Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Attelages antiques libyens

 | 
Jean Spruytte

III. Reconstitutions à partir de vestiges archéologiques

Texte intégral

1Il existe au musée de Brooklyn une roue antique peu connue et d’une technologie tout à fait particulière (figures 32, 33, 34). Cette roue a été achetée en 1852 par la Société d’histoire de New York à un médecin anglais amateur d’antiquités, le docteur Henry Abbott, qui avait résidé en Égypte de 1832 à 1843 et ramené cette roue avec d’autres antiquités. En 1846 la totalité de ce matériel archéologique figurait dans un inventaire dressé par J. Bonomi (Bonomi 1848), et en 1948 la roue et d’autres vestiges étaient acquis par le musée de Brooklyn pour le département des arts antiques égyptiens.

2En 1980, nous en avions exécuté une maquette à partir des précisions données dans l’étude descriptive de cette roue par M.A. Littauer et J. Crouwel (Littauer et Crouwel 1979). Il s’agissait de résoudre matériellement les problèmes techniques que posait son montage aux quelques chercheurs qui s’y étaient intéressés (figures 35, 36).

3Cette première étude à échelle réduite fit immédiatement apparaître qu’il manquait une pièce à la roue du musée (voir plan de la roue), pièce qui en était une partie essentielle puisqu’elle en constituait le verrouillage concentrique, tout en maintenant fermement les rais* dans le même plan. L’étude matérielle précise de ce montage tout à fait particulier, qui n’était attesté par aucun charronnage connu, antique ou moderne, laissait supposer qu’une technologie aussi étudiée devait certainement répondre à une utilisation particulière. La maquette de la roue révélait en effet que sa conception technique, extrêmement élaborée, n’avait aucun rapport avec celle d’une roue ordinaire et qu’elle permettait le montage et le démontage de l’ensemble sans outillage, la cohésion des pièces étant obtenue simplement par l’utilisation de deux bandes de peaux non tannées.

32. Roue du musée de Brooklyn, vue de face

4Il apparaissait aussi que la réalisation matérielle d’une telle roue nécessitait un traçage des plus minutieux et un débitage extrêmement précis des différentes pièces constitutives, et qu’un travail d’une aussi grande précision ne pouvait être effectué que dans un atelier disposant du matériel et de l’outillage nécessaires.

5A ces constatations expérimentales s’ajoutait le fait que, vu de face, le cercle de serrage des rais autour du moyeu donnait à la roue un aspect tout à fait particulier. M.A. Littauer et J. Crouwel observaient déjà dans leur étude que ce modèle de roue était inconnu des textes et des documents figurés de toutes origines.

33. Roue du musée de Brooklyn, vue de trois quarts

6La maquette réalisée semblait donc devoir demeurer une curiosité, lorsqu’une nouvelle découverte permit d’orienter les recherches dans une direction inattendue. En 1988, J. Kunz, chercheur persévérant de peintures rupestres au Tassili n’Ajjer, découvrait dans le secteur de Tamadjert une magnifique scène d’attelage de l’époque des personnages « à tête en bâtonnet » dont le char présentait une roue de même facture que celle du musée de Brooklyn (figures 38, 39).

7Quelques figurations de ce modèle de roue, moins facilement accessibles, n’avaient pas attiré jusqu’alors l’attention et, par sa netteté, la roue de cette nouvelle scène d’attelage constituait le premier document figuré connu pouvant être incontestablement considéré comme une représentation du type de roue ramenée d’Afrique par le docteur Abbott en 1843.

8Il apparut donc nécessaire de reprendre une étude sur maquette, en vérifiant tout d’abord que la technologie particulière de ce modèle de roue pouvait s’appliquer à des roues ayant un nombre de rais variable, la roue du musée ayant six rais et celle de la peinture rupestre en présentant huit (figure 37). A l’évidence cette technologie pouvait effectivement s’appliquer quel que soit le nombre des rais, qu’ils soient en nombre pair ou impair. Cette découverte pouvait aussi expliquer que des représentations montrent des roues de char ayant des nombres de rais différents (figure 9). Ce facteur ne faisant d’ailleurs que confirmer le caractère particulier de ces chars de dressage, car une roue plus chargée de rais étant plus lourde a un effet ralentisseur sur un côté du véhicule ce qui, au cours du dressage des chevaux, peut être utilisé pour contenir un cheval trop rapide et régulariser les allures.

9La réalisation d’une maquette d’attelage complet au 1 /5e, comportant une roue à six rais et l’autre à huit rais, permettrait enfin un examen détaillé de l’ensemble et une étude pratique sur la résistance des roues, l’équilibre latéral, le rôle de l’arceau stabilisateur, etc. (figures 40, 41).

10Les résultats de ces études sur maquettes, bien que probants, ne pouvaient être pris en considération sans une reconstitution matérielle à l’échelle et une démonstration expérimentale mettant en évidence la solidité des roues, la fiabilité du char et la maniabilité de l’attelage. La réalisation grandeur nature des roues et du char décrite ci-après fut précédée de l’étude technologique de la roue du musée et bénéficia de l’expérience acquise lors de la construction de la maquette.

A – Bande de peau non tannée assemblant la jante et le bandage.
Β – Lanière de peau non tannée enserrant le cercle de serrage.
34. Plan et coupe de la roue du musée de Brooklyn avec les systèmes de serrage qui assurent la cohésion des pièces constitutives

35. Les vingt pièces constitutives de la roue (étude sur maquette au 1/5e), dont le collier de serrage, absent sur la roue du musée de Brooklyn, mais mentionné en 1846 dans l’inventaire de J. Bonomi.

36. Les vingt pièces assemblées et maintenues par deux lanières de peau brute

La roue du musée de Brooklyn

Étude technologique

11La roue a un diamètre de 0,96 m. Elle est composée de 20 pièces de bois dont les plus longues n’atteignent pas 60 cm (voir figures 32, 33, 34).

1 moyeu d’une seule pièce confectionné au tour (traces de tournage visibles).
6 rais, avec pattes* en forme de pyramide tronquée à la base, courtes broches* à l’autre extrémité, et ouvertures en forme de Τ renversé au quart inférieur des faces internes.
6 parties de jante, en portion de couronne, aux extrémités biseautées et crantées (les jonctions s’opèrent en entures* crantées).
6 parties de bandage, en portion de couronne, avec demi-tenon à une extrémité et demi-mortaise à l’autre, et portant chacune à leur base quatre mortaises de faible ouverture (4 à 5 mm).
1 cercle de serrage et d’assemblage des rais (pièce clé, manquante sur la roue mais indiquée dans l’inventaire de J. Bonomi).

37. Une roue à huit rais, de la même technologie, se monte et se démonte de la même façon

12L’assemblage de ces 20 pièces, fortement maintenues par deux bandes de peau brute, constitue la roue et cette technologie tout à fait particulière est inconnue du charronnage traditionnel.

13La réalisation de ce modèle de roue nécessite un plan de montage à l’épure* dont le tracé doit être obligatoirement de grande précision, une exécution minutieuse de gabarits*, et enfin un débit absolument précis des pièces constitutives dont certaines doivent avoir été mises en forme préalablement, soit à la vapeur, soit pendant la pousse de l’arbre qui en fournirait le bois (portions de jante, de bandage, et cercle de serrage).

14On observera que les broches des rais ne pénètrent que dans une seule extrémité (inférieure) des portions de jante, ce qui facilite leur retrait, et permet leur déblocage et leur retrait à la main. La roue démontée se réduit à un « petit colis de bois » qui n’atteint pas 60 cm dans sa plus grande dimension : on peut en inférer que le but d’une technologie aussi élaborée était la réalisation d’une roue pouvant être transportée démontée sous un faible volume.

38. La première phase d’une scène d’attelage (oued Allarama)

15Le personnage fait face à deux chevaux. Celui de gauche est bridé et ses guides passent sur l’épaule droite du personnage et pendent derrière lui. Le personnage finit de brider le cheval de droite de la main gauche et tient dans la droite les deux liens d’attache des chevaux à la barre de traction. Par la suite, il va nécessairement attacher les chevaux aux deux perches verticales situées derrière lui, puis amener le char derrière eux, timon levé. Une fois la barre de traction en place, il l’attachera avec les liens aux licols des animaux. (C’est la manière normale d’opérer lorsqu’il n’y a pas un aide devant les chevaux.)

39. Le char de l’oued Allarama. Le cercle de serrage autour du moyeu est nettement visible

Réalisation des roues et du char

Reconstitution de la roue

16La nature exacte des bois constituant la roue du musée étant encore inconnue, il a été utilisé, pour la reconstitution, du bois de frêne (Fraxinus excelsior) utilisé en charronnage traditionnel. Les pièces courbes ont été cintrées à la vapeur et laissées en forme le temps nécessaire. Les moyeux ont été confectionnés au tour à bois aux dimensions de celui de la roue du musée, en respectant les marques d’alignement des mortaises exactement comme sur l’original.

17Le matériel de traçage utilisé a consisté en un compas, une règle, et une pointe à tracer (figure 42). Sur une table de montage de dimension appropriée, une épure de la roue a été tracée avec précision (figure 43) et des gabarits en planchettes de frêne découpés et ajustés au tracé de l’épure (figure 44).

18La figure 45 montre les bois mis en forme (jante et bandage), le moyeu tourné et mortaisé (mortaises en forme de « pyramide tronquée ») et le cercle de serrage encore sous presse).

19Les différentes pièces débitées aux dimensions exactes des gabarits forment un colis facilement transportable (figure 46). La figure 47 présente le colis ouvert, avec les deux liens utilisés en tourniquet de montage, la figure 48 les vingt pièces constitutives disposées pour le montage.

40. Maquette au 1/5e d’un attelage complet

41. Illustration sur maquette (au 1/5e) du rôle stabilisateur de l’arceau

42. Le matériel de traçage

43. La table de montage

44. Les gabarits

45. Le bois mis en forme et le moyeu tourné

46. La roue démontée

47. Les vingt pièces formant la roue

48. Les pièces disposées pour le montage

49. Montage des rais sur le cercle de serrage

50. Les rais en place maintenus par le cercle

51. La jante mise en place

52. Montage du bandage maintenu par un lien

53. La roue terminée

20Le montage s’effectue de la façon suivante : les rais sont enfilés sur le cercle de serrage, celui-ci glissant dans la barre de l’ouverture en Τ renversé des rais (figure 49). En utilisant l’élasticité du bois du cercle les rais sont mis en place sur le moyeu (figure 50) puis la jante est mise en place, tenue par les broches des rais (figure 51). Le bandage est à son tour mis en place autour de la jante ; il est maintenu par un lien périphérique monté sur un tourniquet de bois (figure 52). Le tourniquet est serré au maximum, obligeant les pièces à se joindre exactement et, pendant que la roue est ainsi sous tension, une lanière de peau de bœuf brute, macérée dans l’eau pendant vingt-quatre heures, est enroulée autour du cercle de serrage et serrée avec force ; immédiatement après, une bande de peau de bœuf brute, macérée et découpée à la largeur nécessaire, est enroulée en spirale autour de la jante en passant dans les mortaises du bandage (figure 53). En séchant, la rétraction des peaux serre les assemblages avec une force insoupçonnée et donne à la roue une résistance inattendue, compte tenu de la multiplicité des pièces constitutives.

21La roue est alors prête à être utilisée, mais il suffit de couper les peaux pour que le démontage s’effectue en un minimum de temps.

  • 1 Cette excellente utilisation des encoches, qui semblaient superflues, fut suggérée par un médecin, (...)

22On peut observer sur la figure 53 que les encoches ménagées au sommet des rais peuvent être utilisées pour placer des lacets de peau brute macérée qui constituent des renforts utiles entre rais et bandage, empêchant tout déplacement possible de la jante, côté supérieur. En effet, les broches des rais ne les traversent pas1.

23Comme toutes les roues, celle-ci a sa jante protégée par un bandage qui peut être changé lorsqu’il est usé sans qu’il soit nécessaire de refaire une autre roue. Le bandage, qu’il soit en métal, en cuir, ou en bois, est une pièce d’usure assurant un rôle de protection et dont dépend la longévité de la roue.

24On constate enfin que le poids de la roue terminée atteint 9 kg, ce qui n’est pas excessif pour un diamètre de près d’un mètre.

25Une seconde roue, exactement semblable à la première, fut construite. Ces deux roues furent entièrement réalisées à l’aide d’outils manuels en 138 heures de travail, ce chiffre comprenant le tracé de l’épure et l’exécution des gabarits. Un ajustage très précis des différentes pièces de la roue oblige à un repérage de chacune de ces pièces par numérotation. Nous pensons qu’il doit en être de même pour la roue du musée de Brooklyn, bien que le fait n’ait jamais été signalé. Il est apparu au cours de ces travaux qu’il y avait un ordre d’exécution dont on ne peut s’écarter et que nous indiquons ci-après :

  1. Tracer au gabarit les 6 pièces formant la jante et les débiter exactement au trait.
  2. Les assembler rigoureusement (au millimètre près) sur l’épure de la table de montage.
  3. Sortir les pattes des rais.
  4. Effectuer les ouvertures en Τ renversé sur les rais.
  5. Sortir les broches des rais.
  6. Effectuer le profilage des rais, côté interne.
  7. Effectuer le profilage des rais, côté externe, en réservant les crans en haut des rais.
  8. Monter les rais à leur place sur le moyeu, présenter la jante et tracer exactement la place des mortaises des broches.
  9. Mortaiser la jante.
  10. Monter la roue sur la table de montage, effectuer localement retouches et ajustages si nécessaire en la maintenant sous tension à l’aide d’une corde périphérique serrée au tourniquet.
  11. Ajuster le bandage sur la jante (au tourniquet).
  12. Mortaiser le bandage (24 étroites mortaises pour le passage de la bande de peau destinée au serrage final).
  13. Ajuster et mettre en place dans les rais le cercle interne de fermeture.
  14. Remonter complètement la roue, la mettre sous tension au tourniquet de serrage, vérifier tous les joints, corriger éventuellement tout défaut d’ajustage.
  15. La roue étant maintenue sous tension maximale, mettre en place la lanière de serrage sur le cercle interne en la tendant au maximum (fixer l’extrémité avec deux épines de bois dur). Mettre en place la bande de peau fixant le bandage à la jante en serrant au maximum. Mettre en place les lacets de renfort au sommet de chaque rais. Laisser sécher 24 heures. Les peaux ont été débitées sèches, puis mises à macérer pendant vingt-quatre heures avant utilisation.

Repérage et marquage

26Il est apparu, lors de la fabrication des roues, que quel que soit le soin apporté au traçage et au débitage des différentes pièces constitutives, celles-ci n’étaient pas interchangeables. L’extrême cohésion de toutes les pièces une fois assemblées, qui est capitale pour assurer la solidité de la roue, exige en effet un ajustage très minutieux de chacune d’entre elles sur les voisines, ce qui peut parfois modifier de 1 à 3 millimètres (en plus ou en moins) ses principales dimensions. Ces faibles écarts, imperceptibles à l’œil, empêchent cependant l’interchangeabilité des pièces, et cette anomalie oblige à un repérage de chaque pièce matérialisé par le marquage individuel de chacune (à l’aide d’un chiffre ou d’une lettre).

27Comme il apparaissait que ces contraintes matérielles sur une reconstitution précise avaient certainement été les mêmes sur l’original exécuté il y a plus de deux mille ans, nous avons effectué une recherche sur des agrandissements photographiques de qualité provenant du musée de Brooklyn. Il existait bien des marques de repérage sur des parties extérieures de la roue (les faces internes, cachées, des différentes pièces n’ont malheureusement pas pu être examinées, le démontage de la roue n’étant pas autorisé). Les illustrations de la figure 54 montrent que l’une des faces internes des rais porte vers le haut un X (lettre de l’alphabet phénicien), l’orientation de toutes ces marques pouvant être indiquée par la direction des coupes biaises d’assemblage des différentes parties de la jante. On peut noter un exemple équivalent de marquage par lettre sur les différentes pièces d’une épave de bateau phénicien échouée en Sicile (Archéologia 61, août 1973 : 27).

Reconstitution du char

28Un des modèles de char utilisé par les personnages « à tête en bâtonnet » est suffisamment typique pour pouvoir être identifié dans toutes leurs représentations rupestres, même lorsqu’elles sont assez éloignées les unes des autres pour qu’elles ne puissent pas avoir été peintes par le même artiste. Il est d’ailleurs visible que ces peintures, plus ou moins bien « finies » selon les secteurs, ne sont pas de la même main, et que des scènes identiques (chars au galop, par exemple) ont été figurées avec réalisme et finesse, ou lourdeur et maladresse, selon le talent personnel de leur auteur.

54. Repères de montage sur la roue du musée de Brooklyn

29Ce modèle de char est particulièrement bien représenté dans la scène d’attelage de l’oued Allarama (figures 38 et 39) où l’on peut en observer différents détails.

30Tout d’abord, comme dans toutes les représentations dételées de ce modèle de char, la barre de traction est fixée à l’extrémité même du timon et non en retrait comme les jougs des chars antiques. De même, les deux tiges placées à l’avant de la plateforme du char ont leur extrémité supérieure qui se termine en forme de crochets, ce qui suggère une prise pour les enlever, d’où l’on peut déduire qu’il s’agit vraisemblablement de fiches destinées à la fixation de la plate-forme sur le timon. Il arrive que ces fiches soient remplacées par un œillet (figure 12) permettant le passage des liens fixant la plate-forme au timon par un autre procédé que les fiches. Enfin l’arceau central de stabilisation du cocher est figuré à sa juste dimension, ne dépassant pas en hauteur le rayon de la roue. Cet arceau étant toujours au dessous des genoux des cochers (figures 8, 9, 12) ne peut dépasser en hauteur 48 centimètres dans les meilleurs cas, et cette dimension se trouve être le rayon de la roue du musée de Brooklyn.

31Ce dernier indice nous a conduit à établir l’échelle à laquelle serait réalisé le char à partir du diamètre de la roue du musée, et soit hasard soit coïncidence, il s’est trouvé que les dimensions de ce char, exécuté loin de tout cheval, ont exactement convenu à l’utilisation de deux poneys de 1,30 m, représentant la taille maximale des chevaux domestiques à l’époque considérée.

32Par analogie avec la technologie de la roue du musée, le char a été conçu pour pouvoir être démonté, des roues démontables apparaissant sans objet si le véhicule ne pouvait pas l’être aussi.

33La seule pièce véritablement encombrante par sa longueur étant le timon, celui-ci a été réalisé en deux pièces s’aboutant par une enture au trait de Jupiter*, assemblage attesté dans la construction nautique au cours du premier millénaire sur des épaves phéniciennes et romaines (Archéologia 1973, nos 55 et 61).

34La figure 55 montre les différentes parties du char démonté. Le train de roues (figure 56) est monté avec un essieu dont le diamètre des fusées est donné par le diamètre interne du moyeu de la roue du musée (68 mm), et dont les esses des roues sont copiées sur celles des chars égyptiens (figure 57).

35Les figures 58, 59 et 60 présentent le détail de l’assemblage du timon, puis sa mise en place sur l’essieu, et les figures 61, 62 et 63 le montage de l’arceau stabilisateur sur la plate-forme et le montage de celle-ci sur l’essieu et le timon.

36Le char est monté selon les deux procédés mentionnés plus haut, soit avec fiches (figure 64) soit avec un œillet (figure 65).

37Les figures 66, 67, 68 montrent la manière dont est réalisé le plancher de la plate-forme, en peaux de bœuf brutes, préalablement macérées pendant vingt-quatre heures.

55. Le char démonté

56. Le train de roues. Les deux roues sont montées sur l’essieu

57. Détail du montage : une esse en bois maintenue par un coulisseau de cuir

58. Montage du timon. Les deux pièces constituant le timon sont aboutées par une enture au trait de Jupiter

59. Blocage de l’enture par une clef enfoncée au maillet

60. Assemblage du timon avec l’essieu

61. Montage de l’arceau stabilisateur sur la plate-forme

62. Montage de la plate-forme sur l’essieu et le timon

63. Détails de la fixation sur le timon à l’aide de deux fiches

64. Le char monté

65. Le même char, mais avec fixation de la plate-forme sans fiches

66. Peaux brutes de veau et de vache

67. Tressage de la plate-forme

68. La plate-forme terminée

69. Montage de l’ensemble

70. Le char démonté et chargé sur un poney (vu du côté gauche)

71. La même scène vue du côté droit

38Complètement terminé avec sa barre de traction (figure 69) le char peut être entièrement démonté et transporté sur un équidé de 1,20 m au garrot (figures 70, 71).

39Le char, comme les roues, a été réalisé avec un outillage manuel, en 76 heures de travail. Terminé il pèse 49 kg ; il ne comporte aucune pièce métallique de quelque nature que ce soit, toutes les liaisons entre les différentes parties du véhicule étant en peaux de bœuf non tannées, mais traitées « à l’ancienne » : émincées, dépilées, chaulées. Ces peaux ont toujours macéré vingt-quatre heures avant leur utilisation, et ont séché, une fois posées, en une trentaine d’heures. L’effet de serrage par rétraction en séchant est considérable, et la solidité comme la conservation sont assurées par deux couches de vernis naturel à base de sandaraque*.

Expérimentation

40Les essais du char ont été effectués au Poney-Club de Canto Grihet à Beaurecueil, dont les directeurs, M. et Mme Périn-Riz, ont pendant plus de vingt ans participé aux expérimentations d’attelages antiques et aimablement fourni les poneys nécessaires à ces études.

41Le char, transporté démonté en voiture, a été remonté et mis en état de rouler au Poney-Club ; la lubrification des fusées d’essieu a été effectuée avec du suif de mouton pur.

42Comme pour les précédentes expérimentations de chars « sahariens », deux poneys de 1,30 m de taille (maximum admissible pour l’époque considérée) ont été attachés par leur licol à la barre de traction du char (figure 72) et le cocher a recherché la meilleure prise possible de l’arceau stabilisateur entre les jambes. Contrairement à ce que l’on supposait (et l’on constate à nouveau qu’en attelage la supposition est toujours mauvaise), un serrage de l’arceau entre les mollets, les pieds côte à côte et sur la même ligne, s’avère impraticable, le cocher n’assurant plus son équilibre dans le sens longitudinal et la force de serrage elle-même étant insuffisante. Mais si le cocher prend instinctivement une autre position en avançant simplement une jambe par rapport à l’autre (figure 73), il prend alors l’arceau en ciseau et constate immédiatement l’efficacité du système ; l’on peut observer sur les représentations rupestres que c’est bien ainsi que les personnages « à tête en bâtonnet » utilisaient l’arceau (figures 8, 9, 12).

72. Les chevaux attachés à la barre de traction

73. Position des jambes du cocher de chaque côté de l’arceau stabilisateur

74. Porte-fouet et baguette derrière le cocher

43A cette première constatation expérimentale il faut ajouter une autre observation matérielle. Exactement comme sur la figure 12, nous avons monté une crapaudine de bois derrière le cocher, dans le prolongement de l’arceau, et mis dans celle-ci une tige de bois ne dépassant pas en hauteur la ceinture du cocher (figure 74) ; ce qui, d’une part, donne à cette tige une longueur réelle maximale de 0,90 à 1,00 m, et ce qui montre d’autre part l’impossibilité dans laquelle serait le cocher de pouvoir la chercher en tâtonnant derrière lui tout en menant un attelage au galop. La supposition souvent émise qu’il pourrait s’agir d’un javelot utilisé par le cocher ne repose sur aucun exemple archéologique. Aucune représentation antique de char, utilisé à la guerre ou à la chasse, ne montre de cocher utilisant lui-même une arme d’hast*, celle-ci lorsqu’elle existe est toujours maniée par un passager du char (bas-reliefs assyriens par exemple), et la plus ancienne représentation connue d’une scène de ce genre est l’Étendard d’Ur (sur la face dite « La guerre ») où, à bord d’un quadrige d’ânes, un guerrier lance un javelot à la volée pendant que le cocher mène l’attelage.

75. Marche au pas

44Afin d’avoir une valeur véritablement démonstrative, l’expérimentation a eu lieu dans une carrière d’équitation, rectangle clôturé, permettant de tester la fiabilité du char et la solidité des roues en passant dans les angles à des allures variées. Au galop, chaque tournant provoque, par l’effet de la force centrifuge, une poussée vers l’extérieur qui fait subir aux roues un effort de cisaillement latéral dont l’importance est en relation directe avec la vitesse et le rayon de la courbe. Pour un véhicule de 49 kg avec un cocher de 72 kg et une vitesse de 25 km/h sur une courbe de 15 m de rayon la poussée latérale à hauteur des moyeux est de 41 kp.

45La série photographique de l’expérimentation montre la résistance du véhicule et des roues à toutes les allures, même sur des tournants assez accentués pour arriver au dérapage, sans qu’il se soit produit aucun incident matériel (figures 72 à 84). En ce qui concerne le menage et la cohésion de l’attelage, les résultats ont été les mêmes que ceux acquis lors des expérimentations antérieures et sur lesquels il ne semble pas nécessaire de revenir ; en revanche le char permet de nouvelles constatations qui confirment, d’une part, qu’il s’agit bien, et uniquement, d’un véhicule de dressage des chevaux et, d’autre part, qu’un type de véhicule aussi élaboré ne pouvait être matériellement réalisé que dans certaines conditions particulières sur lesquelles nous reviendrons.

46La légèreté du char, sa solidité jointe à la souplesse de la construction, l’utilisation d’une barre de traction, d’un arceau stabilisateur à la place d’une rambarde, la possibilité de varier le poids d’une roue par rapport à l’autre et donc d’augmenter si nécessaire le tirage sur un seul côté du char (en variant le nombre de rais), la possibilité de sauter sur, ou du, véhicule de n’importe quel côté, et enfin sa parfaite maniabilité en font un véhicule de dressage hautement performant, mais absolument inconnu des textes antiques comme des auteurs modernes. Le silence des auteurs antiques, grecs ou latins, sur le dressage des chevaux à l’attelage pourrait paraître surprenant, mais compte tenu du manque complet d’intérêt pour le dressage du cheval monté, confié à l’esclave ou au palefrenier (comme en témoigne Xénophon II-I, 5), il est possible de considérer que le dressage des chevaux à l’attelage ait offert encore moins d’intérêt pour les utilisateurs. Cette attitude a d’ailleurs traversé les siècles, car aujourd’hui encore l’acheteur d’un jeune cheval le voudra le plus souvent déjà débourré, sinon dressé, mais acceptera difficilement d’en voir le prix majoré pour payer le travail que cela représente. Il ne serait donc pas surprenant que, dans l’Antiquité, des groupes humains aient pu se spécialiser dans le dressage des chevaux à l’attelage dans des conditions de travail tout à fait particulières comme nous le verrons plus loin.

47Les principaux résultats de cette phase expérimentale concernent les roues, copies exactes de celle du musée de Brooklyn. Ce modèle a quelque chose d’exceptionnel car la résistance au cisaillement et à la rupture d’une roue de 0,96 m, uniquement constituée de vingt petites pièces de bois maintenues par deux bandes de peau non tannée, est bien supérieure à ce qu’on pourrait attendre d’un pareil assemblage. Si l’on connaît approximativement l’âge de cette roue, qui se situe vers le Ve siècle avant J.-C. on ne saura évidemment jamais qui en a été le génial inventeur. (Sleeswyk 1987. L’auteur mentionne les deux datations au carbone 14 effectuées en 1986.)

76. Départ au trot

78. Tournant au trot

81. Évolutions au trot

82. Évolution au galop

83. Allongement au galop

84. L’attelage vu de l’arrière

48En résumé, l’expérimentation effectuée confirme les précédentes et met particulièrement en évidence l’existence, jusqu’ici insoupçonnée, dans la Libye des Anciens, d’un matériel de dressage des chevaux à l’attelage parfaitement étudié pour cet usage et adapté aux conditions géographiques du pays, ainsi que la présence d’une population de caractère sédentaire spécialisée dans cette activité.

La représentation rupestre des attelages et la réalité expérimentale

49Comme nous l’avons mentionné plus haut, ce n’est pas seulement d’après la représentation rupestre que l’on peut tirer une argumentation technique sur les attelages, comme cela s’est pratiqué depuis cinquante ans. Le document photographique atteste une réalité, c’est-à-dire ce que voyait réellement l’auteur d’une peinture d’attelage au galop, alors que la peinture rupestre montre ce qu’il représentait et l’on peut constater, sans erreur possible, qu’il ne représentait pas ce qu’il voyait (figures 85 et 86). Il est possible de déterminer les facteurs à prendre en compte pour expliquer ce fait : tout d’abord, la volonté de donner une impression de vitesse à un attelage au galop par des conventions picturales très éloignées de la réalité ; ensuite celle de faire apparaître par des artifices graphiques des détails techniques normalement invisibles, et enfin celle de manifester à l’égard des personnages une détermination délibérée d’anonymat complet.

  • 2 Phidias a représenté, au Ve siècle avant J.-C., les chevaux des cavaliers de la frise du Parthénon (...)

50En ce qui concerne la représentation du galop des chevaux, les artistes en général, sauf Phidias2 ont empiriquement adopté depuis une haute Antiquité un type d’allure irréelle représentant les animaux en extension plus ou moins complète et plus ou moins cabrés, et cette manière anormale de représenter des chevaux au galop s’est maintenue jusqu’à l’invention de la photographie. Il ne faut pas en déduire, comme beaucoup l’on fait, que personne ne connaissait le mécanisme du galop avant l’invention de la photographie. F. Robichon de la Guérinière (École de cavalerie, 1733) montre que les écuyers du XVIIIe siècle connaissaient le mécanisme du galop, et que ce sont les artistes qui ne savaient pas le représenter. Depuis près d’un siècle des ouvrages spécialisés ont traité de la représentation du galop (Guérin-Catelain, 1912). Les auteurs des peintures rupestres de l’époque des personnages « à tête en bâtonnet » ont eux aussi représenté les chevaux dans une extension parfois outrée pour obtenir cette fameuse impression de vitesse, mais une observation très précise de leurs peintures montre qu’ils ont encore accentué cette impression en donnant aux bustes des cochers une inclinaison parallèle à celle de l’encolure des chevaux des attelages (figures 87, 88, 89, 90, 91, 92 et 93) et l’effet général est encore renforcé par l’absence d’une « ligne de terre », ce qui permet de faire varier visuellement la position du cabré des chevaux selon l’angle sous lequel on considère la représentation.

85. Ce que voyait réellement l’auteur d’une peinture rupestre figurant un attelage au galop...

86. ... et ce qu’il représentait (Tamadjert, abri principal du centre)

51Les artifices graphiques utilisés ont pour but de montrer ce qu’il est pratiquement impossible de voir : une barre de traction dont les extrémités sont indiquées dépassant de part et d’autre des têtes des chevaux, ou encore un, ou parfois deux timons, allant par dessus le dos des chevaux directement à la tête de ceux-ci à partir d’un véhicule « volant » au-dessus des animaux. Même en prenant une photographie d’une position élevée, par exemple à l’aide d’une échelle, il est impossible d’apercevoir ces éléments qui ont donc été figurés de manière intentionnelle. On peut encore observer que la majorité des représentations d’attelages, toujours figurés de profil, ne montre qu’une seule roue (figures 2, 12, 18) et que, plus rarement, sont aussi représentées les deux roues (figure 9). Il a été proposé de voir dans la roue unique une synthèse des deux roues, rigoureusement superposées, en considérant que si huit rais étaient figurés il s’agissait de deux roues à quatre rais. Mais la plupart des roues uniques n’ont que six, cinq ou quatre rais (figures 87, 90), ce qui ne permet pas d’y voir deux roues en superposition. Il apparaît plus logique de considérer que dans les deux cas de figurations, soit à une seule roue, soit à deux roues, il s’agit encore d’artifices graphiques facilement démontrables. Lorsqu’un attelage est vu de profil la deuxième roue, celle du deuxième plan, tombe juste dans la perspective de l’arceau et des jambes du cocher (figures 85 et 88) et l’impossibilité de tout représenter sur une surface rocheuse a conduit à n’en représenter qu’une. L’on peut se convaincre de cette difficulté en essayant soi-même de le peindre sur une roche, comme nous l’avons tenté.

87. Mise en évidence du parallélisme entre l’inclinaison des encolures des chevaux et le buste du cocher (Tamadjert, abri principal du centre)

88. Vérification sur maquette

89. Tamadjert, abri principal du centre

90. Oued Weressen

91. Tamadjert, abri principal du centre

92. Oued Weressen

93. Tamadjert, abri principal du centre

94. Char à caisse. On remarque les guides détendues sous les ganaches des chevaux (Tamadjert, abri principal du centre)

52Quand les figurations font apparaître la deuxième roue, c’est d’une manière absolument erronée : décalée derrière le cocher (figure 9), elle est placée dans une perspective impossible pour un attelage vu de profil. Et l’on remarquera à ce propos que toutes les représentations antiques d’attelages vus de profil ne font apparaître qu’une seule roue, que ce soit en Égypte, en Assyrie, en Grèce, etc.

53Enfin, si la représentation rupestre donne au cocher une position de menage absolument inexacte, mais le plus souvent aisée et même élégante, il reste que ce n’est toujours qu’une silhouette asexuée et nous verrons plus avant qu’il existe des données matérielles qui paraissent rendre vaine toute tentative d’identification des individus.

54On remarquera pour terminer qu’il existe dans l’abri principal de Tamadjert une représentation rare de char à caisse dont le menage n’est pas identique à celui des autres attelages (figure 94). Les chevaux sont au galop, mais le cocher n’a pas ses guides tendues, il mène « au poids du cuir » (en terme de métier), c’est-à-dire avec des guides assez détendues pour qu’elles apparaissent sous les ganaches des chevaux, ce qui signifie qu’il s’agit de chevaux dont le dressage est terminé ou en voie d’achèvement. A ce stade utiliser un char à caisse correspond encore aujourd’hui à la fin du dressage, car il faut encore habituer les chevaux à entendre derrière eux le bruit du roulement, qui varie avec la nature du sol, sans qu’ils puissent prendre peur. A cette dernière phase du dressage on utilise toujours un véhicule bruyant, ou carrossé et formant caisse de résonance, pour obtenir un bruit de roulement amplifié auquel les chevaux ne sont pas encore habitués. Tous les dresseurs de chevaux à l’attelage savent que négliger cette précaution, d’ailleurs mentionnée dans les manuels de dressage, expose à des risques dans les premiers temps où les chevaux sont utilisés à l’extérieur. Cette peinture ne fait qu’apporter une confirmation des connaissances hippotechniques des personnages « à tête en bâtonnet ».

Notes

1 Cette excellente utilisation des encoches, qui semblaient superflues, fut suggérée par un médecin, le Dr F. Emond qui participait à une discussion sur le serrage des pièces.

2 Phidias a représenté, au Ve siècle avant J.-C., les chevaux des cavaliers de la frise du Parthénon dans une allure très proche du réel.

Table des illustrations

Légende 32. Roue du musée de Brooklyn, vue de face
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/6377/img-1.jpg
Fichier image/, 397k
Légende 33. Roue du musée de Brooklyn, vue de trois quarts
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/6377/img-2.jpg
Fichier image/, 316k
Légende A – Bande de peau non tannée assemblant la jante et le bandage.Β – Lanière de peau non tannée enserrant le cercle de serrage.34. Plan et coupe de la roue du musée de Brooklyn avec les systèmes de serrage qui assurent la cohésion des pièces constitutives
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/6377/img-3.jpg
Fichier image/, 253k
Légende 35. Les vingt pièces constitutives de la roue (étude sur maquette au 1/5e), dont le collier de serrage, absent sur la roue du musée de Brooklyn, mais mentionné en 1846 dans l’inventaire de J. Bonomi.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/6377/img-4.jpg
Fichier image/, 437k
Légende 36. Les vingt pièces assemblées et maintenues par deux lanières de peau brute
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/6377/img-5.jpg
Fichier image/, 269k
Légende 37. Une roue à huit rais, de la même technologie, se monte et se démonte de la même façon
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/6377/img-6.jpg
Fichier image/, 268k
Légende 38. La première phase d’une scène d’attelage (oued Allarama)
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/6377/img-7.jpg
Fichier image/, 704k
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/6377/img-8.jpg
Fichier image/, 629k
Légende 39. Le char de l’oued Allarama. Le cercle de serrage autour du moyeu est nettement visible
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/6377/img-9.jpg
Fichier image/, 210k
Légende 40. Maquette au 1/5e d’un attelage complet
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/6377/img-10.jpg
Fichier image/, 217k
Légende 41. Illustration sur maquette (au 1/5e) du rôle stabilisateur de l’arceau
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/6377/img-11.jpg
Fichier image/, 211k
Légende 42. Le matériel de traçage
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/6377/img-12.jpg
Fichier image/, 135k
Légende 43. La table de montage
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/6377/img-13.jpg
Fichier image/, 454k
Légende 44. Les gabarits
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/6377/img-14.jpg
Fichier image/, 195k
Légende 45. Le bois mis en forme et le moyeu tourné
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/6377/img-15.jpg
Fichier image/, 152k
Légende 46. La roue démontée
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/6377/img-16.jpg
Fichier image/, 137k
Légende 47. Les vingt pièces formant la roue
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/6377/img-17.jpg
Fichier image/, 136k
Légende 48. Les pièces disposées pour le montage
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/6377/img-18.jpg
Fichier image/, 138k
Légende 49. Montage des rais sur le cercle de serrage
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/6377/img-19.jpg
Fichier image/, 483k
Légende 50. Les rais en place maintenus par le cercle
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/6377/img-20.jpg
Fichier image/, 137k
Légende 51. La jante mise en place
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/6377/img-21.jpg
Fichier image/, 139k
Légende 52. Montage du bandage maintenu par un lien
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/6377/img-22.jpg
Fichier image/, 129k
Légende 53. La roue terminée
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/6377/img-23.jpg
Fichier image/, 486k
Légende 54. Repères de montage sur la roue du musée de Brooklyn
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/6377/img-24.jpg
Fichier image/, 362k
Légende 55. Le char démonté
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/6377/img-25.jpg
Fichier image/, 691k
Légende 56. Le train de roues. Les deux roues sont montées sur l’essieu
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/6377/img-26.jpg
Fichier image/, 668k
Légende 57. Détail du montage : une esse en bois maintenue par un coulisseau de cuir
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/6377/img-27.jpg
Fichier image/, 303k
Légende 58. Montage du timon. Les deux pièces constituant le timon sont aboutées par une enture au trait de Jupiter
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/6377/img-28.jpg
Fichier image/, 74k
Légende 59. Blocage de l’enture par une clef enfoncée au maillet
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/6377/img-29.jpg
Fichier image/, 72k
Légende 60. Assemblage du timon avec l’essieu
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/6377/img-30.jpg
Fichier image/, 401k
Légende 61. Montage de l’arceau stabilisateur sur la plate-forme
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/6377/img-31.jpg
Fichier image/, 233k
Légende 62. Montage de la plate-forme sur l’essieu et le timon
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/6377/img-32.jpg
Fichier image/, 440k
Légende 63. Détails de la fixation sur le timon à l’aide de deux fiches
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/6377/img-33.jpg
Fichier image/, 122k
Légende 64. Le char monté
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/6377/img-34.jpg
Fichier image/, 730k
Légende 65. Le même char, mais avec fixation de la plate-forme sans fiches
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/6377/img-35.jpg
Fichier image/, 722k
Légende 66. Peaux brutes de veau et de vache
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/6377/img-36.jpg
Fichier image/, 166k
Légende 67. Tressage de la plate-forme
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/6377/img-37.jpg
Fichier image/, 508k
Légende 68. La plate-forme terminée
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/6377/img-38.jpg
Fichier image/, 532k
Légende 69. Montage de l’ensemble
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/6377/img-39.jpg
Fichier image/, 542k
Légende 70. Le char démonté et chargé sur un poney (vu du côté gauche)
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/6377/img-40.jpg
Fichier image/, 1,1M
Légende 71. La même scène vue du côté droit
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/6377/img-41.jpg
Fichier image/, 462k
Légende 72. Les chevaux attachés à la barre de traction
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/6377/img-42.jpg
Fichier image/, 394k
Légende 73. Position des jambes du cocher de chaque côté de l’arceau stabilisateur
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/6377/img-43.jpg
Fichier image/, 253k
Légende 74. Porte-fouet et baguette derrière le cocher
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/6377/img-44.jpg
Fichier image/, 425k
Légende 75. Marche au pas
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/6377/img-45.jpg
Fichier image/, 377k
Légende 76. Départ au trot
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/6377/img-46.jpg
Fichier image/, 283k
Légende 77. Trot
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/6377/img-47.jpg
Fichier image/, 268k
Légende 78. Tournant au trot
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/6377/img-48.jpg
Fichier image/, 301k
Légende 79
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/6377/img-49.jpg
Fichier image/, 252k
Légende 80
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/6377/img-50.jpg
Fichier image/, 242k
Légende 81. Évolutions au trot
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/6377/img-51.jpg
Fichier image/, 240k
Légende 82. Évolution au galop
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/6377/img-52.jpg
Fichier image/, 232k
Légende 83. Allongement au galop
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/6377/img-53.jpg
Fichier image/, 247k
Légende 84. L’attelage vu de l’arrière
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/6377/img-54.jpg
Fichier image/, 235k
Légende 85. Ce que voyait réellement l’auteur d’une peinture rupestre figurant un attelage au galop...
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/6377/img-55.jpg
Fichier image/, 386k
Légende 86. ... et ce qu’il représentait (Tamadjert, abri principal du centre)
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/6377/img-56.jpg
Fichier image/, 406k
Légende 87. Mise en évidence du parallélisme entre l’inclinaison des encolures des chevaux et le buste du cocher (Tamadjert, abri principal du centre)
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/6377/img-57.jpg
Fichier image/, 783k
Légende 88. Vérification sur maquette
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/6377/img-58.jpg
Fichier image/, 704k
Légende 89. Tamadjert, abri principal du centre
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/6377/img-59.jpg
Fichier image/, 691k
Légende 90. Oued Weressen
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/6377/img-60.jpg
Fichier image/, 858k
Légende 91. Tamadjert, abri principal du centre
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/6377/img-61.jpg
Fichier image/, 392k
Légende 92. Oued Weressen
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/6377/img-62.jpg
Fichier image/, 1,2M
Légende 93. Tamadjert, abri principal du centre
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/6377/img-63.jpg
Fichier image/, 254k
Légende 94. Char à caisse. On remarque les guides détendues sous les ganaches des chevaux (Tamadjert, abri principal du centre)
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/6377/img-64.jpg
Fichier image/, 435k

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540