Versione classicaVersione mobile
OpenEdition Books

L'apprentissage des mondes

 | 
Philippe Geslin

Deuxième partie. Produire du sel sur le littoral guinéen

Chapitre 5. Le développement du processus de production de sel dans la Sumbuya et à Wonkifon

Testo integrale

1Le sel est un produit important sur l’ensemble du littoral guinéen où, avant la période coloniale, il était échangé contre des denrées en provenance des hautes terres du pays. Lorsque les populations susu sont arrivées dans la Sumbuya et se sont notamment installées sur le territoire actuel de Wonkifon, cette production était déjà présente chez les Mendéni. Les Susu se sont employés à la développer en modifiant progressivement certains éléments du processus technique. De nos jours, cette activité occupe, à des degrés d’importance variables, la grande partie des populations du littoral guinéen. Les filières de commercialisation du sel sont anciennes. Elles atteignent les régions les plus éloignées du pays. En moyenne Guinée, il est toutefois concurrencé par le sel importé du Sénégal via les réseaux de commercialisation peuls. Dans la vie d’un hameau comme Wondéwolia, les revenus de cette production permettent de pallier l’incertitude de la production de riz. C’est aujourd’hui une occupation aussi importante que la riziculture.

  • 1 Pour une description et une analyse détaillée du système de production de sel en relation avec les (...)

2Sur le littoral guinéen, chez les Susu en particulier, le sel est produit par évaporation d’une saumure portée à ébullition sur des foyers alimentés en bois de chauffe. On prélève de la terre salée dont on remplit de larges filtres. On verse de l’eau de mer sur cette terre. La saumure qui s’en écoule est prélevée dans les collecteurs en argile, puis versée dans des bacs métalliques posés sur des foyers. Trois heures plus tard, les premiers cristaux de sel apparaissent. Ils sont récoltés, égouttés puis entreposés dans des greniers construits à cet effet jusqu’à la vente auprès des commerçants locaux1.

3Les écrits anciens sur la production de sel en Guinée sont relativement nombreux. Ils ne livrent que très rarement le détail des processus mis en œuvre et reposent le plus souvent sur des observations faites en zone baga, au nord de Conakry. Ces observations culturellement et géographiquement très ponctuelles sont aujourd’hui encore reprises par certains auteurs – scientifiques ou chargés de programmes de développement – qui en généralisent la portée sans s’attacher aux variantes qui pourtant existent sur l’ensemble du littoral guinéen entre les zones de Kamsar (Baga), Koba (Susu, Baga et de rares familles peul), Coyah (Susu) et les îles de Kabac et de Kakossa (Susu, Mendéni). Il existe bien sûr une tendance technique commune aux différents groupes impliqués dans une telle production, mais les faits de production sont là qui rendent à chacun leurs spécificités socioculturelles. L’intérêt que nous avons porté à certains textes des siècles passés a très souvent permis d’asseoir les propos tenus par de vieux producteurs locaux lors de la description du processus ancien. Les plus récents s’inscrivent dans une littérature spécialisée étendue aux pays voisins de la Guinée ou plus largement à l’Afrique de l’Ouest et en particulier au Bénin.

  • 2 L’un des plus célèbres étant René Caillé qui effectua son voyage africain de 1824 à 1828. Dans un (...)

4L’exploitation de sel par lessivage de terres salées et ébullition de la saumure est présente au Niger et sur le littoral ouest-africain au sud du 14e parallèle. En dehors des travaux majeurs de Pales (1950), Soula (1950) et Gouletquer sur les salines du Manga (Gouletquer, 1974 ; Gouletquer et Kleinmann, 1976), les principales descriptions concernant cette technique touchent l’actuel Bénin (Grivot, 1944 ; Paradis et Adjanohoun, 1974 ; Rivallain, 1980). La production du littoral guinéen n’a donné lieu à aucun travail de fond, à l’exception de rapports de mission qui restent très généraux, parmi lesquels ceux de l’Association française des volontaires du progrès (Dubreuil, 1990 ; Soenen et Traîneau, 1991) constituent les plus intéressants dans le cadre du présent ouvrage. Pourtant, au cours des siècles passés, le sel, qui est une denrée importante dans l’économie ouest-africaine et notamment guinéenne, a attisé la curiosité des scientifiques, commerçants et explorateurs2 européens, au point qu’il est rare de ne pas trouver dans leurs journaux quelques passages relatifs à sa production. Texeira da Mota (in Monod, Texeira da Mota et Mauny, 1951) synthétise ces références :

  • 3 Fernandes (f°. 124), Pacheco Pereira (liv. 1, ch. 33).
  • 4 Voir Almada (chs. 6, 13, 14, 15 et Coelho (1669 : 25/fo. 20), dans Peres (1953) et Brasio (1958, p (...)
  • 5 Voir (f°. 10v) dans Donelha (1625, [1977)].
  • 6 Coelho (op. cit., p. 54, 58, 61, 73/fos. 45, 52, 62v).

Dans les premières années du XVIe siècle, la fabrication du sel est mentionnée autour du rio Grande et chez les Bulloms3. En 1594, Almada décrit la fabrication du sel dans le rio Gâmbia, chez les Bagas, dans le rio Pongas, et chez les Sapes. Il affirme que le sel était très rare à l’intérieur, que les Limbas ne le connaissaient pas, et que si un Limba en mangeait, il en mourait4. Donelha5 remarque également cette industrie chez les Bulloms. La fabrication du sel entre le cap Verga et le cap Mount fut signalée plus tard6. La fabrication du sel était presque certainement une industrie traditionnelle sur la côte de Guinée de Cabo Verde. Au XVIe siècle, le ravitaillement en sel fut complété par des importations, notamment des îles du Cap-Vert.

5Si l’on ne retient que les textes qui vont au-delà de la seule allusion à cette denrée, et qui dans certains cas font référence à la zone d’action du projet, il est possible de remonter au début du XVIe siècle. Ainsi, entre 1505 et 1508, à peu près un siècle avant l’établissement des Susu à Wonkifon, à proximité de Coyah, Pacheco Pereira (in Kimble, 1967, p. 98) souligne :

« They take the salt to a place called Coya, whence the gold comes... ». Entre 1506 et 1510, Fernandes (in Monod et coll., 1951) remarque que : « les Noirs de cette côte y apportent du sel avec lequel ils achètent le dit or, et des esclaves et du riz, car sur la côte il n’y a pas d’or ».

  • 7 Voir Brasio (op. cit.).
  • 8 Voir Donelha (1625, [1977), p. 99).

6Dans les premières années du XVIIe siècle, Guerreiro (1606)7, puis Donelha (1625)8 font plus précisément référence à la technique de production :

Le cabo da Verga pénètre profondément dans la mer. Il est peu élevé. Près de lui vivent les Bagas, qui sont mal vêtus. Le pays est bas et marécageux. On y fait du sel en faisant bouillir de l’eau de mer sur le feu.

Le sel dans la Sumbuya : une appropriation de savoir-faire

  • 9 Voir Kup (1967).

7La production de sel dans la Sumbuya est décrite un peu plus précisément vers la fin du XVIIIe et le début du XIXe siècle. Les travaux d’Afzelius9 dont le voyage s’est déroulé sur deux années, entre 1795 et 1796, donnent des informations sur la production de sel dans la zone de Wonkifon. Afzelius en fait clairement ressortir l’importance sur l’île de Kabac, située au sud de Wonkifon, et la spécialisation salicole qui déjà apparaît chez certains habitants. Il est relayé dans cette tâche par Bright (in Mouser, 1979, p. 80) qui en 1802 rapporte les propos d’un notable de Wonkifon :

[Fenda Modu] tells me that common he makes 100 tons of salt and grows 100 tons of rice, exclusive of his own consumption. The salt together with the cloth manufactures from the cotton of his own growth and more which he purchases is sent annually into the Benna, Foula, Sulima and other countries. The return are made in gold, ivory, slaves, and cattle. The salt made on this coast is preferred by the Foulas to rock salt, which, they say, does not agree with their cattle.

  • 10 Voir Winterbottom (1969, p. 171).
  • 11 La description du processus de fabrication du sel donnée par Matthews (1887) est remise en questio (...)

8Walker (1806, in Mouser, 1979, p. 203) en 1806 confirme la nature des échanges commerciaux dans cette région et l’importance du sel. Au même titre que Winterbottom trois années avant lui10, il décrit les techniques de portage des charges de sel destiné à la vente, qui, comme nous le verrons plus loin dans le texte, illustrent parfaitement les propos recueillis auprès des anciens au cours de nos enquêtes. Quelques années avant ces deux derniers témoignages, entre 1785 et 1787, Matthews11 souligne déjà la conscience aiguë dont font preuve les producteurs de la zone en matière de commercialisation « internationale » du sel. Il précise en effet (p. 124) :

On les achète [les esclaves] avec des marchandises d’Europe, et surtout avec du sel. Les habitants de l’intérieur mettent un tel prix à cette denrée et la recherchent si avidement, qu’il n’est rien de ce qu’ils ont de plus cher, même leurs femmes et leurs enfans, quand ils n’ont pas d’esclave à vendre, qu’ils ne donnent pour s’en procurer. Le sel fait toujours partie des marchandises qu’on échange contre les esclaves qui viennent de l’intérieur des terres. Néanmoins, et bien qu’il leur en faille en grande quantité, les habitants de la côte ne consentirent jamais que l’on en importât chez eux, parce que ce serait établir une concurrence avec le seul article de fabrique national qu’ils fournissent au commerce de l’intérieur de l’Afrique.

9Ces quelques lignes sont importantes. Comme nous le verrons plus loin dans le texte, le positionnement « international » de cette production locale est toujours présent dans les mentalités. Cette production conditionne encore aujourd’hui l’attitude des producteurs de la Sumbuya et du village de Wonkifon en particulier. En matière d’innovation relative à la production de sel elle influence les choix techniques tant dans ceux des instruments que dans la qualité du produit obtenu.

  • 12 Tougoussourou est le site de production de sel sur lequel le premier marais salant expérimental a (...)

10Les témoignages écrits enrichissent et confirment souvent les récits que nous avons enregistrés à Wonkifon, notamment dans la description de l’installation des Susu issus de ce village dans le hameau de Tougoussourou12 qui est considéré comme le site de production de sel le plus important de la Sumbuya, après les îles de Kabac et de Kakossa. Ce site abrite les campements de plusieurs producteurs de Wondéwolia. Comme toutes les nouvelles implantations, Tougoussourou possède son récit d’origine. Il se démarque toutefois des récits habituels dans la mesure où son histoire est indissociable de l’origine de la production de sel à Wonkifon. Il y est fait état du processus tel qu’il existait sur la zone avant l’arrivée des Susu, et des innovations apportées par eux à partir de leur installation et du développement de la saliculture.

11Moussa quitte chaque jour le village de Wonkifon pour aller pêcher vers le sud, à proximité d’un hameau nommé Donéa. A cet endroit, une île recouverte de roseaux lui semble propice à une installation. Au retour d’une de ces pêches, il s’arrête à Donéa pour y rencontrer le vieux Ténémodou, représentant du segment de lignage fondateur du hameau.

12– Vieux, lui dit-il, j’ai vu non loin d’ici un site sur lequel je souhaite m’installer pour y cultiver le riz et vivre avec les miens.

13Ténémodou hésite. Il ne veut pas refuser, mais tient plutôt à mettre Moussa en garde contre ce qui est arrivé à ses prédécesseurs. Trois hommes voulurent s’installer là avant lui. Tous sont morts après s’être blessés aux feuilles d’un roseau. Malgré la mise en garde du vieux, Moussa insiste. Ténémodou lui accorde les terres. Dans les jours qui suivent, il se met à fabriquer des nasses pour la pêche, puis défriche la terre et coupe tous les roseaux. Il construit même une hutte. Il y réside à longueur d’année avec les siens. Dans la région, il devient Moussa l’insulaire, Moussa Souri, qui est l’origine du hameau actuel de Tougoussourou.

  • 13 La quantité de tessons présents sur les sites de production les plus anciens aurait tendance à val (...)
  • 14 Le récitant fait allusion aux Baga.

14Au cours d’un déplacement à proximité de son île, il rencontre deux Mendéni occupés à produire du sel. Ceux-là lui racontent que lorsque les Mendéni ont commencé à produire du sel, bien avant l’arrivée des Susu, ils prélevaient l’eau de mer « fokhè yé » dans de larges céramiques qu’ils plaçaient ensuite sur des foyers circulaires identiques aux « foyers mamelles » utilisés par les femmes aujourd’hui, dans les hameaux, de manière à récolter les pains de sel en fin de cuisson. Les céramiques étaient fabriquées par les femmes, sans tour, puis cuites au feu. Au moment de la récolte des pains de sel, elles se brisaient souvent. On devait par conséquent en utiliser un nombre important13. Toutefois, ils n’étaient pas satisfaits des quantités produites à partir de l’eau de mer. Quelque temps plus tard, les Mendéni entament une excursion vers le nord14. Là-bas ils constatent que les productrices utilisent la terre très fine qui apparaît sur certains points à la surface des sols de mangrove, parmi les palétuviers. Cette poussière « fokhè xubé » contient beaucoup de sel. Lorsqu’elle est filtrée avec de l’eau de mer, elle donne une saumure beaucoup plus salée que l’eau de mer. De retour sur leur site, ils décident d’appliquer cette méthode.

  • 15 Ce terme est identique pour toutes les structures sur lesquelles il apparaît (case ronde, hutte ci (...)
  • 16 Cette remarque est confirmée par les textes de Bright (op. cit.) qui constate que dans le village (...)
  • 17 Les témoignages écrits (Bright, 1802) confirment l’existence de seaux taillés dans des troncs de « (...)

15Ils construisent d’abord des filtres « tanké ». Pour cela, ils utilisent une perche de bambou « tatami » d’un diamètre important. Ils la coupent longitudinalement en quatre secteurs « tanké n’gé » [littéralement, mères du tanké], sans aller jusqu’au bout, de manière à ce qu’ils restent solidaires à une de leurs extrémités. Les quatre secteurs sont écartés et maintenus entre eux, dans cette position, par un cerclage « katanyi15 » réalisé dans une fine branche de palétuvier, de manière à former une structure de la forme d’une charpente de case inversée16 ou d’un grand entonnoir. Les vides entre les secteurs sont comblés à l’aide de petits bois « tanké di » [littéralement fils du tanké] de palétuvier identiques à ce qu’ils sont aujourd’hui. L’armature du filtre terminée, ils la positionnent sur un support fait de quatre piquets fourchus « kontigiba » ou « kinki » fichés dans le sol. Le fond des filtres est recouvert de paille « funfuré » prélevée à proximité du site. Elle est enduite d’argile « boni ». Aussitôt, la terre salée est déposée dans le filtre, l’eau de mer est versée sur cette terre. Quelques instants plus tard, la saumure « bèré » commence à s’écouler dans des seaux en bois17. Lorsqu’ils sont pleins, leur contenu est versé dans les céramiques placées sur les foyers. Dès les premières récoltes, les Mendéni constatent que la nouvelle technique permet de produire beaucoup plus de sel que la précédente. Ils décident de l’adopter. C’est la technique que les Susu découvriront peu de temps après leur installation à Wonkifon (Youssouf Bangoura, 1994).

  • 18 Arcin (1911, p. 139-140) fait référence à d’autres vagues de migration des Mendéni, de la côte ver (...)

16Les Susu s’approprient ce savoir-faire juste avant – d’après la tradition orale – la fuite des Mendéni vers la Sierra Leone dans le courant du XVIIIe siècle18. Mais ils n’en restent pas à ce stade du processus. Progressivement, ils vont modifier les différentes structures impliquées pour aboutir au système que nous pouvons observer aujourd’hui. Ils constatent très rapidement que les filtres réalisés en bambou ne résistent pas à la charge importante de l’argile et de la terre. Ils se rompent souvent et réduisent la production de saumure. De plus, après une saison, le bambou devient trop cassant. Il est impossible de le réutiliser l’année suivante. Ils décident alors de le remplacer par du bois de palétuvier (Avicennia). La structure qui en résulte est identique dans sa forme et dans ses divers éléments aux charpentes de toit des cases rondes utilisées aujourd’hui par les Susu. Les perches principales consituent les mères du tanké. Les perches secondaires qui sont positionnées entre les principales représentent les fils. Les mères « tanké n’gé » se retrouvent aussi au cours des rites d’initiation des enfants, garçons. Dans les jours qui suivent la circoncision, ces termes sont utilisés pour décrire une structure faite de trois perches réunies à une extrémité, puis posées sur le sol de manière à former une hutte de forme conique, sans parois, qui est localement appelée la « maison du lièvre », « yéré bagé ». Sous la surveillance d’un initié, les jeunes hommes sont contraints de passer rapidement et à quatre pattes entre les perches. L’enfant qui par mégarde touche l’une des perches est fouetté par l’initié. Ils apprennent ainsi le respect des anciens et de leur autorité dans tous les actes de la vie quotidienne, à l’intérieur de leur habitation, mais aussi à l’extérieur, au sein du hameau et du territoire occupé par le lignage auquel ils appartiennent.

Fig. 3 – Reconstitution d’une céramique à partir des fragments recueillis sur l’ancien site d’exploitation de sel de Yélia (Sous-préfecture de Wonkifon)
En surface la céramique est beige-rosé à l’exception de sa base qui est noirâtre. On remarque des traces de lissage à la fabrication, plus marquées vers le fond. Les trous en surface sont dus à de nombreuses particules organiques disparues soit à la cuisson, soit avec le temps. La pâte est grossière, noire au cœur, beige en surface. Les tessons se délitent dans l’épaisseur. (Dessin et commentaires : Didier Joncheray.)

17Dans les premiers temps de la production de sel, et d’après les témoignages locaux, les céramiques sont conservées pour la récolte et/ou la cuisson de la saumure. Le sel se présente alors toujours sous la forme d’un pain dont la forme épouse celle des céramiques. Pour le transport, les demi-sphères sont placées l’une contre l’autre formant ainsi une sphère presque parfaite. Winterbottom (op. cit., p. 171) rapporte à ce sujet que : « The salt which they carry away is packed up in round masses of about fifty pound (22 kg) weight... ».

18Bright (op. cit., p. 40), son contemporain, confirme ce témoignage en décrivant plus précisément la technique de portage :

Loads of salt are packed up in long baskets made of split reeds and palm leaves. These baskets are from 5 1/2 to 6 1/2 feet long, the greater weight being atop. This varies from 150 to 200 lbs. The basket is borne on the head and shoulders, a pad for the former and braces for the latter being fixed to it at proper heights. With these, the carrier alternatively relieves himself; and when he stops to rest, he supports his load by putting a short stick under it without depositing it on the ground, by which expedient he saves himself the labour of lifting it on his back. The narrowness of the paths in these countries requires that the pack should be not across the back but longitudinally upon it.

19Contrairement à celle des Mendéni, la fabrication des céramiques pour la cuisson du sel ne constitue pas un trait de la culture matérielle des Susu récemment arrivés. Aujourd’hui encore, la poterie n’est pas confectionnée dans les hameaux et villages de la zone alors qu’elle l’est plus au nord chez les Baga – par les femmes – mais n’est plus rattachée à la production de sel. Compte tenu des quantités requises pour la cuisson, très rapidement, les producteurs susu se sont attachés à réduire leur consommation de céramique. Le seul moyen possible consistait à récolter le sel avant l’évaporation complète de l’eau et la solidification des cristaux de sel. Il semble donc que, à partir de cette époque, le sel se présentait non plus sous la forme de pain compact, mais bien en cristaux non amalgamés. D’ailleurs, lorsqu’ils font référence aux premiers moyens de stockage du sel, les anciens font systématiquement allusion aux greniers à sel tanfoui en tous points identiques aux greniers actuels, qui à l’époque se trouvaient dans le village de Wonkifon ou dans les hameaux, sur les concessions de chaque famille. Les tanfoui abritent uniquement le sel en cristaux. Avant « l’arrivée des Blancs », seules les femmes produisaient le sel sur les campements éloignés du village, mais proches des quelques hameaux qui progressivement apparaissaient sur le territoire de Wonkifon. Leurs structures de production étaient aménagées par leur mari. Chaque fin de semaine, les enfants qui à cette époque ne quittaient pas leur résidence pour participer à la production, partaient sur les campements proches ou distants, occupés par leurs mères, pour y prélever les sacs de sel et les rapporter « à tête » vers le village ou les hameaux résidentiels.

20Un second changement technique apparaît très clairement dans les récits. Il est associé à la présence des Anglais en Sierra Leone. A cette époque, des commerçants léonais viennent régulièrement dans la région de Wonkifon pour y vendre différents produits manufacturés d’origine européenne. Un de ces produits, le « palan », a la préférence des producteurs locaux. Il s’agit d’une bassine en « fer-blanc » faisant plus ou moins 50 cm de diamètre et entre 15 et 20 cm de profondeur. Lorsqu’il aborde les relations commerciales entre l’Europe et la Sierra Leone, Rodney (op. cit., p. 184) fait d’ailleurs référence à cet ustensile qui apparaîtra plus tardivement dans la Sumbuya avec l’installation des Susu :

When metals and metal utensils are added to cloth, they together account for most of the trade carried on by Europeans for many years after the initial contact. One of the earliest reports on commerce in Sierra Leone, that of the French ’interloper’ Eustache de la Fosse in 1479, mentioned tin basins as a principal item... and the ships usually brought a motley collection of pots, plates, pans, kettles, and cauldrons – made of brass, copper, tin, and pewter. Agents of the Royal African Company in Sierra Leone found it necessary to remind officials in London that such utensils were indispensable for the trade of their factories. In 1703, the Committee of Goods in London ordered 380 pewter basins of assorted sizes for the Shrbro factory, while 440 were requisitioned for Bence Island... Most of these articles were for use in the household, but for the process of evaporation in salt manufacture a wide brass pan, called a neptune, was imported. This was a rare instance of a European import that could be put to productive use by Africans.

  • 19 Certains producteurs utilisent encore, lorsqu’ils le peuvent, ce procédé pour recueillir la saumur (...)

21Avec l’arrivée de ce nouvel élément matériel, le problème d’approvisionnement en céramiques pour la cuisson de la saumure est résolu. Certains producteurs les conservent malgré tout pour recueillir la saumure sous les filtres ; mais du fait de leur rareté elles sont très rapidement remplacées par des « canari », larges jarres où l’on conserve l’eau, dont l’usage, aujourd’hui anecdotique, disparaît au profit des bidons d’huile alimentaire recyclés plus résistants et polyvalents. En raison de leur extrême fragilité, ces jarres placées sous chaque filtre sont fixes, et partiellement ou entièrement enterrées19. Les productrices récoltent alors la saumure dans ces bassins improvisés à l’aide d’une calebasse, avant de la verser dans les palans qui dès lors remplacent les céramiques. D’après les témoignages recueillis, ces bassines en fer blanc résistaient à plusieurs saisons de production, deux en moyenne, et la cuisson durait moins longtemps en raison de la faible épaisseur des parois ; de plus la quantité de sel produite était supérieure à celle récoltée dans les anciennes céramiques.

  • 20 Voir Bright (op. cit.).

22A cette époque, nous sommes loin des premières expériences des Mendéni. Les surfaces de terre salée qui sont présentes entre les palétuviers pour la filtration ne suffisent plus à couvrir les besoins en terre et par conséquent en sel dont la commercialisation s’intensifie au rythme des échanges de biens matériels et de la traite20 avec les hautes terres de Guinée. Le sel produit en quantités plus importantes n’est plus rapporté chaque fin de semaine sur les lieux de résidence habituels, mais envoyé directement en pirogue vers les ports les plus proches, Gorédédé et Kaléma, voire directement dans la ville de Coyah où les commerçants malinké viennent s’approvisionner depuis déjà plusieurs centaines d’années si l’on en croit les premiers témoignages du XVIe siècle. Les hommes commencent alors à défricher des périmètres de mangrove plus importants, qui sont uniquement destinés à la production de sel et l’on peut sans doute avancer, avec prudence, qu’à cette époque, le code foncier habituellement appliqué aux domaines rizicoles a dû s’étendre définitivement aux domaines salicoles, dans la mesure où toutes les terres n’étant pas propices à cette production et où les terres disponibles en périphérie de certains hameaux ne pouvaient répondre à la demande de leurs habitants, certains producteurs furent contraints d’obtenir un droit d’usage sur certains secteurs déjà occupés du territoire de Wonkifon.

  • 21 Ces différentes configurations se retrouvent aujourd’hui encore sur certains sites de la Sumbuya. (...)

23Ces premiers défrichements eurent un effet direct sur le processus technique. Avant leur mise en œuvre, la saumure était produite sur des foyers circulaires « kuri khignè » possédant une petite bouche pour leur alimentation en bois. Les nombreux palétuviers qui entouraient les zones de production constituaient des coupe-vent naturels qui permettaient une combustion lente du bois. Les défrichements successifs des aires de raclage de terre salée autour des ateliers de production ont détruit cette barrière naturelle, laissant ainsi le vent s’engouffrer sur les aires. Sur les campements les moins soumis au vent, les foyers étaient positionnés au pied des tas de terre issus des filtrations répétées lorsque ceux-ci faisaient face au vent dominant. Sur d’autres les producteurs se contentaient d’aménager un coupe-vent fait de perches de palétuvier et de tiges de graminées disponibles en grand nombre dans les zones de mangrove. Sur les campements les plus soumis aux vents, les zones de cuisson étaient complètement entourées de parois végétales (perches de palétuvier et graminées) formant ainsi une structure architecturale appelée tassa21.

24Avec la Seconde Guerre mondiale, les pallans se raréfient. Les forgerons locaux utilisent alors les bidons de 20 litres d’huile végétale appelés localement kéni importés par les Français. Ces bidons, une fois aménagés fournissent des bassines circulaires appelées localement gamettes. Ces nouveaux réceptacles seront intensivement utilisés jusqu’à l’indépendance, vers la fin des années 1950. Leur utilisation diminuera progressivement pour laisser place au début des années 1960 aux bacs métalliques rectangulaires pani qui sont encore utilisés aujourd’hui. Les gamettes sont utilisées pour la fabrication du savon et à de rares exceptions pour le sel, en appoint de la production des pani. Ces derniers sont beaucoup plus grands que les gamettes. Ils sont aménagés par les forgerons peul, au début de chaque saison sèche, dans des touques récupérées sur les chantiers de travaux publics. L’intensification de leur utilisation est contemporaine de profonds bouleversements dans la société susu de la Sumbuya.

25Il y a une vingtaine d’années, la mer a commencé à envahir certains domaines rizicoles, dont celui de Wondéwolia. Les producteurs furent alors contraints d’ériger des digues de ceinture autour de leur domaine pour maintenir une production satisfaisante. Ce phénomène ne s’est pas limité aux seuls domaines rizicoles. Parallèlement, les aires de raclage de terre salée ont subi le même phénomène. Progressivement, les producteurs de sel ont commencé à endiguer aussi ces parcelles, mais selon une organisation du travail différente de celle mise en œuvre dans le cadre des hameaux. Les lieux d’implantation des instruments de production de sel ont dû être surélevés pour éviter leur recouvrement par les eaux, modifiant ainsi le processus de construction des campements, dont l’élévation et la superficie, dans le passé, reposaient sur la seule accumulation successive des résidus de terre filtrée.

26A partir de cette époque, la baisse des rendements rizicoles a modifié en profondeur le processus de production de sel. Cette denrée, déjà très importante dans l’économie susu, constituait, au regard des faibles rendements rizicoles, la seule production de rente susceptible de pallier une production de riz de plus en plus aléatoire. Les hommes ont alors occupé un rôle de plus en plus important dans le cadre de la production de sel. La multiplication des bacs métalliques de grande taille offre l’avantage de produire d’importantes quantités de sel mais entraîne aussi la modification en profondeur de la répartition sexuelle des tâches en amont – coupe de bois accrue pour les hommes –, à l’intérieur – modification des activités masculines et des réseaux économiques féminins –, et en aval – modification des relations entre la riziculture et les activités périphériques –, de la production de sel. La mixité de l’activité salicole s’est ainsi amplifiée. Les hommes ont commencé à approvisionner quotidiennement les campements en bois de feu pour garantir une production continue sur la saison. La pêche à proximité des campements est aussi devenue une occupation importante garantissant des revenus hebdomadaires pour la famille. Les femmes ont dû modifier leurs réseaux de commercialisation pour vendre le produit de cette activité chaque semaine sur les marchés de Coyah et de Conakry.

MOIS

ACTIVITÉ
PRINCIPALE

ACTIVITÉS
PÉRIPHERIQUES
DOMINANTES

Septembre
Octobre
Novembre

Coupe de bois pour la saison

Activité rizicole

Fin décembre
Début février

Travaux sur les digues

Pêche sur zone sel
Nettoyage et installation campement

Fin février
Début mars

Premier raclage de terre

Pêche homme
Fumage poisson femmes
Vente poisson femmes
Installation campement
Coupe bois construction

Mars

Installation campement
Préparation des structures (huttes et aire de chauffe)
Production sel
2e raclage des terres

Pêche homme
Pêche femme
Fumage poisson femme
Vente poisson femme
Coupe bois construction homme

Avril

Production sel
Construction grenier à sel
3e raclage
Coupe bois de feu

Pêche homme
Pêche femme
Fumage poisson femme
Vente poisson femme
Cueillette femme

Mai
(première quinzaine)

Production sel
Aménagement des greniers à sel pour l'hivernage
Retour hameau

Pêche homme

Fig. 4 – Chronologie des activités de production de sel
Exemple pris sur une unité de production comprenant un homme et ses deux épouses, sur un campement déjà construit, pour une installation en décembre, avec les travaux nécessaires à faire sur les digues. Digues contiguës à trois aires de raclage.

27En abandonnant les hameaux pour s’établir sur les campements, les producteurs de Wonkifon ne se sont plus contentés, comme ils le faisaient dans le passé, d’aménager les structures. Leur nécessaire installation sur les sites de production a modifié les rapports entre les hameaux et les campements (cf. infra). Elle a réorganisé en profondeur les rapports sociaux de production, le rôle des femmes en particulier, mais aussi l’activité des enfants, contraints de négliger ainsi leur scolarité dans les hameaux, en décalage avec ce qu’ils avaient pu vivre au cours des périodes plus reculées, et enfin l’influence des petits commerçants usuriers, dont l’importance économique locale a crû avec l’intensification de la production.

Note

1 Pour une description et une analyse détaillée du système de production de sel en relation avec les autres composantes de la société susu, nous renvoyons le lecteur à la thèse dont est tiré cet ouvrage – La mer, la terre et le palétuvier. Ethnologie et transferts de techniques. 2 vol., Paris, ehess, 1997. Le cd-rom associé à cet ouvrage illustre les étapes principales du processus de production de sel.

2 L’un des plus célèbres étant René Caillé qui effectua son voyage africain de 1824 à 1828. Dans un passage de son journal publié en 1830 (p. 208) il décrit l’exploitation du sel chez les Baga : « Les femmes qui travaillent le sel ramassent, à la marée basse, les terres qui contiennent le plus de parties salées, et en font des tas. Après cette première opération, elles façonnent de grandes jarres avec de la paille et de la terre qu’elles mettent par-dessus, et y versent de l’eau qui, en filtrant, entraîne avec elles toutes les parties salées. Cette eau est versée ensuite dans de grands vases en cuivre, dans lesquels elles la font bouillir jusqu’à ce qu’il ne reste plus que le sel. Alors elles le mettent de nouveau en tas pour être vendu aux habitants de Kakondy, qui en ont un grand débouché dans le Fouta. »

3 Fernandes (f°. 124), Pacheco Pereira (liv. 1, ch. 33).

4 Voir Almada (chs. 6, 13, 14, 15 et Coelho (1669 : 25/fo. 20), dans Peres (1953) et Brasio (1958, p. 285, 343 et 347).

5 Voir (f°. 10v) dans Donelha (1625, [1977)].

6 Coelho (op. cit., p. 54, 58, 61, 73/fos. 45, 52, 62v).

7 Voir Brasio (op. cit.).

8 Voir Donelha (1625, [1977), p. 99).

9 Voir Kup (1967).

10 Voir Winterbottom (1969, p. 171).

11 La description du processus de fabrication du sel donnée par Matthews (1887) est remise en question par Rodney (1970, p. 18-20).

12 Tougoussourou est le site de production de sel sur lequel le premier marais salant expérimental a été construit pendant la saison sèche en 1994.

13 La quantité de tessons présents sur les sites de production les plus anciens aurait tendance à valider cette version.

14 Le récitant fait allusion aux Baga.

15 Ce terme est identique pour toutes les structures sur lesquelles il apparaît (case ronde, hutte circulaire, grenier à sel et filtres).

16 Cette remarque est confirmée par les textes de Bright (op. cit.) qui constate que dans le village de Wonkifon en 1802, les charpentes des cases circulaires étaient réalisées en bambou.

17 Les témoignages écrits (Bright, 1802) confirment l’existence de seaux taillés dans des troncs de « fromager », d’une capacité de 13 à 18 litres dans cette région.

18 Arcin (1911, p. 139-140) fait référence à d’autres vagues de migration des Mendéni, de la côte vers d’autres destinations, dans la première moitié du XIXe siècle.

19 Certains producteurs utilisent encore, lorsqu’ils le peuvent, ce procédé pour recueillir la saumure. Toutefois les bassins de récolte de la saumure sont aujourd’hui fixes et façonnés dans l’argile présente directement sous chacun des filtres. Leur utilisation semble remonter à l’époque où avec l’arrivée des pallans, les producteurs ont du faire face à un accroissement sensible de la production de sel qui repose par conséquent sur la production d’une quantité de saumure plus importante. De plus, il s’agissait du moyen le plus économique pour récolter la saumure à une époque où les céramiques avaient disparu. D’ailleurs, ces bassins portent le même nom que les céramiques qui les ont précédées, bengé.

20 Voir Bright (op. cit.).

21 Ces différentes configurations se retrouvent aujourd’hui encore sur certains sites de la Sumbuya. Toutefois, les tassa prédominent.

Indice delle illustrazioni

Legenda Fig. 3 – Reconstitution d’une céramique à partir des fragments recueillis sur l’ancien site d’exploitation de sel de Yélia (Sous-préfecture de Wonkifon)En surface la céramique est beige-rosé à l’exception de sa base qui est noirâtre. On remarque des traces de lissage à la fabrication, plus marquées vers le fond. Les trous en surface sont dus à de nombreuses particules organiques disparues soit à la cuisson, soit avec le temps. La pâte est grossière, noire au cœur, beige en surface. Les tessons se délitent dans l’épaisseur. (Dessin et commentaires : Didier Joncheray.)
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/6467/img-1.jpg
File image/jpeg, 95k

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1999

Condizioni di utilizzo http://www.openedition.org/6540