Vous l’avez sans doute déjà repéré : sur la plateforme OpenEdition Books, une nouvelle interface vient d’être mise en ligne.
En cas d’anomalies au cours de votre navigation, vous pouvez nous les signaler par mail à l’adresse feedback[at]openedition[point]org.

Précédent Suivant

« L’ouragan Columbia » ou la politique expansionniste de l’université

p. 217-258


Texte intégral

1Le 22 mars 2012, peu avant 8 heures du matin, un immeuble de la 131e Rue en cours de démolition s’effondrait, tuant un ouvrier de soixante-neuf ans et en blessant gravement deux autres. Aucune enquête n’a véritablement déterminé les raisons exactes de cet effondrement, ni les responsabilités, mais ce drame raviva un peu plus les tensions entre la célèbre université Columbia et ses voisins, les habitants de West Harlem. En effet, les travaux en question faisaient partie du projet d’expansion de l’université dans West Harlem, projet qui, dès 2003, donna lieu à une intense mobilisation et, au travers d’alliances et de conflits, mit en lumière un enchevêtrement d’enjeux et de rivalités complexes.

Columbia, une université d’élites

2L’université Columbia est à la fois une des institutions à but non lucratif et l’un des propriétaires immobiliers les plus grands à New York – après l’église catholique et la ville elle-même (Marcuse & Potter 2005). En tant qu’institution privée d’enseignement, elle cherche à remplir son rôle de formation haut de gamme pour les futures élites et à rester compétitive en attirant les meilleurs étudiants mais aussi les meilleurs professeurs et chercheurs. Son rôle et sa mission d’enseignement et de formation des élites se trouvent au cœur de sa rhétorique justifiant son besoin d’expansion. En tant que promoteur, l’université cherche à faire des profits en rentabilisant son portefeuille immobilier (partiellement pour les besoins des activités pédagogiques). À toutes ces fins, elle investit des millions de dollars.

3West Harlem abrite donc l’une des plus prestigieuses institutions universitaires des États-Unis. La présence de l’université est peut-être un atout pour la ville en termes d’image, d’attractivité et de dynamisme, mais le quartier noir n’a jamais réellement bénéficié de ces avantages et elle fut la source de plusieurs conflits au cours des dernières décennies. En particulier, l’annonce de son projet d’expansion dans la zone de Manhattanville (West Harlem), en 2003, conduisit à une accélération de la gentrification dans cette zone et provoqua une mobilisation citoyenne importante. Le paroxysme de cette mobilisation fut atteint en novembre 2007 quand sept étudiants et un professeur de Columbia entamèrent une grève de la faim de dix jours sur le campus pour protester contre la politique de l’établissement, y compris contre son projet d’expansion. Les responsables des associations locales opposées au projet durent demander aux grévistes d’interrompre leur grève de la faim quand il devint clair que les négociations n’aboutiraient pas sur le sujet de l’expansion – bien que d’autres revendications fussent satisfaites.

4Dans l’espoir de préserver son statut de ville mondiale et d’assurer sa compétitivité face à l’émergence de métropoles concurrentes, New York consacre des sommes importantes à l’éducation supérieure (privée et publique), à la recherche et aux nouvelles technologies. Cecilia Kushner, directrice des opérations spéciales du département d’urbanisme de New York, ne laisse aucun doute sur la stratégie adoptée par l’administration Bloomberg :

Columbia fait partie de l’Ivy League. Il n’y en a que sept dans le pays et une seule à New York. Ce qui est important pour l’université est important pour la ville. Et en effet, c’est l’économie du futur, l’économie de l’innovation, l’économie de la ville créative. C’est fini la ville industrielle2 !

5Placée au sixième rang des universités privées américaines en termes de nombre d’inscrits, elle recrute les meilleurs étudiants américains et étrangers, et nourrit un vivier d’individus influents et connectés aux élites mondiales. Parmi les 26 399 étudiants inscrits en 20093, près d’un quart étaient étrangers non résidents aux États-Unis. Une majorité grandissante de ces effectifs venait d’Asie et notamment de Chine4. Le coût considérable de l’inscription dans cette institution, 41 316 dollars par an pour les frais d’inscription et environ 10 000 dollars pour le logement, opère une sélection redoutable à l’entrée. Seuls les étudiants des familles riches ou suffisamment brillants pour décrocher des bourses peuvent donc bénéficier des services élitistes de l’université Columbia.

6Mais l’université souffre de l’étroitesse de son campus. Contrairement aux autres grandes universités américaines, Columbia ne se trouve pas en périphérie de la ville, sur un immense campus parsemé d’espaces verts. Bien que Columbia revendique comme un atout d’accueillir les étudiants dans un campus urbain intégré à la ville et au monde, cette localisation insulaire dans un tissu urbain dense constitue aussi une contrainte géographique. L’université a donc élaboré un plan d’expansion dans le nord du quartier, dans une zone appelée Manhattanville, en profitant de la faible densité de ce territoire et de son caractère industriel. Mais la levée de boucliers ne s’est pas fait attendre. Des comités de résidents se sont formés pour protester contre le projet et défendre un plan alternatif qu’ils avaient élaboré de longues années avant l’annonce de l’expansion. Leur plan de développement local, le plan 197-a, élaboré avec le conseil de quartier devait garantir le maintien des habitants dans leur logement, un soutien aux petits commerces et entreprises locaux et une cohabitation avec l’université dont ils n’ignoraient pas les besoins de croissance.

Le projet d’expansion

7L’université Columbia, à travers son président Lee Bollinger, nouvellement nommé, présente donc en 2003 un plan d’expansion de son campus vers le nord, dans un quartier à caractère industriel très peu dense, Manhattanville. Ce juriste de formation, spécialiste du 1er amendement5, a tant incarné l’arrogance et l’obstination de l’université, la fermeture au dialogue et une attitude du « tout ou rien » que les opposants ont surnommé la zone d’expansion « Bollingerville ». Cependant, l’organe fort de l’université est aussi son conseil d’administration. Composé d’individus haut placés dans le monde des affaires, de la finance ou de l’immobilier, ainsi que d’avocats ou chefs d’entreprise, ses 24 membres entretiennent des liens étroits avec le pouvoir politique. C’est d’ailleurs ainsi que le vice-président en a appelé à la ville pour les aider à dépasser les contestations de la communauté. Parmi ses membres émérites, on peut trouver les directeurs de Rolls-Royce, Merril Lynch, Dow Jones, Tishman Speyer, J. P. Morgan Chase, etc. Surtout, dès 2003, Bollinger avait acquis le soutien indéfectible de l’administration Bloomberg.

8Le plan prévoyait la construction de plusieurs millions de mètres carrés d’espaces éducatifs sur vingt-cinq ans, la construction de locaux et d’un centre de recherche artistique, le développement d’un espace urbain cohérent afin de promouvoir les interactions entre les étudiants, les professeurs et les chercheurs, et la création d’un campus ouvert permettant d’accueillir des personnes non membres de l’institution. Le projet était estimé à sept milliards de dollars. La localisation de ce projet à Harlem (dans le prolongement du campus actuel) était destinée à renforcer une atmosphère de campus, ce qui n’aurait pas été le cas – ou moins – si les bâtiments avaient été éparpillés dans d’autres quartiers. Quant au site médical et scientifique de l’université, il se trouvait encore plus au nord, vers la 168e Rue, dans le quartier de Washington Heights.

9La zone concernée par le plan ne couvrait qu’une dizaine de blocs entre la 125e et la 135e Rue, représentant environ 7 hectares, le nombre de résidents (encore présents au moment de l’annonce du plan) s’élevait à quelques centaines (environ 400), le nombre de commerces et entreprises affectés à 85 et le nombre d’emplois menacés à environ 5 000. Cependant, l’espace touché par le projet s’étendait au-delà du « district spécial » établi par Columbia et les conséquences collatérales allaient toucher l’ensemble de West Harlem. En outre, quelque 5 000 personnes étaient menacées de « déplacements indirects » (DeNault 2008), principalement par le biais de hausses de loyers d’appartements non protégés dans le périmètre immédiat de l’expansion.

10Pour le développement du quartier, le projet prévoyait la requalification d’un périmètre permettant de densifier et diversifier les usages, en particulier de développer des bâtiments résidentiels, commerciaux et académiques. Ceci s’accompagnait de plusieurs aménagements urbains spécifiques dont l’élargissement des trottoirs de certaines rues. D’autres projets résidentiels étaient aussi proposés. Dans le cas de projets de cette ampleur, comme nous l’avons vu pour la 125Rue, la loi de la ville de New York prévoit la consultation publique Ulurp – procédure qui cristallisa une grande partie des oppositions.

11Le projet de l’université (plan 197-c du nom de l’article de la Charte de New York y faisant référence) était d’envergure. Columbia détenait déjà de nombreux immeubles dans la zone, acquis au fil des années, parfois au moyen de pressions sur les locataires pour les faire quitter les lieux. En décembre 2007, l’université possédait plus de 70 % du quartier selon le magazine immobilier Crain’s (Michaud 2007) et prévoyait la construction de 18 tours de salles de classe, laboratoires de haute technologie, logements, bâtiments administratifs, etc.

12Mais certains résidents et entrepreneurs résistèrent et refusèrent de partir, contestant la légalité de l’action de Columbia. Soutenus par plusieurs associations, ils ne se laissèrent pas intimider par des méthodes relevant du harcèlement. Les étudiants de Columbia aussi étaient nombreux à soutenir les habitants et n’hésitèrent pas à s’organiser eux-mêmes en associations (Student Coalition on Expansion and Gentrification), à soutenir les actions des habitants et à exercer une veille minutieuse à travers le journal de l’université, le Columbia Spectator, dont la ligne éditoriale manifestait assez clairement un soutien aux habitants. Les autres associations locales de locataires, environnementales et de protection des droits s’étaient réunies au sein de la Coalition pour la préservation de la communauté (Coalition to Preserve Community, CPC). Elles tinrent des réunions publiques régulières (toujours traduites en espagnol dans le souci d’informer aussi la communauté hispanique) dans l’église St. Mary, accueillies par le révérend Earl Kooperkamp. Leur crainte principale, renforcée par l’approbation du projet (avec quelques modifications) par le conseil municipal en décembre 2007, était l’utilisation par la ville des lois d’eminent domain, lois qui permettent d’exproprier des personnes ou des commerces pour le bien public6. Or, ces associations contestaient le fait même que l’expansion d’une université privée relève de la définition de « bien public » alors que, de son côté, l’université arguait au contraire que ses activités de recherche sur la maladie d’Alzheimer, par exemple, entraient parfaitement dans leur conception de bien public avec des retombées sur l’ensemble de la population. Ces associations avaient le sentiment de mener un combat similaire à celui de David contre Goliath. Avec humour, Kooperkamp résumait le gigantisme du déséquilibre du rapport de force :

Nous n’avons aucune ressource. Si toutes les composantes du CPC réunissaient tout l’argent qu’elles possèdent, nous arriverions peut-être à réunir... quoi... 5 000 $ ! Columbia présente un projet de 7 milliards de dollars ! Nous n’avons même pas un caillou dans ce combat de David contre Goliath7.

13Et Tom DeMott, porte-parole de la CPC, d’enchaîner : « Nous n’avons peut-être pas les milliards de l’université Columbia mais nous avons les gens, le nombre et l’unité. »

14La mobilisation sans relâche entre 2003 et 2007 des associations de résidents n’est pas venue à bout du projet. L’université a réussi, grâce à ses ressources financières et ses connexions politiques à s’assurer le soutien de la municipalité, en promettant d’investir dans la communauté pour contrebalancer. Ainsi, le processus de négociation d’un accord de bénéfices mutuels (Communiti Benefits Agreements, CBA) a constitué une étape cruciale dans l’acceptation du projet par le conseil municipal. Des emplois devaient être réservés aux habitants, un supermarché devait être construit, des bourses devaient être allouées à quelques étudiants venant de Harlem, quelques appartements devaient être réservés pour des familles aux ressources limitées, etc., mais l’emplacement des nouveaux immeubles ne changerait pas et la dynamique d’augmentation des loyers ne serait pas inversée, ce qui continuerait de déplacer les derniers habitants aux ressources insuffisantes, y compris dans les quartiers alentour. La couverture médiatique importante dont ce conflit fit l’objet illustre les tensions engendrées par la gentrification dans les quartiers et montre bien que les enjeux ne sont pas seulement locaux.

15Ce chapitre met en évidence les enjeux autour de l’expansion de l’université et expose les rivalités qui ont conduit à cette situation conflictuelle. Après avoir présenté la nature de la contestation au projet proposé par Columbia, nous analyserons les motifs de ces tensions et montrerons que c’est un contexte de gentrification galopante et une histoire compliquée dans les relations entre l’université et le quartier qui ont contribué à verrouiller la situation.

Désaccords autour de l’expansion

16Les conséquences et les impacts de l’expansion constituaient la source principale de tension entre partisans et opposants, tandis que le fond, à savoir le besoin de l’université de développer ses infrastructures, était peu remis en question. Depuis le début des années 1990, le Community Board 9 (CB 9), le conseil de quartier pour l’ensemble de West Harlem, avait travaillé à l’élaboration du fameux plan de développement appelé plan 197-a. Il avait été adopté à l’unanimité par le CB 9 en octobre 2004, bien avant que Columbia n’annonce publiquement ses projets – même si, officieusement, Columbia avait sollicité la municipalité dès 2003. Il avait été soumis une première fois au département de City Planning en 1998 mais ce dernier avait recommandé des modifications. Le CB 9 avait donc repris son projet en étroite collaboration avec l’institut de développement local Pratt Center. Entretemps, en 2002, le Conseil de développement économique de New York (EDC) avait collaboré avec le CB 9 et l’association WE ACT (West Harlem Environmental Action) pour mettre en place un schéma directeur pour West Harlem, adopté en 2003 par le CB 9 qui en soutenait de nombreux aspects, notamment la revitalisation du front d’eau. Cependant, ni le schéma directeur de West Harlem ni le plan 197-a du CB 9 n’avaient valeur de loi, il s’agissait plutôt de cadrages pour guider les développements d’une façon cohérente avec les réalités et les désirs du quartier. Parallèlement, Columbia engagea les agences Renzo Piano Building Workshop (RPBW) et Skidmore, Owings & Merrill pour concevoir son projet d’expansion8. Le climat hostile entre l’université et « la communauté » prit donc également racine dans le fait que la communauté, qui avait fourni de gros efforts, considérait que Columbia aurait pu prendre en compte son plan pour élaborer les siens – tout comme le CB 9 avait inclus dans son plan les recommandations du DCP et de l’EDC.

17De même, le choix de la ville de retenir le plan de la communauté pour l’examiner en même temps que celui de Columbia – malgré les contradictions qu’ils contenaient – n’avait pas été compris par les habitants. Officiellement, la commission du département de City Planning a souhaité faire entrer les deux projets dans la procédure Ulurp au même moment dans un souci d’équité comme l’explique Jennifer Torres, porte-parole de City Planning : « Les deux plans seront examinés ensemble pour leur assurer une attention équivalente » (cf. Phillips 2007).

18En réalité, les raisons étaient politiques, bien que Cecilia Kushner, directrice des opérations spéciales du DCP, les fit passer pour pragmatiques :

Nous étions coincés ! De toute façon, les 197-a n’ont pas force de loi, et tout le monde le sait. Ça n’avait pas de sens d’avoir le 197-a passer tout le processus [Ulurp] et ensuite recommencer avec celui de Columbia et passer les mêmes étapes tout en approuvant le contraire9.

19Mais, dans son autobiographie parue en 2017, Daniel Doctoroff, alors adjoint au développement de Michael Bloomberg, revient sur l’intervention de la ville en faveur du développement économique et explique comment les connexions personnelles entre les dirigeants de l’université et ceux de la ville ont scellé l’expansion :

La mère de toutes les expansions est apparue sur nos radars lorsque le président de Columbia Lee Bollinger rendit une visite à la mairie depuis son campus de Morningside Heights un matin de mai 2003. Il était avec Robert Kasdin, un ami de longue date, qui supervisait tout ce qui se passait à Columbia en dehors des départements académiques. Kasdin m’avait averti que Bollinger voulait nous présenter, juste au maire et moi, une « grande idée ». Nous attendions cette rencontre avec impatience. […] Vers la fin du rendez-vous, Bollinger s’est tourné vers nous et nous a demandé de but en blanc si nous le soutiendrions. Sans hésiter une seule seconde, Bloomberg […] répondit « absolument » (Doctoroff 2017 : 128-129).

20Cet aveu confondant divulgué bien après la fin du conflit qui vit la victoire de Columbia atteste que toutes les craintes des habitants et des associations étaient fondées, quand bien même les discours officiels maintenaient qu’il s’agissait de paranoïa et que le seul intérêt de la ville était celui d’un traitement juste et démocratique. Et le moins que l’on puisse dire est que les habitants ont fait barrage autant qu’il était possible. Doctoroff dut l’admettre : « Faire approuver nos plans n’a jamais été facile. […] celui-ci fut le plus difficile » (ibid. : 129).

21La principale crainte du Community Board 9 (CB 9) concernait le caractère culturel et l’équilibre du quartier. En effet, si tous les acteurs s’accordaient sur le fait que West Harlem souffrait de sous-développement économique et pouvait être mieux développé, le CB 9 résistait à la surreprésentation de l’institution dans l’environnement urbain et, donc, à une trop grande privatisation de l’espace public. Columbia insistait sur le fait que le redéveloppement du quartier attirerait de nouveaux services et redynamiserait l’activité dans les rues, et l’université s’était par ailleurs engagée à ne pas installer de grilles autour des bâtiments et du campus pour ne pas en fermer l’accès depuis les rues. La 116e Rue, entre Broadway et Amsterdam Avenue, traverse actuellement le campus principal. Bien que la rue soit toujours un espace public, les grilles (toujours ouvertes) et les agents de sécurité postés à l’entrée donnent le sentiment d’un espace clos, privatisé. De plus, seuls les piétons peuvent pénétrer sur le campus interdit aux voitures (sauf véhicules d’urgences : pompiers, ambulances, police). On peut donc comprendre que la perspective que Columbia étende son campus sur dix blocs supplémentaires au nord créa des inquiétudes. L’architecture du nouveau campus, érigeant des immeubles à grandes surfaces vitrées, s’inscrivait de surcroît en rupture totale avec l’identité industrielle du quartier. Les architectes disaient créer de la transparence, aux sens propre et figuré, mais les habitants ne s’y sentaient pas naturellement inclus et bienvenus.

22De plus, le fait que l’université présentait son projet comme salutaire pour le quartier et d’utilité publique puisqu’il visait à revitaliser – ou plutôt gentrifier – un quartier dégradé n’était pas très bien reçu par la population. L’université, souffrant d’un déficit de confiance auprès de la communauté depuis de longues décennies, rata ainsi sa réconciliation. Edwin Marshall en ce sens affirmait :

En plus de la relation historiquement mauvaise entre Columbia et le quartier, Bollinger était vraiment arrogant et condescendant quand il est arrivé. Et les mauvais jours refont toujours surface. [...] De plus, Columbia n’a jamais vraiment mis en évidence les bénéfices que la communauté allait tirer de leur expansion alors qu’ils parlaient toujours de leur positionnement interne, de leur compétitivité, etc. Le travail de proximité aurait pu être mieux conduit10.

23Outre le fait que le dédain de l’université est historiquement un point de conflit avec les habitants de Harlem – point sur lequel nous reviendrons dans ce chapitre –, des habitants ne manquaient pas de noter que Columbia était propriétaire de la majeure partie des immeubles de ce quartier depuis plusieurs années. En 2000, dans la zone concernée par l’expansion, l’université ne possédait que deux immeubles, contre 61 en 2009 (le conflit se focalisant sur la préemption des six immeubles restants) (Bagli 2009b11). La stratégie d’acquisitions immobilières de l’université dans West Harlem s’est intensifiée dans les années 1980 mais est, en réalité, plus ancienne et remonte aux années 1940. Et ce serait donc sciemment que l’université, en prévision de son redéveloppement, aurait laissé le quartier se dégrader quand, tout au moins, il lui aurait été possible de faire vivre cet endroit, en remplaçant les locataires au fur et à mesure, par exemple. Au lieu de cela, les immeubles ont été rachetés systématiquement à mesure qu’ils se libéraient (ou que sous la pression de Columbia les propriétaires acceptaient de vendre) mais ils ont été laissés vacants la plupart du temps, laissant ainsi une occasion à l’État de constater le caractère dégradé du quartier. Cependant, ces arguments ne tenaient pas si l’on en croit une seconde étude, menée par des experts indépendants et non affiliés à l’université, qui affirme que 54 des 67 immeubles ou parcelles étaient en assez bonne à très bonne condition12.

24Les déplacements des commerces et des entreprises ainsi que des habitants restants constituaient un autre point majeur de désaccord. En effet, certaines personnes avaient décidé de résister et refusèrent de vendre leurs propriétés à l’université. Certains témoignages relayés par les journaux ou entendus dans les réunions publiques évoquaient d’ailleurs des méthodes d’intimidation et de pression peu éthiques. Dans tous les cas, Columbia promettait à tous des solutions de relogement dans le quartier, dans des appartements de taille équivalente et à des prix adaptés. Mais que ce soit par attachement réel au quartier, par position de principe, par crainte de perdre leur clientèle, par sentiment d’injustice ou encore par conscience que le problème allait bien au-delà de ces quelques personnes ou hectares, mais concernait tout le quartier alentour, certains refusèrent de partir. Et cela fit naître une tension bien plus grande : le spectre de l’expropriation par décision de l’État de New York. Nick Sprayregen, propriétaire de cinq entrepôts dans la zone d’expansion et qui a refusé de vendre, s’insurgeait :

Ils essaient de faire disparaître par la force tous les derniers commerces, entreprises et propriétaires immobiliers. C’est ridicule. S’ils n’obtiennent que 90 % de l’espace, ils ne construiront pas le campus (cf. Bagli 2007)?

25Ce dernier était membre d’un groupe d’entrepreneurs de West Harlem dont le but principal était d’empêcher leur expropriation. Sur les 6 membres, deux d’entre eux avaient soumis des plans concurrents. Anne Whitman, propriétaire d’une entreprise de stockage, avait même proposé d’offrir des locaux pour les associations artistiques et culturelles à des tarifs abordables. Fermement opposée au projet car son immeuble allait être démoli, elle a finalement négocié pendant deux ans et obtenu de Columbia la construction d’un nouvel immeuble à Washington Heights et le transfert de son ancienne façade. Finalement, Nick Sprayregen, Gurnam Singh et Parminder Kaur sont les seuls propriétaires à avoir intenté une action en justice, avec l’aide de l’avocat Norman Siegel.

26Si l’État de New York permet d’exproprier et de racheter pour un prix raisonnable des propriétés si leur usage sert le bien public, publiquement, Lee Bollinger se défendait d’envisager y avoir recours. En fait, le projet de Columbia stipulait qu’ils ne demanderaient pas à l’État de recourir à cette loi sur les sept immeubles résidentiels encore habités. En revanche, ils demandaient que ce droit puisse être exécuté pour les propriétés commerciales et les entrepôts qui gênaient leurs plans13. Mais, dans le contexte de l’expansion de l’université, les opposants au projet questionnèrent cette notion de « bien public ». Après tout, Columbia est une institution privée réservée à une élite restreinte et ses activités ne sont pas accessibles à une large partie de la population. Bill Perkins, sénateur démocrate de l’État et ancien conseiller municipal de Central Harlem relativisait l’impératif éducatif et se demandait « pourquoi l’idée de saisir les terrains de Columbia pour un usage public, comme des logements publics, [était] risible alors que l’inverse [était] perçu comme tout à fait juste » (Perkins 2007) ?

27Lee Bollinger justifiait, dans un entretien au New York Observer, que des activités de recherche sur la maladie d’Alzheimer et les intérêts économiques en découlant, par exemple, entraient tout à fait dans sa conception de bien public, et que, selon lui, « il serait irresponsable de retirer eminent domain de la table des négociations ». Le recours à ces mesures d’expropriation n’allait être que marginal puisque l’université était déjà détentrice de la quasi-totalité du quartier, néanmoins, il était très symbolique. Symbolique, parce qu’il renforçait la perception d’un combat inégal entre une institution richissime et très puissante, élitiste, et quelques habitants de ce quartier industriel en déclin qui n’avaient pas autant de connexions politiques que l’université. En réalité, les coalitions étaient plus complexes. Nick Sprayregen, par exemple, pourtant opposé au projet, était un entrepreneur et propriétaire immobilier millionnaire qui n’avait pas spécialement une excellente réputation (en termes de respect du droit de travail pour ses employés, par exemple). Du point de vue d’une logique du marché, le maintien de ces activités industrielles était peu rentable alors qu’elles occupaient beaucoup d’espace dans un territoire – Manhattan – hautement valorisé. C’était une sorte d’anomalie. Et de toute façon, les autorités ne souhaitaient plus un retour d’activités industrielles.

28Malgré une vive opposition, les élus du conseil municipal ont systématiquement voté en faveur de projets nécessitant le recours à l’expropriation. Melissa Mark-Viverito, conseillère municipale d’East Harlem, expliquait :

Je préférerais un niveau de discussion avec le propriétaire qui aboutisse à un consensus mais je ne vais pas être hypocrite, j’ai voté pour des requalifications qui exigeaient des expropriations14.

29Mais le recours à eminent domain n’est pas du ressort de la ville, ni du maire, ni de la commission de planification urbaine, ni du conseil municipal. C’est la compétence de l’État de New York d’acquérir de force (c’est-à-dire d’exproprier) les quelques terrains ou immeubles restants. Les habitants n’ont donc finalement aucune prise sur les décisions. Ceci est d’autant plus problématique que le fonctionnement de ce processus est obscur et qu’il est difficile d’identifier les acteurs à cibler pour les habitants qui voudraient intervenir. Comme l’écrit Michael White pour le Sun :

À New York, le droit de condamnation peut être exercé par d’obscures agences dont la responsabilité n’est pas transparente. Trop peu de citoyens comprennent la responsabilité du gouverneur […] La plupart ne savent que peu de chose sur la Société de développement urbain [Urban Development Corporation] faisant affaire avec l’ESDC (Empire State Development Corporation) qui opère souvent par la création de filiales encore moins connues (White 2007).

30Il pointe en outre le problème démocratique que cela pose :

La plupart ne savent pas qu’un propriétaire privé peut convoiter la propriété d’un autre en dehors de l’examen du public, commencer le processus de condamnation en signant un chèque à l’agence gouvernementale – pour financer les coûts, salaires des fonctionnaires inclus – pour que cette agence puisse commencer à réunir toute la documentation nécessaire à la condamnation (ibid.).

31C’est d’ailleurs ce qu’a fait Columbia en 2004, trois ans avant le début des auditions publiques, en payant chaque année plus de 300 000 dollars à l’ESDC (l’agence de développement économique de l’État de New York) pour couvrir les frais d’une étude visant à déclarer le quartier délabré afin d’autoriser l’usage d’eminent domain (Williams 2006)15.

32L’université a longtemps nié qu’elle souhaitait l’expropriation des derniers propriétaires. Il a fallu un recours en justice pour que le West Harlem Business Group obtienne les documents prouvant qu’un accord avait été passé entre Columbia et l’ESDC dès avril 200416.

33Les risques d’expropriation pour les entrepreneurs locaux se concrétisèrent lorsque l’ESDC déclara la zone délabrée. La communauté a pourtant continué de s’organiser et de tenter de stopper le processus. Ainsi, en février 2009, l’organisation étudiante sur l’expansion et la gentrification, la SCEG (Student Coalition on Expansion and Gentrification), a envoyé une pétition aux responsables de Columbia pour leur demander de ne pas expulser Ramon Diaz, propriétaire du restaurant de tapas La Floridita, localisé dans un immeuble détenu par Columbia. Mais la réponse ne fut que de la langue de bois : Victoria Benitez, porte-parole de l’université, déclarait ainsi qu’« il [était] prématuré de parler de déménagement mais quand le moment sera[it] venu et si Diaz rest[ait] un locataire en règle, ils entamer[aient] des discussions sur le lieu où le restaurant pourrait aller17 ».

34L’attitude ambiguë de Columbia vis-à-vis de la communauté locale fut donc source de frustration. Les discours prônant le dialogue étaient en complet décalage avec les stratégies déployées par l’université pour imposer l’adoption de son plan avec le minimum de concessions. En outre, les moyens à disposition des différentes parties prenantes étaient pour le moins disproportionnés. Que représentent en effet 90 signatures pour un restaurant local au regard des centaines de milliers de dollars déboursés pour que l’État intervienne et exproprie le restaurateur ? Face aux armées d’avocats de l’université Columbia, le patron d’une teinturerie raconte les difficultés rencontrées et les sacrifices nécessaires pour protéger son entreprise sur le terrain juridique :

Il n’y a pas tellement d’avocats spécialisés dans les questions d’eminent domain, c’est la première chose. Et quand ils le sont, ils ne veulent pas défier la ville ou l’État, ils veulent juste trouver un arrangement. Un autre patron et moi-même avons décidé de nous battre. On pensait dépenser 10 000 dollars mais on en a déjà dépensé 30 000 et l’avocat ne sait toujours pas exactement quoi faire ! C’est du temps de recherche payé 350 dollars par heure. On ne peut pas s’offrir ça. On ne peut juste pas18.

35C’est peu dire que l’exercice démocratique ne se pratiqua pas à armes égales.

36La question des emplois était un argument de part et d’autre. Alors que les habitants insistaient sur les emplois menacés, notamment dans les secteurs industriels et commerciaux, l’université soulignait que le nouveau campus créerait 6 000 emplois dans l’université et 1 200 dans le domaine de la construction (Schuerman 2007b), dont une partie serait réservée à des habitants du quartier. L’université emploie plusieurs milliers de personnes (sans compter les enseignants) dans des emplois administratifs ou de service. De plus, de nombreux emplois allaient être créés dans le secteur de la construction. Mais, répondait-on du côté de la population, ces emplois de construction n’étaient que temporaires et disparaîtraient dès le campus achevé. Quant aux emplois créés par l’université, très peu de personnes dans le quartier avaient les qualifications requises pour travailler dans des laboratoires et il ne resterait donc que des emplois de ménage et de petits services s’inquiétait Jordi Reyes-Montblanc, président du CB 9 (Williams 2006). Ils demandaient des solutions viables à long terme et offrant des salaires décents. C’est aussi pour cette raison qu’un certain nombre de personnes incluant des activistes, des étudiants, des professeurs, des habitants et des élus attendaient que l’université prenne ses responsabilités dans l’accident mortel qui a couté la vie à un ouvrier en mars 2012. Même s’ils avaient sous-traité les travaux, le fait qu’ils en étaient le commanditaire et qu’il s’agissait de la construction de leur campus les rendait responsable. Ne serait-ce qu’en termes d’image et de relations publiques, pour se montrer véritablement responsables auprès de la communauté.

37Un autre sujet d’inquiétude de la population locale19 concernait la nature des activités scientifiques de recherche génétique et le danger qu’elles pouvaient représenter pour l’environnement et la santé des habitants. Au cours de plusieurs réunions publiques organisées par les associations opposées ou lors d’auditions publiques du CB 9, des personnes exprimèrent leur hostilité à ce type d’activités dans un authentique esprit NIMBY20 (Not In My Back Yard). Certes, les laboratoires et les infrastructures à venir seraient plus modernes et les perfectionnés, mais les activités de recherche en génétique et en biologie étaient déjà en cours sur le campus actuel, il n’y avait donc pas, selon l’université, de raison majeure pour que les risques sanitaires augmentent. Par contre, d’un point de vue écologique, les opposants au projet étaient extrêmement inquiets de la création d’un immense sous-sol de plusieurs étages sur toute l’étendue de la zone. En dépit du fait que techniquement cela leur semblait presque irréalisable, les associations soulignaient qu’il s’agissait d’une ancienne zone marécageuse et qu’un tel projet présentait des risques pour toute la structure, les sols dans le quartier et l’environnement.

38Pourtant, tous ces désaccords et points de tension n’expliquaient que partiellement la frustration, la détermination et le retentissement générés par ce conflit à première vue très local. Pour mieux comprendre, il nous faut observer le contexte plus général dans lequel intervenait ce projet, c’est-à-dire celui de la gentrification de Harlem d’une part, et l’histoire des relations avec l’université d’autre part.

Harlem et Columbia,une relation historiquement tendue

39Institution fondée en 1754, l’université Columbia a quitté l’actuel site du Rockefeller Center (48e-51e Rues entre la 5e et la 6e Avenue) pour s’installer à Harlem en 1897. À cette époque, le quartier n’est pas encore très développé mais est en plein essor, en particulier avec l’ouverture de la ligne de métro en 1904 qui a facilité l’accès à l’université aux étudiants et aux personnels. L’université est située dans le quartier de Morningside Heights, et, du haut de sa colline, domine Central Harlem. Mais comme nous le verrons, la perception de supériorité de l’université n’est pas seulement due à la topographie. Le quartier accueille des classes moyennes jusqu’à la fin de la Seconde Guerre mondiale quand des programmes fédéraux les encouragent à partir vivre en banlieue. Des Africains-Américains venant du sud du pays viennent compenser ces départs, accompagnés par des Portoricains de plus en plus nombreux. La baisse des loyers, la dégradation des immeubles et le développement de locations à la chambre (SRO, Single Room Occupancy) attirant des activités indésirables comme le trafic de drogues ou la prostitution, des habitants s’organisent et fondent en 1947 la Morningside Alliance, destinée à « stopper l’invasion » en rénovant les immeubles et en améliorant les conditions de vie (Marcuse & Potter 2005). Ils soutiennent ainsi en 1951 la destruction de taudis dans le cadre des opérations de renouvellement urbain et la construction de « Morningside Gardens », une coopérative pour classes moyennes.

40Près de l’université, la municipalité construit une cité de logements publics pour des personnes à faibles revenus. Située sur la 123e Rue et Amsterdam, elle renforce l’isolement de l’université qui devient une sorte de forteresse.

41Au début des années 1960, l’université commence à acquérir des immeubles situés entre la 112e et la 119e Rue afin d’étendre son campus à l’ouest ainsi que de nombreux immeubles loués à la chambre. C’est à ce moment que les tensions commencent. En effet, tous les immeubles acquis sont vidés, rénovés et reconvertis ou simplement démolis. Des lois favorables permettent à l’université d’expulser les locataires assez facilement et plusieurs milliers d’occupants (entre 7 000 et 10 000 selon les sources) de ces chambres sont déplacés. La plupart d’entre eux sont noirs et cela va renforcer l’image d’un recours à des méthodes brutales de l’université à l’égard de la communauté. De plus, l’université évacue les propriétés situées entre la 116e et la 118e Rue et Amsterdam et Morningside Avenue pour construire le campus est. Au même moment, la Morningside Alliance étend un projet de redéveloppement des rues médianes (mid-blocks) entre la 111e et la 116e Rue et depuis Riverside Drive jusqu’à Morningside Drive (ibid.). L’annonce de la construction d’un gymnase dans le parc public de Morningside en 1968 est l’incident de trop, qui déclenchera des protestations très fortes de la part des habitants et des étudiants. Le projet était en réalité prévu depuis 1959 et était alors soutenu par tous les acteurs. L’historien Robert McCaughey raconte dans son histoire de Columbia :

Quand les réunions publiques se sont tenues dans les années 1960 à propos de la possibilité que Columbia construise une infrastructure plus importante, à laquelle les gens du quartier auraient accès […], les groupes locaux soutenaient le projet. Si Columbia avait commencé à construire le gymnase au début des années 1960, il aurait connu très peu d’opposition publique. En 1961, tous les élus importants aux niveaux du quartier, du borough, de la ville et de l’État l’avaient accepté (McCaughey 2005 : 434-435).

42Pour des raisons financières essentiellement, et parce que le gymnase n’était pas perçu comme une priorité essentielle – l’université préférant augmenter les salaires et surtout investir dans l’immobilier (ibid. : 435) –, le démarrage de la construction (dont les coûts augmentaient avec les années) fut repoussé jusqu’en 1968.

43Mais les années 1960 ont vu le développement de nombreux mouvements politiques et en particulier l’essor de l’activisme noir. Les délais étendus ont aussi permis aux acteurs, et notamment aux élus, de revenir sur leurs positions. Et ce gymnase est finalement devenu le symbole du racisme institutionnel et d’une lutte pour l’égalité et le respect, en raison de ses entrées séparées pour les étudiants, blancs, en haut du parc près du campus, et les habitants du quartier, noirs, en contrebas du parc. Ce choix architectural, certes influencé par la topographie du lieu mais témoignant de la vigueur de la ségrégation raciale, allait conduire à l’occupation durant plusieurs jours des bâtiments de l’université jusqu’à l’intervention brutale de la police – qui n’a pas empêché la victoire des manifestants. L’université a complètement abandonné ses plans et a été avertie qu’elle devait faire profil bas et se montrer moins méprisante avec la population locale à l’avenir (Marcuse & Potter 2005). Cet épisode a marqué la mémoire collective et les opposants au projet d’expansion de 2007 n’ont pas manqué de le mentionner à la fois pour exprimer leur ressentiment mais aussi pour se persuader qu’une autre victoire était possible.

44Néanmoins, même si Columbia est restée discrète pendant quelques années, elle a connu une crise du logement croissante. Ce n’est pas seulement l’appât du gain qui incite l’université à étendre son campus, c’est également la nécessité de loger tous les étudiants, souvent venus de loin, pour ainsi leur offrir un environnement agréable – argument pour attirer les meilleurs d’entre eux. Des appartements luxueux sont aussi une façon d’attirer et de retenir des professeurs et des chercheurs renommés. Tout cela vise à rendre l’université plus attractive et donc plus compétitive sur le marché des universités privées, faisant d’elle une prétendante crédible aux élites mondiales.

45En 1982, l’université a développé une nouvelle stratégie consistant à acquérir les immeubles du quartier plus discrètement à mesure qu’ils se libèraient afin de les intégrer au campus par la suite. Elle s’est mise à coordonner ses intérêts immobiliers avec ses activités éducatives et de recherche, c’est-à-dire à privilégier des usages utiles aux enseignants ou aux étudiants, à rénover et à améliorer la chaussée et les trottoirs, en particulier du côté de Broadway, elle a enfin créé un programme d’assistance aux petits propriétaires et aux commerçants locaux pour les aider à agrandir ou à rénover leur(s) propriété(s) (ibid. : 50-51).

46Ces plans ont été appliqués durant les années 1980 et 1990 mais, comme le notent Marcuse et Potter, « depuis le milieu des années 1990, le manque d’espace pour des logements ou des bureaux a déclenché un flot continu de nouvelles constructions et acquisitions immobilières » (ibid. : 51).

47C’est dans ce contexte que l’université a essayé de s’étendre pour répondre à des besoins de plus en plus pressants. Elle est, selon son site web, l’université de l’Ivy League dont la densité est la plus élevée avec un campus deux fois plus petit que celui de Harvard (+/– 18 000 étudiants) ou trois fois plus petit que ceux de Yale (+/– 13 000 étudiants) ou Princeton (+/– 7 500 étudiants). Mais l’enjeu reste de conserver son statut national et international, et pour cela de trouver des nouveaux espaces. Pour Lee Bollinger, « l’espace était le facteur déterminant afin que Columbia, à travers le temps, conserve sa grandeur et atteigne son potentiel, ou pas » (Schuerman 2007a). C’est important pour recruter les étudiants mais aussi les enseignants et chercheurs car, aux États-Unis, ce sont les chercheurs qui reçoivent des financements, des fonds et des bourses de fondations et organismes publics ou privés. L’université a donc intérêt à séduire les meilleurs d’entre eux, ce qui passe notamment par des infrastructures performantes et des logements de luxe. Cependant, les tentatives de concertation avec la population se sont révélées infructueuses, en partie à cause du design des buildings rompant complètement avec l’architecture historique du quartier. Les nouveaux bâtiments projetés étaient plus hauts et de formes plus modernes et les matériaux utilisés, comme le verre, tranchaient avec les pierres et les briques des anciennes bâtisses, qu’il s’agisse des maisons et des immeubles résidentiels ou des infrastructures industrielles.

48Si les relations tumultueuses entretenues avec Harlem sont en partie responsables du mécontentement engendré par le projet d’expansion de l’université, le contexte de gentrification galopante du quartier a constitué un autre facteur important dans ces discordes.

Le contexte de gentrification au cœur du conflit

49En effet, la gentrification du reste de Harlem est une cause majeure du ressentiment et de la peur des opposants au projet d’expansion. Tout d’abord, le fait que les loyers connaissaient des hausses importantes dans les parties adjacentes du quartier empêchait les habitants de Manhattanville de s’y installer. Si des alternatives crédibles avaient été proposées, certains d’entre eux auraient peut-être accepté de déménager plus facilement et se seraient ainsi installés dans les zones voisines. Mais partout les loyers augmentaient, l’immobilier était dérégulé et les commerces fermaient, faisant place à des tours d’appartements luxueux et à des commerces standardisés. Plus généralement, le projet d’expansion, comme la gentrification du reste du quartier, contribuait à détruire leur « chez eux » (home). C’est la destruction/transformation physique et sociale de leur quartier qui les traumatisait le plus, car c’était une forme de destruction de leur identité et de leur place dans la société. Ainsi que l’explique la psychiatre Mindy Fullilove, dont les recherches portent sur l’impact des déplacements de population (qu’ils soient liés aux opérations de renouvellement urbain, à la gentrification, aux guerres ou autres événements traumatiques) :

Le « choc du déracinement » [root shock] est la réaction traumatique à la destruction de tout ou partie de l’écosystème émotionnel d’un individu. […] Tout comme le corps a un système pour maintenir son équilibre interne, l’individu a lui aussi une façon de maintenir un équilibre externe entre lui et le monde (Fullilove 2004 : 11).

50Dans ce contexte, nous pouvons mieux comprendre pourquoi les habitants s’accrochent tellement à leur quartier et pourquoi certains d’entre eux n’ont pas voulu accepter les solutions de relogement pour eux-mêmes ou pour leur commerce. D’ailleurs, dans le cas des commerces, une clientèle et une réputation acquises au fil des années ne sont pas aisément reconstituables. Et les transformations que Harlem connaissait en avaient déjà largement affecté le caractère et l’identité. C’est le sentiment de perte collective qui sous-tendait en grande partie le combat des opposants à l’expansion de Columbia, et, plus largement, à la gentrification de Harlem. Le fait de voir avancer les frontières du quartier gentrifié radicalisa les habitants qui, en conséquence, résistèrent à l’expansion unilatérale du campus de Columbia dans le quartier de Manhattanville.

Le chemin controversé vers un accord de bénéfices mutuels

51David Maurrasse, un chercheur ayant travaillé sur les relations que les universités entretiennent avec les quartiers qui les accueillent, conclut que cette coexistence ne peut être réussie que si elle est « mutuellement bénéfique », ce qui commence selon lui par « une bonne communication21 ». Or, le moins que l’on puisse dire est que la communication entre Columbia et les gens de West Harlem n’a pas été très efficace. Au contraire, elle a ajouté des tensions aux désaccords. La première « maladresse » de l’université a consisté à élaborer un plan, le présenter, le défendre et en chercher l’approbation sans en discuter au préalable avec les personnes affectées par ce projet. En contradiction avec leur posture d’université intégrée dans le tissu urbain, leur attitude a montré qu’ils ne cherchaient pas réellement à élaborer un projet en tandem avec les habitants, mais simplement à faire les investissements nécessaires pour que leur plan soit adopté en l’état. Cette attitude du « tout ou rien » a braqué de nombreux membres de la communauté, y compris des élus, pour lesquels il était impossible de négocier dans ces conditions. Le conseiller municipal de Brooklyn Charles Barron, un opposant vigoureux au projet, déclarait par exemple à la suite de l’accord entre le Conseil de développement local (LDC, cf. infra) et Columbia : « Ils sont comme des gangsters. Ils [Columbia] pensent que tout le monde a un prix. Apparemment, la nuit dernière, ils ont trouvé quel était ce prix » (cf. Amzallag 2007d).

52Cependant, Susan Russell, qui est à l’origine de la négociation des accords de bénéfices mutuels (Community Benefits Agreement, CBA) et, à l’époque, cheffe de cabinet du conseiller municipal Robert Jackson, n’en pensait pas moins et se souvient :

Fin 2005, début 2006, Robert Kasdin, vice-président de Columbia, m’a appelée et m’a demandé pourquoi Mathew [Muamba], Pat [Jones] et moi ne nous poserions pas ensemble pour régler tout ça en quelques heures. C’est là que j’ai compris que l’université était prête à payer. Mais leur attitude se réduisait à « pourquoi on ne vous signe pas juste un chèque ? », « eh bien parce qu’il y a de nombreux problèmes dans votre relation avec la communauté ! »22.

53Les négociations qui ont permis de faire émerger ces accords n’étaient pas simples.

54C’est en effet après deux ans de querelles que la ville décide, en 2005, de négocier ces CBA et propose d’allouer, via le Conseil de développement économique (EDC), 350 000 dollars et de payer un médiateur, John Bickerman (Vielkind 2006). Un CBA est « un contrat privé négocié entre un promoteur et des représentants de la communauté » (Salkin 2008). Ce type d’accords consiste à acheter le soutien de la communauté sur un projet précis en lui apportant un certain nombre de contreparties. C’est une démarche particulièrement importante quand les promoteurs demandent des subventions publiques ou des permissions des différents niveaux de gouvernement (ibid.), en l’occurrence l’usage d’eminent domain. Pourtant, cette procédure ne bénéficiait pas du soutien de la ville a priori. Susan Russell raconte que « de nombreuses personnes, y compris le maire et Doctoroff [directeur de l’EDC] ne soutenaient pas les CBA parce qu’ils les voyaient comme des attaques contre le développement. Il n’y avait donc pas de soutien politique pour ça dans cette ville23 ! ». Par ailleurs, au niveau des services d’urbanisme, on regrette que les CBA s’éloignent des véritables préoccupations urbaines. « Encore une fois, les gens ne veulent pas parler d’urbanisme, ils parlent de tout le reste ! Certains leaders pensent qu’ils peuvent négocier des trucs en dehors [de la consultation] avec des gens qui ont tout intérêt à négocier. Les discussions devraient plutôt porter sur les choix et les usages », regrette Cecilia Kushner. « Sont-ils appropriés ? A-t-on choisi les bonnes échelles ? [...] C’est ça qui est essentiel24 », ajoute Susan Russell.

55En 2004, alors que Columbia commençait à informer largement le public de son projet et que la colère montait dans la communauté, un certain nombre d’acteurs cherchaient à se positionner. Ainsi, le conseiller municipal Robert Jackson, « d’abord favorable au projet, a commencé à ajouter un “si”25 ». Sa cheffe de cabinet, Susan Russell, comprenait la colère des habitants. En parlant des protestataires, elle reconnaissait :

Si le sujet n’était pas la gentrification – car la gentrification se produisait de toute façon [...] –, je ne les blâmais pas de se sentir abandonnés. Et, franchement, s’ils n’avaient pas protesté, je ne pense pas qu’ils se seraient autant investis, et qui sait ce qui se serait passé26 !

56Pour autant, en 2004, « au lieu de résoudre les problèmes, ils [les leaders communautaires] ne faisaient que crier sur Columbia, ils ne faisaient que se disputer », poursuivait-elle. Alors qu’elle était de plus en plus persuadée que « Columbia avait une responsabilité envers la communauté, y compris parce qu’ils avaient le savoir et le pouvoir d’aider, et que, quelque part, ils le devaient à la communauté, ne serait-ce que parce qu’ils voulaient être appelés “université urbaine”», Susan Russel a été contactée par Mathew Muamba qui travaillait pour le maire adjoint Doctoroff. Daniel Doctoroff, à ce moment directeur du développement économique, avait lui-même reçu un appel de Robert Kasdin, le vice-président de Columbia, avec qui il était allé à l’université à Harvard. Ainsi, afin d’aider l’université qui faisait face à une contestation grandissante, la municipalité est intervenue, créant une opportunité de négociation pour la communauté. De nombreuses difficultés et tâtonnements ont parsemé le chemin mais, finalement, après plus d’un an, une structure privée a été créée en juin 2005 afin de mener à bien ces négociations – qui ne sont pas obligatoires à New York (au contraire du processus de consultation publique) : le Conseil de développement local de West Harlem (West Harlem Local Development Corporation, LDC).

57Jordi Reyes-Montblanc, président du CB 9, a participé à la constitution du conseil dont il a en revanche démissionné dès que le bureau de directeurs a été constitué, le 15 juin 2005. Ce conseil comportait au départ 19 membres représentant la communauté. Mais leur nombre a rapidement été étendu à 28, y incluant les élus politiques ou leurs représentants, délibérément exclus dans un premier temps afin d’éviter les conflits d’intérêts et la récupération – plusieurs d’entre eux participaient en effet à des élections à ce moment-là. Pour réussir, les négociations ne devaient pas devenir un enjeu électoral. Toutefois, un groupe de politiciens, emmené par le représentant démocrate au Congrès Charles Rangel, s’est présenté à l’une des premières rencontres en juillet et a exigé la présence des représentants politiques, ce que personne ne pouvait réellement refuser compte tenu de leur pouvoir (Schuerman 2007a), mais aussi parce que, à ce stade, le bureau de la LDC s’était montré très peu efficace. Le rôle de Rangel dans ce conseil et dans les négociations fut remis en question par le fait qu’il recevait des financements de campagne par Columbia (Elliott 2007), tout comme d’autres. De plus, la révélation de réunions secrètes avec des représentants de l’université pour discuter des questions de logements abordables a aussi nourri les critiques. Ainsi, l’homologation du projet de Columbia par le président de borough Scott Stringer en septembre 2007, dans le cadre de la procédure Ulurp, a déclenché un sentiment de trahison et de colère dans la communauté. Stringer a révélé dans un communiqué de presse un accord de plusieurs millions de dollars que Columbia consacrerait au logement. Des négociations secrètes avaient ainsi été conduites entre Columbia et Stringer alors même que ce dernier s’était déclaré opposé au projet deux ou trois semaines avant cette volte-face. Stringer expliqua que cela avait permis au processus d’avancer et d’apporter quelque chose de concret aux habitants : « Je pense sincèrement que nous avons travaillé dans la bonne direction », déclarait-il (cf. Rayman 2007).

58Mais pour les opposants au projet, et au regard de la procédure de négociation d’un accord de bénéfices mutuels, cette décision de Stringer a affaibli le mouvement et leur pouvoir de négociation. Pour Tom DeMott, représentant de la Coalition pour préserver la communauté (Coalition to Preserve Community, CPC) : « Il [Stringer] nous a vraiment coupé l’herbe sous le pied. Il a affaibli notre position dans les négociations et il l’a fait en cachette » (ibid.).

59Cependant, la LDC est divisée et tout le monde n’a pas le même avis. Susan Russell, quant à elle, assurait :

[Le fait que] Scott et Charles négocient de leur côté a affaibli notre capacité à nous attribuer le mérite des négociations, pas tellement notre pouvoir. Ce n’était pas tellement une question de force que d’ego, les gens se sont sentis trahis car des personnes de l’intérieur du groupe négociaient en dehors du groupe27.

60Les désaccords au sein du Conseil de développement local ne portaient pas seulement sur la stratégie à adopter mais bien sur la mission en elle-même. En effet, alors que certains limitaient leur mandat à la négociation et à la rédaction d’un accord sur les bénéfices que Columbia devait attribuer à la communauté, d’autres membres faisaient pression pour avoir un impact direct sur le projet et exigeaient, par exemple, le retrait pur et simple de l’option d’expropriation, et donc que le projet soit construit sans les terrains concernés. Tandis que ces derniers étaient perçus comme des agitateurs bloquant la situation, les autres membres avaient accepté la réalisation du projet et souhaitaient se concentrer sur les accords. Par ailleurs, un certain nombre de membres choisis pour leur représentation d’enjeux identifiés comme essentiels (des représentants de locataires, des entrepreneurs, des leaders religieux...) négociaient, en fait, des sujets qui relevaient du privé.

61Les pratiques opaques de la LDC et les accusations de cooptation du conseil par les personnalités politiques, les divisions sur le rôle même de l’organisation ajoutées au refus d’écarter l’usage d’eminent domain (loi d’expropriation) ont finalement conduit à la démission de trois membres fin novembre 2007 : Tom DeMott, leader de la CPC, Nick Sprayregen, l’entrepreneur qui avait refusé de vendre ses entrepôts à Columbia et Luisa Henriquez, la représentante des locataires menacés d’être déplacés. Les tensions au sein du conseil étaient alors à leur comble quand plusieurs autres membres se réjouirent publiquement de leur démission, à commencer par Scott Stringer qui, les accusant d’obstructionnisme déclara : « Bon débarras ! Démissionner de la LDC est la meilleure chose qu’ils aient faite. Je les applaudis de donner une chance à la communauté de se défendre » (Rayman 2007).

62Pour Susan Russell, membre de la LDC et cheffe de cabinet du conseiller municipal Robert Jackson, qui avait tenté d’évincer Nick Sprayregen du conseil un an auparavant – Sprayregen menait un combat personnel qui relevait du privé et la lutte anti-eminent domain ne relevait pas de leur mission –, ces personnes n’auraient même pas dû faire partie de la LDC puisqu’elles contestaient le projet et ne pouvaient donc pas parvenir à un accord avec l’université :

Ils essaient de nous donner une mauvaise image pour faire valoir leur position […] Les gens ont des opinions différentes sur ce qui est le mieux pour la communauté, mais le fait qu’ils soient si désobligeants envers le conseil est vraiment malheureux, et ils le font pour servir leurs intérêts propres (cf. Amzallag 2007a).

63Luisa Henriquez a déclaré que la raison principale de sa démission résidait dans ces réunions secrètes ou parallèles, dans le manque de transparence et surtout dans le fait que la population n’était pas consultée :

Ils nous montrent une chose dans les réunions, on en voit une, puis on en entend une autre. Ils sont censés organiser des réunions avec du public, mettre en place un forum, et dire aux gens ce qu’il se passe. Mais ils ne l’ont pas fait. Ils étaient censés le faire (ibid.).

64Les réunions étaient en effet souvent organisées à huis clos et, même quand elles étaient publiques, elles ne prévoyaient pas de temps de parole pour le public. D’autres membres du conseil assumaient cette stratégie de fonctionnement en cercles restreints qui, selon eux, était un gage d’efficacité. Ainsi, Susan Russell défendait l’idée d’impliquer le moins de personnes possible :

On n’est pas en train d’exclure qui que ce soit ici, mais il faut quand même un certain sens pratique. […] On travaille dur et on doit vraiment rester concentrés. On ne va vraiment pas se laisser distraire par ces démissions. Il y avait tellement de conflits dans le groupe à cause de ces 6 ou 7 personnes qui se battaient contre l’université au lieu de trouver des solutions... Voilà pourquoi il fallait des négociations en petits groupes. Notre mission était de rédiger l’accord (ibid.).

65Suivant la même logique, Maritta Dunn, membre du conseil, déclarait à l’issue des négociations : 

Je n’ai jamais vu aucune organisation négocier en public de toute ma vie. Aucune personne sensée ne pourrait demander à quelqu’un de négocier de façon transparente. Les deux mots sont incompatibles (cf. Amzallag 2007c).

66À propos de la démission de Joan Levine et du révérend Kooperkamp la nuit du vote de l’accord, Susan Russell ajoutera quelques années plus tard, visiblement exaspérée : « Mais qu’est-ce qu’ils croyaient ?! Ils pensaient que c’était un grand acte de protestation ? La nuit même du vote28  ?».

67Dans l’ensemble, il semble que la LDC a souffert d’un manque de leadership et de compétence pour être efficace. Susan Russel qui s’était énormément investie, notamment dans la mise en place de la structure et qui voulait que le bureau du conseiller municipal soit moteur dans cette affaire, ajoute que ces difficultés étaient en partie liées aux questions raciales. Elle pense que le fait d’être blanche a limité son influence, tandis qu’il existait des rivalités entre les Africains-Américains et les Latinos, sous-représentés. D’autant plus que l’université ne s’adressait quasiment qu’aux Noirs et ignorait les Latinos.

68Pour toutes ces raisons, les membres du conseil avaient du mal à travailler ensemble et mettre de l’ordre dans leurs relations. L’adoption des ordres du jour et leur suivi étaient compliqués, la rédaction de procès-verbaux n’était pas systématique et, de toute façon, ils n’étaient pas lus, les mêmes sujets étaient sans cesse rediscutés, les opposants à Columbia étaient accusés de systématiquement dévier les débats sur la question d’eminent domain… Les désordres et les contradictions internes à la LDC étaient tels que, pour la population, il était difficile de comprendre leur action et de la soutenir.

69Après avoir élargi le nombre de participants et mené plusieurs mois de discussion en petits groupes thématiques pour identifier les enjeux importants de l’accord et les besoins de la communauté, la dernière ligne droite des négociations recentra le pouvoir sur une poignée de personnes parmi lesquelles le bureau du conseiller municipal Robert Jackson et la ville au travers du Conseil de développement économique (EDC). Les négociations avec l’université – qui ne s’est jamais installée dans une démarche de partenariat mais considérait plus l’opposition comme un « coût » entrant dans le budget des dépenses nécessaires pour faire leurs affaires – sont devenues un véritable bras de fer. L’offre initiale de l’université de 50 millions de dollars a immédiatement et fermement été refusée, les poussant à monter à 70 millions. Le Conseil de développement local trouvait que ce n’était toujours pas assez. C’est finalement par le canal politique que la négociation se poursuivit. Le jour avant le vote, Charles Rangel entra en contact avec le bureau du maire – qui n’était pas représenté dans la LDC puisque c’était une entité privée et que, dès le début, le maire, tout en soutenant Columbia, ne voulait pas s’encombrer de la responsabilité d’un tel dossier. À ce stade, l’offre de l’université était montée jusqu’à 90 millions de dollars après différents allers-retours. Une réunion a été organisée à la mairie avec Daniel Doctoroff (le maire adjoint en charge du développement économique), Robert Jackson et Inez Dickens, les conseillers municipaux de West et Central Harlem, Mathew Muamba (EDC), Christine Quinn (porte-parole du conseil municipal), son assistant et Susan Russell. Susan Russell et Mathew Muamba semblent avoir depuis le début été des acteurs essentiels dans la construction de la LDC et la mise en relation de tous les acteurs, agissant parfois dans l’ombre. Lors de cette réunion, le bureau du maire annonça qu’il ajoutait 150 millions de dollars sur la table, pour protéger et construire des logements sociaux. Cet argent ne serait pas confié à la LDC mais administré par le département de préservation et de développement de l’habitat (HPD), le service municipal du logement. Clairement, la ville voulait que le conseil municipal se réunissant le lendemain vote – dans le cadre de la procédure de consultation publique – en faveur du projet. Pourtant, « techniquement, ironisait Susan Russell, c’était illégal car selon la Charte de la ville, les projets devaient être votés en fonction de leur mérite et non pas de bénéfices accessoires29 ». Ce geste fut suivi d’une nouvelle offre de l’université se montant à 100 millions de dollars, qu’elle voulait distribuer au travers des agences municipales. En effet, la LDC étant une entité privée, ce n’était pas aisé de lui confier une telle somme d’argent. Le problème des agences municipales cependant était qu’elles sont commandées par des personnes nommées par le maire, c’est donc lui qui en a le contrôle, pas le conseiller municipal qui perd le contrôle et le crédit des fruits de la négociation. Par ailleurs, il y avait la crainte que cet argent soit en réalité ponctionné sur les fonds alloués à des projets d’autres quartiers. La tension était très forte quand Susan Russell retourna vers la LDC pour leur présenter l’offre : 100 millions de dollars de Columbia et 150 millions de la ville au travers du HPD. Le comité exécutif de la LDC devait voter mais n’était toujours pas satisfait car, selon ses membres, 100 millions de dollars n’était pas assez, ils craignaient que les 150 millions de la ville soient une manipulation de chiffres et, surtout, ils étaient furieux qu’il n’y ait pas de fonds spécifique pour les écoles, une de leurs préoccupations majeures. S’ensuivirent des coups de téléphone furieux entre le vice-président de l’université Robert Kasdin et Susan Russell, d’un côté, et entre Lee Bollinger et Robert Jackson, de l’autre. Quelques minutes plus tard, les avocats des deux parties se concertèrent et proposèrent d’ajouter aux 100 millions de dollars initiaux 20 millions de dollars en services directs, et un fonds de 30 millions de dollars dédié aux écoles.

70Au terme de ce bras de fer, le 19 décembre 2007, un peu plus de deux ans après sa mise en place et un an après le début des réunions publiques, la LDC aboutit à un accord de principe de bénéfices mutuels pour un montant de 150 millions de dollars30 répartis comme suit : 30 millions de dollars alloués à la construction d’une école publique dans le district ; 20 millions de dollars de services en nature (qui seraient administrés par la LDC) ; 24 millions de dollars destinés à financer des logements abordables et 76 millions de dollars qui seraient versés à la LDC sur une période de douze ans afin de financer, au travers d’un fonds social, des programmes éducatifs, des emplois, des structures sociales d’accueil, des programmes culturels et artistiques ainsi que des opérations de préservation du patrimoine et de l’environnement.

71En outre, la ville et le maire Michael Bloomberg ont prouvé leur solide soutien au projet de l’université en mettant à disposition du Conseil de développement local une aide technique et financière d’un montant de 350 000 dollars (Vielkind 2006), et en promettant 150 millions de dollars supplémentaires dédiés au logement abordable au travers de l’agence municipale HPD. Le réinvestissement municipal de cette zone a d’ailleurs accompagné les efforts de Columbia depuis le départ puisque en octobre 2005, Bloomberg et Rangel annonçaient ensemble la revitalisation du front d’eau de West Harlem pour un montant de près de 20 millions de dollars dont 4 millions étaient apportés par le gouverneur Pataki via l’ESDC (Empire State Development Corporation, l’organisme chargé de superviser le développement économique et l’emploi dans l’État de New York), signifiant ainsi le dévouement des différents niveaux de l’État à redévelopper et à reconquérir ce quartier.

72De nouvelles critiques émergèrent à la signature de l’accord, symbolisées par la démission de deux membres supplémentaires, le révérend Kooperkamp de St. Mary’s Church et Joan Levine. Ces derniers évoquèrent des problèmes de distorsion des intérêts et des demandes de la communauté. De plus, la conclusion de l’accord dans la précipitation (avant la réunion du conseil municipal devant voter sur le projet d’expansion dans le cadre de la procédure Ulurp) a aussi contrarié d’autres protagonistes. Tony Avella, conseiller municipal du Queens et président de la commission sur l’aménagement du conseil municipal, a ainsi décrit le processus d’élaboration de cet accord comme précipité et commandé par des rivalités de pouvoir politiques plutôt que par l’équité (DeNault 2008).

73En effet, alors que les deux procédures étaient supposées être distinctes, dans les faits, les accords de bénéfices mutuels étaient totalement interdépendants de la procédure de consultation publique Ulurp. D’ailleurs, il est évident que si l’université n’avait pas eu besoin du vote du conseil municipal dans la procédure Ulurp, elle n’aurait rien négocié du tout avec la communauté.

74Déjà laborieux et contentieux, le dossier des accords de bénéfices mutuels allait rebondir de nouveau. Malgré la signature de l’accord en décembre 2007 (l’accord définitif a été signé en juin 2008), près de trois ans plus tard, tout investissement ou projet dans le quartier se faisait encore attendre. Ainsi, en mars 2010, le président du borough de Manhattan, Scott Stringer – qui avait été évincé du petit cercle des négociations après avoir essayé sans succès de tirer profit de l’opération et de se présenter comme le sauveur de la communauté –, dénonce dans une lettre à Julio Batista, président du Conseil de développement local, la mauvaise gestion de l’organisation. En effet, cinq ans après sa création, près de trois ans après la signature des accords, un an après un premier versement de 500 000 dollars de Columbia au bénéfice du fonds social censé être administré par la LDC, aucune action n’avait été entreprise et aucun investissement n’avait été fait dans aucune association ou programme. De plus, après tout ce temps et malgré les accusations persistantes d’opacité, l’organisation n’avait, en 2010, toujours pas de site web ni même de numéro de téléphone. Son statut juridique, notamment vis-à-vis des impôts (Internal Revenue Service, IRS), n’était toujours pas clairement déterminé. Ainsi, son caractère « non lucratif » n’était pas complètement établi auprès de cette administration, laissant planer le doute sur l’éventuelle exemption de taxes subséquente. Les journaux (le New York Post et le Columbia Spectator entre autres) commençaient à s’inquiéter que les 76 millions de dollars promis ne soient jamais reversés à la communauté. Cette organisation avait été créée à l’initiative de politiciens (Robert Jackson au travers de Susan Russell et Daniel Doctoroff au travers de Mathew Muamba) pour servir d’intermédiaire entre l’université et les habitants mais avait rapidement été placée sous le contrôle des politiciens eux-mêmes, notamment par le « putsch » du député Charles Rangel lors de la première réunion. Cet élu, un des derniers patrons de la vieille garde politique de Harlem, baigne d’ailleurs lui-même dans plusieurs dossiers de corruption.

75La municipalité avait par ailleurs interféré par l’intermédiaire de différents individus ou cabinets. Ainsi, Michael Bloomberg aurait lui-même recommandé à la LDC d’utiliser les services en conseils juridiques de Wachtel & Masyr. Jesse Masyr a ainsi servi probono de conseiller à la LDC alors même qu’il était étroitement lié au maire. Même si la LDC s’est défendue d’être complètement libre de lui verser une rémunération ou non, il est possible que ce dernier ait touché une rémunération indirecte par une autre partie31.

76Le Conseil de développement local, constitué initialement pour représenter les intérêts du quartier et des habitants et négocier au nom de la communauté, s’est finalement avéré un moyen de les neutraliser et de coopter plus ou moins efficacement les différents intervenants. En effet, puisque la LDC allait être l’organe de négociation, il valait mieux en faire partie que le contraire. Cependant, après y être entré, il était difficile d’en sortir et de se faire entendre et la démission de cinq de ses membres n’a rien changé.

77L’opacité persistante de la LDC et l’impossibilité d’obtenir des informations précises sur des éléments aussi basiques que sa composition inquiétaient et laissaient craindre des possibilités de corruption. Personne ne semblait, en 2010, savoir où était l’argent déjà versé. Bref, dans les années qui ont suivi la signature de l’accord, le comité ne s’est pas montré plus efficace et compétent pour en rédiger les détails, et mettre en œuvre les premiers projets.

78Il aura fallu attendre décembre 2011, soit quatre années, pour qu’un site web voie le jour, mars 2012 pour que des bureaux soient acquis et qu’un nouveau directeur soit nommé. En mars 2012, 3,5 millions de dollars étaient entre les mains de la LDC dont il restait difficile de comprendre l’action. Leur site web indiquait que la LDC avait parrainé des salons de l’emploi, engagé des discussions avec l’université concernant la formation de résidents, initié la construction du nouveau site d’une école, financé des bourses d’été pour des enfants, déterminé le processus de candidature pour obtenir des financements de la LDC pour les organisations locales, etc. La nomination récente d’un nouveau directeur ne permettait pas encore de spéculer sur l’efficacité du nouveau comité mais les attentes étaient grandes. D’autant plus que, de l’autre côté, Columbia avait déjà bien entamé ses travaux et le nouveau campus sortait de terre. En 2013, l’organisme – qui a muté pour devenir la West Harlem Development Corporation (WHDC) – distribua pour la première fois des fonds à 83 associations pour un montant s’élevant à presque 2 millions de dollars et, l’année suivante, 10 millions de dollars furent investis dans un fonds pour des logements abordables. Pourtant, en 2019, le Columbia Spectator rapportait que la WHDC peinait à créer des logements abordables, notamment du fait de la pénurie de terrains vacants (Luna 2019). Le logement social est pourtant une priorité pour ce quartier où 44 % des résidents consacrent 30 % de leurs revenus au loyer. La WHDC n’aurait dépensé que 1 % du fonds consacré au logement et se heurte à de nombreux obstacles. Le retard pris dans ce domaine est inquiétant car le contexte de gentrification continue de faire pression sur de nombreux ménages qui, au fur et à mesure, quittent le quartier. Ainsi, tous les investissements bénéficieront, en toute vraisemblance, à d’autres habitants. Sur le front des subventions aux associations, jusqu’à 2019, un total de 16,2 millions de dollars avaient été distribués à 173 d’entre elles. Au 31 décembre 2021, la WHDC avait distribué 52 millions de dollars sur les 73 millions de dollars reçus de Columbia32, un budget qui devrait être épuisé dès 2024.

79C’est donc un bilan mitigé pour la WHDC à ce jour. Mais, la LDC s’étant formée sur des initiatives individuelles et en dehors du regard et du contrôle des habitants, c’est dans le cadre de la procédure de consultation Ulurp que la contestation s’est le plus visiblement exprimée. Comme dans le cas de la négociation des accords de bénéfices mutuels négociés par la LDC, la procédure Ulurp fut le support de rapports de force et de conflits, reposant la question du jeu démocratique et du pouvoir des différents acteurs. Et là aussi, les habitants apparaissent quelque peu lésés et impuissants face à une machine qui les dépasse.

Rivalités au cours de la consultation publique

80La procédure de consultation Ulurp (pour rappel Uniform Land Use Review Procedure) encadre un certain degré de participation citoyenne dans l’urbanisation de la ville – pour les projets d’envergure nécessitant une révision concernant la réglementation d’usage des sols (autrement dit, le zonage, ou zoning en anglais). Cette loi est censée introduire plus de démocratie participative et de transparence dans les développements urbains. L’université Columbia a eu besoin de recourir à l’Ulurp pour faire requalifier Manhattanville par la ville de New York et ainsi rendre possible son plan d’expansion.

81Un projet, avant de pouvoir être présenté publiquement, doit recevoir la certification de la commission du département d’urbanisme (City Planning), dont Amanda Burden était la présidente et directrice. Pour cela, tous les porteurs de projet devaient fournir une étude sur l’impact environnemental du projet, y compris les Community Boards pour leur plan de développement local 197-a. Or, ils n’avaient pas tous les ressources et les personnels qualifiés pour cet exercice extrêmement long et difficile. C’est en partie ce qui explique que le CB 9 ait mis douze ans à boucler son projet. Cecilia Kushner (City Planning) exprimait ainsi sa frustration à propos de cette procédure :

Tout le processus démocratique fonctionne très bien s’il y a un niveau de sophistication suffisant de tous les acteurs. Mais ce n’est pas le cas. Tous les Community Boards ne sont pas pareils. Certains sont hyper compétents, ils ont lu et compris les documents et y réagissent, construisent… Mais d’autres ne font que râler33.

82En parallèle, les ressources financières, humaines et politiques de l’université Columbia lui ont permis de s’attacher les services d’un bureau d’études et de professionnels pour mener à bien cette analyse et fournir un document final de 2 000 pages en à peine un an. C’est d’ailleurs une des critiques fondamentales que l’on peut faire à cette procédure : le promoteur conduit lui-même l’étude d’impact de son projet. Le conflit d’intérêts est évident. Le 15 novembre 2005, la commission de City Planning tient une audience publique sur l’ébauche d’une étude d’impact environnemental : la DEIS34. Lors de ce meeting auquel assistent plus de 200 personnes, six heures de témoignages permettent à 80 personnes de se déclarer opposées au projet d’expansion de Columbia tel qu’il est proposé. C’est en particulier à l’usage possible d’eminent domain (expropriation pour un usage public) et aux risques de déplacements directs et secondaires que les gens s’opposent. Ils réclament aussi que Columbia prenne en compte le projet de développement de CB 9 dans un respect mutuel des besoins de l’université et de la communauté. Alors même que l’université répond que « l’usage d’eminent domain est du ressort de l’État de New York et qu’il ne constitue qu’un dernier recours », elle a payé quelques mois auparavant plusieurs centaines de milliers de dollars à ce dernier pour qu’il conduise les études préalables nécessaires (Durkin 200535). En août 2004, le directeur général de l’Empire State Development Corporation (ESDC), Charles Gargano, aurait aussi signé une lettre avec le conseil d’administration de l’université prévoyant l’usage d’eminent domain pour toutes les propriétés que Columbia ne pourrait acquérir autrement. Ce n’est certes pas le meilleur gage de sincérité quant à leur volonté de dialoguer ouvertement et en toute transparence, ce qui a conduit Betsy Gosbaum, la procureure de New York, à se déclarer « déçue » :

Bien que je comprenne complètement que l’université doit s’étendre et être compétitive pour répondre à sa mission éducative, […] que Columbia n’ait pas rendu public son engagement avec l’État […] alors même qu’elle était sollicitée sur la question d’eminent domain donne l’impression que Columbia ne négocie pas de bonne foi avec les commerçants et les entrepreneurs de Manhattanville (ibid.).

83On comprend donc que la tenue parallèle de cette consultation, s’attaquant au fond du projet, est contradictoire avec les négociations des accords de bénéfices mutuels (ou CBA) qui ne visent pas à modifier son contenu mais à établir des compensations. Un certain nombre d’opposants, notamment les membres de la Coalition pour préserver la communauté, Tom DeMott ou le révérend Kooperkamp, avaient réussi à intégrer le Conseil de développement local tout en continuant de protester activement dans le cadre de la consultation publique, se faisant ainsi entendre dans les deux cercles. Cependant, aucun de leurs interlocuteurs ne reconnaissait la légitimité de leurs revendications et tous estimaient qu’ils étaient toujours hors sujet. Au sein de la LDC, ils étaient perçus comme bloquant les discussions sur le contenu du projet et le recours aux expropriations quand le comité ne voulait que parler des compensations. Au sein de la procédure Ulurp, ils étaient accusés d’exprimer colère et frustration sur des sujets qui n’étaient pas du ressort de l’urbanisme. La parole des habitants était donc, même quand ils atteignaient les lieux de décision, difficilement prise en compte.

84L’attitude malhonnête de l’université rendit les opposants extrêmement méfiants vis-à-vis des promesses qui leur étaient faites. Infatigables malgré les résistances qui leur étaient opposées, ils se rendirent à toutes les réunions publiques dont l’expansion était à l’ordre du jour et saisirent toutes les opportunités pour s’exprimer et demander des garanties sur des points précis du projet. Ils tinrent des conférences de presse régulières, donnèrent de nombreuses interviews dans les journaux et publièrent des communiqués de presse et des lettres ouvertes. Cependant, il était rare que des représentants de l’université leur répondirent directement. Même si des employés venaient dans les réunions pour écouter, ils ne prenaient pas la parole ni ne se présentaient en général. L’université ne communique qu’au travers de ses porte-parole et de communiqués officiels. Malgré un an et demi de protestations, de manifestations et de communiqués, à la suite de cette audience de City Planning, en juin 2007, ces derniers certifièrent le projet d’expansion et lui permirent d’entrer dans la procédure Ulurp.

85L’annonce officielle de la certification du projet de Columbia en juin 2007 renforça la colère et le ressentiment des opposants. La certification marquait le début officiel des consultations publiques accordant 60 jours au Community Board 9 pour voter sur le projet (à titre de recommandation), puis 30 jours au président de borough Scott Stringer, puis de nouveau 60 jours au département de City Planning (DCP), avant qu’enfin le conseil municipal ait 50 jours pour voter le projet – le maire ayant cinq jours pour contester. Or, l’annonce officielle de la certification du projet de Columbia en juin 2007, alors même que des discussions étaient prallèlement en cours sur un accord de bénéfices mutuels, renforça la colère et le ressentiment des opposants. Le DCP n’avait aucune obligation légale de certifier le projet à ce moment, surtout qu’il avait suspendu cette décision plusieurs mois pour le plan de la communuauté. Les deux plans ont été certifiés en même temps, à la réception de celui de Columbia. Selon Edwin Marshall, ils n’avaient pas anticipé que le plan de Columbia prendrait autant de retard et pensaient avoir déjà trop attendu pour certifier celui de la communauté36. De plus, Amanda Burden, en tant que présidente de la commission de City Planning, aurait eu le pouvoir de fondre les deux plans dans un seul le cas échéant, mais celui de la communauté n’était pas jugé compatible avec les intérêts à long terme de l’université. Mais, au début de l’été, les habitants sont moins disponibles ou en vacances et le conseil de quartier (CB 9) eut plus de difficultés à atteindre les quorums. En outre, cet effet de surprise laissa moins de temps aux opposants pour préparer leur défense et leurs arguments. La LDC, tout comme le CB 9, soutenus par les organisations de locataires représentées par Tom DeMott, Robert Jackson, conseiller municipal, Bill Perkins, sénateur de New York et Keith Wright, député de New York, s’indignèrent vivement. Ainsi, Jordi Reyes-Montblanc, président du CB 9, écrivait dans une lettre ouverte : « Ce sont seulement les projets les plus scabreux qui sont poussés dans ce genre de périodes [l’été] afin d’outrepasser et de neutraliser les Community Boards » (cf. Chen 2007).

86Il ajoutait quelques jours plus tard en commentant un article du Sun :

Entamer la procédure Ulurp durant l’été n’est pas seulement un signe de mépris pour le Community Board mais reflète un manque total de respect pour la communauté dans son ensemble. […] Le CB 9 va le faire professionnellement et correctement bien que gratuitement accablé et méprisé (cf. Brown 2007).

87Le moment (mal) choisi pour entamer le cycle de consultations publiques fut perçu comme une offense au principe même de ces consultations. D’autant plus que les premiers à intervenir dans le processus sont des citoyens qui consacrent bénévolement leur temps à l’intérêt collectif et non des employés administratifs dont c’est le travail. Malgré les protestations, la certification ne fut repoussée que de deux semaines et le 18 juin 2007 marqua finalement le début de sept mois de consultations publiques.

88Les membres du CB 9 travaillèrent continuellement durant l’été (la procédure implique beaucoup de formalités administratives) et organisèrent leur réunion publique le 15 août. Plus de cinq heures d’audience permirent à 95 personnes de s’exprimer sur le projet, dont seulement 22 favorablement. Cette réunion marqua un nouvel épisode dans les tensions entre Columbia et la communauté. En effet, en avril 2006, Columbia avait engagé le consultant et lobbyiste Bill Lynch afin de gagner quelque soutien dans la communauté. Ce dernier, ancien membre de l’administration Dinkins, a été payé plus de 40 000 dollars par mois pour cette mission et plus de 330 000 dollars rien que pour l’année 2007 (Gonzalez 2007 ; Elliott 2007). Il était aussi un des vice-présidents du Comité national démocrate. À ce titre, il était donc un des personnages les plus influents de l’organisation, fournissant un soutien logistique et financier de premier ordre aux élus locaux du Parti démocrate. Pour mener à bien sa mission envers Columbia, il forma la Coalition pour le futur de Manhattanville, à laquelle appartenaient plusieurs figures de premier plan comme David Dinkins, ancien maire africain-américain. Durant la réunion du 15 août 2007, un groupe de personnes arboraient des autocollants à l’effigie de ce groupe et distribuaient des tracts à l’entrée. Une étudiante, membre de l’organisation étudiante sur l’expansion et la gentrification, la SCEG (Student Coalition on Expansion and Gentrification), discutait avec l’un d’entre eux et découvrit alors que ces personnes étaient en fait les membres d’un programme de désintoxication d’East Harlem et qu’elles avaient été payées pour venir soutenir Columbia, même si en réalité elles ne savaient pas vraiment de quoi il s’agissait (Elliott 2007 ; Levi 2008). À l’instar des personnes interrogées au Conseil de développement local, au bureau du conseiller municipal ou au département de planification urbaine City Planning, le journaliste Tom Elliott, malgré les discours et les efforts apparents de Columbia pour construire un dialogue, concluait : « leurs méthodes semblent plus s’appuyer sur des jeux politiques et de gros chèques que sur l’écoute des gens qui vivent et travaillent là où l’université veut construire » (Elliott 2007.).

89Logiquement, malgré les quelques interventions en faveur du plan d’expansion de l’université, dont celle de David Dinkins, alors professeur à Columbia, le CB 9 a voté contre le projet quelques jours plus tard, le 20 août 2007 (32 voix contre et seulement 2 pour).

90Ce vote ouvrit donc le délai de 30 jours accordés au président de borough, Scott Stringer, pour s’exprimer sur le plan à son tour. Comme nous l’avons vu, il choisit de soutenir le projet alors même qu’il était encore en phase de négociations avec Columbia au sein de la LDC pour un accord de bénéfices mutuels, soulignant ainsi les conflits d’intérêts déjà dénoncés lors de la nomination de politiciens à la LDC. Et le 26 septembre 2007, le processus marqua une victoire d’étape pour Columbia avec le soutien officiel de Scott Stringer tandis que le dossier fut transmis à la commission du département de City Planning.

91Chaque étape de la procédure entraîna son lot de critiques et de mécontentement. Dans le contexte de la mise en œuvre du programme de développement urbain agressif de Bloomberg, la commission de City Planning était, depuis le début, perçue comme favorable à l’université du fait de l’examen parallèle du plan 197-c de Columbia et 197-a du CB 9. En ne maximisant pas les opportunités de participation pour le public (annonces tardives des réunions publiques, horaires peu pratiques, diffusion minimale de l’information...), la commission a renforcé ce sentiment. Ainsi, leur audience publique, qui s’est tenue le 3 octobre, n’avait été annoncée que le 19 septembre, ne laissant ainsi que deux semaines pour diffuser l’information et augmenter la participation. Pourtant, la question de la participation était récurrente et le service d’urbanisme affirmait qu’il souhaitait plus de participation publique. Mais, sur des dossiers tendus comme celui-ci, il se lamentait d’entendre toujours les mêmes personnes se plaindre et questionnait l’efficacité de ces discussions. Le 26 novembre 2007, la commission de City Planning adopta le projet d’expansion de Columbia avec quelques changements mineurs, tout comme elle approuva le plan du CB 9 bien qu’ils furent incompatibles.

92Tous les autres acteurs appelés à se prononcer sur le projet dans le cadre de la consultation Ulurp ont utilisé le maximum du temps qui leur était imparti. La période de 50 jours permettant aux conseillers municipaux de voter sur le plan, et donc de l’adopter définitivement, devait les conduire jusqu’à la mi-janvier. Or, dans la confusion et la précipitation, le vote eut lieu le 19 décembre 2007 avec un mois d’avance. La porte-parole du conseil municipal, Christine Quinn, refusa de confirmer la veille au soir que le vote aurait lieu le lendemain alors qu’officiellement, selon Susan Russell, il s’agissait simplement d’une question de calendrier. Les opposants interprétèrent cette précipitation comme une marque de soutien au projet de l’université, ce qui ne fit que renforcer leur sentiment que les dés étaient pipés. Le conseiller municipal Charles Barron a d’ailleurs qualifié ce planning de « cadeau de Noël pour l’université » et, ainsi que le déclarait Tom DeMott :

Le temps est de notre côté, pas du leur. Plus nous avons de temps pour organiser les gens et soulever les questions importantes, plus nous avons de chance de proposer des arguments qui rendront les conseillers municipaux plus hésitants à soutenir le projet (Amzallag 2007b).

93D’ailleurs, les résultats du vote montraient une division assez inhabituelle dans un conseil qui vote généralement d’un seul bloc derrière les élus locaux. Dans le cas présent, la controverse sur l’utilisation des lois d’eminent domain, et la jurisprudence qu’elle pourrait faire, a créé des débats et résonna dans d’autres quartiers. Pour Vincent Ignizio, conseiller municipal de Staten Island :

Ce n’est pas seulement à propos de Columbia. C’est à propos d’un organisme puissant cherchant à prendre les terrains d’honnêtes propriétaires qui paient leurs impôts (Amzallag & Morais 2007).

94Et ailleurs :

[…] Je pense qu’il s’agit d’un cas d’abus de pouvoir du gouvernement37.

95Et Tony Avella d’ajouter : « aucune propriété privée n’est protégée dans cette ville » (Amzallag & Morais 2007).

96L’avocate et conseillère municipale de Brooklyn, Letitia James – qui depuis est devenue procureure générale de l’État de New York –, défendait elle aussi son quartier contre des développements massifs, des déplacements de population et le recours à l’expropriation. Elle vota contre le projet en expliquant :

C’est encore un autre exemple de menace ou d’abus d’utilisation d’eminent domain. Votre maison aujourd’hui, la mienne demain. […] mais je dis aux habitants « ne vous inquiétez pas, vous allez rejoindre Brooklyn et nous les reverrons au tribunal »38.

97Cependant, certains conseillers municipaux, à l’instar de Peter Vallone, ont, malgré leur profond désaccord avec l’usage probable de ces lois, préféré s’abstenir par égard pour Robert Jackson et Inez Dickens, élus de Harlem.

98Finalement, 35 conseillers municipaux ont voté pour le projet, 5 contre, et 6 se sont abstenus. L’issue du vote reflète l’intense lobbying de l’université qui a dépensé des millions de dollars afin de promouvoir son expansion auprès de personnes influentes. Selon le New York Times, citant les registres publics de finances, Columbia aurait dépensé 1,2 million de dollars en deux ans auprès des firmes de lobbying les plus puissantes. Leurs cibles principales étaient Daniel Doctoroff, adjoint au maire et directeur du développement économique, la porte-parole du conseil municipal Christine Quinn, le président du borough de Manhattan Scott Stringer et le conseiller municipal de Harlem Robert Jackson (Williams 2007). De toute façon, la ville soutenait ce projet depuis le départ et le conseiller municipal, s’il avait voulu voter contre, n’aurait pas eu le pouvoir d’arrêter le maire. Le plus rationnel selon lui était donc de garantir l’obtention de compensations.

99Michael Bloomberg, qui avait déjà exprimé son soutien à l’expansion, n’a, logiquement, pas utilisé son veto dans les jours qui ont suivi, mettant ainsi un terme officiel à la procédure Ulurp et validant définitivement l’expansion.

Conclusion

100L’exercice démocratique n’ayant pas permis d’atteindre un consensus dans le projet de développement de Manhattanville par l’université Columbia, la justice fut saisie pour trancher. En effet, après l’approbation par le conseil municipal du projet de Columbia en décembre 2007, et un an plus tard l’accord de l’État de New York d’utiliser son pouvoir de préemption afin d’acheter les 6 parcelles manquantes à Columbia, les propriétaires de ces dernières se sont tournés vers la justice en argumentant que cet usage de la procédure d’eminent domain était, dans ce cas, injustifié et donc illégal. Nick Sprayregen, Gurnam Singh et Parminder Kaur ont donc fait appel de la décision de l’État auprès de la Cour suprême en janvier 2009. Contre toute attente, et alors que deux semaines auparavant la justice avait confirmé l’usage de la procédure d’eminent domain dans le projet de développement Atlantic Yards à Brooklyn, la cour a rendu un avis favorable aux plaignants en déclarant illégal l’usage de cette procédure dans le cas de l’expansion de l’université Columbia. Cette décision discutait en particulier la nécessité légale, au nom de l’intérêt public, de commander la préemption de propriétés privées. Et dans ce cas, la Cour a estimé que l’expansion d’une université privée réservée aux élites ne pouvait constituer un intérêt public. Par ailleurs, la Cour contestait l’aspect dégradé du quartier et soulignait les résultats contradictoires obtenus dans un rapport établi par des experts indépendants de Columbia. Les relations entretenues entre l’université et l’agence de l’État furent également critiquées et le conflit d’intérêts épinglé.

101En janvier 2010, soit un mois après que le jugement fut rendu, l’État fit appel de la décision et réclama un nouvel examen. En juin 2010, une nouvelle audition eut lieu et, quelques semaines plus tard, la décision de la première Cour fut invalidée. Le simple fait que l’État ait fait appel de la décision confirmait à quel point les pouvoirs publics étaient déterminés à aller contre l’opinion de la population locale  – qui s’était exprimée largement via le conseil de quartier, les réunions publiques, les associations et les tribunes médiatiques. L’État persistait à défendre prioritairement les intérêts d’une institution privée qui, détenant déjà 61 des 67 parcelles de la zone concernée, aurait vraisemblablement pu opérer quelques réaménagements à ses plans et malgré tout s’étendre. Ce cas montre à quel point les politiques urbaines et publiques peuvent être influencées et dominées par les acteurs privés qui réaménagent les espaces publics et privés en fonction de leurs besoins seuls. L’argument central de l’université, à savoir rester compétitive sur le plan international et contribuer à ce que New York reste une ville mondiale de premier ordre, était parfaitement aligné avec les valeurs défendues par le maire de New York, Michael Bloomberg – homme d’affaires multi-millionnaire évoluant dans les mêmes cercles d’influence que les membres du conseil d’administration de l’université.

102Les observateurs s’attendaient à ce que le jugement soit inversé et autorise l’État à saisir ces parcelles pour le compte de Columbia. Mais une brèche s’est ouverte pour que jurisprudence soit faite et que la procédure soit appliquée autrement. En particulier, le sénateur Bill Perkins, qui milite depuis longtemps pour une redéfinition et un autre usage de cette loi, a élaboré un projet de loi pour amender la procédure de préemption et en redéfinir les termes. Le caractère « délabré » d’une parcelle ou d’un îlot est, par exemple, et selon Bill Perkins, un aspect de la loi qui manque de clarté.

103C’est donc sur le terrain judiciaire que se déplaça le combat pour le « droit à la ville » après avoir été perdu dans les rues et les espaces civiques. Les associations ont continué de se battre, de tenter de mobiliser l’opinion et d’attirer l’attention des médias et des élus. Comme le disait Susan Russell, s’ils n’avaient pas protesté, on ne sait pas ce qui se serait passé. Ces protestations et cette agitation jouent donc un rôle significatif, notamment pour créer une prise de conscience. Ces associations ont d’abord maintenu leur vigilance et surveillé les premières phases de travaux. En avril 2012, elles continuaient d’organiser des réunions d’information, des actions symboliques (telles que la « reprise » d’un immeuble) et d’exiger des explications continues. Par exemple, ils surveillèrent de près les expulsions et les expropriations, le montant des indemnités qui étaient réellement versées… Mais ils scrutèrent aussi la profondeur du trou creusé par l’université qui leur sembla nettement moins importante que les plans annoncés, alors même que cet argument justifiait la nécessité d’acquérir toutes les propriétés de la zone d’expansion sans exception. Même si les associations n’ont pas réussi à trouver de compromis sur le contenu du projet et ont perdu leur bataille sur le sujet des expropriations, l’université a été, en tout cas, surveillée de près et n’a pas pu faire ce qu’elle voulait.

104Le conseil de développement local (LDC), l’organisme privé qui avait assuré la négociation des accords de bénéfices mutuels dans un climat interne compliqué, s’est enlisé dans des problèmes de fonctionnement. La LDC est devenue la West Harlem Development Corporation (WHDC). Ce processus fut lui encore très lent et ne conduisit à la nomination d’un nouveau directeur qu’en avril 2012. L’autre difficulté légale concernait le transfert des fonds déjà versés. Les inquiétudes initiales se sont confirmées et la LDC semblait par ailleurs être victime d’une instrumentalisation politique par certains de ses membres39. La communauté Latino y resta notablement sous-représentée. Enfin, un certain nombre d’aspects de l’accord devaient être mis en place par Columbia (la création d’emplois, par exemple) mais aucune instance ne fut chargée de surveiller ses résultats. Ainsi, en novembre 2023, les artistes attendaient toujours les espaces d’exposition et de création qui devaient être mis à leur disposition. Malgré la complétion de la phase 1 d’expansion du campus, « les promesses de l’université peinent à se matérialiser » peut-on lire dans le Columbia Spectator (Shore Kilgore-Brown & Milligan). En outre, après quatre années d’efforts pour transformer la WHDC, le défi de la professionnalisation de cette instance a fait place à un autre défi. Celui de déployer et d’affecter ses fonds à sa mission première et de ne pas devenir préoccupée par sa propre survie, comme une machine s’autofinançant. La perspective prochaine de l’épuisement en 2024 des fonds versés par l’université renforce cette préoccupation.

105La collusion d’intérêts, de plus en plus grande et visible, entre les acteurs privés spéculant sur les villes et les quartiers (banques, fonds de placement, universités, promoteurs...) et les acteurs publics (élus, hauts fonctionnaires...), pose un nouveau défi aux urbanistes et aux acteurs de l’aménagement du territoire. La population, les habitants, ont de plus en plus de difficultés à exister dans cette équation et à faire valoir leurs intérêts. Dans les faits, ces politiques urbaines dirigées par des acteurs d’envergure internationale conduisent à l’uniformisation des territoires et nient les identités locales. Harlem ressemble de plus en plus au reste de Manhattan et l’expansion de l’université renforce et accélère cette tendance encouragée par la municipalité qui souhaite augmenter ses recettes fiscales et privilégier des activités lucratives. Dans le cas présenté ici, l’université fut un instrument pour la ville pour atteindre cet objectif. Pourtant, bien que les habitants n’aient finalement pas le dernier mot, il est de plus en plus courant de les consulter et de recourir à des systèmes de participation. L’échelle de la consultation est toujours locale et cela soulève d’autres difficultés, notamment en termes de planification et d’aménagement du territoire. Très souvent, les grands projets sont victimes de ralentissements, voire de blocage et deviennent très coûteux en temps et en argent. À tel point qu’il devient difficile d’envisager des grands travaux d’infrastructure. Cecilia Kushner, directrice des opérations spéciales au département de City Planning s’inquiètait :

Le problème aux États-Unis c’est qu’on ne fait plus d’infrastructure ! Plus rien depuis les années 1950, après le backlash [retour de bâton] dans les années 1960-1970. Quand on voit le bordel pour faire le métro de la 2e Avenue... On est coincés, on ne peut plus rien faire.
Ça devient impossible de faire de la planification à long terme, c’est un vrai problème. La question de la place à donner aux urbanistes et à la concertation publique se pose. [...] Le fait même qu’on puisse faire le Grand Paris, que ce soit possible, c’est incroyable. La 125e Rue c’était juste un rezoning de quelques blocs, un bout de papier ! Et après on va dans des réunions publiques et les gens se plaignent de tout mais on ne peut rien faire40.

106Et, en effet, pendant cinq ans, et dans le contexte de la gentrification de Harlem, la modification des règles de zonage de 24 blocs longeant la 125e Rue catalysa les oppositions et les inquiétudes des habitants.

Notes de bas de page

1 En référence à l’ouragan Katrina qui avait rasé des quartiers entiers de la Nouvelle-Orléans en 2005, « Hurricane Columbia » est le surnom donné à l’université Columbia par les associations locales pour dénoncer l’attitude inflexible de celle-ci et le caractère « total » de son projet.

2 Entretien avec Cecilia Kushner, adjointe à l’agence d’urbanisme de la ville de New York et directrice des projets spéciaux de City Planning, le 24 février 2012.

3 En 2021, 35 341 étudiants étaient inscrits à l’université Columbia, dont 37 % d’étrangers, tandis que les frais d’inscription s’élevaient à plus de 65 000 dollars par an, auxquels il fallait ajouter environ 15 000 dollars pour le logement.

4 Voir Columbia University Statistical Abstract, Facts Report 2009. En ligne : <http://web.archive.org/web/20091211215611/http://www.columbia.edu/cu/opir/facts.html> [lien valide en juillet 2023 (archive)].

5 Le 1er Amendement à la Constitution garantit notamment la liberté d’expression, de religion et de rassemblement des citoyens.

6 La procédure de recours à cette loi est réglementée et stipule notamment que les propriétaires expulsés doivent être indemnisés équitablement. Le texte légal dans son intégralité peut être consulté sur : <http://codes.lp.findlaw.com/nycode/EDP> [lien valide en juillet 2023].

7 Entretien avec le révérend Earl Kooperkamp, membre de la Coalition pour la préservation de la communauté, en juin 2008.

8 New York City Bar, The Role of Community Benefits Agreements in New York City’s Land Use Process, 8 mars 2010, <https://www.nycbar.org/pdf/report/uploads/20071844-TheRoleofCommunityBenefitAgreementsinNYCLandUseProcess.pdf> [lien valide en juillet 2023].

9 Entretien avec Cecilia Kushner, adjointe à l’agence d’urbanisme de la ville de New York et directrice des projets spéciaux de City Planning, le 24 février 2012.

10 Entretien avec Edwin Marshall, responsable du projet de requalification de la 125e Rue, le 13 mai 2008.

11 Voir aussi « Decision and Order of The Supreme Court, Appellate Division », First Department, 3 décembre 2009.

12 Ibid.

13 Communiqué de l’université Columbia, « University on the Empire State Development Corporation's adoption of a General Project Plan », 17 juillet 2008. En ligne : <https://neighbors.columbia.edu/news/university-statement-empire-state-development-corporations-adoption-general-project-plan> [lien valide en juillet 2023].

14 Entretien avec Melissa Mark-Viverito, conseillère municipale d’East Harlem, en juillet 2010.

15 Scandale également dénoncé par le Columbia Spectator en 2005.

16 Voir <http://www.law.cornell.edu/nyctap/I09_0193.htm> [lien valide en juillet 2023].

17 Ibid.

18 Entretien avec un tinturier proriétaire à West Harlem, en juin 2007.

19 Par « population locale » je désigne ici les opinions exprimées par le CB 9 et par les associations comme Coalition to Save Harlem qui se sont opposées au projet. De plus grandes précisions seront apportées sur les acteurs plus loin dans ce chapitre.

20 Ce terme qualifie les résistances à des projets perçus comme indésirables, dont les habitants ne voulant pas subir les conséquences (réelles ou imaginées) militent pour leur déploiement dans d’autres quartiers. Typiquement, les gens refusent les établissements d’accueil et de soins aux toxicomanes ou sans-abri, tout comme la construction de centres de déchets et autres infrastructures jugées nuisibles.

21 Maurrasse David, lors d’une conférence à l’université Columbia dans le cadre de la série « Harlem’s Heritage », le 11 septembre 2007.

22 Entretien avec Susan Russell, membre du Conseil de la ville de New York et cheffe de cabinet du conseiller Robert Jackson, en février 2012.

23 Ibid.

24 Ibid.

25 Ibid.

26 Ibid.

27 Ibid.

28 Ibid.

29 Ibid.

30 Voir Report of CB9M Reps on WHLDC, 17 juillet 2008, p. 47. En ligne : <https://www.cb9m.org/pdf-archives/transcripts-project-plans/columbia-gpp.pdf> [lien valide en juillet 2023]

31 « Lawyer’s allegiance », The Crain’s Insider, 13 février 2007. En ligne : <http://www.crainsnewyork.com/assets/pdf/CN12520212.PDF> [lien valide en juillet 2023].

32 WHDC, Consolidated financial statements, years ended December 2021 and 2020. En ligne : <https://westharlemdc.org/wp-content/uploads/2022/11/WHDC-Audited-Financials-2021.pdf> [lien valide en juillet 2023]

33 Entretien avec Cecilia Kushner, adjointe à l’agence d’urbanisme de la ville de New York et directrice des projets spéciaux de City Planning, en février 2012.

34 Un document appelé « Draft environmental impact study» (DEIS) est remis au département de City Planning et est amendé au cours du processus de consultation publique pour devenir le « Final environmental impact study » (FEIS).

35 Voir aussi « West Harlem residents voice opposition to Columbia expansion », New York 1, 16 novembre 2005.

36 Entretien avec Edwin Marshall, responsable du projet de requalification de la 125e Rue, le 2 février 2012.

37 « The Columbia vote », Gotham Gazette, 20 décembre 2007.

38 Ibid.

39 Entretien avec Juan Rosa, représentant de Robert Jackson au Conseil de développement local (LDC), le 13 février 2012

40 Entretien avec Cecilia Kushner, adjointe à l’agence d’urbanisme de la ville de New York et directrice des projets spéciaux de City Planning, en février 2012.

Précédent Suivant

Le texte seul est utilisable sous licence Licence OpenEdition Books. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.