Versión clásicaVersión móvil
OpenEdition Books

Transitions et subordinations au capitalisme

 | 
Maurice Godelier

Capitalisme et travail à domicile : le cas de l’industrie du vêtement au Brésil1

Alice de Paiva Abreu

Texto completo

  • 1 Information sur les sciences sociales (27, 4, 1988 : 537-558).

1Dans cet article, nous analysons un exemple particulier de rapport entre différentes formes d’organisation de la production : le travail industriel à domicile dans un secteur de l’industrie du vêtement au Brésil.

  • 1 Étant donné l’importance de ce problème en Italie, c’est la littérature italienne qui nous offre l (...)

2De nos jours, le travail industriel à domicile est intimement associé au développement de la production capitaliste. Bien que l’automation et l’expansion des manufactures l’aient relégué à une place secondaire dans la structure industrielle contemporaine, sa persistance en tant qu’appoint de la production manufacturière peut être constatée à diverses occasions. L’enquête réalisée sur un secteur spécifique de l’industrie du vêtement à Rio de Janeiro nous a permis de mettre en lumière certains des facteurs qui conditionnent la persistance de ce phénomène dans le capitalisme contemporain1.

3La demande de travail industriel à domicile résulte de ce que l’organisation de la production dans ce secteur, tournée vers la fabrication d’un produit extrêmement diversifié et présentant de grandes disparités saisonnières pour un marché national hautement individualiste, doit rester flexible. L’emploi du travail industriel à domicile comme main-d’œuvre d’appoint permet aussi de faire des économies sur les coûts de production fixes, en particulier sur ceux qui se rapportent au facteur travail.

4D’autres facteurs influencent le maintien d’une offre importante de ce type de rapport productif. Aux facteurs d’ordre général, liés au degré de développement de sociétés comme le Brésil, s’ajoutent des facteurs liés au degré de développement à la position de la femme sur le marché urbain brésilien. La féminisation croissante des occupations ne relevant pas du secteur industriel proprement dit rend indispensable la prise en considération de la position de la femme dans le contexte familial.

5Cette articulation de diverses formes de production mène à une segmentation extrême de la force de travail du secteur et à la persistance de rapports sociaux traditionnels entre l’entreprise et les travailleuses à domicile.

L’INDUSTRIE DU VÊTEMENT LA MISE EN PLACE DU PRÊT-À-PORTER FÉMININ AU BRÉSIL

6Comme cela semble être aussi le cas de quelques autres pays industrialisés, l’industrie du vêtement au Brésil a pris une extension considérable dans les années 70. Cependant, cette croissance n’a pas fondamentalement modifié la structure hautement hétérogène du secteur où l’essentiel de la production industrielle de vêtements provient encore des petites et moyennes entreprises. La présence des grandes entreprises se limite aux domaines où il est possible de standardiser la production et de tirer profit des économies d’échelle.

  • 2 Pour une description détaillée de la méthodologie employée, voir Abreu (1986 : 110-19). En chiffre (...)

7Néanmoins, il existe encore au Brésil en dehors de la structure industrielle, un grand secteur consacré à la fabrication de vêtements, qui englobe les couturières et les tailleurs travaillant sur commande pour des consommateurs individuels, les petites entreprises familiales, souvent clandestines qui œuvrent à leur propre compte ou dans un système de sous-traitance, et les couturières industrielles à domicile. Une estimation réalisée à partir des données du recensement de 1980 montre que pour un travailleur en usine, on en trouve presque deux qui produisent des vêtements au dehors. En outre, sur dix travailleurs produisant des vêtements en dehors des établissements industriels, neuf sont des femmes2.

8En fait, les innovations techniques récentes ont faiblement pénétré ce secteur, y compris dans les grandes entreprises, jusqu’au début des années 80, époque à laquelle nous avons réalisé cette recherche.

9Le trait caractéristique du secteur dans les années 70 a été l’apparition de petites entreprises de confection féminine haut-de-gamme, qui se sont multipliées dans les principaux centres de la mode – Rio de Janeiro et São Paulo. Sans être véritablement des vêtements de haute couture, le principal produit de ces ateliers de prêt-à-porter était « la mode » et approvisionnait les boutiques les plus renommées du pays.

10L’influence de la mode, si fondamentale pour le prêt-à-porter féminin en général, semble y avoir atteint son paroxysme, imposant le lancement de trois collections par an et, souvent, le renouvellement des modèles dans une même saison. Cette diversification poussée à l’extrême des produits, ainsi que l’accent mis sur la qualité et la sophistication des articles, sont en partie la conséquence du système de distribution et de vente de ce type d’entreprise. Leurs principaux clients sont les boutiques qui, par tout le pays, achètent trois ou quatre pièces par modèle et demandent aux producteurs un approvisionnement constant en nouveautés.

  • 3 La recherche de terrain effectuée entre 1978 et 1979 a eu comme point de départ cinq entreprises d (...)

11Maintenir les niveaux de qualité, de diversification et de sophistication exigés par ce type de marché est incompatible avec une entreprise de grande taille. On a donc vu apparaître des entreprises relativement petites qui ne fabriquent que de deux à cinq mille pièces par mois, ce qui rend plus facile leur gestion financière et commerciale, le plus souvent prise en charge par leur propriétaire3.

12En ce qui concerne la production proprement dite, ces entreprises disposaient d’une petite équipe interne pour les tâches spécialisées, ainsi que d’un nombre relativement réduit de couturières, encadrées par un responsable d’atelier. L’équipe interne était aussi composée de quelques opératrices de machines spécialisées, machines à surfiler, à faire des boutonnières ou à poser des boutons. Les tâches de finition comme le repassage et l’emballage du vêtement se faisaient aussi en atelier.

13Les couturières internes étaient toutes déclarées et avaient généralement d’autres avantages. Quelques ateliers de confection payaient jusqu’à quatorze mois de salaire, d’autres instauraient un système de primes à la production ou fournissaient une aide financière pour le transport et les frais médicaux : tous offraient le petit déjeuner et le goûter. Ces ouvrières participaient au montage de la pièce entière, étant considérées comme hautement qualifiées. Aucune des entreprises où nous avons enquêté n’acceptait les apprenties.

14L’équipe de production était complétée par les couturières industrielles à domicile, les externes, responsables du piquage du vêtement. La proportion d’externes par rapport aux couturières internes dans les entreprises visitées était très élevée, en moyenne de huit externes par interne.

15L’utilisation à grande échelle des services rendus par les couturières externes est à la base du fonctionnement de ce type d’entreprise. Elle permet de réduire substantiellement le capital immobilisé en lieux, machines, etc., ainsi que les coûts de main-d’œuvre, puisqu’en tant qu’externes, ces couturières ne sont pas déclarées et, par conséquent, ne bénéficient d’aucun des avantages sociaux comme les vacances, la sécurité sociale, le treizième mois de salaire. Les problèmes créés par le caractère saisonnier de la production se trouvaient ainsi résolus par l’embauche de main-d’œuvre supplémentaire uniquement dans les mois de grande affluence. En outre, cela permet aux entreprises de demeurer dans les quartiers centraux, proches du marché consommateur, où les loyers très élevés limitent l’expansion de l’espace physique des entreprises.

LA PRODUCTION « AU DEHORS » L’ALTERNATIVE DES ENTREPRISES

16L’utilisation des services externes par les petits ateliers de prêt-à-porter s’intègre parfaitement à la stratégie de croissance et d’accumulation d’une entreprise capitaliste. Si l’on reprend les points discutés par Frey (1973), le transfert à l’extérieur de l’usine de certains procès productifs peut se faire de deux manières. La première implique la sous-traitance du produit final, la seconde l’extériorité de certaines phases du procès productif uniquement. La première suppose un contrôle du marché tandis que la seconde privilégie une réduction du coût de la production, notamment du coût du facteur travail. Comme l’auteur lui-même le fait bien remarquer, bien souvent ces deux formes de transfert coexistent. Dans les ateliers où nous avons mené notre enquête, on a pu constater le recours à ces deux types de sous-traitance.

17Le premier type de transfert, i.e. la sous-traitance du produit final, était adopté épisodiquement par les entreprises pour les produits qui échappaient à la ligne principale de production. La fabrication de ces articles devenait importante à partir d’un certain niveau de croissance et de diversification du marché : en atteste le fait qu’un certain nombre d’ateliers de confection ouvrent des boutiques pour écouler leur produit final. Parmi ces ateliers, plusieurs avaient recours aux services externes pour passer commande de divers accessoires vestimentaires (ceintures, sacs à main, chapeaux de paille) qui impliquaient une diversification difficile du procès de production, mais qui constituaient des points d’attrait importants dans leur politique de vente. On pouvait aussi avoir recours à la sous-traitance du produit final pour un produit semblable à celui qui était fabriqué – c’est-à-dire le prêt-à-porter féminin proprement dit – s’il nécessitait des matières premières et/ou des procès de production différents : c’était le cas, par exemple, des tee-shirts. On y avait également recours pour des articles entrant dans la gamme des produits fabriqués mais dont la production à un niveau de qualité considéré adéquat exigeait une grande spécialisation que le système productif mis en place ne permettait pas. C’était le cas par exemple de certains types de pantalons, que l’on commandait souvent à des ateliers spécialisés, même si les modèles avaient été créés par l’entreprise.

18Cependant, le plus souvent, les entreprises faisaient appel aux services externes pour la sous-traitance de certaines phases de la production. Etant donné que le travail de confection d’un vêtement peut être divisé en différentes étapes, il sera important de définir pour quelle phase de production le travail à domicile est utilisé.

19La confection d’une pièce de vêtement est réalisée en quatre étapes : 1° conception ; 2° préparation ; 3° montage et 4° finition. La première étape, celle de la conception des modèles qui seront produits au cours d’une saison, est généralement prise en charge par les entrepreneurs et implique non seulement l’ébauche du modèle proprement dit, mais aussi le choix des tissus, des couleurs et des patrons dans lesquels celui-ci sera fabriqué.

20La deuxième étape, le début de la transposition de ce qui a été idéalisé à la production, implique les tâches associées au traçage du patron de base, à sa gradation pour des tailles diverses et à la coupe, toutes extrêmement importantes pour la qualité du produit final. C’est d’ailleurs pour cela que ces tâches sont centralisées à l’atelier sous la supervision constante des entrepreneurs, et prises en charge par des personnes spécialisées et, dans la plupart des cas, hautement qualifiées.

21Le traçage, tâche qui exige des rectifications constantes jusqu’au patron de base considéré adéquat, place la modéliste dans une position clé. Les entretiens avec les entrepreneurs ont montré que ce poste était très souvent occupé par des personnes professionnellement qualifiées ou, autrement dit, qui avaient suivi des cours spécialisés. Mais, en réalité, la pratique est plus importante que la formation proprement dite et, souvent, une longue expérience comme couturière privée l’emporte sur un diplôme récemment obtenu.

22Les tâches associées à la coupe sont aussi exécutées par des personnes spécialisées. Dans les grandes usines, le matelassage du tissu, le placement des patrons et la découpe sont répartis entre plusieurs ouvriers ; dans les ateliers de confection semblables à ceux que nous avons étudiés, ces tâches sont le plus souvent exécutées par la même personne, aidée d’un ou de quelques auxiliaires. Les coupeurs doivent avoir un niveau de qualification élevé, puisque leurs tâches exigent beaucoup d’adresse : les couches superposées de tissu doivent être parfaitement alignées, surtout s’il s’agit d’un imprimé ; les éléments du patron doivent être placés et imbriqués de façon à utiliser le moins de tissu possible et la découpe doit être très précise, toute erreur impliquant la perte d’une quantité considérable de tissu. L’utilisation de matières très délicates comme la soie, par exemple, qui est extrêmement glissante, augmente les difficultés de la coupe.

23La découpe se fait généralement à la machine, que ce soit à la scie circulaire ou à la scie verticale, toutes deux très répandues de nos jours et relativement bon marché. Plus précise est la découpe, plus facile est le travail à l’étape suivante : en effet, des défauts au niveau de la découpe imposent des rectifications au moment du montage, ce qui implique une perte de temps et donc une production moindre.

24A ce stade de préparation on peut aussi recourir aux services externes pour des tâches bien précises – par exemple, broder la poche d’un chemisier ou le devant d’une robe – que l’on fait généralement exécuter avant le montage, dans des ateliers spécialisés ou par des brodeuses.

25Le montage est la troisième étape de la confection d’un vêtement : les différents morceaux découpés sont alors assemblés et piqués à la machine. C’est au niveau du montage que l’on perçoit le mieux les différences entre les formes d’organisation de la production des petites et des grandes entreprises. Étant donné la grande diversité des modèles et le fait qu’ils sortent en petites séries, la division des tâches ne s’impose pas dans les petits ateliers.

26Le montage se fait par pièce entière, et chaque couturière s’occupe du montage complet des pièces. Les couturières utilisent généralement la machine à coudre industrielle et la machine à surfiler, celle-ci étant la seule machine spécialisée que l’on considère indispensable. Elle permet de surfiler les bords du tissu pour éviter qu’il ne s’effiloche, et cette tâche est souvent réalisée avant le montage proprement dit. La surfileuse reçoit les petits lots de tissu découpé, surfile toutes les parties qui risqueraient de s’effilocher après le montage et refait les lots qui sont alors répartis entre les couturières. Étant donné que les machines à surfiler sont d’un coût élevé et qu’aucune machine à coudre courante ne peut exécuter parfaitement la même tâche, le surfilage des morceaux découpés se fait à l’atelier.

27La quatrième étape de confection d’un vêtement, la finition, consiste à faire les boutonnières, poser les boutons, faire les ourlets, tailler les coutures, couper les fils et repasser. A ce stade, l’utilisation de la main-d’œuvre externe varie d’une entreprise à une autre. Certaines confient aux externes une partie des travaux de finition tels que faire les boutonnières et poser les boutons. Avec n’importe quelle machine à coudre, on peut, moyennant le remplacement d’une petite pièce, faire des boutonnières parfaitement adéquates et cette tâche est donc souvent considérée comme faisant partie de l’assemblage. Dans quelques entreprises cependant, on l’exécute avec des machines spécialisées, dont l’achat, compte tenu de leur coût élevé, ne se justifie qu’à partir d’un certain niveau de production. On exige généralement que les pièces assemblées en dehors de l’atelier soient rendues propres et avec tous les fils coupés, mais le repassage se fait à l’atelier, généralement après le contrôle final de qualité.

28L’utilisation à grande échelle des services externes a donc lieu au stade du piquage proprement dit et pour quelques tâches de finition. Les entreprises peuvent aussi avoir recours aux services des « façonniers », qui ne sont spécialisés que pour certains stades de la production. Cependant, les entrepreneurs que nous avons interviewés ne les utilisaient pas très souvent. En effet, les façonniers ont à assumer eux-mêmes les coûts de la main-d’œuvre salariée et finissent toujours par sacrifier la qualité au profit de la quantité. C’est pourquoi le gros du travail de piquage est exécuté par des couturières à domicile, les externes, qui travaillent seules, et qui – du moins était-ce le cas de celles que nous avons interviewées – sont généralement directement en contact avec l’entreprise.

TRAVAIL ET CONDITIONS DE TRAVAIL DES EXTERNES

29Au moment des entretiens, toutes les couturières interviewées travaillaient au montage, à assembler les morceaux de tissu coupés et surfilés à l’atelier. Plusieurs d’entre elles s’occupaient aussi des finitions. Elles utilisaient toutes à un moment ou à un autre le fer à repasser, pour aplatir les coutures et préparer les petites pièces.

30Si le traçage des patrons et la coupe ont une influence décisive sur la qualité du produit final, les couturières externes chargées du montage n’en ont pas pour autant une tâche simple ou automatique. Bien que l’on donne à chacune en exemple un modèle déjà monté, l’assemblage des pièces demande une certaine expérience. Les couturières recevaient de petits lots contenant un certain nombre de pièces de modèle et de taille identiques, qu’elles devaient identifier et assembler correctement. Les petits détails, comme les plis et les pinces, n’étaient pas indiqués et elles devaient les copier du modèle monté. Aussi, si les externes n’avaient en principe qu’à piquer, elles passaient, comme dans tout travail de couture, encore plus de temps à préparer et à mettre en ordre les différentes pièces.

31Les modèles changeaient constamment, presque toutes les semaines et, souvent, les couturières devaient réaliser plus d’un modèle par semaine. Ce qui se conçoit, car les entreprises pour lesquelles elles travaillaient sortaient les modèles en séries limitées – de 100 à 150 unités – qui n’étaient jamais exécutés tous par la même couturière, mais plutôt répartis entre les externes. On réservait quelques modèles particulièrement difficiles aux couturières les plus habiles : celles-ci exécutaient alors le même modèle pendant deux ou trois semaines de suite.

32A chaque nouveau modèle, le temps consacré au montage était plus long jusqu’à ce que tous les détails soient mis au point. Ce n’est qu’après avoir monté trois ou quatre fois le même modèle qu’il est possible d’atteindre une vitesse régulière de travail. Un lot contenant plusieurs tailles différentes implique aussi un ralentissement du rythme de travail ; si les couturières sortent tous les morceaux en même temps, elles risquent de mélanger les tailles. Dans ce cas, le montage est réalisé par groupes de modèles et de tailles. Elles semblaient toutes adopter une certaine méthode de montage, afin, dans la mesure du possible, de rationaliser le travail. Quand le modèle était relativement simple, elles préparaient à l’avance toutes les petites pièces et assemblaient ensuite les plus grandes, jusqu’à monter le vêtement entier. Quand il était particulièrement compliqué, elles faisaient d’abord un premier montage complet avant de toucher au reste du lot.

  • 4 Les externes interviewées habitaient généralement des quartiers très éloignés du centre de Rio. El (...)

33En règle générale, l’entreprise fournissait toutes les garnitures : les biais, les élastiques et les boutons ; pour le fil à coudre, cela variait d’une entreprise à l’autre. Un bon nombre d’interviewées devaient acheter elles-mêmes leur fil, ce qui constituait un problème supplémentaire, en particulier pour celles qui habitaient loin des grands centres commerciaux4. Étant donné que les grosses bobines utilisées par les couturières ne se trouvent pas facilement dans les petites merceries, celles-ci devaient parfois faire de longs trajets pour en acheter. Beaucoup d’externes posaient d’ailleurs, comme condition sine qua non pour travailler, que l’entreprise fournisse le fil à coudre.

34Toutes les couturières interviewées possédaient leurs machines à coudre et la plupart d’entre elles avaient plus d’une machine. Sur dix-huit, cinq avaient une seule machine ; douze en avaient deux et une en avait trois. Le fait d’avoir deux machines à coudre et, surtout, la combinaison machine courante/machine industrielle a de nombreux avantages pour l’externe. La machine industrielle permet une vitesse beaucoup plus grande et, par conséquent, une productivité accrue, alors que la machine courante est essentielle pour les tâches de finitions.

35Sur dix-huit couturières, onze avaient acheté une machine industrielle, pour la plupart d’occasion ; toutes les machines industrielles avaient été achetées dans les quatre dernières années, leur acquisition étant le signe d’un plus grand engagement à l’égard de la situation d’externe. On peut ajouter que ces achats avaient été généralement le fait des couturières elles-mêmes, ou, autrement dit, qu’ils avaient été payés sur leurs gains.

36Par ailleurs, avoir une deuxième machine permettait aussi de pouvoir compter sur une aide aux moments de grande pression.

37Avoir une auxiliaire en permanence et payée de façon régulière n’était pas courant chez les couturières que nous avons interviewées. Quatre d’entre elles seulement travaillaient avec des auxiliaires au moment de l’entretien. Leur choix de travailler seules était dicté – disaient-elles, en règle générale – par la qualité exigée par les entreprises et le risque qu’un travail mal fait soit refusé. Le fait de ne pas avoir d’auxiliaire ne les empêchait pas, cependant, de compter sur l’aide de leurs mères, filles, amies ou voisines et, même, de leurs compagnons et maris lorsqu’il le fallait. A ces moments-là, avoir à sa disposition une deuxième machine se révélait providentiel.

38Avoir une auxiliaire, néanmoins, n’impliquait pas qu’elles travaillent en équipe et que certaines couturières aient alors, par rapport à d’autres, le statut officiel d’intermédiaires. Aucune des couturières interviewées ne se trouvait dans une telle situation, mais elles en faisaient fréquemment mention, soit qu’elles l’aient connue par le passé comme intermédiaires ou comme membres d’une équipe. Bien souvent, ce type de relation était transitoire et ne concernait qu’une ou deux personnes de connaissance. Il s’agissait d’un artifice employé pour entrer en contact avec une entreprise : au départ, les auxiliaires cousent d’abord une partie des lots apportés par la couturière qui est déjà connue de l’entreprise ; au fur et à mesure qu’elles se rendent compte que leur travail ne présente pas de défauts et est accepté, elles se sentent de plus en plus aptes à entrer directement en contact avec l’entreprise et à être personnellement responsables de lots.

La subordination individualisée : les rapports avec l’entreprise

39Le recrutement d’une couturière externe se faisait par l’intermédiaire des petites annonces ou par l’intermédiaire des couturières qui travaillaient déjà pour l’entreprise. Les candidates laissaient leurs noms et adresses, une pièce d’identité, et devaient se soumettre à un test. Celui-ci consistait généralement à leur donner un modèle à réaliser chez elles, dans un délai d’un ou deux jours. Si elles réussissaient leur test, les couturières pouvaient alors commencer à travailler régulièrement avec l’entreprise.

40Il n’y avait aucun lien légal entre l’entreprise et les couturières externes. Celles-ci étaient rémunérées à la pièce, et elles emportaient avec chaque lot une facture pro forma où figurait le nombre de pièces de chaque modèle emporté. Les modalités de paiement variaient d’une entreprise à l’autre ; certaines rémunéraient les couturières au retour de chaque lot, d’autres les rémunéraient mensuellement. Théoriquement, la rémunération à la pièce était calculée par l’entreprise sur la base du rendement des couturières internes. Cependant, il faut rappeler que l’organisation du travail dans des entreprises de cette taille n’était pas rationalisée au point de permettre le calcul exact du temps passé à monter chaque pièce. Le travail des couturières internes n’était pas chronométré et leur production minimale journalière était fixée de façon très flexible. Apparemment, donc, le calcul du prix à payer pour chaque pièce était fait sur des bases très rudimentaires, les facteurs déterminants étant le prix payé par les concurrents, le besoin plus ou moins grand de recruter des couturières externes, et même le coût du transport.

41Parmi les entreprises étudiées, une tendance à légaliser la relation de travail en exigeant une carte de travailleur indépendant – ce qui transformait le rapport de subordination en une relation légale d’achat et de vente de services – se dessinait. Dans ce cas, la couturière devait prendre à sa charge les cotisations lui permettant de bénéficier de certains droits sociaux. C’est pourquoi la grande majorité des couturières interviewées n’avaient pas cette carte.

42Les entreprises étudiées avaient un rapport relativement stable avec leurs couturières externes. Cependant, au cours d’entretiens avec les dirigeants, nous nous sommes rendu compte que les employées externes pouvaient bénéficier de statuts différents. Ainsi, on pouvait distinguer un noyau de couturières plus ancien, dont le travail était considéré excellent par l’entreprise et auquel celle-ci réservait un traitement relativement privilégié. Même dans les périodes de moindre demande, lorsque la plupart des externes étaient congédiées, l’entreprise gardait ces couturières en leur donnant des lots moins importants.

43Les contacts directs des externes avec l’entreprise se faisaient presque toujours par l’intermédiaire de la responsable d’atelier. Celle-ci était chargée de la distribution des tâches et du contrôle de la qualité des pièces terminées ; ainsi, se trouvait-elle aussi au centre d’éventuels conflits s’il y avait du retard dans la livraison des vêtements, s’il fallait corriger des erreurs de montage ou, enfin, si l’entreprise elle-même était responsable de malfaçons. Dans ces cas précis, les entretiens révélaient la précarité de la position de la couturière externe, qui affirmait ne jamais protester. En fait, son seul recours était d’établir une relation personnelle avec la responsable d’atelier, de façon à minimiser les problèmes mentionnés. Cette relation était si importante que, dans certains cas, les externes ne changeaient d’entreprise que pour suivre une responsable d’atelier avec laquelle elles avaient noué des liens d’amitié et de loyauté.

44De tous les entretiens, ressortait une constante : l’idée qu’une externe peut faire plus qu’une couturière interne, si elle travaille dur à la machine. Autrement dit, l’augmentation du revenu apparaît toujours associée à l’effort individuel, comme si elle en était le corollaire nécessaire. Mais en réalité, gagner plus n’était pas du ressort exclusif des couturières ; il leur fallait avoir une quantité de travail suffisante, ce qui n’était le cas que quelques mois par an, vu le mode de fonctionnement des entreprises qui les recrutaient. Or, dans les mois de grande affluence, travailler dur à la machine signifiait une dépense substantielle de force de travail, coudre toutes les nuits et même pendant les week-ends. Cependant, d’après nos estimations, faire plus en étant couturière externe semble être l’exception plutôt que la règle, tout au moins pour le groupe interviewé.

45Il ressort, cependant, du discours des couturières, certains éléments qui expliquent leur représentation de l’augmentation ou de la réduction de leurs revenus. Les principaux facteurs qu’elles énoncent sont : la quantité de travail, la qualité du travail et la rémunération à la pièce. Les couturières cherchaient bien sûr les options les plus favorables, mais leur prise de décision était rendue difficile par des enjeux souvent contradictoires et qui, surtout, se trouvaient hors de leur contrôle direct.

46Bien entendu, un des facteurs déterminants de leurs revenus était la quantité de travail réalisée, mesurée en général par le nombre de pièces. Déterminer le volume de leur production était un enjeu contradictoire. Si la quantité de travail obtenu était importante, le nombre d’heures de couture était excessivement élevé ; par contre, si elle était réduite, le revenu s’en ressentait. D’un autre point de vue, leur production était aussi obligatoirement limitée non seulement par la quantité de pièces que la couturière pouvait effectivement réaliser dans le délai fixé, mais aussi par la quantité de vêtements qu’elle pouvait transporter. Les vêtements montés sont considérablement plus volumineux que les petits lots de tissu découpé, ce qui pose un problème lorsqu’on fait les livraisons en utilisant les transports en commun. Beaucoup d’interviewées mentionnaient qu’aux moments de grande production, elles avaient besoin de l’aide de leurs enfants pour transporter les vêtements montés. Les plus âgées, notamment, considéraient le problème du transport comme un facteur limitatif de leur capacité de production. Aucune ne travaillait, au moment des interviews, pour des entreprises prenant en charge la répartition et la reprise des paquets à domicile, mais certaines mentionnaient qu’elles avaient connu ce système lors de précédentes situations de travail.

47Un autre facteur déterminant de leurs revenus était la qualité du travail. Le travail des couturières que nous avons interviewées impliquait le montage de vêtements de luxe : la confection de chaque pièce leur prenait donc plus de temps que pour un vêtement de qualité inférieure. Cependant, plusieurs d’entre elles rechignaient à accepter du travail provenant de plus grosses entreprises ayant des critères de qualité inférieurs. Cette résistance était intimement liée à la qualification de la couturière et à sa propre perception de cette qualification. Ainsi, plusieurs d’entre elles disaient, qu’étant habituées à exécuter un travail plus qualifié, elles n’arrivaient pas à réduire le temps nécessaire à la confection de chaque pièce de façon à compenser la rémunération unitaire inférieure.

48Le troisième facteur déterminant était la rémunération à la pièce. A cet égard, non seulement les couturières ignoraient presque toujours les critères déterminant la rémunération, mais la répartition des pièces les mieux payées entre plusieurs couturières faisait partie d’une tactique bien orchestrée de l’entreprise. Il a été très rare que l’on puisse établir une comparaison entre la rémunération par pièce et le prix de vente en gros du vêtement, inconnu de la couturière. Dans les six cas où il nous a été possible de le faire, la rémunération de la couturière externe pour le montage variait entre 3 % et 4 % du prix de gros.

49Les trois facteurs mentionnés – quantité, qualité et rémunération à la pièce – sont étroitement liés ; il s’agit pour les couturières de trouver la combinaison optimale en termes de conditions de travail. Autrement dit, de trouver des entreprises qui paient bien chaque pièce, qui fournissent une quantité de travail adéquate et qui demandent un niveau de qualité d’exécution conforme à leur habileté. Le problème est tranché dans le choix de l’entreprise mais, une fois la relation de travail établie, l’influence de la couturière sur ces facteurs est presque nulle.

50Probablement, le fait que les couturières ne pouvaient peser sur les décisions de l’entreprise était directement lié à l’individualisation et l’isolement du travail à domicile. Il était très difficile de coordonner quelque revendication que ce soit. Seule devant l’entreprise, la couturière externe se trouvait dans une position de faiblesse et en avait pleinement conscience. Sa seule possibilité d’action – et elle s’en servait en cas de crise – était d’abandonner le travail et de s’adresser à une autre entreprise. Cependant, il n’était pas toujours facile de changer d’entreprise et ceci pouvait impliquer la perte de plusieurs journées de travail.

Le monde de la couture : la persistance de la diversité

51L’étude de terrain, basée sur des entretiens avec des couturières se trouvant dans des situations de travail très différentes, a permis de vérifier que le secteur du prêt-à-porter se caractérise par une diversité importante en ce qui concerne le travail rémunéré. Le monde de la couture offre une multiplicité de situations potentielles ouvrant un large éventail de relations de travail possibles aux couturières. La couture en tant que savoir semble s’adapter aux besoins des femmes dans des circonstances diverses et des étapes différentes de leur cycle de vie. La pratique de ce savoir peut assumer plusieurs formes : depuis celle exclusivement domestique, du ressort de la ménagère, en passant par la forme artisanale dans le cas des couturières ayant une clientèle propre, jusqu’aux formes plus directement liées au capital – soit dans une relation salariale typique dans une grande usine ou dans de petites entreprises, soit sous la forme du travail industriel à domicile que nous avons examiné ici.

  • 5 Pour une analyse critique de la littérature sur le travail féminin urbain au Brésil, cf. Abreu, Ca (...)

52Les études sur le travail féminin au Brésil, qui se sont multipliées dans les dernières années, mettent presque toujours l’accent sur l’opposition entre la sphère domestique et la sphère publique dans la vie productive de la femme5. Depuis toujours socialisée pour rester dans le domaine privé à se consacrer aux tâches du foyer et aux soins de la famille, la femme des couches laborieuses ne fait son entrée dans la sphère publique qu’après une restructuration du modèle idéal, dictée par des raisons économiques.

53Le travail extra-domestique, défini comme obligation masculine, revêt en général pour la femme un caractère transitoire – jusqu’au mariage ou la venue des enfants. Cependant, on observe de plus en plus, et il ressort clairement des entretiens que nous avons eus, que ce caractère transitoire n’est le fait que du travail salarié, puisque pour une grande majorité de femmes, le besoin d’une forme quelconque de travail rémunéré s’impose presque tout au long de la vie utile. Ce qui se passe donc, c’est qu’à partir d’un certain moment, sous la pression des difficultés inhérentes à la double journée de travail, la femme se lance dans un grand nombre d’activités socialement invisibles, qui lui permettent de conserver une activité rémunérée tout en écartant les conflits les plus aigus occasionnés par la situation de véritable salariat.

54De façon générale, ce transfert implique aussi un changement du type d’activités, surtout pour les femmes qui étaient employées dans l’industrie de transformation. La couture a, cependant, une spécificité par rapport à l’ensemble des activités considérées « adéquates » pour la femme. A la différence des activités plus directement assimilées aux tâches domestiques comme le lavage du linge et le nettoyage, qui voient leur champ restreint à la prestation de services, ou à quelques activités industrielles généralement réservées aux femmes, la couture offre une grande flexibilité par rapport à la situation de travail sans l’abandon du métier.

55L’analyse des trajectoires professionnelles de quelques couturières interviewées permettra de développer ce point. Les noms propres, adoptés pour faciliter le récit, sont évidemment fictifs.

56Marcia est italienne, elle est venue au Brésil à l’âge de treize ans pour habiter chez ses grands-parents après le décès de ses parents. Elle a travaillé comme apprentie entre treize et dix-sept ans dans un atelier de couture situé à côté de son domicile. La famille a, ensuite, déménagé et ses grands-parents ne lui ont pas permis de continuer à travailler à l’atelier. Elle est alors devenue couturière externe pour la même entreprise, jusqu’à ce que la famille déménage à nouveau pour s’installer dans un quartier plus éloigné ; son grand-père lui a alors interdit de continuer à travailler, en raison des trajets qu’elle aurait à faire seule pour aller chercher et livrer le travail. Peu de temps après, grâce à l’intervention d’une tante, son grand-père l’a autorisée à travailler comme interne dans une usine de prêt-à-porter masculin située à cinq minutes de chez elle. C’est là qu’elle a rencontré son futur époux, un tailleur, et ils se sont mariés assez vite. Après le mariage, elle est encore restée deux ans comme interne dans l’entreprise. Son mari le lui permettait « parce que c’était tout près et nous travaillions ensemble ». Par la suite, Marcia a eu des problèmes avec le responsable de sa section :

« Nous nous sommes disputés parce qu’il voulait que je travaille mais que ma production soit notée sur la carte d’une autre [...] Un autre sous-responsable avait recruté une fille et comme je posais 150 cols par heure, je devais noter 75 pour moi et 75 pour elle, comme si elle avait fait le même boulot puisque, selon lui, elle aidait à faire le service. C’était une fille qui ne savait rien, qui ne comprenait rien aux machines industrielles. »

57A ce moment-là, Marcia attendait déjà son deuxième enfant. Lorsqu’elle travaillait à l’usine, le premier était « gardé par une dame. Je le lui déposais le matin et je passais le chercher le soir, puisqu’elle habitait à côté ». Après la dispute, elle s’est fait renvoyer et, avec l’argent qu’elle a touché, ils ont « acheté un terrain bien loin ». Ils ont construit un petit pavillon devant et, petit à petit, ils ont bâti une maison derrière. Elle est restée cinq mois sans travailler, jusqu’à la naissance du deuxième enfant. Elle a alors décidé de faire de la couture externe, plutôt que de retravailler comme interne « parce qu’il ne voulait pas. Après il ne m’a plus permis. » Elle était alors âgée de vingt-quatre ou vingt-cinq ans environ ; au moment de l’entretien, elle avait quarante-deux ans.

58Nilda a cinquante-quatre ans, elle vient de la zone rurale du département de l’Espirito Santo et petite, elle savait déjà coudre. Elle a travaillé comme bonne à tout faire entre quinze et vingt-cinq ans et a commencé très tôt à faire de la couture pour toute la famille de sa patronne. A vingt-cinq ans, elle s’est mariée et s’est rendue à Rio de Janeiro. Ne connaissant personne là-bas, elle s’est mise à faire des objets artisanaux en tissu pour une voisine qui en vendait au marché. Elle a connu ensuite une autre voisine qui faisait de la couture avec ses deux filles, et elles se sont mises à travailler ensemble. Puis elle a déménagé et a dû rester un certain temps sans travailler, faute de machine. Mais elle a loué celle d’une voisine, en échange d’un peu de couture tous les mois, et a recommencé à coudre pour une clientèle privée. Après la naissance de son troisième enfant, il y a eu une crise dans son ménage et elle a confié ses deux premiers enfants à sa mère, gardant seulement le cadet. C’est alors qu’elle a commencé à travailler dans une usine de prêt-à-porter. Pendant trois ans « au noir », « car ils voulaient me déclarer comme apprentie et je n’ai pas accepté ». Par la suite, elle a changé d’entreprise, son salaire a augmenté et elle a récupéré ses deux enfants. Son mari aussi est revenu un peu plus tard et, grâce à son travail comme interne, ils ont pu acheter un terrain et construire une maison. A l’âge de quarante ans environ, elle se blessa un pied et ne put plus continuer à travailler à l’usine mais, avec l’aide d’une voisine, elle trouva du travail comme externe.

59Dalva a appris à coudre très tôt. Célibataire, elle travaillait comme externe, faisant équipe avec ses deux sœurs et une cousine. Mariée, elle est devenue interne à vingt-quatre ans en remplacement d’une de ses sœurs. Son mari et elle ne s’entendaient pas, aussi se sont-ils séparés ; elle avait deux petits enfants et a travaillé comme interne pendant quatorze ans. « Ma cousine habitait chez moi, c’est elle à vrai dire qui a élevé mes enfants. » Plus tard, elle s’est remise à vivre avec quelqu’un et a décidé de travailler à la maison en essayant de s’établir à son compte et de faire des vêtements pour les vendre au marché. Mais cela n’a pas marché et c’est alors qu’elle est devenue externe.

60Les récits de ces femmes permettent de mettre en évidence quelques points importants. Premièrement, le travail salarié après le mariage semble n’être envisagé que lorsqu’il y a des contraintes économiques très fortes dues à l’absence du soutien économique du mari. En effet, si l’on reprend non seulement les récits mentionnés mais aussi presque tous les entretiens, la motivation des femmes pour le travail salarié a été le fait qu’elles devaient assumer seules leur propre subsistance et celle de leurs enfants. Dès lors que cette nécessité n’existait plus, elles semblaient avoir tendance à laisser tomber le travail salarié aussitôt que possible au profit d’un travail qui leur permette de rester chez elles.

61Le travail salarié implique souvent une transformation du groupe familial, soit que celui-ci éclate, soit qu’il s’y agrège de nouveaux membres, pour faire face aux problèmes créés par l’absence permanente de la femme.

62Le travail industriel à domicile apparaît comme une solution intermédiaire entre l’exercice du métier de couturière, en tant que productrice indépendante et autonome, et la situation salariée dans une entreprise. Il garantit une production plus stable et mieux rémunérée que celle de la couture pour une clientèle privée, tout en gardant des horaires de travail flexibles, ce qui est impossible dans le travail salarié.

63Au cours des entretiens, nous nous sommes rendu compte que la plupart des couturières avaient beaucoup de mal à évaluer le nombre exact d’heures dévolues à la couture. Cela tenait principalement à une superposition des tâches et à ce que le rythme de travail était subordonné au rythme des tâches domestiques, et des devoirs de ménagère et de mère. Si cette subordination impliquait que le travail de couture soit constamment interrompu, cela ne signifiait pas pour autant que le temps total qui lui était imparti fût réduit. Les récits des couturières sur leur routine journalière montrent qu’elles passaient souvent de dix à douze heures par jour à coudre. Au fil des entretiens, le sens concret de l’expression s’occuper de la maison et des enfants nous est devenu de plus en plus clair ; il est devenu explicite que même aux périodes « normales », certaines tâches pouvaient être déléguées à d’autres membres du groupe domestique ou bien accomplies par d’autres personnes, sous la forme de prestations de services rémunérés.

64Le lavage du linge, par exemple, ainsi que le gros ménage semblaient le plus souvent être réservés à des personnes rémunérées n’appartenant pas au groupe domestique. Néanmoins, les tâches qui touchaient à la préparation et à la répartition de la nourriture demeuraient presque toujours sous la supervision directe de la maîtresse de maison, et ce davantage encore si elle avait des enfants très jeunes ou scolarisés.

65Plus que le nombre d’heures passées à la machine, c’est la place du revenu de la couturière dans le budget familial qui aide à la définition des différentes connotations du travail de la femme. Dans la construction des rôles conjugaux tels qu’ils sont perçus au travers des entretiens, on relève quelques grands traits caractéristiques. Lorsqu’on analyse la distribution des différents postes du budget familial, le clivage entre les obligations de l’homme et celles de la femme quant à l’allocation des ressources disponibles apparaît très nettement.

66Le modèle, selon lequel il revient à l’homme de « pourvoir aux besoins de la famille » était constamment affirmé et réaffirmé par les interviewées, selon lesquelles le mari ou le compagnon « ne permettait pas qu’il manque quoi que ce soit à la maison ». Si l’on y regarde de plus près, l’accomplissement par l’homme des devoirs qui lui étaient obligatoirement dévolus se résumait en réalité à quelques éléments bien précis du carnet de dépenses de la famille. Il lui incombait de faire les courses du mois – l’achat des denrées non périssables comme le riz, les haricots, l’huile, la farine – et de payer l’électricité et l’eau. Le complément alimentaire, représenté par la viande et les légumes, ainsi que les dépenses d’habillement et les frais scolaires étaient pris en charge par la femme. Bien que ces dépenses aient eu une importance fondamentale pour le bien-être familial, la plupart des interviewées se les représentaient comme une « aide ».

67Lorsque le travail de la femme avait pour objectif de répondre à des besoins bien précis et importants à un moment déterminé de la vie familiale, tels la construction d’une maison ou des dépenses pour les enfants, il était clairement perçu comme tel, mais ce n’était pas le cas de leur contribution aux dépenses domestiques journalières.

CONCLUSION

  • 6 Voir sur ce point la distinction faite par Marx (1971) entre la subsomption formelle et la subsomp (...)

68L’étude de cas que nous avons faite nous autorise à présenter certaines considérations sur les rapports entre les différents modes d’organisation de la production dans le système capitaliste. L’appropriation par le capital d’activités jusqu’alors réservées aux petits producteurs indépendants – comme c’était le cas pour les vêtements féminins de luxe – a certaines conséquences qu’on a essayé de mettre en évidence dans le cas que nous avons étudié. Le développement capitaliste du secteur n’a pas, cependant, entraîné une destruction complète des formes productives antérieures, mais plutôt une adaptation de ces formes, de sorte que les producteurs indépendants ont été englobés dans les entreprises, en subissant une forte réduction de leur autonomie, mais en gardant quelques traits caractéristiques hérités de leur situation antérieure6. Le travail industriel à domicile implique l’articulation de deux formes d’organisation productive : l’organisation capitaliste et la production simple de marchandises, cette dernière subissant quelques transformations.

69Dans le secteur étudié, le développement du capitalisme a conduit à l’appropriation immédiate par le capital des principales étapes de la production et, principalement, de la commercialisation du produit final. La monopolisation de ces étapes par le capital rend difficile la compétition directe des producteurs indépendants. Le marché étant contrôlé, la demande de services aux producteurs indépendants par des clients privés diminue considérablement, et reste limitée aux couches sociales inférieures. Compte tenu de l’organisation capitaliste du secteur, les producteurs indépendants n’ont qu’une alternative : devenir des salariés de l’industrie ou continuer à produire en se subordonnant au capital, dans un système de sous-traitance de services pour les entreprises. La deuxième stratégie est sans aucun doute la plus facile à mettre en œuvre étant donné les caractéristiques techniques de l’industrie du prêt-à-porter ; celle-ci reste en effet fortement dépendante de la main-d’œuvre directe à certaines étapes de la production, qui ne nécessitent par ailleurs qu’un équipement encore relativement bon marché et très courant, ce qui est le cas de la machine à coudre. Ainsi, dans le cas étudié, la relation de subordination des producteurs indépendants ne tient pas à la possession des moyens de production par les entreprises, ni à la conversion immédiate des producteurs indépendants en salariés dépossédés de leurs moyens de production ; elle se manifeste autrement.

70Elle se manifeste tout d’abord par la monopolisation de certaines étapes de la production et de la commercialisation du produit final, comme nous l’avons mentionné. Mais dans ce cas précis, y participe aussi un problème plus large, celui de la domination de classe : en effet, les couches dominantes mettent en place et reproduisent des critères, des goûts et des modèles de consommation propres, qui deviennent un capital social et culturel que les couches laborieuses ont du mal à s’approprier. Les producteurs indépendants se heurtent à des écueils incontournables, résultant du monopole « culturel » des couches dominantes, ce qui limite leur compétitivité sur le marché. L’appropriation par le capital de l’organisation des étapes initiales de la production entraîne également une spécialisation croissante des fonctions qui leur sont associées, ne laissant aux producteurs directs que les tâches les moins qualifiées.

71En deuxième lieu, la relation de subordination est définie par le type même des rapports établis entre l’entreprise et les producteurs directs. Le contrôle par l’entreprise de l’approvisionnement en matière première et, principalement, du revenu à la pièce, réduit substantiellement l’autonomie du producteur direct et est favorisé par une atomisation des rapports entre les producteurs directs et l’entreprise. Le mode de rémunération à la pièce contraint le producteur à travailler plus intensément et continuellement ; il entraîne aussi une large dispersion des revenus entre les divers producteurs. Un revenu supérieur ne pourra être obtenu qu’au prix d’un épuisement de la force de travail et d’un prolongement excessif des heures de production.

72Cependant, dans le cas étudié, cette relation de subordination n’implique pas une transformation du procès productif au niveau des producteurs directs. Même si les couturières externes exécutent un travail dont le procès global s’est déjà vu transformé par l’organisation capitaliste, elles ont encore, à leur niveau d’exécution, une autonomie totale. Il en résulte une meilleure qualification, comparé aux manufacturières et, du moins est-on fondé à le supposer, une plus grande satisfaction dans la réalisation du travail. Il est vrai que cet aspect peut être particulier au secteur spécifique analysé – les petites entreprises de prêt-à-porter de luxe. Certains indicateurs en effet laissent à penser que le travail de couture externe peut souvent reproduire le parcellement extrême des tâches existant dans une fabrique, ce qui lui enlève justement sa spécificité quant à la qualité d’exécution.

73L’articulation de deux formes de production a des effets contradictoires pour le producteur direct. Celui-ci détient toujours une partie des moyens de production – la machine à coudre – mais il travaille sur une matière première qui ne lui appartient pas ; il continue d’exercer un contrôle total sur le procès de travail, mais uniquement aux étapes où il intervient, étant à d’autres égards complètement subordonné à l’entreprise capitaliste.

74L’étude que nous avons faite montre aussi que l’expansion capitaliste dans l’industrie du prêt-à-porter s’est faite de façon très inégale dans les divers secteurs qui la composent, et non selon un processus évolutif et graduel ou un continu allant de la production artisanale à la production capitaliste, en passant par des formes transitoires. Bien au contraire, l’industrie du prêt-à-porter est probablement l’un des exemples les plus frappants du fait que le capitalisme peut mettre en œuvre des rapports de production ambigus et complexes, qui coexistent avec le nouveau noyau dynamique et s’y articulent.

Bibliografía

BIBLIOGRAPHIE

Abreu, A. de Paiva. 1986. Ο avesso da moda. Trabalho a domicílio na indústria de confecção. São Paulo, Hucitec.

Abreu, A. de Paiva ; Capellin, P. ; Silva, G.M.R. da. 1978. « O trabalho feminino em areas urbanas na America Latina ». Communication présentée au séminaire « A Mulher na força de trabalho na America Latina », Rio de Janeiro.

Brusco, S. 1982. « The Emilian model : productive decentralization and social integration », Cambridge journal of economics, 6 (2) : 167-184.

Crespi, F. ; Segatori, R. ; Bottachiari, V. 1975. Il lavoro a domicilio : il caso dell’Umbria. Bari, De Donato.

Cutrufelli, M.R. 1977. Operaie senza fabbrica : inchiesta sul lavoro a domicilio. Roma, Editori Reuniti.

Frey, L. 1973. « Del lavoro a domicilio al decentramento dell’atività produttiva », Rassegna sindicale, 44-45 : 34-56.

– 1974. « Riesame dei problemi dell’occupazione femminile », in P. Léon, M. Marrochi (eds), Sviluppo economico italiano e forza-lavoro. Venezia, Marsilio Editori.

Godelier, M. 1987. « L’analyse des processus de transition », Information sur les sciences sociales, 26 (2) : 265-283.

Kovarick, L. 1977. Capitalismo e marginalidade na America Latina. Rio de Janeiro, Paz e Terra.

Marx, K. 1971. Un chapitre inédit du Capital. Paris, Union générale d’éditions.

Prandi, R. 1978. Ο trabalhador por conta propria sob ο capital. Sao Paulo, Simbolo.

Solinas, G. 1982. « Labour market segmentation and worker’s carreers : the case of the Italian knitwear industry », Cambridge journal of economics, 6 (4) : 331-352.

Notas

1 Étant donné l’importance de ce problème en Italie, c’est la littérature italienne qui nous offre l’une des approches les plus intéressantes, en particulier sous l’angle de l’analyse de la décentralisation des activités économiques. Cf. en particulier Brusco (1982), Frey (1973, 1974), Solinas (1982), Crespi et al. (1975) et Cutrufelli (1977). Dans le cas du Brésil, Kovarick (1977) et Prandi (1978) ont essayé dans leurs travaux de sortir de l’approche dualiste traditionnelle de ce phénomène. Pour une analyse plus complète de cette littérature, cf. Abreu 1986 : 37-86.

2 Pour une description détaillée de la méthodologie employée, voir Abreu (1986 : 110-19). En chiffres absolus, il y avait en 1980 entre 450 et 700 000 personnes concernées par ces activités.

3 La recherche de terrain effectuée entre 1978 et 1979 a eu comme point de départ cinq entreprises du type analysé. J’ai interviewé au total 53 couturières dans des situations d’emploi différentes : 19 ouvrières d’une usine de chemises, 11 couturières internes d’une petite entreprise et 23 couturières externes. Parmi ces dernières, au moment de l’enquête, 18 travaillaient pour les cinq entreprises en question et elles ont constitué le noyau de mon analyse.

4 Les externes interviewées habitaient généralement des quartiers très éloignés du centre de Rio. Elles devaient utiliser plus d’un moyen de transport pour s’y rendre et le trajet jusqu’à l’atelier pouvait durer de deux heures à deux heures et demie.

5 Pour une analyse critique de la littérature sur le travail féminin urbain au Brésil, cf. Abreu, Capellin et Silva (1978).

6 Voir sur ce point la distinction faite par Marx (1971) entre la subsomption formelle et la subsomption réelle du travail au capital.

Notas finales

1 Information sur les sciences sociales (27, 4, 1988 : 537-558).

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1991

Condiciones de uso: http://www.openedition.org/6540