Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Transitions et subordinations au capitalisme

 | 
Maurice Godelier

Transitions à Sumatra : capitalisme colonial et théories de la subsomption1

Ann Stoler

Texte intégral

  • 1 Revue internationale des sciences sociales (n° 114, 1987 : 603-624).
  • 1 Pour une revue de cette documentation, selon divers points de vue et des conceptions théoriques di (...)

1Il est souvent question, dans les études théoriques et empiriques sur le tiers monde, colonial ou contemporain, de la place occupée par les formes sociales de production indigènes et du fait qu’elles restent partiellement en dehors des rapports de travail capitaliste, et de leurs marchés1, tout en leur étant subordonnées. Ce phénomène a été défini et expliqué de plusieurs façons. La théorie de la dépendance, l’analyse de systèmes à l’échelle mondiale, l’articulation de modes de production sont autant de tentatives d’explication des transformations des rapports de production et d’échange qui ont marqué l’expansion du capitalisme dans le tiers monde. L’une des difficultés que présentent toutes ces approches est qu’elles postulent une dichotomie systématique entre les formes non capitalistes et capitalistes de production. De ce fait, elles permettent bien de décrire les situations intermédiaires combinant divers éléments des deux formes, mais ne peuvent les intégrer en une théorie satisfaisante.

2La théorie marxiste de la subsomption envisage ce processus d’assujettissement capitaliste sous un éclairage qui, au lieu de laisser dans la pénombre la zone mal définie de transformation, la projette au contraire en pleine lumière. Les mécanismes que Marx a appelés « subsomption formelle » et « subsomption réelle » sont des modalités qualitativement différentes de la subordination du travail au capital, qui passe soit par la destruction de la base matérielle et/ou des rapports sociaux propres aux formes de production antérieures, soit, plus généralement, par la conversion de certaines de leurs caractéristiques sous une forme nouvelle. La notion de subsomption est donc centrée sur les différents degrés d’intensité de la pénétration capitaliste et les différentes formes de capitalisme qui en découlent.

  • 2 C’est l’exemple que cite Marx dans l’Appendice du livre premier du Capital consacré aux résultats (...)

3La même approche s’impose pour l’analyse de l’action politique dans la mesure où la forme que prend la subsomption a des conséquences précises quant aux voies de résistance qui s’offrent aux travailleurs. Dans les études spécialisées cependant, l’essentiel de l’attention se porte, non sur l’aspect politique de la subsomption, mais sur son aspect économique et sur le procès de travail en tant que lieu où d’abord s’opère la subsomption, facilement identifiable dans le passage classique de l’industrie artisanale à domicile à une production industrielle mettant en œuvre des machines à grande capacité et de nouvelles techniques de contrôle du travail en usine2.

4Mais cette conceptualisation permet-elle de comprendre le phénomène couramment observé de la famille ouvrière-paysanne, dont certains membres ont un travail salarié, par exemple dans une plantation de caoutchouc mais qui tire une partie de sa subsistance de la culture de parcelles, dont l’exploitation n’est elle-même viable que grâce à des apports monétaires provenant d’un travail effectué en dehors de la plantation ? Peut-on dire par exemple qu’à chacune de ces sphères d’activité correspond un degré différent de subsomption, c’est-à-dire qu’un même individu peut être assujetti au capital à plusieurs voies en même temps ? Si tel est le cas, quelles incidences cela a-t-il sur la position des travailleurs et les possibilités qui leur sont offertes d’un point de vue politique lesquelles, peut-on penser, varient le type de subsomption auquel ils sont soumis et l’ampleur du phénomène ?

5Il n’est pas facile de répondre de façon simple et directe, mais les questions définissent elles-mêmes au moins un grand problème qu’il convient d’examiner. On ne saurait poser simplement que le phénomène de la subsomption concerne le procès de travail ; il intervient, et surtout dans de multiples domaines. On a étudié principalement la transition entre la subsomption formelle et la subsomption réelle, comme nous le verrons dans un instant, mais un certain nombre d’analystes ont intégré à leur description de cette transition des facteurs de complexité bien plus nombreux que ceux qui découlent de cette seule distinction.

  • 3 Bien qu’il existe déjà une documentation surabondante sur les formes prises par la contestation po (...)

6Je me limiterai, dans le présent article, à examiner un seul facteur, qui n’a pas été suffisamment analysé, à savoir le fait que la subsomption peut avoir lieu : a) dans le procès de travail et/ou b) dans les rapports sociaux qui déterminent la reproduction de la force de travail. C’est ainsi que la subsomption formelle peut s’appliquer au mode d’organisation du travail sur une plantation, mais aussi aux formes sociales et économiques qui conditionnent les modes de reproduction de la force de travail. La subsomption peut s’opérer dans l’un ou dans l’autre domaine, ou dans les deux à la fois et à des degrés différents dans chacun d’eux. Dans les lignes qui vont suivre, j’approfondirai cette question en étudiant la structure et l’histoire de l’industrie des plantations de Sumatra-Nord au siècle dernier et des communautés ouvrières javanaises installées sur les franges des plantations. Je montrerai que l’émergence actuelle de Sumatra-Nord en tant que région nettement partagée en enclaves de plantations et communautés paysannes indépendantes renvoie à une réalité plus complexe, qui illustre la coexistence de plusieurs degrés de subsomption et la nature de leurs multiples aspects. Déterminer les domaines où il y a subsomption des travailleurs nous permettra en outre de mieux comprendre quelles formes peut revêtir la politisation3.

LES DIVERSES CONCEPTIONS DE LA SUBSOMPTION

7Dans l’analyse marxiste, le terme de subsomption sert à désigner des phénomènes très variés. C’est un synonyme fréquent de subordination, mais il sert plus couramment de notion descriptive pour désigner les moyens – qui restent à définir – par lesquels le capitalisme transforme le procès de travail, assujettit une population de travailleurs ou subordonne des sociétés entières à la logique de sa reproduction. Ces différentes acceptions s’expliquent en partie par la diversité même de ce que l’on considère comme le point d’application de la subsomption, que ce soit le procès de travail, la population laborieuse ou encore une formation sociale. Pour certains auteurs, la subsomption est un phénomène qui concerne le « travail » (Althusser et Balibar 1975 ; Roseberry 1983 : 107 ; Chevalier 1983 : 158) ou les « procès de travail existants » (Kahn 1981 : 196 ; Carchedi 1977 : 53 à 55). Pour d’autres, il s’agit de la manière dont « les formes précapitalistes de production (comme la production paysanne) sont subsumées dans la circulation du capital » (Bernstein 1979 : 422 et 423). Ailleurs encore, ce n’est pas seulement la « production paysanne », mais le processus de « production et de reproduction » (Alavi 1982 : 182) et, plus généralement, « les sociétés paysannes » qui sont considérées comme l’objet de la subsomption (Alavi 1982 : 175 ; Smith 1985 : 89).

8La distinction entre ce que Marx appelait la subsomption réelle et la subsomption formelle est implicite dans presque tous ces développements. Pour l’essentiel, cette distinction a été comprise comme correspondant à une différence de degré dans la restructuration des rapports sociaux de production sous l’empire du capital. Ainsi, au stade de la subsomption formelle, la subordination du procès de travail au capital s’opère, selon Marx, sur la base de modes de production différents du mode de production capitaliste et antérieurs à celui-ci. A l’opposé, il y a subsomption réelle quand le capital a développé ses propres forces de production ou de nouvelles techniques de production, et transforme donc fondamentalement les rapports du travailleur au capital et à son travail.

  • 4 Balibar (1975) définit également les étapes de transition par la « correspondance » – comme le fai (...)

9Bien qu’ils souscrivent tous à la formulation de base de Marx, les spécialistes mettent en relief les aspects différents du processus de subsomption (voir aussi Althusser et Balibar 1975 ; Alavi 1982 ; Godelier 1981a, 1981b ; Roseberry 1983 ; Chevalier 1983). Godelier, par exemple, s’efforce en outre d’en préciser les mécanismes à partir de l’idée que la subsomption formelle ne suppose pas nécessairement le maintien de la base matérielle antérieure. De plus, toujours selon Godelier, le caractère distinctif de la subsomption formelle est la non-correspondance entre la base matérielle de la production et sa forme sociale. En revanche, la subsomption réelle représente la « correspondance réciproque » ou la « fusion » des deux (Godelier, 1981a : 183)4. La subsomption formelle se signale donc, soit par une nouvelle forme sociale de production associée à une base matérielle ancienne, soit par l’adoption d’une nouvelle base matérielle dans le contexte d’une forme sociale antérieure. Selon Godelier, la multiplicité des combinaisons possibles explique la diversité des formes que peut prendre la transition au capitalisme.

10Pour Godelier comme pour Marx, la subsomption « formelle » se caractérise en outre par le fait qu’elle se réalise par l’extraction d’une plus-value absolue, c’est-à-dire par l’intensification du travail ou l’allongement de la journée ouvrée, sans modification fondamentale du procès de travail :

« J’appelle subsomption formelle du travail au capital la forme qui repose sur la plus-value absolue parce qu’elle ne se distingue que formellement des modes de production anciens : elle surgit sur leur base, que le producteur y soit son propre employeur ou qu’il doive fournir du surtravail à autrui. » (Marx 1968 : 369.)

  • 5 Brenner (1977 : 68) fait une distinction analogue, mais son propos est différent : il soutient que (...)

11Au contraire, la subsomption réelle repose sur l’extraction d’une plus-value relative, réalisée par l’accroissement de la productivité du travail, auquel cas « il ne suffit plus que le capital, tout en laissant intacts les procédés traditionnels du travail, se contente d’en prolonger simplement la durée » (Marx 1965 : 852), il lui faut au contraire transformer les outils, les techniques et modifier l’échelle de production5. Ainsi donc, si l’on admet en général que subsomption formelle et subsomption réelle correspondent à deux moments distincts du développement capitaliste (Godelier 1981a : 184 ; Alavi 1982 : 186), on s’entend beaucoup moins sur la dynamique de cette transformation. De même façon, la question de savoir si le mode d’extraction de la plus-value absolue – par opposition à la plus-value relative – correspond effectivement à une phase particulière de l’expansion du capitalisme périphérique reste sans réponse sur le plan empirique. Je soutiendrai ici que la subsomption formelle, non seulement est associée à un procès de travail particulier et à une forme précise d’extraction de la plus-value, mais se définit aussi par les structures de soutien sociales et les luttes matérielles menées par les travailleurs dans la période de transition (coloniale ou contemporaine).

LA CONQUÊTE COLONIALE ET L’ASPECT « REPRODUCTION » DE LA SUBSOMPTION

« Le caractère formel de la subsomption d’un mode de production matériel est encore plus accentué quand la nouvelle forme sociale sous le régime de laquelle il est subsumé n’est pas née du développement de la forme passée qu’elle remplace, mais est imposée, importée de l’extérieur, comme dans les situations de conquête, de domination coloniale directe… » (Godelier, 1981a :. 186).

12Godelier n’approfondit pas les raisons pour lesquelles la subsomption formelle serait « encore plus accentuée » en régime de capitalisme de conquête. Je dirais que cela tient au fait que, dans le capitalisme colonial, la régénération des populations laborieuses s’est souvent faite par la préconservation et la ré-création de différents lieux de reproduction de la force de travail. Ce faisant, le capital a laissé ouvertes différentes sources de subsistance et, comme nous le verrons, différentes voies d’opposition. De leur côté, les travailleurs se sont emparés des obligations mêmes qui leur étaient imposées pour en faire la source et le lieu de leur résistance à la subsomption.

13Dans la première partie de ce qui va suivre, nous nous efforcerons de cerner ce processus dans les stratégies coloniales de la prise de contrôle du travail dans un contexte colonial et néocolonial particulier, celui de Sumatra-Nord. Remontant jusqu’à l’« ouverture » de Deli (nom que l’on donnait à la région de plantations de Sumatra-Nord) à la fin du XIXe siècle, je m’arrêterai sur les politiques de l’État colonial et des grandes sociétés qui s’efforçaient d’imposer les modalités et les lieux de reproduction de la force de travail, et sur la réaction des travailleurs à ces politiques. Dans une deuxième partie, j’exposerai le dilemme dans lequel se trouvent aujourd’hui à cet égard les villages javanais qui se sont constitués à la périphérie des plantations. Je m’intéresserai ici aux formes matérielles et sociales de la production dans ces communautés, et me demanderai dans quelle mesure les unes et les autres ont été historiquement liées aux exigences des grands domaines et le demeurent aujourd’hui. A la base de ces deux parties, on retrouve un effort de la part de l’auteur pour comprendre comment les communautés considérées ont pu être créées à la fois par l’industrie de plantation et contre elle.

L’avènement de l’agro-industrie à Sumatra

14Dans les cinquante années qui ont suivi l’apparition de l’agriculture de plantation à Sumatra-Est dans les années 1860, la population de la région est passée de 100 000 à 1 500 000 habitants. Les autochtones, à savoir les Malais de la côte et les cinq sous-groupes batak (Toba, Karo, Pakpak, Mandailing et Simalungun) ont vu leurs rangs grossis par l’afflux de Javanais, d’Indiens et d’Européens venus travailler pour les plantations ou les secteurs d’appui de celles-ci (Dootjes 1939 : 50). S’il est évident que la grande agriculture de plantation a été directement imposée par le capitalisme de conquête, il est plus difficile d’y cerner la nature de la subsomption ; à la différence des plantations de Java, dont l’expansion était alimentée par la main-d’œuvre qui vivait aux alentours dans les villages établis de longue date et où une proportion déterminante de la force de travail trouvait à s’entretenir et à se renouveler – sur la côte orientale de Sumatra les travailleurs chinois, puis javanais, ont été importés par centaines de milliers, logés et nourris dans les baraquements des plantations et liés à ces dernières par leur statut contractuel à long terme. Comment, où, et sous quelle forme leur permettrait-on de vivre, de travailler et de se reproduire ? C’étaient là des questions centrales pour le capitalisme dans sa version coloniale comme dans sa version postérieure à l’indépendance.

15Selon le recensement de 1930, les immigrants javanais, pour la plupart des « coolies » de plantations, représentaient près de la moitié de la population indigène, soit largement plus que n’importe quel autre groupe autochtone de Sumatra-Est. En même temps, beaucoup de communautés autochtones ont vu réduire leur accès aux brûlis à mesure que les planteurs s’appropriaient des domaines de plus en plus vastes. Sur les 30 000 kilomètres carrés de plaines alluviales fertiles que compte Sumatra-Est, plus de 10 000 kilomètres carrés – connus sous le nom de cultuurgebied ou « zone de plantation » – ont été soit concédés, soit loués, soit vendus aux grandes compagnies étrangères.

  • 6 Sur les conflits d’intérêts entre les planteurs étrangers et l’État colonial, voir Stoler, 1985b.

16L’ouverture de Deli à la grande agriculture d’exportation dans les années 1860 s’inscrivait dans l’évolution politique et économique plus générale de l’État colonial hollandais pendant la deuxième moitié du XIXe siècle. Sur le plan économique, cette évolution était marquée par des efforts pour rattacher plus étroitement les îles de l’arc externe, c’est-à-dire la partie de l’archipel excentrique par rapport aux centres coloniaux afin de décourager les incursions britanniques à Sumatra. Dans le cadre d’un plan de « pacification » aux termes duquel les planteurs européens devaient fournir les forces armées et les moyens financiers nécessaires que l’État néerlandais ne pouvait assurer lui-même, les plantations eurent temporairement carte blanche pour développer et protéger à leur gré leurs propres intérêts, étant admis qu’elles servaient ainsi les intérêts et la pérennité de l’autorité néerlandaise6.

17Sur le plan économique, l’expansion de Deli était également liée à une réorientation majeure de la politique coloniale à la fin du XIXe siècle. L’agriculture d’exportation, qui avait été jusque-là un monopole d’État, fut ouverte au secteur privé. Dans la région directement soumise au régime néerlandais, le gouvernement accorda des concessions foncières aux entreprises étrangères, ce qui les encouragea à investir dans la culture d’espèces persistantes à maturation lente mais hautement profitable, et la création d’usines et autres formes de capital fixe dont elles avaient besoin. A Deli, qui fut déclaré domaine « autonome », les autorités locales isolèrent promptement une bonne partie de la côte orientale du reste du territoire de Sumatra, pour leur plus grand profit personnel. Dans tous les cas, ces arrangements à long terme attirèrent les crédits des banques d’investissement et des sociétés de commerce qui commencèrent elles-mêmes à financer et expédier la production des plantations.

18L’industrie du tabac, la première à apparaître, resta un monopole hollandais. En revanche, devant la demande de matières premières industrielles qui marqua le début du siècle, des entreprises américaines, britanniques, suisses et belges créèrent des plantations d’hévéas, de théiers, d’agaves (pour le sisal), et de palmiers à huile (éléis) dont la superficie et le rapport dépassèrent rapidement ceux du tabac (de Waard 1934). En 1918, alors que les grands domaines se remembraient et s’étendaient encore, l’occupation du cœur de la zone de plantation progressait rapidement, ne laissant que peu de terres vacantes en dehors des limites des plantations. Dans la zone du tabac qui entourait le chef-lieu administratif de Medan, les autochtones avaient accès, dans une certaine mesure (selon un système de rotation dit jaluran), aux terres à tabac où la récolte avait eu lieu. Mais dans la région du Sud, les terrains concédés au départ aux plantations se touchaient bord à bord et ne laissaient pratiquement aucune terre aux cultures non industrielles. Dès les années 1920, la zone de plantations était devenue à toutes fins pratiques, une entité politique et économique d’un seul tenant, placée sous autorité étrangère.

19Cependant, on signale, dès 1903, l’apparition de communautés installées de façon illicite sur les lisières des concessions. Elles étaient constituées d’ouvriers des plantations en rupture d’emploi ou en fuite, de Batak Toba des hautes terres et même de villageois malais qui n’avaient pas pu faire reconnaître leurs droits fonciers. Le nombre de communautés qui pouvaient ainsi se créer était évidemment limité, puisque l’on savait déjà que les terres qui n’étaient pas englobées dans les grands domaines ne pouvaient assurer la subsistance de la population indigène, et encore moins celle de la main-d’œuvre immigrée des plantations, qui augmentait chaque année de plusieurs milliers de membres (Bool 1903 : 50). Il est tout aussi évident que cette évolution n’était pas fortuite. La contrainte limitant l’agriculture hors plantations était un trait fondamental de la politique des grands domaines en matière de recrutement et de contrôle de la main-d’œuvre.

Recrutement et reproduction des travailleurs des plantations de Deli

20Puisqu’il n’y avait pas localement de population désireuse de travailler dans les plantations sous contrôle étranger, les planteurs de Deli recrutèrent tous les ans des dizaines de milliers de travailleurs, d’abord dans la péninsule Malay et en Chine, puis, plus tard, dans les villages du centre de Java, appauvris par les extorsions de terres et de travail opérées depuis plus d’un siècle par l’industrie sucrière hollandaise. Le recrutement et le transport à partir de lieux aussi éloignés étant onéreux, on ne négligea rien pour garantir la sécurité des investissements en main-d’œuvre. Le principal mécanisme utilisé fut un système de contrats à long terme, non résiliables, régis par la législation de l’État colonial, qui faisait obligation au coolie, en échange de son transport à Deli, de travailler un nombre déterminé d’années. Le respect des conditions du contrat (en général triennal) était assuré par un code pénal rigoureux qui punissait sévèrement les déserteurs et ceux qui les hébergeaient.

21Les raisons qui poussèrent les Javanais à s’expatrier à Deli, tout au long des quatre-vingts années qui suivirent, en dépit des conditions de vie et de travail apparemment peu attrayantes, tiennent en grande partie à la pénétration antérieure du capital colonial à Java et aux formes autochtones d’adaptation et de résistance qui apparurent par réaction. Du début du siècle aux années 1930, les migrants provenaient en majorité des régions de l’est et du centre de Java, qui étaient les zones de plus forte production de sucre et de tabac destinés à l’exportation (McNicoll 1968 : 57). Longtemps soumises aux extorsions de terres, de travail et de produits, les communautés paysannes n’y avaient pas une capacité d’absorption illimitée, comme Geertz l’a suggéré. Au contraire, ces villages ont pu sans doute se maintenir parce que les habitants qui avaient peu de terres ou n’en avaient aucune étaient obligés d’aller chercher ailleurs les moyens de leur subsistance, soit en traversant l’île selon les cycles saisonniers de récolte, soit en acceptant des contrats de coolie à Sumatra (voir Stoler, s.d.).

  • 7 Pour un examen plus détaillé de la question du sexe dans la politique de contrôle de la main-d’œuv (...)
  • 8 Parmi les autres moyens d’asservir les coolies aux obligations de leurs contrats on peut citer une (...)

22Les incitations à s’embaucher associaient ainsi la promesse de terres à celle d’un salaire qui permettrait au travailleur contractuel d’en acquérir un jour ou l’autre pour son propre compte. Les formes de subsomption apparues à Sumatra étaient donc liées aux conditions qui autorisaient et encourageaient cette force de travail essentiellement masculine, composée de paysans javanais dépourvus – ou mal pourvus – de terres, à se reproduire localement. Au début du siècle, les femmes coolies représentaient seulement 10 à 12 % des 55 000 travailleurs asiatiques. En 1912, le nombre des hommes était supérieur de près de 100 000 à celui des femmes, dans les grands domaines de Deli ; sur la centaine de milliers de représentants de l’ethnie chinoise, près de 93 000 étaient des hommes (Broersma 1919 : 39 ; de Bruin 1918 : 3)7. Cette disparité très accusée encouragea une intense traite de femmes à laquelle participèrent les directions européennes comme les contremaîtres chinois et coolies javanais. Les salaires féminins ayant été fixés, en 1894, à la moitié des salaires masculins, beaucoup de femmes n’avaient d’autre choix pour survivre que de répondre aux besoins sexuels et, plus généralement, aux nécessités domestiques des travailleurs masculins et des cadres (van Kol 1903 ; van den Brand 1904). Mais cet état de choses se révéla coûteux pour les compagnies, les maladies vénériennes étant très répandues parmi les travailleurs, et le nombre élevé d’enfants illégitimes entraînant des frais d’hospitalisation qu’elles eussent préféré ne pas avoir à assumer. Pourtant, elles ne souhaitaient pas modifier leur politique car c’est en partie les dépenses entraînées par ces services féminins qui, en obérant les maigres salaires qu’elles versaient aux travailleurs masculins, leur permettaient de maintenir ceux-ci dans leur situation d’endettement et d’asservissement contractuel8.

23Les mesures prises pour retenir les ouvriers à Deli s’inscrivaient dans un système caractérisé par des stratégies de recrutement et de contrôle de main-d’œuvre qui, en dernière analyse, allaient à l’encontre de ce but. Elles se traduisaient en effet par une mortalité élevée, par la précarité et, en fin de compte, la consomptibilité de la population ouvrière des grands domaines. Deli instaura aussi un système de travail qui, associé à des brutalités sans équivalent ailleurs dans les Indes néerlandaises, n’était pas en mesure de se reproduire. Des efforts finirent par être faits pour préserver cette coûteuse main-d’œuvre javanaise, mais seulement après que le système des contrats à long terme eut été attaqué par la critique sociale hollandaise et, plus directement, par les coolies eux-mêmes. Le meurtre de planteurs européens fut l’expression la plus violente du mécontentement général, dont témoignait le nombre (supposé) d’éléments dangereux, extrémistes et communistes dans les plantations. Pour la seule période allant de 1925 à 1930, le nombre connu de voies de fait dont furent victimes les contremaîtres (asiatiques ou blancs) passa de 31 à 220, ceux concernant le seul personnel européen doublant dans le même temps.

  • 9 Des rapports détaillés sur ce genre de problème ont paru dans les rapports annuels d’Arbeidsinspec (...)

24La contestation ouvrière prit d’autres formes dont l’affrontement individuel et collectif, la constitution d’organisations secrètes, la création d’établissements de squatters clandestins à la périphérie des plantations et un grand nombre de demandes de rapatriement vers Java (en 1915, par exemple, plus de 42 000 travailleurs recrutés à Java arrivèrent à Sumatra, mais 15 000 quittèrent l’île la même année). A mesure que s’étendait la superficie totale des plantations, les agents recruteurs avaient recours à des artifices de plus en plus perfides. De plus, l’accroissement des effectifs conduisait beaucoup de planteurs à se plaindre de la mauvaise qualité des nouveaux arrivants, parmi lesquels on comptait, selon eux, de nombreux agitateurs de l’extérieur qui appelaient non seulement à l’abolition du système de contrats, mais aussi à celle de l’autorité des Blancs. En d’autres termes, les conditions de travail menaçaient la rentabilité des exploitations et la pérennité de la suprématie blanche9.

Formation de familles et subsistance

25Quoiqu’en 1911, une loi avait été adoptée qui tendait à abolir progressivement le code pénal et à remplacer le système des contrats à long terme par celui du « travail salarié libre » (vrije arbeiders) ; il fallut attendre une vingtaine d’années pour qu’elle fût mise en application. Mais les craintes qu’inspirait une main-d’œuvre ainsi affranchie conduisirent à réévaluer la politique de recrutement et à élaborer une multitude de systèmes censés assurer un approvisionnement constant en main-d’œuvre à bon marché. J’ai exposé ailleurs un bon nombre de ces projets (Stoler 1985a) et me contenterai de rappeler ici les recommandations les plus importantes. Il s’agissait, en bref, de stratégies visant à assurer une réserve locale de main-d’œuvre en privilégiant la « formation de familles » (gezinvorming) et le recrutement par familles entières, pour remplacer la main-d’œuvre transitoire, presque exclusivement masculine et essentiellement non reproductive, dont dépendaient les plantations.

  • 10 Ce chiffre est à comparer à la surface minimale établie aujourd’hui à 200 m2 par famille, avec une (...)

26Les planteurs comme les pouvoirs publics cherchèrent une solution dans des programmes de réinstallation des populations, mais en soumettant l’attribution des terres à des restrictions différentes. Le gouvernement favorisa la « colonisation agricole » (landbouw-kolonisatie) qui consistait à allouer aux familles d’immigrants des parcelles assez étendues pour assurer leur subsistance, indépendamment de toute obligation de travailler sur les plantations. Les planteurs, de leur côté, craignant qu’un tel plan n’empiète sur leurs concessions et n’assure pas une offre de main-d’œuvre suffisante, optèrent pour les établissements de travailleurs (arbeidersnederzettigen). L’un de ces systèmes – parmi les plus généreux aurait alloué 700 m2 de terre aux travailleurs mariés qui auraient vécu dans des « villages » placés sous la surveillance de la compagnie pendant toute la durée de leur contrat. Mais dans les régimes finalement instaurés par les planteurs, la superficie allouée fut réduite à 100 m2, soit à peine assez pour une petite maison et un jardin potager10.

27Rares furent les plans de ce genre réalisés à grande échelle mais des terres furent attribuées à titre temporaire, de façon sélective, dans certaines circonstances économiques critiques comme celles de la Première Guerre mondiale, du marasme économique des années 1921-1923 et de la grande crise des années 1930. Il ne s’agissait pas tant de promouvoir la formation de familles que de réduire les coûts de main-d’œuvre dans des périodes de recul de l’industrie de plantations, en mettant à la charge des travailleurs eux-mêmes une plus grande partie de l’entretien de la force de travail. C’est, cependant, de ces premières propositions que naquirent les quartiers d’habitation établis sur les plantations, constituant des sortes de villages ouvriers. Ces établissements offraient un environnement social où les familles de travailleurs javanais, selon les termes des planteurs, devaient se sentir senang (c’est-à-dire satisfaites) et « chez elles ». Le logement devait favoriser les mariages et la procréation. Bref, il offrait une justification à l’abaissement des salaires et représentait un moyen relativement peu onéreux d’assurer un simulacre de vie de village.

28Cet intérêt pour la formation de familles et la création d’une réserve locale de main-d’œuvre se manifesta avec vigueur dans les réactions des compagnies face à la crise de 1929. Le régime des contrats à long terme fut d’abord aboli ; tous les contrats d’ouvriers furent résiliés. Entre 1930 et 1933, près de la moitié de la main-d’œuvre, soit 150 000 personnes, fut débauchée et la population née de l’effort de formation de familles devint la base du processus de sélection. Les hommes célibataires furent renvoyés les premiers. Selon le même principe, les femmes mariées furent aussi licenciées, mais non rapatriées ; leurs emplois étant sacrifiés aux chefs de ménage masculins, elles furent autorisées à rester à Sumatra à la charge de leurs maris salariés (Arbeidsinspectie 1932 : 43). Les « coolies contractuels » qui restaient à Sumatra-Nord furent remplacés par des « travailleurs libres » (vrije arbeiders), c’est-à-dire, en pratique, les mêmes personnes libérées de leur contrat puis réengagées au quart de leur ancien salaire. Ceux qui restaient employés à la demi-journée, pour une demi-paye, furent autorisés à compenser leurs pertes de revenu en employant leurs nouveaux « loisirs » à cultiver des denrées vivrières sur les terrains que les compagnies mettaient à leur disposition.

29Dès que les plantations de Sumatra et l’économie mondiale sortirent de la crise, les grands domaines firent de nouveau face à une pénurie de main-d’œuvre et abandonnèrent immédiatement les plans de la colonisation ouvrière et la distribution de terres. Le recrutement eut de nouveau la priorité, les incitations proposées traduisaient une préférence marquée pour les couples mariés – que la femme travaillât ou non. A propos de ces « pseudo-colonies », Karl Pelzer écrivait en 1945 que les plantations fournissaient aux travailleurs jouissant d’une certaine « honorabilité » des parcelles assez étendues pour donner, ensemble, l’impression d’un desa (village), mais trop exiguës pour assurer l’alimentation des familles (Pelzer 1945 : 210). Ainsi, seuls les chefs de famille masculins comptant au moins cinq ans de bons et loyaux services reçurent une terre dont l’accès restait subordonné à leur fidélité à leur employeur.

30La rationalisation du secteur des plantations prit de nombreuses formes. Des primes pour travaux pénibles furent associées à de nouveaux investissements technologiques pour la production des espèces industrielles. Les compagnies introduisirent ainsi de « nouveaux systèmes de gemmage…, des espèces à fort rendement… et des machines plus efficaces » (Allen et Donnithorne 1962 : 124). L’augmentation de la plus-value relative ainsi extraite fut la marque des années de forte productivité qui succédèrent à la dépression dans les plantations d’Indonésie et de Malaisie.

31Cette tendance à une subsomption plus directe et plus complète du travail au capital, à la fin des années 1930, fit en fin de compte long feu. En 1939, les grands domaines reçurent l’ordre d’ouvrir leurs concessions aux paysans et aux ouvriers des plantations pour qu’ils puissent procéder à la culture intensive d’espèces vivrières, dans le cadre de la préparation de la région à la guerre et à l’embargo imminent (Pelzer 1978 : 119). Dès le début de 1942, près de 80 000 hectares furent temporairement alloués aux ouvriers des plantations et aux autochtones pour ensemencement en riz et autres plantes. Pendant l’occupation japonaise (1942-1945), plus de 200 000 hectares furent autoritairement affectés à l’agriculture de subsistance pour assurer l’alimentation des forces d’occupation et des populations locales (Pelzer 1978 : 123). Après la déclaration d’indépendance de 1945, pendant les cinq années que durèrent les négociations, la réappropriation des terres de plantations se poursuivit sur une très grande échelle. Bien que les plantations fussent encore expropriées à temps partiel dans certains districts, beaucoup de grands domaines furent entièrement convertis à la production vivrière pour ravitailler les milices révolutionnaires.

32Dans les années 1950, c’est-à-dire après l’indépendance, le mouvement d’installation illicite sur les terres s’accéléra, la récupération des grands domaines étrangers étant vigoureusement soutenue à la fois par les organisations d’agriculteurs de gauche et par les syndicats de plantations. En 1957, bien que les plantations fussent de nouveau pleinement opérationnelles, il restait près d’un demi-million de squatters occupant plus du quart de la zone de plantations de Sumatra-Nord. Malgré les efforts concertés entrepris par les pouvoirs publics et les compagnies pour s’opposer à cet empiétement, l’occupation et la récupération de terres de plantations à titre individuel ou collectif continuèrent pendant toutes les années 1950 et ne cessèrent qu’en 1960, lors de la mise en application de la réforme agraire par des moyens militaires.

33Marquée par le recouvrement d’une certaine autonomie face à une économie de plantation en recul momentané, elle s’accompagna d’un renforcement très net de la capacité de négociation des travailleurs et de leur aptitude à faire valoir leurs revendications. Beaucoup de femmes ne retournèrent pas immédiatement au travail sur les plantations après la guerre, préférant cultiver les parcelles familiales illicites. Leur absence provoqua une pénurie de main-d’œuvre et améliora encore la position de négociation de ceux qui continuaient à travailler sur les plantations. Non seulement les salaires en espèces des hommes et des femmes augmentèrent, mais leur rémunération globale fut nettement améliorée par des rétributions en nature calculées sur une base familiale. Ainsi, une certaine sécurité des moyens de subsistance extérieurs aux plantations donna aux ouvriers plus de poids à l’intérieur de celles-ci. Refusant les heures supplémentaires, les quotas de production trop élevés et les rations de riz de mauvaise qualité, ils contestèrent tout un éventail de conditions de travail qu’ils pouvaient dorénavant redéfinir comme objectivement injustes.

34Les gens âgés qui habitent aujourd’hui les villages du pourtour des plantations, se remémorant le rôle qu’ils ont joué dans l’invasion des squatters des années 1950, racontent que ce fut pour eux l’occasion d’exprimer concrètement pour la première fois leur aversion pour le travail des plantations et d’agir dans le sens que dictait le sentiment. Certains croyaient, pas tout à fait à tort, que seule l’occupation illicite de terres leur permettrait de rompre pour de bon avec les compagnies, ce qui en conduisit beaucoup à abandonner leurs maigres pensions de retraite et à se remettre totalement à l’agriculture pour survivre.

La politique de réduction de la main-d’œuvre

35La période qui va de la fin de la Seconde Guerre mondiale au putsch militaire de la droite de 1965 est témoin d’une importante participation populaire à la révolution nationale, à la suite de laquelle on assiste à l’émergence d’un syndicalisme véhément, d’une organisation d’agriculteurs agressive et d’un parti communiste puissant. Dans le district des plantations, les ouvriers syndiqués l’emportent dans le défi qu’ils ont lancé aux entreprises, tandis qu’un mouvement de squatters gagne toute la région sous la conduite des ouvriers des plantations et des Batak Toba, et s’assure le contrôle d’une vaste portion des domaines concédés aux compagnies.

36En septembre 1965, après le coup d’État militaire de droite, le parti communiste est mis hors la loi, ses dirigeants et la plupart de ses membres sont incarcérés, tués ou dispersés. En quelques mois, les organisations de travailleurs et d’agriculteurs de gauche qui avaient pour une bonne part donné le ton à l’Indonésie nouvellement indépendante sont interdites et démembrées. Dans les semaines qui suivent le coup d’État, les squatters qui, depuis les années 1940, cultivaient comme leurs d’anciennes terres de plantation se voient mis à la porte de leurs maisons et privés de leurs moyens de subsistance. Soutenues par la force de police, les compagnies reviennent avec des tracteurs pour retourner les champs des squatters et les replanter en palmiers à huile et en hévéas.

37Les plans gouvernementaux de « stabilisation » économique et politique des régions de plantations étaient expéditifs et sans ambages : les travailleurs syndiqués d’obédience communiste se voient interdits d’emploi permanent dans les grands domaines, et une campagne massive de compression des effectifs est entreprise avec l’aide de la Banque mondiale et d’autres organismes internationaux de financement. Cette initiative s’est accompagnée de vastes investissements dans l’achat de nouveaux matériels agricoles et dans la « rationalisation » des techniques et de l’organisation. Le bilan d’ensemble a été qu’entre 1967 et 1979, les effectifs des plantations sont tombés de 282 000 à un peu moins de 120 000 ouvriers. Les femmes ont été les plus touchées, leur nombre baissant de moitié dans certaines exploitations.

38La tendance générale était d’en finir avec les activités exigeant une main-d’œuvre abondante d’où, notamment, la substitution du palmier à huile à l’hévéa et l’augmentation de la proportion d’ouvriers « temporaires ». Dans les villages où j’ai travaillé, aucune femme de moins de trente ans n’avait jamais eu d’emploi permanent sur une plantation. L’emploi de main-d’œuvre temporaire était un vieux sujet de conflit et, pendant les années 1950, les syndicats de tous horizons politiques s’y étaient opposés. Après 1965 cependant, les compagnies ne tardèrent pas à revenir à ce mode de recrutement plus avantageux. D’après les chiffres officiels, la proportion d’ouvriers temporaires dans les plantations d’État est passée de 10 % à 29 % entre 1973 et 1976. C’est une estimation très prudente et, sur les plantations privées appartenant à des citoyens indonésiens, la proportion a atteint 50 % ou davantage. Cette main-d’œuvre d’origine extérieure et bon marché, issue des villages de la périphérie et des quartiers d’habitation ouvriers des plantations elles-mêmes, a permis de réduire les coûts en main-d’œuvre dans une proportion atteignant dans certains cas 70 %. Pour les compagnies, les avantages sont évidents. Les ouvriers sont embauchés et dirigés par un agent recruteur qui leur verse leurs salaires et les tient à sa main. La sécurité sociale, le logement, les rations familiales de riz et autres prestations sociales dont bénéficient les travailleurs permanents ne sont pas octroyés aux temporaires. En outre, ces ouvriers étant juridiquement employés par l’agent recruteur et non par les plantations, les infractions à la législation du travail – travail des enfants et salaires inférieurs au minimum légal, par exemple – sont censées échapper à la compétence des compagnies et ne sont plus de leur responsabilité.

39Cette main-d’œuvre « temporaire » n’est évidemment pas temporaire du tout. Elle est gardée en réserve toute l’année et comprend tous ceux qui ne peuvent trouver du travail ailleurs : enfants, femmes, anciens détenus politiques, personnes âgées, et même certains jeunes gens qui espèrent voir leur activité temporaire se transformer un jour ou l’autre en emploi permanent. Même avec les vastes programmes de remise en plantation de ces dernières années, les grands domaines n’ont absorbé qu’une fraction de réserve de main-d’œuvre javanaise installée à leur périphérie. Le recrutement autrefois systématique des enfants de travailleurs permanents n’est plus qu’un souvenir. La subsomption ne prend pas seulement la forme d’une prolétarisation des travailleurs mais aussi celle, plus importante, de leur exclusion des emplois lucratifs (Scott 1986 : 11). La chose ne serait pas si grave si les possibilités agricoles existant localement en dehors des grands domaines ne s’étaient elles aussi réduites. L’accroissement de la productivité du travail et la diminution de l’embauche de personnel permanent sont accompagnés d’une pression discrète s’exerçant en permanence sur les squatters pour les écarter de plus en plus des plantations.

40Les dizaines de milliers d’ouvriers de plantations ainsi évincés à la fin des années 1960 et au début des années 1970 ont aggravé en conséquence la charge démographique pesant sur les communautés périphériques. Non seulement les ouvriers renvoyés ont été obligés de trouver où s’installer en dehors des quartiers des grands domaines (pondok), mais encore leurs enfants, qui n’ont pu que rarement obtenir un emploi permanent sur les plantations, n’ont pas le droit au logement sur place et sont ainsi repoussés eux aussi sur les lisières des plantations. Certains établissements de squatters, naguère entourés de rizières sèches et irriguées, ont désormais perdu toute base agricole et ne constituent plus que des « villages dortoirs » hébergeant une réserve nombreuse de travailleurs sous-employés. La quasi-totalité de ces villageois, enfants compris, travaillent à titre temporaire sous l’autorité des agents recruteurs des plantations.

41Du point de vue des compagnies, ces concentrations de travailleurs d’un nouveau genre semblent offrir tous les avantages possibles. Elles ressemblent certainement beaucoup à l’idée que se faisaient, il y a une cinquantaine d’années, les planteurs étrangers de Deli de la communauté de travailleurs idéale, mettant à la disposition immédiate des plantations, sans engager leur responsabilité, une abondante réserve de main-d’œuvre. En fait, la nouvelle situation est loin d’être idéale pour l’une ou l’autre partie. Non seulement les compagnies ont pris l’habitude de faire des descentes dans les villages pour y recruter, mais les ouvriers des plantations et les autres villageois ont inversement pris celle de se livrer à la rapine dans les plantations pour y trouver de quoi survivre. Aussi voit-on apparaître à la périphérie des plantations de nouvelles stratégies productrices de revenus, qui sont la conséquence de l’inefficacité de leur système de surveillance et de production.

LA PÉRIPHÉRIE DES PLANTATIONS DE SUMATRA À L’ÉPOQUE ACTUELLE

42L’avènement du système des plantations à Sumatra-Nord a eu des effets très différents sur les différents groupes ethniques autochtones et, à l’intérieur de ces groupes, sur les différentes classes. L’économie contemporaine est caractérisée par la propriété communale et privée, le travail salarié et l’échange réciproque de travail et, enfin, par des structures villageoises fondées sur un tissu serré de liens de parenté, par opposition aux hameaux atomisés qui ne connaissent guère la vie collective ou l’entraide dans le travail. Pour certains paysans malais de la côte, l’arrivée des compagnies a été l’occasion de s’enrichir et de se métamorphoser en une classe de quasi-rentiers, vivant des loyers de la terre concédée aux immigrants javanais et chinois qui ne pouvaient avoir d’autre titre foncier. Pour les Batak Karo des hautes terres, la constitution des grands domaines a entraîné une réorganisation radicale de la collectivité et de l’agriculture, la disparition de la propriété communautaire et l’expansion rapide des cultures marchandes. Les Batak Simalungun qui vivent plus près du centre de la zone de plantations, ont connu non seulement l’invasion de leurs terres par les planteurs, puis par les Javanais qui travaillaient autrefois dans les grands domaines et qui en ont débordé les limites, mais aussi l’afflux massif de Batak Toba pratiquant la riziculture irriguée, alors qu’eux-mêmes ne connaissent traditionnellement que l’agriculture sèche sur brûlis. Chez les Batak et les Malais, la transformation de la terre et du travail en biens marchands se manifeste dans l’évolution de la structure de la propriété foncière, de l’occupation des sols, des techniques agricoles et de la vie rituelle. Ces groupes intéressent notre propos dans la mesure où leurs propres actions et les restrictions qui leur étaient imposées dans le domaine agraire ont influé sur les rapports entre la reproduction de l’économie de plantations et celle de la population de travailleurs javanais qui y était attachée.

  • 11 Les enquêtes sur le terrain, sur l’économie de plantations à Sumatra-Nord, ont été effectuées de 1 (...)

43Nous nous intéressons surtout aux communautés javanaises qui sont situées aujourd’hui à la périphérie des plantations et dont le rôle, dans cette évolution, a pris un caractère plus ambigu11. D’abord, la prolétarisation de nombreux habitants de ces communautés immigrantes était pratiquement chose faite avant leur arrivée à Deli – et peut-être même dès leur départ de Java, où beaucoup étaient déjà ouvriers agricoles salariés – et les ouvriers des plantations les plus anciens, en général de la première génération, ont passé les cinquante dernières années à essayer d’échapper à leur condition. Pour beaucoup, l’effort a essentiellement consisté à créer de petites exploitations agricoles indépendantes, soit à l’extérieur des grands domaines, soit à l’intérieur, sur des terres qu’ils occupaient illicitement.

44Tout le monde ne participe pas à cette lutte pour l’autonomie agraire. Pour la jeune génération, un emploi permanent d’ouvrier de plantation (dinas) est une position enviée, mais qui n’échoit qu’à quelques-uns des postulants jeunes et en bonne santé (souvent des hommes célibataires). Parmi eux, rares sont ceux qui s’adonnent par ailleurs à l’agriculture : pour eux, la « communauté » n’est qu’un lieu de résidence commode, puisque ceux qui sont employés à la journée dans les plantations n’ont pas le droit à un logement dans les quartiers d’habitation du domaine (pondok). Les autres membres du village, hommes et femmes, jeunes et vieux, qui constituent la majorité des habitants, sont assujettis aux grands domaines par d’autres liens. Beaucoup y ont un emploi temporaire pour lequel ils reçoivent un salaire partiel, sans bénéficier d’aucune des prestations sociales accordées aux ouvriers permanents. Ces travailleurs temporaires (buruh lepas) refusent en général de se considérer comme « réellement » dépendants des plantations. En même temps, ils méprisent et évitent – surtout s’ils sont jeunes-, le travail sur les petites parcelles de leurs parents.

45Ces différences dans la perception de la dépendance à l’égard de la production capitaliste trahissent l’ambiguïté des rapports à cette production. De la même façon, s’il paraît évident que l’agriculture de plantation est une entreprise purement capitaliste, ni le procès de travail, ni les moyens de reproduction de la force de travail n’y cadrent exactement avec les paramètres habituels du capitalisme, sans pour autant s’en démarquer nettement. Les raisons en apparaissent plus clairement lorsqu’on sait que la fondation de la plupart des communautés javanaises qui se trouvent à la périphérie des plantations remonte à une installation illicite sur des terres appartenant aux plantations il y a quelques dizaines d’années seulement, et que ces communautés ont toujours affronté leur reproduction comme une lutte économique et politique pour survivre. Pour les planteurs, ces communautés représentaient à la fois un actif indispensable et une menace. Sur le plan économique comme sur le plan politique, leur existence et leur croissance étaient, pour les élites coloniales, autochtones et nationales, un sujet de préoccupation immédiate en rapport direct avec les politiques de contrôle de main-d’œuvre des grandes sociétés.

L’évolution des sources de revenu à Simpang Lima

46Bien que les villages javanais qui entourent les grandes plantations de Sumatra-Nord ne soient absolument pas homogènes, ils présentent certaines caractéristiques communes définies par l’espace social particulier dans lequel vivent leurs membres, et les contraintes économiques auxquelles ils sont soumis. Simpang Lima est un de ces villages que nous étudierons plus en détail. Situé au cœur du district de plantations du sud de Medan, Simpang Lima est bordé sur trois côtés par des plantations appartenant à l’État ou à des étrangers, seule sa limite jouxte un autre village. Comme beaucoup de communautés du même genre, il a été créé à la fin des années 1940 et au début des années 1950 par les squatters qui ont empiété sur les terres des plantations. On n’y trouve plus qu’une fraction des habitants d’origine, mais le village a eu la chance exceptionnelle de se maintenir jusqu’à présent sur son territoire initial. En revanche, sa population a spectaculairement augmenté. Dans la circonscription administrative du village (dont Simpang Lima représente deux hameaux), la surface moyenne des exploitations est passée, entre 1957 et 1978, de 0,40 à 0,13 hectare par habitant.

47Le dilemme consistant à être à la fois marginal par rapport aux plantations tout en restant dominé apparaît dans presque tous les aspects de la vie collective, et influe sur l’essence même des relations communautaires, l’organisation domestique et ce que chaque génération attend de la vie. Un simple coup d’œil sur la situation économique du village rend le phénomène perceptible. D’abord, Simpang Lima s’appuie sur une base matérielle plutôt maigre. Le sol de ses terres sèches, utilisées pour la riziculture dans les premières années de l’expansion, est gravement appauvri. Il ne peut plus servir qu’à faire pousser des tubercules et d’autres espèces de culture sèche. De plus, les terres irriguées sont de mauvaise qualité, leurs rendements sont faibles, et elles ne donnent en général qu’une seule récolte de riz par an, dans les années où l’on peut effectivement récolter. Les nouvelles variétés de riz à haut rendement, dont l’emploi a été lancé et encouragé par les pouvoirs publics il y a plusieurs années, n’y ont réussi que médiocrement. Les rendements sont même souvent bien inférieurs au taux de trois tonnes à l’hectare obtenu des anciennes variétés, taux lui-même inférieur de 25 % au rendement moyen de Java, et inférieur à la moyenne indonésienne globale. Non seulement ces variétés à haut rendement se sont révélées moins résistantes aux parasites, mais elles exigent en outre des apports d’engrais chimiques de plus en plus abondants, qui dépassent très largement les volumes fournis dans le cadre du programme de crédits subventionnés par l’État, programme dont la plupart des cultivateurs de Simpang Lima ont renoncé à se prévaloir.

48Dans la sphère de la production, Simpang Lima offre peu d’autres emplois. Quelques vieux habitants fabriquent des articles de bambou et de palme, mais il n’y a pas d’autre tradition artisanale digne de mention. Les produits du jardin sont une source de revenus non négligeables, notamment la noix de coco, mais l’horticulture est une entreprise particulièrement capitalistique et rares sont les ménages qui ont leurs propres cultures d’arbres à croissance lente mais d’exploitation particulièrement profitable comme le ramboutant, le giroflier et le durion. Coincés entre les plantations industrielles et les classes rurales qui en profitent indirectement, les Javanais n’ont guère d’autre solution, pour se procurer un revenu, que de vendre leur force de travail (jual tenaga), et encore à vil prix. Alors qu’il y a une vingtaine d’années, seule une faible proportion des habitants du village était constituée d’ouvriers temporaires, il est probable qu’à l’heure actuelle 80 % des familles comptent au moins un membre et souvent davantage – dont le travail temporaire est la principale forme d’activité salariée. Bien que le travail temporaire prédomine, près de 20 % des hommes du village de quinze à cinquante-neuf ans ont un emploi permanent sur les plantations. La plupart des saigneurs d’hévéa ont la quarantaine, alors que la récolte des noix d’éléis est réservée aux hommes plus jeunes. Cette dernière tâche, parmi les mieux payées, exige un certain niveau d’habileté et de force, mais surtout de l’endurance pour supporter de longues heures de travail, pénibles et irrégulières. Le rendement à l’hectare a augmenté, ces dix dernières années, grâce à de nouvelles variétés et à l’utilisation plus abondante d’engrais, à un point tel qu’il est maintenant pratiquement impossible pour un travailleur de réaliser, à lui tout seul, la norme de production quotidienne. Dans beaucoup de plantations, un nouveau système de cueillette s’est improvisé : le travailleur permanent engage lui-même deux assistants, dont l’un porte les lourdes bottes de palmes au point de chargement, et l’autre ramasse sur le sol les noix mûres. Ce système permet aux plantations d’accroître leur production sans augmenter l’effectif de leurs ouvriers permanents qui ont droit aux allocations familiales de riz, aux pensions de retraite et à d’autres prestations sociales. Le ramassage des noix est toujours confié à des enfants, à qui il peut être versé une rémunération plus faible encore qu’aux ouvriers temporaires. Bien que, dans la comptabilité des plantations, ce travail en commun apparaisse comme un accroissement de la productivité par unité de surface et par ouvrier, il représente, en fait, le plus souvent, une augmentation du temps de travail total consacré à la cueillette et une baisse de la productivité par unité de travail. Les normes de production imposées aux saigneurs d’hévéa sont elles aussi atteintes par un moyen analogue, le gemmeur se faisant accompagner par un membre de sa famille. Cette main-d’œuvre occulte masque la quantité de travail investie dans la production des plantations, et fausse le montant du salaire horaire réel. De tels rapports de production indiquent à tout le moins que les formes que prend la subsomption dans le secteur des plantations ne peuvent se réduire à de purs rapports entre capital et travail salarié.

49Le caractère le plus frappant des activités économiques à Simpang Lima est la facilité et la fréquence avec lesquelles elles se modifient. La plus grande partie de la population passe constamment d’un travail à l’autre, à mesure que se présentent et disparaissent les possibilités d’emploi. Les jeunes gens sous-employés appellent ce système mocok-mocok (terme qui traduit la variété « petits boulots ») quand ils veulent exprimer la diversité des tâches auxquelles ils ont recours faute de travail stable. La différence que l’on observe le plus nettement entre les structures de l’emploi d’il y a vingt ans et celles d’aujourd’hui est que la majorité des hommes et des femmes n’ont plus actuellement de travail régulier. Cela ne signifie évidemment pas que les gens travaillent moins, mais qu’ils doivent, pour se débrouiller, recourir à des moyens plus aléatoires qui peuvent inclure la récupération des rebuts, la migration temporaire ou le vol.

  • 12 Le détournement des produits des plantations est une activité lucrative et les voleurs sont rareme (...)

50Il peut s’agir, en premier lieu, d’un travail effectué sur les plantations elles-mêmes, qui est indispensable à la production mais que les plantations ne reconnaissent pas officiellement et ne rémunèrent pas directement. Bien que les femmes et les enfants qui cari kacangan (c’est-à-dire qui ramassent les graines du couvert végétal planté pour protéger le sol autour des jeunes palmiers à huile) soient considérés comme faisant quelque chose de vaguement illicite, la direction des plantations ne fait rien pour les empêcher. Les graines sont triées et vendues à des agents qui les revendent à leur tour aux plantations. La substitution de l’huile de palme au caoutchouc est à l’origine d’une deuxième source de revenus monétaires. Dans les plantations où la production quotidienne de noix d’éléis est fixée à un niveau particulièrement élevé, les ouvriers abandonnent souvent les noix qui tombent des bottes. C’est encore les femmes et plus souvent les enfants qui les ramassent, les cassent au pilon à la maison et vendent les amandes à des agents qui les rétrocèdent aux plantations12.

51Si l’on met à part quelques rares sources de revenu locales, une bonne partie des habitants de Simpang Lima ne peut ni s’intégrer directement ou indirectement à l’activité des plantations, ni encore moins trouver du travail à l’intérieur même du village. Le mouvement constant de gens qui s’absentent pendant de courtes périodes pour revenir ensuite au village est un aspect fondamental de la vie locale. Les jeunes filles se font serveuses dans les gargotes au bord des routes, ou domestiques à Medan et dans les autres agglomérations. Les garçons quittent le village pour plusieurs mois, voire pour plusieurs années de suite, pour aller s’employer chez les maraîchers prospères du Karoland ou s’engager comme domestiques chez les Chinois de la classe moyenne, ou comme gardiens de nuit ou ouvriers agricoles chez les agriculteurs batak. Certains travaillent sur les chantiers routiers sous les ordres de sous-traitants ou s’enrôlent dans les équipages des chalutiers malais. D’autres encore trouvent à s’employer pour plusieurs semaines au défrichage des forêts ou dans les usines rurales de coprah et de charbon de bois de la région. Hommes et femmes suivent la progression, vers le sud, de la récolte du riz pendant plusieurs semaines, mais cette activité exige en général des appuis.

52Bien que beaucoup d’habitants de Simpang Lima continuent de se considérer comme des agriculteurs (tani), le village est avant tout un réservoir de main-d’œuvre à bon marché pour l’économie régionale, les plantations et les petites entreprises capitalistes des autres groupes ethniques. Les villageois vivent pour la plupart des emplois qu’ils trouvent à l’extérieur et non des progrès de la production agricole (ou de toute autre production) à l’intérieur de la communauté. Les conséquences de cet état de choses sont les plus manifestes dans la forme particulière de production qui s’est développée au sein et autour de la culture du riz, et qui apparaît tout à fait originale si on la compare, notamment, avec celle du Java rural.

53A Java, en effet, l’accès aux rizières commande tout un ensemble de rapports économiques et sociaux dans lequel les protections personnelles sont déterminantes. Pour les habitants sans terres ou pauvrement lotis des villages javanais, les possibilités de métayage et de participation aux opérations de repiquage et de cueillette dans les champs des propriétaires aisés des villages sont un moyen de subsistance vital, qui représente un fort pourcentage du revenu annuel des ménages (Stoler 1977). A Simpang Lima, ces revenus provenant de la cueillette sont au mieux négligeables et, pour la plupart des familles, nuls, les disparités de richesse foncière entre les ménages n’ayant pas provoqué la même profusion de rapports sociaux communautaires dissymétriques. Les modalités du métayage sont variables mais présentent ce trait important que les protections personnelles n’y ont aucune part. Le métayage à Simpang Lima tend à rester pragmatique et dicté par les circonstances immédiates.

54En deuxième lieu, l’essentiel des travaux agricoles est réalisé, à Simpang Lima, par un ou deux membres de la famille, et non par des groupes de femmes appelées en renfort pour planter ou cueillir. Tout au plus invite-t-on deux ou trois personnes extérieures à la famille (mais néanmoins parentes) à collaborer à ces tâches. Il arrive que des jeunes hommes soient embauchés pendant quelques jours, moyennant une rémunération en espèces, pour l’opération pénible du sarclage, mais pareilles offres sont rares et les arrangements sont toujours conclus de manière improvisée et provisoire. Ainsi, l’accès aux rizières n’est pas lié à des relations de protection, ni ne confère à ceux qui en bénéficient de pouvoir social particulier. Au contraire de ce qui se passe à Java, à Simpang Lima, les distinctions de classe sont essentiellement extra-communautaires, interethniques et inscrites dans la hiérarchie des plantations et des secteurs annexes. Dans les campagnes de Java, au contraire, les échanges de main-d’œuvre entre exploitations familiales de même taille au moment de la récolte du riz s’inscrivent dans un système d’entraide plus large (gotong-royong) qui sert à réaffirmer un ensemble plus vaste d’obligations mutuelles. A Simpang Lima, ces échanges, et leur réciprocité, ont une bien moindre portée, ce qui donne à penser que la praxis sociale y est différemment structurée.

  • 13 Le cas des relations de travail dans la riziculture n’est pas le seul dans lequel on observe un re (...)

55Il ne faudrait pas en déduire que les terres des communautés villageoises sont une ressource négligeable : la rapide augmentation de leur prix est une preuve suffisante de leur valeur. Mais les droits de propriété sur la terre agricole ne sont pas le rapport de production fondamental autour duquel s’organisent les autres relations. Au contraire de la situation qui règne à Java, où on peut encore accéder aux ressources et aux emplois en s’attirant les bonnes grâces des villageois prospères, presque toutes les tâches rémunérées en espèces – dans les plantations ou les chantiers de construction, en forêt ou en mer, dans les restaurants, aux éventaires d’épicerie, dans les usines et à domicile – se situent essentiellement en dehors de l’espace social du village et ne peuvent être utilisées qu’en franchissant les barrières ethniques13. L’absorption de Simpang Lima dans les processus de marché apparaît de manière frappante, non seulement dans les relations entre les familles, mais au sein même de chacune d’elles. A ce dernier niveau, les différences très marquées des expériences politique et économique vécues par les générations anciennes et par les nouvelles trouvent à s’exprimer dans des conceptions opposées de la gestion domestique et de la contribution de chacun à la caisse du ménage, et dans des attitudes divergentes à l’égard du travail salarié.

56Les jeunes hommes n’aident aux champs qu’à contre-cœur, en exigeant souvent d’être payés. Des litiges apparaissent souvent entre parents et enfants, toujours pour la même raison, à savoir la mise en commun des revenus et la répartition des heures de travail. Cela ne signifie pas que ces litiges soient propres aux Javanais qui vivent à la périphérie des plantations, mais simplement qu’ils font partie intégrante de la crise générale que connaît la reproduction de ces communautés. La main-d’œuvre familiale n’est pas mobilisée aux fins de la production agricole, de la production domestique ou de la production villageoise. Dans les villages javanais du Centre, où j’ai étudié, il y a douze ans, les différences de classe dans l’économie domestique rurale, les jeunes gens dont on avait besoin pour des tâches comme les travaux dans les rizières, l’élevage des animaux, la garde des enfants et la production d’objets d’artisanat cherchaient le plus souvent à disposer d’un choix d’activités productrices de revenu assez varié pour leur permettre non seulement de subvenir à leurs propres besoins, mais aussi de participer à l’effort de production de la famille. A Simpang Lima, les familles semblent manquer de cette main-d’œuvre, les épouses et les mères ayant beaucoup moins d’autorité sur le travail de leurs enfants et les finances du ménage. Beaucoup d’entre elles n’ont aucune idée de ce que gagnent leurs maris et leurs enfants. Que ces derniers restent au foyer ou vivent ailleurs dans le village, il y a toujours là un motif de constante tension familiale. Scott et Tilly (1978), étudiant les effets de l’expansion capitaliste sur la structure de la famille dans la France et l’Angleterre du XIXe siècle, ont décrit la métamorphose des familles qui, d’unités de production fondées sur la mise en commun du travail ont été transformées, par l’industrialisation, en unités de revenu fondées sur la mise en commun des rémunérations. A Simpang Lima, les conditions matérielles et idéologiques du partage des salaires et des tâches sont remises en question. La génération ancienne qui a mûri dans un environnement politique et économique où l’on pouvait à la rigueur vivre de son fonds continue à voir dans la cellule familiale une unité de production agricole, dans laquelle la force de travail des enfants doit être gérée par les parents. Les jeunes sont, au contraire, les enfants d’une époque et d’une société différentes. Leur vécu est marqué par la répression politique et l’échec agricole, et à leurs yeux, une exploitation autonome ne représente même pas un vague idéal.

57Il est évident que la situation de la jeunesse de Simpang Lima n’est que le reflet du dilemme dans lequel se trouve la communauté pour ce qui est de la reproduction. Bien que les villageois les plus âgés continuent de se percevoir comme des agriculteurs (tani), la majorité des habitants des villages vivent de leur travail à l’extérieur et non en alternant migration et production intensifiée sur place. On constate que, paradoxalement, les unités domestiques se reproduisent en relâchant leurs liens internes et communautaires. On reproche aux jeunes de ne pas rester à la maison et de ne pas investir dans la production domestique, mais s’ils le faisaient en grand nombre, la stratégie de survie n’y résisterait pas. Simpang Lima n’est qu’accessoirement une communauté agricole, et encore bien loin d’être autonome. C’est une sorte d’établissement rural de relais, qui répond aux besoins en main-d’œuvre du marché régional et des plantations de Sumatra-Nord, et accueille les ouvriers entre leurs séjours à l’extérieur. Ces ouvriers ne vivent pas forcément des revenus de la production agricole, mais plutôt des salaires gagnés ailleurs par les autres membres de la famille. Nous sommes donc en présence d’un mode de consommation qui ne se distingue pas de la production capitaliste, mais en fait au contraire partie.

58Nous avons établi au moins deux choses : d’une part, Simpang Lima ne peut reproduire les conditions de sa propre survie ; d’autre part, le village ne peut être considéré comme le lieu d’un mode de protection à part entière, c’est-à-dire indépendant en dépit de sa subordination. Cette conclusion s’appuie sur divers éléments de preuve. Simpang Lima entretient une forme de production particulière, différente de celle de l’agriculture des plantations. Les ressources matérielles et en main-d’œuvre qui alimentent cette production sont, soit dérivées du secteur capitaliste, soit entretenues et reproduites par lui. Par exemple, même les apports agricoles comme les engrais chimiques et les insecticides sont fabriqués par des entreprises industrielles, nationales ou étrangères, et ne peuvent être achetés que grâce aux salaires perçus sur les plantations. L’apport en main-d’œuvre agricole reste minime, revêtant fréquemment la forme de tâches à temps partiel accomplies par les villageois âgés, eux-mêmes entretenus par les autres membres de la famille. La transformation de la force de travail en marchandise fait qu’il est difficile à la famille de recruter de la main-d’œuvre même pour mettre en valeur ses propres champs. Le fait que Simpang Lima apparaît comme une communauté agricole, mais est en réalité une sorte d’établissement-dortoir rural, est confirmé par l’absence quasi totale de rapports de productions indépendantes centrés sur le village, qui va de pair avec des échanges atténués ; en somme, l’agriculture ne s’avère viable, à la périphérie des plantations, que parce qu’il s’agit d’une activité sans importance, à laquelle on consacre peu de moyens financiers, physiques et sociaux. Simpang Lima ne peut pas se reproduire en intensifiant la production (agricole) domestique ni, d’ailleurs, en intensifiant les échanges (de main-d’œuvre). Au lieu de cela, la communauté dans son ensemble et les unités familiales qui la composent ont été obligées de s’alléger de certains de leurs membres, réduisant d’autant la densité des obligations mutuelles, afin de préserver certains traits distinctifs de la vie sociale. Cette évolution de la fonction d’échange est directement liée à la précarité de l’assise économique du village. Les échanges rituels ne s’y intègrent pas dans un système plus vaste de disparités économiques et de réciprocités sociales internes, mais sont plutôt un moyen de définir une vague solidarité communautaire face aux dangers de l’extérieur, qu’il s’agisse des autres groupes ethniques ou des grandes plantations.

59Sous la forme qu’elles affectent actuellement, les communautés villageoises peuvent favoriser à long terme l’expansion capitaliste, même s’il n’en a pas toujours été ainsi. Elles se maintiennent surtout parce qu’elles ont su conserver un statut économique et politique ambigu, dans le contexte de Sumatra-Nord, s’agissant du capital et de la main-d’œuvre. Les orientations qu’elles ont prises, les modalités de leur expansion, de leur contraction et de leur reproduction, les contraintes qui s’y sont opposées, reflètent la politique de subsomption pratiquée dans l’ensemble de Sumatra-Nord.

LA DYNAMIQUE DE LA SUBSOMPTION

60Revenons à la définition de la subsomption formelle et réelle que j’ai esquissée plus haut pour cerner quelques-unes des difficultés que soulèvent les critères couramment employés. D’abord, la distinction entre plus-value absolue et plus-value relative n’est pas valable dans le cas de Sumatra, ni, me semble-t-il, dans celui de nombreux pays du tiers monde. Le capitalisme périphérique apporté par la conquête coloniale n’est pas réductible à la formulation de Marx. La subordination réelle à la production capitaliste peut être parfois marquée par le passage de l’extraction d’une plus-value absolue à celle d’une plus-value relative, mais elle ne repose pas nécessairement sur cette distinction. Ce qui frappe dans le capitalisme périphérique c’est que les deux formes d’extraction peuvent s’y combiner, non pas momentanément dans l’évolution vers une subsomption totalement consommée, mais en tant que donnée caractéristique du capitalisme dans le tiers monde.

61Dans le cas que j’ai examiné par exemple, le procès de travail se fonde à la fois sur l’intensification du travail journalier, sur les façons cachées d’allonger ce travail et sur les nouvelles technologies mises en œuvre dans les usines et dans les champs. Pour compliquer encore la question, le gain apparent de productivité des salariés des plantations est en partie imputable à une intensification du travail, c’est-à-dire au concours occulte prêté par des membres de la famille pour la culture et la cueillette dans les plantations. En outre, beaucoup d’opérations dont l’agro-industrie tire son bénéfice sont effectuées par des travailleurs qui sont des salariés indirects (c’est le cas, par exemple, du ramassage des graines dont nous avons parlé). Il s’agit d’opérations à forte intensité de main-d’œuvre, pour lesquelles la rémunération du travail est faible. Certains groupes sociaux s’en chargent parce qu’ils ont été non pas prolétarisés mais marginalisés par rapport aux plantations.

62Selon Marx, un second critère de subsomption formelle est l’absence de « rapport, politiquement et socialement fixé, de suprématie et de subordination » (1968 : 370), à telle enseigne qu’il n’y a pas subordination « par suite de circonstances politiques… » (ibid.). Appliqué à Sumatra-Nord, le raisonnement reste problématique. Or, on montrerait facilement que Sumatra-Nord n’est pas un cas isolé. Un simple survol de l’expansion de l’agriculture capitaliste occidentale dans l’Afrique, l’Asie et l’Amérique latine coloniales montre que, dans tous les cas, les travailleurs salariés « libres » ont été recrutés et retenus par des sanctions rigoureuses adoptées par l’État pour s’opposer à l’accès d’une certaine population à la terre et aux autres facteurs de production (Cooper 1980 ; Stoler 1985 ; Burawoy 1980). L’absence de coercition politique qui sous-tend la définition que donne Marx des rapports entre capital et travail en phase de subsomption formelle nous conduirait à en exclure la forme principale de l’expansion capitaliste dans le tiers monde, puisque le régime de plantations s’est classiquement appuyé sur l’esclavage, les contrats de travail à long terme non résiliables et le travail salarié, mais restant toujours subordonné à des rapports politiques et sociaux de suprématie et d’assujettissement imposés par l’État colonial.

63Malgré ces difficultés, le concept analytique de subsomption conserve son intérêt, non seulement parce qu’il vise à rendre compte de la nature diverse et disparate des transitions capitalistes, mais aussi parce qu’il permet de décrire les différentes options politiques qui s’offrent aux travailleurs selon la forme de capitalisme à laquelle ils sont assujettis.

  • 14 La définition que donne Godelier de la transition s’articule de manière déterminante sur le problè (...)
  • 15 Pour les tentatives de confrontation de la pratique et de la prise de conscience politiques des pa (...)

64Si la notion de subsomption s’applique manifestement, chez Marx, au procès de travail, elle porte également sur les conditions dans lesquelles ce procès se renouvelle, et donc sur la manière dont se reproduisent les formes matérielles et sociales de la production (aspect essentiel des interprétations de Godelier et d’Alavi)14. En insistant sur la reproduction des rapports capitalistes, je me suis intéressée à une gamme plus vaste des rapports sociaux. Il me semble clair que, dans le cas des ouvriers-paysans ou de travailleurs migrants, la pratique et l’affiliation politiques ne dérivent pas de la participation à un procès de travail salarié (industriel ou autre) fondé sur une « subsomption réelle », mais, de manière plus large, des rapports sociaux de la production de subsistance, de l’économie familiale et des échanges de travail réciproques qui permettent une reproduction partielle de la force de travail, et dans le cadre desquels la subsomption du travail ne peut être que formelle15.

65Selon la formulation de Marx, il est évident que la subsomption formelle peut offrir aux travailleurs des conditions de vie et de travail différentes de celles qu’offre la subsomption réelle. La première « accroît la continuité et l’intensité de travail, augmente la production et favorise le développement de la différenciation des aptitudes au travail et, partant, des modes de travail et des façons de gagner sa vie » (Marx 1968 : 370, 371). Sur le plan économique donc, les travailleurs peuvent mettre en œuvre diverses stratégies de production pour conserver un certain degré d’autosuffisance. Ces luttes matérielles pour la survie peuvent préserver, voire créer, la possibilité politique d’un repli comme cela s’est produit à Sumatra dans les années 1950. Sur le plan politique, le recours toujours possible à d’autres sources de subsistance permet aux travailleurs qui ne sont que « formellement subsumés » d’adopter des formes particulières de résistance. Autrement dit, comme je l’ai soutenu ailleurs, la lutte que mène une population de travailleurs pour se reproduire peut avoir pour effet d’abaisser le coût du travail pour le capital, et être ainsi « fonctionnelle » pour ce dernier, alors que, en même temps, ces revendications d’indépendance économique peuvent être ancrées dans la résistance populaire au capitalisme lui-même (Stoler 1986 : 125). Inversement, la production capitaliste peut être soumise à de graves tensions structurelles du fait des pillages, de la défection de la main-d’œuvre, de violences individuelles et d’actions collectives. En d’autres termes, les contraintes qu’exercent les travailleurs sur le processus de subsomption sont peut-être la conséquence non voulue des efforts qu’ils déploient pour subvenir à leurs besoins matériels fondamentaux. Comme j’ai essayé de le montrer dans le cas de Sumatra-Nord, il se peut que la subsomption formelle du travail au capital ait des composantes à la fois économiques et politiques et qu’elle s’articule de manière déterminante sur les modalités de la reproduction de la force de travail.

66Traduit de l’anglais

La carte de Sumatra-Nord, Indonésie.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Alavi, H. 1982. « The structure of peripheral capitalism », in H. Alavi, T. Shanin (eds), Introduction to the sociology of developing societies. New York, Monthly Review Press : 172-194.

Allen, G.C. ; Donnithorne, A. 1962. Western enterprise in Indonesia and Malaya. London, George Allen & Unwin.

Althusser, L. ; Balibar, E. 1975. Reading Capital. London, New Left Review.

Bernstein, H. 1979. « African peasantries : a theoretical framework », Journal of peasant studies, 6 (4) : 421-443.

Blink, H. 1918. « Sumatra’s oostkust in hare opkomst en ontwikkeling als economisch gewest », Tijdschrift voor economische geographie.

Bool, H.J. 1903. De Landbouw concessie in de residentie, oostkust van Sumatra. Utrecht, Oostkust van Sumatra Instituut.

Brand, J. van den. 1904. Nog eens : de millionen uit Deli. Amsterdam, Hoveker & Hoveker.

Brenner, R. 1977. « The origins of capitalist development : a critique of neo-Smithian Marxism », New Left Review, 104 : 25-92.

Broersma, R. 1919. Oostkust van Sumatra, eerste deel : de ontluiking van Deli. Batavia.

Bruin, A.G. de. 1918. De Chineezen ter oostkust van Sumatra. Mede 1, Leiden, Oostkust van Sumatra Instituut.

Cardechi, G. 1977. On the economic differentiation of social classes. London, Routledge & Kegan Paul.

Chevalier, J. 1983. « There is nothing simple about simple commodity production », Journal of peasant studies, 10 (4) : 153-186.

Dootjes, F.J.J. 1939. « The land of agricultural enterprises », Bulletin of the Colonial Institute of Amsterdam, 2.

Foster-Carter, A. 1978. « The modes of production controversy », New Left review, 107.

Geertz, C. 1968. Agricultural involution. Berkeley, University of California Press.

Godelier, Μ. 1981a. « D’un mode de production à l’autre : théorie de la transition », Recherches sociales, 12 (2) : 161-194.

– 1981b. La théorie de la transition chez Marx. Paris.

Janvry, A. de. 1981. The agrarian question and reformism in Latin America. Baltimore, Johns Hopkins.

Kahn, J. 1981. « Mercantilism and the emergence of servile labour in colonial Indonesia », in J. Kahn, J. Llobera, The anthropology of pre-capitalist societies. London, Macmillan.

Kantoor van arbeid. Vijftiende verslag van de Arbeidsinspectie 1930, 1931, 1932.

– 1937. Arbeidsinspectie 1933, 1934, 1935, 1936. Batavia.

Kol, van H. 1903. Uit onze kolonien. Leiden, A.W. Sijthoff.

Lulofs, C. 1920. Verslag nopens de overwogen plannen en maatregelen betreffende de kolonisatie van javaansche Werklieden op de cultuuron-dernemingen ter oostkust van Sumatra in verband met de voorgenomen afschaffing van z.n.o. poenale sanctie in de koelie-ordonnantie. Medan, avros.

Luxemburg, R. 1964. The accumulation of capital. New York, The Monthly Review Press.

Marx, K. 1965. Œuvre. Economie I. Paris, Gallimard (éd. M. Rubel).

– 1968. Œuvre. Economie II. Paris, Gallimard (éd. M. Rubel).

Meillassoux, C. 1972. « From production to reproduction », Economy and society.

McNicoll, G. 1968. « International migration in Indonesia ; descriptive notes », Indonesia. 5 : 29-92.

Middendorp, W. 1924. De poenal sanctie. Haarlem, Tjeenk Willink.

Mintz, S. 1959. « The plantation as a socio-cultural type », in V. Rubin (éd.), Plantation systems of the New World. Washington, D.C., Pan American Union.

– 1974. « The rural proletariat and the problem of rural proletarian consciousness », Journal of peasant studies, 1 (3) : 291-325.

Mulier, W.J.H. 1903. Arbeidstoestanden op de oostkust van Sumatra. Amsterdam.

Pelzer, K. 1945. Pioneer settlements in the Asiatic tropics. New-York, Pacific Institute.

– 1978. Planter and peasant : colonial policy and the agrarian struggle in East Sumatra, 1863-1947. La Haye, Martinus Nijhoff.

Post, K. 1979. « The politics of protest in Jamaica », in R. Cohen (ed.), Peasants and proletarians. London, Hutchinson : 198-222.

Roseberry, W. 1983. Coffee and capitalism in the Venezuelan Andes. Austin, University of Texas Press.

Scott, J. 1986. « Everyday forms of peasant resistance », Journal of peasant studies, 13 (2) : 5-35.

Scott, J. ; Tilly, L. 1978. Women, work and the family. New York, Holt, Rinehart and Winston.

Smith, C. 1985. « Anthropology and history », Critique of anthropology, 5 (2) : 87-94.

Stoler, A. 1977. « Rice harvesting in Kali Loro : a study of class and labor relations in rural Java », American ethnologist, 4 (4) : 678-698.

– 1985a. Capitalism and confrontation in Sumatra’s plantation belt, 1870-1979. New Haven, Yale.

– 1985b. « Perceptions of protest : defining the dangerous in colonial Sumatra », American ethnologist, 12 (4) : 642-658.

– 1986. « Plantation politics and protest on Sumatra’s east coast », Journal of peasant studies, 13 (2) : 124-144.

– (A paraître). « Conceiving of peasant in colonial Sumatra », in W. Roseberry, J. O’Brien (eds).

Taussig, M. 1980. The devil and commodity fetishism in South America. Chapel Hill, North Carolina University Press.

Taylor, G. 1979. From modernization to modes of production : a critique of the sociologies of development and underdevelopment. London, Macmillan.

Waard, J. de. 1934. « De oostkust van Sumatra », Tijdschrift voor economische geographie, 7.

Notes

1 Pour une revue de cette documentation, selon divers points de vue et des conceptions théoriques différentes, se reporter à Foster-Carter (1978), Taylor (1979), De Janvry (1981), Roseberry (1983).

2 C’est l’exemple que cite Marx dans l’Appendice du livre premier du Capital consacré aux résultats du procès immédiat de production.

3 Bien qu’il existe déjà une documentation surabondante sur les formes prises par la contestation populaire et la résistance des travailleurs à la pénétration capitaliste et à la prolétarisation, il est rare que les analyses de la subsomption traitent directement de la mesure dans laquelle ces phénomènes restructurent la nature de la production capitaliste.

4 Balibar (1975) définit également les étapes de transition par la « correspondance » – comme le fait Marx dans la préface à la Contribution à la critique de l’économie politique – ou la « non-correspondance » entre rapports de production et niveau des forces de production. Mais, pour Balibar, la « subsomption formelle » n’est déterminée que par la non-propriété absolue des moyens de production par le travailleur, et pas du tout par la forme que prennent les forces de production (1975). Chevalier rejoint Godelier, puisqu’il considère que la subsomption formelle opère partout où le processus de la circulation de la production capitaliste devient en fait la condition préalable de la production (Chevalier 1983 : 164).

5 Brenner (1977 : 68) fait une distinction analogue, mais son propos est différent : il soutient que le passage de l’extraction de la plus-value absolue au « sur-travail relatif » marque l’apparition du capitalisme lui-même.

6 Sur les conflits d’intérêts entre les planteurs étrangers et l’État colonial, voir Stoler, 1985b.

7 Pour un examen plus détaillé de la question du sexe dans la politique de contrôle de la main-d’œuvre, voir Stoler, 1985a.

8 Parmi les autres moyens d’asservir les coolies aux obligations de leurs contrats on peut citer une série bien connue d’incitations : crédit illimité dans les magasins de la compagnie, tolérance et encouragement des jeux d’argent, vente d’opium ; chacune entraînait en général la reconduction du contrat pour trois années supplémentaires, jusqu’à l’extinction des dettes. Ces pratiques réduisaient sensiblement les frais de recrutement et permettaient au personnel d’encadrement asiatique de se remplir les poches.

9 Des rapports détaillés sur ce genre de problème ont paru dans les rapports annuels d’Arbeidsinspectie du Kantoor van Arbeid et dans la Kroniek annuelle de l’Oostkust van Sumatra Institut.

10 Ce chiffre est à comparer à la surface minimale établie aujourd’hui à 200 m2 par famille, avec une double récolte annuelle et une culture intensive.

11 Les enquêtes sur le terrain, sur l’économie de plantations à Sumatra-Nord, ont été effectuées de 1977 à 1979, puis au cours d’un bref séjour en 1983.

12 Le détournement des produits des plantations est une activité lucrative et les voleurs sont rarement pris, les contremaîtres et les employés de bureau des plantations étant en général complices. Les revenus tirés de ces rapines peuvent être estimés à un niveau de deux à douze fois supérieur au salaire quotidien d’un travailleur dinas.

13 Le cas des relations de travail dans la riziculture n’est pas le seul dans lequel on observe un relâchement des liens sociaux traditionnels. A l’occasion des réceptions cérémonielles (slametan), par exemple, les voisins à qui on fait appel pour assurer l’essentiel des préparatifs sont récompensés par un versement en espèces. Fait plus significatif encore, même les familles qui auraient les moyens d’offrir de grandes fêtes et de riches festins engagent rarement des dépenses de cet ordre. A Simpang Lima, le slametan tend à se limiter à des manifestations assez modestes, représentant des investissements sociaux peu importants, si on le compare aux événements correspondants chez les Javanais de zones rurales de Java ou même chez les Batak Toba de Sumatra.

14 La définition que donne Godelier de la transition s’articule de manière déterminante sur le problème de la reproduction. Selon Godelier (1981b), la transition désigne une phase très singulière de l’évolution d’une société, la phase où elle se heurte à des difficultés croissantes, de nature interne ou externe, pour reproduire le système économique et social sur lequel elle repose et ainsi commence à se réorganiser, de façon plus ou moins rapide ou violente, sur la base matérielle d’un autre système qui finit par devenir, à son tour, la forme générale des nouveaux rapports entre les individus qui composent cette société et de leurs nouvelles conditions d’existence.

15 Pour les tentatives de confrontation de la pratique et de la prise de conscience politiques des paysans-prolétaires, voir Mintz (1974), Roseberry (1983), Post (1979), Taussig (1980), et en particulier Roseberry qui traite expressément de la signification politique de la terre pour les paysans « formellement subsumés ».

Notes de fin

1 Revue internationale des sciences sociales (n° 114, 1987 : 603-624).

Table des illustrations

Légende La carte de Sumatra-Nord, Indonésie.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/6252/img-1.jpg
Fichier image/, 81k

Auteur

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1991

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540