Vous l’avez sans doute déjà repéré : sur la plateforme OpenEdition Books, une nouvelle interface vient d’être mise en ligne.
En cas d’anomalies au cours de votre navigation, vous pouvez nous les signaler par mail à l’adresse feedback[at]openedition[point]org.

Précédent Suivant

Conclusion

p. 259-267


Texte intégral

Qu’arrive-il à un rêve différé ?
Se dessèche-t-il
comme du raisin au soleil ?
Ou suppure-t-il comme une plaie –
puis se met à couler ?
Pue-t-il comme la viande pourrie ?
Ou se couvre-t-il de croûte et finit candi –
comme un bonbon sirupeux ?
Peut-être s’affaisse-t-il seulement
comme un lourd fardeau.
Ou bien explose-t-il ?
Langston Hughes, Un rêve différé, 1951

1« Qu’arrive-t-il à un rêve différé ? », demandait le poète Langston Hughes. Harlem fut le rêve des Noirs pendant presque tout le xxe siècle, « la capitale du monde noir, l’épicentre de la diaspora africaine, le bijou de la couronne » (Kelley 2007 : 64), le ghetto dans lequel ils ont transformé la ségrégation en effervescence et en fierté. « Dans la zone pour nègres, là où un sou en coûte deux » – comme l’écrivait Langston Hughes (2021 [1967] : 15) dans un autre poème –, les Noirs ont créé et cultivé un patrimoine culturel et politique colossal. Qu’est-il arrivé à ce rêve ? Harlem ne sera bientôt plus un quartier noir. Les traces de son histoire politique sont exploitées à des fins touristiques ou marketing, mais elles semblent bien peu authentiques. En août 2023, là où se situait leur bureau, un tronçon de la 122e Rue a pris le nom du Black Panther Party. En octobre 2022, une rue était renommée en hommage à Hiram Maristany, photographe officiel des Young Lords, le groupe révolutionnaire portoricain qui s’inspirait des Black Panthers. Renommer des rues, peindre des fresques de Malcolm X ou de Black Lives Matter donne certes du cachet au quartier, mais cela permet surtout de faire des profits et vendre une « expérience » en exploitant l’histoire des Noirs. La démarche est lucrative. Les prix sont devenus trop élevés pour un grand nombre des habitants « originaux », ceux qui étaient là avant la gentrification et qui ne peuvent pas consommer dans les restaurants de Lenox Avenue, aussi appelée – ironie du sort – Malcolm X Boulevard. Finalement, les classes supérieures, noires et blanches, ont pris leur revanche, et ont reconquis le quartier. L’Apollo Theater est désormais un monument historique isolé sur la 125e Rue rénovée, où les boutiques de grandes chaînes se suivent.

2La gentrification, devenue la politique urbaine de prédilection des municipalités aux États-Unis, met en évidence la relation entre l’espace, la classe et la race. L’arrivée des Blancs s’est accompagnée de services et d’infrastructures dont les habitants noirs étaient auparavant dépourvus. Une fois leur sécurité garantie – ce qui fut une préoccupation centrale des politiques publiques –, d’autres Blancs ont pu venir s’installer dans le quartier devenu sûr et accueillant à leurs yeux. En ce sens, Harlem, comme de nombreux autres espaces urbains, est bien le reflet de l’ordre social et racial dans lequel les Noirs et les pauvres restent dominés. Une ville juste permettrait à tous ses résidents de s’y loger, s’y nourrir, s’y divertir… « Qu’arrive-t-il au rêve différé ?… Ou bien explose-t-il ? » Les soulèvements récents des activistes et des participants au mouvement Black Lives Matter incarnent-ils peut-être cette explosion – métaphorique – face à ce rêve différé… Une nouvelle génération de militantes et de militants, investis dans les champs de l’égalité raciale, du droit à la ville et de la justice sociale veulent se réapproprier une place dans les espaces politiques et sociaux et sur le territoire, une place dont ils détermineraient eux-mêmes les conditions d’accès et les contours.

3En tout cas, la question posée en 1925 par James Weldon Johnson, « les Noirs seront-ils capables de se maintenir à Harlem ? » (Johnson 1925), était d’une grande pertinence. En proie aux logiques néolibérales et à la compétition économique qui servent de justification, Harlem a subi de plein fouet une politique de gentrification, achevée par Michael Bloomberg entre 2001 et 2013.

4Il fut – et est toujours – difficile pour les mouvements de résistance, comme nous l’avons vu avec la requalification de la 125e Rue et l’expansion de Columbia, d’atteindre les lieux de pouvoir et d’influencer les décisions politiques. Le secteur de l’immobilier contrôle en partie les acteurs politiques par le biais de financements de campagnes électorales et de lobbying, nombre de responsables politiques sont issus de la finance, tandis que les mouvements citoyens locaux manquent cruellement, le plus souvent, de ressources. Un des viviers de financement pour des petites associations est pourtant la manne publique elle-même. Sujettes aux risques de cooptation et fragilisées par leur précarité structurelle, ces structures locales voient leur indépendance mise en péril quand les acteurs politiques les financent. Nous avons ainsi vu que la philanthropie de Michael Bloomberg avait constitué une arme redoutable, comme le montrent les 48 millions de dollars sous forme de contrats publics reçus par la Fondation Doe (qui s’occupe de sans-abri) pendant son mandat de maire, et les 11 millions de dons anonymes reçus par cette dernière et attribués à Michael Bloomberg (Kovaleski 2010). Pour cette raison, plusieurs associations anti-gentrification de Harlem étaient dans des positions délicates vis-à-vis des financements publics possibles. Puisque cette politique est menée par la municipalité, plusieurs d’entre elles ont refusé les donations des conseillers municipaux, à l’instar de Mirabal Sisters (association de West Harlem) qui a refusé 10 000 $ du conseiller municipal Robert Jackson, ou du Movement for Justice in El Barrio, qui refuse également tout financement public par principe et qui a livré une bataille sans merci à Melissa Mark-Viverito, conseillère municipale d’East Harlem de 2006 à 2017.

5Le manque de moyens et de ressources, la puissance de leurs adversaires et leur multiplicité freinent les efforts de résistance à la gentrification et aux déplacements, et plus globalement la lutte pour le droit à la ville. D’autres obstacles résident aussi dans l’incapacité de toutes ces organisations à véritablement travailler ensemble, notamment la concurrence entre des leaders qui ne sont pas toujours soutenus par des bases nombreuses, mais aussi le décalage temporel entre le temps de la gentrification et le temps de l’action. Les processus de décision démocratiques propres à chaque organisation rendent longues et difficiles les actions. Pour les associations, le temps de la consultation et du consensus internes, ajouté ensuite à celui de la consultation et du consensus entre associations, organisations et partenaires, rendent souvent inefficaces les manœuvres collectives face à une gentrification qui avance vite. La crise économique, qui a affecté le marché immobilier dès 2006 et ralenti la gentrification, aurait pu constituer un moment de répit pour ces associations afin de mieux se coordonner et d’élaborer des stratégies réellement communes. Or, le mouvement semble s’être essoufflé plus encore.

6L’enjeu pour les associations de ces quartiers est d’autant plus crucial que, à mesure que la gentrification progresse, leur base est déplacée ou se dissout parmi les nouveaux arrivants. Cela rend, enfin, la coopération interraciale encore plus complexe.

7Mais au-delà de la question raciale, la question est aussi politique. Des stratégies et des positions politiques et idéologiques divergentes contribuent à l’éparpillement des actions. Les mobilisations sont souvent ponctuelles et se limitent à un projet ou à une revendication, tandis que la perspective d’un large mouvement citoyen autour d’un projet commun semble désormais inaccessible. Le mot d’ordre « Black Lives Matter » aurait pu permettre de raccrocher les efforts de résistance à la gentrification de Harlem à l’histoire plus longue des politiques de discrimination raciale et de subjugation des minorités pauvres et noires. Les leaders de ce mouvement se font l’écho, d’une certaine manière, du rêve différé de la liberté et de l’égalité.

8Mais les élus de Harlem, par impuissance, préoccupés par leur survie politique, ou parce que leurs intérêts de classe étaient en jeu, ont accompagné la gentrification du quartier. Il aurait été de leur responsabilité de mieux protéger les habitants de la « capitale noire » contre les logiques néolibérales qui estompent progressivement la singularité de ce quartier.

9La gentrification de Harlem est le produit d’une intervention publique massive et très volontariste qui a transformé le quartier par étapes pendant plus de trente ans, au travers de politiques cohérentes dans les domaines du logement, du commerce, de la sécurité publique et de la culture. Les gentrifieurs furent d’abord africains-américains, puis blancs, même si le quartier continue d’attirer les classes supérieures noires. Du fait de son histoire, la gentrification de Harlem s’est largement appuyée sur le patrimoine culturel et historique, qu’elle exploite en contradiction manifeste avec les revendications politiques qui y sont nées. La capitale noire s’est couverte d’un vernis artificiel, l’histoire noire est instrumentalisée et réduite à un élément de décor dans ce quartier de plus en plus luxueux.

10Par ailleurs, la dimension intrinsèquement conflictuelle des politiques de gentrification est une épreuve démocratique. En effet, les débats publics qui émergent au sujet de projets comme l’expansion de l’université Columbia ou de la requalification de la 125e Rue mettent en évidence des dissensions profondes quant aux représentations du territoire de la ville, de sa pratique et de sa gouvernance. Les réunions publiques, la presse et les différents médias se font les relais d’une opposition importante à la gentrification. Pourtant, malgré les mobilisations conséquentes, ces opinions ne sont pas prises en compte par les pouvoirs publics qui, au mieux, tentent d’édulcorer leurs discours – mais pas leur action. En réalité, la voix de ces citoyens ne compte pas. Ils ne bénéficient pas tous du même droit à la ville. Les consultations publiques sont proches du simulacre de démocratie. Bien souvent, les acteurs privés et financiers murmurent directement à l’oreille des élus et de leurs représentants, comme dans le cas de l’université Columbia. En outre, une partie de la population soutient ouvertement la gentrification tandis qu’une autre reste silencieuse. Et les transformations continuent. Une partie des victimes de la gentrification est dispersée1. D’autres apprécient les changements en cours et ne ressentent pas le besoin de se mobiliser.

11Finalement, l’observation de l’évolution de Harlem nous conduit à nous interroger sur les bénéfices de ces politiques. La gentrification est-elle mauvaise ? Comment atténuer ses impacts négatifs et distribuer plus justement ses bénéfices ? Les réponses proposées par les élus – notamment en encourageant la construction de logements sociaux et en légiférant sur les obligations des propriétaires en termes de maintenance, de sécurité et de pratiques – ne sont ni suffisantes, ni efficaces, ni appliquées. La question de la légitimité à vivre sur un territoire et celle d’en contrôler les orientations sont au cœur des débats qui entourent la gentrification. Les critiques du processus de consultation publique Ulurp mis en place par la municipalité de New York montrent que les rapports de force dépassent en fait l’échelle des citoyens et questionnent la faisabilité de la démocratie participative dans une société commandée par les impératifs économiques de rentabilité des entreprises, des promoteurs, des banques et des investisseurs. L’accession à la tête de la ville de Michael Bloomberg a renforcé le pouvoir de ces derniers puisqu’il adhérait à leurs logiques et partageait leurs intérêts.

12Ainsi, il semble que des transformations profondes des systèmes politique et économique tels qu’ils organisent nos sociétés urbaines sont indispensables afin de protéger les droits au logement de tous les citoyens et de mettre en œuvre le droit à la ville. En somme, les politiques de gentrification telles qu’elles sont menées posent un problème de démocratie. La recherche peut certes contribuer à relever ce défi mais c’est avant tout sur le terrain militant et politique que cela se jouera. Les acteurs politiques doivent se libérer des contingences électorales et financières qui leur sont propres et le mouvement social doit devenir plus efficace pour atténuer les impacts négatifs de la gentrification.

13Le droit à la ville – concept formulé nous l’avons vu par Henri Lefebvre en 1968 – ne propose pas seulement un outil d’analyse, il offre aussi des possibilités dans le champ de l’action. Le mouvement social l’a d’ailleurs bien compris et a ainsi rédigé une Charte mondiale du droit à la ville lors du Forum social mondial de Porto Alegre en 20052. Aux États-Unis, le réseau national Right to the City Alliance s’est donc appuyé sur des associations combattant la gentrification de leurs quartiers, même s’il a une vocation plus large de lutte pour les droits des minorités et pour la justice au sens large. D’ailleurs, des convergences entre les luttes contre la gentrification et les revendications d’égalité portées par Black Lives Matter s’y construisent.

14En outre, à la lumière de la crise économique internationale née de la crise des subprimes aux États-Unis en 2007, la viabilité même de ces stratégies est remise en question tant elles reposent sur des mécanismes spéculatifs, de croissance et de rentabilité financière de l’industrie de l’immobilier.

15Dès 2006, certains observateurs s’inquiétaient de la possible explosion de la bulle spéculative dans le secteur de l’immobilier. Les prix ont continué d’augmenter de manière importante jusqu’à ce que cette bulle se fragmente, entraînant la crise dite des subprimes. Ces crédits immobiliers à taux variables étaient très attractifs les premiers mois de leur souscription et permettaient à des ménages ne pouvant pas accéder à des crédits traditionnels de poursuivre le rêve américain : devenir propriétaire. Les populations les plus concernées par ces crédits sont les pauvres, dont une part disproportionnée parmi les minorités noires et hispaniques. Tant que les valeurs immobilières augmentaient régulièrement, ces ménages et leurs banques ne prenaient pas trop de risques puisque en cas de difficultés, ils pouvaient revendre la propriété et en tirer une plus-value pour couvrir les dettes et, éventuellement, faire un petit profit. Quand la bulle spéculative a commencé à exploser, les valeurs immobilières ont chuté au point que les ménages ne pouvaient plus revendre leur maison, ils étaient surendettés et la multiplication du nombre de cas a mis les banques dans l’impossibilité de couvrir les dettes de tous leurs créanciers. Des banques ont fait faillite à leur tour conduisant à de nombreux licenciements, à des baisses de revenus et à la suppression de bonus. En affectant l’emploi et la consommation, la crise s’est généralisée. La crise a continué de toucher durement le secteur immobilier pour plusieurs raisons. D’une part, le nombre d’acheteurs potentiels a diminué brutalement : soit les gens n’avaient plus la possibilité d’acheter (du fait d’une perte d’emploi ou d’une crainte sur l’avenir, par exemple, ou de la perte d’un capital placé en bourse…), soit les gens n’avaient plus la possibilité d’emprunter, les banques, elles-mêmes en difficulté, avaient considérablement durci leurs conditions pour obtenir des crédits immobiliers. De plus, si les banques ne prêtaient déjà plus aux petits acheteurs, elles ont cessé de prêter également aux gros acheteurs et nombre de promoteurs et entrepreneurs n’ont pas obtenu les financements nécessaires au développement de leurs projets immobiliers. Dans certains quartiers, la valeur des maisons ayant tellement diminué, il était devenu plus « rentable » pour les propriétaires de les abandonner (strategic walk away) plutôt que de continuer de payer l’emprunt. C’est dans ce contexte que la gentrification de nombreux quartiers a ralenti, voire s’est interrompue, préparant la voie à une vague de réinvestissement. À Harlem, comme dans d’autres quartiers de New York, on a pu observer différents cas de figure. Certains projets de grande envergure qui n’avaient pas encore vu le jour n’ont jamais abouti faute de financements. Des projets dont la construction avait débuté se sont parfois interrompus brutalement et des chantiers sont restés en suspens, parfois plusieurs années. Certains projets aboutis ont quant à eux rencontré des difficultés pour trouver preneur. Ainsi, plusieurs immeubles d’appartements de luxe, avec un éventail de services allant du voiturier au concierge en passant par la salle de gym et la piscine, ont été convertis en appartements locatifs dans l’attente de trouver des acheteurs. Du côté des acheteurs potentiels, les conditions d’obtention d’emprunts se sont considérablement durcies à ce moment-là. Dans d’autres cas, les promoteurs ou les petits propriétaires qui avaient acheté et rénové des brownstones ou des appartements en espérant faire un profit ont été contraints de revoir leurs exigences à la baisse ou de retirer leurs propriétés de la vente en attendant la reprise.

16La crise a aussi conduit, dans un premier temps, à une vague spéculative en provenance d’Europe. Quand le dollar a chuté et que la crise ne touchait pas encore véritablement l’Europe, de nombreux Européens ont investi dans l’immobilier à New York, soutenus par un euro fort – du reste, ce phénomène a pu s’observer dans toutes les mégapoles. Cela a permis au marché immobilier new-yorkais de souffrir de la crise dans une moindre mesure que d’autres villes américaines. Les acheteurs allemands, anglais ou français ont été nombreux à venir s’installer à Harlem à la faveur de cet euro fort. Un avantage qui a depuis disparu.

17La crise n’aura finalement pas empêché la gentrification de Harlem. L’arrivée de nouveaux acteurs comme Airbnb a même aggravé la situation. Profitant d’un plus grand nombre d’appartements disponibles, et d’une plus forte demande d’une clientèle internationale pour le tourisme et les affaires, le nombre d’annonces a explosé sur la plateforme d’hébergement. Cela a contribué à une inflation rapide du marché immobilier. New York, comme d’autres villes, tente désormais de reprendre la main face aux sociétés privées comme Airbnb et essaye de récupérer les revenus et les taxes qui leur échappent.

18Chaque crise semble produire un souffle favorable à la gentrification. Une nouvelle accélération, et peut-être la phase finale de gentrification, est à prévoir avec la crise économique engendrée par la pandémie de Covid-19. En août 2023, The Real Deal, média spécialisé sur le marché immobilier, titrait « Les loyers sont peut-être finalement beaucoup trop chers3 », constatant que certains locataires ne pouvaient plus supporter les loyers astronomiques demandés. Battant son record pour la quatrième fois en cinq mois, le loyer médian avait atteint 4 400 dollars pour un appartement à Manhattan, entraînant une baisse de la demande. Côté marché commercial, dès juillet 2020, l’agence de presse Reuters alertait sur le nombre de petits commerces en danger4. Bien que les Noirs représentent 22 % de la population à New York, ils ne constituent que 2 % des propriétaires de commerce. Cette disparité est aussi vraie pour Harlem. Et ils sont les plus vulnérables, notamment du fait de la persistance des discriminations institutionnelles. Ainsi, les banques étaient la principale source de crédit pour seulement 6 % de commerçants noirs contre 23 % pour l’ensemble des commerçants, selon une enquête de l’Association for Enterprise Opportunity5. La crise économique et les longs mois de fermeture pendant la pandémie menacent de faillite au moins un tiers de ces petits commerces. « Harlem se bat pour sauver ses derniers commerces détenus par des Noirs », titrait CNN en septembre 20206. Les grandes chaînes et investisseurs plus solides pourront ensuite profiter de l’aubaine pour racheter ces petits commerces. D’ailleurs, Nikoa Evans, la directrice du groupe de développement économique Harlem Park to Park, rapporte à CNN que « de nombreuses grandes chaînes commencent à contacter les propriétaires pour leur demander de leur dire “si les temps s’assombrissent” ». Sans suprise, la reprise économique et commerciale a contribué au déplacement des petits commerces locaux et a accéléré leur remplacement par des chaînes, des cafés chics et des services plus luxueux. La chaîne Marriott ouvrira bientôt un hôtel sur le thème de la Renaissance7, dans un contexte de forte reprise du tourisme. Le nombre de visiteurs à Harlem en 2023 dépassait ainsi de 15 % le niveau pré-pandémie selon le Wall Street Journal8.

19En attendant, les temps sont difficiles pour les pauvres et les minorités. Les pouvoirs publics se montrent défaillants dans l’offre d’une véritable solution pour protéger les habitants les plus précaires et atténuer les impacts de la crise et de la gentrification combinés. Les mouvements de résistance souffrent eux aussi et connaissent des difficultés pour lutter efficacement contre ce processus de gentrification.

20De fait, les Noirs auront des difficultés à conserver Harlem. Seuls ceux qui sont riches pourront continuer à y vivre. Visionnaire, James Weldon Johnson concluait en 1925 :

Il est peu probable que les Noirs conservent Harlem indéfiniment, mais quand ils en seront repoussés, ce sera pour des raisons bien différentes de celles qui les ont déplacés d’autres quartiers de New York. Quand les Noirs quitteront Harlem, leurs maisons, leurs églises, leurs investissements et leurs affaires, ce sera parce que ce quartier a acquis tellement de valeur qu’ils ne pourront plus se l’offrir » (Johnson 1925).

Notes de bas de page

1 En l’absence de données directes, il reste difficile encore de chiffrer et de territorialiser ces déplacements.

2 Habitat International Coalition, World Charter for the Right to the City <https://www.hic-net.org/document/world-charter-for-the-right-to-the-city/> [lien valide en juillet 2023].

3 Voir  <https://therealdeal.com/new-york/2023/08/10/as-july-rents-notch-record-tenants-pullback-on-signings/> [lien valide en août 2023].

4 Voir <https://www.reuters.com/article/us-health-coronavirus-black-business-idUSKCN24F1QV> [lien valide en juillet 2023].

5 Ibid.

6 Voir <https://edition.cnn.com/2020/09/01/business/harlem-black-businesses/index.html> [lien valide en juillet 2023].

7 Voir : <https://www.wsj.com/articles/harlem-pummeled-by-the-pandemic-experiences-a-tourism-revival-f58ca260> [lien valide en juillet 2023].

8 Ibid.

Précédent Suivant

Le texte seul est utilisable sous licence Licence OpenEdition Books. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.