Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Transitions et subordinations au capitalisme

 | 
Maurice Godelier

Structures agraires et migrations pendulaires : une région du nord-ouest du Portugal1

João Ferreira de Almeida

Texte intégral

  • 1 Information sur les sciences sociales (26, 2, 1987 : 285-318).

1Cet article a pour objet l’analyse d’une commune (freguesia) rurale du Nord-Ouest portugais, Fonte Arcada, située dans une région typiquement agricole, mais proche géographiquement et socialement du pôle urbain et industriel de Porto, la deuxième ville du pays.

2Il ne sera fait que brièvement allusion aux problèmes de délimitation spatiale et temporelle que pose toute recherche monographique. Les frontières administratives de la commune ne constituent qu’un élément de référence, qu’il est nécessaire de préciser. L’espace rural est déterminé par un ensemble de processus sociaux dépendant d’espaces plus vastes, englobants ou discontinus, eux-mêmes définis en fonction de la diversité des champs théoriques à l’œuvre. Cela signifie que toute monographie, dans la mesure où elle cherche à circonscrire un espace social multiforme, devra nécessairement transgresser les limites administratives qui lui servent de référence globale.

3De même en ce qui concerne la temporalité, les référents historiques sont nombreux et ne coïncident pas forcément. En France, par exemple, on admet que les sociétés rurales ont développé une logique propre jusqu’au XIXe siècle, avant d’amorcer une désagrégation progressive. Dès lors, il serait possible d’utiliser un indicateur démographique – par exemple le point culminant de courbe démographique – comme limite du recul historique dans telle ou telle recherche monographique.

4Au Portugal, si le déclin en pourcentage de la population agricole remonte au début du XXe siècle, ce n’est qu’à partir des années 50 que commence sa chute en termes absolus. Régionalement, pourtant, les comportements démographiques sont loin d’être homogènes, et Fonte Arcada en offre un exemple : le maintien jusqu’à nos jours du nombre de ses habitants, phénomène que nous tenterons d’expliquer.

QUELQUES RÉFÉRENCES HISTORIQUES

5De la fondation de la nation (XIIe siècle) et jusqu’au XVe siècle, la croissance de la population portugaise a été lente et a connu des phases de dépeuplement dues aux guerres de reconquête du territoire sur les musulmans, aux famines et épidémies, et surtout à la peste noire du milieu du XIVe siècle. Après une période de stabilisation liée, entre autres facteurs, aux découvertes maritimes (Indes, Brésil), la croissance reprend. Elle s’accélère après la deuxième moitié du XIXe siècle, quoique de façon moins remarquable qu’en Angleterre et en Allemagne, par exemple. A partir de 1900, elle se poursuit, malgré une stagnation dans les années 10, conséquence de la Première Guerre mondiale, de la grippe espagnole, et d’une importante émigration. Ce n’est qu’en 1960-1970 que ce mouvement s’inverse : le solde naturel positif ne compense plus le flux migratoire, ce qui entraîne une chute de la population dans la métropole. Avec le retour de plusieurs milliers de résidents des ex-colonies après 1974, et les restrictions qu’impose l’Europe à l’immigration périphérique, la croissance reprend : la population atteignait en 1977, 9 245 000 habitants.

6En ce qui concerne la natalité, ce n’est qu’à partir de 1930, postérieurement à l’Allemagne ou à l’Angleterre (sans compter la France où ce mouvement commence bien auparavant) qu’on constate une nette tendance à la baisse corrélative à une forte réduction de la mortalité infantile.

7L’évolution démographique au Portugal a été affectée de façon pratiquement continue – bien que variable quant à l’incidence régionale – par des mouvements migratoires pluriséculaires. L’émigration colonisatrice qui débuta dans le deuxième quart du XVe siècle vers les îles atlantiques, s’étend au Maroc, à l’Orient, se canalise vers le Brésil plus fortement à partir de la seconde moitié du XVIe siècle et culmine à la fin du XIXe siècle jusqu’à 1930 environ. Dans les années 50, et surtout 60 (avec près de 1 400 000 départs), l’émigration reprend avec cependant une différence importante : la destination est dorénavant l’Europe, et tout le pays, du nord au sud, fournit des contingents de travailleurs migrants, qui ne sont plus d’ailleurs, comme auparavant, presque exclusivement des hommes jeunes, paysans ou salariés agricoles.

8Si l’émigration est une composante de l’histoire portugaise dont les effets profonds et multiples furent parfois dramatiques, n’oublions pas l’autre dimension de la « mobilité géographique » : les mouvements à l’intérieur du territoire. Il existe, on le sait, de nombreuses modalités migratoires au sein d’un même tissu social, déterminées par des conditions historiques spécifiques et des mécanismes structuraux de distribution de la force de travail. A côté des migrations pendulaires, dont on parlera plus tard, il faut mentionner les migrations saisonnières et les migrations définitives, dont l’exode rural et agricole constituent, en général, les manifestations les plus saillantes.

9Les migrations saisonnières ont eu une importance considérable du dernier quart du XIXe siècle jusqu’au début de la Deuxième Guerre mondiale. Les plus importantes venaient de l’Algarve (à l’extrême sud du pays) et surtout des montagnes du centre et du nord du territoire. Les gens allaient par bandes (ranchos) faire les moissons dans le Ribatejo et l’Alentejo, régions de grande propriété et de culture extensive, après quoi ils retournaient à leurs terres où il leur était impossible de vivre sans ce complément de revenu.

10Les mouvements avec fixation dans la région d’accueil ont augmenté dès le siècle dernier. Les flux de grande ampleur suivirent deux directions principales : du nord au sud et de l’est à l’ouest du territoire. La première, liée notamment au peuplement rural de certaines régions méridionales, remonte aux temps médiévaux de la reconquête et se poursuit avec une intensité variable jusqu’au tarissement récent. Dans une période plus proche, la croissance industrielle et l’urbanisation ont attiré vers les régions du littoral (essentiellement dans les départements de Lisbonne, Setubal et Porto) la population des montagnes du Nord puis de l’intérieur rural du pays. Mais la plupart des migrants, prenant parfois les zones urbaines comme étape, se sont dirigés vers l’extérieur (voir Annexe, tableaux 1A et 2A).

11La première période postmédiévale, phase de plein développement de l’empire, montre que ni les effets de l’expansion territoriale ni les contrastes géographiques qui opposent l’humidité atlantique du Nord à la sécheresse méridionale, la fertilité des vallées et des bas versants littoraux à la pauvreté des plateaux et des montagnes intérieures, n’avaient encore entraîné de forts clivages quant au peuplement.

12Dans la deuxième moitié du XIXe siècle, si la situation littoral-intérieur n’est pas considérablement altérée, la répartition entre Nord et Centre-Nord d’une part, et le reste du territoire de l’autre, présente des différences considérables : la moindre croissance dans le Centre et le Centre-Sud contraste en effet avec la forte augmentation des densités et l’importance relative de la population plus septentrionale.

13Sur le plan agricole, l’introduction du maïs américain au XIVe siècle devait amener des transformations profondes dans les régions où il s’est diffusé. Bien que l’espace rural du Nord-Ouest présente déjà, dès le haut Moyen Age, une forme morcelée, due à l’exiguïté des unités productives, alliées à un peuplement dense mais dispersé, le développement de la vigne et l’introduction du maïs comme polyculture complexe, éliminant les jachères et exigeant une force de travail considérable, ont sans doute contribué au nouvel essor démographique septentrional. L’expansion postérieure de la culture de la pomme de terre, le développement de la monoculture viticole spéculative du Douro et la prospérité relative des secteurs non agricoles y ont aussi leur part.

14Plus au sud, dans la zone intérieure qui va des montagnes centrales à l’Algarve, les conditions écologiques et la structure des latifundia aux racines anciennes ont laissé intacts les champs de blé dispersés, les longues jachères, les espaces de terres incultes et le système de la vaine pâture. Ainsi se maintenaient dans cette partie du territoire de grands espaces sans présence humaine régulière, un peuplement concentré mais de faible densité.

15Cent ans plus tard se confirmait la décroissance démographique relative de l’intérieur méridional, dans un espace social pénétré par un capitalisme extensif, s’appuyant sur les structures sclérosées de la très grande propriété. Ni les mesures protectionnistes de la fin du XIXe siècle, ni la « campagne du blé » de l’entre-deux-guerres n’ont pu durablement éliminer le chômage chronique dans la région. Plus au nord, la pénétration du capitalisme, sur le mode d’une soumission formelle du travail paysan au capital, s’était poursuivie dans le cadre de la polyculture-élevage traditionnelle. Le modèle de croissance industrielle s’appuyait sur le maintien de bas salaires et sur le gel des prix agricoles afin d’éviter la hausse des produits alimentaires : ses effets sur des structures agraires déséquilibrées et figées se traduisaient par le blocage de l’investissement, de la rationalisation de la production, de l’innovation technologique. Le produit agricole stagnait, tandis que l’importation croissante de produits alimentaires était la seule réponse à une demande intérieure en augmentation continue.

16Sur le plan industriel, en revanche, le deuxième après-guerre donna lieu à un nouvel essor qui s’affirma dans les années 60. Mais cette croissance, dans le cadre d’un capitalisme dépendant et fragile, entravait le développement de l’industrie lourde et des biens d’équipement ; la concentration de puissants groupes financiers s’opérait parallèlement au saupoudrage d’innombrables micro-unités artisanales, soutenues par une relative autarcie et par la répression exercée sur les organisations ouvrières. La prospérité des secteurs industriels et des services aggravait les disparités régionales, produisant un développement inégal dont l’inégale répartition démographique constitue un des indicateurs. On assiste, globalement, à une poussée vers le littoral : à l’équilibre relatif des dernières décennies du XIXe siècle succède, en 1970, une situation où pour un habitant de l’intérieur on en compte trois sur le littoral (soit 28 % contre 72 %), avec une proportion des aires respectives de l’ordre de 2 pour 1. C’est justement l’espace intérieur, avec une productivité agricole en perte relative continue par rapport au Nord et au Centre littoraux, et où travaille plus de la moitié de la population active agricole, qui, de 1960 à 1970, a subi les pertes démographiques les plus spectaculaires. Ces pertes, à leur tour, contribuèrent à accentuer la spirale de la pauvreté dans des régions auxquelles seuls l’envoi d’argent des émigrants ou leur retour laissaient encore l’apparence d’un certain dynamisme.

17Si, après avril 1974, il n’y a pas eu de transformations en profondeur dans les structures agraires du nord du territoire, l’exode massif des dix années antérieures a été compensé par un large reflux vers les régions rurales, dû à la décolonisation et au chômage urbain. Cela montre bien, malgré toutes les difficultés rencontrées, la capacité adaptative, la plasticité de l’espace rural, en particulier celui que structure la paysannerie. L’économie paysanne, fragile du point de vue de la rationalité capitaliste, se révèle en même temps un refuge, une soupape, en cas de crise : si l’espace rural est bien un réservoir et un pourvoyeur de main-d’œuvre, il possède aussi une remarquable capacité de réabsorption des « excédents » démographiques.

18Mais justement la région qui nous occupe est restée relativement à l’abri et de la dernière vague d’émigration, et de l’inversion de tendance vérifiée, au niveau national, en 1974 et 1975. La commune de Fonte Arcada se situe dans une région caractérisée par des taux très élevés de natalité et de mortalité, de forts pourcentages de jeunes et de femmes, un peuplement dense et dispersé. Ces caractéristiques se sont maintenues au long des siècles avec une remarquable constance.

19Comment expliquer cette relative « indifférence » de la commune de Fonte Arcada aux grands flux migratoires des vingt dernières années ? S’agirait-il d’un développement économique endogène, capable de fixer sur place l’essentiel de ses habitants ? On verra que l’explication en devra être fondamentalement recherchée dans l’incidence, visible aussi dans certaines régions environnantes et ailleurs dans le pays, des migrations pendulaires.

20Cerner l’importance de ce type de migrations et de l’agriculture à temps partiel qui lui est associée impose d’élargir la problématique aux structures agraires régionales, aux classes sociales et à leur dynamique, aux dimensions (économiques, politiques, idéologiques) du processus social global, dont les espaces ruraux ne constituent qu’un élément.

LA COMMUNE DE FONTE ARCADA

21Fonte Arcada est l’une des trente-sept communes qui appartiennent au canton (concelho) de Penafiel, dans le département (distrito) de Porto. Elle a une surface totale d’environ 600 ha et une aire productive de 480 ha dont 45 % de superficie agricole et le reste de superficie forestière avec très peu de friches. Le sol offre de bonnes conditions pour la culture du maïs, du haricot, du seigle et de la pomme de terre. L’aire réservée aux deux premières cultures, qui alternent fréquemment l’hiver avec la prairie, atteint près de 139 ha. La vigne et quelques vergers, en général en bordure des champs, complètent les cultures les plus importantes, tandis que le gros bétail perd de plus en plus son ancienne fonction de trait.

22Ce n’est pas seulement la commune mais aussi le canton de Penafiel qui révèlent des caractéristiques agricoles dominantes. Les indicateurs usuels comme la part du produit agricole brut dans le produit intérieur brut, le nombre d’établissements industriels au kilomètre carré, la production industrielle par tête, la formation brute de capital fixe par établissement, l’apport du canton à la valeur ajoutée industrielle du département de Porto confirment l’inadéquation des structures non agricoles de la région. Bien que l’on constate aussi la diminution, en termes absolus et relatifs, des actifs agricoles à Penafiel (qui représentaient néanmoins encore plus de 31 % de la population en 1970), il est indéniable que l’on est en présence d’une région qui présente les traits spécifiques du « monde rural ».

23Mais il s’agit d’une région d’où sont également absentes, pour l’essentiel, les caractéristiques d’une agriculture moderne, susceptible de supporter un procès endogène de croissance économique. Sur 5 009 exploitations à Penafiel en 1968, seules 19 comptaient plus de 20 ha, la superficie moyenne ne dépassant pas 1,72 ha. Environ 29 % seulement de ces exploitations destinaient plus de la moitié de la valeur de leur production au marché. Le petit fermage et le métayage, rapports de production non capitalistes, intéressaient encore, à la même date, près de 45 % du total des exploitations et plus de 80 % d’entre elles restaient des entreprises familiales. Finalement, entre 1950 et 1970, les « isolés » – ceux qui, étant propriétaires ou fermiers, n’employaient pas de salariés – ont vu croître leur importance au détriment des salariés et des patrons agricoles.

24Vu ces traits génériques, tirés des statistiques officielles, on pourra se demander s’il existe bien, dans cette région dite de minifundia, une tendance à la distribution égalitaire de la propriété foncière.

Structure de la propriété foncière

25Rappelons la distinction entre propriété juridique et propriété économique. Si la première confère un droit reconnu dans un ordre juridique déterminé, la propriété économique se caractérise par le pouvoir d’affecter des ressources (les moyens de production) à des fins économiques et de s’approprier des produits et d’en disposer. L’une et l’autre ne coïncident pas nécessairement. L’étude de la propriété formelle de la terre est insuffisante pour analyser la dimension économique des classes sociales à la campagne ; elle est néanmoins indispensable si l’on veut examiner la répartition des exploitations (au sens statistique d’« unités techniques et économiques »), puisque rien n’empêche, par exemple, qu’un seul propriétaire en ait une, deux ou plusieurs (voir Annexe, où les tableaux 3A et 4A montrent la répartition de la superficie agricole et forestière de la commune entre propriétaires résidents et non résidents ; la Figure 1, à l’aide des courbes de Lorenz et des indices de Gini, condense l’information sur la concentration de la terre). (Notons que les propriétaires non résidents détiennent plus du quart de la superficie productive totale.)

26Les superficies les plus petites ont une importance économique supérieure à la moyenne, ce qui implique, comme le registre fiscal le confirme, une valeur supérieure du produit par unité de surface : il faut donc un peu nuancer la lecture économique des courbes de concentration. Mais les différences restent bien accentuées. Etre propriétaire à Fonte Arcada signifie ainsi le plus souvent (pour 67 % d’entre eux) posséder un lopin de terre n’atteignant pas un demi-hectare, donc un tout petit jardin potager qui n’est évidemment pas susceptible d’assurer la subsistance d’une famille. A l’autre bout de l’échelle, huit propriétaires en 1968 contrôlent 43,4 % de la superficie productive. Qu’en est-il de l’affirmation, si souvent répétée, selon laquelle la propriété foncière représente, dans le Nord-Ouest, un puissant facteur économique d’homogénéité ? Ces micropropriétaires n’ont en général d’autre recours que de se procurer du travail salarié ou d’accepter le fermage dans les exploitations appartenant à des grands propriétaires.

27Lorsque le mécanisme des migrations pendulaires ne permettait pas encore l’écoulement régulier de la force de travail excédentaire, la pression de la demande d’emploi des journaliers sur les propriétaires était forte et constante. Les gens les plus âgés de la commune rapportent combien il était nécessaire, pour arriver à la situation de fermier ou de métayer, d’utiliser toutes sortes de « pistons ». On comprend alors la nature de ces contrats de fermage dans le cadre qu’un quasi-monopole de la terre, lorsque, de leur côté, les conditions politiques globales ne permettaient pas d’infléchir, à niveau local, l’inégalité du rapport de forces entre propriétaire et fermier. Mais même après le 25 avril, alors que la conjoncture politique tournait en faveur du pôle le plus faible, le pouvoir des fermiers et des métayers resta limité, malgré l’action du marn, leur mouvement revendicatif : peu de contrats écrits furent accordés et les rentes continuèrent le plus souvent à être payées en nature.

28Pour expliquer cet échec relatif, il faut sans doute tenir compte de la cristallisation de mécanismes complexes de dépendance, associés à des rapports très anciens. Cependant, l’incidence même des migrations pendulaires et le processus de transformation sociale qui les sous-tend et qu’elles renforcent, auront peu à peu créé une autre logique, tout en plaçant le problème du fermage dans une position peut-être moins critique au sein des rapports de forces locaux.

Population, travail et démographie

29La pyramide des âges de la commune (cf. Annexe, figure 2), révèle un creux assez net dans le groupe des hommes pour les classes comprises entre vingt et soixante-quatre ans, résultant, en partie au moins, de la très forte émigration des actifs. Le tableau 1 fait apparaître un vieillissement et une féminisation de la population de Fonte Arcada supérieurs à ceux du canton de Penafiel, y compris dans les classes les plus jeunes. Ce fait aura sans nul doute des conséquences importantes sur tous les plans de l’organisation sociale de la collectivité : pour n’en citer qu’une, notons la forte incidence du célibat féminin (cf. Annexe, tableau 6A).

TABLEAU 1. Vieillissement et taux de masculinité

TABLEAU 1. Vieillissement et taux de masculinité

*1970; b1978. L’information a été obtenue à partir de l'enquête exhaustive que l'on nommera P2, effectuée dans la commune en 1978.

TABLEAUX 2. Lieu d’exercice de la profession et répartition selon les sexes et l’âge des actifs

TABLEAUX 2. Lieu d’exercice de la profession et répartition selon les sexes et l’âge des actifs

30Le petit nombre d’hommes pour 100 femmes à Fonte Arcasa dans la population jeune doit s’expliquer peut-être par la semi-prolétarisation qui se développe avec les migrations pendulaires, et qui a peut-être épargné la migration à bon nombre de jeunes filles, contrairement à ce qui se passe – en règle générale – dans le canton. L’analyse de la population active nous aidera à mieux cerner la situation.

31Sur les résidents de Fonte Arcada, 661 appartiennent à la « population exerçant une activité économique » dans l’acceptation restrictive que donnent à cette catégorie les recensements officiels. Mais si l’on prenait en considération la profession secondaire de ceux que leur activité principale exclut de cette catégorie (ménagères, étudiants, etc.), le nombre des actifs s’élevait à 878. Selon l’un ou l’autre critère, on obtient des pourcentages d’actifs de 44,5 et 59,2 respectivement ; toutefois nous utilisons le critère officiel pour pouvoir procéder à des comparaisons. Le nombre des actifs par famille (Fonte Arcada compte 320 groupes domestiques) atteint 2 065, chiffre considérablement supérieur à celui de Penafiel pour 1970 (cf. tableau 2).

32On notera l’impact des migrations pendulaires sur le pourcentage de ceux qui, bien que résidant dans la commune, travaillent à l’extérieur dans l’industrie ou les services (la plupart à Porto ou dans sa banlieue), soit 35,9 % du total, c’est-à-dire 70,9 % des « postes de travail » non agricoles recensés.

33Le processus de prolétarisation n’ayant apporté ni une réduction sensible du nombre des exploitations agricoles, ni une reconversion ou une modernisation des systèmes de cultures et des procès de travail, l’indice élevé d’activité traduit l’entrée massive des femmes dans la sphère de la production agricole. Un même processus – la semi-prolétarisation des familles paysannes – induit ainsi simultanément et de façon cumulative un fort taux d’activité et une féminisation de la population de la commune et spécifiquement de sa population active. On notera également un fort pourcentage de personnes âgées et de jeunes dans l’agriculture, ce qui corrobore nos données de départ.

34Examinons maintenant de plus près l’ensemble des actifs agricoles, qui correspond à près de la moitié de la population. Le tableau 3 – montre que les femmes occupent les deux catégories les plus importantes : aides familiaux (où les jeunes sont nombreux) et isolés fermiers (sensiblement plus âgés).

TABLEAU 3. Répartition par sexe et par âges des actifs agricoles selon le statut professionnel

TABLEAU 3. Répartition par sexe et par âges des actifs agricoles selon le statut professionnel

Tableau 4 Répartition selon le statut professionnel (complémentaire) et l’occupation ou l’activité économique principale des actifs ayant une profession secondaire agricole

Tableau 4 Répartition selon le statut professionnel (complémentaire) et l’occupation ou l’activité économique principale des actifs ayant une profession secondaire agricole

35On notera également le pourcentage très élevé de personnes âgées dans l’ensemble des isolés-propriétaires : si la détention de la terre leur a permis de résister à la prolétarisation, ils sont néanmoins obligés de prolonger leur activité productive et, faute de renouvellement par des membres plus jeunes, c’est le groupe même qui se trouve menacé de disparition. Pourtant s’il est un aspect sur lequel il convient d’insister, c’est bien l’exercice fréquent et généralisé d’activités secondaires et l’incidence de l’agriculture à temps partiel. Le nombre de ceux qui la pratiquent (367) est même supérieur, à Fonte Arcada, aux actifs agricoles définis en termes de profession principale (cf. tableau 4).

36Ils se répartissent pour la plupart en aides familiaux et fermiers. Notons outre le nombre de ménagères – ce qui confirme la féminisation agricole – le fort pourcentage de ceux qui travaillent à titre principal dans l’industrie et les services, dont le lieu d’activité est massivement extérieur à la commune : il s’agit de l’articulation typique migrations pendulaires-agriculture à temps partiel.

37Étudions de plus près l’influence du phénomène migratoire parmi les indicateurs relevant de l’analyse démographique. Le Nord-Ouest, avons-nous dit, a constitué depuis très longtemps une source de grands flux migratoires : cela reste vrai de Fonte Arcada. La commune n’a pas fourni, toutefois, beaucoup d’émigrants au XXe siècle, si l’on exclut les premières décennies et une courte période du deuxième après-guerre, où les départs pour le Brésil ont été encore nombreux. Ce sont les migrations internes qui ont eu le plus d’importance. La chute des années 60, qui va à l’envers du mouvement au niveau national, paraît confirmer l’hypothèse selon laquelle c’est à cette époque que s’est généralisé le transfert pendulaire de la force de travail (cf. Annexe, tableau 5A).

38Une autre source, le recensement électoral de 1979, permet de préciser l’information, en dénombrant les majeurs de dix-huit ans nés à Fonte Arcada et résidant à l’extérieur (cf. Annexe, tableaux 7A, 8A et 9A). Sur les 857 individus ainsi identifiés, le pourcentage des adultes (vingt à soixante-quatre ans) s’élève à 86 %, avec une prédominance de jeunes (jusqu’à quarante-quatre ans), ce qui traduit des départs encore récents. Globalement, les femmes sont sur-représentées.

39En ce qui concerne la répartition par lieux d’accueil, le plus grand nombre se rende dans les communes voisines (ce mouvement peu significatif, du point de vue des flux migratoires, est probablement lié à l’extension de l’aire d’endogamie) et dans le Grand Porto, qui voit ainsi se confirmer son rôle polarisateur. Si, en outre, on observe que la fixation de la classe d’âge des quarante-cinq à soixante-quatre ans y est aussi relativement plus importante, l’hypothèse selon laquelle les migrations pendulaires se sont en partie récemment substituées aux migrations définitives – toutefois selon une direction identique – sera confirmée. Il ressort, finalement, que les fixations à l’étranger sont insignifiantes, bien qu’elles soient probablement sous-estimées.

40Le tableau 10A (Annexe) montre que le nombre des immigrants qui se sont fixés dans la commune ne compense pas, même de loin, celui des départs : on compte, en 1974, 235 arrivées contre 839 départs pour les classes d’âges de vingt ans et plus. En ce qui concerne les lieux d’origine, notons l’effacement de Porto et de sa banlieue.

Classes sociales : les agents et les familles

41Lorsqu’on a essayé de caractériser la population active à Fonte Arcada, on a fait allusion aux phénomènes de prolétarisation et de semi-prolétarisation des actifs agricoles eux-mêmes, séparés en quatre catégories, en fonction de la situation différente des agents économiques face aux moyens de production et aux produits : le passage d’une classification empirique, à partir des professions déclarées, à l’analyse des dimensions économiques des classes sociales, y était implicite. On ne montrera pas ici les logiques à l’œuvre dans ces deux types d’approche.

42C’est essentiellement sur les classes des propriétaires fonciers, des rentiers capitalistes et des salariés agricoles que la tradition marxiste s’appuie pour analyser la pénétration du capitalisme dans les campagnes. La dissociation entre propriété juridique et propriété économique de la terre, et la séparation du producteur direct d’avec les moyens de production impliquant l’expropriation généralisée des paysans, constitueraient, dans cette perspective, des tendances irréversibles. Or, l’évolution historique des cent dernières années, du moins en ce qui concerne les formations sociales capitalistes du Centre et de la première périphérie, invalide partiellement cette hypothèse. Si la formule trinitaire conserve un pouvoir explicatif pour un certain secteur agraire portugais (globalement le sud du territoire où s’est faite la réforme agraire), dans le cas de la soumission formelle du travail au capital, dont rien ne permet de dire qu’il s’agit d’une simple survivance, ce modèle est insuffisant.

43L’étude des classes sociales dans l’agriculture portugaise ne saurait se référer aux seuls salariés, fermiers capitalistes et propriétaires fonciers absentéistes : d’autres catégories, relatives aux exploitations familiales, ont beaucoup plus de poids dans certaines régions. C’est, d’un côté, celle des producteurs agricoles directs pour qui la capacité de mettre en action les moyens de production (possession) se prolonge par la propriété économique, sans recourir à une importante force de travail salariée ; d’un autre, celle des aides familiaux. Ensemble, ils constituent la classe des paysans, détenant ou non la propriété juridique de la terre. Paysans-propriétaires et paysans-fermiers peuvent encore se distinguer selon leur capacité d’accéder à des niveaux de reproduction économique élargie.

44Le semi-prolétariat agricole comprend, à son tour, des paysans qui doivent aussi vendre leur force de travail en plus de l’exercice d’une activité agricole « indépendante ». On peut employer l’expression paysans partiels, dans un sens plus large, pour désigner tous les types d’activités combinées à l’activité paysanne. Il s’agit, d’ailleurs, d’une position de double appartenance de classe qui, dans certaines conditions, peut être durable.

45Tout d’abord, il est frappant de constater dans le tableau 5 l’absence d’entrepreneurs agricoles capitalistes, ce qui est apparemment contradictoire avec la présence vérifiée de plus d’une trentaine de salariés agricoles : c’est que ceux-ci sont des salariés éventuels, dont l’utilisation de la force de travail est sporadique ou secondaire par rapport à la masse de travail requise dans les exploitations. D’ailleurs, même au niveau du canton de Penafiel, il n’y avait en 1970 que trente « patrons agricoles », soit 0,7 % de la population agricole active. La proportion de salariés dans l’agriculture de Fonte Arcada était bien plus élevée il y a quelques décennies : l’exode agricole a fortement entamé ce groupe.

46L’importance numérique des paysans « purs » mérite aussi un bref commentaire. Bien que la commune soit située dans une région où dominent les exploitations familiales, on ne s’attendrait pas pour autant à ce que le nombre de ces paysans soit si élevé, tant y est forte la semi-prolétarisation. Pour mieux cerner ce phénomène il nous faut maintenant passer des agents sociaux individuellement considérés à l’analyse des classes prenant pour base des familles.

47Nous proposerons une classification des familles paysannes qui n’intègre pas un certain nombre de facteurs pertinents tels que la distribution des rôles, la structure interne du pouvoir, les styles de vie ou les mécanismes de socialisation. Notre objectif étant en effet de dépasser le côté atomisant de ce qui vient d’être dit et d’examiner les mécanismes de prolétarisation et de résistance à la prolétarisation, nous nous en tiendrons à une combinaison des différentes places des individus dans les groupes domestiques locaux.

48Seront dites familles paysannes celle qui sont globalement liées au travail agricole et dont les membres ont été tenus à l’écart de toutes les formes de salariat ou de n’importe quelle activité économique extra-agricole. On classera dans les familles de paysans partiels celles dont l’un des membres au moins est paysan partiel ; ou dont un membre au moins est salarié ou exerce une activité économique extérieure, tandis qu’un ou plusieurs autre(s) est (sont) paysan(s). On appellera prolétaires les familles dont un élément au moins appartient à cette catégorie et on distinguera le prolétariat agricole du prolétariat industriel. L’existence d’un élément de la bourgeoisie suffira à considérer une famille bourgeoise. Petites bourgeoises seront celles qui comprennent au moins un membre petit bourgeois, les autres n’exerçant aucune activité économique qui puisse les caractériser. Dans le cas, peu nombreux, où ces critères ne conduisent pas à une classification univoque (par exemple, lorsqu’un membre est prolétaire et un autre petit-bourgeois), on fait prévaloir la situation de classe du chef de famille. Enfin les familles dans lesquelles aucun membre n’entre dans les catégories ci-dessus appartiennent aux « catégories résiduelles » (cf. tableau 6).

TABLEAU 5. Les classes sociales à Fonte Arcada

TABLEAU 5. Les classes sociales à Fonte Arcada

Source : Enquête P2.

49La forte proportion de groupes domestiques qui restent liés à l’agriculture, bien qu’occupant des places différentes dans la structure des rapports locaux de production, est frappante. Aux cinquante-quatre familles paysannes pour lesquelles ce lien passe non seulement par le faire-valoir direct, mais aussi par l’organisation même du procès de travail, s’ajoutent seize familles qui fondent sur le travail salarié leur reproduction sociale ; la propriété de la terre permet à quinze autres familles de vivre, au moins partiellement, de l’activité agricole par le biais de rentes, sans participation aucune aux procès de travail ; ce sont toutefois les familles des paysans partiels (166, c’est-à-dire, un peu plus de la moitié du total des groupes domestiques) qui donnent l’image la plus représentative de l’agriculture et des structures sociales de la commune. Le « mystère », pour l’observateur, que représente à Fonte Arcada un paysage surtout agricole sans qu’on voie une participation régulière de la population à ce genre d’activités se dissipe donc, une fois reconnu le rôle de l’agriculture à temps partiel.

50L’une des conséquences de la diversité des situations de classe des familles a trait à la dimension même des ménages. Sans écarter d’autres facteurs, ce sont les formes diverses de résistance des groupes domestiques à l’exode définitif de leurs membres qui expliqueraient les différences entre familles paysannes et familles de paysans partiels (cf. Annexe, tableau 11 A). C’est ainsi que les familles de paysans et de prolétaires sont de dimension réduite et que la moyenne d’âge de leurs chefs est élevée : face aux problèmes économiques aigus à une époque où le mécanisme des migrations pendulaires n’était pas si efficace, elles auraient fourni une partie de leurs membres à la migration sans retour.

51Si cela vaut pour la « catégorie résiduelle » (qui comprend la majeure partie des retraités âgés), la situation est différente pour les autres groupes domestiques : il est probable que le prolétariat industriel et la nouvelle petite bourgeoisie ont subi l’influence des modèles urbains de contrôle des naissances, tandis que pour les familles petites-bourgeoises traditionnelles et bourgeoises agraires, on peut admettre la prévalence de stratégies de préservation/expansion patrimoniale.

TABLEAU 6. Classification des familles à Fonte Arcada

TABLEAU 6. Classification des familles à Fonte Arcada

52On peut multiplier les exemples où s’opèrent d’autres stratégies de reproduction/reconversion des classes et des fractions de classe. Schématiquement, on dira que de tels comportements se diversifient, à long terme, en fonction de la mutation historique des structures sociales (tout en contribuant à cette mutation), et dans la même conjoncture, en fonction des spécificités de telles classes ou fractions de classes, catalysatrices de clivages dans leur « habitus ». On illustrera chacune de ces situations à Fonte Arcada en ayant recours, pour la première, à la structure des mariages selon l’âge des conjoints et, pour la seconde, aux stratégies face à l’instruction (cf. Annexe, tableau 11A et figures 3a et 3b).

53Les mariages dans lesquels l’âge de la femme dépassait de plus de deux années celui du mari et les mariages tardifs de l’un ou des deux conjoints sont nombreux jusqu’à la fin des années 20, tandis que, pour la période récente, ils revêtent un caractère exceptionnel. Il faut encore noter, entre les deux périodes, l’abaissement de l’âge moyen au mariage tant des hommes que des femmes, ainsi que les différences dans la dispersion et dans l’intensité par tranche d’âge des mariages.

54Sans ignorer la complexité des facteurs en ce domaine, comment ne pas voir dans le modèle plus ancien la manifestation de stratégies patrimoniales au sein d’une collectivité relativement autarcique ? La constitution de la famille y est non seulement conditionnée par le marché matrimonial (endogamie géographique), mais aussi par l’héritage et la dot, ou encore par le projet de chacun des fiancés d’augmenter ses biens fonciers (endogamie de classe). L’ouverture à des choix à l’extérieur, comme la diversification des possibilités d’emploi et l’importation de nouveaux modèles culturels ont favorisé en revanche, dans les années récentes, l’influence des stratégies matrimoniales et patrimoniales de type urbain en partie révélées par l’indicateur choisi.

55Le « niveau d’instruction », dans la mesure où il rend compte d’une compétence technico-symbolique « de droit », constitue à son tour un indicateur d’autant plus irremplaçable, qu’il a une incidence non seulement sur l’accès aux postes de travail salarié, mais encore sur l’appropriation des « biens de culture » jouant un rôle important dans la reproduction sociale. Le tableau 11A de l’Annexe souligne le fort pourcentage de membres des familles bourgeoises qui dépassent le niveau élémentaire d’instruction (colonnes C + D) : ceci atteste et les possibilités supérieures de cette classe, et l’usage qu’elle en fait, ce qui n’est pas sans incidence sur la reproduction de ses conditions de domination symbolico-culturelle articulées, évidemment, aux autres formes de domination produites par le capital économique et le capital social.

56A l’autre bout, les familles appartenant au prolétariat agricole sont les plus démunies en capital scolaire, ce qui va de pair avec leur vieillissement et la réduction numérique de leurs membres. Autant de symptômes de l’échec (et du renoncement ?) de toute stratégie de reconversion et, à terme, de la disparition de ce groupe dans la configuration de la commune, au moins sous sa forme actuelle.

57La logique de reproduction de la petite bourgeoisie traditionnelle est déjà moins conditionnée par le capital scolaire ; c’est pourquoi sa faible position sur ce point et la relative vitalité que révèlent non seulement la dimension moyenne des groupes domestiques, mais encore l’âge des chefs de famille, ne sont contradictoires qu’en apparence.

58Cependant, la comparaison qui nous intéresse le plus est celle entre les familles paysannes et les familles de paysans à temps partiel. Bien que la distinction ne soit pas aussi nette que pour la dimension moyenne du groupe domestique ou l’âge du chef de famille, on constate aussi quant à l’instruction une situation plus favorable dans la deuxième catégorie (voir l’inversion des valeurs dans les colonnes A et B). A l’âge le plus bas de leurs chefs, à la dimension plus grande rendue possible par les revenus extérieurs à l’activité agricole, s’ajoute donc pour les familles de paysans partiels la supériorité des niveaux d’instruction nécessaire, justement, à l’efficacité de leurs stratégies de reconversion.

59Que dire des familles paysannes « pures » ? Pour les individus qui occupent cette position à Fonte Arcada, et mis à part les cas exceptionnels de viabilité économique stable, il paraît clair que leur trajectoire sociale marque un déclin. On peut même prévoir qu’avec l’extinction de la génération actuelle, incapable de reconversion, très souvent sans successeurs susceptibles d’assurer la transformation des structures productives de l’unité agricole, c’est la place même des paysans qui va se réduire dans la commune : la logique globale force à la modernisation ou à la disparition ; et la modernisation des uns signifiera, inexorablement, la disparition des autres.

60Il va sans dire qu’une analyse des stratégies familiales en termes d’instruction devrait nécessairement tenir compte des différences générationnelles, puisqu’on peut y voir, soit les mutations temporelles des conditions objectives, soit les réponses que les générations plus anciennes donnent à ces mutations, notamment en ce qui concerne leurs enfants. Mais l’illustration aura en tout cas été suffisante : elle montre que sur cette question spécifique, ni les conditions dans lesquelles elles se trouvent ni l’adaptation à ces conditions ne sont, pour les différentes familles de classe à Fonte Arcada, identiques.

CONCLUSION

61Nous avons vu à grands traits comment a pu survivre jusqu’à présent une économie paysanne de basse productivité dans une région de minifundia du Nord-Ouest portugais. Il s’agit, bien entendu, d’une survie qui a connu de nombreuses adaptations et transformations : la thèse de l’immutabilité des collectivités paysannes qui tirait jadis une certaine vraisemblance de leur relatif isolement économique, démographique, culturel, de la prépondérance de la logique et des fonctions internes de cohésion de l’espace rural, constitue aujourd’hui un mythe bien plus résistant que la réalité qu’il prétend décrire.

62Il n’est évidemment pas possible d’énoncer les facteurs complexes qui ont conduit à la situation actuelle. Si certains d’entre eux ont trait à la spécificité écologique de la région, il en est d’autres qu’on ne peut dissocier des caractéristiques globales du développement capitaliste portugais, parmi lesquelles, sur le plan politique, la modération de sa révolution bourgeoise. Les forces porteuses de l’industrialisation et du « progrès » ont dû, au XIXe siècle, s’allier à l’aristocratie seigneuriale et/ou à la bourgeoisie « territorialisée », tout en ébranlant le moins possible les structures paysannes. Il en est résulté la préservation, à des niveaux encore aujourd’hui significatifs, de la rente comme rapport de production, elle-même contribuant au blocage de la croissance agricole ; il en est aussi résulté, également dans le cadre d’une non-viabilité économique progressive, la conservation de petites exploitations en faire-valoir direct, incapables de s’agrandir en raison à la fois des mécanismes de soumission formelle du travail paysan au capital et de la rigidité du marché foncier, dont le contrôle revient globalement à un groupe de propriétaires absentéistes relativement puissants.

63Ces deux facteurs sont à l’origine de très fortes tensions que les années 50 et 60, à la faveur d’un changement dans la logique et dans le rythme de développement de la formation sociale portugaise, ont converti en un exode rural intense. Le départ massif à l’étranger constitua alors la réponse la plus générale des paysans des régions de l’intérieur du territoire ; en ce qui concerne celle qui nous occupe, située à une trentaine de kilomètres de Porto, la ville offrait une voie privilégiée à ses migrants définitifs. L’information recueillie en a montré les traces, les conséquences selon le sexe et l’âge sur la population qui est restée à Fonte Arcada, notamment le faible pourcentage relatif d’adultes et le fort taux de féminisation dans tous les groupes d’âge.

64Le Nord-Ouest connaît aussi des formes de migrations pendulaires qui remontent à la fin du XIXe siècle ; elles coexistaient avec les migrations définitives à la ville ou à l’étranger et avec la prolétarisation entraînée par diffusion du tissage à domicile. Mais, à Fonte Arcada, c’est à partir des années 50 que ces migrations pendulaires ont été déterminantes, en tant qu’alternative soit au développement agricole, soit à l’industrialisation locale, soit à l’émigration, et même, en partie, aux migrations internes définitives.

65De multiples facteurs ont contribué à cette forme spécifique de mobilité de la force de travail qui se traduit par la multiplication des exploitations à temps partiel, outre l’attraction du centre industriel proche et les facilités de transport introduites par le chemin de fer. La semi-prolétarisation offre, en effet, à la famille paysanne, une soupape de sécurité en cas de crise et s’intègre dans sa stratégie de préservation/expansion du patrimoine, éventuellement menacé ; elle contribue à assurer ses besoins alimentaires ; elle lui évite les dépenses liées au transfert de résidence, tout en maintenant les liens avec la collectivité locale ; elle rend possible la séparation, au sein du groupe domestique, de la force de travail « excédentaire » susceptible d’apporter un revenu complémentaire ; finalement, elle confirme, non sans contradictions d’ailleurs, la prévalence d’éléments idéologiques apparemment récurrents dans les campagnes : valorisation de la propriété, attachement à la parcelle de terre, refus d’une prolétarisation totale.

66L’analyse de la structure de la population active de la commune a révélé que c’est à Porto que la plupart des actifs de l’industrie et des services exercent leur métier. L’agriculture, occupant encore près de la moitié des actifs, est de plus en plus aux mains des jeunes (particulièrement des jeunes filles, aides familiales), des personnes âgées des deux sexes, et, dans le groupe des adultes, des femmes qui sont presque toujours aussi ménagères. L’ensemble de ces caractéristiques, liées à l’agriculture à temps partiel et aux migrations pendulaires, explique le taux élevé d’activité de la commune.

67On a vu qu’un important contingent de paysans « purs » se répartissait dans les groupes domestiques qui dépendaient déjà des ressources extra-agricoles, ce qui veut dire qu’il reste finalement peu de familles strictement paysannes. D’une façon quelque peu paradoxale, la survivance de la paysannerie a pour contrepartie la prolétarisation « équilibrée » de nombreuses familles.

68Si l’on peut parler de « chômage déguisé » à Fonte Arcada, chez les jeunes garçons par exemple qui, la scolarité finie, attendent un premier travail en ville tout en restant liés à des activités agricoles, que dire d’une agriculture vivant dans une large mesure de la force de travail de femmes qui sont aussi des ménagères, de vieux et d’enfants, d’adultes qui y sacrifient le peu de temps disponible hors l’exercice d’autres activités ?

69Il s’agit, à notre avis, d’un réel sur-emploi, de la constitution d’une « armée agricole de secours », (selon l’heureuse expression proposée par J. Madureira Pinto) dont l’activité temporaire s’accommode du court temps de service de la plupart de ses recrues. Tout comme l’armée industrielle de réserve, elle est un produit de l’accumulation dont la logique implique la domination de l’espace rural par l’espace urbain. Disposant d’une base de recrutement partiellement commune, les deux « armées », fonctionnellement articulées l’une à l’autre, remplissent des fonctions historiquement dévolues à l’espace rural dans les formations sociales capitalistes : d’un côté le maintien d’une force de travail disponible (donnant lieu parfois à des exodes ruraux spectaculaires), de l’autre la production à bas prix de denrées alimentaires. Cette situation évite de recourir aux reconversions soudaines et coûteuses des structures productives, comme l’exige, dans d’autres contextes, la pénétration du capitalisme dans l’agriculture.

70Les changements apportés par les flux migratoires à la population de Fonte Arcada, à la structure des classes dans la commune, ont modifié les références symboliques et les pratiques. Nouveaux médiateurs, ceux qui travaillent quotidiennement à la ville y participent largement : ils se substituent aux anciens notables, occupent les postes de gestion locale, contribuent à une socialisation lente mais dont les effets sont déjà visibles au niveau idéologique et politique. C’est sans doute également à leur capacité de mobilisation qu’est due la très forte poussée à gauche qui se poursuit depuis les premières élections libres de 1975, tendance qui contraste avec la majorité de droite dont font état les régions voisines.

71Je crois en tout cas avoir montré la pertinence d’une analyse des classes sur la base des groupes domestiques face aux conceptions traditionnelles qui, par une approche fragmentaire des processus sociaux, manquent ou déforment certaines de leurs dimensions. Comment rendre compte autrement de la situation des paysans à temps partiel, des stratégies de conversion/reproduction face aux diverses composantes du capital (économique, tout d’abord, mais aussi culturel et social), et d’autres facteurs indispensables à la compréhension des pratiques et du destin social des différentes classes et fractions dont le mouvement, conditionné par l’« état des choses », le met en perpétuel bouleversement ?

Annexes

Annexe

TABLEAU 1A. Répartition démographique par régions

TABLEAU 1A. Répartition démographique par régions

TABLEAU 2A. Répartition démographique (littoral-intérieur)

TABLEAU 2A. Répartition démographique (littoral-intérieur)

TABLEAU 3A. Répartition de la superficie productive par classes de superficie — Propriétaires résidents à Fonte Arcada

TABLEAU 3A. Répartition de la superficie productive par classes de superficie — Propriétaires résidents à Fonte Arcada

Superficie moyenne par propriétaire : 1,287 ha (344,935 : 268).

TABLEAU 4A. Répartition de la superficie productive par classes de superficie — Propriétaires non résidents

TABLEAU 4A. Répartition de la superficie productive par classes de superficie — Propriétaires non résidents

Superficie moyenne par propriétaire : 2,647 ha (135,011 : 51).

FIGURE 1. Répartition de la propriété foncière (courbes de Lorenz et indices de Gini)

FIGURE 1. Répartition de la propriété foncière (courbes de Lorenz et indices de Gini)

Propriétaires résidents à Fonte Arcada
A—Sup. F—Sup. Forestière
T—Total

Propriétaires non résidents

FIGURE 2. Pyramide des âges à Fonte Arcada

FIGURE 2. Pyramide des âges à Fonte Arcada

TABLEAU 5A. Taux d’attraction/répulsion entre 1901 et 1970

TABLEAU 5A. Taux d’attraction/répulsion entre 1901 et 1970

TABLEAU 6A. Répartition des célibataires par sexes et par classe d’âges (1978)

TABLEAU 6A. Répartition des célibataires par sexes et par classe d’âges (1978)

TABLEAU 7A. Population masculine de 18 ans et plus née à Fonte Arcada et résidant ailleurs

TABLEAU 7A. Population masculine de 18 ans et plus née à Fonte Arcada et résidant ailleurs

TABLEAU 8A Population féminine de 18ans et plus née à Fonte Arcada et résidant ailleurs

TABLEAU 8A Population féminine de 18ans et plus née à Fonte Arcada et résidant ailleurs

TABLEAU 9A. Population de 18 ans et plus née à Fonte Arcada et résidant ailleurs.

TABLEAU 9A. Population de 18 ans et plus née à Fonte Arcada et résidant ailleurs.

TABLEAU 10A. Population de 20 ans et plus résidant à Fonte Arcada et née hors de la commune, par sexes (1978)

TABLEAU 10A. Population de 20 ans et plus résidant à Fonte Arcada et née hors de la commune, par sexes (1978)

TABLEAU 11A. Dimension, âges et niveaux d’instruction dans les familles de classe

TABLEAU 11A. Dimension, âges et niveaux d’instruction dans les familles de classe

A : Illettré ; sait lire ; B : Primaire ; C : Secondaire ou technique incomplet ; D : Secondaire ou technique et plus.

Fugure 3a. Mariages à Fonte Arcada selon l’âge des conjoints (1901-30)

Fugure 3a. Mariages à Fonte Arcada selon l’âge des conjoints (1901-30)

Figure 3b. Mariages à Fonte Arcada selon l’âge des conjoints (1960-78

Figure 3b. Mariages à Fonte Arcada selon l’âge des conjoints (1960-78

Notes de fin

1 Information sur les sciences sociales (26, 2, 1987 : 285-318).

Table des illustrations

Titre TABLEAU 1. Vieillissement et taux de masculinité
Légende *1970; b1978. L’information a été obtenue à partir de l'enquête exhaustive que l'on nommera P2, effectuée dans la commune en 1978.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/6239/img-1.jpg
Fichier image/, 84k
Titre TABLEAUX 2. Lieu d’exercice de la profession et répartition selon les sexes et l’âge des actifs
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/6239/img-2.jpg
Fichier image/, 120k
Titre TABLEAU 3. Répartition par sexe et par âges des actifs agricoles selon le statut professionnel
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/6239/img-3.jpg
Fichier image/, 96k
Titre Tableau 4 Répartition selon le statut professionnel (complémentaire) et l’occupation ou l’activité économique principale des actifs ayant une profession secondaire agricole
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/6239/img-4.jpg
Fichier image/, 100k
Titre TABLEAU 5. Les classes sociales à Fonte Arcada
Légende Source : Enquête P2.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/6239/img-5.jpg
Fichier image/, 184k
Titre TABLEAU 6. Classification des familles à Fonte Arcada
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/6239/img-6.jpg
Fichier image/, 124k
Titre TABLEAU 1A. Répartition démographique par régions
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/6239/img-7.jpg
Fichier image/, 96k
Titre TABLEAU 2A. Répartition démographique (littoral-intérieur)
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/6239/img-8.jpg
Fichier image/, 76k
Titre TABLEAU 3A. Répartition de la superficie productive par classes de superficie — Propriétaires résidents à Fonte Arcada
Légende Superficie moyenne par propriétaire : 1,287 ha (344,935 : 268).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/6239/img-9.jpg
Fichier image/, 44k
Titre TABLEAU 4A. Répartition de la superficie productive par classes de superficie — Propriétaires non résidents
Légende Superficie moyenne par propriétaire : 2,647 ha (135,011 : 51).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/6239/img-10.jpg
Fichier image/, 124k
Titre FIGURE 1. Répartition de la propriété foncière (courbes de Lorenz et indices de Gini)
Légende Propriétaires résidents à Fonte ArcadaA—Sup. F—Sup. ForestièreT—Total
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/6239/img-11.jpg
Fichier image/, 56k
Légende Propriétaires non résidents
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/6239/img-12.jpg
Fichier image/, 48k
Titre FIGURE 2. Pyramide des âges à Fonte Arcada
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/6239/img-13.jpg
Fichier image/, 76k
Titre TABLEAU 5A. Taux d’attraction/répulsion entre 1901 et 1970
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/6239/img-14.jpg
Fichier image/, 108k
Titre TABLEAU 6A. Répartition des célibataires par sexes et par classe d’âges (1978)
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/6239/img-15.jpg
Fichier image/, 72k
Titre TABLEAU 7A. Population masculine de 18 ans et plus née à Fonte Arcada et résidant ailleurs
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/6239/img-16.jpg
Fichier image/, 112k
Titre TABLEAU 8A Population féminine de 18ans et plus née à Fonte Arcada et résidant ailleurs
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/6239/img-17.jpg
Fichier image/, 124k
Titre TABLEAU 9A. Population de 18 ans et plus née à Fonte Arcada et résidant ailleurs.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/6239/img-18.jpg
Fichier image/, 68k
Titre TABLEAU 10A. Population de 20 ans et plus résidant à Fonte Arcada et née hors de la commune, par sexes (1978)
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/6239/img-19.jpg
Fichier image/, 108k
Titre TABLEAU 11A. Dimension, âges et niveaux d’instruction dans les familles de classe
Légende A : Illettré ; sait lire ; B : Primaire ; C : Secondaire ou technique incomplet ; D : Secondaire ou technique et plus.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/6239/img-20.jpg
Fichier image/, 208k
Titre Fugure 3a. Mariages à Fonte Arcada selon l’âge des conjoints (1901-30)
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/6239/img-21.jpg
Fichier image/, 164k
Titre Figure 3b. Mariages à Fonte Arcada selon l’âge des conjoints (1960-78
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/6239/img-22.jpg
Fichier image/, 149k

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1991

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540