Vous l’avez sans doute déjà repéré : sur la plateforme OpenEdition Books, une nouvelle interface vient d’être mise en ligne.
En cas d’anomalies au cours de votre navigation, vous pouvez nous les signaler par mail à l’adresse feedback[at]openedition[point]org.

Précédent Suivant

Ce que la guerre fait aux hommes et à la société

Conclusions en forme d’abécédaire

p. 439-459


Texte intégral

1À la fin des opérations de « pacification », en 1911, la page de la guerre était définitivement tournée au Baoulé. La colonisation avait mis un terme aux « petites guerres » vicinales qui avaient marqué l’époque antérieure et avait en même temps achevé une œuvre de mise sous tutelle caractérisée par une grande violence, sans commune mesure par rapport aux expériences précédemment vécues par les Baoulé. En effet, à la différence d’autres populations, notamment soudanaises, ceux-ci n’avaient pas vécu les incursions et les tentatives de domination étrangères ; des termes de comparaison leur manquaient pour interpréter les intentions de ces nouveaux venus, eux-mêmes souvent dans l’incertitude sur la nature de leur projet. Les conséquences de la mise en place de cette véritable conquête touchaient toutes les sphères de l’existence : de la vie sociale à celle des individus, de la forme politique aux rapports internes, jusqu’à la mémoire que les descendants des protagonistes peuvent garder aujourd’hui de ces événements douloureux.

Autorité (crise de l’)

2La fragmentation politique est une donnée constitutive de la forme particulière que le principe de centralisation du pouvoir a prise au Baoulé, du fait de son peuplement par vagues successives qui déversèrent vers l’Ouest des groupes akan fuyant l’Asante, et de l’absence de contraintes externes poussant à l’unification sur une vaste échelle. Finalement, le système de « centralisation périphérique » caractérisant le réseau des nvle avait permis l’établissement de la domination akan sur les populations rencontrées sur place, tout en empêchant l’émergence d’un pouvoir fort, centralisateur, que rien, ni la culture ni l’histoire, ne rendait réellement nécessaire (Viti 1998, 1999c).

3La multiplication des centres de pouvoir localisés a été, au contraire, utile à la diffusion capillaire de la domination, culturelle et politique, du peuplement akan, tout en donnant lieu à une conflictualité interne constante. Celle-ci, au lieu d’affaiblir l’ensemble baoulé, le dota d’une force militaire en mesure de conjurer toute domination externe, jusqu’à la conquête coloniale. Le contrôle des voies de communication, la présence de lieux d’échanges aux frontières, la disponibilité de richesses (or utilisé comme monnaie) permirent aux Baoulé de se doter d’armes et de munitions en abondance, qui, en dépit de leur qualité souvent médiocre, permirent la résistance que l’on sait face à l’agression coloniale.

4L’autorité exercée par les chefs sur leurs sujets, libres et captifs, fondée sur la sauvegarde de la souveraineté territoriale et la protection des frontières, vint toutefois à manquer lorsque la résistance fut pliée par les troupes coloniales, après les premiers contacts pour les groupes les plus soumis ou après de longues années d’opposition et de tentatives de soustraction pour les plus déterminés.

5La défaite sur le terrain, avec sa suite inévitable de destruction et de mort, causa la crise de la chefferie, du commandement civil et militaire. La preuve du feu ne pouvait que provoquer l’effondrement du système politique. L’organisation poli-centrique qui avait permis la domination sur les autochtones n’était plus fonctionnelle contre un ennemi commun, qui parvint à diviser ses adversaires, en réussissant à les affronter quasiment un à un, chaque nvle ayant combattu (ou non) sa propre guerre indépendamment des autres groupes, comme si l’alliance avec des proches aurait compromis son autonomie au moment même où celle-ci était menacée par l’ennemi le plus redoutable jamais rencontré.

6Dans la confrontation ultime, les lignes de fracture déjà existantes entre les nvle – opportunément et sciemment attisées par les autorités coloniales – remontaient à la surface, en mettant en lumière un substrat segmentaire qui semblait n’avoir jamais disparu derrière le vernis d’une centralisation « faible ».

7Toutefois, la structure segmentaire n’est pas nécessairement inefficace dans une guerre. De nombreux exemples l’attestent, qui montrent comment des populations dépourvues d’une autorité centrale ont pu créer des alliances larges mais temporaires et s’opposer aux forces coloniales plus longuement que des États dotés d’une armée organisée1 ; sans oublier que les unes comme les autres ont fini également par capituler devant les moyens militaires et la détermination politique des puissances impérialistes. L’exemple « canonique » est celui des Lobi2 et des populations Bwa et Bobo du Bani-Volta, capables de résistance et de rebonds inattendus jusqu’à la « grande révolte » de 1915-19163. Au contraire, un État comme le Dahomé (Dahomey), puissant mais miné de l’intérieur, avait capitulé lors d’une campagne militaire des plus déterminées, entre septembre et novembre 1892 (Garcia 1988).

8Si l’on compare ces différentes attitudes face à l’agression coloniale – entre sociétés segmentaires (Lobi, Marka, Bobo, Bwa), intermédiaires (Baoulé) ou étatiques (Dahomé, Asante, Moose) – on peut observer comment la disposition à l’expansion et à la conquête extérieure est inversement proportionnelle à la capacité de défense.

9Dans le cas baoulé, ce qui a fait plier la résistance ce n’est pas seulement le fait que chaque nvle a conduit sa propre guerre en refusant les alliances (même celles déjà établies par le tukpɛ), mais que la désunion a porté certains groupes à se déchirer en interne et à s’entretuer aux moments les plus forts de la répression coloniale.

10Des chefs prestigieux, des famiɛn détenteurs du timi, des hommes forts et des chefs de guerre détenteurs du fanga, disparaissaient dans la tourmente de la guerre ou étaient éliminés sans ménagement, laissant la place aux « représentants », ces figures ternes et sinistres d’exécuteurs des ordres des autorités coloniales, dotés d’un pouvoir réflexe, mais cautionné par les nouveaux maîtres, qui leur laissaient une marge d’initiative permettant toute sorte d’abus dans les réquisitions de main-d’œuvre et la perception de l’impôt. Dans la mémoire relative à cette époque trouble et humiliante, l’attention et l’indignation semblent d’ailleurs se concentrer davantage sur le travail forcé et ses abus que sur la guerre de conquête ; cela déplace les responsabilités et les accusations sur les exécutants baoulé plutôt que sur les conquérants blancs, preuve ultérieure que la défaite est assimilée, digérée, mais que la faute en revient d’abord à son propre camp, celui d’en face étant légitimé par l’issue favorable de la confrontation. On retrouve un principe ferme : la guerre dit toujours vrai, établit toujours une vérité sans appel, qui est celle des rapports de force.

11[voir Désunion ; Exode]

Désunion

12L’avantage du terrain et du nombre ne suffit pas à contrer le désavantage que les Baoulé éprouvaient sur le plan de l’armement ; mais un autre handicap majeur était constitué par un facteur politique, voire idéologique : la désunion.

13Les coloniaux avaient un projet, certes pas toujours clair, non dépourvu d’incertitudes, d’hésitations, de (faibles) oppositions en métropole, mais, une fois la machine lancée, revenir en arrière n’était pas envisageable et ne le fut jamais4. Face aux divisions des Baoulé, l’arme politique constituée par le dessein de domination se révéla tout aussi décisive que les armes matérielles.

14La faiblesse des Baoulé était tout d’abord politique. La division était l’un des caractères originels du monde Baoulé. Un projet unificateur a pu exister au cours des premières décennies suivant l’exode de l’arrière-pays de la Gold Coast, mais il fut éphémère, son échec étant surtout déterminé par la dispersion rapide des nvle baoulé, loin des prétentions hégémoniques des Ouarébo de Sakassou (Viti 1998, 2005). Le fait est que dans leur nouveau territoire les Baoulé n’ont pas eu à subir une pression extérieure telle que l’unification des forces s’imposait : les populations autochtones étaient hétérogènes et dispersées ; à l’Est, l’emprise de l’Asante s’arrêtait au bord de la Comoé ; à l’Ouest, les sociétés segmentaires, Gouro, Gban, Dida, ne constituaient pas une menace, la frontière du Bandama étant une défense solide ; au Nord, la limite de la savane formait une frontière écologique difficile à franchir par des cavaliers armés, comme le montra l’extrême réticence de l’armée de Samori à s’y engager ; et, pour finir, la distance du littoral de la Côte des Quaqua, moins fréquenté que celui de la Côte-de-l’Or, semblait en mesure d’écarter les dangers venant de la mer.

15Cette situation privilégiée – l’absence d’ennemis puissants à proximité – ne favorisa pas un projet d’unification, contrée par des poussées centrifuges et par l’ouverture d’un nouvel espace d’expansion relativement sûr, le Ngonda. Certes, le noyau fondateur venant de l’Asante était porteur d’une culture politique étatique de grand raffinement, même si, à l’époque du premier peuplement du Waore (moitié du xviiie siècle) la construction de l’État asante n’avait pas encore touché le sommet d’organisation « bureaucratique » du xixe siècle (Wilks 1966, 1989). En même temps, la formation du Baoulé s’était faite en réaction à des guerres intestines et des crises dynastiques qui pouvaient constituer un repoussoir, un contre-exemple à ne pas imiter. Les « dissidents » partis vers l’Ouest, véritable « frontière interne » (Kopytoff 1987), ne devaient pas spécialement se sentir enclins à reconstituer un pouvoir centralisé, ils n’en avaient probablement pas la force et le contexte ne les y obligeait pas. Ni la nécessité ni le « désir5 » d’un « pouvoir fort » ne semblent être apparus au Baoulé. La dispersion induite par l’émigration secondaire vers le Ngonda donna le coup de grâce à toute velléité de centralisation. Le pragmatisme des Baoulé s’accorda finalement très bien au caractère souple de l’organisation des nvle, qui permettait une conflictualité locale, davantage constitutive que destructrice de l’organisation politique.

16Ce que l’on peut constater à partir des sources – orales et écrites – est un refus caractérisé de l’alliance ; chaque nvle, jaloux de son autonomie, ne s’alliait que ponctuellement avec d’autres groupes ; les amis devenaient facilement des ennemis et ce que chacun redoutait était surtout de se retrouver redevable envers un tiers. Chacun combattait sa guerre isolément, seules quelques alliances pouvant déboucher dans un pacte permanent, comme le tukpɛ.

17L’intrusion coloniale ne fit qu’accentuer cette tendance, surtout dans le Ngonda, où le peuplement avait été plus rapide et où les enjeux – politiques et économiques – plus importants avaient généré une certaine compétitivité, notamment pour le contrôle des sites aurifères ou des échanges. Dans les sources, baoulé comme françaises, apparaît, dès les premières actions agressives, la crise des rapports politiques précédents, y compris le tukpɛ : personne ne bougea au secours de Tiassalé, surtout pas les N’gban, qui se retrouvèrent vite à leur tour seuls contre la colonne de Kong ; les Aïtou fournirent des « partisans » contre les Ouarébo, ce qui était conforme aux inimitiés anciennes, mais ne prêtèrent pas main-forte aux Nanafoué de Salékro, auxquels les liait un pacte de sang. La crise du tukpɛ est emblématique de la fin des alliances précoloniales mais, plus grave encore, la conquête coloniale se transformait en guerre de bandes entre Baoulé : les Nanafoué et les N’zikpri se mobilisaient activement contre les Agba ; les Ouarébo de Toumodikro se battaient contre leurs congénères insoumis de Lomo [Sud] ; les N’gban s’entretuaient au plus fort de la dernière résistance ; les Nanafoué-Kpri pouvaient espérer seulement dans l’aide des étrangers, gouro et ayaou.

18La suppression des soutiens de la colonisation (tel Kouassi N’go, nommé chef des Akouè au plus fort de la répression de son peuple), n’arrêtait pas les trahisons, les revirements, les changements de camp. Les espions et les serviteurs infidèles ne manquaient pas non plus du côté des Français, souvent aux prises avec les manipulations des interprètes ou d’autres médiateurs, indispensables mais difficilement contrôlables. Pour les Baoulé, toutefois, cet aspect fut plus déterminant ; la défaite eut lieu d’abord sur le front interne, chaînon faible de leur dispositif de guerre et limite majeure de leur disposition à se battre. L’histoire de l’affrontement entre les Baoulé et les Français montre, dès le début, l’absence d’un semblant d’État unitaire, capable de la moindre coordination.

19[voir Autorité (crise de l’) ; « Partisans » (guerre civile)]

Exode

20La victoire militaire des forces coloniales n’avait pas seulement causé la désarticulation du pouvoir des chefs, mais elle avait aussi provoqué la destruction des bases de l’économie baoulé. Les cultures, le cheptel et les réserves de nourriture avaient été en grande partie détruits ; la production vivrière avait été délaissée pendant les combats ou les déplacements ; les vaincus étaient désarmés, lourdement frappés d’amendes de guerre, sans pour autant être dispensés du paiement de l’impôt ordinaire ; leurs captifs étaient en fuite ou négociaient des rapports de subordination allégés, tel que le métayage (abunsan). Les fusils avaient été confisqués et détruits, les chefs rebelles tués ou déportés, les campements incendiés et les villages regroupés et déplacés plus près des routes. En plus des morts et blessés au combat, les Baoulé avaient à déplorer de nombreuses victimes de la famine et des épidémies, sans compter ceux qui avaient trouvé refuge en dehors du territoire baoulé ou de la colonie (Suret-Canale 1964 : 133-138 ; Weiskel 1980 : 203-210), un bilan impossible à dresser6. Dans le calcul cynique des autorités, l’appauvrissement obligerait les Baoulé à participer à l’économie coloniale à travers le travail contraint, les prestations et les cultures obligatoires et, plus tard, l’« effort de guerre ».

21À un niveau individuel ou à celui de petits groupes, la défaite fut suivie de l’exode7 de certaines catégories sociales, que l’on peut rapprocher sous le signe commun de la subordination, de la subalternité et de la dépendance personnelle : les jeunes, les femmes, les (anciens) captifs. Pour une partie de ces derniers l’exode constitua une issue, un mouvement en avant, une « traversée du désert » sans retour, un changement dans l’espace qui correspondait à un changement souhaité de statut et de condition, loin de la sujétion envers les anciens maîtres, sortis défaits de la guerre, ruinés, décédés ou en perte d’autorité. L’affirmation définitive de la domination coloniale marqua une possibilité, sinon d’affranchissement plein, du moins d’amélioration de leur condition de vie dans l’immédiat et d’autonomisation pour leur filiation.

22Les femmes et les jeunes baoulé trouvèrent aussi dans la débâcle de l’ancien monde l’occasion d’un exode, non pas vers une terre promise8, mais plus modestement vers les nouveaux centres urbains alors en expansion ou dans le sillage de ces tirailleurs qui, démobilisés, restèrent sur place.

23Les jeunes gens quittaient leurs aînés défaits, leurs familles ébranlées, leurs villages détruits ou déplacés et leurs cultures dévastées. Comme nous l’avons vu à propos des N’gban, ils partaient la nuit, à l’insu de leurs familles, solitaires ou par petits groupes, en rompant toute relation, en défaisant tout lien coutumier ; mais certains pouvaient partir avec un projet de retour, peut-être avec l’accord de leurs familles ; d’autres étaient recrutés, plus ou moins volontairement, dans les chantiers (routes, chemins de fer, ports, infrastructures diverses). Les villes coloniales naissantes les accueillaient comme main-d’œuvre, nécessaire à la « mise en valeur », dans un relatif anonymat dans lequel les appartenances et les affiliations s’estompaient.

24En l’absence de sources, nous pouvons seulement essayer d’imaginer les drames intimes, les accusations réciproques, les rancunes, les récriminations de l’après-guerre, les plaintes de ceux sur qui retombaient en premier lieu les impositions liées à la défaite, les disputes et les ruptures entre les cadets et des aînés dont la crédibilité et l’autorité avaient sombré dans l’humiliation de la déroute, de l’amende et, pour certains survivants, de la déportation. Par ailleurs, quelle autorité, quel prestige, pouvaient avoir les nouveaux chefs choisis ou imposés par les vainqueurs aux yeux des jeunes gens ou des adultes qui avaient combattu et payé un prix fort à la résistance, y compris avec la mise en gage pour dettes ? Que l’exode signifiât le passage d’une allégeance à une autre davantage qu’une libération était conforme à la logique de la défaite et faisait partie du risque à encourir. Le pouvoir des nouveaux maîtres remplaçait celui des vieux pères, qui s’étaient montrés plus faibles, incapables d’assurer la première de leurs tâches : protéger.

25Selon les alternatives proposées par Albert Hirschman (1970) dans un tout autre contexte – voice, exit, loyalty –, seul la prise de parole semble ne pas avoir été à la portée des catégories sociales subalternes ; quant à la loyalty, elle changeait de camp et s’adressait désormais aux nouveaux maîtres, tandis que la voie de l’exit restait une possibilité concrète. C’était dans l’exode que des options individuelles pouvaient surgir plus nettement ; les marges de choix étaient restreintes mais pas inexistantes : partir ou rester, s’enrôler ou vagabonder demandaient, peut-être pour la première fois, une assomption de responsabilité personnelle, une décision qui ouvrait de nouvelles perspectives d’individualisation tout en exposant à des risques inédits.

26[voir Autorité (crise de l’) ; Individu (figures singulières)]

Forces (disparité des)

27La première leçon qu’il faut tirer des descriptions des combats est celle de la disparité manifeste entre les parties en conflit9. Elle touche les moyens matériels (du point de vue qualitatif et quantitatif), l’organisation, le projet.

28Sur le plan strictement technologique, la disparité de moyens ne semble pas extraordinaire : transport, communications et armement sont les domaines les plus directement concernés.

29Dans le Baoulé le déplacement des troupes ne pouvait se faire qu’à pied, tandis que les impedimenta étaient transportés sur la tête par les nombreux porteurs qui suivaient les colonnes. Certes, en amont de la conquête il y avait la navigation, qui rendit possible l’acheminement des troupes, des armes et du matériel d’Europe ou du Sénégal ; toutefois, sur place, l’usage de canonnières en fer se limitait à la navigation lagunaire, seuls quelques chalands démontables étaient utilisables sur le Bandama, jusqu’aux premières cataractes de Broubrou, situées à environ 60 kilomètres à vol d’oiseau du littoral. Le capitaine Marchand dut vite y renoncer, après la noyade du capitaine Manet et la destruction de son bateau sur les rapides près de Tiassalé, en septembre 1893.

30Les chevaux et les mulets furent employés par la première expédition, la colonne de Kong (1894-1895) ; dès le débarquement, de nombreux mulets se noyèrent au passage de la barre et au cours des opérations presque aucun animal ne survécut au climat et à la trypanosomiase. Les bêtes de somme n’avaient aucune chance de survie au Baoulé ; ici, seul était possible l’élevage d’ovins et d’une race bovine de petite taille résistante au climat mais inutilisable pour le transport d’hommes et de marchandises ; le cheval y était inconnu. Devant l’échec des quelques voiturettes Lefebvre, la conclusion fut que tout le transport devait se faire par les porteurs, dont le recrutement ou la réquisition devinrent vite un enjeu majeur et la cause immédiate des premiers gestes d’insubordination.

31Le chemin de fer eut seulement un rôle tardif et non décisif pour le transport des troupes pendant les dernières phases de la « pacification » (1909-1911), lorsqu’il servit à alimenter le camp militaire de Dimbokro, la plus importante concentration de troupes à l’intérieur du pays. Le chemin de fer fut surtout la cible des rebelles baoulé, attié et abbey et la motivation (ou le prétexte) des actes de répression les plus sanglants (Viti 2016, 2017).

32Sur le terrain accidenté de la forêt, le transport ne fut donc pas un facteur à inscrire à l’avantage des troupes coloniales. Au contraire, les exigences de déplacement et de mobilité constituaient leur point faible, tandis que les guerriers baoulé se défendaient ou attaquaient à l’intérieur de leur territoire, parfaitement maîtrisé, leur rayon d’action étant limité et leur vitesse de déplacement à pied étant adéquate aux exigences de la guerre d’embuscade. Dans la conquête du Baoulé, tout le monde se déplaçait donc à pied, seuls les officiers français pouvaient parfois profiter du transport en hamac.

33Les communications entre les troupes et avec les autorités se faisaient également par porteurs et par courriers, à travers les pistes et les sentiers remplis d’embûches. Le télégraphe intervenait dans les échanges seulement le long de la ligne des postes, ce qui en limitait l’emploi au cours des opérations qui s’écartaient de cette route10. Sur le terrain, les communications passaient surtout par des « informateurs », interprètes et autres « fidèles », qui renseignaient ponctuellement sur l’identité et les intentions des rebelles ou les états d’esprit de la population, même si les manipulations n’ont certainement pas manqué. Il est difficile, dans ce domaine, d’établir un avantage pour les militaires et les administrateurs civils, dont la maîtrise de la langue et des coutumes était souvent limitée et strictement dépendante de « collaborateurs », pas toujours fiables, d’interprètes, de boys et de concubines.

34L’avantage territorial des « Indigènes » comprenait aussi une plus forte résistance face aux maladies tropicales endémiques : malaria, fièvre bilieuse, fièvre jaune, dysenterie, ver de Guinée, coups de soleil frappaient durement les Européens, parfois davantage que les coups portés par l’ennemi11. Le recours massif aux troupes africaines, même provenant de régions climatiquement éloignées, comblait en large mesure le « gap sanitaire ». Ainsi, grâce à l’emploi des tirailleurs et à la prophylaxie à base de quinine, à la fin du xixe siècle, la malaria n’était plus un véritable obstacle à la conquête.

35Des deux premiers facteurs indiqués par Daniel R. Headrick comme les « tools of Empire » (1981, chap. 3), le bateau à vapeur et la quinine, seul le second joua un rôle direct au Baoulé. Il ne faut toutefois pas oublier qu’en amont de toute entreprise coloniale se trouvent la navigation et spécialement la suprématie maritime, conditions éloignées mais réelles (Frémeaux 2010 : 7-8). L’« outre-mer » était une dimension, pour ainsi dire, à sens unique, les seuls en état de traverser les océans étant les puissances coloniales. L’ambition coloniale suppose un avantage sur la mer, comme l’atteste l’hégémonie britannique établie à partir du xviie siècle, avec son apogée au xixe, en Orient et en Afrique. Toute l’histoire du monde peut ainsi être ramenée au combat des puissances maritimes contre les puissances terrestres, selon la leçon de Carl Schmitt [1942], une suprématie maritime mise au service de la conquête de terres12. La colonisation est donc entièrement fille de cette « révolution spatiale », qui peut être comprise dans la plus générale « révolution militaire » du début de l’époque moderne (Parker 1988).

36J’ai déjà exposé le clivage croissant entre les fusils à pierre et les fusils à tir rapide et les munitions qui leur sont associées13. Cadence de tir, précision, portée et puissance des armes à feu ont constitué un ensemble de facteurs réellement décisifs à l’avantage des troupes coloniales. La qualité des munitions (cartouches métalliques et poudre blanche) était aussi supérieure à celle des Baoulé. Sans être illimitée, leur disponibilité était importante, ce qui permettait des feux de barrage et non seulement le « feu ajusté ».

37Quant aux Baoulé, ils dépendaient pour leur approvisionnement des maisons de commerce côtières, des traitants et intermédiaires africains (dioula et apolloniens) et de la contrebande venant de l’Ouest (régions du Sassandra et du Cavally) et de l’Est (via le pays anyi). Ils disposaient aussi de poudre noire artisanale, à l’efficacité réduite, et de quelques fusils achetés aux forgerons des régions septentrionales limitrophes, tandis que les artisans locaux ne pouvaient garantir que des réparations des fusils achetés. Le commerce des armes de traite était soumis à la législation internationale et aux mesures restrictives ponctuellement prises par les autorités, rencontrant la plupart du temps l’opposition du milieu du commerce, qui pouvait ne pas les respecter.

38La pénurie et la relative inefficacité des armes à feu des Baoulé donnaient d’autant plus d’importance aux attaques à la baïonnette exécutées par les tirailleurs. La baïonnette était une arme supplémentaire, qui permettait une tactique efficace face à des ennemis dont la capacité de recharge était ralentie ou limitée. Cet emploi de l’arme blanche ne doit pas être mis sur le compte d’une régression technique et tactique, mais vu plutôt comme un complément efficace et adapté aux circonstances et au milieu naturel.

39[voir Tactique (organisation) ; Temps (de la guerre)]

Individus (figures singulières)

40Si pour Marx la guerre est « le grand travail collectif » des sociétés archaïques (Garlan 1989), elle individualise néanmoins ceux qui la font, en confrontant chaque guerrier à ses habiletés et à ses inaptitudes, en mettant chacun face à ses responsabilités individuelles de combattant, exposé personnellement au danger, à la peur, à la douleur, à la mort, donnée et reçue. Même dans les sociétés où la « conscience collective » (Durkheim 1996 [1893]) prévaut sur le sujet individué, le guerrier est l’« acteur » de la guerre (Drevillon 2013 : 12), un acteur d’autant plus singulier lorsqu’il combattait, comme les Baoulé, avec ses propres armes dans une guerre d’homme à homme, non mécanique, pour la défense de son village ou l’expansion de son pays. Combattre, avec toute la latitude, implique la nécessaire « soumission à un ordre collectif » en même temps que l’« affirmation d’une individualité souveraine » (idem : 99), ne fût-ce que face à la mort, événement singulier par excellence.

41La guerre responsabilise individuellement, d’autant plus lorsqu’elle est combattue par de petits effectifs, des groupes de proches soudés par des liens personnels forts. Ainsi, le rôle de chaque individu est plus déterminant dans les sociétés archaïques ou prémodernes que dans les armées de masse des sociétés industrielles. Les guerriers baoulé se préparaient au combat en mobilisant leurs facultés physiques et intellectuelles, leur dévouement et leurs protections personnelles ; en agissant sur et avec leur corps ; en remplissant leurs devoirs moraux et politiques face à leur communauté ; en allant à la rencontre de leur sort individuel. Finalement, dans les guerres d’agression coloniale, les seuls « citoyens en armes », voire les seuls « patriotes », étaient ceux qui s’opposaient aux armées professionnelles largement composées de troupes mercenaires stipendiées pour combattre dans une armée de conquérants étrangers, dans un théâtre éloigné et animées par un « goût de la guerre » que venaient récompenser des « satisfactions accessoires » (Drevillon 2013 : 80-82), tels que le butin et les actes de cruauté.

42Action collective s’il en est, la guerre singularise le guerrier par ses exploits et parvient à faire émerger des « figures » (Bertho 2019), qui se distinguent de la masse anonyme et laissent une trace, un nom, dans la mémoire comme dans l’archive. Dans les sources coloniales, la singularisation concerne surtout les chefs résistants, les grands guerriers, les « meneurs » : Kouadio Okou ou Akafou Blalè ont laissé des traces écrites importantes (Viti 2020, 2021a). Ce qui est loin d’être le cas dans les narrations impersonnelles des rapports sur les « indigènes », sujets collectifs et anonymes, et sans commune mesure avec les marques réticentes et embarrassées qui ressortent des récits oraux (Viti 2021c).

43Les nombreuses traces écrites ne font toutefois pas de ces résistants des héros de l’histoire de leur pays. Aussi bien les dirigeants que les intellectuels ivoiriens14 manquent de volonté ou n’ont pas l’ambition de faire sortir ces résistants de l’ombre et ne participent pas à la construction d’une identité nationale postcoloniale15. En Côte d’Ivoire, l’« État historien16 » n’a pas donné d’impulsion à la promotion de figures de résistants, en préférant s’inscrire dans la continuité du discours colonial, à partir de la géographie urbaine et des programmes scolaires. L’absence de mobilisation pour l’institutionnalisation des figures de résistants, de commémorations historiques, de politiques mémorielles et patrimoniales est patente.

44Aucun des attributs du héros n’apparaît dans le discours public concernant les débuts de la domination coloniale ; seule la glorification des fondateurs de la Côte d’Ivoire, Binger et Treich-Laplène, mobilise ces propriétés, parmi lesquelles le fait de laisser son nom n’est certainement pas la moindre. Même la défaite, en tant qu’« attribut paradoxal du héros » (Bertho 2019 : 245), n’est pas prise en compte, ne suscitant que le silence gêné. Pas de célébration de la « belle défaite » non plus, pas de glorification posthume du martyr, rien ne semble venir briser le tableau pacifié du consensus (post)colonial.

45Aucun héros singulier – et par là inquiétant – ne vient troubler le récit national apaisé. En dépit de toutes les qualités romanesques de sa biographie, Akafou ne devient pas une figure parce qu’aucun créateur ne se l’est appropriée, l’abandonnant au destin d’un personnage pirandellien en quête d’auteur (Viti 2021a, 2021c).

46[voir Exode ; Mémoires (oubliées)]

Mémoires (oubliées)

47Comment définir la mémoire – ou l’oubli – des événements douloureux de la conquête coloniale ? La logique de l’ordalie est implacable : les perdants ont tort, il vaut mieux les oublier. À cette damnatio memoriae s’ajoute le compromis passé par Félix Houphouët-Boigny, dont le positionnement idéologique par rapport à la colonisation ne prévoyait pas la célébration de figures de résistants déjà mises à mal par les divisions intestines17. Comment aurait-il été possible de se réclamer à la fois de Kouassi N’go, promu chef des Akouè par les autorités coloniales en 1909 et mis à mort par les siens une année plus tard, et de chefs comme Kouamé Djé (Ouarébo) ou Akafou (N’gban), supprimés par les Français respectivement en février et juillet 1902 ? Le monde Baoulé avait été profondément fracturé par l’expérience de la guerre coloniale et raviver cette fracture n’était pas envisageable pour celui qui aspirait à un destin de père de la nation dans un climat d’unanimité contrainte. En plus d’avoir divisé les Baoulé, la colonisation les avait opposés aux « Dioula »18, soutien précieux de la pénétration pacifique et souvent victimes des résistants, comme à Salékro en 1902 ou chez les Ayaou en 1909 (Weiskel 1980 : 193). Là aussi, il valait mieux tourner la page au nom de l’édification de l’union nationale au sein de l’État indépendant.

48En l’absence d’intérêt public (donc politique) pour les débuts de l’histoire (proto)nationale, la résistance « secondaire » de la lutte pour l’Indépendance ne s’accorde pas à la résistance « primaire » (Abbink, Van Walraven 2003 : 2) opposée à l’établissement de la domination coloniale. Ce qui manque en Côte d’Ivoire est donc un travail mémoriel un tant soit peu orienté vers la construction d’une narration partagée qui puisse prendre en compte les biographies des vaincus. Ce travail forcément collectif ne peut pas être laissé aux soins des seuls descendants des protagonistes et victimes de la résistance à la conquête. Pour eux, la défaite a déjà été une punition, ressentie avec le sentiment de culpabilité de ceux qui ont été laissés seuls face au souvenir d’un échec tout à fait prévisible. Ce sont l’État ivoirien et ses élites – politiques, intellectuelles, artistiques – qui auraient dû prendre en charge le bilan de la conquête. À la place de la mémoire des vaincus, l’État ivoirien et son incarnation principale et longtemps unique ont entretenu la mémoire coloniale, à partir de son inscription dans l’espace urbain par le biais de la toponymie. Ainsi, la densité de rues et de boulevards abidjanais portant le nom des artisans de la colonisation, y compris les plus violents d’entre eux, n’a pas d’égale en métropole : Clozel et Delafosse, certes, Van Vollenhoven, mais aussi Marchand, Angoulvant et Noguès, sont les noms inscrits durablement dans l’imaginaire collectif.

49En Côte d’Ivoire, la doxa n’est pas favorable aux résistants ; aucune politique mémorielle ne leur est consacrée ; ni la géographie urbaine, ni les célébrations, ni les (rares) monuments19, ni la fiction littéraire, ni les manuels scolaires ne s’y réfèrent. La mémoire postcoloniale (au sens strictement chronologique et de posture intellectuelle qui s’écarterait de l’idéologie coloniale) n’est pas construite à travers les « héros culturels » ou les « figures » de la résistance (Bertho 2019 : 31). En revanche, la « fabrique des héros » (Centlivres, Fabre, Zonabend, dir. 1999) marche à plein régime pour les deux figures, situées chronologiquement aux pôles opposés, du début et de la fin, de l’hégémonie baoulé : Aura Poku et Houphouët-Boigny. Un temps d’avant mythique et un temps d’après historique viennent effacer la violence coloniale. Aucune autre figure entre celles-ci ne doit venir troubler le récit national apaisé, un récit baoulé-centré qui se doit d’expurger l’image dérangeante des rebelles pour laisser la place aux bâtisseurs.

50Cette absence de mémoire dans les médias, les arts, les discours politiques nous renvoie, de manière spéculaire, au silence des sources orales. Dans ce contexte, comment pourrait-on demander aux villageois n’gban de remémorer Akafou ou Ya Djé si l’indication qui leur vient d’en haut est, à l’opposé, celle d’assumer la défaite – sans pour autant la nommer – et de célébrer plutôt les vainqueurs ? Ceux-ci, on le sait, ont toujours raison et il vaut mieux ne pas les décevoir. Il ne s’agit alors pas seulement d’oubli, mais plutôt de déni. L’oubli efface, le déni cache mais conserve le souvenir, rendu muet.

51Ni les Baoulé ni les intellectuels ivoiriens n’ont élaboré un contre-discours alternatif à la vulgate coloniale, qui puisse, à l’intérieur du récit national, s’opposer à celui de la « pacification ». L’emphase mise sur la paix dans la rhétorique houphouëtiste a fini par supprimer toute velléité d’une narration alternative à celle des vainqueurs.

52Les récits tronqués des descendants des protagonistes de la résistance et l’absence d’un récit national font donc partie de ces « mémoires oubliées », volontairement oubliées, où l’histoire de la conquête est enfouie20. Quelque chose de la voix des protagonistes baoulé de cette histoire douloureuse et dramatique survit tout de même dans l’archive coloniale, même si c’est de manière très sélective. Les documents – surtout ceux qui sont rédigés sur le vif – portent la trace, peut-être manipulée, des voix baoulé. Lorsque les « commandants », civils ou militaires, font état, voire étalage de leurs connaissances du milieu qu’ils combattent, ils rapportent sans le déclarer les dires, parfois les racontars, de leurs interlocuteurs – interprètes, concubines, serviteurs, chefs fidèles – sans lesquels leur accès au monde baoulé aurait été bien limité, voire inexistant. Lorsque le chef du poste d’Ouossou, en pleine tempête, dresse un tableau détaillé (mais peut-être pas complètement exact) des groupes fidèles, des identités personnelles des meneurs et des ennemis les plus déterminés, de leur disponibilité en hommes et en fusils, il peut le faire parce que quelqu’un l’en a informé par un récit oral, livré de manière confidentielle, qui sera possiblement recoupé avec d’autres récits, soumis à une évaluation critique concernant leur fiabilité, éprouvée sur le terrain.

53De même, les tableaux historiques et ethnographiques qui accompagnent et agrémentent souvent les monographies et la correspondance des postes, leur donnant un certain relief « culturel », sont le fruit d’interactions orales avec des « spécialistes » locaux restés anonymes, qui acceptent de livrer leur savoir, probablement ajusté selon leurs intérêts du moment et peut-être contre rémunération, directe ou indirecte. Il ne s’agit pas seulement des travaux déjà savants d’un Delafosse, mais d’une prolifération de textes restés à l’état de manuscrits, plus rarement publiés dans des revues à la frontière des genres (revues militaires, coloniales, ethnographiques, anthropologiques, naturalistes, géographiques, de voyage, locales, etc.), et qui, dans leur ensemble, constituent un vaste corpus qui servira parfois de base aux premières études historiques et anthropologiques, professionnelles mais encore coloniales.

54Tout ce matériel peut servir de support à la mémoire, à condition, bien entendu, de le repérer, parfois l’exhumer, l’interroger, l’interpréter, le lire à rebrousse-poil (Benjamin 1940). À ce prix, on peut s’apercevoir que la mémoire des vainqueurs recèle quelques bribes des raisons des vaincus.

55Finalement, à l’absence d’une mémoire publique postcoloniale aujourd’hui en Côte d’Ivoire on pourrait opposer la mémoire coloniale décomplexée contenue dans l’archive. Ce n’est pas mon approche ni mon intention, mais qui voudrait adopter une posture anticoloniale militante, de dénonciation, trouverait davantage d’éléments à charge dans l’archive coloniale que dans la mémoire orale des populations ou dans les politiques mémorielles de l’État ivoirien.

56[voir Individus (figures singulières)]

« Partisans » (guerre civile)

57La colonisation est aussi œuvre de langue et de langage, une domination sémantique établie de manière durable21. Mais la domination linguistique est faite également d’inversions de sens. L’emploi du terme « partisan » dans les écrits coloniaux est exemplaire et touche directement la guerre22.

58Dans la novlangue coloniale, « partisan » ne désignait pas les hommes en armes, réunis en bandes organisées – en « partis » selon l’étymologie – pour s’opposer aux troupes d’occupation ; ce terme indiquait plutôt les auxiliaires armés prêtés par les chefs acquis à la cause coloniale pour combattre – par conviction ou intérêt – contre d’autres Baoulé. Leurs motivations étaient plurielles : ils pouvaient s’engager pour régler des rivalités anciennes entre nvle, en échange de récompenses (des armes, au moment où d’autres Baoulé subissaient le désarmement) ou dans l’espoir d’un butin (limité toutefois par la crainte de représailles). Ces « partisans » amenaient un surplus de violence, de détermination, de passion, au point que leur emploi fut interdit par le même lieutenant-gouverneur artisan de la « pacification » (Angoulvant 1916 : 134).

59Les « partisans » de la bonne cause étaient ceux qui s’engageaient aux côtés des civilisateurs, contre la régression et la sauvagerie des résistants. « Partisan » était donc employé selon l’usage dévoyé et antiphrastique de la colonisation, ce qui en dit long sur ses contre-vérités ; l’emploi du terme « pacification » pour désigner l’ensemble des opérations de répression, de « châtiment » et de rétablissement de l’ordre, bref, la guerre coloniale, est exemplaire en ce sens. En revanche, il est plus difficile de qualifier les ennemis de la colonisation : « rebelles » et « révoltés » sont les expressions coloniales les plus courantes (plus rare, « insoumis »), tandis que « résistants » et « résistance » (ou, à l’inverse, « collaboration ») sont les termes préférés par l’historiographie contemporaine (Weiskel 1980 ; Loucou 2007), malgré leur inévitable connotation euro-centrique (Brunschwig 1974).

60En tout état de cause, le terme « partisan », même dans son emploi dévoyé, renvoie à la guérilla. La résistance baoulé présente, en effet, un certain nombre des caractères communément associés à cette forme de guerre, que l’on peut qualifier principalement comme étant liée à la défense d’un territoire par des combattants « telluriques » (Schmitt 1972 : 229). Les traits fondamentaux propres à la « petite guerre » sont présents au Baoulé : l’embuscade, la surprise, les stratagèmes, l’astuce, la rapidité des mouvements, l’évitement autant que possible du choc frontal en terrain ouvert en faveur de la tactique dite « hit-and-run »23 ; une guerre d’affût, donc, qui n’est pas loin de rappeler certains aspects de la chasse, tout en répondant à des finalités radicalement différentes. L’exploitation des ressources et des protections offertes par le terrain vient opportunément compléter les moyens déployés pour essayer d’annuler les avantages dérivés de la supériorité technique de l’armement de l’ennemi. C’est donc une guerre asymétrique du faible contre le fort, une lutte de peuple contre une armée régulière d’occupation, engagée dans une guerre d’agression et des opérations visant à réduire toute résistance opposée à l’établissement d’une domination durable de type impérialiste.

61Par ailleurs, les moyens et les tactiques employés par les Baoulé contre les troupes coloniales ont été les mêmes que dans leurs guerres intestines ; ce conservatisme dans les pratiques guerrières contribue à expliquer l’échec subi contre un ennemi inédit, dont les moyens matériels, l’organisation, les finalités étaient foncièrement différents, mais qui a su les adapter assez rapidement à chaque nouvelle situation, en adoptant, si nécessaire, les tactiques de l’adversaire ; selon le principe propre à l’armée napoléonienne alors engagée contre la « petite guerre » lors de l’occupation de la péninsule Ibérique, entre 1808 et 1813 : « il faut opérer en partisan partout où il y a des partisans » (Schmitt 1972 : 222 ; 284).

62Partisans, sans guillemets, l’étaient aussi ceux qui s’opposaient à l’intrusion coloniale les armes à la main, pratiquant la résistance du faible face au fort qui est l’essence de la « guerre partisane ». Leur guerre était en effet foncièrement défensive, même lorsqu’ils attaquaient les troupes coloniales ou s’en prenaient à des objectifs « civils » (les commerçants dioula et leurs familles, les auxiliaires, les administrateurs) ; défensive car son caractère tellurique – lié à la terre, à leur terre – prévalait sur toute autre qualité et motivation, ce qui explique aussi leur rayon d’action limité, dépassant rarement les frontières des nvle, chaque groupe baoulé ayant toujours conduit ses « petites guerres » de manière isolée et autonome.

63Si la guerre baoulé était de tous points de vue « irrégulière », partisane, défensive et sans quartier, celle menée par les troupes coloniales d’occupation n’était pas pour autant « régulière ». Certes, l’armée coloniale était l’expression organisée d’un gouvernement légitime, qui n’avait toutefois jamais proclamé de guerre, exerçait une justice sommaire (exécutions, éliminations extrajudiciaires de prisonniers), avait recours à des auxiliaires irréguliers (les « partisans »), agissait de manière « non conventionnelle », n’hésitant pas à s’en prendre aux populations et à détruire leurs ressources vitales (villages, cheptel et cultures). Sur le terrain, le respect du droit de la guerre (ius in bello) laissait fortement à désirer, l’ennemi n’étant pas considéré comme belligérant du même rang. En dépit des proclamations constantes d’« humanité », la guerre coloniale a été une sanglante manifestation de puissance ; elle n’a pas épargné les non-combattants, frappés dans leurs corps, leurs biens, leurs moyens de subsistance, jusqu’à susciter des remous au sein même des autorités, qui, face aux épisodes d’« atrocités », se sont facilement défaussées sur la maladresse et l’immaturité des tirailleurs (Viti 2017).

64Mais la guerre au Baoulé a été aussi une guerre intestine ou guerre civile. Selon l’historien David Armitage, « appeler une guerre «civile» signifie reconnaître la familiarité des ennemis, en tant que membres d’une même communauté : non pas des étrangers mais des concitoyens »24. Cette formulation fait écho aux définitions que Carl Schmitt donne de la Bürgerkrieg comme « guerre fratricide, parce qu’elle est conduite à l’intérieur d’une unité politique commune qui inclut aussi l’ennemi » (Schmitt 2003 : 152) ; ou encore, une « lutte armée au sein d’une unité politique (remise en question de ce fait) » (Schmitt 1972 : 70). Ce « mal extrême » (Dubos 2010), cette « maladie du corps politique » (Armitage 2017 : 9) capable de miner une société à sa base, remit précisément en question les frontières internes au monde baoulé et par là son unité, même au niveau plus bas, finalement modeste par ses dimensions, des nvle. Leur équilibre interne vola alors en éclats, en faisant surgir de petites bandes armées et les réduisant à des factions opposées, comme chez les Agba et les N’gban.

65La guerre civile entre Baoulé, y compris au sein du même groupement, était doublement favorisée par l’action coloniale : indirectement, par les rivalités entre chefs qu’elle suscita ; ou directement, par l’emploi des « partisans », la manifestation la plus saillante de la division, attestant que la défaite militaire fut précédée par une défaite politique, voire une déroute morale.

66[voir Désunion]

Tactique (organisation)

67Aucune guerre ne se fait sans armes, mais elles n’épuisent pas non plus les ressources nécessaires ; il faut aussi des hommes et une organisation tactique. Les Baoulé, comme d’autres populations africaines confrontées à l’agression coloniale, avaient l’avantage du nombre, du terrain et, de façon variable, de la motivation à défendre leur monde, ce qui était déterminant dans leur conduite.

68Il faut toutefois relativiser l’avantage du nombre, rarement décisif face à un clivage technologique dans l’armement. Les grands regroupements démonstratifs de guerriers devant les postes, comme à Bouaké en décembre 1898 et décembre 1900 (Weiskel 1980 : 104-105 ; 128), étaient moins efficaces que les actions de guérilla exigeant un nombre limité d’hommes bien résolus. La supériorité numérique, en l’absence d’une tactique claire, pouvait déterminer l’illusion d’un avantage, mais finalement desservir25.

69Dans la guerre, et tout particulièrement dans une guerre coloniale asymétrique, « l’inégalité des situations de départ tend souvent à se réduire par un ajustement progressif des méthodes et des moyens […], qui s’opère au bénéfice du faible, mais peut induire un ajustement en retour par emprunt aux autochtones de certaines techniques de combat » (Izard 1999 : 47 ; voir aussi Izard 2004 : 27). Chacune des deux parties en face reprend à son compte les pratiques de l’autre, les imitant pour le meilleur et pour le pire. Les ennemis s’apprennent mutuellement non seulement les techniques de combat usuelles, ce qui permet de les déjouer, mais aussi les enjeux et les valeurs mises en cause dans le conflit (la fierté du guerrier, son code d’honneur, la défense de son pays, de ses biens et de ses symboles, le salut ou la gloire) de manière à pouvoir frapper l’adversaire là où l’on suppose que cela ferait le plus mal, ce qui explique aussi la fréquence des injures faites aux cadavres, notamment par la décapitation, largement pratiquées par les deux camps (Viti 2012). Si, « pour ceux qui s’affrontent, la guerre est un langage commun qui nourrit une culture partagée » (Drevillon 2103 : 89), dans les guerres coloniales ce langage commun n’est pas donné d’avance mais il doit s’établir dans la confrontation et fait partie davantage des conséquences que des conditions préliminaires de celle-ci.

70Sur le plan de l’organisation tactique, des changements importants sont intervenus au cours des deux décennies d’affrontement, davantage du côté des troupes coloniales que de celui des résistants baoulé pour qui le conservatisme a été un élément de faiblesse certain. Au début des opérations militaires françaises (colonne de Kong et ses suites, 1894-1895), les Baoulé abandonnaient leurs villages à la destruction, après les avoir vidés de leurs habitants et des biens transportables. Les habitations ne constituaient pas un enjeu puisqu’elles pouvaient être rapidement reconstruites. Par la suite, pendant les opérations de « pacifications » (1909-1911), les villages étaient protégés par des palissades et les chemins semés d’obstacles et de tranchées. À Kpouébo en juin-juillet 1910, comme à Salékro en février 1911, ces villages constituant les centres de pouvoir devinrent le dernier rempart des défenseurs et le dernier objectif des agresseurs. Pour les Baoulé, tenter le tout pour le tout avec une défense à outrance, plutôt que la dispersion dans la forêt, était devenu un choix obligé, la prise de conscience du choc final devenu inévitable, après des années de résistance, harcèlement, soustraction et guérilla. La bataille qui s’y déroulait devenait décisive. La guerre avait changé de nature : une multiplicité d’actions dispersées et de peu d’impact relatif, mais globalement efficaces, avait laissé la place à une confrontation localisée, directe, ultime, où se concentrait l’ensemble des forces26. L’usage du canon, arme lourde rarement employée jusqu’alors, synthétise efficacement cette concentration des forces, dont l’effet psychologique égalait ou dépassait l’efficacité strictement matérielle. À Salékro et dans l’Orumbo Boka plus qu’ailleurs, plus que dans la guerre de guérilla sous bois, on entendit clairement « le grondement de la bataille » (Foucault 1975 : 360). Le résultat fut écrasant et définitif.

71Mis à part la défense des villages, signe que la résistance était désormais arrivée au dernier stade, la conduite tactique des Baoulé ne semble pas avoir beaucoup changé. L’embuscade, le guet-apens, l’attaque surprise, l’agression le long des sentiers demeuraient les manières les plus courantes de combattre, aussi bien dans les affrontements entre nvle que contre les troupes coloniales. En revanche, celles-ci ont su adapter leur tactique : initialement, les colonnes qui s’aventuraient en terrain couvert étaient facilement prises pour cibles pendant leur marche en file indienne, attaquées simultanément à la tête et à la queue ; les flancs étaient constamment découverts ; les tirailleurs tiraient des salves aveugles, sans économie mais peu efficaces. Plus tard, ces tactiques inopérantes de colonnes qui ne faisaient que passer et qui ne se donnaient pas toujours le temps de constater l’état des destructions causées laissèrent la place à une occupation au sens propre, à partir des postes, une tactique qui permettait d’être davantage présents sur le terrain et de donner une continuité aux opérations éclair. La tactique de marche initiale fut perfectionnée par des contre-embuscades – des tirailleurs qui suivaient la marche des colonnes en parallèle, à distance de quelques dizaines de mètres – qui permettaient de prendre entre deux feux les guerriers baoulé embusqués. La marche ne se faisait plus seulement sur les pistes et les sentiers les plus battus, mais aussi à travers la forêt, en ouvrant le chemin au coupe-coupe.

72Ainsi, les ressources du terrain ne venaient plus compenser la faiblesse des armes baoulé, leurs principales tactiques ayant été déjouées. Le combat devenait réellement inégal. Il l’avait déjà été, à leur avantage, pendant les guerres d’établissement que les Baoulé avaient menées contre les occupants antérieurs de leur territoire, même s’ils ne visaient pas leur anéantissement et la destruction de leurs ressources ; l’appropriation de celles-ci et la capture de femmes étaient, au contraire, les objectifs poursuivis, afin d’augmenter la base démographique d’une population en voie de reconstitution et qui nécessitait de s’approprier, sans les détruire, les ressources humaines et naturelles.

73Par la suite, le rapport de force équilibré entre nvle ne permit plus l’affirmation par la violence d’une suprématie interne au Baoulé. Toutes sanglantes qu’elles puissent avoir été, les guerres vicinales ne pouvaient pas se terminer avec un bilan si déséquilibré que celui constaté lors de la bataille de Salékro, conclue avec quatre tirailleurs tués pour au moins 217 Nanafoué tombés au combat. C’était seulement alors, en acceptant la bataille rangée, que les Baoulé découvraient le vrai visage de la guerre et le goût amer de la défaite définitive.

74La bataille « se présente comme une concentration de forces dans un espace précis appelé champ de bataille et ce, pendant un temps relativement bref, une journée tout au plus » (Henninger, Widemann 2012 : 101). La bataille décisive est celle « où l’adversaire accepte le but de la guerre qu’on a cherché à lui imposer : […] celle qui met fin à la guerre » (idem : 75). On reconnaît dans l’épisode final de Salékro d’autres caractéristiques propres à la bataille : « unité de temps, de lieu et d’action, selon les conventions d’une rigoureuse dramaturgie de la violence » (Drevillon 2013 : 11)27. Sauf que la bataille de Salékro était d’un genre rare, et d’autant plus décisif, dans l’économie globale de la guerre coloniale menée au Baoulé, caractérisée plutôt par des épisodes fréquents de basse intensité, une guérilla en pointillé à laquelle pouvaient répondre périodiquement des colonnes mobiles de répression. Ce ne fut qu’après 1909 que des opérations d’envergure furent mises en acte, conduisant à la reddition des derniers combattants retranchés, à Salékro comme dans l’Orumbo Boka ; du moment qu’ils avaient accepté de donner prise à l’adversaire, de descendre sur son terrain en renonçant à leur tactique de guérilla fluide, ceux-ci, acculés aux dernières défenses, étaient déjà battus.

75[voir Forces (disparité des) ; Temps (de la guerre)]

Temps (de la guerre)

76Au vu de l’histoire de la résistance baoulé à la colonisation, une question s’impose : pourquoi ne pas s’être opposés tout de suite, tout le temps et tous ensemble ? Peut-être, pour reprendre François Hartog qui commente Marshall Sahlins, « parce que la population attendait ses chefs, qu’un chef en attendait un autre et que ce dernier attendait le bon moment » (2003 : 53). Et là nous retrouvons un facteur capital dans la guerre, mais différemment perçu par les deux parties : le temps. Derrière certains choix – pas toujours compréhensibles à l’aune d’une stricte logique de guerre – peut se cacher un régime temporel différent : le « bon moment » selon le cycle rituel ou le calendrier agricole peut ne pas correspondre au moment le plus propice pour passer à l’offensive ou pour se défendre efficacement des attaques d’un ennemi qui, lui, a d’autres rythmes, d’autres temps, n’a pas des semailles ou des récoltes en cours ; l’existence d’interdits temporels peut aussi freiner ou empêcher l’action ; l’attente des réponses divinatoires peut faire perdre des occasions favorables non reproduisibles.

77Quel « régime d’historicité » (Hartog 2003) respectif pourrait-on aujourd’hui – donc après coup – attribuer aux colonisateurs et aux colonisés ? Quelle expérience du temps, dans la contingence d’une rencontre dominée en large mesure par la violence, pourrait-on prêter aux deux camps s’affrontant dans un duel que nous savons aujourd’hui avoir été définitif ?

78La distinction entre un temps présumé linéaire et progressif des conquérants européens et un temps prétendu cyclique, circulaire et répétitif des Africains conquis n’aurait pas de sens, la guerre mettant en face l’un de l’autre deux mondes distincts, certes, mais contemporains. Tout au plus, on pourrait discerner une pluralité de temporalités, l’existence d’« autant de conceptions du temps que de tâches à accomplir » (Augé 2008 : 23) : un temps cyclique pour l’organisation technique, un temps cumulatif pour l’organisation sociale, bref, « un temps pour chaque chose » (Augé 1968 : 71), y compris donc un temps pour la guerre. Les Baoulé connaissaient très bien l’urgence temporelle des tâches agricoles, le temps qui passe et qui s’écoule irrémédiablement, le temps qui ne revient pas en arrière. Mais ils connaissaient aussi le temps lent des décisions graves, la nécessité d’une plus ample pondération, l’appel aux forces surnaturelles qui nécessite une très grande prudence. Et la prudence est d’abord lenteur, attente.

79Une différence du rapport au temps émerge de l’histoire de la conquête de la Côte d’Ivoire et plus en général de l’Afrique : l’impératif de la rapidité du côté français, dont les visées devaient composer avec les rivalités vis-à-vis des autres puissances coloniales (la course au clocher) : les Britanniques, bien entendu, mais aussi les conquérants africains, tel que Samori Touré. Rapidité qui s’accompagnait de moyens – de communication et militaires – adéquats : le télégraphe, la colonne rapide, le fusil à tir rapide ; et ce d’autant plus que sur le terrain les militaires pratiquaient souvent le « fait accompli », sans attendre des ordres ou des décisions politiques, pas toujours favorables aux hommes d’action et nécessitant un temps de maturation plus long.

80À cet impératif de rapidité – la Blitzkrieg toujours rêvée – correspondait de l’autre côté la lenteur : attentisme, prudence, hésitation, complexités protocolaires dans la prise des décisions, difficultés de communication, tergiversations dans la mobilisation des forces humaines (procédures de sélection des guerriers), matérielles (approvisionnement incertain de fusils et de poudre) et spirituelles (consultation des oracles, offrandes aux esprits).

81C’était surtout le temps de la guerre – ou temps de guerre – qui différenciait les deux camps. Temps rapide pour les conquérants, qui avaient l’obligation du premier coup ; temps lent, suspendu, voire arrêté pour ceux qui essayaient d’abord de comprendre les intentions des intrus, avant de pouvoir décider, éventuellement, une riposte qui, par définition, vient après la première attaque, toujours la plus rapide, parfois surprenant l’adversaire. En fait, le temps de l’attaque est toujours plus rapide que celui de la défense.

82Les « Blancs » venaient d’arriver d’un pays inconnu, situé loin au-delà de la mer, là-bas (blo-lo), ils étaient pressés. Ils sont toujours pressés. Les Baoulé n’étaient certainement pas en place depuis toujours, mais ils vivaient désormais durablement inscrits dans une temporalité longue, après avoir quitté leur pays d’origine et être venus « coloniser » le Waore, puis le Ngonda, déployant une « force tranquille » ou violente, à l’occasion. Bref, les capacités de mobilisation – dont la vitesse est une composante fondamentale – n’étaient évidemment pas les mêmes entre les troupes coloniales et les guerriers baoulé. Et le temps a finalement donné tort aux résistants.

83[voir Forces (disparité des) ; Tactique (organisation)]

Notes de bas de page

1 Thornton 1973 : 119-120 ; Piault 1987 : 43-45 ; Terray 1987 : 292-299.

2 Domergue Cloarec 1977 ; Kambou-Ferrand 1993

3 Capron 1973 ; Izard 1993, 1999 ; Saul, Royer 2002 ; Royer 2003, 2019 ; Souyris 2014 ; Saul 2017.

4 Le processus de conquête était « nettement irréversible » mais « hautement résistible » (Ranger 1987 : 67) ; l’issue fut toutefois invariablement défavorable aux défenseurs.

5 À cela pourraient être reconduits le « coup de force idéologique » (Terray 1985 : 112) ou la « révolution intellectuelle » (Izard 2003 : 370) nécessaires à l’effort de construction de l’État.

6 L’ensemble de ces facteurs, directement liés à la conquête coloniale, aboutirent aux famines des années 1903-1905 et à « une situation alimentaire catastrophique à peu près ininterrompue entre 1918 et 1925 » (Chauveau 1987a : 128-130).

7 Sur l’exode comme sortie de la captivité et possibilité de rachat et de salut, je renvoie aux réflexions stimulantes que Michael Walzer (1985) développe à partir du texte biblique.

8 Ce qui aurait fait de cet exode une sorte de réédition de celui raconté dans le mythe d’Aura Poku, dont l’inspiration biblique – ou coranique – de certains passages est évidente (Viti 2009).

9 « L’art de la guerre est peut-être […] le domaine où la supériorité européenne paraît la moins discutable » (Frémeaux 2010 : VII). Voir aussi Michel 2010.

10 Les Asante, très attentifs aux communications entre le centre et le vaste territoire soumis à leur domination, saisirent vite l’importance du télégraphe installé par les Britanniques, jusqu’à l’imiter en plantant des poteaux reliés par des fils lors de la guerre de 1874 (Wilks 1989 : 41).

11 Ph. Curtin a analysé les données existantes pour la période la plus ancienne (1817-1836) sur la Gold Coast, proche à tout point de vue de la Côte d’Ivoire : elles indiquent un taux de mortalité pour cause de maladie de 66,8 % chez les militaires européens (Curtin 1964 : 197). Suite à l’emploie prophylactique de la quinine, ce taux descendit à 7,6 % en 1881-1887 parmi les officiers britanniques à la Gold Coast (idem : 362).

12 L’aviation naissante ne joua qu’un rôle tardif et marginal dans la colonisation italienne de la Libye en 1911 (Frémeaux 2010 : 212).

13 Pour une synthèse sur la qualité et les progrès techniques des armes européennes à l’époque de l’expansion colonial, voir Carman 1955 : 104-121.

14 Seules quelques timides tentatives viennent tardivement essayer de combler un vide béant dans la mémoire collective ; c’est le cas d’un ouvrage récent consacré à Zokou Gbeuly, résistant de la région de Daloa (Séry dir. 2020).

15 Pour des exemples opposés, de construction de « héros culturels », voir le travail magistral d’Elara Bertho (2019), qui inspire, en creux, cette entrée de mon abécédaire. Elle analyse, sous l’angle de la mémoire et de la fiction artistique (littéraire, théâtrale, poétique, musicale), trois « figures » de résistants (Nehanda, Sarraounia et Samori), qui ont connu une réelle « fortune » dans leurs pays respectifs (Zimbabwe, Niger, Guinée) et au-delà, grâce notamment à l’investissement des intellectuels et des dirigeants, qui ont su susciter l’adhésion populaire

16 J’utilise cette locution en écho à celle d’« État ethnographe » (Chauveau, Dozon 1987).

17 « Houphouët, le premier Président de la Côte d’Ivoire, avait une conception curieuse de l’histoire des peuples. Pour s’entendre avec le colonisateur, il a effacé la résistance à la colonisation. Il a parlé des vainqueurs et a oublié les vaincus. Il a laissé les vaincus dans l’ombre de l’oubli » (Kourouma 2004 : 58-59).

18 Cet ethnonyme doit être compris au sens large que leur attribuent les Baoulé pour désigner les populations des savanes, synonyme de kanga, esclave (Viti 2016a).

19 Un modeste monument, une pyramide en pierre et ciment d’environ deux mètres de haut, avait été érigée à Yamoussoukro en mars 1913 par l’administration coloniale à la mémoire de Kouassi N’go, « montrant aux indigènes que la France n’oubliait jamais les services rendus » (ANCI, 1 EE 156 (2/4), Cercle du Baoulé-Sud, Poste de Yamoussoukro, Rapport sur la situation politique du poste et les tournées effectuées pendant le mois, Yamoussoukro, 31 mars 1913). Le monument a été démoli en 1956, lors des travaux de rénovation du quartier Habitat.

20 Boua Yao, chef de canton des Nanafoué-Kpri de 1945 à 1965, était membre du Parti progressiste (philo-colonial), décoré par le Président de la République française en 1958, ce qui en dit long de l’héritage des chefs rebelles de Salékro.

21 De nombreuses expressions l’attestent encore aujourd’hui dans le parler quotidien, appelé couramment le franco-ivoirien : les « récalcitrants » sont de fortes têtes qu’il faut « châtier » ; le « charlatan » est le devin auquel on s’adresse pour connaître les causes d’une maladie et les « totems » alimentaires qu’il faut respecter, avant de pouvoir se soigner « à l’indigénat ».

22 Cet emploi se généralisa à partir de 1901-1902, dans les opérations menées contre les Faafoué, les Agba, les Nanafoué, les Kodè, les Ouarebo, les Akouè (en 1909). Voir, Rtc 1903a, 1903b, 1910 ; Angoulvant 1916.

23 Pour une analyse historique des traits caractérisant les guérillas, je renvoie aux synthèses de Max Boot (2013) et de Gastone Breccia (2013) ; ne traitant pas de l’Afrique subsaharienne, ces ouvrages servent ici surtout de guides thématiques.

24 « To call a war "civil" is to acknowledge the familiarity of the enemies as members of the same community : not foreigners but fallow citizens » (Armitage 2017 : 12).

25 Sur les désavantages du nombre et l’illusion de supériorité, voir Drevillon (2007 : 210-213).

26 « La bataille principale doit […] être considérée comme une guerre concentrée » (Clausewitz 1832 : 279-280).

27 Le même auteur détaille : « Un lieu, une date, une concentration extraordinaire d’hommes, d’actions et de passions. La bataille est apparemment un objet fini, délicatement ciselé par la perfection de ses unités de temps, de lieu et d’action », bref, de grande « intensité dramatique » (Drevillon 2007 : 10). Une « violence extrême, mais momentanée », synthétise Stéphane Audoin-Rouzeau (2020 : 13) et, on pourrait gloser, d’autant plus momentanée qu’elle est extrême. Sur la bataille voir aussi Boltanski, Lagadec, Mercier, dir. 2015.

Précédent Suivant

Le texte seul est utilisable sous licence Licence OpenEdition Books. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.