Vous l’avez sans doute déjà repéré : sur la plateforme OpenEdition Books, une nouvelle interface vient d’être mise en ligne.
En cas d’anomalies au cours de votre navigation, vous pouvez nous les signaler par mail à l’adresse feedback[at]openedition[point]org.

Précédent Suivant

Remerciements

p. 269


Texte intégral

1Il n’y a que mon nom sur la couverture, pourtant, écrire ce livre fut en grande partie une entreprise collective. La première graine de ce travail fut semée en 2004 par Béatrice Giblin, ma professeure de géopolitique à l’université Paris 8, qui m’a ensuite accompagnée en master, en thèse, et a relu plusieurs versions de ce livre. Cette recherche n’aurait pas non plus vu le jour sans la contribution de Frédérick Douzet, codirectrice de thèse exemplaire et soutien essentiel à toutes les étapes. Pour tout cela, et pour leurs encouragements, je suis infiniment reconnaissante à ce duo de choc. J’aurais aimé que Neil Smith puisse recevoir un exemplaire de ce livre tant ses travaux et son amitié furent fondateurs dans ma trajectoire scientifique, intellectuelle et militante. Je lui dois tant.

2Je remercie mes collègues de l’Institut français de géopolitique qui ont participé à créer un environnement de travail accueillant et souvent amusant (Carine, Yohann, Thibaud). Je tiens aussi à témoigner mon amitié à Sonia Lehman-Frisch et Pascale Nédélec, mes deux acolytes d’un groupe de soutien à l’écriture que nous avions baptisé « Amerloques ».

3Je n’aurais jamais pu poursuivre mes recherches aux États-Unis sans l’aide financière régulière de l’IFG Lab, celle ponctuelle du comité Fulbright et de la bourse George Lurcy. Je remercie également mon éditeur, Pascal Rouleau, pour sa confiance, et William Anderson pour sa relecture patiente et minutieuse. Et que dire de mon ami Xemartin Laborde ? Je n’aurais pu rêver meilleur cartographe pour ce projet si cher à mon cœur ! Merci à lui de m’avoir prêté son talent.

4Ces recherches sont, enfin et surtout, le résultat des dizaines de rencontres faites à Harlem. À toutes les personnes qui m’ont accordé du temps, des entretiens, m’ont ouvert une petite fenêtre sur leur vie, m’ont accueillie, m’ont fait confiance, j’adresse mes éternels remerciements. Nellie Bailey, Edwin Marshall, Yocasta M., Ndigo Washington font partie de ces personnes généreuses de leur temps et de leur expérience. Aucun travail de terrain ne serait possible sans leur contribution.

5Il me faut conclure ces remerciements par une mention spéciale pour mon entourage, ma famille, mes amis. Cela fait deux décennies que je les quitte régulièrement pour enquêter, que je leur parle de ces sujets parfois lointains et abstraits. Merci de leur patience, de leurs encouragements, de leur amitié indéfectible. Ce livre existe. Merci. Je n’ai qu’un seul regret : une lectrice manque à l’appel.

Précédent Suivant

Le texte seul est utilisable sous licence Licence OpenEdition Books. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.