Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'apprentissage des mondes

 | 
Philippe Geslin

Première partie. L'apprentissage des mondes Les univers des acteurs en France et en Guinée

Chapitre 3. Le littoral et la mangrove : un univers convoité

Texte intégral

1La Guinée littorale s’étend sur 300 kilomètres du nord au sud. Elle se trouve dans une zone de climat sub-guinéen avec une saison sèche qui débute au mois de novembre et se termine vers la fin du mois d’avril pour laisser la place jusqu’en octobre à la saison des pluies. Cet hivernage qui commence et se termine par de nombreux orages « Galanyi » accompagnés de petites tornades « Firi Firi » se caractérise par une pluviométrie très importante. Il tombe en effet 3 500 millimètres d’eau en l’espace de six mois, avec une concentration élevée des précipitations entre le début du mois de juin et la fin du mois de septembre.

Palétuviers rouges et palétuviers blancs

  • 1 Source : Schéma directeur d’aménagement de la mangrove (sdam), 1990, p. 1.

2A l’exception de la presqu’île du Kaloum et du cap Verga, la mangrove recouvre sur cette frange une superficie estimée approximativement à 385 000 ha1. Elle peut remonter jusqu’à dix kilomètres à l’intérieur des terres voire jusqu’à plus de trente kilomètres lorsqu’elle suit les berges des rivières les plus importantes. Le terme mangrove provient du nom d’une espèce d’arbre, le « manglier » qui n’est autre que le « palétuvier » actuel. Selon Bertrand (1993, p. 7), ce « [...] terme désigne au sens strict les espèces végétales arborescentes et halorésistantes qui recouvrent les estrans tropicaux : les palétuviers. Mais par extension il s’applique à l’ensemble de la végétation des marais maritimes tropicaux formant transition entre le domaine maritime et le domaine proprement continental ». Il est intéressant de souligner ici que le sens strict de la définition recoupe celui généralement retenu par les Susu de Wondéwolia. Ils n’ont en effet qu’un seul terme pour désigner la mangrove, « Kinsi », qui est aussi le nom du palétuvier rouge (Rhizophora mangle Linné ou Rhyzophora racemosa G, F, W, Meye ou Rhizophora harrisonii Leechman), par opposition à « Wofiri » terme utilisé par les Susu pour désigner le palétuvier blanc (Avicenia africana).

3Ces espèces végétales qui sont recherchées quotidiennement par les populations dans le cadre de diverses activités illustrent parfaitement l’un des intérêts économiques que représente la mangrove en termes d’exploitation forestière. Ce type de végétation couvre aujourd’hui une surface estimée à 270 000 ha et l’extraction du bois de feu représente chaque année 500 000 tonnes (Rue, n. d., p. 1). La richesse de cet écosystème n’est toutefois pas limitée aux seules essences végétales. Toujours selon Bertrand (op. cit., p. 7), « la formation de litières tout au long de l’année (feuilles, rameaux, fruits) entretient dans l’environnement côtier des mangroves une chaîne alimentaire à base de débris organiques hautement nutritifs expliquant la richesse des pêcheries situées à leur voisinage [...] – [selon Rue (op. cit., p. 7) 80 000 tonnes de poissons sont pêchées tous les ans], [...] Enfin, les sols de mangroves offrent souvent, malgré de fortes contraintes agrologiques (hydromorphie, salinité, acidité potentielle) de belles possibilités de mise en culture grâce à leur approvisionnement régulier par les eaux fluvio-marines en éléments chimiques fertilisants... ». Le seul énoncé de ces caractéristiques nous permet d’entrevoir le potentiel économique de cette frange littorale.

L’exploitation de la mangrove

4Avant d’être appréhendée comme un écosystème, dans les années 1960-1970, la mangrove a longtemps représenté un univers répulsif, à assainir et à mettre en valeur dans les esprits occidentaux (CormierSalem, 1994). Ce point de vue tranche quelque peu avec la grande majorité des travaux, aujourd’hui classiques, d’anthropologues (Paulme, 1957) et de géographes (Pélissier, 1966) qui mettent l’accent sur les formidables capacités d’adaptation des populations locales à leur environnement, même si parfois (Gourou, 1984, p. 154) l’on évoque les difficultés rencontrées par certaines d’entre elles face aux éléments naturels (montée rapide des eaux, augmentation de la salinité...).

5La riziculture qui est l’activité la plus caractéristique de ce littoral représente aujourd’hui un enjeu économique important pour la Guinée maritime. De ce fait, on insiste à juste titre sur les savoir-faire des riziculteurs Baga vivant au nord de Conakry (Paulme, 1957 ; Bouju, 1994 a et b) et des Balante (Embaldo, 1990) dont les Baga s’inspirèrent sans doute pour développer leur technique rizicole. Dans la zone de la Sumbuya, couverte par le projet, les Balante sont parfaitement intégrés aux populations susu. D’après Suret-Canale (1970), les Balante qui viennent de Guinée-Bissau se sont progressivement infiltrés en Guinée, dans la région frontière, à partir de 1954. Cette vague de migration s’est accentuée depuis 1963 du fait de la guerre dans leur pays d’origine. Selon nos propres observations, les Balante qui vivent dans le secteur de la Sumbuya seraient arrivés vers 1973, année de l’assassinat d’Amilcar Cabrai et de la proclamation de l’indépendance de l’État de Guinée-Bissau (Henry, 1994, p. 9).

6Ils cultivent leurs propres terres et ont pour habitude de louer leur savoir-faire aux paysans locaux. Toutefois, le coût de cette main-d’œuvre est tel qu’il est aujourd’hui extrêmement rare de les voir travailler sur d’autres terres que les leurs ou celles qu’on leur a prêtées. Comme les Baga, les Balante ont su développer des pratiques rizicoles reposant sur des endiguements savants des zones de culture et des techniques de labour adaptées au contexte très spécifique de la mangrove. Ces zones ceinturées de diguettes sont appelées localement « Bougouni » par les paysans susu. Grâce à ces diguettes, le sol de la zone ainsi délimitée peut se dessaler rapidement et permettre en hivernage la rétention des eaux de pluie pour la pousse du riz. Ce terme vernaculaire désigne aussi et plus généralement une digue, quel que soit son positionnement. Il est en effet usité sur les zones de production salicole où les digues sont édifiées pour protéger les aires défrichées (Tanne) dont la couche supérieure (Moquette), préalablement raclée, entrera dans la fabrication du sel. Cette strate supérieure est appelée « fokhè Xubé » (poussière) par les Susu.

7Ces références à la saliculture sont là dans un premier temps pour rappeler qu’il est rarement tenu compte des productions périphériques qui s’articulent pourtant avec la riziculture dans le cadre des calendriers agricoles. Certaines d’entre elles, comme la production de sel, modèlent pourtant le paysage et ont un impact important sur le milieu de mangrove (Paradis et Adjanohoun, 1974 ; Lebigre, 1984). On néglige de ce fait le caractère systémique des activités au sein d’une population donnée et leur impact sur l’environnement. La production salicole est pourtant, au même titre que la riziculture, une des caractéristiques économiques des populations du littoral guinéen. Dans certains secteurs elle compense très largement, et depuis de nombreuses années, les aléas de la production rizicole. Dans d’autres (îles Kouffin au nord), pour ces mêmes raisons, elle s’engage depuis peu de temps dans une mutation qui progressivement va modifier les rapports sociaux de production au sein des familles.

8A la lecture des différents travaux dont nous avons fait état, il ressort que les rapports que ces sociétés de riziculteurs entretiennent avec leur environnement sont considérés comme univoques. Ils mettent l’accent de façon parfois très détaillée sur les contraintes qu’un tel écosystème exerce sur les modalités d’adaptation de l’homme et sur l’aspect en apparence très matériel des réponses proposées par ces populations ou par des intervenants extérieurs. Lorsque ces contraintes « établies » sont confrontées à des réalités sociales très localisées, et au système de représentation qui les sous-tend, leur pouvoir démonstratif se réduit parfois telle une « peau de chagrin », montrant bien que la mise au jour d’un tel système de contraintes ne peut se faire qu’au conditionnel (Descola, 1986) et doit compter aussi avec l’univers de pensée des populations concernées. Dans l’absolu, les contraintes peuvent être environnementales, elles n’en sont pas moins sociales. Comme nous le verrons pour la production salicole, cette seule considération permet d’élargir les domaines d’explication et ne réduit plus l’analyse des déterminants de l’activité de production aux seuls moyens et conditions d’exécution du travail (outils/environnement), mais l’étend aux caractéristiques de la société étudiée, de façon implicite aux individus qui la composent, et au cadre plus large des politiques de développement menées aux échelons nationaux et internationaux depuis plusieurs décennies.

9Ainsi, avec l’arrivée des nouveaux acteurs que sont les experts et les divers « agents de développement », la relation entre la société étudiée et son environnement prend une tout autre proportion. On ne peut plus faire aujourd’hui l’économie d’une analyse contextuelle étendue aux acteurs extérieurs que sont les ingénieurs, les fonctionnaires, les opérateurs économiques, les scientifiques et les bailleurs de fonds internationaux. Les représentations qu’ils ont de l’écosystème mangrove conditionnent en profondeur les actions qu’ils mènent. Et ces actions transforment les milieux physiques et humains. Rue (op. cit., p. 4) synthétise parfaitement les différents profils et les enjeux qui les font agir dans le cadre de cet écosystème en Guinée :

[...] Certains fonctionnaires et néopropriétaires urbains ne voient dans la mangrove qu’un milieu propre à développer des opérations spéculatives, des grands projets « rentables ». [...] Pour les opérateurs économiques la mise en valeur de ces milieux fragiles est un formidable terrain stratégique de promotion et de spécialisation de leur entreprise. Pour les ingénieurs pris dans les engrenages précipités des projets de développement, l’occasion de se valoriser auprès de l’institution de financement de leur entreprise au moyen de nombreux ouvrages hydro-agricoles [...] ; pour les bureaux d’étude en environnement c’est le moyen de se placer dans une trajectoire financière à la mode et bien financée ; pour les scientifiques, je dirai qu’ils sont favorisés car ils disposent des moyens d’élargir leur champ de perception par l’utilisation d’appareils de mesure ou de visualisation à plus large spectre d’investigation.

10L’approche diachronique est elle aussi incontournable. En effet, toujours d’après Rue (Ibid.), « la perception de ce milieu pour tous ces individus varie aussi dans le temps suivant la modification des paramètres : démographiques ; socio économiques (changement d’échelle géographique d’échange – d’un microcosme villageois à un macrocosme préfectoral-, introduction du stockage des récoltes, de l’étalement des recettes ou de la spéculation, passage de la comptabilité individuelle au groupement d’intérêts communs et au crédit mutuel, passage de l’autarcie partielle à l’économie de marché) ; socio historiques (mutations des structures sociales et des règles communautaires traditionnelles sous l’impact des projets, des chantiers et autres formes importées de valorisation) ; techniques (accroissement des véhicules, viabilisation des pistes, motorisation des barques : diminution des temps de parcours...) ».

11Les enjeux sont par conséquent variés au même titre que les acteurs qu’ils drainent. Ils sortent largement du rapport initial qu’entretient une population avec son environnement quotidien. On peut alors supposer que les approches qui sont faites habituellement en termes de zones géographiques, territoires administratifs, zones témoins, associées ou non aux contextes socioculturels (baga, susu, etc.), pour saisir et souvent modifier ce rapport, reposent sur des niveaux de compréhension des faits peu représentatifs des réalités locales. Si l’approche ethnologique, dans ces zones de mangrove, doit en effet tenir compte de l’histoire des communautés étudiées, elle ne peut pas faire l’économie d’un passé proche, situé parfois aux frontières du présent, où les volontés exogènes d’agir sur ce milieu dépassaient souvent celles des populations intéressées. Très souvent, les populations de certains hameaux de mangrove ont subi, ou se sont impliquées à plusieurs reprises dans diverses tentatives de modification de leur environnement, en fonction des différents contextes politiques nationaux, et sous l’impulsion, pour la Guinée, des colons, puis des agents administratifs et enfin des experts internationaux. Une véritable « mémoire du développement » s’est ainsi progressivement constituée. Elle est dans certains cas parfaitement intégrée dans le système de représentation. Elle en constitue un pan très localisé parmi certaines communautés représentant un groupe culturel donné puisqu’il peut dans les faits ne concerner qu’un hameau, comme nous le verrons pour celui de Wondéwolia qui est couvert par le projet. Elle détermine ainsi aujourd’hui très précisément certains comportements sociaux en constituant parfois un obstacle supplémentaire ou, moins radicalement, une donnée avec laquelle il faut compter, dans le cadre des transferts de techniques. C’est aussi une dimension incontournable pour l’ethnologue. Nous rejoignons ainsi ce qu’écrit Chauveau (1992, p. 15) dans son approche historique des faits de développement qui souligne que « [...] ce qui se passe pour des traits traditionnels de l’organisation économique peut être de création récente et la “modernité” bien plus ancienne que les “développeurs” ou les ethnologues ne le pensent... ».

12Lorsque l’implication anthropologique est envisagée par les promoteurs du projet, le choix de l’innovation est déjà réalisé en matière de saliculture, au même titre que l’espace d’intervention et ses populations réceptrices. Le contexte social de réception et les traits spécifiques de son économie qui découlent de l’histoire particulière du littoral guinéen leur sont toutefois inconnus dans le détail. Or, la confrontation des termes de référence du projet avec ceux des producteurs concernés dans les villages, les hameaux et leurs campements de production de sel, montrera l’écart qui sépare en fait ces deux réalités sociales et leurs enjeux, sur le terrain du programme et à sa périphérie, constituant autant d’écueils potentiels dans la conduite du transfert de technologies.

Notes

1 Source : Schéma directeur d’aménagement de la mangrove (sdam), 1990, p. 1.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540