le chef-lieu et ses habitants

Texte intégral

L’AGGLOMÉRATION

1Lorsque l’on emprunte pour la première fois la route qui, partant de Thong Thani, conduit à Din Dam, on découvre la ville au terme d’un périple de plus de soixante-dix kilomètres. Celle-ci, dominée par les montagnes voisines, se signale dans le lointain par un îlot de végétation arborescente qui tranche dans le paysage uniforme des rizières. Le seul signe perceptible d’une présence humaine est alors la haute cheminée de la scierie et son panache de fumée. Plus on approche et plus se précise la forme brune des maisons en bois. Enfin, au détour d’un virage, apparaît la rue principale qui traverse l’agglomération dans le sens de la longueur. Sur sa droite, les anciennes zones de pâturage que Thongyu et Samhang cédèrent au gouvernement en 1948. S’y répartissent aujourd’hui la plupart des bâtiments publics, avec l’hôpital, achevé en 1984, et la plus ancienne école primaire du bourg (carte 1). L’administration du district est également située de ce côté-ci de la route. Ses bâtiments, construits en bois ou en ciment font face à une vaste esplanade où se tiennent manifestations sportives et foires. C’est là aussi, qu’une fois l’an, les Chinois et Sino-Thaïs célèbrent l’anniversaire des dieux du sol locaux en même temps que les moissons.

2Cette esplanade est bordée à l’ouest par diverses échoppes (barbiers, tailleurs, marchands de vêtements et gargotes) qui furent déplacées en 1988 pour faire place à la construction, confiée aux patrons de la scierie, du nouveau marché. Ces étals ou boutiques sont fréquentés par les fonctionnaires qui travaillent à proximité et par les paysans qui visitent les services administratifs. Ils profitent aussi du voisinage de la station des petits camions qui acheminent leurs passagers depuis les villages du district. Au-delà, on trouve d’une part la station de police et, de l’autre, la seconde et principale école primaire de la ville (carte 1).

3Outre les bâtiments publics et ce petit pôle commercial, la partie nord de la ville abrite un monastère bouddhique et des quartiers résidentiels peuplés de fonctionnaires. L’ensemble forme un tissu urbain lâche, par comparaison avec la moitié sud, plus anciennement peuplée. C’est là que se concentre l’essentiel de l’activité marchande et industrielle du chef-lieu. Le côté gauche de la rue principale présente ainsi un alignement continu de commerces les plus divers correspondant, du point de vue architectural, à ce que l’on a coutume d’appeler les « compartiments chinois » (rowhouse en anglais). Ces compartiments sont accolés les uns aux autres en de longs bâtiments construits d’un seul tenant. Ils comportent parfois un étage qui sert au repos et au stockage des marchandises. Cependant la vie de leurs habitants se déroule avant tout au rez-de-chaussée. C’est à ce niveau que se trouve la boutique ou l’atelier dont ils tirent leurs revenus. Le local commercial occupe toute la partie avant du rez-de-chaussé et n’est séparé de la rue que par une porte coulissante ouverte dans la journée. L’arrière-boutique donne souvent sur une cour intérieure qui dessert des espaces de services (cuisine, salle d’eau) et des chambres (cf. Goldblum, 1977 : 149 ; Formoso, 1997c).

CARTE 1. PLAN DE DIN DAM AVEC RÉPARTITION ETHNIQUE DE LA POPULATION

CARTE 1. PLAN DE DIN DAM AVEC RÉPARTITION ETHNIQUE DE LA POPULATION

4Qualifiés de chinois parce qu’ils constituent l’habitat urbain typique des Chinois d’outre-mer, ces compartiments reflètent bien l’ethos entrepreneurial et austère des immigrés de la première génération. En effet, la sobriété de leur façade comme la fonctionnalité de leur agencement reflètent rarement le statut économique de leurs occupants. La taille de la boutique et la quantité des marchandises qu’elle expose fournit certes un indice de ce statut, mais il n’y a pas ostentation en la matière. Dans le même sens, les propriétaires évitent de meubler leur boutique avec des objets luxueux ou de personnaliser outre mesure sa décoration intérieure et extérieure. L’absence de rupture entre espace de vie et espace de travail est une autre constante de ces boutiques-maisons. Local commercial et salle de séjour sont presque toujours confondus, de même qu’une partie du stock déborde souvent sur la partie la plus intime de l’habitation. De 6 heures jusqu’à 19 heures, durant la période d’ouverture des commerces à Din Dam, l’essentiel de la vie familiale se déroule dans la boutique. C’est là qu’on y reçoit les parents ou amis, qu’on consomme le repas de midi et les en-cas qui jalonnent la journée, tout en servant les clients. C’est là encore qu’on fait la sieste, allongé sur un sofa ou un bat-flanc, alors qu’un proche parent ou un employé veille sur la boutique. Dans ces conditions l’intimité est réduite, le confort Spartiate et l’opposition qui nous est familière entre temps du travail et temps des loisirs n’a guère de pertinence. Certes, sous l’influence des valeurs occidentales, un nombre croissant de riches descendants d’immigrés se font aujourd’hui construire à la périphérie des grandes agglomérations des villas confortables, à l’architecture ambitieuse, mais ce phénomène n’a pas encore touché les Chinois ou Sino-Thaïs de Din Dam.

5Les compartiments dits « chinois » ne sont pas l’apanage des Chinois. Ils sont aussi l’habitation urbaine la plus fréquente des marchands ou artisans thaïs. Néanmoins, à l’échelle de Din Dam, leur qualificatif se justifie dans la mesure où ils hébergent aux deux tiers des Chinois ou des Sino-Thaïs, la proportion augmentant fortement aux abords des deux marchés couverts de la ville (carte 1).

  • 1 Les villages situés aux confins du district s’approvisionnent pour leur part dans des petits marché (...)

6Ces marchés prolongent au nord-ouest le village qui fut le foyer primitif de peuplement de l’actuel chef-lieu et s’ils occupent aujourd’hui une position centrale dans la ville, c’est tout simplement parce que celle-ci s’est développée du sud vers le nord et de l’est vers l’ouest. Reliées par une galerie marchande, ces deux halles couvertes forment le cœur du bourg. De 4h30 à 17h30, elles sont le lieu d’une intense activité marchande et d’un brassage interethnique sans pareil au niveau local. C’est ici que se fournissent en fruits, légumes, poissons et viande les revendeurs ou consommateurs des villages situés dans un rayon de quinze kilomètres autour du chef-lieu1. Les deux halles abritent aussi des étals qui proposent des mets sucrés et salés. Enfin, outre de la nourriture, on y trouve des articles de quincaillerie, de droguerie, de pharmacopée traditionnelle ou des vêtements. L’ambiance y est bon enfant. Assis au milieu de leurs marchandises sur des bat-flanc en ciment, les vendeurs interpellent les clients par leur prénom ou par les termes de parenté classificatoire en usage dans les campagnes, termes qui précisent la position générationnelle des protagonistes de l’échange et par là le registre discursif dans lequel ils se situeront (Formoso, 1990a : 76-77).

7Dans une petite ville comme Din Dam, située à l’écart des nœuds de communication, les étrangers sont rares. Les gens se connaissant pour la plupart de longue date, les transactions sont personnalisées, entre d’un côté ceux que les Thaïs appellent les phô ou mae kha (« pères » ou « mères du commerce » = les vendeurs) et de l’autre les luk kha (« enfants du commerce » = les clients). Les premiers prennent des nouvelles des seconds, avant de discuter de la qualité de la marchandise et de son prix. La tonalité familière de ces rapports dépasse les clivages ethniques, puisque les Chinois et les Sino-Thaïs adoptent la même attitude à l’égard des paysans issanes et les Issanes à l’endroit des clients khon cin ou luk cin. La répartition des vendeurs au sein des deux marchés confirme l’absence de discrimination selon ce critère, puisque les regroupements par affinité culturelle excèdent rarement trois personnes. La répartition spatiale obéit davantage aux catégories d’activité, avec d’un côté les vendeurs de grillades, de l’autre les vendeurs de boissons, puis les bouchers, les marchands de fruits et légumes, d’épices, de poissons, de gâteaux, et ainsi de suite, chaque corporation ayant tendance à se regrouper dans une partie du marché. Les odeurs contribuent au charme de l’endroit : on passe ainsi en quelques instants du parfum des épices à la fumée âcre des grillades avant d’être de nouveau alléché par l’odeur douce des gâteaux et de ressentir celle, forte, du padaek, la sauce de poisson que les Issanes utilisent comme condiment de base.

8Si les petits commerçants qui tiennent un étal au marché n’appartiennent pas tout à fait au secteur informel, puisqu’ils s’acquittent d’une patente et louent leur emplacement, en relèvent par contre les paysans qui viennent écouler leur production maraîchère très tôt le matin aux abords immédiats des halles couvertes. Assis à même la chaussée sur des nattes, ces vendeurs, qui approchent la centaine (soit presque autant que les tenanciers d’étal au marché) et sont essentiellement des femmes, proposent chacun quelques sacs ou paniers de fruits et légumes issus de leurs jardins, des champignons, des larves, des crabes de rizière ou des grenouilles. Leurs clients sont les propriétaires des gargotes et restaurants du marché ainsi que les marchands de fruits et légumes qui exercent sous les halles dans la journée. Arrivés sur place vers 4h 30 du matin, ces petits maraîchers font place nette à 7h 30 et rallient alors leurs villages situés dans un rayon de cinq kilomètres.

9Au nord, les halles couvertes sont prolongées par la station d’autocars et par le temple chinois de la ville. Bien que nous reviendrons sur les activités religieuses dont il est le lieu dans un prochain chapitre, il convient de s’arrêter un instant sur ce temple et sur les dieux qu’il abrite. En effet, dans la pensée populaire chinoise, il est indissociable du lieu de marché qu’il protège des mauvaises influences et dont il assure la prospérité.

  • 2 Le rouge est pour les Chinois une couleur faste. Elle symbolise à la fois la vie, la bonne fortune (...)

10Identifiable à distance par les dragons qui décorent sa toiture et par la teinte rose-rouge de ses murs2, ce sanctuaire est voué au culte d’un couple de divinités, les Kong-Μa (litt. « grand-père et grand-mère »). Ceux-ci correspondent au Cheng-huang-shen, le dieu de la ville chinoise qui, dans les grandes agglomérations, se dédouble en dieux des rues ou du voisinage, ainsi que l’a bien montré K. Schipper (1977 : 656-660) à propos de Tainan. Comme le rappelle B. Baptandier (1996), ces dieux de la ville, considérés comme les âmes errantes de héros locaux ou de fonctionnaires fameux, furent en partie assimilés aux divinités du sol. Outre-mer leurs fonctions n’ont pas changé : ils protègent les limites de la cité contre l’intrusion des mauvais esprits, châtient ceux qui en son sein sont facteurs de discorde et protègent leurs adorateurs de l’infortune.

11Qu’en Thaïlande ils soient généralement appelés Kong-Μa, expression qui dans le sud-est de la Chine désigne les ancêtres, prête à commentaire. Notons d’abord que les Kong-Μa de lignage n’ayant pas été transposés en Thaïlande, ce glissement sémantique ne prête pas à confusion. Il peut être expliqué par la conjonction de plusieurs facteurs. Le premier tient à l’ancrage territorial que suggère en Chine la notion d’ancêtre. Il est possible qu’en qualifiant d’« ancêtres » les divinités sous le patronage desquelles elles se placent, les communautés hua-ch’iao affirment à la fois une identité locale, un esprit de corps et des droits territoriaux face à d’autres communautés chinoises voisines et concurrentes. Il faut aussi signaler que le terme kong (« grand-père ») est également présent dans T’u-Ti-Kong (« grand-père du sol »), ainsi qu’on désigne dans le sud-est de la Chine le dieu du sol local, ce qui aurait favorisé d’autant plus l’adoption de l’appellation Kong-Μa. Enfin, les Thaïs qualifient eux aussi d’« ancêtres » leurs dieux du sol et génies tutélaires villageois. En se plaçant sur le même registre, les Chinois facilitaient donc l’intelligibilité et l’acceptation de leur forme de culte par la société d’accueil.

12Le couple Kong-Μa est généralement représenté dans la statuaire sous les traits d’un gentilhomme vêtu d’une robe brodée de dragons, assis aux côtés de son épouse. Dans le cas particulier de Din Dam, la représentation de la divinité masculine évoque le dieu Tuo-Ta-Li-Tian-Wang, portant dans la main droite une pagode miniature censée terrasser les méchants. Aucun informateur cependant ne pouvait identifier précisément le dieu chinois de Din Dam. Par référence à ses atours et au profil typique des Cheng-Huang-Shen, ils s’accordaient juste pour penser qu’il était un illustre personnage de la Chine ancienne.

13Le culte local aux Kong-Μa prit forme peu après le déplacement du chef-lieu en son site actuel. En 1951, un boucher hakka, qui jouissait de l’estime des autres Chinois du district, prit l’initiative de collecter des fonds afin d’édifier un sanctuaire au dieu du sol. Il remerciait de la sorte le Kong-Μa de la cité de Thong Thani à qui il attribuait la guérison miraculeuse de son fils unique. C’est donc en toute logique dans le brûle-parfum du sanctuaire de cette ville qu’il préleva la poudre d’encens nécessaire à l’instauration du nouveau lieu de culte, ceci en respect de la tradition chinoise du fen-hsiang, le « partage de l’encens » (teochiu : hung-yang). Par cet acte, comme l’explique K. Schipper (1977 : 652), il faisait du temple de Din Dam le tributaire d’un sanctuaire « aîné » consacré au même principe divin et situé à l’échelon administratif supérieur du chef-lieu de province. Quoique les signes de cette affiliation spirituelle soient discrets, ils existent cependant et le président de l’association (huai), qui assure l’entretien du temple, participe chaque année à la fête anniversaire du Kong-Μa de Thong Thani, durant laquelle il verse un tribut au dieu sous formes d’offrandes monétaires ou en nature.

14Afin de faire du site un nœud énergétique favorable, le temple de Din Dam est protégé au nord par le massif montagneux et fait face au sud à un plan d’eau qui fut creusé suivant l’avis d’un géomancien lors de la construction de l’édifice. Le temple est fréquenté par les Chinois et les Sino-Thaïs qui y font des offrandes lors des grandes fêtes calendaires, ou lorsque les divinités ont exaucé un de leur vœux. Mais il constitue aussi un lieu de culte important pour la population autochtone, car il abrite le lak müang, le poteau que les Thaïs considèrent comme protégeant la ville et ses environs.

15Ce lak müang fut institué en 1969, à l’initiative du chef de district qui entendait ainsi favoriser la paix civile au sein de sa juridiction, alors infiltrée par la guérilla communiste. L’arbre miraculeux dans le tronc duquel on tailla le poteau fut découvert par une équipe de bûcherons de la scierie de Din Dam. Comme rien ne poussait autour de cet arbre, on en déduisit qu’il servait de gîte à un puissant phi (« esprit »). Cet esprit, par l’entremise d’un médium, accepta d’être déplacé au chef-lieu, afin d’y être intronisé divinité protectrice du district. Le patron de la scierie prit alors en charge le transfert de l’arbre et sa taille.

16Jadis symbole du rapport de filiation qui unissait les seigneurs thaïs au Phi Then Luang, le dieu céleste suprême et démiurge universel (Maspero, 1971 : 248-249), le lak müang est confondu en contexte bouddhique avec le phi müang. Cet esprit tutélaire des anciennes principautés thaïes conditionne les rapports que la population locale entretient avec son environnement naturel et humain (Formoso, 1996b). Si la juridiction de ces phi-lak müang a évolué au fil des réformes administratives, puisqu’ils patronnent désormais un district ou une province, la croyance en leur pouvoir reste très vivace.

  • 3 Le terme de malemort est tombé en désuétude en français. Les ethnologues asiatisants l’emploient po (...)

17De par leur popularité et leurs fonctions, les phi-lak müang des Issanes du chef-lieu peuvent être assimilés au couple Kong-Μa des Chinois : ils sont d’origine humaine, généralement issus de malemort3 et de préférence choisis parmi d’illustres personnages ; comme lui, ils se situent à l’interface de l’humanité et du sol, protègent de l’intrusion des êtres malfaisants, châtient les coupables et apportent la chance à qui leur rend un culte. Cependant, alors que la juridiction du Kong-Μa se limite à une ville, celle du phi-lak müang couvre un espace plus vaste, jadis une principauté, aujourd’hui un district, une province, voire, dans le cas du phi-lak müang de Bangkok, l’ensemble du royaume de Thaïlande. Cette équivalence partielle conduit à une intéressante forme de syncrétisme cultuel. En effet, puisque deux protections valent mieux qu’une, les membres des communautés voisines associent dans leurs dévotions la divinité tutélaire propre à l’autre groupe : les Issanes doublent à l’adresse du couple Kong-Μa les offrandes qu’ils adressent à leur dieu du sol ; les Chinois agissant de même au profit du phi-lak müang.

18A l’ouest du temple et du plan d’eau qui le borde s’étend le quartier le plus densément peuplé de la ville. Y vivent, dans des habitations sur pilotis de bric et de broc, des ouvriers de la scierie voisine et des petits marchands du secteur informel qui vendent dans la journée leurs produits au marché couvert. Au sud de ce quartier sont implantées la rizerie, la scierie et la menuiserie qui appartiennent toutes trois au même groupe familial.

19A l’ouest de la scierie, un vaste terrain encadré par les habitations des ouvriers offre un paysage surréaliste. De sa terre, noircie et retournée en tous sens, se dégage des fumerolles blanches entre lesquelles des vieillards ou des jeunes en haillons poussent des charrettes à bras. Une cinquantaine de personnes vivent du recyclage artisanal des déchets de la scierie. Pour une somme modique elles achètent des chutes de bois, qu’elles placent ensuite dans des fosses recouvertes de sciure ou de balle de riz. Ces fours de fortune servent à fabriquer du charbon de bois destiné à l’alimentation en combustible des différentes maisonnées, gargotes et restaurants de la ville.

20L’ambiance populaire, industrieuse et bruyante qui caractérise les environs immédiats de la scierie tranche avec le calme des quartiers résidentiels situés soit à l’est, soit au nord-ouest. A l’est s’étend le village de Na Khong Leng (village 2 de la carte 1), qui fut la première zone habitée du chef-lieu. Bien que des fonctionnaires et des commerçants y aient bâti leurs maisons, ce village conserve un caractère rural. D’abord parce qu’il est peuplé à plus de 95 % par des Issanes, ensuite parce que l’agriculture vivrière est l’activité dominante de près de la moitié de ses 136 maisonnées, et enfin parce que la structure de son habitat ne le distingue en rien des villages ruraux de la région. A Na Khong Leng, point de compartiments chinois, mais des maisons séparées les unes des autres par des jardins ombragés, où l’architecture traditionnelle des Issanes domine (cf. Formoso, 1992a : 149-194).

  • 4 Les élèves du district qui résident au-delà de ce rayon de dix kilomètres fréquentent des collèges (...)

21Si le village de Na Khong Leng a maintenu un tissu social paysan, le quartier situé au nord-ouest de la scierie affiche un profil plus résolument résidentiel. Bordé au sud par le wat Ming Müang (« pagode du palladium de la principauté »), le plus important et le plus récent monastère bouddhique du chef lieu, ce quartier est surtout peuplé d’enseignants. Il jouxte en effet à l’ouest le collège de Din Dam. Cet établissement, qui occupe une superficie de trois hectares à la limite occidentale du chef-lieu, en constitue l’un des principaux pôles d’activités. Ouvert en 1972, progressivement agrandi, en 1988 il comptait 121 enseignants pour 1812 élèves, ces derniers provenant du chef-lieu et des villages situés dans un rayon de dix kilomètres4.

22Pour clore cette brève présentation du lieu d’étude, précisons que les années 1970 marquèrent un tournant dans le développement des infrastructures locales. L’électrification du chef-lieu date de 1970 et c’est en 1977 que fut mis en service un système d’adduction d’eau alimentant la plupart des maisons de la ville.

LA POPULATION

23En 1989, Din Dam comptait 3619 habitants : 2948 (81,5 %) se disaient et étaient reconnus comme thaïs, 331 (9,1 %) comme chinois, 243 (6,7 %) comme sino-thaïs et enfin 97 (2,7 %) étaient soit des Vietnamiens, soit des Viets-Thaïs, soit encore le produit d’un métissage avec d’autres groupes ethniques ou nationalités (Sikhs, Birmans, Khmers et même Norvégien).

24Si une majorité de Thaïs était originaire du district, la proportion d’immigrants était néanmoins importante. En effet, 38,1 % des Thaïs âgés de 15 ans et plus provenaient soit d’un autre district de la province de Thong Thani (38,9 % d’entre eux), soit d’une autre province du Nord-Est (50,6 %), soit enfin d’autres régions du pays (10,5 %). Parmi les gens originaires d’autres provinces de l’Issane, près d’un quart venaient de Khorat (Nakhon Ratchasima), tandis que les personnes venues de Bangkok dominaient parmi celles originaires d’autres régions du pays (elles représentaient 47,3 % de cette population).

25Le rythme d’arrivée de ces Thaïs varia fortement selon les époques et semble avoir suivi le progrès des infrastructures locales. Même s’il n’a pas été possible d’établir le solde exact des arrivées et des départs, on dénombre seulement 22 personnes immigrées avant 1948, contre 50 arrivées entre 1949 et 1958, 237 entre 1959 et 1976 et 574 personnes âgées de plus 15 ans qui s’installèrent sur place entre 1977 et 1989. Le renouvellement des fonctionnaires et surtout l’augmentation de leur nombre depuis 1976 explique en partie la forte croissance de l’immigration thaïe observée durant la dernière période. Une autre raison réside dans l’essor des services et de l’activité industrielle à la fin des années 1970. Ainsi, la menuiserie qui fabrique des portes et fenêtres à partir des matériaux fournis par la scierie fut créée en 1977. Or, elle emploie près de 200 ouvriers dont la plupart proviennent d’autres districts ou provinces du Nord-Est. Les patrons de l’usine, en vertu d’une stratégie fréquente parmi les entrepreneurs chinois et qui se fonde sans doute sur leur propre expérience d’immigré, estiment que le déracinement de la main-d’œuvre thaïe est le meilleur antidote contre la paresse et l’absentéisme.

26L’afflux de Thaïs qui marqua les années 1970 eut bien sûr des effets sur l’organisation administrative de la ville. Il aboutit à sa partition en trois muban, villages, dirigés chacun par un chef élu (phu yay ban). Ces chefs, comme leurs collègues des villages ruraux, servent d’intermédiaire entre leurs concitoyens et l’administration, tant pour la collecte des impôts, que pour l’état civil et les tâches de police. Ils sont membres du conseil municipal (khanakamakan thesaban), qui se réunit une fois par mois sous l’autorité du chef du district. Ce conseil gère la cité, discute de la mise en œuvre des directives gouvernementales, ou encore des moyens permettant d’améliorer les conditions de vie des habitants. Ses membres, élus pour quatre ans par la population, étaient au nombre de douze à Din Dam en 1989. Indice d’une influence sans commune mesure avec leur poids démographique, les Chinois tenaient cinq sièges au sein de ce conseil (dont trois occupés par des parents du patron de la scierie), contre un aux Sino-Thaïs et six aux Issanes.

  • 5 Selon les statistiques du National Statistical Office of Thailand (NSO), telles qu’elles sont prése (...)

27Pour en revenir à la structure de la population, les jeunes y sont très majoritaires, puisque plus de six personnes sur dix ont moins de 30 ans. Cependant, selon un phénomène déjà relevé lors de l’étude de deux villages ruraux de la région (cf. Formoso, 1997b), l’impulsion qui avait été donnée à la croissance démographique dans le cours des années 1960 par l’ouverture de dispensaires, le progrès des soins de santé et la baisse corrélative de la mortalité infantile a été contrebalancée depuis lors par l’usage croissant de moyens contraceptifs5. Dans une petite ville comme Din Dam les effets du contrôle volontaire des naissances ont été en outre amplifiés, par rapport aux villages ruraux, par le profil même de la population. Ainsi, le niveau d’instruction relativement élevé et la présence de nombreux fonctionnaires, plus sensibles que d’autres à la politique gouvernementale de planning familial, ont accentué la baisse de la natalité constatée depuis une dizaine d’années. Un autre facteur à avoir joué en ce sens est la proportion forte (21 %) de célibataires parmi les plus de 20 ans, qu’il s’agisse de fonctionnaires récemment nommés, de jeunes ouvriers ou de bonzes (Din Dam comptait 133 moines ou novices répartis entre trois pagodes en 1989). Sous l’effet conjugué de ces différents facteurs, les moins de 10 ans représentaient seulement 15,7 % de la population de la ville en 1989, les 10-20 ans et 20-30 ans comptant respectivement pour 25,7 % et 19,5 % (tabl. 1). Fait intéressant, cette baisse de la natalité était perceptible aussi bien chez les Thaïs que chez les Chinois et les Sino-Thaïs, ainsi que le montre la figure 8.

TABLEAU 1. STRUCTURE DE LA POPULATION (EN 1989)

Thaï’s et autres

Sino-Thaïs

Chinois

Âge

Hommes

Femmes

Hommes

Femmes

Hommes

Femmes

TOTAL (%)

60 et plus

61

90

2

4

19

12

188 (5,2)

50-59

95

121

11

6

22

10

265 (7,3)

40-49

161

177

15

10

21

16

400 (11,0)

30-39

203

253

24

24

31

31

566 (15,6)

20-29

302

319

19

27

15

25

707 (19,5)

10-19

384

406

21

32

49

38

930 (25,7)

5-9

125

127

6

17

15

9

299 (8,3)

1-4

81

95

8

14

6

9

213 (5,9)

moins d’1 an

23

22

2

1

-

3

51 (1,5)

TOTAL

1435

1610

108

135

178

153

3619 (100)

28A la lecture de ces chiffres, on remarque que les pyramides des âges des Chinois et des Sino-Thaïs sont tronquées à différents niveaux. La raison réside dans la classification ethnique des descendants d’immigrés. Furent ainsi considérés comme Thaïs, les enfants issus des mariages entre Sino-Thaïs et Thaïs, tandis que les descendants des Chinois mariés à des Sino-Thaïs étaient assimilés à des Chinois, la catégorie « sino-thaïe » ne regroupant que les enfants issus d’une union mixte Thaï(e)-Chinois(e) ou d’un mariage entre Sino-Thaïs. Sur la base de ces choix, incontournables bien qu’inévitablement arbitraires, on remarque qu’en l’état actuel la reproduction sociale des Chinois semble assurée au niveau local puisque les 0-19 ans y représentent 41 %, comme chez les Thaïs (41,8 %) et les Sino-Thaïs (41,6 %). Autre constat : les tranches d’âge supérieures (40 ans et plus) présentent un net déséquilibre du sex-ratio en faveur des hommes. Ce trait répond logiquement à la forte masculinité qui caractérisa longtemps l’immigration chinoise. A l’inverse, de façon encore inexplicable, les femmes dominent nettement les moins de 40 ans chez les Sino-Thaïs et la tranche d’âge des 20-29 ans chez les Chinois. Enfin, une dernière remarque a trait au poids relatif des 60 ans et plus chez les Chinois. Ces derniers représentent 9,4 % de l’effectif total du groupe, contre seulement 4,9 % (soit deux fois moins) aux Thaïs et 2,5 % (quatre fois moins) aux Sino-Thaïs (cf. tabl. 1). Le fait que l’on soit en présence de survivants de la première génération d’émigrés, non soumis au métissage contrairement aux générations ultérieures, explique en partie le phénomène, tout comme il explique, par contrecoup, le petit nombre de Sino-Thaïs dans cette tranche d’âge. A cette raison s’en ajoute une autre, qui tient à la longévité tendanciellement plus grande des Chinois, ceux-ci comptant pour un tiers des septa-ou octogénaires du bourg, alors que répétonsle, les membres de cette minorité ne représentent que 6,7 % de la population totale de Din Dam.

FIG. 8. STRUCTURE PAR AGE DE LA POPULATION DE DIM DAM

FIG. 8. STRUCTURE PAR AGE DE LA POPULATION DE DIM DAM
  • 6 Cf. NSO, Report on Population Characteristics, the 1984 Survey of Population Change (1985 : 10).

29J’ai évoqué plus haut le niveau d’instruction élevé des habitants du chef-lieu. Ce constat se vérifie à différents niveaux. Ainsi le pourcentage d’illettrés parmi les personnes âgées de 15 ans ou plus est-il faible, comparé à la moyenne nationale (3,6 % contre 12,1 % pour l’ensemble du pays)6, tandis que la proportion de diplômés des universités, des écoles normales d’instituteurs ou de l’enseignement secondaire est nettement au-dessus de la moyenne nationale : 50,5 % des plus de 15 ans à Din Dam, contre 15,4 % dans l’ensemble du pays. Il est évident que les 441 fonctionnaires, qui en 1989, représentaient 18 % de la population active du chef-lieu, comptent pour beaucoup dans le niveau d’instruction d’ensemble. Cependant les Chinois et Sino-Thaïs sont loin d’être en reste. Certes, la proportion d’analphabètes est deux fois plus importante chez les Chinois que chez les Thaïs (tabl. 2). Cependant, il s’agit d’immigrés de la première génération issus de milieux très modestes qui ont converti une partie de leur capital économique en capital scolaire, au profit d’enfants et de petits-enfants auxquels ils veulent épargner le handicap dont ils ont eux-même souffert. Cet investissement a porté ses fruits comme le montrent les statistiques du tableau 2. En effet, le pourcentage de Chinois et de Sino-Thaïs qui ont mené leurs études jusqu’à trois à six années de secondaire (lycée technique inclus) y apparaît bien plus élevé que celui des Thaïs (54,7 % et 49,6 % respectivement contre 33,9 %). De plus, les Khon ou Luk Cin, diplômés de l’enseignement supérieur, sont en proportion aussi nombreux que les membres de la société d’accueil, les Chinois se détachant même légèrement du lot en matière d’études universitaires (15,8 % contre 14,3 % aux Sino-Thaïs et 13,3 % aux Thaïs).

30La scolarité des Hua-Ch’iao s’est déroulée surtout dans des écoles thaïes. Seule une dizaine d’immigrés, de la tranche d’âge des plus de 50 ans, a fréquenté des écoles chinoises, le plus souvent en Chine, plus rarement en Thaïlande. C’est que la plus proche des écoles chinoises, une école primaire, est à Thong Thani, soit à plus de 70 kilomètres. Cela n’explique pas tout. Ainsi, plusieurs parents chinois et sino-thaïs envoient leurs enfants à l’université de Thong Thani, mais aucun n’a eu l’idée de leur faire suivre les cours de langue chinoise que dispense cette université, bien que, ou parce que, le teochiu, le hakka, le hainanais et le cantonais ne sont plus parlés au sein des familles immigrées du chef-lieu.

TABLEAU 2. LE NIVEAU D’INSTRUCTION DES 15 ANS ET PLUS

Thaïs et autres (%)

Sino-Thaïs (%)

Chinois (%)

TOTAL (%)

Analphabètes

51 (2,2%)

2 (1 %)

10 (4,3 %)

63 (2,3 %)

A été scolarisé, mais est analphabète

15(0,7%)

1 (0,5 %)

2 (0,8 %)

18(0,7%)

Peut lire, mais pas écrire

11 (0,5 %)

3 (1,5 %)

3 (1,3 %)

17 (0,6 %)

Quatre années de cours primaire

716 (31,3 %)

46 (23,6 %)

43(18,4%)

805 (29,6 %)

Six années de cours primaire

275 (12,0 %)

18 (9,2 %)

11 (5,1 %)

304 (11,2%)

Trois années de collège

332 (14,5 %)

28 (14,3 %)

32(13,7%)

392 (14,4 %)

Six années de secondaire

185 (8,0%)

28 (14,3 %)

39(16,7%)

252 (9,3 %)

Lycée technique

261 (11,4%)

41 (21,0%)

57 (24,3 %)

359 (13,2%)

Enseignement supérieur

306 (13,3 %)

28 (14,3 %)

37 (15,8 %)

371 (13,6%)

École dharmique

135 (6,0 %)

-

-

135 (5,1 %)

TOTAL

2287

195

234

2716

31Les statistiques ne permettent pas d’établir un lien évident entre la fréquentation par les descendants d’immigrés du système scolaire thaïlandais et les choix professionnels des actifs. On retrouve en fait à l’échelle de Din Dam les tendances relevées depuis des générations sur le plan national. Les Sino-Thaïs occupent une position médiane dans plusieurs secteurs d’activités, position socio-économique d’autant plus significative qu’elle résulte à l’évidence d’un compromis entre systèmes de valeurs divergents et qu’elle exprime donc l’hybridation culturelle dont ils sont le produit.

32La population de Din Dam reproduit le rapport d’interdépendance économique qui lie de longue date les Thaïs aux Chinois sur le plan national, dans la mesure où les seconds dominent nettement l’activité marchande et industrielle du chef-lieu (ils gèrent les deux tiers des commerces de statut supérieur ou intermédiaire et toutes les usines locales), tandis que les Thaïs comptent pour 92,3 % des fonctionnaires, 77,2 % des ouvriers et employés, pour 97,2 % des artisans et 85,6 % des petits commerçants (vendeurs de rue, propriétaires de boutiques de quartiers), tout en régnant sans partage sur le secteur agricole. Quant à la position intermédiaire des Sino-Thaïs, elle ressort bien des chiffres du tableau 3. Prenons les ouvriers et employés. Tandis que 20,7 % des Thaïs âgés de plus de 15 ans sont salariés du secteur privé (comme ouvriers, factotums, gardiens, employés de banque, aides vendeurs, etc.), seuls 6 % des Chinois sont dans ce cas, les Sino-Thaïs, avec un taux de 12,8 %, se situant à mi-chemin entre les deux groupes. Autre exemple, celui des fonctionnaires : 17,8 % des Thaïs de Din Dam ont ce statut, contre 6 % parmi les Chinois et 10,2 % parmi les Sino-Thaïs. Considérons enfin les négociants et industriels. Si 61,1 % des Chinois entrent dans cette catégorie, de par la taille de leur entreprise et le volume de leurs affaires, seulement 1,5 % des Thaïs gèrent des commerces d’envergure, les Sino-Thaïs étant pour leur part 19 % dans ce cas.

33En fait, le seul secteur d’activités où les Sino-Thaïs s’investissent plus que les membres des deux autres groupes est le petit commerce de rue ou pratiqué sur les étals du marché. Ils sont en effet 26,7 % à s’y adonner, contre 6,5 % des Chinois et 17,6 % des Thaïs (tabl. 3). Ces activités marchandes leur offrent la possibilité d’appliquer sans gros investissements les compétences commerciales qu’ils ont acquises au contact de leur père chinois. D’autre part, les investissements modestes sur lesquels se fondent ces prestations et les faibles risques qu’elles impliquent reflètent l’ambition réduite des Thaïs pour le commerce, secteur qu’ils dominent pourtant en chiffres absolus.

TABLEAU 3. STRUCTURE DE LA POPULATION PAR ACTIVITÉS (15 ANS ET PLUS)

Thaïs et autres

Sino-Thaïs

Chinois

TOTAL

Étudiants

299 (13 %)

45 (23 %)

43(18,4%)

387

Ouvriers/employés

473 (20,7 %)

25 (12,8 %)

14 (6 %)

512

Petit commerce de rue

400 (17,6 %)

52 (26,7 %)

15 (6,5 %)

467

Commerce/industrie

35 (1,5 %)

37 (19 %)

143 (61,1 %)

215

Artisans

92 (4,1 %)

2(1,8%)

-

94

Fonctionnaires

407 (17,8 %)

20(10,2%)

14 (6 %)

441

Professions libérales

5 (0,2 %)

-

2 (0,8 %)

7

Agriculteurs

145 (6,3 %)

-

-

145

Femmes au foyer

196 (8,6 %)

3 (1,5 %)

1 (0,4 %)

200

Moines ou novices

133 (5,8 %)

-

-

133

Retraités

33 (1,4 %)

1 (0,5 %)

1 (0,4 %)

35

Sans emploi

69 (3,0 %)

10 (5,1 %)

1 (0,4 %)

80

TOTAL

2287 (100 %)

195 (100 %)

234(100%)

2716

  • 7 Parmi ces plats régionaux il faut mentionner les lap et kôy, hachis de viande crue ou cuite et arom (...)

34Le métissage culturel des Sino-Thaïs a un reflet statistique dans leur répartition par branche d’activités, mais aussi d’un point de vue qualitatif, dans leurs compétences professionnelles. Ceci est particulièrement flagrant dans la restauration, dont j’ai traité ailleurs (Formoso, 1990b : 347-355). Sur les douze restaurants que comptait Din Dam en 1989, cinq étaient tenus par des Issanes et sept par des Sino-Thaïs. Ces derniers étaient donc dominants, mais plus intéressant était l’éventail des plats qu’ils proposaient. Alors que les gargotes issanes n’offraient, à une exception près, que des spécialités régionales7, les menus des restaurants sino-thaïs étaient bien plus diversifiés. Ils intégraient à la fois des éléments de la cuisine siamoise, des plats chinois adoptés par les Thaïs, des spécialités issanes et même des plats exotiques (sukiyaki par exemple). Qu’ils aient eu l’idée et la capacité de proposer un si large éventail ne devait rien au hasard. Ils étaient mieux à même que les Issanes ou les Chinois d’exploiter une tradition culinaire nationale qui, comme eux, était le produit d’un métissage d’éléments thaïs et chinois. De plus, ayant été imprégnés de culture lao par l’origine régionale de l’un de leurs parents, ils étaient aussi mieux placés que les Chinois (d’ailleurs localement absents de la restauration) pour intégrer sur le plan technique et commercial des éléments culinaires du Nord-Est.

35Pour clore le commentaire du tableau 3, notons que les personnes qui se disent retraités ou femmes au foyer sont dans leur grande majorité des Issanes. Les retraités sont d’anciens fonctionnaires, pensionnés du gouvernement. Les femmes au foyer sont pour la plupart des épouses de fonctionnaires en activité, qui se satisfont du salaire de leur mari, ou qui sont insuffisamment intégrées à la société locale pour s’engager dans une activité d’appoint (petit commerce ou artisanat).

36La répartition des Thaïs, Sino-Thaïs et Chinois par branches d’activités spécifiques limite les tensions interethniques. Il faut néanmoins préciser que la situation actuelle résulte d’une sélection dont les principales victimes furent des hommes d’affaires thaïs qui avaient contesté le monopole des Chinois sur les activités les plus lucratives. Exclus des réseaux d’échange dont ces derniers avaient le contrôle, ou bien réduits au rang d’auxiliaires, ils ne purent faire face à la concurrence, quelles que soient leurs ambitions et leurs aptitudes dans le secteur capitaliste. Parce qu’ils manifestaient des dispositions et des motivations atypiques dans leur groupe, ils n’étaient pas assez nombreux et influents pour pouvoir constituer des circuits d’échanges alternatifs. Ils tombèrent donc sous la dépendance des réseaux chinois aux niveaux du district, de la province, de la région ou de la nation, fragilisés par l’ostracisme ethnique dont la plupart firent l’objet. Je reviendrai dans le chapitre suivant sur cet ostracisme et sur les réseaux hua-ch’iao. Cependant, le négoce des produits agricoles que je vais considérer à présent met parfaitement en évidence les causes de l’échec des commerçants thaïs.

37Au début des années 1970, Din Dam comptait onze négociants en produits agricoles : sept Chinois et quatre Issanes. Les Issanes étaient inévitablement en relation d’affaires avec des Chinois, puisque ces derniers possédaient en aval toutes les rizeries de la région. Les rizeries en question leur offrant moins de facilités de crédit qu’à leurs concurrents chinois, deux des négociants issanes avaient dû limiter le volume de leurs affaires et se contentaient d’approvisionner la minoterie de Din Dam. La faillite de la minoterie en 1978 acheva leur retrait de ce secteur d’activités. Un troisième négociant issane subit le même sort l’année suivante, mais cette fois à cause d’un incendie qui en 1979 ravagea le marché. N’étant pas assuré et n’ayant pu profiter de l’aide d’une tontine, il dut renoncer. Finalement, le seul Issane qui survivait au début des années 1980 était Thongyu, dont il faut rappeler qu’il avait non seulement été formé au commerce par des Chinois, mais avait de plus épousé l’une des filles du hainanais Kim Sê-Li. Malgré le soutien sans faille de son beau-père qui était lui-même engagé dans le négoce des produits agricoles, Thongyu se retira en 1985 de ce secteur. Il se jugea trop âgé pour battre la campagne en quête de clients et préféra concentrer l’énergie que lui laissaient ses 70 ans à la spéculation foncière et aux transports publics, dont il avait été le pionnier au niveau local.

38Le cas de Thongyu est exemplaire de ces Thaïs dont la survie dans les affaires est due à un apprentissage auprès de commerçants chinois, éventuellement consolidé par un mariage avec une fille d’immigré. Ainsi, le seul commerçant issane du marché qui, hormis Thongyu, rivalise aujourd’hui avec les Chinois, fut-il lui aussi « adopté » et formé au commerce par des Khon Cin. L’histoire de ce personnage, nommé Sawat, mérite d’être brièvement évoquée.

39Né dans une famille de paysans pauvres des environs de Thong Thani, Sawat perdit son père en 1966, à l’âge de 13 ans. Afin d’aider sa mère, il chercha alors du travail dans la capitale de la province. Fasciné par la mécanique, il contacta le patron d’un magasin de matériel agricole qui venait de s’installer sur place après avoir vécu à Sakhon Nakhon (ville du Nord-Est située près du Mekong). Cet entrepreneur chinois, nommé Chivathat, refusa d’abord Sawat, le jugeant trop jeune. Mais le garçon revint à la charge et, impressionné par son obstination, Chivathat accepta de le prendre à l’essai. Sans le savoir, Sawat venait de se placer au service d’un personnage assez remarquable. Chivathat, en effet, bénéficiait d’une expérience commerciale très diversifiée, mais il était aussi un génial bricoleur qui avait appris la mécanique en gérant une minoterie. Il s’affirma très vite comme le meilleur technicien en machinisme agricole de Thong Thani. C’était aussi un humaniste qui consacrait beaucoup de temps et d’argent à des œuvres philanthropiques et qui, avisé de la situation familiale de Sawat, le plaça sous sa protection bienveillante.

40Le garçon honora cette confiance en devenant un apprenti curieux et appliqué, puis un ouvrier besogneux et loyal. Il apprit ainsi toutes les subtilités du montage, du réglage et de la réparation des minoteries de villages, avant de se marier en 1975 avec la fille d’un agriculteur de Din Dam. Son patron l’envoya alors dans ce district assurer la promotion de son matériel auprès des paysans. En rémunération, il recevait un pourcentage sur les ventes. Cet arrangement s’avéra très profitable pour les deux hommes puisqu’il n’y avait pas à l’époque de concurrence au niveau local et que la mécanisation de l’agriculture connaissait un plein essor. Sawat se constitua ainsi un confortable pécule. Son patron, qui malgré un réseau d’agents dans plusieurs districts ne parvenait plus à satisfaire la demande, lui octroya l’autorisation de s’établir à son compte. La séparation entre les deux hommes se fit alors en douceur, puisque pendant plusieurs années Chivathat resta le fournisseur exclusif de Sawat, et même si ce dernier traite désormais directement avec les agents de grandes marques, il a conservé un grand respect pour celui qu’il considère comme son ‘acan (« maître » ou « professeur »).

41La qualification acquise auprès de son « maître » chinois, alliée à son origine paysanne et à l’ampleur de la demande en matériel agricole, assurèrent à Sawat une réussite spectaculaire. Ainsi, après treize ans d’activité, il se vante d’avoir installé près de 200 minoteries de villages à Din Dam et dans les districts voisins, de même qu’il affirme avoir commercialisé un millier de khway laek (« buffles de fer » = motoculteurs) et construit une cinquantaine de rotiten, camions de ferme. Finalement, les profits tirés de son affaire et des placements fonciers et immobiliers font de lui l’un des hommes les plus riches de Din Dam. Cependant, si Sawat est admis dans les cercles d’affaires locaux et s’il siège au conseil municipal, en tant qu’Issane marié à une Issane, il est malgré tout tenu à l’écart de certaines formes d’associations sur lesquelles je reviendrai dans le prochain chapitre et qui s’adressent exclusivement aux Chinois et aux Sino-Thaïs.

LA VISIBILITÉ DANS LA DISCRÉTION

42Avant de considérer la composition et le fonctionnement des réseaux dans lesquels s’inscrivent les immigrés ou leurs descendants, il faut s’interroger sur la manière dont ils affichent leur identité dans leur vie quotidienne et plus précisément dans leurs rapports avec la population issane.

43Précisons-le d’emblée, l’ethnicité des Chinois ne transparaît plus de leur apparence. Les immigrés de la première génération ont depuis longtemps abandonné la natte qui les caractérisait ; de même, seules quelques grand-mères arborent encore les larges pantalons de soie sombre qui étaient d’usage en Chine. Les autres portent des tenues qui ne les distinguent en rien des Thaïs. Les femmes portent plus souvent des pantalons étroits que des sarongs, mais ce type de pantalon est aujourd’hui également très répandu parmi les citadines issanes.

44Les usages linguistiques opèrent comme critères distinctifs, mais dans un registre très particulier et avec la complicité des Thaïs. Ce registre est celui des termes d’adresse. Rappelons d’abord qu’à la différence de ceux de Thong Thani ou d’autres grandes villes du pays, les Chinois de Din Dam ne parlent plus en famille la langue de leur groupe d’origine. Le teochiu, qui sert d’ordinaire de lingua franca, n’assume pas ce rôle localement, sans doute parce que la population immigrée de Din Dam est trop petite, trop hétérogène et qu’elle ne dispose pas d’institutions adaptées (école chinoise par exemple). Cependant, que les Chinois de Din Dam, et à fortiori les Sino-Thaïs, ne pratiquent plus leur langue ne signifie pas qu’ils l’aient entièrement perdue. Certains proverbes sont ainsi connus des jeunes, tout comme la numérologie et les termes de parenté les plus courants. Ces termes, dans leur variante teochiu, sont utilisés sur un mode classificatoire à l’adresse des relations chinoises ou sino-thaïes. Il s’agit alors de conférer une tonalité amicale à l’échange verbal tout en respectant un code de comportements dont la parenté offre un condensé. En signe à la fois d’affection et de respect un jeune appelera a-kong (« grand-père ») ou a-ma (« grand-mère ») des personnes qui, du fait de leur âge, pourraient être ses grands-parents. Il emploiera a-tia (« père ») envers un homme qu’il apprécie et dont il pourrait être le fils ou bien encore a-ia (« frère aîné ») ou a-chê (« sœur aînée ») envers des aînés de même génération. S’il veut au contraire exprimer une plus grande distance, il aura recours, suivant la position générationnelle de son interlocuteur, à des termes comme a-pê (« frère aîné du père »), a-ko (« sœur aînée du père »), a-so (« belle-sœur ») ou a-nüng (« beau-frère »).

45Les Thaïs utilisent eux aussi les registres de la filiation ou de l’alliance pour décliner le statut relatif de leurs interlocuteurs, mais ce qui est intéressant du point de vue interethnique, c’est que le recours mutuel aux termes de parenté de l’autre marque bien souvent l’interaction entre les Chinois et les Issanes. A Din Dam il est ainsi courant d’entendre un client issane appeler a-so une commerçante chinoise et, en retour celle-ci interpeller des paysans âgés en les qualifiant de phô ou mae yay (« grand-père » ou « grand-mère » maternels). Il s’agit alors d’exprimer sympathie et respect envers les partenaires de l’échange, tout comme on le ferait avec des membres de son groupe. Cependant, la notion de respect revêt dans ce cas précis une signification particulière. D’abord parce que le recours au catégories lexicales de l’Autre manifeste la reconnaissance de son être culturel. Ensuite, parce qu’en dehors des rapports de familiarité, tels ceux qui unissent un mari à son épouse ou un petit patron à ses employés, on évite d’appliquer à son interlocuteur des termes qui, soulignant son infériorité en âge, le placeraient en position subordonnée. Au contraire, l’usage veut qu’on surévalue son statut pour le traiter comme un égal ou un supérieur. Le client issane appellera ainsi a-ia (« frère aîné ») un marchand chinois plus jeune que lui de quelques années, alors qu’il qualifierait de nông (« frère cadet ») un homme de son village du même âge, et en retour le Chinois ainsi qualifié l’appellera lung (« frère aîné du père ou de la mère » en issane) tandis qu’il emploierait l’expression neutre de luk phi (« fils de frère aîné [de père] » = cousin) à l’adresse d’un Thaï plus jeune que lui.

46Loin de traduire une mauvaise connaissance des catégories de l’autre groupe, ces usages procèdent à l’inverse d’une grande maîtrise de leur sens et de leur contexte d’énonciation, une aptitude facilitée par l’homologie presque parfaite entre les systèmes d’adresse thaïs et chinois. Or cette courtoisie fondée sur la manipulation des taxinomies a un dessein bien particulier. Chacun des deux groupes est conscient de sa dépendance économique envers l’autre et exprime par de tels procédés une distance sociale.

47Ces marques de respect opèrent effectivement une mise à distance : elles sont énoncées dans la langue de l’étranger, et ne sont pas conformes aux usages dans le groupe du locuteur. Elles signifient que celui ou celle à qui on les applique participe d’un autre ordre social, un ordre qui n’est pas assujetti aux schèmes de classification et de hiérarchisation qui définissent l’univers du locuteur. Les Sino-Thaïs souscrivent eux aussi à cet usage croisé des taxinomies de parenté. Cependant, suivant la dominante culturelle qui leur est adjugée selon plusieurs critères comportementaux, ils se voient appliquer soit les catégories thaïes, soit celles en vigueur parmi les Chinois.

48Plus globalement, il faut relativiser ces usages linguistiques croisés selon le contexte social. En effet, la familiarité qu’ils présupposent est propre aux petits bourgs marchands où la communauté immigrée est de taille réduite et où les relations qu’elle entretient avec l’extérieur sont fondées sur plusieurs années de contacts réguliers. Le degré de connaissance que les commerçants chinois ou sino-thaïs ont de leurs clients est d’ailleurs parfois impressionnant. Ainsi, par le biais des confidences émanant de la clientèle ou des rumeurs qui traversent le marché, certains négociants en produits agricoles ou propriétaires de bazars connaissent-ils la composition et l’histoire de centaines de familles issanes dispersées dans tout le district.

49Un individu, qui visite pour la première fois la boutique d’un descendant d’immigré qui lui était auparavant inconnu, peut néanmoins immédiatement déceler certains indices de son identité, même si ces indices ne sauraient suffire pour le qualifier de Chinois ou de Sino-Thaï. L’un de ces indicateurs est l’autel au ti-chu, le dieu du sol domestique, qui trône à même le sol, adossé à un mur face à l’entrée, et qui est censé protéger l’habitation contre l’intrusion des forces maléfiques. A l’exception des descendants d’immigrés mutés sur place comme fonctionnaires et qui occupent des logements locatifs, tous les commerçants chinois et sino-thaïs du marché possèdent cet autel, qui affecte la forme d’un palais miniature de couleur rouge.

50Un autre indicateur de l’origine chinoise des commerçants pourrait être la transcription idéographique du nom de leur boutique. Cependant l’usage d’enseignes bilingues (en chinois et en thaï) est peu répandu à Din Dam. Seuls 7 des 86 commerces chinois ou sino-thaïs du marché en sont dotés, contre 40 % des magasins du centre-ville de Thong Thani et une plus forte proportion encore de boutiques du quartier chinois de Bangkok. Si ces enseignes sont rares à Din Dam, c’est que l’on considère que le bourg est rarement visité par des Chinois lettrés en mesure de les déchiffrer. Sur place, le nombre de ces lettrés se réduit d’ailleurs à quatre vieillards qui étudièrent dans leur pays d’origine. Trois d’entre eux font partie des rares entrepreneurs à avoir opté pour une enseigne chinoise.

  • 8 Les Chinois de Din Dam ont tous en mémoire la « mésaventure » survenue à l’épouse hainanaise de l’h (...)

51Plus répandus que les enseignes sont les diagrammes magiques disposés au dessus ou sur les côtés de la porte d’entrée. Rares sont les boutiques-maisons chinoises et sino-thaïes du marché qui n’en affichent pas au moins un, afin de repousser les énergies maléfiques ou d’attirer la chance et les clients. Les diagrammes les plus fréquents consistent en des idéogrammes inscrits sur des feuilles de papier par des médiums agissant pour le compte d’Immortels (sian) ou d’autres divinités des panthéons bouddhiste et taoïste. Le message le plus souvent délivré par ces diagrammes, appelés leng-hu (« talismans magiques »), est le suivant : « Bonheur et paix en toutes saisons et en tous lieux. » Comme la population immigrée n’a jamais compté de tang-k’i, ou médiums, parmi ses membres, de tels diagrammes sont soit acquis à Thong Thani ou à Chumphong, auprès des fondations religieuses (hsiang-t’üng = litt. « maison de la vertu »), soit obtenus auprès de médiums itinérants qui visitent Din Dam une fois tous les trois ou quatre ans. Les médiums organisent alors dans le temple chinois une démonstration spectaculaire de leurs pouvoirs magiques qui comporte des actes d’autoflagellation, de lacération du corps, de station sur des chaises cloutées ou encore le franchissement de lits de braises. Au terme de cette prestation, ils délivrent moyennant finance des oracles, pratiquent des exorcismes et distribuent des charmes, des diagrammes et autres objets magiques8.

52Les diagrammes leng-hu sont également fournis par l’association caritative chinoise la plus importante du pays, la Fondation de rétribution de la vertu efficace (Po-Têk-Hsiang-T’üng), basée à Bangkok. Ses agents sillonnent la totalité du pays une fois l’an afin de collecter des dons qui seront reversés au bénéfice des nécessiteux et des victimes de catastrophes, quelle que soit leur appartenance ethnique. Ces donations, auxquelles contribuent chaque année une quarantaine de commerçants chinois ou sino-thaïs de Din Dam, donnent droit à des diagrammes qui placent leurs destinataires sous la protection du saint patron de la fondation, le bonze Tai-Hong, dont j’ai retracé la légende (Formoso, 1996a).

53Les médiums et les agents de la Fondation distribuent aussi des amulettes et autres objets consacrés. Plusieurs boutiques-maisons chinoises ou sino-thaïes de Din Dam arborent ainsi au dessus de leur porte des paires de drapeaux rouges et or, appelés selon une métaphore guerrière leng-ki (« oriflamme de commandement ») et sur lesquels sont inscrits des idéogrammes porte-bonheur. Dans d’autres boutiques encore, est disposé au dessus de la porte un panneau réfléchissant sur lequel sont dessinés, d’une part, une image concentrée de l’univers sous la forme des huit trigrammes entourant la figure du « faîte suprême » (t’ai-ki) et, d’autre part, la tête menaçante du lion, seigneur de la montagne, qui tient une épée dans sa mâchoire pour effrayer les âmes errantes. Ce panneau « tête de lion » (sai-t’ou) est souvent utilisé par les géomanciens pour détourner les énergies néfastes et contient divers caractères chinois propitiatoires, dont la formule : « Ne pas craindre les cent problèmes. »

  • 9 Selon une version locale de la légende de Ta-Tou-Luo-Han, celui-ci était à l’origine un bonze d’une (...)

54A ce dispositif de protection situé en façade s’en ajoute un autre, placé à l’intérieur de l’habitation. Des diagrammes magiques sont ainsi appliqués sur les poutres transversales et l’on trouve presque toujours dans la pièce d’entrée la Triade des Trois Étoiles, figurée par trois personnages : le bonheur (hok en teochiu), les émoluments (lok) et la longévité (siu). Chaque boutique-maison recèle en outre une série de statues du Bouddha, que l’on dispose soit sur une table spécifique dans la partie privée de l’habitation, soit sur une étagère dans un coin de la boutique. Cet autel bouddhique est commun aux Chinois, aux Sino-Thaïs et aux Thaïs. Cependant, les figurines ou images saintes qu’il comporte distinguent les autochtones des immigrés ou descendants d’immigrés. Chez ces derniers, en effet, s’ajoutent aux bouddhas de style thaï des effigies typiquement chinoises par leur style ou leur caractère, qu’elles représentent l’Illuminé ou d’autres figures du bouddhisme mahayana. Parmi les plus populaires, mentionnons Kuan-Yin, l’avatar féminin d’Avalokitesvara, le bodhisattva de la compassion, qui soulage les souffrances humaines, ou bien encore Ta-Tou-Luo-Han, le « bouddha au gros ventre », plus connu sous l’appellation de « bonze rieur », dont le visage hilare, la forte corpulence et les mains enfouies dans un trésor symbolisent l’opulence et la félicité9.

55Kuan-Ti, le dieu de la guerre, patron des prêteurs sur gage, des marchands de bibelots et divinité tutélaire de la dernière dynastie des Mandchous est lui aussi représenté sur la plupart des autels domestiques, comme il l’est dans le hall des temples bouddhiques en Chine. Il symbolise des qualités communes aux parfaits soldats et marchands telles le courage et le respect de la parole donnée. Dernier élément spécifique de l’autel chinois, les kuo-lou, les calebasses à bord étroit parfois accrochées à ses montants et qui servent à piéger les esprits maléfiques.

56Pour clore l’inventaire des objets dont la présence dans la maison signale l’origine ethnique de ses occupants, il faut mentionner les lampions et bannières que les Chinois et plus rarement les Sino-Thaïs accrochent temporairement sur le devant de l’habitation. Procédant, par leur couleur et les idéogrammes qu’ils portent, d’une codification élaborée, ces artefacts porte-bonheur signalent à la communauté immigrée certains événements clefs du calendrier (Nouvel An) ou du cycle de vie (installation dans une nouvelle maison, mariage, décès).

57Les lampions et bannières, mais aussi l’ensemble des marqueurs d’identité inscrits dans l’espace domestique expriment bien plus la prégnance de conceptions et pratiques religieuses chinoises qu’une volonté ostentatoire d’afficher son ethnicité. A quoi servirait, en effet, d’affirmer son identité auprès de gens, les Issanes du district, qui en sont depuis longtemps informés ? Le petit nombre de négociants dotés d’une enseigne chinoise est révélateur. Si la vocation première de telles enseignes était l’expression d’une différence culturelle, elles seraient plus nombreuses ; leur rareté démontre au contraire qu’elles ne visent qu’une petite élite de lettrés chinois.

58S’il est une stratégie identitaire que les immigrés développent, elle vise bien plus à masquer les marques visibles de leur origine ethnique, qu’à les afficher. L’adoption massive de prénoms et de patronymes à consonance thaï par les immigrés témoigne d’une telle attitude. En 1989, ils étaient 76,2 % parmi les Khon Cin et 78,8 % parmi les Luk Cin de Din Dam à avoir déjà modifié leur patronyme, tandis que 86,7 % des premiers et 93 % des seconds avaient pris un prénom thaï. En fait la majorité de ceux qui conservaient un prénom ou un nom chinois étaient de vieux immigrés retirés des affaires. Leurs enfants et petits-enfants avaient pour leur part préféré opter pour un état civil moins explicite, afin de préserver leurs chances d’entrer un jour dans l’administration thaïe ou ne pas faire l’objet de mesures discriminatoires dans leurs relations avec celle-ci.

59Cette démarche donne aux autorités des gages d’intégration, mais pas d’assimilation, car elle se fait dans le souci de préserver une part de son identité initiale. La longueur des patronymes que choisissent généralement les Chinois ou les Sino-Thaïs dénote, en effet, leur origine. Si les noms de famille thaïs excèdent rarement deux syllabes, ceux des Chinois comportent d’ordinaire entre trois et cinq syllabes, dans la mesure où ils mêlent leur ancien patronyme à des termes thaïs propitiatoires. Ainsi, certains commerçants sino-thaïs de Din Dam s’appellent Litrakhunwichit (« la merveilleuse famille Li »), parce que leur père était du lignage hainanais des Li, tandis que des Chinois s’appellent Chuathiangleng (« les Chua et les Leng au zénith »), parce que leur mère était du lignage teochiu des Chua et leur père du lignage hakka des Leng, et l’on pourrait multiplier les exemples de la sorte.

60Ces patronymes sonnent donc comme ceux des Thaïs, mais du fait de leur composition et de leur longueur ils opèrent comme facteurs d’identification distinctive. Ils montrent certes que leur détenteur s’est forgé ou endosse une nouvelle identité patronymique, mais ils ne signifient pas pour autant qu’il a renoncé à sa spécificité socio-culturelle pour se fondre dans la masse des patronymes conventionnels de la société d’accueil. Les normes que les immigrés utilisent pour construire leur nom « thaï » facilitent non seulement leur identification mutuelle, mais expriment aussi parfaitement cette spécificité. Combinaison de référence aux ancêtres (intégrant le nom du lignage) et de termes thaïs conotant la réussite ou le bonheur, ces patronymes procèdent d’une sorte de géomancie par le nom : ils associent les qualités ancestrales (la civilisation chinoise représentée par le microcosme lignager) aux vertus du site (les termes thaïs et le pouvoir auspicieux qu’on leur prête comme expression du pays et de ses potentialités), afin d’induire positivement le destin de leur détenteur. Finalement ces noms suggèrent à la fois le sens profond du projet migratoire — réussir économiquement, et les moyens permettant d’atteindre un tel objectif — l’adaptation de l’héritage culturel aux ressources du pays.

CONCLUSION

61Avant de clore ce chapitre, il importe de reconsidérer le clivage Chinois/Sino-Thaï à la lumière des critères d’identification et des tendances statistiques que nous venons de dégager. Ce clivage est certes justifié par les catégories cognitives qu’emploient les acteurs sociaux, puisque les Thaïs, à travers l’opposition Khon Cin/Luk Cin, et les Chinois, à travers le couple Chia-T’ang-hsing/K’iao-hi, le jugent discriminant. Cependant le métissage culturel qui définit les Sino-Thaïs comme une catégorie spécifique n’aboutit pas à la création d’une entité socio-culturelle stable, dont les membres se démarqueraient sans ambiguïté des groupes chinois et thaïs dont ils sont le produit hybride.

62Les effets de cette hybridation sont bien sûr perceptibles au niveau statistique, comme en témoignent les choix économiques des Sino-Thaïs de Din Dam, qui les placent à mi-chemin entre les dispositions manifestées par les Thaïs et par les Chinois. Mais il s’agit là de simples tendances, qui ne permettent pas d’isoler les Luk Cin en tant que groupe particulier. En fait, les Sino-Thaïs semblent vérifier la proposition de E. Leach (1967 : 13) selon laquelle à la stabilité des catégories verbales répond l’instabilité et la fluidité des pratiques sociales. Ils forment en effet une entité virtuelle, mais non réelle en ce sens que, conçus comme des individualités ils se rattachent sur la base d’un certain nombre de signes caractéristiques soit au groupe minoritaire, soit à la majorité sociologique thaïe.

63Parmi ces signes distinctifs, il faut mentionner les choix matrimoniaux de la famille à laquelle ils appartiennent (alliances plus nombreuses avec des Thaïs qu’avec des Chinois ou inversement), mais aussi ses options économiques. Sans anticiper ici sur de prochains développements, il faut néanmoins préciser que ce dernier critère est jugé décisif aussi bien par les Chinois que par les Thaïs. En effet, les Sino-Thaïs dont la famille poursuit une ou plusieurs activités commerciales s’identifient et sont identifiés aux Chinois, alors qu’à l’inverse les familles dont les membres ont renoncé au principe de la libre entreprise sont assimilés aux Thaïs. Ce raisonnement est d’ailleurs poussé si loin que les Thaïs en viennent à penser que ceux d’entre eux qui réussissent bien dans les affaires ont, par nécessité, du sang chinois.

64L’observation révèle que le critère économique induit un certain nombre d’usages qui situent les commerçants chinois et sino-thaïs à l’intérieur d’un continuum de pratiques les démarquant globalement de la population issane. Dans le cas de Din Dam, ils partagent les mêmes usages linguistiques ; ils se rejoignent dans l’adhésion à des croyances religieuses spécifiques, signalées par de nombreux artefacts domestiques. De surcroît, se partageant la plupart des commerces du marché, ils se retrouvent autour des mêmes centres d’intérêts et vivent en étroit voisinage dans le cœur marchand de la cité. De telles affinités rejaillissent bien entendu sur les échanges de toutes natures entre commerçants chinois et sino-thaïs. Les uns et les autres échangent les mêmes termes d’adresse teochiu et, au niveau des seconde et troisième générations d’immigrés, les Chinois de Din Dam se marient en plus forte proportion avec des Sino-Thaïs qu’avec des Thaïs (27,3 % contre 19,5 %, les 53,2 % restants représentant les mariages entre Chinois), quoique l’inverse ne soit pas vrai (plus fort pourcentage de Sino-Thaïs mariés à des Thaïs qu’avec des Chinois). Enfin, comme nous le verrons dans le prochain chapitre, les Chinois s’associent volontiers en affaires avec les Sino-Thaïs et les intègrent dans des structures d’entraide dont les Thaïs sont exclus.

Notes

1 Les villages situés aux confins du district s’approvisionnent pour leur part dans des petits marchés ruraux qui servent de relais, ou dans des chefs-lieux plus faciles d’accès.

2 Le rouge est pour les Chinois une couleur faste. Elle symbolise à la fois la vie, la bonne fortune et le bonheur (de Groot, 1892, vol. I : 28).

3 Le terme de malemort est tombé en désuétude en français. Les ethnologues asiatisants l’emploient pourtant fréquemment, tant les conditions de décès qu’il désigne sont connotées négativement dans la région et les esprits ainsi engendrés tiennent une grande place dans les croyances locales. Les critères qui fondent la malemort varient d’un contexte culturel à l’autre, mais dans son acception la plus large, le mot désigne toutes les morts hors norme. Dans le cas des Thaïs il s’agit des morts violentes, accidentelles, par suicide ou tout simplement prématurées. Chez les Chinois, par contre, la malemort caractérise ceux qui sont décédés sans descendants pour les transférer dans l’au-delà et leur vouer un culte.

4 Les élèves du district qui résident au-delà de ce rayon de dix kilomètres fréquentent des collèges de moindre importance, édifiés dans certains cantons périphériques.

5 Selon les statistiques du National Statistical Office of Thailand (NSO), telles qu’elles sont présentées dans le Population and Housing Census, 1980 (1981 : 51), 44 % des mères de famille de la province de Thong Thani utilisaient des moyens contraceptifs à la fin des années 1970.

6 Cf. NSO, Report on Population Characteristics, the 1984 Survey of Population Change (1985 : 10).

7 Parmi ces plats régionaux il faut mentionner les lap et kôy, hachis de viande crue ou cuite et aromatisée, les tom (bouillons de viande à partir d’abats) ou les, som tam, salades de papaye verte fortement pimentée (pour des détails sur ces plats et leur symbolisme voir Formoso, 1993 : 92-98).

8 Les Chinois de Din Dam ont tous en mémoire la « mésaventure » survenue à l’épouse hainanaise de l’homme d’affaires thaï, Thongyu. Celle-ci avait consulté un devin itinérant et lui avait demandé si sa fille, alors âgée de plus de 30 ans, trouverait à se marier. Ses parents désespéraient de lui trouver un époux car elle était petite, au visage peu avenant et boitait. Le devint prédit qu’elle se marierait bientôt. Mais comme sa mère restait incrédule, il lui demanda ce qu’elle donnerait si la prédiction se vérifiait. La mère lui promit alors imprudemment une voiture neuve. Un an plus tard la fille en question tomba amoureuse d’un Thaï que son père venait de recruter comme chauffeur. L’homme était sans le sou et l’on organisa une collecte au sein de la compagnie de bus pour constituer un « prix de la mariée », au demeurant très faible puisque la collecte ne donna que 454 baht (100 FF), provoquant les railleries de tout le marché.
Quelque temps plus tard le devin revint à Din Dam et se rendit en compagnie de l’un des chefs de village du marché chez Thongyu afin de réclamer son dû. A sa vue la mère s’enfuit, dit-on, dans les toilettes où elle resta cloîtrée deux heures. Finalement le chef de village lui promit de servir de conciliateur et obtint qu’elle sorte. Au terme d’âpres négociations, on lui proposa le versement de la somme de 50 000 baht (environ le quart du prix d’une voiture neuve et l’équivalent de 12 000 FF). Elle déclina l’offre dans un premier temps, mais après une demi-journée de remords et par crainte d’une malédiction, elle s’acquitta finalement de la somme. Néanmoins, les habitants du marché interprètent le fait que sa fille n’ait jamais pu avoir d’enfant comme une conséquence de la rupture de son vœu.

9 Selon une version locale de la légende de Ta-Tou-Luo-Han, celui-ci était à l’origine un bonze d’une grande beauté qui, de ce fait, était sans cesse harcelé et tenté de rompre son vœu de chasteté. Aussi aurait-il demandé au Bouddha de l’enlaidir à l’extrême pour qu’il échappe à ce harcèlement et ainsi puisse avancer plus facilement sur la voie du salut.

Table des illustrations

Titre CARTE 1. PLAN DE DIN DAM AVEC RÉPARTITION ETHNIQUE DE LA POPULATION
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/6524/img-1.jpg
Fichier image/, 1,0M
Titre FIG. 8. STRUCTURE PAR AGE DE LA POPULATION DE DIM DAM
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/6524/img-2.jpg
Fichier image/, 48k

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540